Motion Picture and Television Magazine

country: USA
date: 1953, January
content: 5 pages article on Marilyn Monroe

mag_motion_picture_1953_USA_cover  

 pays: USA
date: janvier 1953
contenu: article de 5 pages sur Marilyn Monroe

mag_motion_picture_1953_USA_p1  mag_motion_picture_1953_USA_p2 mag_motion_picture_1953_USA_p3 
mag_motion_picture_1953_USA_p4 mag_motion_picture_1953_USA_p5 


Article: "Marilyn Monroe – Wolves I Have Known"
By Marilyn Monroe, as told by Florabel Muir 
“They say I’m whistle bait, could be, but I’m forever meeting guys who don’t stop at a whistle. I’ve learned to handle them all.”

First I want to say that this would be a very uninteresting world if there weren’t any wolves, but a girl has to learn how to handle them, or she’ll run into a bushel of trouble. There are many types of wolves. Some are sinister, others are just good-time Charlies, trying to get something for nothing and others make a game of it. This last type is the most interesting.

The first real wolf I encountered should have been ashamed of himself, because he was trying to take advantage of a mere kid. That’s all I was and I wasn’t suspicious of him at all when he stopped his car at a corner and started to talk to me.
He looked at me all over and then came up with that famous line: “You ought to be in pictures.” That was the first time I’d ever heard it, so it didn’t sound corny to me.
He told me he had an office at the Goldwyn Studio and said why didn’t I come and see him and he would get me a screen test. It sounded pretty good to me, as I was crazy to get into the movies.
I was modelling at that time and I asked the people who ran the agency where I got my jobs what they thought of his offer. The manager called the studio, but was never able to get in touch with my would-be benefactor. However, the wolf called the agency and I made an appointment to go to his office on Saturday afternoon.
I didn’t know then that the producers and other movie officials don’t make Saturday afternoon appointments. I found that out later. I also found out that he really didn’t have any connection with the Goldwyn Studio, but had borrowed a friends office.
He was fat and jovial and of course drove a Cadillac. He gave me a script to read and told me how to pose while reading it. All the poses had to be reclining, although the words I was reading didn’t seem to call for that position.
Even as naïve as I was then, I soon figured out that this wasn’t the way to get a job in movies. He was getting sillier by the minute and I maneuvered towards the door and made a hasty exit. 

The next wolf I met was in Policeman’s clothing. Now if you can’t trust an officer of the Law, then whom can you trust? At least that was how I felt one December evening when I stopped in at a little Hamburger joint on Hollywood Boulevard to have my dinner. I had a $50 check I got for modelling and I thought that I could have it cashed at the place, but they didn’t have that much money on hand.
The Policeman was having a coffee at the counter and offered to take me across the street to a clothing store and get it cashed. I thought he was very kind to make this offer and thanked him for his enthusiasm. I wrote my address on the check and I guess he must have made a note of it.
A few nights later when I was all alone at my home in Burbank. The people I was staying with had gone to the beach for the weekend. About 2am I heard someone prowling around the window.
I was scared silly. I got up and tiptoed around to the window and I could see that a man was trying to cut the screen. I ran out the front door and over to the neighbors. They called the police, but when they got there, the man was gone. I asked them to stick around the house for a little while for fear he would come back and sure enough he did. They caught him at the window again.
When they brought him in the house, I saw that his face was familiar. I told the Burbank Policaman that I thought I knew him. I said I thought he was a Policeman. They found his badge and identification in his pocket and he admitted he had met me and thought he would come and call on me.
They told him he was rushing it a little and that when a gent called on a girl, he ought to ring the front doorbell. They took him to jail and he doesn’t wear a badge anymore.

