30 août 2012

The prince and the showgirl caps 10

Le prince et la danseuse
Captures
 
10ème partie des captures du film

tpatsg_sc10_cap04 tpatsg_sc10_cap05 tpatsg_sc10_cap06 
tpatsg_sc10_cap07 tpatsg_sc10_cap08 tpatsg_sc10_cap09
tpatsg_sc10_cap10 tpatsg_sc10_cap11 tpatsg_sc10_cap12
tpatsg_sc10_cap13 tpatsg_sc10_cap14 tpatsg_sc10_cap15
tpatsg_sc10_cap16 tpatsg_sc10_cap17 tpatsg_sc10_cap18
tpatsg_sc10_cap19 tpatsg_sc10_cap20 tpatsg_sc10_cap21
tpatsg_sc10_cap22 tpatsg_sc10_cap23 tpatsg_sc10_cap24
tpatsg_sc10_cap25 tpatsg_sc10_cap26 tpatsg_sc10_cap27
tpatsg_sc10_cap28 tpatsg_sc10_cap29 tpatsg_sc10_cap30

16/03/1956 Party Look Magazine

Le 16 mars 1956 à Beverly Hills, Marilyn Monroe est invitée à une fête organisée par le magazine Look. Elle discute avec l'acteur James Cagney et le photographe Earl Theisen.

> avec James Cagney
1956_03_LA_Look_Magazine_Awards_with_james_cagney_1 1956_03_LA_Look_Magazine_Awards_with_james_cagney_2

1956-look  1956_03_LA_Look_Magazine_Awards_with_james_cagney_3  1956-party-89 Pix with 02

> avec Earl Theisen
1956_03_LA_Look_Magazine_Awards_with_theisen_1  
1956_03_LA_Look_Magazine_Awards_with_theisen_2

> avec Mike Cowles
1956_with_Mike_Cowles 


On 1956, March 16, Marilyn Monroe chats with James Cagney and Earl Theisen at a cocktail party given by Look Magazine in Beverly Hills.

Posté par ginieland à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Nouvelle Republique Centre-Ouest 9/08/1962

Le journal français Nouvelle République Centre-Ouest du 9 août 1962 consacrait un article sur la disparition de Marilyn Monroe:

mag-nouvellerepublique-centre_ouest-jeudi9aout1962-p1  
mag-nouvellerepublique-centre_ouest-jeudi9aout1962-p2  
mag-nouvellerepublique-centre_ouest-jeudi9aout1962-p3  

Posté par ginieland à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 août 2012

15/07/1956 Conférence de Presse au Savoy Hotel et Parkside House

Le 15 juillet 1956, Marilyn Monroe et Laurence Olivier donnent une conférence de presse pendant une heure dans le salon Lancaster du Savoy Hotel de Londres devant un parterre de près de 250 journalistes et une foule de badeaux se tenant dans la rue, devant les vitrines de l'hôtel. Si les photographes étaient si nombreux aux conférences de presse londoniennes, c'est parce que Olivier avait annoncé que le film The Sleeping Prince (qui était alors le titre provisoire) serait tourné à huit clos, écartant ainsi du plateau photographes et journalistes. Les conférences de presse étaient alors un moyen de satifaire les photographes et la presse. 
Parmi les photographes présents: Jack Esten, Douglas Miller, René Vital et Tony Davis.
Les photographes étaient déçus de voir la star Marilyn si sobrement vêtue (elle portait une robe noire classique, à l'empiècement ceinture transparent) mais ils la prirent en photos sous toutes les coutures.

