19 octobre 2010

10/07/1962 Marilyn in Chinchilla par Bert Stern

The Last Sitting
day 2 

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Shooting de photos de mode où Marilyn Monroe, nue, se couvre d'un manteau de fourrure en Chinchilla.

**** Chinchilla Sitting ****
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_010_01 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_010_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_010_09
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_010_11 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_01 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_02
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_04 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_07
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_09 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_10 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_11
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_020_12 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_030_07 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_030_10
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_040_09
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_040_08 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_040_11 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_040_020 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_050_01
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_050_06 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_050_08 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_060_07
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_060_06 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_060_09 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_060_10
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_070_04 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_080_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_080_07
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_080_11 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_090_01 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_090_10
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_100_08 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_100_11 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_110_06
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_120_05_b 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_120_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_120_05_ba
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_120_10 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_130_03
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_140_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_140_10 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_150_09
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_150_05 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_150_04 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_150_12

>> Montages
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_montage_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_montage_2

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_010_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_020_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_030_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_040_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_050_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_060_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_070_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_080_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_090_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_100_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_110_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_120_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_130_1 1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_140_1
1962_07_10_by_bert_stern_chinchilla_contact_150_1

Posté par ginieland à 19:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


13 octobre 2010

10/07/1962 Marilyn in Black Dress and Blond Hair par Bert Stern

The Last Sitting
day 2 
 

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Shooting de photos de mode où Marilyn Monroe porte une robe noire classique du créateur Norman Norell tenant une paire de gants dans ses mains et jouant parfois avec un chapeau noir.

**** Marilyn in Black Dress and Blond Hair ****

1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_010_05 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_010_07 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_010_08
1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_010_09 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_010_10 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_030_02
1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_030_12 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_040_02 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_040_08
1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_050_09 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_050_11 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_050_12

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_contact_010_1 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_contact_020_1 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_contact_030_1
1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_contact_040_1 1962_07_10_by_bert_stern_BlackDressBlondHair_contact_050_1

Posté par ginieland à 19:47 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 octobre 2010

10/07/1962 Marilyn in White Dress and Fur par Bert Stern

The Last Sitting
day 2

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Il s'agit de l'un des derniers shootings de photos de mode où Marilyn Monroe porte une robe de créateur et un manteau de fourrure selectionnés par Vogue.

**** Marilyn in White Dress and Fur Stole ****

1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_010_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_010_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_020_02
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_020_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_01
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_04 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_08
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_09 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_030_11
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_040_10 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_050_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_050_09 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_060_04 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_070_07
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_01 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_02
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_080_11
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_090_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_100_10
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_110_08 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_120_03 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_130_05
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_140_06 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_140_06a

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_010_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_020_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_030_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_040_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_050_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_060_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_070_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_080_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_090_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_100_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_110_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_120_1
1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_130_1 1962_07_10_by_bert_stern_WhiteDressFurStole_contact_140_1

Posté par ginieland à 19:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 octobre 2010

10/07/1962 Marilyn in Bed par Bert Stern

The Last Sitting
day 2 
 

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Après plusieurs shootings, Marilyn Monroe se lassait des photos de mode et enfila la liseuse, ce petit tricot léger que Babs Simpson, la rédactrice de mode de Vogue, n'aimait pas. Pour ce dernier shooting photos, Stern demande à rester seul avec Marilyn et l'équipe présente -composée du staff de Marilyn (son coiffeur Kenneth et son maquilleur), de Peter, l'assistant photographe de Stern et de Babs Simpson - sort et attend dans la pièce d'à côté.
ph_stern_bed_sternmarilyn1962Bert déplace le lit et prend une photo d'eux -Marilyn allongée dans le lit et Bert assis à côté- dans un grand miroir, qui deviendra une photographie phare de Vogue vingt ans plus tard.
C'est là que Bert Stern photographiera Marilyn complètement nue dans les draps blancs, buvant du champagne allongé de vodka. En effet, Stern voulait absolument des nus de Marilyn ("Je ne pensais qu'à la déshabiller" dira-t-il plus tard) et il ferme la porte à clé pour prendre les clichés.

ph_stern_bed   mm_by_stern-H5945-L77581760 

A l'aube, Marilyn s'assoupit et Stern tente de l'embrasser; elle se détourne en murmurant "non" et finit par s'endormir. Stern prend alors un dernier cliché de Marilyn endormie avant de quitter la chambre, il dira: "J'avais touché l'une des plus douces créatures qui soient et je voulais en garder une dernière image. Je voulais son profil sur l'oreiller, en plongée. J'ai grimpé sur le lit en chaussettes. L'obturateur a cliqueté et elle n'a pas bronchée." Il réveille le reste de l'équipe et sort pour faire le tour du bungalow: il découvre alors deux cuisiniers japonais qui ont profité d'un store mal tiré pour assister à toute la séance!

**** Marilyn in Bed ****

>> Série avec la liseuse   
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0010_02 1962_07_bed304 1962_07_bed_2012_taschen__75_
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0020_06 
1962_07_bed62SXXBS002_001 1962_07_bed62SXXBS002_004 
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_01 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_02 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_03
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_04 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_05 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_06
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_07 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_08 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_09
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_10_1
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_10_2 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_11 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0011_17

>> Série nue dans le lit en noir et blanc
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0012_01 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0012_02
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0012_03 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0012_04
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_01 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_02 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_03
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_04 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_10 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_13
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_15 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_16 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_17
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_18 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_19 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0021_20
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0030_01a 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0030_01 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0030_02
1962_07_bed62SXXBS001_001 1962_07_bed62SXXBS001_002 1962_07_bed62SXXBS001_003
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0040_01 1962_07_bed62SXXBS001_005 1962_07_bed62SXXBS001_004
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0040_02 1962_07_bed_2012_taschen__74_ 1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_050_2
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_07 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_09 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_20
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_19 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_22 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0041_28
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_02 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_05 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_06
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_07 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_12
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_13
  mm_by_stern-H5945-L77558876 
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_16 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_20 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_23
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_24 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0060_02
1962-by_stern-bed 
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0060_06 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0060_11 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0060_07

 >> Série nue dans le lit en couleur
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_01 
mm_by_stern-H5945-L77629086  1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_01a
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_02 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_03
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_04 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_04a
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_05 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_06 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_07
ph_stern_bed_sternb10 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_07b 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_07a

 >> Photos signées par Stern
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0020_06signed 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0040_02signed 1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0010_07signed
ph_stern_bed_3217 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0060_06signed
1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_13signed 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_19signed
1962-stern-H5945-L77553064

