07 octobre 2010

10/07/1962 Marilyn in White Dress and Fur par Bert Stern

The Last Sitting
day 2

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Il s'agit de l'un des derniers shootings de photos de mode où Marilyn Monroe porte une robe de créateur et un manteau de fourrure selectionnés par Vogue.

**** Marilyn in White Dress and Fur Stole ****

1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_010_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_010_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_020_02
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_020_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_01
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_04 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_08
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_09 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_11
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_040_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_050_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_050_09 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_060_04 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_070_07
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_01 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_02
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_11
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_090_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_100_10
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_110_08 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_120_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_130_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_140_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_140_06a

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_010_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_020_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_030_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_040_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_050_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_060_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_070_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_080_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_090_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_100_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_110_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_120_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_130_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_140_1

Posté par ginieland à 19:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Marilyn mots à maux

Marilyn mots à maux

Article publié le 06/10/10
Par CLAIRE DEVARRIEUX
e
n ligne sur liberation.fr 

Critique - Demain paraît simultanément dans une dizaine de pays européens «Fragments», un recueil des notes, textes et poèmes écrits par l’actrice. Le journal intime d’un cœur en vrac.

libe
Marilyn Monroe en décembre 1961.
(Len Steckler (PRNewsFoto/Eagle National Mint))

Marilyn Monroe
Fragments. Poèmes, écrits intimes, lettres

Edité par Stanley Buchthal et Bernard Comment. Préface d’Antonio Tabucchi. Traduit de l’anglais par Tiphaine Samoyault. Seuil, 270 pp., 29,80 €. En librairie demain.

On disposait déjà de la radiographie pulmonaire de Marilyn. Nous tenons désormais la radioscopie de son cerveau, de son âme. Depuis l’âge de 17 ans, en 1943, et jusqu’à 1962, l’année de sa mort, Marilyn Monroe a consigné de temps à autre ses émotions, ses sentiments, qui n’étaient pas gais, tenté de mettre au clair son état d’esprit, surtout quand elle se sentait «déprimée folle», voire «borderline». Les pages les plus étonnantes sont destinées à son psychanalyste, en mars 1961 : elle y raconte son séjour en hôpital psychiatrique, elle qui était obsédée par la folie des femmes de sa famille.

Fac-similé. La majeure partie de ces écrits date des années 50, quand Marilyn Monroe vient à New York. Qu’ils nous parviennent seulement aujourd’hui s’explique aisément. Le tout est revenu à Lee Strasberg, mentor et exécuteur testamentaire. Assez longtemps après la mort du directeur de l’Actors Studio (en 1982), l’épouse de ce dernier est tombée sur les papiers de Marilyn. Un ami, Stanley Buchthal, en a parlé à Bernard Comment, éditeur au Seuil, un soir, à Paris. Le résultat, édité par leurs soins, est un élégant album de textes, documents et photos. Il paraît simultanément dans une dizaine de pays, chez Feltrinelli en Italie, Seix Barral en Espagne, Fischer Verlag en Allemagne, rien que des maisons ultra-littéraires contactées par Bernard Comment. Fragments : le titre est bien trouvé. La star a le cœur en vrac.

Sur la page de gauche, la reproduction en fac-similé des notes manuscrites (ou des feuillets tapés à la machine). A droite, le texte anglais et la traduction. Les éditeurs ont mis en page le désordre des exclamations, des poèmes, des bouts d’auto-analyse. La traductrice, Tiphaine Samoyault, a patiemment décrypté les gribouillis. Marilyn Monroe, «une enfant radieuse» (son portrait par Truman Capote porte ce titre), est bourrée de complexes : «Je ne suis pas très maligne je pense.» Ou encore : «Les gens vont penser que je ne suis pas bonne, ou rire et me rabaisser, ou encore penser que je ne sais pas jouer.» Elle fait part de ses difficultés à se concentrer, à se rassembler. Strasberg l’aide à dominer sa peur. «Travailler (accomplir les tâches que je me suis fixées)/ Sur scène - je ne serai pas punie pour cela/ ni fouettée/ni menacée/ ni pas aimée/ ni envoyée en enfer pour être brûlée avec les méchants.» Elle a conscience des «problèmes et phobies qui viennent de mon passé». Elle pense que «l’enfance de chacun se rejoue tout le temps».

