Le 9 août 1955, Marilyn Monroe téléphone à quatre heures du matin à la photographe Eve Arnold, pour lui annoncer qu'elle s'envole le jour même pour Bement, une petite ville de 1500 habitants dans l'Illinois, lieu historique d'une rencontre entre Abraham Lincoln et Stephen Douglas. Sa mission consiste à "sensibiliser à l'art les masses populaires". Elle demande à Eve Arnold de l'accompagner, elle et son assistant et coiffeur Peter Leonardi, assurant Eve Arnold d'obtenir ainsi un reportage photographique exclusif; la photographe, à moitié endormie mais intriguée, accepte.
C'est Carlton Smith, le directeur de la 'National Arts Foundation', qui a convaincu Marilyn de venir promouvoir l'art. Mais Bement célébre alors aussi son centenaire et la venue de Marilyn dans cette petite bourgade en fait une publicité nationale.
Marilyn accepta sans doute cette proposition car elle a toujours été fascinée par Abraham Lincoln.
Photographies noir et blanc d' Eve Arnold; Snapshots de James Collins et Frieda Hull, fans des 'Monroe Six' / James Haspiel / Peter Leonardi

On August 9, 1955, Marilyn Monroe phones to Eve Arnold at four o'clock in the morning to inform her that she is flying the same day for Bement, a small town of 1,500 inhabitants in Illinois, place of the historical meeting between Abraham Lincoln and Stephen Douglas. Her mission is to "raise awareness of art among the popular people". She asks to Eve Arnold to accompany her, with her assistant and hairdresser Peter Leonardi, assuring Eve Arnold to obtain an exclusive photographic report. The photographer, half asleep but intrigued, accepts.
It's Carlton Smith, the director of the National Arts Foundation, who convinced Marilyn to come and promote art. But Bement also celebrates its centenary and the arrival of Marilyn in this small town makes it a national advertisement. Marilyn accepts this proposal because she has always been fascinated by Abraham Lincoln.
Black and white photographs by Eve Arnold; Snapshots by James Collins and Frieda Hull, fans from the 'Monroe Six' band / James Haspiel / Peter Leonardi

  • Marilyn, son coiffeur Leonardi et Eve Arnold partent de l'aéroport La Guardia de New York à dix heures du matin. Marilyn s'est levée tôt car elle vit alors dans le Connecticut. On a demandé à Marilyn d'écrire un discours sur Lincoln, qu'elle prononcerait là-bas. Dans l'avion, elle écrit et répète son discours.

1955_08_09_bement_01_airplane_01_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_02_by_eve_arnold_1 1955_bement_1
1955_08_09_bement_01_airplane_04_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_03_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_05_by_eve_arnold_1
 1955_08_09_bement_01_airplane_06_by_eve_arnold_1
1955_bement_by_arnold
1955_08_09_bement_01_airplane_07_by_eve_arnold_1
1955-bement 1955_08_09_bement_01_airplane_08_by_eve_arnold_1 
ph_arnold_1955_bement_1 ph_arnold_1955_bement_2 ph_arnold_1955_bement_3
ph_arnold_1955_bement_4 ph_arnold_1955_bement_5

  • Le voyage en avion est long et le premier arrêt se fait à Chicago. Après deux heures d'attente à l'aéroport, Marilyn, son coiffeur et Eve Arnold, prennent un autre avion en direction de Champaign, où les attendent une voiture et une escorte de motards du gouverneur, chargés de les mener à Bement.

1955_08_09_bement_01_airplane_09_01_chicago_1 1955_08_09_bement_01_airplane_09_01_chicago_2
1955_08_09_bement_01_airplane_09_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_09_02_by_haspiel_1 
1955-bement-2  1955-bement-1  
1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaigna 1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaignb 1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaignc 

> photo de James Collins, un fan des 'Monroe Six'
lot89019d 

  • A l'arrivée sur l'aérodrome de Champaign, Eve Arnold décrit l'ambiance comme étant "cauchemardesque". Des centaines de journalistes de la presse, de la radio et même de la télévision, étaient sur place et se bousculaient pour apercevoir la star. Tout le monde voulait voir Marilyn, la toucher, lui parler, obtenir un autographe et Marilyn répond à toutes les attentes. Pour l'occasion, la population de la ville avait quadruplé et les admirateurs étaient venus de loin pour voir la star. Parmi les fans se trouve James Haspiel, que l'on distingue mêlé aux photographes et journalistes sur l'une des photographies. Dans l'aéroport, Eve Arnold surveille de près Marilyn et va même jusqu'à la suivre dans les toilettes pour s'assurer que personne ne vienne la perturber. 