When I was modelling, I did mostly play clothes and bathing suits. I used to meet a lot of wolves among the buyers who wanted to take me to dinner and give me trinkets, but I always told them the agency people were very strict and wouldn’t let me go out with anyone I met during business hours.
I didn’t have much trouble brushing them off. I found out that in those days if I just looked sort of stupid and just pretended I didn’t know what they were talking about, they soon gave up in disgust.
If you are born with what the world calls sex appeal, you can either let it wreck you, or you can use it to your advantage in the tough show business struggle and it isn’t always easy to pick the right route.
For instance, there was a day when I woke up and I didn’t have a nickel to make a telephone call. I had a small part in a Marx Brothers picture called ‘Love Happy,’ finished in September 1949 and I thought I was on my way to success. But nothing else came until the following spring, when MGM hired me to play in ‘The Asphalt Jungle.’ Meanwhile, money was scarcer to me than Hen’s teeth.
It was at this very low ebb in my life that I got a telephone call from a man who said he’d seen me working on the set of ‘Love Happy’ and was quite impressed with me. I didn’t remember seeing him, but I guess he was there alright as he told me about a scene he saw me do. I wondered what he wanted with me and I soon found out. He said he was a married man, but that he and his wife didn’t see much of one another and so he was lonely for feminine companionship. Wouldn’t I like to go around with him when he made his trips into Los Angeles? He said he would make it worth my while. He said he’d give me a Cadillac, or money, or whichever I preferred.
Money! And I didn’t have a nickel!
For a dizzy second, I had visions of being able to pay my rent, but as he went on giving me the details of what he expected me to do, my visions vanished. He was brutally frank and all I could think of to say was that he shouldn’t talk that way over a public telephone. I didn’t realise how silly that sounded until I hung up and then I started to laugh.
That was the day I called up a photographer friend (nb: Tom Kelley) and his wife who had been coaxing me for weeks to pose for a nude calendar they had an order to do. I decided I would be safer with them than with some rich old guy who might catch me at a weak moment when I was hungry and didn’t have enough to buy a square meal. Of course, they told me they would camouflage my face and that nobody would know I ever posed for them, but it turned out everyone did a year later or so.

One afternoon a girl friend phoned me and asked me if I would do her a favour and go on a date with a man she knew who was very, very nice. I foolishly agreed and went with this fellow to the Ocean House in Santa Monica. There were two other couples in the party and we all went swimming. While we were sitting around on the sand, this fellow I was with kept poking his finger into the flesh on my leg and telling me how he liked girls on whom you could feel the bone. This was a strange approach and it made me feel uneasy.
He had dark piercing eyes that seemed to go right through me and I had began thinking up excuses to leave. I finally told him if he liked my bones so much, I’d have an x-ray picture made up for him, but he didn’t think that was funny and moved away from me. He told me just before I left that he didn’t like girls with brains, and I told him that was the finest compliment I had ever had.

An important Hollywood composer gave me quite a whirl one time and he thought he could get me off base by playing his songs for my ears alone. He cornered me at a party one night and asked me to sit on the piano bench with him while he played his latest song. He said he had written it while thinking of me.
As he sang and played, he kept moving closer and I kept moving away until I was sitting on the edge of the bench. I got out of that one quickly and he was never able to corner me again. But he kept on singing to me whenever I met him and sending me love verses he made up.

There was then the man about town who kept telling me about his wonderful cook and how she prepared much better food than you could find in Romanoff’s.
I didn’t see through this little plot until I accepted a dinner invitation at his home one night and I found out that he didn’t even have a cook. All the food was sent in from LaRue’s (nb: French restaurant on Sunset Boulevard).
I developed a violent headache and lost my appetite. He suggested I lie down for a little while and offered me some aspirin, but I told him I had to go home and call my Doctor because I was on a special diet for such headaches.
I learned that this talk for such fine cooks at home is used quite often around Hollywood. This is a switch from the old line about coming up to see my etchings. I had similar invitations, but needless to say, I never fell for the same gag again.

The things a gal has to think up to outwit these predatory males!
Girls in every walk of life have to take great care that they don’t find themselves just another scalp on some man’s belt. But in Hollywood, we have to work overtime to outwit the wolves. That’s because wolves of all varieties come from far and near to snare the Little Red Riding Hood’s of the movies.
Once you’re fairly well established as a film actress, it’s open season on you. I thought it was bad enough when I was just a little girl on the outside looking into the studio gates, but that, I’ve learned since, was easy by comparison.
The men I met in those days who’s line was “you ought to be in the movies” were crude amatuers compared to the ones I met after my name began to appear in movies columns and fan magazines.
For instance, there was this screen writer who’s approach was strictly mental at first. He talked to me about my career and gave me books to read. He warned me not to be seen in night clubs too often and not to ever go out with playboys. He was like a brother to me and that’s how I felt about him because he seemed quite old to me and besides he was married.
That brother act is quite a routine when an intelligent man plays it. However I soon found out there isn’t any such thing as brotherly interest. One night, my big self-styled brother called me and said he had some fine steaks and would like to come over and cook dinner.
I asked him if he was going to bring his wife and he laughed heartily and he told me I was some little joker. I told him another big brother had asked me to dine at Romanoff’s and that I thought it was safer than his proposition. He lost interest in me from then on.

Then there are the Hollywood parties where carfree wolves think they have to howl. If you can get through one of them without having to put some too ardent swain in his place you’re lucky. A director famous for his roving eye picked on me one night at a party and he couldn’t believe I was in earnest when I gave him the brush. He followed me upstairs when I went to get my wrap and trapped me when he pulled the door shut on my foot.
I managed to get loose and ran into another room. Shut out, he pounded on the door and pleaded that he just wanted to talk with me. I found a magazine and sat quietly reading while he roared. After a while, he left.
Later when I went back downstairs, I saw another fellow bop him on the nose for flirting with his wife. And you know, it’s a funny thing, I’ve met the fellow several times since and he told me respected me for not letting him get fresh. He told me that any girl who wanted to get anywhere in the film business has to hold herself aloof.

Then there are very eligible bachelors who are in such constant demand as escorts that they become their own most ardent fans. They imagine any girl will do wingdings to get a chance to go out with them.
One of those characters telephoned me one night and said he would be over in ten minutes. I didn’t squeal with delight or anything. I just said “Oh yeah?” He said “What’s the matter? Don’t you want to see me?” I said not particularly and how did he get the idea that I did?
Then he went into his line about he’d been thinking about me ever since he’d met me the night before and that he couldn’t get me out of his mind.
“I’ve always gone for blondes with brown eyes,” he explained “I fall quick when I meet one. That’s why I can’t wait to see you again, so I’ll be right over.”
I told him not to come because he was going to be very disappointed on account of I didn’t have brown eyes and that he ought to look closer next time he saw me.

I had an experience with a fatherly type too. This man was an actors agent and he wanted to protect me from wolves by giving me $50 a week to live on until I could get established. I was pretty broke at the time and a steady income was tempting. However I didn’t want to be under too much obligation so I told him I would borrow the money. He said ok. I insisted on signing promissory notes for the first two installments and he took it as a great big joke.
He put the notes in a frame and hung them on the wall in his office. I told him I didn’t appreciate his letting everyone know I was in debt to him.
“I want all guys around town to know you belong to me” he said with a suggestive smile.
This didn’t seem to me to be a true fatherly interest, so I didn’t borrow any more from him. As soon as I could, I paid him back. I had quite an argument getting the notes and had to threaten to see a lawyer.

Whether a girl survives among a pack of wolves is entirely on her. If she is trying to get something for nothing, she often ends up giving more than she bargained for. If she plays the game straight, she can usually avert unpleasant situations and she gains the respect for even the wolves.”


Traduction
"Marilyn Monroe - Les loups que j'ai connus"
Par Marilyn Monroe, racontée par Florabel Muir
 
"Ils disent que je suis un sifflet d'appât, peut-être, mais je rencontre toujours des gars qui ne s'arrêtent pas à un coup de sifflet. J'ai appris à tous les gérer."

D'abord, je veux dire que ce serait un monde très inintéressant s'il n'y avait pas de loups, mais une fille doit apprendre à les gérer, sinon elle se heurtera à un boisseau d'ennuis. Il existe plusieurs types de loups. Certains sont sinistres, d'autres ne sont que des Charlies du bon temps, essayant d'obtenir quelque chose pour rien et d'autres en font un jeu. Ce dernier type est le plus intéressant. 
Le premier vrai loup que j'ai rencontré aurait dû avoir honte de lui-même, car il essayait de profiter d'une simple gamine. C'est tout ce que j'étais et je ne me méfiais pas du tout de lui quand il a arrêté sa voiture dans un virage et a commencé à me parler.
Il m'a regardé partout et a ensuite trouvé cette phrase célèbre: "Tu devrais être sur des photos." C'était la première fois que je l'entendais, donc ça ne me semblait pas ringard.
Il m'a dit qu'il avait un bureau aux studios de Goldwyn et m'a dit pourquoi je ne viendrais pas le voir et qu'il me ferait passer un casting. Cela me semblait plutôt bien, car j'étais folle de vouloir être dans des films.
Je faisais du mannequinat à l'époque et j'ai demandé aux gens qui dirigeaient l'agence où j'avais obtenu mes boulots ce qu'ils pensaient de son offre. Le directeur a appelé le studio, mais n'a jamais pu entrer en contact avec mon bienfaiteur potentiel. Cependant, le loup a appelé l'agence et j'ai pris rendez-vous pour aller à son bureau samedi après-midi.
Je ne savais pas alors que les producteurs et autres responsables du cinéma ne prenaient pas de rendez-vous le samedi après-midi. Je l'ai découvert plus tard. J'ai également découvert qu'il n'avait vraiment aucun lien avec les studios de la Goldwyn, mais avait emprunté le bureau d'un ami.
Il était gros et jovial et conduisait bien sûr une Cadillac. Il m'a donné un script à lire et m'a dit comment poser en le lisant. Toutes les poses devaient être inclinées, même si les mots que je lisais ne semblaient pas appeler cette position.
Même aussi naïve que j'étais alors, j'ai vite compris que ce n'était pas le moyen de trouver un travail dans les films. Il devenait de plus en plus idiot de minute en minute et j'ai manoeuvré vers la porte et j'ai fait une sortie précipitée.

Le prochain loup que j'ai rencontré portait des vêtements de policier. Maintenant, si vous ne pouvez pas faire confiance à un officier de justice, alors à qui pouvez-vous faire confiance ? C'est du moins ce que j'ai ressenti un soir de décembre lorsque je me suis arrêtée dans un petit hamburger sur Hollywood Boulevard pour dîner. J'avais un chèque de 50 $ que j'avai reçu pour avoir fait du mannequinat et je pensais que je pourrais le faire encaisser sur place, mais ils n'avaient pas autant d'argent en main.
Le policier prenait un café au comptoir et m'a proposé de m'emmener de l'autre côté de la rue jusqu'à un magasin de vêtements et de le faire encaisser. J'ai pensé qu'il était très gentil de faire cette offre et je l'ai remercié pour son enthousiasme. J'ai écrit mon adresse sur le chèque et je suppose qu'il a dû en prendre note. 
Quelques nuits plus tard, quand j'étais toute seule chez moi à Burbank. Les gens avec qui je logeais étaient allés à la plage pour le week-end. Vers 2 heures du matin, j'ai entendu quelqu'un rôder autour de la fenêtre. 

J'étais bêtement appeurée. Je me suis levée et je me suis dirigée vers la fenêtre sur la pointe des pieds et j'ai pu voir qu'un homme essayait de couper la moustiquaire. J'ai couru par la porte d'entrée et j'ai couru vers les voisins. Ils ont appelé la police, mais quand ils sont arrivés, l'homme avait disparu. Je leur ai demandé de rester dans la maison pendant un petit moment de peur qu'il ne revienne et bien sûr, il l'a fait. Ils l'ont attrapé à la fenêtre où il était encore revenu.
Quand ils l'ont amené dans la maison, j'ai vu que son visage était familier. J'ai dit au policier de Burbank que je pensais le connaître. J'ai dit que je pensais que c'était un policier. Ils ont trouvé son badge et sa carte d'identité dans sa poche et il a admis qu'il m'avait rencontré et qu'il pensait qu'il viendrait me rendre visite.
Ils lui ont dit qu'il se précipitait un peu et que lorsqu'un monsieur rendait visite à une fille, il devait sonner à la porte d'entrée. Ils l'ont emmené en prison et il ne porte plus de badge.