Marilyn Monroe est comme vous et moi, elle commence des cahiers qu’elle ne finit pas. Utilise le papier à en-tête des grands hôtels. Des agendas, des répertoires à la couverture en cuir, frappée de ses initiales, des carnets, noirs ou rouges. Elle est l’adolescente immortelle que le photographe Cecil Beaton avait vue en elle. Qui s’en va répétant : «Je suis seule. Je suis toujours seule/quoi qu’il arrive.» Mais qui fait des progrès : «Solitude - sois calme.» Elle a un fort sentiment de culpabilité, se sent «sous-humaine», doit combattre l’impression qu’elle joue un rôle. Quel genre d’homme est Arthur Miller, son mari, pour laisser traîner, ouvert, son propre journal ? Les éditeurs nous avertissent : elle «y découvre que le dramaturge est déçu par elle, qu’il a honte parfois de ses comportements, et qu’il doute de leur amour».

Trahison. Le livre de Marilyn Monroe est un bouleversant signal, un pêle-mêle bordélique, follement sympathique. Mais il n’est pas que ça. On sent son désir de faire le tri entre les mots bons pour la corbeille, et ceux qui pourraient être lus : «Seuls quelques fragments de nous/ toucheront un jour des fragments d’autrui.» On la voit gommer, barrer, afin de parvenir à l’expression la plus adéquate. On lit : «J’ai vu plein de jeunes marins solitaires qui paraissaient trop jeunes pour être aussi tristes. Ils me rappelaient de jeunes arbres frêles croissant dans la douleur.»

Il y a surtout de beaux poèmes. L’un d’eux est inspiré par Arthur, sans qu’on sache s’il a été écrit avant ou après la trahison : «La souffrance de sa nostalgie lorsqu’il regarde/ quelqu’un d’autre/ comme une insatisfaction ressentie depuis/ le jour de sa naissance/ Et moi, ma détresse implacable/devant la souffrance de sa nostalgie -/ lorsqu’il en regarde une autre et qu’il l’aime/comme une insatisfaction ressentie depuis/ le jour de sa naissance/ nous devons l’endurer/ moi encore plus tristement car je ne puis ressentir aucune joie.»

Posté par ginieland à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

«Une expérience assez forte, un peu totale»

«Une expérience assez forte, un peu totale»

Article publié le 06/10/10
en ligne sur liberation.fr 

Interview - Cotraductrice de James Joyce, Tiphaine Samoyault a travaillé sur «Fragments» :

La traduction des Fragments a été faite par Tiphaine Samoyault, qui est une des cotraductrices d’Ulysse, de James Joyce, et travaille actuellement sur une biographie de Roland Barthes.

Vous avez tout de suite accepté ce projet ?
Oui et non, j’étais un peu interloquée par la proposition. C’était comme si on me proposait de rencontrer quelqu’un d’ultracélèbre, d’ultra-auratique ; comme si on me disait : demain tu vas rencontrer Obama en tête-à-tête, parce que la traduction est quand même un tête-à-tête. Après, c’est devenu extrêmement fort de faire cela. Les choses très simples dont elle parle tout le temps, le rapport aux hommes… C’est étonnant, je traduisais des phrases que je venais de prononcer, ou inversement… mais c’est une expérience qui aurait été partagée par toute traductrice.

En dehors de ce que je fais pour la revue Poésie, j’ai une seule expérience importante de traduction, c’est Ulysse, de Joyce. C’est drôle, il y a dans Fragments cette célèbre photo de Marilyn lisant Ulysse. Il y a d’autres photos d’elle lisant, mais quand elle lit Arthur Miller, on voit que c’est une photo posée ; quand elle lit Whitman ou Joyce, elle lit vraiment.