1955_08_09_bement_02_arrive_1_1 1955_08_09_bement_02_arrive_1_by_arnold_1 1955_08_09_bement_02_arrive_2_1
1955_08_09_bement_02_arrive_2_2 1955_08_09_bement_02_arrive_2_4 1955_08_09_bement_02_arrive_2_5
1955-bement-willard_airport-1
  1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_1 1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_2
1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_3 1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_4 1955_08_09_bement_02_arrive_4_01
1955_08_09_bement_02_arrive_4_02 1955_08_09_bement_02_arrive_4_03 
1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaig  1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaign 
1955_08_09_bement_02_arrive_4_04 1955_08_09_bement_02_arrive_4_05_by_arnold_1 1955_08_09_bement_02_arrive_4_06_by_arnold_james_haspiel_left 
 1955-bement-1   1955_08_09_bement_02_arrive_4_07
1955_08_09_bement_03_airport_01_by_arnold_2 1955_08_09_bement_03_airport_02_by_arnold_1 ph_arnold_1014
1955_08_09_bement_03_airport_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_03_airport_03_by_arnold_chicago_airport_1
lot128415  

> Signature d'autographes au Pastafazula Club
dans un salon de l'aéroport Midway
mike_rotunno__p 

  • Arrivée à Bement, Marilyn est très fatiguée: les longs voyages en avion et en voiture ainsi que les bousculades l'ont épuisée. De plus, elle souffre d'une infection rénale et a oublié ses médicaments, si bien que ses chevilles enflent. Marilyn, son coiffeur et sa photographe sont emmenés au domicile de Carlton Smith. Elle demande une cuvette d'eau pour réduire l'oedème et s'allonge sur le lit avec ses pieds surélevés, pendant que son coiffeur Leonardi s'endort au pied du lit. Pendant ce temps, la foule s'agglutinent autour de la maison: certains ont escaladé les toits des maisons avoisinantes, d'autres regardent par les fenêtres (qui n'avaient pas de volets), frappent à la porte, criant le nom de Marilyn. Quelqu'un parvient même à enfoncer la porte d'entrée de la maison!

1955_08_09_bement_04_house_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_02_by_arnold_2 1955_08_09_bement_04_house_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_04_house_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_04_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_05_by_arnold_1
1955_08_09_bement_04_house_05_by_arnold_2 1955_08_09_bement_04_house_06_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_07_by_arnold_1
1955_summer_Bement_with_carleton_smith_1 1955_summer_Bement_with_charles_strohl_1  

  • Marilyn n'a emmené aucun vêtement de rechange, excepté deux paires de chaussures (une paire blanche et des sandales noires).
    C'est Eve Arnold qui repasse sa robe, pendant que Marilyn se remaquille tout en se faisant recoiffer par Leonardi puis de répéter encore son discours. Elle passe un coup de fil et mange un peu de raisin. Elle enfile ensuite une paire de gants noirs avant de sortir au contact de la foule.

1955_08_09_bement_05_phone_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_05_phone_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_05_phone_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_05_phone_04_by_arnold_1
1955_08_09_bement_06_house_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_06_house_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_06_house_02_by_arnold_2

  • Marilyn visite ensuite le musée d' Abraham Lincoln et une exposition d'oeuvres d'art primitif, prêtées par un musée de Chicago, puis elle répond aux questions des journalistes et signe le livre d'or.