Quand j'étais mannequin, je présentais surtout des vêtements et des maillots de bain. J'avais l'habitude de rencontrer beaucoup de loups parmi les acheteurs qui voulaient m'emmener dîner et me donner des bibelots, mais je leur ai toujours dit que les gens de l'agence étaient très stricts et ne me laissaient pas sortir avec les personnes que je rencontrais pendant les heures de bureau.
Je n'ai pas eu beaucoup de mal à les expédier. J'ai découvert qu'à cette époque, si j'avais juste l'air un peu stupide et que je faisais semblant de ne pas savoir de quoi ils parlaient, ils abandonnaient rapidement avec dégoût.
Si vous êtes né avec ce que le monde appelle le sex-appeal, vous pouvez soit le laisser vous détruire, soit l'utiliser à votre avantage dans la dure lutte du show business et il n'est pas toujours facile de choisir la bonne route.
Par exemple, il y a eu un jour où je me suis réveillée et je n'avais pas un centime pour passer un coup de fil. J'ai eu un petit rôle dans un film des Marx Brothers intitulée "Love Happy", qui s'est terminé en septembre 1949 et je pensais que j'étais sur la voie du succès. Mais rien d'autre n'est venu jusqu'au printemps suivant, lorsque la MGM m'a engagé pour jouer dans "The Asphalt Jungle". Pendant ce temps, l'argent était plus rare pour moi que les dents d'une poule.
C'est à ce niveau très bas de ma vie que j'ai reçu un appel téléphonique d'un homme qui m'a dit qu'il m'avait vu travailler sur le tournage de "Love Happy" et qu'il était très impressionné par moi. Je ne me souvenais pas de l'avoir vu, mais je suppose qu'il était bien là quand il m'a raconté une scène qu'il m'a vu faire. Je me suis demandée ce qu'il voulait de moi et je l'ai vite découvert. Il a dit qu'il était un homme marié, mais que lui et sa femme ne se voyaient pas beaucoup et qu'il se sentait donc seul pour avoir une compagnie féminine. N'aimerais-je pas me promener avec lui lors de ses voyages à Los Angeles ? Il a dit qu'il ferait en sorte que cela en vaille la peine. Il a dit qu'il me donnerait une Cadillac, ou de l'argent, ou ce que je préférerais.
De l'argent ! Et je n'avais pas un sou !
Pendant une seconde vertigineuse, j'ai eu des visions de pouvoir payer mon loyer, mais alors qu'il continuait à me donner les détails de ce qu'il attendait de moi, mes visions se sont évanouies. Il était d'une franchise brutale et tout ce que je pouvais penser à dire était qu'il ne devrait pas parler de cette façon sur un téléphone public. Je n'avais pas réalisé à quel point cela avait l'air idiot jusqu'à ce que je raccroche et que je commence à rire.
C'est le jour où j'ai appelé un ami photographe (ndlr: Tom Kelley) et sa femme qui m'avaient persuadé pendant des semaines de poser pour un calendrier de nu dont ils avaient reçu en commande. J'ai décidé que je serais plus en sécurité avec eux qu'avec un vieil homme riche qui pourrait me rattraper à un moment de faiblesse quand j'avais faim et que je n'avais pas assez pour acheter un repas complet. Bien sûr, ils m'ont dit qu'ils camoufleraient mon visage et que personne ne saurait que j'avais posé pour eux, mais il s'est avéré que tout le monde l'a fait environ un an plus tard.

Un après-midi, une amie m'a téléphoné et m'a demandé si je lui ferais une faveur et si j'irais à un rendez-vous avec un homme qu'elle connaissait et qui était très, très gentil. J'ai bêtement accepté et je suis allée avec cet homme à l'Ocean House à Santa Monica. Il y avait deux autres couples dans la fête et nous sommes tous allés nager. Pendant que nous étions assis sur le sable, ce type, avec qui j'étais, n'arrêtait pas d'enfoncer son doigt dans la chair de ma jambe et de me dire à quel point il aimait les filles sur lesquelles on pouvait sentir l'os. C'était une approche étrange et cela m'a mise mal à l'aise. Il avait des yeux sombres et perçants qui semblaient me transpercer et je commencais à trouver des excuses pour partir. Je lui ai finalement dit que s'il aimait tant mes os, je lui ferais faire une radiographie, mais il n'a pas trouvé ça drôle et s'est éloigné de moi. Il m'a juste dit, avant que je parte, qu'il n'aimait pas les filles intelligentes, et je lui ai dit que c'était le plus beau compliment que je n'avais jamais eu.