Malgré sa promesse à Olivier, Marilyn arrive avec une heure de retard. Pendant ce temps, Olivier avait fait patienter seul les journalistes et n'était pas d'humeur charmante, voire même d'une humeur infecte- quand Marilyn arriva. Avant l'arrivée de Marilyn, il avait déclaré aux journalistes qu'il était autrefois tombé amoureux de Marilyn, mais elle désormais mariée et sa femme Vivien attendait un enfant, ce qui présageait un nouveau départ pour le couple britannique.
Quand Marilyn arriva, elle semblait être ailleurs et sa voix était à peine audible. Néanmoins, Olivier fut impressionné par sa capacité à charmer le public. Il y avait tellement de bruit dans le salon, qu'Olivier prenait le soin de répéter à Marilyn chacune des questions qu'on lui posait, afin qu'elle puisse aussi réfléchir quelques secondes aux réponses qu'elle donnerait. Malgré ses petites attentions, Olivier était beaucoup plus réservé que lorsque Marilyn le rencontra à New York; les manières de l'acteur rendait Marilyn anxieuse et elle le jugea peu sympathique.
Mais à son habitude, Marilyn envoûte l'auditoire et enjôle les reporters, même les plus audacieux, comme l'a remarqué Winifried Carr du 'Daily Telegraph': "Après avoir observé la plupart des critiques qui emplissaient la pièce, j'étais éberlué de voir ces hommes, les mâles les plus cyniques et les plus snobs de la ville, ces journalistes mordants, se comportant comme des adolescents. Même ceux qui étaient venus en ricanant restaient accrochés à ses mots comme des écoliers trop influençables et riaient devant tant de subtilité avant même qu'elle ait terminé sa phrase."
En effet, la presse britannique va adorer Marilyn, qui fera les gros titres des journaux durant tout son séjour en Angleterre. Le lendemain de la conférence, on pouvait lire notamment ces quelques déclarations des journalistes dans la presse:
-"Cette blonde n'est pas stupide."
-"Il n'y a aucun vice ni scandale en elle."
-"Ce n'est pas une nouvelle Marilyn mais l'ancienne qui se fait connaître."
-"Elle a aussi quelque chose dans les yeux."

1956_07_15_savoy_010_1_by_Tony_Davis 1956_07_15_savoy_010_1 1956_07_15_savoy_010_3 
1956-london-savoy-Long Live The Queen a  
1956_07_15_savoy_010_4 1956-london-1 1956_07_15_savoy_011_1 
1956_07_15_savoy_011_1a 1956_07_15_savoy_011_2 1956_07_15_savoy_012_1
1956_07_15_savoy_020_1 1956_07_15_savoy_020_2a 
1956_07_15_savoy_021_1 1956-press 1956_by_Larry_Burrows_life2 
1956_07_15_savoy_020_2 1956_07_15_savoy_020_2b 1956_london_robenoire 1956_07_15_savoy_022_1
1956_07_15_savoy_030_1 1956_07_15_savoy_031_1 1956_07_15_savoy_032_1 1956_07_15_savoy_050_2
1956-london-Long Live The Queen b 1956-london-Long Live The Queen bc
1956_07_15_savoy_033_1 1956_07_15_savoy_050_1 1956_07_15_savoy_050_1a
1956_07_15_savoy_052_1  1956-london-savoy-Long Live The Queen ab  1956_07_15_savoy_053_2 
1956_07_15_savoy_054_01 1956_07_15_savoy_054_01a 1956_07_15_savoy_054_05
1956_07_15_savoy_054_02 1956_07_15_savoy_054_03
1956_07_15_savoy_054_04_1 1956-london-savoy-Long Live The Queen aa 1956_07_15_savoy_054_04_2 
1956_07_15_savoy_054_06 1956_07_15_savoy_054_07_1 1956_07_15_savoy_054_07_2 1956_07_15_savoy_056_01 
1956_07_15_savoy_055_01 1956_07_15_savoy_055_02 1956_07_15_savoy_056_01a
1956_07_15_savoy_059_01_1 1956_07_15_savoy_059_01_1a 1956_07_15_savoy_059_02_1
1956_07_15_savoy_060_01_1 1956_07_15_savoy_060_01_2 1956_07_15_savoy_060_01_3
1956_07_15_savoy_060_02_1 1956_07_15_savoy_060_02_2 1956_07_15_savoy_060_02_2a
1956_07_15_savoy_060_03 1956_07_15_savoy_061_01 1956_07_15_savoy_061_02
1956_07_15_savoy_062_01_1   1956_07_15_savoy_062_03  
1956_07_15_savoy_062_01_2 1956_07_15_savoy_062_05 1956_07_15_savoy_062_06 
 1956_07_15_savoy_062_04_2 1956-london-2 1956_07_15_savoy_062_04_3
1956_07_15_savoy_063_01 1956_07_15_savoy_063_02 1956_07_15_savoy_063_03
1956_07_15_savoy_063_04 1956_07_15_savoy_063_05 1956_07_15_savoy_063_06
1956_07_15_savoy_064_02 1956_07_15_savoy_064_03 1956_07_15_savoy_064_04
1956_07_15_savoy_064_01 1956_07_15_savoy_070_01a 1956_07_15_savoy_070_03
1956_07_15_savoy_070_01 1956_07_15_savoy_062_02 
  1956_07_15_savoy_053_1 1956_07_15_savoy_070_04 1956_07_15_savoy_070_02

Marilyn avait déclaré à la presse: "Je vais faire de la bicyclette dans la campagne". Alors, le journal Daily Sketch lui offre une bicyclette.