Quelle est la particularité de cette traduction ?
Je travaillais sur un manuscrit non établi : au départ, j’ai eu une liasse qui correspondait à un premier déchiffrement fait par les éditeurs. Ensuite, tout a beaucoup bougé, la datation et l’ordre des textes, leur lecture même… Jusqu’à la fin, on a hésité sur la lecture de certains mots. Parfois, c’était lié à l’illisibilité de l’écriture - notamment les notes écrites sur le papier à en-tête de l’hôtel Waldorf, une époque où elle était très désespérée -, et parfois à son orthographe fantaisiste. Même si elle se perfectionne incroyablement avec les années, elle a quand même un anglais fragile.

Etre devant un texte complètement instable était très intéressant : cette instabilité correspond tellement à l’instabilité affective dont témoignent ces textes que cela rendait l’expérience assez forte, un peu totale.

J’ai trouvé qu’il y avait là une vérité profonde : même dans le côté solaire de Marylin, même dans sa beauté, sa lumière, il y a quelque chose d’instable.

Comment avez-vous travaillé sur ces textes ?
Le premier, une note qu’elle a écrite à 17 ans, est dans un anglais vraiment très hésitant. Après, quand on voit tout le travail qu’elle fait sur la langue, le souci qu’elle a de bien parler et bien écrire l’anglais, de chercher les nuances, fait que, dans la traduction, je n’ai pas reporté toutes les hésitations de la première note.

Par ailleurs, selon l’état dans lequel elle est, sa graphie change beaucoup, c’est très troublant parce qu’au bout d’un moment, il suffit de voir une page pour savoir comment elle est. Mais c’est aussi sensible pour le lecteur attentif.

Parmi les textes que j’aime le mieux, il y a ce poème magnifique, «J’ai quitté ma maison verte en bois brut…», et j’adore évidemment celui sur les ponts, que je trouve très puissant, très elliptique. Et aussi la longue lettre au docteur Greenson, très articulée, très belle. On voit bien comment entre la première note, écrite dans une très grande inquiétude liée à une probable infidélité de son mari, et cette lettre-ci, elle a acquis une maîtrise. Cela ne la rend pas forcément plus heureuse, mais elle a une maîtrise de son expression, même dans les moments incontrôlables. Cette aptitude à l’auto-éducation m’a beaucoup touchée. Elle a été aidée par des gens qu’elle a rencontrés, mais elle a su les rencontrer.

En même temps que cette traduction, vous étiez en train d’écrire la biographie de Barthes…
J’ai commencé ce travail sur Barthes il y a un an et demi. Mais je n’étais pas dans les deux manuscrits et je n’avais pas les deux graphies dans la tête en même temps. Dans les deux expériences, il y a quelque chose de très intime. On sort d’un rapport au texte pour entrer dans un rapport de grande proximité avec les êtres, qui passe par le rapport très concret au papier, aux écritures, aux encres…

Après, ce qui est étonnant chez Barthes, c’est que cet esprit si articulé, éduqué - suréduqué, même -, qui a une maîtrise totale de la langue, cède progressivement, il est attiré par la non-maîtrise. On le voit bien dans ses derniers cours, ses derniers textes, la façon dont il entre dans le discontinu. Avec Marilyn, c’est un peu l’inverse. On a un texte discontinu par défaut, et une quête progressive de la maîtrise.

Finalement, qu’est-ce que cette traduction représente pour vous ?
Au départ, je ne savais pas à quoi m’attendre, j’aurais pu avoir des petites lettres, cela aurait pu être plus anodin. Je me disais que ce n’est pas très sérieux, comme s’il y avait un décalage avec ce que je suis. Et, en cours de route, c’est devenu une expérience très forte. J’ai trouvé qu’il y avait, à la fois dans ce qu’elle écrit et dans la façon dont ce texte nous arrive, quelque chose de puissant, qu’on ne peut posséder complètement, qui est de l’ordre de l’instabilité, de la fragilité dans l’écriture, mais aussi l’inachèvement. Au bout du compte, j’ai été très fière et très touchée d’avoir fait ça.

Posté par ginieland à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,