Une fois, un important compositeur d'Hollywood m'a fait tourner la tête et il a pensé qu'il pourrait me faire perdre la tête en jouant ses chansons pour mes seules oreilles. Un soir, il m'a coincé à une fête et m'a demandé de m'asseoir sur le banc du piano avec lui pendant qu'il jouait sa dernière chanson. Il a dit qu'il l'avait écrite en pensant à moi. Pendant qu'il chantait et jouait, il continuait à se rapprocher et je continuais à m'éloigner jusqu'à ce que je sois assise sur le bord du banc. Je suis sortie de là rapidement et il n'a plus jamais pu me coincer. Mais il continuait à chanter pour moi chaque fois que je le rencontrais et m'envoyait des vers d'amour qu'il inventait.

Il y avait ensuite l'homme de la ville qui n'arrêtait pas de me parler de sa merveilleuse cuisinière et de la façon dont elle préparait une bien meilleure nourriture que celle que vous pouviez trouver chez Romanoff.
Je n'ai pas compris ce petit complot jusqu'à ce que j'accepte une invitation à dîner chez lui un soir et j'ai découvert qu'il n'avait même pas de cuisinier. Toute la nourriture avait été envoyée par LaRue's (ndlr: restaurant français sur Sunset Boulevard).

J'ai développé un violent mal de tête et j'ai perdu l'appétit. Il m'a suggéré de m'allonger un peu et m'a offert de l'aspirine, mais je lui ai dit que je devais rentrer chez moi et appeler mon médecin parce que je suivais un régime spécial pour de tels maux de tête.
J'ai appris que ce discours pour de si bons cuisiniers à la maison est utilisé assez souvent à Hollywood. C'est un changement par rapport à l'ancienne ligne de venir voir mes gravures. J'ai eu des invitations similaires, mais inutile de dire que je ne suis plus jamais tombée dans le même panneau.

Les choses qu'une fille doit imaginer pour déjouer ces mâles prédateurs !
Les filles de tous les horizons doivent faire très attention à ne pas retrouver leur cuir chevelu sur la ceinture d'un homme. Mais à Hollywood, nous devons faire des heures supplémentaires pour déjouer les loups. C'est parce que les loups de toutes les variétés viennent de loin et de près pour piéger le petit chaperon rouge des films.
Une fois que vous êtes assez bien établie en tant qu'actrice de cinéma, c'est la saison ouverte sur vous. Je pensais que c'était déjà assez grave quand je n'étais qu'une petite fille à l'extérieur regardant dans les portes du studio, mais cela, j'ai appris depuis, était facile en comparaison.

Les hommes que j'ai rencontrés à cette époque et dont la phrase était "tu devrais être dans les films" étaient des amateurs grossiers par rapport à ceux que j'ai rencontrés après que mon nom ait commencé à apparaître dans les génériques de films et les magazines de fans. Par exemple, il y avait ce scénariste dont l'approche était strictement mentale au début. Il m'a parlé de ma carrière et m'a donné des livres à lire. Il m'a averti de ne pas être vu trop souvent dans les boîtes de nuit et de ne jamais sortir avec des playboys. Il était comme un frère pour moi et c'est ce que je ressentais pour lui car il me paraissait assez vieux et en plus il était marié.
Ce numéro de frère est tout à fait une routine quand un homme intelligent le joue. Cependant, j'ai vite découvert qu'il n'y avait pas d'intérêt fraternel. Un soir, mon grand frère autoproclamé m'a appelé et m'a dit qu'il avait de bons steaks et qu'il aimerait venir préparer le dîner.
Je lui ai demandé s'il allait amener sa femme et il a ri de bon cœur en me disant que j'étais une petite farceuse. Je lui ai dit qu'un autre grand frère m'avait demandé de dîner chez Romanoff et que je pensais que c'était plus sûr que sa proposition. Il s'est désintéressé de moi à partir de ce moment-là.