1956_07_15_savoy_080_01 1956_07_15_savoy_080_02 1956_07_15_savoy_080_02a 
1956-london-Long Live The Queen bb 


> Photographies de Milton H Greene
1956-london-by_mhg-H5945-L69789972  1956-london-by_mhg-H5945-L69790044
H3257_L44539924 H3257_L44539922 H3257_L44539921
 lot137a  lot137b  lot137c
1956-london-by_mhg  1956-london-by_mhg3  
lot138c3 


   > captures
1956_07_15_savoy_cap01_01 1956_07_15_savoy_cap01_02 1956_07_15_savoy_cap01_03
1956_07_15_savoy_cap02_01 1956_07_15_savoy_cap02_02 1956_07_15_savoy_cap02_03 
londres_conf_cap01 londres_conf_cap02 londres_conf_cap03
londres_conf_cap04 londres_conf_cap05 londres_conf_cap06

1956-07-15-london-cap01-1 1956-07-15-london-cap01-2 1956-07-15-london-cap01-3
1956_07_15_savoy_cap02_04 1956_07_15_savoy_cap02_05 1956_07_15_savoy_cap02_06
1956_07_15_savoy_cap02_07 1956_07_15_savoy_cap02_08 1956_07_15_savoy_cap02_09
1956_07_15_savoy_cap02_10 1956_07_15_savoy_cap02_11 1956_07_15_savoy_cap02_12
londres_conf_cap07 londres_conf_cap08 londres_conf_cap09 
1956_07_15_savoy_cap03_1 1956_07_15_savoy_cap03_2 1956_07_15_savoy_cap03_3
1956_07_15_savoy_cap04_01 1956_07_15_savoy_cap04_02 1956_07_15_savoy_cap04_03
1956_07_15_savoy_cap04_04 1956_07_15_savoy_cap04_05 1956_07_15_savoy_cap04_06
1956_07_15_savoy_cap04_07 1956_07_15_savoy_cap04_08 1956_07_15_savoy_cap04_09
1956_07_15_savoy_cap05_01 1956_07_15_savoy_cap05_02 1956_07_15_savoy_cap05_03
1956_07_15_savoy_cap05_04 1956_07_15_savoy_cap05_05 1956_07_15_savoy_cap05_06

 > videos

> une video sur britishpathe.com  

> trois videos sur gettyimages.fr 


La présence de Marilyn suscita à Londres une vive curiosité et la foule se rassemblait partout où elle allait. Comme à Parkside House, où elle posa pour les photographes avec son mari Arthur Miller, où même les enfants se bousculent devant la grille et où quelques privilégiés se mettent en file indienne afin d'obtenir un autographe. 
Photographies de Sidney Martin

1956_07_15_parkside_010_1 1956_07_15_parkside_010_2
1956_07_15_parkside_011_1 1956_07_15_parkside_011_2
1956_07_15_parkside_011_3 1956_07_15_parkside_012_2
1956_07_15_parkside_012_1 1956_parkside_1 1956_07_15_parkside_020_4
1956_07_15_parkside_020_1 1956_07_15_parkside_020_2 1956_07_15_parkside_020_3
1956_07_15_parkside_020_4a 1956_07_15_parkside_020_5 1956_07_15_parkside_030_01_1
1956_07_15_parkside_030_01_2 1956_07_15_parkside_030_02 1956_07_15_parkside_030_03 
1956-london-parkside-3 1956-london-parkside-1 1956-london-parkside-2 
1956_07_15_parkside_030_04_1 1956_07_15_parkside_030_05 1956_07_15_parkside_030_06 
1956_07_15_parkside_030_04_2 1956_07_15_parkside_030_07 1956_07_15_parkside_030_08


 > photo de presse 
1956-07-15-MONROE__MARILYN_-_1956_JULY_15_SAVOY_HOTEL_LONDON_PRESS_CO  1956-07-15-MONROE__MARILYN_-_1956_JULY_15_SAVOY_HOTEL_LONDON_PRES_001

> dans la presse
1956_07_15_savoy_mag_novella 1956_07_15_savoy_mag_radar


On July 15, 1956, Marilyn Monroe and Laurence Olivier give a press conference to the Lancaster Room at Savoy Hotel, in London.
Marilyn and Arthur Miller are also photographied at Parkside House.


Sources:
> Marilyn Monroe Les Inédits - de Marie Clayton
> Marilyn Monroe et les caméras
> Marilyn Monroe - de Barbara Leaming
> revue Paris Match n°381, du 28 juillet 1956


All photos are copyright and protected by their respective owners. 
copyright text by GinieLand. 

 

Novembre 1960 Portraits pour The Misfits

Les désaxés
Photos Promotionelles 

Après la fin du tournage des Misfits (10 jours supplémentaires avaient été prévus en studio, du 24 octobre au 4 novembre 1960), Marilyn Monroe fixa la date pour des prises de vues en studio avec Eve Arnold; la séance photos eut lieu à Los Angeles le week-end suivant le tournage de la dernière scène du film -soit le 5 ou 6 novembre 1960. Bien qu'une multitude de photos avaient été prises sur le tournage des Misfits, les producteurs avaient besoin de portraits en studio de Marilyn Monroe pour les couvertures de magazines qui les sollicitaient. La photographe Eve Arnold avait reçu la permission des studios d'utiliser leurs locaux, ainsi qu'un technicien éclairagiste pour l'aider. Le producteur avait envoyé une caisse de champagne et un kilo de caviar; et Eve Arnold avait apporté des fleurs et des disques de Sinatra.

Marilyn Monroe arriva une heure en retard (ce qui était plutôt un exploit, car ses retards étaient souvent bien plus longs).
Marilyn était venue accompagnée de sa 'bande': Agnès Flanagan (sa coiffeuse), Bunny Gardel (maquilleur corps), May Reis (sa secrétaire), Pat Newcomb (son attachée de presse), Shirlee Strahm (costumière), Rudy Kautsky (son chauffeur) et 'Whitey' Snyder (son maquilleur).
Pendant que Snyder finissait son maquillage, Marilyn jeta un regard sur tout ce qui avait été prévu pour lui faire plaisir (le champagne, la caviar, les fleurs...) et elle dit à Whitey: "Whitey, tu te souviens de notre première séance photo? Il n'y avait que toi et moi, mais nous étions à l'époque pleins d'espoirs."
On apporta à Marilyn les bouteilles de champagne, et tout le monde se joignit dans sa loge pour lui porter un toast. En regardant dans le miroir, Marilyn leva son verre de champagne.

ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_1 ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_2

La mode était au 'jax slacks', des pantalons moulants avec une fermeture éclair dans le dos. Marilyn prenait plaisir à aller et venir dans sa loge avec la fermeture ouverte. Lorsque Eve Arnold s'apprêtait à photographier Marilyn de cette manière, son attachée de presse Pat Newcomb surgissait pour refermer la fermeture éclair puis elle repartait et Marilyn redescendait alors la fermeture et Pat revenait à nouveau. Cela dura un moment, sans que personne ne prononça de paroles.

ph_arnold_loge_010_1 ph_arnold_loge_020_1

La costumière Shirlee Strahm avait apporté des costumes du film The Misfits, mais aussi des vêtements personnels de Marilyn. Pour les photos, Marilyn pose avec un bikini à 300 Dollars et une combinaison à 700 Dollars, qu'elle porte tous les deux dans le film. 
Le corps de Marilyn a été entièrement maquillé. Le maquillage est long et fastidieux car le maquilleur ombre certaines parties du corps et met d'autres en lumière. Eve Arnold raconte que lorsque Marilyn sorta enfin de sa loge: "Tout était impeccable: les cheveux, le visage, le corps, les ongles des mains et des pieds. Son entourage applaudit."
Il avait fallu à Marilyn entre trois et quatre heures pour se préparer. Mais le travail photographique se fit ensuite rapidement.
Il y avait une bonne ambiance dans le studio et une bonne humeur faite de joie et de rire.

