Les désaxés
Photos Promotionelles 

Après la fin du tournage des Misfits (10 jours supplémentaires avaient été prévus en studio, du 24 octobre au 4 novembre 1960), Marilyn Monroe fixa la date pour des prises de vues en studio avec Eve Arnold; la séance photos eut lieu à Los Angeles le week-end suivant le tournage de la dernière scène du film -soit le 5 ou 6 novembre 1960. Bien qu'une multitude de photos avaient été prises sur le tournage des Misfits, les producteurs avaient besoin de portraits en studio de Marilyn Monroe pour les couvertures de magazines qui les sollicitaient. La photographe Eve Arnold avait reçu la permission des studios d'utiliser leurs locaux, ainsi qu'un technicien éclairagiste pour l'aider. Le producteur avait envoyé une caisse de champagne et un kilo de caviar; et Eve Arnold avait apporté des fleurs et des disques de Sinatra.

Marilyn Monroe arriva une heure en retard (ce qui était plutôt un exploit, car ses retards étaient souvent bien plus longs).
Marilyn était venue accompagnée de sa 'bande': Agnès Flanagan (sa coiffeuse), Bunny Gardel (maquilleur corps), May Reis (sa secrétaire), Pat Newcomb (son attachée de presse), Shirlee Strahm (costumière), Rudy Kautsky (son chauffeur) et 'Whitey' Snyder (son maquilleur).
Pendant que Snyder finissait son maquillage, Marilyn jeta un regard sur tout ce qui avait été prévu pour lui faire plaisir (le champagne, la caviar, les fleurs...) et elle dit à Whitey: "Whitey, tu te souviens de notre première séance photo? Il n'y avait que toi et moi, mais nous étions à l'époque pleins d'espoirs."
On apporta à Marilyn les bouteilles de champagne, et tout le monde se joignit dans sa loge pour lui porter un toast. En regardant dans le miroir, Marilyn leva son verre de champagne.

ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_1 ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_2

La mode était au 'jax slacks', des pantalons moulants avec une fermeture éclair dans le dos. Marilyn prenait plaisir à aller et venir dans sa loge avec la fermeture ouverte. Lorsque Eve Arnold s'apprêtait à photographier Marilyn de cette manière, son attachée de presse Pat Newcomb surgissait pour refermer la fermeture éclair puis elle repartait et Marilyn redescendait alors la fermeture et Pat revenait à nouveau. Cela dura un moment, sans que personne ne prononça de paroles.

ph_arnold_loge_010_1 ph_arnold_loge_020_1

La costumière Shirlee Strahm avait apporté des costumes du film The Misfits, mais aussi des vêtements personnels de Marilyn. Pour les photos, Marilyn pose avec un bikini à 300 Dollars et une combinaison à 700 Dollars, qu'elle porte tous les deux dans le film. 
Le corps de Marilyn a été entièrement maquillé. Le maquillage est long et fastidieux car le maquilleur ombre certaines parties du corps et met d'autres en lumière. Eve Arnold raconte que lorsque Marilyn sorta enfin de sa loge: "Tout était impeccable: les cheveux, le visage, le corps, les ongles des mains et des pieds. Son entourage applaudit."
Il avait fallu à Marilyn entre trois et quatre heures pour se préparer. Mais le travail photographique se fit ensuite rapidement.
Il y avait une bonne ambiance dans le studio et une bonne humeur faite de joie et de rire.

Avant de commencer la séance, Eve Arnold demanda à Marilyn: "A quoi aimerais-tu ressembler? Qu'aimerais-tu être ?",
et Marilyn de répondre: "La Vénus de Botticelli". 

> The Venus Sitting
ph_arnold_venus_010_1 
ph_arnold_venus_020_1 ph_arnold_venus_030_1 ph_arnold_venus_032_1
ph_arnold_venus_030_1b ph_arnold_venus_032_1a ph_arnold_venus_040_1
ph_arnold_venus_041_1 ph_arnold_venus_050_1 ph_arnold_venus_060_1 
ph_arnold_venus_050_1a ph_arnold_venus_051_1
ph_arnold_venus_060_1a 


> The Black Boa Sitting 
ph_arnold_boa_wb_010_1 ph_arnold_boa_wb_011_1 
ph_arnold_boa_wb_012_1 ph_arnold_boa_col_010_1


 > The Bed Sitting
ph_arnold_bed_col_010_1 ph_arnold_bed_col_011_1 ph_arnold_bed_col_012_1
ph_arnold_bed_col_010_1a ph_arnold_bed_wb_010_1a ph_arnold_bed_col_020_1 ph_arnold_bed_col_021_1
ph_arnold_bed_wb_020_1 ph_arnold_bed_wb_020_2  

I remember we laughed a lot, particularly at the end, when I found that although I had had a white paper cone built around us for greater privacy and concentration, the crew had cut eyeholes in the paper and had been watching us all afternoon, supporting her with approving eyes. She had, of course, seen them, and was performing for them, making love to my camera–or really making love to herself–but playing to her public. Being photographed was being caressed and appreciated in a very safe way. She had loved the day and kept repeating that these were the best circumstances under which she had ever worked.
– Eve Arnold, Marilyn Monroe: An Appreciation (Knopf, 1987)


   > The Chair Sitting (nude)
ph_arnold_chair_nude_col_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_011_1


> The Chair Sitting (gown)
ph_arnold_chair_gown_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_011_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_012_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_020_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_021_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_022_1a ph_arnold_chair_gown_mirror_030_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_031_1
 ph_arnold_chair_gown_mirror_040_1 
1960-eve_arnold_photo ph_arnold_chair_gown_mirror_041_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1a


> The Armchair Sitting
ph_arnold_gown_champagne_010_1 ph_arnold_gown_champagne_010_1a ph_arnold_gown_champagne_010_2
ph_arnold_gown_champagne_020_1
by_arnold ph_arnold_gown_champagne_040_1
ph_arnold_gown_010_1 ph_arnold_gown_010_2 ph_arnold_gown_011_1a
ph_arnold_gown_012_1 ph_arnold_gown_012_1a ph_arnold_gown_013_1
ph_arnold_gown_014_1 ph_arnold_gown_015_1 ph_arnold_gown_015_1a
ph_arnold_gown_020_1 ph_arnold_gown_021_1 1960_pub_misf ph_arnold_gown_022_1
ph_arnold_gown_021_1b ph_arnold_gown_023_1 ph_arnold_gown_024_1


>> couvertures de magazine 
ph_arnold_mag_sie_c4 ph_arnold_mag_thewestmag ph_arnold_mag_jours_de_france_1961_02_18_cover


>> source:
livre "Marilyn Monroe Eve Arnold", Ed. La Martinière