04 novembre 2012

Filmland January 1953

Filmland_Magazine_1953_january_cover Le magazine américain Filmland, de janvier 1953, consacrait un article de 2,5 pages à Marilyn Monroe intitulé "Failure was my spur", écrit par Marilyn elle-même.

Filmland_Magazine_1953_january_p1 Filmland_Magazine_1953_january_p2 Filmland_Magazine_1953_january_p3  

Traduction
L'échec était mon moteur, par Marilyn Monroe.

Marilyn Monroe écrit sa sensationnelle succes story... il y a une leçon formidable dans l'art de la vie pour chacun d'entre nous, dans l'estimation personnelle de sa fabuleuse ascension vers la gloire et la star célèbre qu'elle est devenue maintenant...
Combien de fois avez-vous entendu dire que les bonnes choses provienent de la malchance ? Nous entendons aussi dire que dans beaucoup de cas, nous pourrions être chanceux si nous secouons par nos ammares, principalement parce que nous sommes devenus flegmatique et lourd et n'avons pas réussi à faire de progrès, tels qu'ils soient!
Ces observations m'ont fréquemment été jetées à la figure, mais d'être le genre de fille que je suis, naturellement, j'ai pensé qu'ils ne me l'ont pas appliqué. J'étais une actrice intéressée par une carrière, je n'étais jamais en retard sur un plateau, et je suivais les instructions du réalisateur jusqu'au dernier mot.
Y avait-il là quelque chose de plus que je pourrais peut-être faire ? Il ne m'a pas fallu très longtemps pour découvrir la triste vérité. J'étais sous contrat avec la Columbia et je venais juste de terminer une comédie musicale intitulée "Ladies of the Chorus". Des amis qui avaient vus des rushes du film m'ont dit que tout était bien, et j'étais d'autant plus enthousiasmée quand on m'a informé que j'étais bien placée pour un rôle important des studios de prochaines grandes productions.
J'étais naturellement très excitée à cette idée, et j'ai pris grand soin de me vêtir aussi séduisante que possible, tel que je savais le faire, pour l'importante réunion à laquelle je devais me rendre, étant donné les bonnes nouvelles.
J'étais heureuse en entrant dans le bureau, et j'ai attendu patiemment jusqu'à ce que le responsable parla. Il me regarda un long moment, et puis il dit: "Miss Monroe, nous croyons en vous, et pensons que vous irez loin. Mais, pour le moment, nous n'avions rien pour vous dans nos studios." Puis il ajouta que ma candidature avait été abandonnée et la réunion prit fin brutalement.
Avant tout ça, j'avais eu un contrat pour un an à la 20th Century Fox, mais je sentais que ça ne compterai pas parce que j'avais joué seulement un tout petit rôle qui avait finalement été coupé au montage final. Mais le contrat de la Columbia était différent: j'étais certaine qu'une grande opportunité arriverait. Maintenant tout se fracassait en morceaux !
Je retourna à ma carrière de mannequin pour gagner de l'argent pour vivre, et en même temps, je commençais à faire de sérieuses réflexions. Vous n'êtes pas virée deux fois sans une bonne raison, pensais-je, et si tout ça s'en va, cela pourrait devenir une habitude démoralisante !
Plus j'y pensais, plus je réalisais que peut être il y avait une bénédiction déguisée quelque part dans mes échecs. Une actrice ne déteste pas jouer mais il y a plus que ça qu'un simple désir de retranscrire des émotions devant les caméras. Peut-être elle ne peut pas jouer, et on lui dit que les studios n'ont rien pour elle, juste de la laisser tomber gentiment.
J'en suis venue à la conclusion que je savais très peu de choses sur le jeu d'acteur -et c'était à moi, et à moi seule- de faire quelque chose pour palier à ce manque important. Si je n'étais pas une bonne actrice, ai-je conclu, il était alors temps de faire des transformations drastiques.
J'ai cherché une coach d'art dramatique, Natasha Lytess, et me suis inscrite pour une série de leçons. Pour les payer, je continuais à poser en tant que mannequin, et j'étudiais très dur quand j'avais du temps libre certaines journées et tous les soirs. Ma vie sociale, en conséquence, devint pratiquement non-existente, mais je sentais que les progrès que je faisais en valaient la peine.
A cette période, j'ai travaillé avec le photographe très connu Tom Kelley, qui me photographia en couleur pour les couvertures de cinq magazines. Elles ont toutes été publiées le même mois, et c'était une bonne pause pour moi, parce que la 20th Century Fox les a vu et me donna un petit rôle dans "A Ticket to Tomahawk". Entre-temps, la personne à la recherche de talent à la MGM, Lucille Ryman, me suggéra à son studio pour un rôle dans "Asphalt Jungle". 
Le dernier jour de tournage de "A Ticket to Tomahawk", la MGM me communiqua pour une entrevue avec le réalisateur John Huston. Il pensait que je collais au rôle, mais il n'était pas sûr que je puisse le faire. Le rôle exigeait quelques aptitudes de jeu et mes rôles passés n'étaient pas suffisant pour convaincre même un réalisateur d'un film de série B !
"Laissez-le moi lire", ai-je suggéré à Monsieur Huston. Dès que je commençai à lire, j'ai béni Miss Lytess pour toutes les longues heures de travail que j'avais passé avec elle. Quand j'ai fini, Monsieur Huston était convaincu, et on m'a donné le rôle !
Avant qu' "Asphalt Jungle" ne sorte au cinéma, le directeur de la 20th Century Fox, Joseph Mankiewicz, vit le film et il me fit appeler. Le résultat fut un bon rôle dans "All About Eve". Ce qui mena à un fabuleux contrat avec le studio qui m'avait abandonné seulement trois ans auparavant.
Je pousuivais mes cours d'art dramatique avec Miss Lytess. Par une grande coïncidence, elle vit maintenant par commodités juste à côté de la 20th Century Fox !
Tout ceci est une preuve suffisante pour moi que l'échec était mon moteur. Je n'étais pas prête pour une carrière d'actrice quand j'ai d'abord eu l'opportunité d'en avoir une. Si je n'avais pas été abandonnée, j'aurais probablement joué de petits rôles qui serait peut-être ou peut-être pas parvenus sur grand écran. Quand je regarde en arrière, je ne peux guère blâmer n'importe quel éditeur de film pour m'avoir retiré d'une séquence.
Je pense que ce même profit de l'expérience s'applique à la plupart d'entre nous dans nos différentes manières de vivre. L'histoire est remplie de personnes qui, à travers une série d'échecs, apprennent comment accéder à la réussite. Nous faisons de notre mieux que lorsque nous sommes remis en question, lorsque nous avons à surmonter des obstacles. Une fois que nous trouvons notre bonne direction et de nous préparer à fond pour leurs revendications, il n'y a pas rien pour nous retenir!
Donc quand tout ne se passe pas bien comme il le faut, ne ruminez pas sur ça ! Il y a certainement quelque chose de meilleur qui vous attend si vous faîtes votre possible pour ça. Soyez simplement prêt pour votre grande chance. Le succès est à votre portée de main, et si vous pensez qu'il en vaut la peine, il sera le vôtre! 

Posté par ginieland à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Gif The Seven Year Itch (12) - bande annonce

gif_syi_title 

Posté par ginieland à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,