Avant de commencer la séance, Eve Arnold demanda à Marilyn: "A quoi aimerais-tu ressembler? Qu'aimerais-tu être ?",
et Marilyn de répondre: "La Vénus de Botticelli". 

> The Venus Sitting
ph_arnold_venus_010_1 
ph_arnold_venus_020_1 ph_arnold_venus_030_1 ph_arnold_venus_032_1
ph_arnold_venus_030_1b ph_arnold_venus_032_1a ph_arnold_venus_040_1
ph_arnold_venus_041_1 ph_arnold_venus_050_1 ph_arnold_venus_060_1 
ph_arnold_venus_050_1a ph_arnold_venus_051_1
ph_arnold_venus_060_1a 


> The Black Boa Sitting 
ph_arnold_boa_wb_010_1 ph_arnold_boa_wb_011_1 
ph_arnold_boa_wb_012_1 ph_arnold_boa_col_010_1


 > The Bed Sitting
ph_arnold_bed_col_010_1 ph_arnold_bed_col_011_1 ph_arnold_bed_col_012_1
ph_arnold_bed_col_010_1a ph_arnold_bed_wb_010_1a ph_arnold_bed_col_020_1 ph_arnold_bed_col_021_1
ph_arnold_bed_wb_020_1 ph_arnold_bed_wb_020_2  

I remember we laughed a lot, particularly at the end, when I found that although I had had a white paper cone built around us for greater privacy and concentration, the crew had cut eyeholes in the paper and had been watching us all afternoon, supporting her with approving eyes. She had, of course, seen them, and was performing for them, making love to my camera–or really making love to herself–but playing to her public. Being photographed was being caressed and appreciated in a very safe way. She had loved the day and kept repeating that these were the best circumstances under which she had ever worked.
– Eve Arnold, Marilyn Monroe: An Appreciation (Knopf, 1987)


   > The Chair Sitting (nude)
ph_arnold_chair_nude_col_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_011_1


> The Chair Sitting (gown)
ph_arnold_chair_gown_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_011_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_012_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_020_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_021_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_022_1a ph_arnold_chair_gown_mirror_030_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_031_1
 ph_arnold_chair_gown_mirror_040_1 
1960-eve_arnold_photo ph_arnold_chair_gown_mirror_041_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1a


> The Armchair Sitting
ph_arnold_gown_champagne_010_1 ph_arnold_gown_champagne_010_1a ph_arnold_gown_champagne_010_2
ph_arnold_gown_champagne_020_1
by_arnold ph_arnold_gown_champagne_040_1
ph_arnold_gown_010_1 ph_arnold_gown_010_2 ph_arnold_gown_011_1a
ph_arnold_gown_012_1 ph_arnold_gown_012_1a ph_arnold_gown_013_1
ph_arnold_gown_014_1 ph_arnold_gown_015_1 ph_arnold_gown_015_1a
ph_arnold_gown_020_1 ph_arnold_gown_021_1 1960_pub_misf ph_arnold_gown_022_1
ph_arnold_gown_021_1b ph_arnold_gown_023_1 ph_arnold_gown_024_1


>> couvertures de magazine 
ph_arnold_mag_sie_c4 ph_arnold_mag_thewestmag ph_arnold_mag_jours_de_france_1961_02_18_cover


>> source:
livre "Marilyn Monroe Eve Arnold", Ed. La Martinière

25 août 2012

Eve Arnold citation 1

*photographe

ph_arnold_bed_38925953Etre photographiée,
c'était pour elle être caressée et aimée sans danger.

Posté par ginieland à 23:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 août 2012

Paris Match 18/08/1962

mag_pm_1962_08_coverLe magazine Paris Match n°697, du 18 août 1962, rendait un grand hommage à Marilyn Monroe,  mise à l'honneur en couverture, et avec un article de 37 pages intitulé  "Adieu à Marilyn Monroe". Avec un article hommage par Jean-Marc Sabathier, la retranscription de l'interview donnée à Richard Merryman et publiée dans Life magazine; ainsi que la publication des photographies de Bert Stern. 