Et puis il y a les soirées hollywoodiennes où les loups sans voiture pensent qu'ils doivent hurler. Si vous pouvez passer à travers l'un d'eux sans avoir à mettre un peu trop d'ardeur à sa place, vous avez de la chance. Un réalisateur célèbre pour son regard vagabond s'est jeté sur moi un soir lors d'une soirée et il n'arrivait pas à croire que j'étais sérieuse quand je lui ai donné la brosse. Il m'a suivi à l'étage quand je suis allé chercher mon châle et m'a piégé quand il a fermé la porte sur mon pied.
J'ai réussi à me dégager et j'ai couru dans une autre pièce. Restant silencieuse, il a frappé à la porte et a plaidé qu'il voulait juste me parler. J'ai trouvé un magazine et je me suis assise tranquillement en lisant pendant qu'il rugissait. Au bout d'un moment, il est parti.
Plus tard, quand je suis redescendue, j'ai vu un autre gars lui taper sur le nez pour avoir flirté avec sa femme. Et vous savez, c'est une drôle de chose, j'ai rencontré le gars plusieurs fois depuis, et il m'a dit qu'il me respectait pour ne pas le laisser se rafraîchir. Il m'a dit que toute fille qui voulait aller n'importe où dans le cinéma devait se tenir à l'écart.

Ensuite, il y a des célibataires très éligibles qui sont en demande si constante d'escortes, qu'ils deviennent leurs propres fans les plus ardents. Ils imaginent que n'importe quelle fille fera battre leurs ailes pour avoir une chance de sortir avec eux.
Un de ces personnages m'a téléphoné un soir et m'a dit qu'il serait là dans dix minutes. Je n'ai pas crié de joie ou quoi que ce soit. J'ai juste dit "Ah ouais ?" Il a dit "Qu'est-ce qu'il y a ? Tu ne veux pas me voir ?" J'ai dit pas particulièrement et comment a-t-il eu l'idée que je l'ai fait ? Puis il est allé dans sa ligne en disant qu'il avait pensé à moi depuis qu'il m'avait rencontré la nuit précédente et qu'il ne pouvait pas me sortir de son esprit.
"J'ai toujours opté pour les blondes aux yeux marrons", a-t-il expliqué. "Je tombe vite quand j'en rencontre une. C'est pourquoi j'ai hâte de vous revoir, alors j'arrive tout de suite."
Je lui ai dit de ne pas venir car il allait être très déçu car je n'avais pas les yeux marrons et qu'il devrait regarder de plus près la prochaine fois qu'il me verrait.

J'ai eu une expérience avec un type paternel aussi. Cet homme était un agent d'acteurs et il voulait me protéger des loups en me donnant 50 $ par semaine pour vivre jusqu'à ce que je puisse m'établir. J'étais assez fauchée à l'époque et un revenu stable était tentant. Cependant, je ne voulais pas être trop redevable, alors je lui ai dit que j'emprunterais de l'argent. Il a dit d'accord. J'ai insisté pour signer des billets à ordre pour les deux premiers versements et il l'a pris comme une grosse blague.
Il a mis les notes dans un cadre et les a accrochées au mur de son bureau. Je lui ai dit que je n'appréciais pas qu'il fasse savoir à tout le monde que j'avais une dette envers lui.
"Je veux que tous les gars de la ville sachent que tu m'appartiens" dit-il avec un sourire suggestif.
Cela ne me semblait pas être un véritable intérêt paternel, alors je ne lui empruntai plus. Dès que j'ai pu, je l'ai remboursé. J'ai eu toute une dispute pour obtenir les notes et j'ai dû menacer de voir un avocat.

Qu'une fille survive parmi une meute de loups dépend entièrement d'elle. Si elle essaie d'obtenir quelque chose pour rien, elle finit souvent par donner plus que ce qu'elle avait négocié. Si elle joue le jeu directement, elle peut généralement éviter des situations désagréables et elle gagne le respect même des loups.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.