04 novembre 2019

TV - Apocalypse La Guerre des Mondes

gif_tvmarilyn

Les mardis de novembre 2019 - à 21h05 - France 2
A revoir en replay

Documentaire:  Apocalypse: 
La Guerre des Mondes 
1945 - 1991

tv-apocalypse 

Réalisation: Isabelle Clarke & Daniel Costelle
Narration: Matthieu Kassovitz
Pays: France
Année: 2019
En 6 épisodes
Durée d'un épisode: 53 min

À l’occasion des commémorations de la chute du mur de Berlin qui marque la fin de la guerre froide, France 2 diffuse la septième saison d’Apocalypse : La Guerre des mondes. Deux soirées événements qui reviennent sur plus de quarante années qui ne sont, en fait, qu’une succession de guerres chaudes : Indochine, Corée, Vietnam, Afghanistan… entrecoupées de confrontations périlleuses entre l’Est et l’Ouest. Si, en 1945, les femmes et les hommes de la planète pensent laisser derrière eux les atrocités de la guerre, dans les coulisses de la reconstruction du monde, un affrontement plus long et plus insidieux se prépare. Bientôt, un « rideau de fer » va tomber entre l’Est communiste, dominé par l’Union soviétique, et l’Ouest, avec les États-Unis. C’est la guerre froide, la « guerre des mondes ». Dans une folle course aux armements, les États ont inventé la pire menace : l’arme nucléaire. Durant près d’un demi-siècle les grands dirigeants – Staline, Khrouchtchev, Mao, Kennedy – se rapprochent ou s’affrontent, dans un dangereux équilibre de la terreur. À tout moment, c’est l’humanité tout entière qui peut plonger dans l’apocalypse.

Episode 1: Été 1945. Alors que les peuples victorieux célèbrent le retour à la paix, un rideau de fer tombe entre ceux qui furent autrefois alliés. Pendant cinquante ans, le bloc de l'Est communiste affronte le bloc de l'Ouest, dominé par les Américains. C'est la guerre froide, la guerre des mondes. En Indochine, en Corée, au Vietnam, les grands se font face par peuples interposés. Et la toute nouvelle arme nucléaire fait peser sur l’humanité la menace d’une nouvelle apocalypse.

Episode 2: En 1947, craignant que l'Europe abîmée ne devienne le terreau du communisme, les Etats-Unis lancent le plan Marshall, pour permettre aux pays européens de se reconstruire. Les Français ont aussi besoin d'aide en Indochine, où Ho Chi Minh, caché dans la jungle, ne cesse d’accroître son armée et son influence. A Berlin, Staline impose un blocus, mais il préfère se concentrer sur le succès de sa toute nouvelle bombe atomique. Et la vague rouge continue de progresser. En Corée, la guerre est déclarée entre les communistes du Nord et une armée sud-coréenne démunie. Truman envoie ses hommes : une véritable débâcle les attend.

Episode 3: Septembre 1950. En Corée, le conflit continue mais les Américains font face à un nouvel ennemi : la Chine. Truman songe à la bombe atomique. En Indochine, les Français aussi sont au plus mal. Le parallèle entre les deux conflits est frappant : mêmes acteurs dissimulés, mêmes colonnes de prisonniers. Et le véritable ennemi, c'est Staline.


Episode 1: La grande rupture 1945-1946: diffusion le 05/11/19
Episode 2: L'escalade de la peur 1947-1950: diffusion le 05/11/19
Episode 3: Le monde tremble 1950-1952: diffusion le 05/11/19
Episode 4: La conquête 1953-1955: diffusion le 12/11/19
Episode 5: Le Mur 1956-1962: diffusion le 12/11/19
Episode 6: L'Abîme 1963-1991: diffusion le 12/11/19


© copyright text : France 2


Pour Info...  Documentaire contenant des images filmées de Marilyn Monroe (extraits colorisés de sa tournée en Corée): peut être dans l'épisode 4 qui concerne la période 1953-1955.


captures

Episode 3: Le monde tremble 1950-1952
Des images colorisées de Marilyn Monroe en Corée
apparaissent dans le générique de fin

apocalypse_guerre_monde-ep03-cap1 apocalypse_guerre_monde-ep03-cap2 apocalypse_guerre_monde-ep03-cap3 
apocalypse_guerre_monde-ep03-cap4 apocalypse_guerre_monde-ep03-cap5 apocalypse_guerre_monde-ep03-cap6 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 octobre 2019

TV - Elliott Erwitt, Silence Sounds Good

gif_tvmarilyn

Lundi 7 octobre 2019 - 23h55 - Arte
A revoir en replay sur arte.tv

Documentaire:  Elliott Erwitt
Silence Sounds Good

Erwitt_docu-1 Erwitt_docu-2 
Erwitt_docu-3 

Réalisation: Adriana Lopez Sanfeliu
Pays: France
Année: 2019
Durée: 62 min

Ancien directeur de l'agence Magnum, devenu célèbre pour ses portraits de onze présidents des États-Unis, ou de stars du cinéma, l'Américain Elliott Erwitt, né à Paris en 1928, s'est aussi distingué par des choix plus politiques ou humanistes, non sans un certain humour. Portrait sensible d'un des plus grands photographes du siècle passé, au regard toujours aiguisé.