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_contact_010_1 1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_010_1
1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_020_1 1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_030_1
1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_040_1 1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_050_1
1962_07_10_by_bert_stern_bed_contact_060_1

 


 >> Cliché de Erick Nygards, assistant de Bert Stern
 le site du photographe sur nygardsphotography.com
1962_07_10_by_bert_stern_bed_color_0020_01

 


>> couvertures de magazines
ph_stern_cover_img66810 

 

 

Posté par ginieland à 12:54 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 octobre 2010

12/07/1962 Marilyn with Camera par Bert Stern

The Last Sitting
day 3 
 

Le 12 juillet 1962, troisième et dernière séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Pour ce dernier rendez-vous, Bert Stern voulait un portrait mythique de Marilyn Monroe en noir et blanc. Il s'agit ici d'une mise en abyme: Stern photographie Marilyn qui le photographie avec un appareil Nikon !

**** Marilyn with Camera ****
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_01 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_03 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_04
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_05 1962_07_12_by_bert_stern_camera_010_05 
 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_06
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_07 1962_07_12_by_bert_stern_camera_010_07 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_08
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_09 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_11 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_12_1
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_01 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_03 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_04
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_06 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_07 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_09
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0020_12 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0030_01 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0030_04
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0030_05 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0030_08 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_01
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_02 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_04 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_07
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_10 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0040_12 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0050_04
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0050_06 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0050_07 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0050_08
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0060_10 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0070_02 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0070_04
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0070_10 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0070_12 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0080_07
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0080_09 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0080_11 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0090_09
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0100_02 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0110_03 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0110_08
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0110_11 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0110_12_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0110_12_2

>> Colorisation et photo signée par Stern
1962_07_12_by_bert_stern_camera_0010_11c
mm_by_stern-H5945-L77822879 1962_07_12_by_bert_stern_camera_0030_05signed

>> Planches Contact (en intégralité)
1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_010_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_020_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_030_1
1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_040_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_050_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_060_1
1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_070_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_080_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_090_1
1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_100_1 1962_07_12_by_bert_stern_camera_contact_110_1

> magazines
ph_stern_mag_seven 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 
 

 

Posté par ginieland à 18:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 août 2010

12/07/1962 Sparkle Sitting par Bert Stern

The Last Sitting
day 3 

Le 12 juillet 1962, troisième et dernière séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Pour ce dernier rendez-vous, Bert Stern voulait un portrait mythique de Marilyn Monroe en noir et blanc. Il photographie le visage de Marilyn en gros plan, alors qu'elle est allongée sur un sol couvert de paillettes et joue avec des colliers de perles. L'ambiance est plutôt studieuse et Marilyn est pensive. C'est alors que Patricia Newcomb, sa publiciste, demande à Marilyn de parler de "ses deux amours" (en référence à John F. Kennedy et José Bolanos); Marilyn sourit et l'atmosphère deviendra détendue.

**** The Sparkle Sitting ****

>> Les photos
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0010_1
 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0019_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0020_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0021_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0022_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0023_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0022_2 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0023_2
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0028_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0027_2
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0024_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0025_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0026_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0027_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0030_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0031_2
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0032_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0034_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0040_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0041_2  mm_by_stern-H5945-L77695719 
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0041_3  1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0044_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0042_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0033_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0042_2
 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0045_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0047_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0044_2
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0050_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0051_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0055_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0052_1 ph_stern_page_ju_mailer_stern_monroe_05_1207241356_id_592859 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0060_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0053_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0054_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0072_1 1962_07_jewels_2012_taschen__92_
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0061_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0069_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0070_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0071_2 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0073_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0081_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0082_1
mm_by_stern-H5945-L77667708 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0084_2

>> Photos signées par Stern
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0031_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0041_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0071_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0082_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0083_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_0084_1 
mm_by_stern-H5945-L77700572  mm_by_stern-H5945-L80016587 

 


>> Planches Contact
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_011_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_010_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_020_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_030_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_031_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_032_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_033_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_034_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_035_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_036_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_037_1
1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_038_1 1962_07_12_by_bert_stern_pearls_contact_039_1

>> Colorisation
ph_stern_colliers_color  mm_by_stern-H5945-L77552881 

Posté par ginieland à 18:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2010

20/01/1962 Marilyn chez Weinstein

Le 20 janvier 1962 à Beverly Hills: Soirée chez Henry Weinstein, producteur du dernier film de Marilyn "Something's got to give", parmi les sept invités: Marilyn Monroe et le poète Carl Sandburg.
Photographies de Arnold Newman
January 20, 1962 in Hollywood: Evening Party at Henry Weinstein's, producer of the last Marilyn's movie "Something's got to give", among the seven guests: Marilyn Monroe and the poet Carl Sandburg.
Photographs by Arnold Newman.

> Marilyn et Henry Weinstein
1962_01_20_PrivateParty_00310_010_withWeinstein_byArnoldNewman_1
ph_newman_1961_53466914_10 1962_01_20_PrivateParty_00300_010_withWeinstein_byArnoldNewman_2

> Marilyn et Carl Sandburg

1962_01_20_PrivateParty_00100_010_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00100_011_withSandberg_byArnoldNewman_01 ph_nexman_53466916
ph_newman_1961_53466919_10 1962_sandburg 1962-z1
1962_01_20_PrivateParty_00100_012_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00120_010_withSandberg_byArnoldNewman_1
1962_01_20_PrivateParty_00100_020_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00100_020_withSandberg_byArnoldNewman_2
1962_01_20_PrivateParty_00100_013_withSandberg_byArnoldNewman_1
1962-01-20 1962-01-20  
1962_01_20_PrivateParty_00110_010_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00110_020_byArnoldNewman_1 
1962-Carl_Sandburg_32 1962_01_20_PrivateParty_00121_010_withSandberg_byArnoldNewman_2 1962-01-20-HouseOfHenryWeinstein
1962_01_20_PrivateParty_00210_011_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00210_010_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00210_012_withSandberg_byArnoldNewman_1
1962_01_20_PrivateParty_00200_010_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00220_010_withSandberg_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00220_020_withSandberg_byArnoldNewman_1
ph_newman_53466918_10 ph_newman_53466917
1962_01_20_PrivateParty_00450_010_byArnoldNewman_1a 53466910_10

Marilyn dit qu'elle rencontre des problèmes pour trouver le sommeil le soir, qu'elle ne parvient pas à dormir. Alors Carl Sandburg lui propose une série d'exercices de relaxation à effectuer avant d'aller se coucher.
Marilyn says that she has problems getting to sleep at night, she can't sleep. So, Carl Sandburg offers a series of relaxation movements to do before going to bed.