mag_pm_1962_08_p01 
mag_pm_1962_08_p02 mag_pm_1962_08_p03
mag_pm_1962_08_p04 mag_pm_1962_08_p05  mag_pm_1962_08_p06 mag_pm_1962_08_p07
mag_pm_1962_08_p08 mag_pm_1962_08_p09  mag_pm_1962_08_p10 mag_pm_1962_08_p11
mag_pm_1962_08_p12 mag_pm_1962_08_p13  mag_pm_1962_08_p14 mag_pm_1962_08_p15
mag_pm_1962_08_p16 mag_pm_1962_08_p17  mag_pm_1962_08_p18 mag_pm_1962_08_p19
mag_pm_1962_08_p20 mag_pm_1962_08_p21  mag_pm_1962_08_p22 mag_pm_1962_08_p23
mag_pm_1962_08_p24 mag_pm_1962_08_p25  mag_pm_1962_08_p26 mag_pm_1962_08_p27
mag_pm_1962_08_p28 mag_pm_1962_08_p29  mag_pm_1962_08_p30 mag_pm_1962_08_p31
mag_pm_1962_08_p32 mag_pm_1962_08_p33  mag_pm_1962_08_p34 mag_pm_1962_08_p35
mag_pm_1962_08_p36 mag_pm_1962_08_p37

19 août 2012

Juillet 1956 Marilyn et Arthur en Angleterre

Marilyn Monroe et Arthur Miller sont photographiés en juillet 1956 pendant leur séjour en Angleterre, là où Marilyn tourne le film The Prince and the Showgirl (Le Prince et la danseuse). Sans doute sont-ils photographiés dans le grand jardin de la maison de Parkside House où le couple logeait.
Photographies de Milton H. Greene.

1956-large_Marilyn-Monroe-MHG-MMO-MW-037-DE 
1956_07_AM1a 1956_07_AM2a 1956_07_AM3a

1956_07_AM1 1956_07_AM2 1956_07_AM3
1956_07_AM4


Marilyn Monroe and Arthur Miller are photographed in july 1956 in England, where Marilyn shot The Prince and the Showgirl. Probably they are setting here in the garden of the Parkside House where the couple lived.
The photographer is Milton H. Greene.

Posté par ginieland à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

T comme Theisen

Earl Theisen
(1903-1973)

photographe américain

earl_theisen

Earl Theisen est né à Denver en 1903 et grandit à Chicago puis à Los Angeles. Il entre dans l'industrie cinématographique en 1922 en travaillant pour la compagnie 'Alexander Film'. Puis il quitte la société pour rejoindre la 'Consolidated Film Company'. En 1931, il commence des recherches sur le début de l'histoire du cinéma et collectionne des objets (des documents papiers: correspondances, dossiers et photographies, ainsi que du matériel sur le cinéma des années 1773-1935) sous l'auspice du musée de Los Angeles et de la société d'ingénieur de films. Il devient ensuite l'éditeur associé de "International Photographer", donne des cours à l'université de la Californie du sud, et devient le représentant de la côté ouest pour le syndicat de 'Register Tribune' et un photographe pour le magazine "Look."

ph_earl_theisen_ernest_hemingway_1952_safari ph_earl_theisen_rita_hayworth_1940 ph_earl_theisen_ingrid_bergman_1948
 Ernest Hemingway ; Rita Hayworth ; Ingrid Bergman  

Earl Theisen était un spécialiste de la photo de pin-ups. Il était réputé pour sa gentillesse et les stars l'adoraient (on raconte qu'il allait chasser l'ours avec Gary Cooper et qu'il voyageait en Afrique avec Hemingway). Parmi les sujets célèbres qu'il photographia figurent Walt Disney, Ernest Hemingway, Vera Miles, Gary Cooper, Elizabeth Taylor, Rita Hayworth, Jennifer Jones, Orson Welles, Ingrid Bergman, Marlene Dietrich, Judy Garland, Joan Crawford, Cecil B. DeMille etc...

 >> Marilyn par Theisen <<
ph_theisen_1947_003_4 ph_theisen_1951_pinup_1b ph_theisen_Annex___Monroe__Marilyn_273 vanity_fair_italia_avril2012_p9d

Earl Theisen a photographié Marilyn de 1947 à 1953. Il a donc été l'un des témoins directs de la carrière de la jeune célébrité, accèdant au statut de star et de sa transformation en Marilyn Monroe.
Les premiers clichés qu'il prit d'elle datent de 1947, où Norma Jean pose dans une prairie. Puis en 1951, le photographe fait plusieurs sessions dans les studios de la Fox: tantôt en intéreur où elle pose en maillot de bain doré, en tee-shirt et mini short, ou encore prenant la pose de Jean Harlow ou des portraits visages pour le magazine Quick; tantôt en extérieur en maillot de bain deux pièces et en maillot doré. Toujours en 1951, il la photographie à l'école Van Nuys où Marilyn suivait des cours.
En février 1952, il est présent lors d'une séance de photos promotionnelles pour le film We're not married, et photographie Marilyn entre les prises de vues. Mais la séance la plus célèbre de Theisen, prise aussi en février 1952, est celle où Marilyn est vêtue d'un sac de pommes de terre. Lors de cette même séance, il la photographie aussi vêtue d'un simple tee-shirt et d'une culotte.
Le 3 août 1952, Theisen fait parti de la multitude de photographes présents à la Ray Anthony Party dont Marilyn est l'invitée d'honneur. Le 8 novembre 1952, il la photographie dans les loges de la Fox, pendant que Marilyn prépare son rôle pour le film Niagara.
Enfin le 17 avril 1953, il la photographie sur le tournage de How to marry a millionaire (dans les loges et des photos officielles de la campagne publicitaire du film, avec Lauren Bacall et Betty Grable). L'une de ses photos fera la couverture du premier numéro du magazine Look le 30 juin 1953.
En 1956, il la croise à la cérémonie du magazine Look ('The Look Magazine Awards')

> Marilyn et Earl Theisen:
ph_theisen_1947_005_3 ph_theisen_1952_pose_2  
ph_theisen_1952_wnm_03a ph_theisen_1952_rayanthony_mm_with_earl_1
ph_theisen_1956_LookMagazineAwards_with_theisen_1a

>> Voir les photos de Marilyn par Earl Theisen

Commentaire de Earl Theisen sur Marilyn Monroe:
"Photographier Marilyn, c'était comme regarder une fleur éclore ; dès que l'objectif était tourné dans sa direction, elle s'ouvrait
".  

>> sources web:
Biographie sur  collections.oscars.org  
Photos sur  Getty Images
 

Posté par ginieland à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 août 2012

Quand Marilyn s'appelait Norma Jean

   lefigaro Quand Marilyn s'appelait Norma Jean
publié le 27 juillet 2012
par Daphné Thiery
en ligne sur lefigaro.fr

lefig_theisen1 
 Sous la pureté du lys et le charme de la rose, Marilyn entame une ascension foudroyante, au propre comme au figuré.
Crédits photo : Earl Theisen/Getty Images

Il y a cinquante ans, le 5 août 1962, s'éteignait le plus grand mythe du cinéma américain. Pour commémorer cette disparition, Le Figaro Magazine vous offre des photos inédites de Marilyn Monroe dans la fraîcheur de sa jeunesse. Elles ont été prises par Earl Theisen entre 1947 et 1952, avant que Norma Jean ne devienne une star.

Une poupée d'opérette, les cheveux d'un blond vénitien, se tient dans un jardin par un jour de grand beau. Elle sourit, les dents et le nez au vent. Elle est affublée d'une kitschissime robe longue de mousseline bleu ciel, brodée d'opulentes fleurs roses, et d'un long foulard assorti. Qui est cette tendre figure? Une Sissi en technicolor? Une Heidi des temps modernes? Non, cette ingénue - qui pourrait le croire? - n'est autre que Marilyn Monroe.

lefig_theisen2< Il n'y avait que Marilyn pour compléter ainsi des mots croisés.
Crédits photo : Earl Theisen/Getty Images 


The Marilyn, sex-symbol s'il en est, reine du music-hall, show girl de rêve... Les superlatifs ne manquent pas pour qualifier Norma Jean Baker, c'est son nom d'état civil, qui allait être la femme la plus photographiée au monde. Et voilà que, aujourd'hui, une série de quatre-vingts images inédites vient alimenter le mythe Marilyn, cinquante ans après sa mort. Elles ont été prises entre 1947 et 1952 par Earl Theisen, l'un des photographes de Look, fameux magazine américain à gros tirages. Jamais ces clichés n'avaient été dévoilés.

