05 octobre 2019

TV - Elliott Erwitt, Silence Sounds Good

gif_tvmarilyn

Lundi 7 octobre 2019 - 23h55 - Arte
A revoir en replay sur arte.tv

Documentaire:  Elliott Erwitt
Silence Sounds Good

Erwitt_docu-1 Erwitt_docu-2 
Erwitt_docu-3 

Réalisation: Adriana Lopez Sanfeliu
Pays: France
Année: 2019
Durée: 62 min

Ancien directeur de l'agence Magnum, devenu célèbre pour ses portraits de onze présidents des États-Unis, ou de stars du cinéma, l'Américain Elliott Erwitt, né à Paris en 1928, s'est aussi distingué par des choix plus politiques ou humanistes, non sans un certain humour. Portrait sensible d'un des plus grands photographes du siècle passé, au regard toujours aiguisé.

Il a beau figurer parmi les photographes incontournables du XXe siècle, avec certains de ses clichés devenus iconiques, Elliott Erwitt, à 91 ans, demeure toujours insatiable. Le travail reste sa motivation quotidienne et composer un plan ou orchestrer la sortie de son prochain livre l'occupe presque dix heures par jour. C'est cette passion incandescente pour la "prochaine image" à saisir, cet esprit toujours en marche que ce film, réalisé par son assistante Adriana Lopez Sanfeliu, se propose d'accompagner, non sans une tendresse manifeste.

Ironie libre
Ancien directeur de l'agence Magnum, devenu célèbre pour ses portraits de onze présidents des États-Unis, ou de stars du cinéma, cet Américain, né à Paris en 1928, s'est aussi distingué par des choix plus politiques (la ségrégation raciale, le Che) ou humanistes (les enfants, les chiens et leurs maîtres), non sans un certain humour. "Je mets beaucoup de sérieux à ne pas être sérieux", a-t-il avoué lors d'une rare interview accordée à un journaliste de la télévision. Une ironie douce, souvent adressée à lui-même, que parvient à capter Adriana Lopez Sanfeliu en suivant le quotidien de son mentor. Portrait sensible, libre, son film rare – Elliott Erwitt n’aime pas être regardé – fait de la lenteur de son vieux personnage un motif récurrent, et aussi un motif d'étonnement, tant la force qu'il dégage derrière son appareil impressionne.  "Le succès, c'est la liberté de pouvoir faire ce qu'on veut à tout moment."


© copyright text : Arte.


Mon Avis...  01/10
Mais à quoi sert ce documentaire ? Juste une autosatisfaction de sa réalisatrice (qui en fait, n'en est pas une: elle est simplement une des assistantes du photographe). On y apprend absolument rien ni de la vie d'Erwitt (aspect privé et professionnel) ni aucune analyse de son travail. Certes, il n'aime pas analyser ses photographies, mais le documentaire ne fait que "suivre" son assistante qui le suit et le filme... et puis... rien. Il ne se passe absolument rien. Marilyn y est juste évoquée dans l'introduction par des propos d'Erwitt: "Marilyn aurait dans les 80 ans, difficile de l'imaginer à cet âge. Elle est morte à la trentaine et quand on meurt, la carrière s'arrête". On découvre juste que dans son bureau -intégré dans son appartement new-yorkais- une grande photographie encadrée de Marilyn trône. Ce film ne dure qu'une heure (et heureusement !) et il dessert totalement le personnage qu'est Erwitt. Il paraît creux, sans âme, sans profondeur; on ne comprend même pas pourquoi il est photographe et continue à travailler. L'un des plus grands photographes du XXème siècle aurait amplement mérité mieux !!

Posté par ginieland à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,