Marilyn Monroe photographiée par André De Dienes
été 1946 - une journée en fin d'après-midi -
Au sommet d'une falaise d'une plage de Malibu

Souvenirs d' André De Dienes*:
André De Dienes acheta un livre à 15 $ chez un bouquiniste en Californie, le journal d'une femme en Ecosse commencé en 1830 et compilant ses pensées et poèmes, et ceux d'auteurs célèbres. Le photographe voulut partager sa trouvaille avec Marilyn.
Sur une plage déserte de Malibu, ils ont lu ensemble quelques passages dont certains ont beaucoup émus Marilyn, qui avait les larmes aux yeux; et plus particulièrement, un poème intitulé "Lines on the death of Mary" ("Quelques vers sur la mort de Mary") pour lequel Marilyn s'identifia.
Après la lecture, André la photographia, capturant différentes émotions que lui demandait le photographe: le bonheur, la mélancolie, l'introspection, la sérénité, la tristesse, le tourment, le désarroi.  

1949_dd_1 mmad014 mmad016
1946-fmf_De_Dienes_c 1946-fmf_De_Dienes_d 1946-fmf_De_Dienes_g
mmad011 1946_summer_malibu_by_dedienes_05_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_05_1b

1946-02  1946-dd-181017_0 
1946-fmf_De_Dienes_a  1946-fmf_De_Dienes_b 
1946_summer_malibu_by_dedienes_04_2 1946_summer_malibu_by_dedienes_05_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_05_1b

1946_summer_malibu_by_dedienes_04_1
1946_summer_malibu_by_dedienes_06_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_06_1a
1946_summer_malibu_by_dedienes_07_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_08_1b
1946_summer_malibu_by_dedienes_08_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_08_1a
1946_summer_malibu_by_dedienes_09_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_10_1c
1946_summer_malibu_by_dedienes_10_1 mmad010
1946_summer_malibu_by_dedienes_10_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_10_1b
1946_summer_malibu_by_dedienes_12_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_12_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_12_1b
1946_summer_malibu_by_dedienes_11_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_13_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_14_1
1946_summer_malibu_by_dedienes_14_1b 1946_summer_malibu_by_dedienes_15_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_15_1a
1946_summer_malibu_by_dedienes_15_1_aa 1946_summer_malibu_by_dedienes_16_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_17_1
1946_summer_malibu_by_dedienes_16_1b 1946_summer_malibu_by_dedienes_16_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_17_1a
1946_summer_malibu_by_dedienes_18_1 mmad003 1946_summer_malibu_by_dedienes_19_1
1946_summer_malibu_by_dedienes_18_1a 
1946_summer_malibu_by_dedienes_19_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_19_1b 
1946-fmf_De_Dienes_e  1946-fmf_De_Dienes_f
1946_summer_malibu_by_dedienes_20_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_20_1a
1946_summer_malibu_by_dedienes_20_2 1946_summer_malibu_by_dedienes_21_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_20_1B
1946_summer_malibu_by_dedienes_21_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_21_1b 1946_summer_malibu_by_dedienes_21_2
1946_summer_malibu_by_dedienes_22_1 1946_summer_malibu_by_dedienes_22_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_23_1

Quand De Dienes lui demanda d'interpréter la mort, elle se mit la couverture sur la tête.  

1946_summer_malibu_by_dedienes_24_1 

Puis Marilyn montra à André à quoi ressemblerait sa propre mort. D'une expression lugubre, elle donna un titre "The end of everything" ("La fin de tout"). 

1946_summer_malibu_by_dedienes_17_1

André lui demanda ensuite de s'allonger sur le sol, pour qu'elle lui montre à quoi elle ressemblerait morte.
De Dienes voulait poursuivre la séance, mais Marilyn se leva d'un bond et cria :"Va au diable! Regarde dans quel état sont mes cheveux à cause de toi! J'ai un rendez-vous ce soir!"
 

1946_summer_malibu_by_dedienes_25_1a 1946_summer_malibu_by_dedienes_25_1 mmad007

Pour la calmer, André lui fit la promesse qu'il réaliserait un album avec les photos, accompagnées des poèmes qu'ils avaient lu ensemble. Mais Marilyn lui rétorqua: "André, ne publie pas ces photos tout de suite, attend que je sois morte". Il lui fit la remarque qu'étant âgé de 12 ans de plus qu'elle, comment pouvait-elle savoir qu'elle mourrait avant lui; et elle lui réondit qu'elle le sentait. L'instant d'après, elle redevint gaie et joyeuse.
André De Dienes confie alors:
"Je n'oublierai jamais la tristesse qui m'envahit ce soir là en rentrant à Hollywood pour être à l'heure à son rendez-vous avec un autre homme (...). Elle sortait dîner au célèbre resturant Romanoff's de Beverly Hills. Je me sentais affreusement humilié, délaissé. (...) Cette nuit-là, je faisais mes bagages pour rentrer à New York quand le téléphone sonna. C'était elle. Elle me déclrara qu'elle avait passé une soirée épouvantable avec un tocard, un escroc, un type qui s'attendait à ce qu'elle paye le dîner! (...) Nous convîmes que dans la mesure où elle avait décidé de faire carrière à Hollywwod, elle devait être suffisamment forte pour affronter toutes sortes de situations. (...) Elle me proposa qu'on sorte ensemble, le soir suivant, pour que je prenne des photos d'elle de nuit. Sur un ton vengeur, je lui annonçai que je rentrai le lendemain à New York et qu'elle ne m'intéressai plus".

>> agenda:
agenda_dedienes_img243 agenda_dedienes_img244 agenda_dedienes_img245 agenda_dedienes_img246
agenda_dedienes_img247 agenda_dedienes_img248 agenda_dedienes_img249 agenda_dedienes_img250
ph_dd_mm_1946_agenda_dienes020 ph_dd_mm_1946_agenda_dienes021 

>> Montages par De Dienes:
ph_dd_mm_1946_montage_dienes016 ph_dd_mm_1946_montage_2add120 ph_dd_mm_1946_montage_2add117
ph_dd_mm_1946_montage_2add118 ph_dd_mm_1946_montage_H3767_L19425904 ph_dd_mm_1946_montage_beach_montage_1
ph_dd_mm_1946_montage_dienes017 ph_dd_mm_1946_montage_beach_montage_2 1946_summer_malibu_by_dedienes_montage_profil ph_dd_mm_1946_montage_dienes023
ph_dd_mm_1946_montage_dienes024 ph_dd_mm_1946_montage_four_pics_1 ph_dd_mm_1946_montage_four_pics_2 

> magazines
mag_pageant_1971 ph_dd_mm_1946_mag_dienes36 ph_dd_mm_1946_mag_dienes37

*(source: coffret André De Dienes, Marilyn, publié chez Taschen en 2002)