> En groupe (avec Irena, l'épouse de Weinstein)
séance de Yoga et de relaxation

1962_01_20_PrivateParty_00400_010_byArnoldNewman_1 1962_01_20_PrivateParty_00410_010_withMrsWeinstein_byArnoldNewman_1 
53466911_10 53466902_10 1962_sandburg2
1962_01_20_PrivateParty_00421_010_byArnoldNewman_1 53466903_10 1962_01_20_PrivateParty_00430_011_byArnoldNewman_1

1962-sandburg2  1962 

> planche contact
books 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

27 janvier 2010

04/07/1962 Marilyn par Allan Grant

Marilyn Monroe photographiée par Allan Grant. Ce sont ses dernières photographies officielles prises le 4 juillet 1962, dans sa maison d'Helena Drive pendant -ce qui restera- sa dernière interview pour le magazine Life; l'intervieweur étant Richard Meryman.
Marilyn Monroe photographed by Allan Grant. These are her last official photographs taken in July 4, 1962, at her Helena Drive home for -what remains- her last interview for Life magazine; the interviewer was Richard Meryman.
>> Sur le blog: Lire l'interview

1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00200 1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00300
ph_grant_24288497 1962_July6th_AllanGrant_00200_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00310_1 ph_grant_24288499 
1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00400_1 1962_by_grant 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00110
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00200_010_1 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00300_a
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00310  1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00100a1 
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00320_1 maril68yn-20091012120316-088-original 
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00330 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00510_a1 ph_grant_24290791
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00200 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00340_010 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00350
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00400_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00410 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00500_1
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00510_a 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00520_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00530_1

1962 1962 1962_July6th_AllanGrant_00700_ContactSheet010 ph_grant_24288470
ph_grant_2 ph_grant_1 ph_grant_24288464
1962_allan_grant 1962_allan_grant2  

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00600_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00610 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00800_a
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00700 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00800 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00200_1
1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00200_01 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00120 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00121 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00130
1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00200_1 1962_July6th_AllanGrant_00702_Interview00105_01 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00101 1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00102 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00103_a1
1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00102 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00104 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00210 


> dans la presse:
ph_grant_MAG_YOU_1987_COVER_GRANT_010


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Posté par ginieland à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

4/07/1962 Dernière interview

Le 4 juillet 1962, Marilyn Monroe est interviewée par Richard Meryman, pour le magazine Life (qui paraîtra la veille de sa mort, le 3 août). La rencontre eut lieu chez Marilyn, dans sa maison du Fifth Helena Drive à Los Angeles et dura plus de 6 heures. Pendant l'entrevue, le photographe Allan Grant prit quelques clichés d'une Marilyn enjoueuse. Cinq jours après, Richard Meryman apporta à Marilyn une transcription de leurs entretiens.
In July 4, 1962, Marilyn Monroe is interviewed by Richard Meryman for Life magazine (which will published the day before her death, in August 3). The meeting took place at Marilyn's home in Fifth Helena Drive, Los Angeles and lasted more than six hours. During the interview, the photographer Allan Grant took some shots of a happy Marilyn. Five days later, Richard Meryman brought to Marilyn a transcript of their conversation.
>> The interview in english on guardian.co.uk

1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00400_2Quelquefois je sors, pour faire des courses ou simplement pour voir comment sont les gens, avec juste un foulard, un polo, pas maquillée, et je surveille ma démarche. Eh bien, malgré cela, il y a toujours un garçon, un peu plus dégourdi que les autres, qui dit à son copain: " Hé! minute! tu sais qui c'est, celle-là? ". Et aussitôt ils se mettent à me suivre. Dans le fond, ça m'est égal. Je comprends très bien que les gens veuillent se rendre compte que vous existez réellement. Il faut les voir, les garçons - même les petits gosses -, leur visage s'éclaire, ils disent : " Ben ça, alors ! " et ils filent raconter l'histoire à leurs copains. Les messieurs, eux, m'abordent en me disant : " Attendez une seconde. Je vais prévenir ma femme. " Vous leur avez changé toute leur journée. Le matin, lorsque je mets le nez dehors très tôt, et que je croise les éboueurs de la 57e Rue, ils me disent toujours : " Salut, Marilyn! Comment ça va, ce matin ? ".

C'est un honneur pour moi et je les aime pour ça. Lorsque je passe, les ouvriers se mettent à siffler. D'abord, parce qu'ils se disent: " Tiens, tiens, c'est une fille, elle est blonde et pas mal fichue ", et puis, brusquement, ils réalisent et ils se mettent à crier: " Bon sang, mais c'est Marilyn Monroe! ".  Eh bien, voyez-vous, ce sont des moments où je suis heureuse de me dire que tous ces gens-là savent qui je suis. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je suis sûre qu'ils comprennent que je me donne entièrement à ce que je fais - aussi bien à l'écran que dans la rue - et que, lorsque je leur dis " Bonjour ", ou " Comment ça va ", je le pense vraiment. Dans leur tête, ils se disent : "Formidable, j'ai rencontré Marilyn! Et elle m'a dit bonjour."

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00520_b1Seulement, voilà, lorsqu'on est célèbre, on se heurte à la nature humaine à l'état brut. La célébrité traîne toujours la jalousie derrière elle. Il y a des gens qu'on rencontre, comme ça, et qui ont toujours l'air de se dire: " Mais qui est-ce, cette bonne femme ? Pour qui se prend-elle ? " Ils ont l'impression que ma célébrité leur donne tous les droits. Même le privilège de m'aborder et de me dire tout ce qui leur passe par la tête, toutes sortes de choses. Mais ça ne me blesse pas. C'est un peu comme s'ils s'adressaient à mes vêtements, pas à moi. Un jour, je me souviens, je cherchais une maison à acheter. Je vis un écriteau. Je sonnai. Un homme est sorti, très gentil, très aimable. Il m'a dit : " Oh! attendez, ne bougez pas ! Je voudrais que ma femme vous rencontre. " Alors, la femme est sortie, et elle m'a dit froidement : " Voulez-vous, s'il vous plaît, débarrasser le plancher. "

Prenez, par exemple, certains acteurs, ou certains metteurs en scène. S'ils ont quelque chose à me reprocher, ils ne me le disent jamais à moi, ils le racontent aux journalistes, parce que, comme cela, ça fait beaucoup plus de bruit. S'ils viennent m'insulter entre quatre-z-yeux, ça ne tire pas à conséquence, parce qu'il me suffit de les envoyer au bain, et c'est fini. Mais s'ils le disent aux journalistes, alors là, ça fait le tour du pays, puis le tour du monde, et là ils sont contents. Moi, je ne comprends pas que les gens ne soient pas un peu plus généreux entre eux. Ca m'ennuie de dire cela, mais je crois qu'il y a beaucoup de jalousie dans ce métier. Tout ce que je peux faire, c'est réfléchir et me dire : " Moi, ça va. Je sais que je ne suis pas jalouse. Mais eux... " Je ne sais pas si vous avez lu une fois ce qu'un acteur disait de moi. Il prétendait que, lorsqu'il m'embrassait, il avait l'impression d'embrasser Hitler. Après tout, c'est son affaire. Mais si je devais jouer une scène d'amour avec un type qui penserait ça de moi, eh bien! il ne compterait pas plus pour moi qu'un manche à balai.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00104aPlus les gens sont importants, ou plus ils sont simples, moins ils se laissent impressionner par la célébrité. Ils ne se sentent pas obligés d'être agressifs, ou insultants. Ils veulent savo
ir qui vous êtes vraiment. Alors, j'essaie de le leur expliquer. Je n'aime pas leur faire de la peine et leur dire : " Vous ne pouvez pas me comprendre ". J'ai l'impression qu'ils comptent sur moi pour leur apporter quelque chose qui n'existe pas dans leur vie de tous les jours. Je suppose que c'est leur plaisir, leur évasion, leur fantaisie. Parfois je suis un peu triste, parce que j'aimerai rencontrer quelqu'un qui me jugerait sur ce que je sens, et pas sur ce que je suis. C'est agréable de faire rêver les gens, mais j'aimerai bien qu'on m'accepte également pour moi-même.
   
Je ne me suis jamais considérée comme une marchandise qu'on vend ou qu'on achète. Par contre, il y a une quantité de gens qui ne m'ont jamais considérée autrement, y compri
s une certaine firme que je ne nommerai pas. Si, parfois, je donne l'impression d'être un peu persécutée ou quelque chose comme ça. eh bien, c'est sans doute parce que je le suis. C'est toujours la même histoire. Je m'imagine que j'ai quelques merveilleux amis, et puis crac! Ça y est! Ils se mettent à faire des tas de choses - ils parlent de moi à la presse, leurs amis, ils racontent des histoires, c'est vraiment décevant. Ceux-là sont les " amis " que l'on n'a pas envie de voir tous les jours. Bien sûr, ça dépend des gens, mais parfois je suis invitée quelque part un peu pour rehausser un dîner - comme un musicien que l'on invite pour qu'il joue du piano après le repas. Je me rends toujours compte que je ne suis pas invitée pour moi-même, que je ne suis rien de plus qu'un ornement.

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00500_2Lorsque j'avais cinq ans - Je crois d'ailleurs que c'est à cet âge-là que j 'ai commencé à vouloir être actrice - j'adorais jouer. Je n'aimais pas beaucoup le monde qui m'entourait parce que je le trouvais triste, mais j'adorais jouer à la maman, j'avais l'impression que je me créais un monde à moi. J'allais plus loin d'ailleurs. Je créais mes propres personnages, et si les autres gosses étaient un peu lents du côté imagination, je leur disais : " Dis donc, Si on jouait a être ceci ou cela? Moi je serai Untel et toi tu seras Untel. Ce serait drôle, non " Et les autres disaient : " Oh oui! " Et alors moi, je disais : " Ça, ce sera un cheval et ça ce sera, je ne sais pas, moi, n'importe quoi ", et on s'amusait, c'était drôle. Lorsque j'ai appris que c'était ça, jouer la comédie, je me suis dit que c'était cela que je voulais faire plus tard - m'amuser, autrement dit. Mais après j'ai grandi, et je me suis rendu compte que ce n'était pas aussi facile. Il y a toujours quelqu'un pour vous rendre la chose très difficile. C'est très dur de vouloir s'amuser. Lorsque j'étais petite, certaines familles qui m'avaient adoptée m'envoyaient au cinéma pour que je débarrasse le plancher. Je m'asseyais au premier rang, et je passais là toute la journée et une bonne partie de la soirée. Une petite fille toute seule devant cet immense écran, et j'adorais ça. J'aimais tous ces hommes et ces femmes qui bougeaient devant moi, rien ne m'échappait, et je n'avais même pas de chewing-gum.   

J'avais l'impression que je vivais en dehors du monde que tout était fermé pour moi, et puis brusquement, lorsque j'atteignis mes onze ans, le monde entier s'ouvrit devant moi. Même les filles commencèrent à me remarquer. Elles pensaient : " Hmmmm, attention! Voilà de la concurrence. " J'avais quatre kilomètres à faire pour aller à l'école. Quatre kilomètres aller, quatre kilomètres retour; et c'était chaque fois une promenade merveilleuse. Tous les hommes klaxonnaient sur mon passage, vous savez, des ouvriers qui allaient au travail ou qui en revenaient. Ils me faisaient des signes, et je leur répondais.
Le monde m'était ouvert, et il était plein d'amitié.


1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00600_3Tous les gosses qui livraient les journaux venaient me voir dans la maison où j'habitais. Moi, j'étais toujours perchée sur une branche d'arbre, et je portais une sorte de sweater - à cette époque-là, je n'avais pas encore réalisé la valeur que peut avoir un sweater pour une fille - mais je commençais tout de même à comprendre. Alors, les gosses venaient me voir sur leur bicyclette et ils me donnaient les journaux gratuitement et cela faisait bien plaisir à la famille. Pendant ce temps, moi, j'étais sur ma branche d'arbre, et je devais sûrement avoir l'air d'un singe. Je n'osais pas descendre, mais quand je le faisais, j'allais me promener avec les garçons sur le trottoir, les mains dans le dos, le nez baissé, donnant des coups de pied dans les feuilles mortes, parlant parfois, mais écoutant surtout.   

Et, parfois, les gens chez qui je vivais se faisaient du mauvais sang parce que je riais trop fort. Ils s'imaginaient sans doute que j'étais hystérique. Ils ne comprenaient pas que j'avais une merveilleuse impression de liberté parce que j'osais demander aux garçons : " Prête moi ta bicyclette " et qu'ils me répondaient : " Oui, bien sûr ". Je partais dans la rue à toute vitesse en riant comme une folle ; avec le vent dans la figure, tandis que les garçons restaient sur le trottoir en attendant que je revienne. J'aimais le vent sur ma figure. Ça me caressait. Mais c'était comme un instrument à double tranchant. Lorsque j'ai commencé à voir plus clair, je me suis rendu compte que je jouais un jeu dangereux et que les hommes se figurent des tas de choses. Ils ne se contentaient pas d'être gentils. Bien vite, ils deviennent trop gentils. Ils s'attendent toujours à obtenir beaucoup pour pas grand-chose.

1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00300_a2Quand je fus plus grande, j'allais souvent au théâtre chinois de Grauman - un théâtre de Los Angeles où les grandes vedettes, lorsqu'elles sont consacrées viennent imprimer leurs pieds nus dans le ciment frais. Je plaçais mon pied dans les empreintes et je me disais : " Oh oh ! il est trop grand. Pauvre fille, jamais ton tour ne viendra. " Ça m'a fait une drôle d'impression le jour où je l'ai mis pour de bon. C'est ce jour-là que j'ai compris que rien n'était impossible. C'est dur de devenir une actrice, et c'est la part de création qu'il y a dans ce métier qui m'exaltait, qui m'empêchait de me décourager. J'aime jouer la comédie, surtout lorsque je sens que je joue juste. Je crois que j'ai toujours été un peu trop fantaisiste pour être une femme d'intérieur. Et puis, il fallait aussi que je mange. Parlons franchement, je n'ai jamais été entretenue, je me suis toujours entretenue toute seule. Et Los Angeles était ma ville natale, alors lorsqu'on me disait : " Retourne chez toi ", je pouvais répondre: " Je suis chez moi ".

Je crois que je me suis rendu compte de ma célébrité le jour où, en revenant de l'aéroport, j'ai vu mon nom en lettres énormes sur le fronton d'un cinéma. Je me souviens, j'ai arrêté ma voiture, et je me suis dit : " Grands dieux ! Ce n'est pas possible ! C'est une erreur ! " C'était pourtant là, en grandes lettres de néon. Alors, je suis restée là à me dire : " C'est donc ça !" C'était une impression vraiment curieuse. Pourtant, je me souvenais qu'au studio ils me répétaient tout le temps: " Attention, ne te prends pas pour une vedette, tu n'es pas une vedette. " Moi, je voulais bien, mais il n'empêchait que mon nom était là en grandes lettres de néon. Je n'ai vraiment réalisé que j'étais une star, ou quelque chose de ce genre, que grâce aux journalistes. Ils étaient toujours gentils avec moi, aimables. Les hommes, pas les femmes. Ils me disaient : " Vous savez que vous êtes me grande star, la seule star ", et moi je disais : " Star ? " et eux me regardaient comme si j'étais brusquement devenue folle. Je crois vraiment que c'est eux, à leur manière, qui m'ont fait comprendre que j'étais célèbre.

1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00100_2Lorsque j'ai eu le rôle dans " Les hommes préfèrent les blondes", Jane Russel jouait la brune et moi j'étais la blonde. Elle touchait 200 000 dollars (100 millions d'AF) pour le film et moi j'en touchais 500 (250 000 AF) par semaine, mais je ne me plaignais pas. Pour moi c'était énorme. Je dois dire en passant que Jane Russel avait été merveilleusement gentille avec moi durant le tournage. La seule chose que je ne pouvais pas obtenir, c'était une loge. Et je voulais une loge. Je leur disais à tous : " Écoutez quand même! Ce n'est pas logique ! Je suis la blonde et le film s'appelle " Les hommes préfèrent les blondes ". Mais eux, ils ne faisaient que me répéter " Souviens-toi que tu n'es pas une star ", et moi je répondais : " Je ne sais pas ce que je suis, mais en tout cas, je suis la blonde! ". Et je dois dire que si je suis une star, c'est au public que je le dois. Pas au studio qui m'employait , mais au public. Je recevais un courrier énorme, et lorsque j'allais à une première de film, les propriétaires du cinéma voulaient toujours faire ma connaissance. Je ne savais pas pourquoi. Ils se précipitaient et je regardais derrière moi pour voir qui les intéressait tellement, et j'étais morte de peur. J'avais parfois l'impression de me payer la tête de quelqu'un, je ne sais pas de qui, peut-être de moi-même...

J'ai toujours voulu en donner aux gens pour leur argent. C'est valable pour toutes les scènes que je joue. Même si mon rôle consiste uniquement à entrer dans une pièce, à dire " Salut ! " et à m'en aller, je m'efforce toujours de donner le meilleur de moi-même. Bien sûr, il y a des jours terribles. Ceux où j'ai la responsabilité d'une scène très importante, sur laquelle repose le film tout entier. Ces jours-là, en allant au studio, je voyais la femme de ménage en train de nettoyer, et je me disais : " Voilà ce que j'aimerais faire. Mes ambitions dans la vie s'arrêtent là. " Je suppose que tous les acteurs traversent ce genre de crise. Il ne suffit pas de vouloir être bon, il faut l'être. On parle toujours du trac chez les acteurs. Mais lorsque je dis à mon professeur, Lee Strasberg : " Je ne sais pas ce que j'ai, je me sens un peu nerveuse ", il me répond: " Le jour où tu ne le seras plus il faudra quitter le métier. C'est cette nervosité qui prouve que tu es sensible."
   
1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00100_bIl y a une chose que peu de gens réalisent. C'est la lutte perpétuelle que chaque acteur doit livrer contre sa propre timidité. Il y a une voix en nous qui nous dit jusqu'où nous pouvons nous laisser aller, tout comme un enfant en train de jouer et qui s'arrête de lui-même lorsqu'il va trop loin. On s 'imagine qu'il suffit d'arriver sur le plateau et de faire ce qu'il y a à faire. Mais c'est une véritable lutte qu'il faut soutenir avec nous-mêmes. Moi j'ai toujours été d'une timidité maladive. Il faut vraiment que je lutte. Un acteur n'est pas une machine et un créateur est avant tout un être humain. Et un être humain, ça sent, ça souffre, c'est gai ou bien c'est malade. Comme tous les êtres qui créent, je voudrais avoir un peu plus de contrôle sur moi-même. Je voudrais qu'il me soit facile d'obéir à un metteur en scène. Lorsqu'il me dit : " Une larme tout de suite ", je voudrais que cette larme jaillisse et que ce soit fini. "
   
Une fois pourtant, deux autres larmes ont suivi la première parce que je me demandais : " Comment ose-t-il me demander une chose pareille ? " Savez-vous ce que disait Goethe ? Il disait : " Le talent se développe dans l'intimité. " Et c'est tellement vrai. Les gens ne réalisent pas à quel point il est nécessaire pour un acteur de pouvoir parfois être seul. Lorsqu'on joue, c'est un peu comme si on autorisait les gens pendant un bref moment à partager quelques-uns de nos secrets intimes. Et c'est pour cela qu'il faut pouvoir être seul lorsque nous ne sommes pas en scène. Mais les gens sont toujours après vous. On dirait vraiment qu'ils veulent posséder un petit morceau de vous-même. Je ne sais pas s'ils s'en rendent compte, mais c'est un peu comme s'ils me disaient " Grr, fais ceci, Grr, fais cela. " Mais moi je veux rester moi-même et sur mes deux pieds. Lorsqu'on est célèbre, chacune de vos faiblesses est amplifiée au maximum. Le cinéma devrait se conduire à notre égard comme une mère dont l'enfant vient tout juste d'échapper à un accident de voiture. Mais au lieu de nous prendre contre lui et de nous consoler, le cinéma nous punit. C'est pour cela que l'on n'ose même pas attraper un rhume. Tout de suite, ce sont les grands cris " Comment osez-vous attraper un rhume ? " Les directeurs eux, peuvent prendre tous les rhumes du monde, passer le restant de leurs jours chez eux à téléphoner.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00100aMais que nous les acteurs nous ayons le toupet d'attraper un rhume, ça, ça les dépasse. Vous savez, lorsqu'on est malade, on n'est pas très fier. Mais moi je voudrais qu'eux, les directeurs, soient obligés un jour de jouer une scène avec une grippe ou une forte fièvre, peut-être qu'ils comprendraient. Je ne suis pas le genre d'actrice qui ne vient au studio que pour respecter la discipline. Cela n'a aucun rapport avec l'art. Bien sûr je souhaiterais être un peu plus obéissante. Mais lorsque je viens au studio, c'est pour jouer, pas pour être enrégimentée ! Après tout, ce n'est pas une école militaire, c'est un studio de cinéma. Le cinéma, c'est un art, le studio est l'endroit où l'on exerce cet art, ce n'est pas une usine. Vous voyez, cette sensibilité qui m'aide à jouer la comédie, c'est elle également qui me fait réagir. Un acteur est un instrument sensible. Isaac Stern prend un soin jaloux de son violon. Que se passerait-il Si tout le monde s'amusait à marcher dessus ? Avez-vous remarqué qu'à Hollywood où des millions et des milliards de dollars ont été gagnés, il n'existe pas de monuments, de musées ? Personne n a laissé quelque chose derrière soi. Tous ceux qui sont venus là n'ont su faire qu'une chose, prendre, prendre. Tout le monde a ses problèmes. Il y a même des gens qui ont des problèmes vraiment angoissants, et pour rien au monde ils ne voudraient que ça se sache. Or, l'un de mes problèmes à moi est un peu voyant. Je suis toujours en retard.

Les gens s'imaginent que c'est par arrogance, mais moi je prétends que c'est exactement le contraire. Je sens que je ne fais pas partie, et que je ne ferai jamais partie de cette grande cavalcade américaine, où les gens passent leur vie à se précipiter d'un endroit à l'autre, très, très vite; et sans raison vraiment valable. Ce qui est important pour moi, c'est d'être prête lorsque je dois jouer la comédie. Il faut que je me sente sûre de mes moyens. Je connais des tas de gens qui sont parfaitement capables d'être à l'heure, mais c'est pour ne rien faire sinon rester assis à se raconter leur vie ou toutes sortes d'autres âneries. Clark Gable disait de moi " Lorsqu'elle est là, elle est là. Elle est là tout entière, elle est là pour travailler. "
   
1962_July6th_AllanGrant_00702_Interview00105_02Lorsqu'on m'a demandé de paraître au Madison Square Garden pour la soirée d'anniversaire du président Kennedy, je me suis vraiment sentie fière. Lorsque je suis arrivée sur la scène pour chanter " Bon anniversaire " il y eut un silence énorme dans le stade, un peu comme si j'étais arrivée en combinaison. A ce moment, je me suis dit " Mon Dieu, que va-t-il se passer si je n'arrive pas à chanter ? " Un silence pareil de la part d'un tel public, cela me réchauffe. C'est comme une sorte de baiser. A ce moment-là, on se dit " Bon sang ! je chanterai cette chanson, même si c'est la dernière chose que je puisse faire au monde. Et je la chanterai pour tout le monde." Et quand je me suis tournée vers les micros, je me souviens que j'ai regardé le stade dans tous les sens en me disant " Voilà où j'aurais pu être, quelque part en haut, derrière les poutres, près du plafond après avoir payé mes deux dollars. "

Après le spectacle, il y eut une sorte de réception. J'étais avec mon ex-beau-père, Isadore Miller, et je crois que j'ai fait une gaffe lorsqu'on m'a présentée au président Kennedy. Au lieu de dire " Bonjour, M. le président ", je lui ai dit " Je vous présente mon ex-beau-père, Isadore Miller. " Moi, je pensais que je lui ferais plaisir en le présentant directement. Il est venu en Amérique comme immigrant, et il a maintenant quelque chose comme soixante-quinze ou quatre-vingt ans. Je pensais que c'était le genre de chose qu'il raconterait à ses petits-enfants. Bien sûr, j'aurais dû dire " Bonjour, M. le président ", mais j'avais déjà chanté. Alors, vous comprenez... Non?... De toute manière, je crois que personne ne s'en est rendu compte. La célébrité ce n'est pas toujours rose, et je veux insister là dessus. Ça ne me gêne pas d'être célèbre à cause de mon charme ou bien parce que je suis " sexy ". Ce qui me gêne, c'est ce qui entoure ce genre de célébrité. Je n'oublierai jamais, par exemple, cette femme qui, sur le seuil de sa maison, me disait " Allez, débarrassez le plancher! " Moi, je pense que la beauté et la féminité sont des choses qui n'ont pas d'âge, et que le sex-appeal ne se fabrique pas. Le véritable sex-appeal est basé sur la féminité, et il n'est attrayant que lorsqu'il est naturel et spontané. C'est sur ce point précis que beaucoup de femmes se trompent, et c'est pour cela qu'elles manquent le coche. Quand je pense à toutes ces filles qui essaient de me ressembler, c'est extraordinaire. Elles n'ont pas, comme dirais-je... Oh ! je sais qu'on peut dire des tas d'âneries à ce sujet en disant qu'elles n'ont pas ce qu'il faut devant, ou ce qu'il faut derrière, mais ce n'est pas cela qui compte. Elles n'ont pas ce qu'il faut en elles-mêmes. Les enfants de mon ex-mari partageaient avec moi le fardeau de ma célébrité. Parfois, ils lisaient des choses épouvantables sur mon compte et je me faisais un mauvais sang terrible car je craignais que cela leur fasse de la peine. Je leur demandais de tout me dire, de tout me demander. J'aimais mieux qu'ils me posent à moi ces questions plutôt que d'aller chercher les réponses dans les journaux à scandale.

1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00200_02Je voulais aussi qu'ils sachent comment vivent les autres. Je leur racontais, par exemple, comment je travaillais pour cinq sous par mois en lavant cent assiettes, et les gamins demandaient : " Cent assiettes ? " Et je leur répondais: " Non seulement cela, mais il fallait en plus que je les gratte et que je les nettoie avant de les laver. Puis, il fallait que je les rince et que je les mette à égoutter. Dieu merci, je n'ai jamais eu à les essuyer. " Les enfants sont très différents des grandes personnes. Lorsqu'on grandit, on devient parfois amer. Pas toujours, mais ça arrive souvent. Les enfants eux vous acceptent comme vous êtes. Je leur disais toujours : " N'admirez pas quelqu'un parce que c'est une grande personne ou bien parce qu'il vous dit ci ou ça. Observez-le d'abord. " C'est sans doute le meilleur conseil que je leur ai jamais donné. Observez d'abord les gens, et après faites-vous une opinion. Je leur disais même d'en faire autant pour moi: " Essayez de voir si ça vaut le coup de me prendre comme amie. Après vous verrez bien. "
   
La célébrité, pour moi, ce n'est pas tout le bonheur. C'est très fugitif, même pour une orpheline. Et j'ai été élevée comme une orpheline. La célébrité, ce n est pas un repos quotidien. Ça ne vous rassasie pas. C'est un peu comme le caviar, vous savez. C'est agréable d'en manger, mais pas à tous les repas. Je n'ai jamais eu l'habitude du bonheur. J'ai pensé un moment que le mariage le donnait. Voyez-vous, je n'ai pas été élevée comme les autres enfants américains. A eux, dès leur naissance, le bonheur est dû. Ils y ont droit et c'est normal. Malgré tout, c'est grâce à ma célébrité que j'ai pu rencontrer et épouser deux des hommes les plus merveilleux que j'aie jamais rencontrés. Je ne pense pas que les gens vont se mettre à me détester. En tout cas, ils ne le feront pas d'eux-mêmes. J'aime les gens. Le " public " me fait un peu peur, mais les gens, j'ai confiance en eux. Bien sûr, ils peuvent être influencés par la presse ou par les histoires que le studio fait circuler sur mon compte. Mais je pense que quand les gens vont au cinéma, ils jugent par eux-mêmes. Nous autres, êtres humains, nous sommes de drôles de créatures. Et nous avons toujours le droit de nous faire nos opinions nous-mêmes. Un jour, on a dit de moi que j'étais liquidée, que c'était la fin de Marilyn : lorsque M. Miller fut jugé pour outrage au Congrès. Il refusait de donner les noms de ses amis qui pouvaient avoir des rapports avec les communistes. Un directeur de société vint me trouver et me dit : " Si vous n'arrivez pas à convaincre votre mari, vous êtes finie. " Je lui ai répondu : " Je suis fière de la position prise par mon mari. Je le suivrai jusqu'au bout. " Au fond, être finie, ce doit être un soulagement. On doit se sent comme un coureur de 100 mètres qui a coupé le fil et qui se dit avec grand soupir : " Ça y est, c'est terminé. " En fait, rien n'est jamais terminé. Il faut toujours recommencer, toujours. Mais moi, je crois qu'on obtient toujours le succès que l'on mérite. Maintenant, je ne vis que pour mon travail, et pour les quelques amis sur lesquels je puisse vraiment compter. La célébrité passera ? Eh bien, qu'elle passe. Adieu célébrité ; je t'ai eue, et j'ai toujours su que tu ne valais pas grand-chose. Pour moi, tu auras été au moins une expérience. Mais tu n'es pas ma vie.


Richard Meryman enregistra l'interview sur un support audio (d'une durée de 8 heures d'enregsitrement). Voici un documentaire qui reprend des extraits de l'interview:
Richard Meryman recorded the interview on an audio support (over eight hours of recording). Here a documentary with extracts of the interview:

>> Marilyn Monroe The Last Interview


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Enregistrer

01 septembre 2008

5/03/1962 Soirée des Golden Globes 1

1/ Remise du prix

1962_golden_globes_award_1Le 5 mars 1962, Marilyn Monroe reçoit le "Golden Globe" de "L'actrice préférée dans le monde durant l'année 1961" ("The World Film Favs") à la 19ème cérémonie des Golden Globes Awards. Les Golden Globes sont des trophées remis chaque année par "l'association hollywoodienne de la presse étrangère" ("The Hollywood Foreign Press Association") depuis 1944. Ils récompensent les meilleurs films, les meilleures œuvres de fiction télévisuelles et les meilleurs professionnels du cinéma et de la télévision. Les récompenses attribuées sont souvent considérées comme les prémisses des Oscars.

On March 5, 1962, Marilyn Monroe receives the "Golden Globe" from "The World Film Favs" for the 'favorite actress in the world in the year 1961', at the 19th Golden Globes Awards. The Golden Globes Awards are presented annually by the "Hollywood Foreign Press Association" since 1944. They reward the best films, the best fiction television and the best professional film and television. Rewards are often seen as the preview of the Oscars.

1962_goldenglobe_award010_010_1  1962-gg--107794791_o 
1962_goldenglobe_award011_010 1962_bgcihg10 1962_gg_2
1962_goldenglobe_award0120_010i 1962_goldenglobe_award0120_010_ic 1962_goldenglobe_award0120_010a 1962_gg_NB7
1962_goldenglobe_award0120_020 1962_goldenglobe_award0130_010_1 1962_gg61
1962_gg_NB30 1962_gg_NB55 1962_gg_3
1962_goldenglobe_award0140_1 1962_gg_colorized 1962_gg_cw
1962_goldenglobe_award0145_0200  1962-13427076_3  1962_goldenglobe_award0145_030
1962_goldenglobe_award0145_040 1962_goldenglobe_award0145_010 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_0430


C'est l'acteur Rock Hudson, chargé de l'animation de la soirée, qui remit le Golden Globe à Marilyn sur scène avant de partager l'enthousiasme de l'actrice dans les coulisses avec l'acteur Charlton Heston, qui fut aussi récompensé par le prix d'équivalent masculin de la catégorie de Marilyn. Marilyn avait beaucoup bu ce soir là, et la star se montra particulièrement joyeuse tout au long de la cérémonie et durant la réception qui s'en suivie; et c'est en titubant qu'elle alla chercher son prix sur la scène: l'émission qui était enregistrée pour être diffusée en différée -quelques jours plus tard- préféra couper au montage le passage où Marilyn reçut son prix.

This is the actor Rock Hudson, in charge of running the event, which gave the Golden Globe for Marilyn on stage before sharing the enthusiasm of the actress in the backstage with actor Charlton Heston, who was also awarded with the male equivalent to the category of Marilyn. Marilyn had been drinking heavily that night, and the star was particularly happy throughout the ceremony and during the reception that followed in, and it is staggering that she went on the stage: the show was recorded for broadcast -delayed a few days later on TV- preferred to cut the passage when Marilyn received her award.

1962_goldenglobe_with_rockhudson_charltonheston_010_1 1962_goldenglobe_with_rockhudson_charltonheston_020_1 1962_gg_NB54
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_Heston_010 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_Heston_020 1962-13427076_2
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_031  
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_010 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_020 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_030
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_060 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_050 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_040
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_041_1  1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_041a  1962_gg_C22 
1962_gg_2 1962-gg1 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_0420
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_010_061  1962_GoldenGlobe_withRockHudson_011_030  1962_goldenglobe_cere0310_with_hudson_010_1 
1962_gg_11761396_390878jc 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_011_020a 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_030_010_1
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_020_010 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_020_020 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_030_020
1962_gg61 1962_gg_NB14 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_030_040
1962_GoldenGlobe_withRockHudson_012_010a 1962_GoldenGlobe_withRockHudson_012_020 1962_goldenglobe_planche_contact_010_1

>>  photo de Darlene Hammond
1962-MONROE__MARILYN_-_DARLENE_HAMMOND_MAR_5_1962_GOLDEN_GLOBES 


Pour cette prestigieuse cérémonie, Marilyn Monroe est accompagnée de son nouveau compagnon Jose Bolanos, un réalisateur mexicain, qu'elle vient de rencontrer durant son séjour à Mexico le mois précédent. Après la mort de Marilyn, bien que leur relation n'avait pas duré longtemps, Bolanos prétendit qu'ils avaient l'intention de se marier, alors qu'on sait que si Marilyn se serait à nouveau marier, cela aurait été avec son ex-mari Joe DiMaggio, qu'elle refréquentait depuis la fin de l'année 1961.
For this prestigious ceremony, Marilyn Monroe is accompanied with her new boyfriend Jose Bolanos, a Mexican director, she met during her stay in Mexico the month before. After Marilyn's death, although their relationship did not last long, Bolanos claimed they intended to marry, when we know that if Marilyn would marry again, it would have been with her ex husband Joe DiMaggio, she saw again since the end of 1961.

> L'arrivée de Marilyn avec Jose Bolanos
1962_GGA1 1962_GGA3 1962_GGA6
1962_GGA5 1962_GGA2 1962_GGA4
1962_goldenglobe03210_withJoseBalanos_01 1962_23 1962-gg-1
 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0100_1_GF1962-GG 1962_goldenglobe03211_010
1962_goldenglobe03212_010 1962_goldenglobe0322 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0210_a
 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_cover
lot1185-H3257-L78859623 1962_gg_profil
1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0220_1 1962_goldenglobe0341_JoseBolanos010 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0210_1
1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0110 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0101_010 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0101_01_GF
1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0102_1 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0102 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0103_1
1962_goldenglobe03201_010_1 1962_gga 1962_goldenglobe_cere0300_with_bolanos_010_1  

 1962_03_05_GoldenGlobe_00100_010 1962_03_05_GoldenGlobe_00110 1962_03_05_GoldenGlobe_00200_1_a
1962_03_05_GoldenGlobe_00210a 1962_goldenglobe0300_01 1962_goldenglobe0300_02 1962_goldenglobe0313_1
1962_goldenglobe0310a 1962_goldenglobe0311_1 1962_goldenglobe0312 
lot1139-H3257-L78856199  1962_gg_C19  1962-gg 
1962_goldenglobe03200 1962_goldenglobe03201_010 1962_goldenglobe03201_020 
1962_goldenglobe03202_1 1962_goldenglobe03202_magMovieLand 1962_goldenglobe0340 1962_goldenglobe03203
1962_gg_GG21687 1962_goldenglobe_cere0240_1 1962_goldenglobe_award0200
1962_gg_lipface 1962_goldenglobe_arriving_JoseBolanos0210 1962_goldenglobe_cere0600_010a 1962_gg_59939508 


> photographies de Earl Leaf
1962_by_Earl_Leaf_1962_03 1962_by_Earl_Leaf_1962_02 1962_by_Earl_Leaf_1962_01 

> photographies de Gene Daniels
1962_gg_by_gene_daniels_16 
1962_gg_by_gene_daniels_17 

> photographie de Murray Garrett
1962_goldenglobes_by_murray_garrett_1


 1962_goldenglobes_Lot53a Marilyn Monroe porte une superbe robe moulante et scintillante de couleur vert émeraude, du créateur Norman Norell, avec des boucles d'oreilles assorties. Elle n'a pas noué les bretelles qui devaient être croisées dans son dos et préfére les laisser pendre autour de ses épaules, créant ainsi un effet de décolleté en V à la robe alors qu'initialement, la robe a une encolure plutôt arrondie.
Marilyn Monroe wears a gorgeous slinky dress and glittering emerald of green color, designed by Norman Norell, with matching earrings. She has not tied the straps that had to be crossed in the back and prefers to let them hang around her shoulders, creating an effect V-neck dress in, while, initially, the dress has a round neck.


 >> Plus d'infos:
Les Golden Globes sur le site officiel et sur wikipedia


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.