Ils appartiennent à la fille du photographe, qui Illes a longtemps conservés comme de précieux souvenirs, parmi les archives de son père (mort en 1973). Elle dit être un jour «retombée dessus», et s'est décidée à les donner à l'agence Getty Images.

lefig_theisen3< Cliché de 1951, dans les studios de la Fox.
Crédits photo : Earl Theisen/Getty Images


C'est en 1947 que Theisen photographie la star pour la première fois, dans cet accoutrement praline et chichiteux. Elle a 21 ans et vient tout juste de signer son premier film à la 20th Century Fox. Sur les photos de Theisen, elle semble encore vierge de tout. L'image de l'innocence. Elle s'amuse d'un rien, elle éclate de légèreté, et son rouge à lèvres vermillon explose comme deux pétales de joie sur son visage intense. Theisen s'enthousiasma: «Photographier Marilyn, c'était comme regarder une fleur éclore ; dès que l'objectif était tourné dans sa direction, elle s'ouvrait

Sous l'oeil de Theisen, Marilyn se révèle, en effet, candide et rayonnante. Pas de voyeurisme, pas de racolage. On est bien loin ici de l'image sulfureuse de celle qu'on appellera la Mmmmm girl, lorsqu'elle commença dans les années 40 à poser pour des magazines de pin-up. Comme on est bien loin de la fameuse série de Bert Stern, prise en juin 1962, dans une suite d'hôtel, où Marilyn pose nue quelques jours avant sa mort. N'en déplaise à Hitchcock, qui disait d'elle qu'elle avait «le sexe affiché partout sur sa figure»: Earl Theisen saisit tout le contraire chez la jeune femme. C'est la fraîcheur de Marilyn qui capte son attention, «le scintillement de ses yeux bleus», éblouissants.

lefig_theisen4  
 Marilyn au début des années 1950.
Crédits photo : Earl Theisen/Getty Images

Mais cette image va peu à peu évoluer. Sur des photos ultérieures de cette série, la rising star exhibe les formes plantureuses de ses 25 ans. On est en 1951, elle porte un bikini couleur crème ou un maillot lamé aux reflets de sirène. Elle prend la pose, mais avec un instinct qui déjoue la vulgarité. Aguicheuse, certes, mais avec naturel, si l'on peut dire. Le photographe parvient à la surprendre à chaque instant dans sa pure beauté: même quand son brushing n'est pas parfait, même quand son ventre n'est pas tenu, quand elle est tout simplement, et non pas quand elle veut paraître. Comme si Theisen sentait déjà planer la menace du star-système qui pesait sur elle et effacerait un jour sa sincérité. Est-ce pour la protéger qu'il ne voulut jamais publier cette série de photos? Un lien solide semblait unir le photographe et sa muse.

Theisen était réputé pour sa gentillesse. Les stars l'adoraient (on raconte qu'il allait chasser l'ours avec Gary Cooper et qu'il voyageait en Afrique avec Hemingway). Il fut le confident et le conseiller de Marilyn, ainsi que le montrent ces tirages de 1951 où Theisen n'hésite pas à prendre la pose pour expliquer à la star peroxydée comment imiter les postures charmeuses de Jean Harlow !

lefig_theisen5

 < En 1953, sur le tournage de Comment épouser un millionaire.
Crédits photo : Earl Theisen/Getty Images


En avril 1952, c'est l'éclosion. Elle est la nouvelle coqueluche d'Hollywood. Marilyn devient Marilyn. Elle prend de l'assurance, éclaircit ses cheveux, apprend à sourire glamour et façonne son personnage iconique. Son regard est plus ambigu, plus fabriqué, plus langoureux. Cela n'échappe pas à Theisen. Il va la photographier avec plus de discrétion, de distance. Ainsi, dans cette chambre d'hôtel, où Marilyn, studieuse, travaille sur un script. Ou encore dans cette salle de bains, où on la voit, nue, une serviette enroulée pudiquement autour d'elle. L'image est prise de loin, comme si le photographe voulait préserver la pudeur de son modèle. C'est l'une des dernières photos de la série. Elle est touchante, énigmatique, et témoigne déjà de l'isolement qui va emprisonner Norma Jean. Theisen semble nous confier la vérité de Marilyn, dont il fut sans doute jamais l'un des seuls à la fois à traduire l'innocence et à pressentir le destin: la petite fille derrière la femme, la femme derrière l'héroïne adulée, l'être vulnérable derrière l'objet sexuel, la réalité derrière la légende.

Posté par ginieland à 18:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,