   1955_08_09_bement_07_lincoln_03_by_arnold_1 1955_bement_64085493_o
1955_08_09_bement_07_lincoln_02_by_arnold_1  1955_08_09_bement_07_lincoln_07_by_arnold_1 
1955_08_09_bement_07_lincoln_04_by_arnold_1 1955_08_09_bement_07_lincoln_05_by_arnold_1 1955_summer_Bement_3 
1955_08_09_bement_07_lincoln_06_by_arnold_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_01_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_03_by_arnold_1
1955_08_09_bement_08_art_exhib_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_02_by_arnold_2 1955_08_09_bement_06_house_03_by_arnold_1
1955_summer_Bement_4 1955_08_09_bement_08_art_exhib_04_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_05_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_06_1

  • Marilyn prononce son discours sur Lincoln puis participe au concours de la plus belle barbe. Tous les hommes de la ville se sont laissés pousser la barbe pour participer au concours. Ils devaient tous figurer dans un tableau.

1955_08_09_bement_07_lincoln_01_1_by_arnold_1 1955_08_09_bement_07_lincoln_01_2 

1955-marilyn-avec-clark-plummer 
> Avec Clark Plummer 
1955_08_09_bement_09_barber_01_1  1955_08_09_bement_09_barber_02_1 
1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_2 1955_Marilyn_Monroe_1 
1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_3 1955_08_09_bement_09_barber_04_by_arnold_1 
1955_08_09_bement_10_barber_01_1 1955_08_09_bement_10_barber_02_1 1955_08_09_bement_10_barber_02_2
1955_08_09_bement_10_barber_03_1 1955_summer_Bement_2 1955_08_09_bement_10_barber_04_1
1955_08_09_bement_10_barber_05_1 1955_summer_Bement_1 1955-c3a0-bement
1955_summer_Bement_6 1955_08_09_bement_10_barber_06_1

  • Avant de partir, Marilyn va au contact de la population, discute avec plaisir avec les gens et signe des autographes.

1955_08_09_bement_11_people_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_11_people_01_by_arnold_2 1955_08_09_bement_11_people_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_11_people_04_1 1955_08_09_bement_11_people_05_1 1955_08_09_bement_11_people_03_by_arnold_1

  • Le départ définitif est perturbé: le petit avion qui doit les ramener à New York ne peut pas décoller en raison d'une tempête annoncée. Carlton Smith leur propose alors de passer la nuit sur place mais Marilyn ne compte pas rester et veut absolument rentrer à New York. Face à son désarroi, Eve Arnold propose qu'ils se rendent tous à Chicago, à plus d'une centaine de kilomètres, où il y a encore certainement des avions en destination de New York. Après avoir appelé l'aéroport, il reste un seul avion en destination de New York, qui décolle à 23 heures et il était déjà 21h30. Le gouverneur est contacté par l'un des motards qui les a escorté à leur arrivée, et il accorda la permission d'utiliser sa voiture. C'est le sergent de la police de l'Etat d'Illinois, Dick "Jiggs" Robinson, qui conduit la voiture. Il se souvient que Marilyn lui demande d'accélerer un peu pour ne pas rater l'avion. Allongée sur la banquette arrière, elle discute avec le sergent, lui demande des renseignements sur l'histoire de la ville et les paysages qui défilent par la vitre.

1955_08_09_bement_11_people_06_1 1955_08_09_bement_12_leaving_01_1 1955-part-de-bement 

  • 1955_bementLa soirée est fraîche et il commence à pleuvoir. Marilyn frissonnait dans sa robe blanche légère et ajourée sans manches. Eve Arnold lui prête alors son gilet. A l'aéroport de Chicago, l'avion les attend depuis 10 minutes. Les passagers, endormis, n'ont pas reconnu Marilyn qui avait les cheveux ébouriffés et qui était éreintée de sa journée. Ils arrivent tous à New York à deux heures du matin. Au moment de se quitter, Marilyn serre Eve Arnold dans ses bras et la remercie de lui avoir épargner une nuit dans l'Illinois.

1955_08_09_bement_12_leaving_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_12_leaving_03_by_arnold_1


> dans la presse
mag_picture_post 1955_bement


>> sources:
livre "Marilyn Monroe" d' Eve Arnold,
livre "Les trésors de Marilyn Monroe" de Jenna Glatzer
lire l'article
A good place to call home 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer