18 novembre 2012

Photos de There's no Business...

La Joyeuse Parade
   Photos autres scènes

Scènes du film dans lesquelles Marilyn n'apparaît pas; avec Katy Donahue (Mitzi Ganor), Tim Doahue (Donald O'Connor), Terence Donahue (Dan Dailey).

tnb_film_010_1 tnb_film_020_1
tnb_film_dan_dailey_1 tnb_film_dan_dailey_2

17 novembre 2012

La joyeuse parade vue par Télérama

telerama“La Joyeuse Parade”
Il était une fois Marilyn | “There's No Business Like Show Business”, de Walter Lang, 1954

Article
publié par Ophélie Wiel
en ligne
sur telerama.fr

la_joyeuse_parade_M90800

Une jupe échancrée et un haut de bikini bien ajusté : quand Marilyn apparaît, la température monte d'un coup. Le spectateur, endormi par des chansons vieillottes, se réveille en sueur. Cette fille vient d'une autre planète, d'un autre film : La Joyeuse Parade tente de recréer le vaudeville des années 30 mais oublie que ce temps-là est bien fini.

Ce que l'on veut à présent, c'est une femme en pantalon étroit, chantant lascivement sur son canapé son désir de paresse, ou reprochant aux hommes, toutes jambes dehors, de se fatiguer d'elle dès qu'ils ont obtenu ce qu'ils attendaient d'elle. Marilyn ne voulait pas de La Joyeuse Parade, et elle se venge en lançant sa sexualité à la tête de l'univers puritain du musical hollywoodien. Cette femme-là, c'est une rebelle, une fille des fifties. Et ça se voit.

Posté par ginieland à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2012

Les critiques de There's no business...

La Joyeuse Parade
Lecritiques 

New York Times
Lorsqu'il s'agit de faire montre de son talent, Miss Gaynor a une longueur d'avance sur Miss Monroe, dont les trémoussements et les tortillements, lorsqu'elle chante Heat Wave et Lazy, sont embarrassants à voir. 

New York Daily Mirror
Marilyn Monroe, qui détourne Donald du monde du spectacle et le pousse à revêtir l'uniforme, chante et joue sur le mode sexy dont elle est coutumière. (...) La Joyeuse Parade est un film d'une extravagance bouffonne, coloré et mélodique, avec juste ce qu'il faut de sentimentalité pure et magnifique.

New York Daily News
La Joyeuse Parade abonde en épisodes distrayants. (...) Tourné en DeLuxe Color, c'est un film à l'affiche prestigieuse; la référence à Irving Berlin lui confère du rythme, du dynamisme et une agréable note nostalgique. (...) Marilyn tient la vedette de façon amusante dans trois chansons très particulières, lorsqu'elle joue sur le mode burlesque une chanteuse sexy, interprète de chansons grivoises.
 

Variety
Il faut voir la façon dont Miss Monroe chante pour l'apprécier. Ca ne va pas chasser ses rivales du box-office; et en termes de vente de disques, elle ne fera jamais d'ombre à Miss Merman. Avec ses courbes, elle fait davantage concurrence à Mae West.


> dans la presse
 -magazine "Focus"

film-tnb-focus1551 
film-tnb-focus1552 

Posté par ginieland à 23:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2012

La joyeuse parade vue par DVDClassik

dvdclassik_logoCritique de La Joyeuse Parade
Article
publié par Ronny Chester
en ligne
sur DvdClassik.com

dvdclassik_joyeuseparade 

dvdla_joyeuse_parade

Générique
Année : 1954
Pays : États-Unis    
Genres : Comedie, Drame, Musical, Romance    
Réalisé par : Walter Lang    
Avec : Ethel Merman, Donald O'Connor, Marilyn Monroe, Dan Dailey, Johnnie Ray, Mitzi Gaynor, Richard Eastham, Hugh O'Brian, Frank McHugh, Rhys Williams, Lee Patrick, Eve Miller, Robin Raymond    
Montage : Robert L. Simpson    
Photographie : Leon Shamroy    
Scénario : Phoebe Ephron, Henry Ephron, Lamar Trotti    
Costumes : Travilla, Miles White    
Maquillage : Ben Nye, Helen Turpin    
Décorateur de plateau : Stuart A. Reiss, Walter M. Scott    
Direction artistique : John DeCuir, Lyle R. Wheeler    
Studios de production : Twentieth Century Fox Film Corporation


Technique
Durée : 117 min
Format d'image : 2.55:1
Couleur : Couleur 


L'histoire
dvdhis_joyeuseparadeMolly et Terence Donahue forment, avec leurs trois enfants, une grande famille de saltimbanques nommée "The Five Donahues". Ils parcourent le pays, se produisant dans des numéros de music-hall chaleureux et endiablés. Des petits bonheurs ou petits malheurs du quotidien, rien ne vient perturber leur sens du spectacle et de la fête. Cependant les enfants grandissent et, devenus adultes, finissent par afficher leur désir d’indépendance. Steve, le fils aîné souhaite quitter le métier pour entrer dans les ordres. Quant à Tim, le cadet, grand séducteur et noceur devant l’éternel, il est follement séduit par Vicky Parker, une très belle jeune femme ardente d’entrer dans la profession. De sérieuses tensions familiales font leur apparition, mais ne dit-on pas que le milieu du spectacle est une grande famille ?


Analyse et Critique
dvdan_joyeuseparadeA l’instar de That’s Entertainment, There’s no Business like Show Business tient une place particulière dans la culture américaine. Elle est devenue la chanson symbole de la comédie musicale, l’emblème d’un spectacle donnant toujours la priorité au merveilleux. Un spectacle défendu par des artistes complets, moines soldats d’un genre qui doit survivre aux différentes difficultés que ceux-ci endurent au quotidien. La Joyeuse Parade est ainsi une œuvre qui se veut un hommage vibrant à la comédie musicale et à ceux qui la font vivre sur les planches comme au cinéma. Le film est aussi et surtout un hommage à Irving Berlin, musicien américain d’origine russe grandement influencé par le Jazz, l’un des compositeurs les plus talentueux et respectés de la comédie musicale à Broadway et à Hollywood. Il composa une vingtaine de chansons pour des films comme Top Hat, En suivant la flotte ou Noël Blanc. Irving Berlin fut également l’auteur du célèbre hymne patriotique "God Bless America". Jerome Kern, autre grand compositeur qui révolutionna le musical dans les années 1910 et 1920, dit de lui un jour : "Berlin ne tient aucune place particulière dans la musique américaine… il EST la musique américaine".

Pour toutes ces raisons, on aurait donc bien voulu encenser un tel film, s’enflammer devant la perspective alléchante d’un aussi beau spectacle. Malheureusement, il nous faut vite déchanter face à un film poussif, dénué de toute émotion et de talent proprement cinématographique. Le problème se situe véritablement à la base : le scénario n’est manifestement qu’un prétexte à un enchaînement de numéros musicaux. Daryl Zanuck, initiateur du projet, ne s’est pas trop soucié de produire un film soutenu par une véritable intrigue et de réels enjeux dramatiques. Le sujet de La Joyeuse Parade se résume à une historiette insipide faisant vaguement le lien entre les différentes et nombreuses chorégraphies. De plus, le film ne se trouve pas vraiment être une comédie musicale dans le sens où les segments musicaux ne s’insèrent pas dans la dramaturgie du récit, exception faite de la chanson "A Man chasses a Girl" interprétée par Donald O’Connor.

Ensuite, la Fox eut la volonté d’utiliser un nouveau format de pellicule apparu depuis un an : le Cinémascope. Grâce à ce dernier, les spectateurs allaient voir sur l’écran un spectacle inédit. Le film fut en effet la première comédie musicale tournée dans ce format. Mais innovation technique n’est point synonyme d’innovation artistique. Et le metteur en scène Walter Lang, à qui Zanuck confia la réalisation du film, le prouve brillamment si l’on puis dire. Walter Lang fut un réalisateur docile et appliqué comme il y en eu des dizaines à Hollywood. Il signa de nombreuses comédies (musicales ou non) dont la plus célèbre reste sans doute la version du Roi et moi de 1956. Mais ce dernier film doit sa réussite bien plus à la qualité de son livret (signé Rodgers & Hammerstein), à ses interprètes (Deborah Kerr et Yul Brynner) et à ses qualités plastiques qu’à la réalisation désespérément plate de Lang. Ancien illustrateur de mode, le metteur en scène ne fait justement que cela : illustrer. Et La Joyeuse Parade en est l’exemple le plus frappant. La caméra se contente de suivre les prestations des comédiens en plans larges, se rapprochant par moments de la scène mais pas trop près car, comprenez-vous, le cinémascope est là pour faire entrer tout ce joli monde dans son cadre extra large. On a donc véritablement l’impression d’assister à du théâtre filmé ou plutôt du music-hall filmé, devrait-on dire. Et en dehors des numéros musicaux, Walter Lang continue de plus belle en appliquant le même principe, la caméra ne faisant qu’honorer misérablement son format : plan large / léger travelling avant / léger travelling arrière, etc...

On constate enfin, et c’est bien là le paradoxe avec La Joyeuse Parade, que le cinémascope, évolution technique majeure s’il en est, a fait reculer d’une demi génération la représentation de la comédie musicale à l’écran. On en est revenu, avec ce film, à l’illustration pure et simple de superbes numéros musicaux comme le furent ceux de Busby Berkeley. Il ne s’agit évidemment pas de dénigrer cette merveilleuse période des années 1930, source de tant de beauté et de création. Mais comment peut-on, en 1954, faire fi du renouveau apporté par le sublime et baroque Vincente Minnelli, comme de la modernité venue du couple formé par les fougueux Stanley Donen et Gene Kelly ? Il faudra attendre jusqu’à 1961 pour qu’un cinéaste digne de ce nom utilise le cinémascope à de réelles fins artistiques dans une comédie musicale. On pense évidemment à Robert Wise et West Side Story.

La distribution de La Joyeuse Parade fait la part belle à des interprètes spécialistes du genre. Ethel Merman fut une fameuse artiste de Broadway qui avait créé sur scène deux célèbres Musicals de Irving Berlin : Annie get your Gun et Call me Madam. Dan Dailey était également un acteur complet, chanteur et danseur, très apprécié aux Etats-Unis bien qu’il ne fût pas véritablement considéré comme une star. Il figura dans de nombreuses comédies musicales dans les années 40 et 50. Ces deux comédiens, jouant le couple Donahue, manquent néanmoins quelque peu de charisme. Lisses et gentillets, ils ajoutent un peu trop de mièvrerie à un scénario qui en regorge déjà beaucoup. Ethel Merman et son côté "bobonne", flanquée de la sympathique mais trop sage Mitzi Gaynor, nous font amèrement regretter les personnages forts et charismatiques qui peuplent les films de Donen ou Minnelli. Heureusement, le jovial et sautillant Donald O’Connor apporte sa fraîcheur et son énergie communicative à un film qui en manque définitivement.

Mais ne restent-il pas des raisons de se réjouir à la vision de La Joyeuse Parade ? En dehors des performances de Donald O’Connor et de quelques tableaux enchanteurs (dont l’émouvant tableau final reprenant la chanson titre), les quelques instants de bonheur proviennent assurément de la présence de Marilyn Monroe. Une Marilyn qui fit des pieds et des mains pour ne pas figurer dans le film. Darryl Zanuck, qui avait acquiescé à son désir de renoncer au projet Pink Tights, l’obligea à accepter ce second rôle qu’elle renâclait tant à jouer. Le fameux contrat de sept ans qu’elle avait signé avec la Fox, et qu’elle allait bientôt casser, ne lui laissait pas d’autre alternative. Alors qu’au même moment, le grand réalisateur Henry Hathaway terminait l’adaptation du roman "Of human bondage" de Somerset Maugham, et espérait y faire jouer Marilyn Monroe et James Dean, on n’ose pas imaginer ce que nous avons perdu au change… Mais Zanuck fit la sourde oreille.

Dans la Joyeuse Parade, Marilyn Monroe interprète trois chansons : "After you get what you want", "Heat Wave" et "Lazy". Dans le premier acte, sa présence lumineuse et sa voix langoureuse avec ses vibratos donnent enfin un peu de chaleur au film. Et cela même si Walter Lang ne sait absolument pas la filmer, en la desservant avec ses plans larges, alors que Marilyn est bien meilleure chanteuse que danseuse. Nos vœux sont quand même exaucés avec le tableau "Heat Wave" qui porte bien son nom. La sensualité affriolante de Marilyn y fait merveille. Ses déhanchements lascifs et son jeu de scène suggestif affolent les rétines. Cette séquence, plus gestuelle que dansante, parvient heureusement à la mettre en valeur. Bizarrement, on a enfin le droit à un gros plan, ce qui prouve que même un réalisateur médiocre peut se sentir pousser des ailes devant un tel phénomène. La chanson "Lazy" est également propice à un joli numéro dans lequel Marilyn, accompagnée de Mitzi Gaynor et Donald O’Connor, impose à nouveau sa sensualité et son tempérament.

Malheureusement, c’est lors du tournage de ce film que la santé de Marilyn Monroe commença à chanceler. Les effets secondaires de sa consommation répétée de somnifères commençaient à se faire sentir. C’est également sur ce plateau qu’elle fit la connaissance de Susan Strasberg qui allait bientôt jouer un rôle important dans sa vie personnelle et professionnelle. Quant à La Joyeuse Parade, on laissera le dernier mot à Marilyn : " un rôle idiot dans un film idiot.. ". Rideau !


DVD
dvd_la_joyeuse_parade_fpe_diamond_collection 
DVD Diamond Collection 20th Century Fox 2002
 DVD - Région 2
20th Century Fox
Parution: 4 / 9 / 2002 

Technique
Durée : 112 min
Support : 1 DVD9
Région : 2
Norme : PAL
Format cinéma : 2.55 : 1
Format vidéo : 16/9
Langues : anglais en 3.1 et italien en mono 2.0
Sous-titres : anglais, français, italien, hollandais, grec 

Image : Encore une fois, le coffret "The Diamond Collection" des films de Marilyn se distingue par sa qualité technique. La copie proposée a été magnifiquement restaurée. Les images sont quasiment nettoyées de toute impureté. Les couleurs sont belles et pimpantes. On remarquera néanmoins, pour faire le difficile, un léger voile granuleux sur tout le film dû à la compression. Mais cela n’entache en rien la vision d’un tel spectacle coloré. A noter que l’on a droit au format dit "Cinémascope 53" avec un rapport impressionnant de 2.55.

Son
: L’éditeur offre une piste originale mixée en 3.1. Cette bande son apporte donc une spatialisation bienvenue à l’avant et un canal dédié au caisson de basse (qu’on qualifiera de symbolique). La stéréo avant est appréciable, même si l’ensemble manque de dynamique. Cependant, les voix restent claires. Malheureusement, à plusieurs reprises, quelques voix sont illogiquement déportées sur les voies latérales, provoquant des effets déplaisants. Le DVD ne propose pas de piste française. Une version italienne en mono est présente, mais elle est caractérisée par un souffle important et un doublage… particulier. On ne saurait trop recommander la version originale.

dvdbo_joyeuseparadeTrois bandes annonces : une première bande annonce originale (4’15’’) en cinémascope non sous-titrée, un peu usée ; une seconde bande annonce originale (2’41’’) plus propre mais aux couleurs passées ; une bande annonce portugaise (2’41’’), qui est la traduction de la précédente (le film s’appelle O Mundo da Fantasia.
La restauration du film (1’59’’), une comparaison avant et après, introduite par trois pages d’explications en anglais (non sous-titré) sur le processus de restauration.
Une affiche originale du film en couleur.
Le chapitrage fixe et muet.

05 septembre 2012

There's No Business caps 1

La joyeuse parade
Captures

1ère partie des captures du film

theres_no_business_like_show_business 
tnb_sc01_cap01 tnb_sc01_cap02 tnb_sc01_cap03
tnb_sc01_cap04 tnb_sc01_cap05 tnb_sc01_cap06
tnb_sc01_cap07 tnb_sc01_cap08 tnb_sc01_cap09
tnb_sc01_cap10 tnb_sc01_cap11 tnb_sc01_cap12
tnb_sc01_cap13 tnb_sc01_cap14 tnb_sc01_cap15
tnb_sc01_cap16 tnb_sc01_cap17 tnb_sc01_cap18
tnb_sc01_cap19 tnb_sc01_cap20 tnb_sc01_cap21
tnb_sc01_cap22 tnb_sc01_cap23 tnb_sc01_cap24

01 septembre 2012

There's No Business caps 2

 La joyeuse parade
Captures

2ème partie des captures du film

tnb_sc02_cap01 tnb_sc02_cap02 tnb_sc02_cap03 
tnb_sc02_cap04 tnb_sc02_cap05 tnb_sc02_cap06
tnb_sc02_cap07 tnb_sc02_cap08 tnb_sc02_cap09
tnb_sc02_cap10 tnb_sc02_cap11 tnb_sc02_cap12
tnb_sc02_cap13 tnb_sc02_cap14 tnb_sc02_cap15
tnb_sc02_cap16 tnb_sc02_cap17 tnb_sc02_cap18
tnb_sc02_cap19 tnb_sc02_cap20 tnb_sc02_cap21
tnb_sc02_cap22 tnb_sc02_cap23 tnb_sc02_cap24
tnb_sc02_cap25 tnb_sc02_cap26 tnb_sc02_cap27
tnb_sc02_cap28 tnb_sc02_cap29 tnb_sc02_cap30
tnb_sc02_cap31 tnb_sc02_cap32 tnb_sc02_cap33
tnb_sc02_cap34 tnb_sc02_cap35 tnb_sc02_cap36
tnb_sc02_cap37 tnb_sc02_cap38 tnb_sc02_cap39
tnb_sc02_cap40 tnb_sc02_cap41 tnb_sc02_cap42
tnb_sc02_cap43 tnb_sc02_cap44 tnb_sc02_cap45
tnb_sc02_cap46 tnb_sc02_cap47 tnb_sc02_cap48
tnb_sc02_cap49 tnb_sc02_cap50 tnb_sc02_cap51
tnb_sc02_cap52 tnb_sc02_cap53 tnb_sc02_cap54
tnb_sc02_cap55 tnb_sc02_cap56 tnb_sc02_cap57

14 août 2012

There's No Business caps 3

La joyeuse parade
Captures

3ème partie des captures du film 

tnb_sc03_cap_01 tnb_sc03_cap_02 tnb_sc03_cap_03
tnb_sc03_cap_04 tnb_sc03_cap_05 tnb_sc03_cap_06
tnb_sc03_cap_07 tnb_sc03_cap_08 tnb_sc03_cap_09
tnb_sc03_cap_10 tnb_sc03_cap_11 tnb_sc03_cap_12
tnb_sc03_cap_13 tnb_sc03_cap_14 tnb_sc03_cap_15
tnb_sc03_cap_16 tnb_sc03_cap_17 tnb_sc03_cap_18
tnb_sc03_cap_19 tnb_sc03_cap_20 tnb_sc03_cap_21

23 juillet 2012

There's No Business caps 4

La joyeuse parade
Captures

4ème partie des captures du film 

tnb_sc04_cap_01 tnb_sc04_cap_02 tnb_sc04_cap_03
tnb_sc04_cap_04 tnb_sc04_cap_05 tnb_sc04_cap_06
tnb_sc04_cap_07 tnb_sc04_cap_08 tnb_sc04_cap_09
tnb_sc04_cap_10 tnb_sc04_cap_11 tnb_sc04_cap_12
tnb_sc04_cap_13 tnb_sc04_cap_14 tnb_sc04_cap_15
tnb_sc04_cap_16 tnb_sc04_cap_17 tnb_sc04_cap_18
tnb_sc04_cap_19 tnb_sc04_cap_20 tnb_sc04_cap_21
tnb_sc04_cap_22 tnb_sc04_cap_23 tnb_sc04_cap_24
tnb_sc04_cap_25 tnb_sc04_cap_26 tnb_sc04_cap_27
tnb_sc04_cap_28 tnb_sc04_cap_29 tnb_sc04_cap_30
tnb_sc04_cap_31 tnb_sc04_cap_32 tnb_sc04_cap_33

20 juillet 2012

There's No Business caps 5

La joyeuse parade
Captures

5ème partie des captures du film

tnb_sc05_cap_01 tnb_sc05_cap_02 tnb_sc05_cap_03
tnb_sc05_cap_04 tnb_sc05_cap_05 tnb_sc05_cap_06
tnb_sc05_cap_07 tnb_sc05_cap_08 tnb_sc05_cap_09
tnb_sc05_cap_10 tnb_sc05_cap_11 tnb_sc05_cap_12
tnb_sc05_cap_13 tnb_sc05_cap_14 tnb_sc05_cap_15
tnb_sc05_cap_16 tnb_sc05_cap_17 tnb_sc05_cap_18
tnb_sc05_cap_19 tnb_sc05_cap_20 tnb_sc05_cap_21

14 juillet 2012

There's No Business caps 6

La joyeuse parade
Captures

6ème partie des captures du film 

tnb_sc06_cap_01 tnb-sc06-cap-02 tnb-sc06-cap-03
tnb-sc06-cap-04 tnb-sc06-cap-05 tnb-sc06-cap-06
tnb-sc06-cap-07 tnb-sc06-cap-08 tnb-sc06-cap-09
tnb-sc06-cap-10 tnb-sc06-cap-11 tnb_sc06_cap_12
tnb-sc06-cap-13
tnb-sc06-cap-14 tnb-sc06-cap-15
tnb-sc06-cap-16 tnb-sc06-cap-17 tnb-sc06-cap-18
tnb-sc06-cap-19 tnb-sc06-cap-20 tnb_sc06_cap_21
tnb_sc06_cap_22 tnb_sc06_cap_23 tnb_sc06_cap_24
tnb-sc06-cap-25 tnb-sc06-cap-26 tnb_sc06_cap_27
tnb_sc06_cap_28 tnb_sc06_cap_29 tnb-sc06-cap-30
tnb-sc06-cap-31
tnb-sc06-cap-32 tnb-sc06-cap-33
tnb-sc06-cap-34 tnb-sc06-cap-35 tnb_sc06_cap_36
tnb-sc06-cap-37
 tnb_sc06_cap_38 tnb_sc06_cap_39
tnb-sc06-cap-40
 tnb_sc06_cap_41 tnb_sc06_cap_42 
tnb_sc06_cap_43 tnb_sc06_cap_44 tnb_sc06_cap_45
tnb_sc06_cap_46 tnb_sc06_cap_47 tnb_sc06_cap_48
tnb-sc06-cap-49
 tnb_sc06_cap_50 tnb_sc06_cap_51
tnb_sc06_cap_52 tnb_sc06_cap_53 tnb_sc06_cap_54
tnb-sc06-cap-55
 tnb_sc06_cap_56 tnb_sc06_cap_57 
tnb_sc06_cap_58 tnb_sc06_cap_59 tnb_sc06_cap_60
tnb_sc06_cap_61 tnb_sc06_cap_62 tnb_sc06_cap_63