Il a beau figurer parmi les photographes incontournables du XXe siècle, avec certains de ses clichés devenus iconiques, Elliott Erwitt, à 91 ans, demeure toujours insatiable. Le travail reste sa motivation quotidienne et composer un plan ou orchestrer la sortie de son prochain livre l'occupe presque dix heures par jour. C'est cette passion incandescente pour la "prochaine image" à saisir, cet esprit toujours en marche que ce film, réalisé par son assistante Adriana Lopez Sanfeliu, se propose d'accompagner, non sans une tendresse manifeste.

Ironie libre
Ancien directeur de l'agence Magnum, devenu célèbre pour ses portraits de onze présidents des États-Unis, ou de stars du cinéma, cet Américain, né à Paris en 1928, s'est aussi distingué par des choix plus politiques (la ségrégation raciale, le Che) ou humanistes (les enfants, les chiens et leurs maîtres), non sans un certain humour. "Je mets beaucoup de sérieux à ne pas être sérieux", a-t-il avoué lors d'une rare interview accordée à un journaliste de la télévision. Une ironie douce, souvent adressée à lui-même, que parvient à capter Adriana Lopez Sanfeliu en suivant le quotidien de son mentor. Portrait sensible, libre, son film rare – Elliott Erwitt n’aime pas être regardé – fait de la lenteur de son vieux personnage un motif récurrent, et aussi un motif d'étonnement, tant la force qu'il dégage derrière son appareil impressionne.  "Le succès, c'est la liberté de pouvoir faire ce qu'on veut à tout moment."


© copyright text : Arte.


Mon Avis...  01/10
Mais à quoi sert ce documentaire ? Juste une autosatisfaction de sa réalisatrice (qui en fait, n'en est pas une: elle est simplement une des assistantes du photographe). On y apprend absolument rien ni de la vie d'Erwitt (aspect privé et professionnel) ni aucune analyse de son travail. Certes, il n'aime pas analyser ses photographies, mais le documentaire ne fait que "suivre" son assistante qui le suit et le filme... et puis... rien. Il ne se passe absolument rien. Marilyn y est juste évoquée dans l'introduction par des propos d'Erwitt: "Marilyn aurait dans les 80 ans, difficile de l'imaginer à cet âge. Elle est morte à la trentaine et quand on meurt, la carrière s'arrête". On découvre juste que dans son bureau -intégré dans son appartement new-yorkais- une grande photographie encadrée de Marilyn trône. Ce film ne dure qu'une heure (et heureusement !) et il dessert totalement le personnage qu'est Erwitt. Il paraît creux, sans âme, sans profondeur; on ne comprend même pas pourquoi il est photographe et continue à travailler. L'un des plus grands photographes du XXème siècle aurait amplement mérité mieux !!

Posté par ginieland à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 septembre 2019

Au théâtre: 7 ans de Réflexion

7 ans de Réflexion
pièce de théâtre

7ans-theatre-1 

Auteur: George Axelrod
Mise en scène: Stéphane Hillel
Adaptation: Gérald Sybleyras
Décors: Edouard Laug
Lumière: Laurent Beal
Costumes: Anne Schotte
Interprétation: Guillaume de Tonquédec, Alice Dufour

Speech: Après sept ans de mariage, Richard, publiciste new-yorkais, est un mari fidèle et entend bien le rester. Le départ en vacances de sa femme et de leur petit garçon n’a aucune raison d’entamer cette sage résolution. Mais c’est l’été et une femme absolument éblouissante vient juste de s’installer au-dessus de chez eux...
Une soirée brûlante de juillet à Manhattan, sur le balcon de l'appartement du dessus, un pot de fleur en fonte pulvérise la chaise sur laquelle Richard Sherman était assis quelques secondes auparavant. La voisine de l'étage au-dessus vient de faire accidentellement tomber son tomatier. Cet incident, qui aurait pu être fatal à Richard, est la plus belle chose qui pouvait lui arriver.

7ans-theatre-2  7ans-theatre-3 

Informations complémentaires
Du 17 septembre 2019 au 05 janvier 2020
Du Mardi au Samedi 20h30,
+ samedi à 16h30
+ dimanche à 15h
tarifs : de 10 € à 60 € (hors frais de réservation et hors samedi soir)
détail des tarifs sur closevent.com
Lieu: théâtre des Bouffes Parisiens
Adresse: 4 rue Monsigny, 75002 Paris
Sur le web: site bouffesparisiens.com

Posté par ginieland à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 juillet 2019

10/07/2019 - Vernissage de l'expo "Divine Marilyn"

Le 10 juillet 2019 à 19h, a eu lieu le vernissage de l'exposition consacrée à Marilyn Monroe à Paris, intitulée "Divine Marilyn".

2019-07-10-expo_divine_vernissage-010  2019-07-10-expo_divine_vernissage-020  

Pour le lancement de l'ouverture de l'expo, plusieurs personnalités étaient présentes pour cet événement:

Joshua Greene (fils de Milton Greene)
2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene-1 2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene-2 2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene-3

Joshua Greene et Suzie Kennedy
2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene_suzie-1 2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene_suzie-2 2019-07-10-expo_divine_vernissage-joshua_greene_suzie-3  

Suzie Kennedy (sosie professionnel de Marilyn)
2019-07-10-expo_divine_vernissage-suzie-01 
2019-07-10-expo_divine_vernissage-suzie-02 

Edie et Meta Shaw (filles de Sam Shaw)
2019-07-10-expo_divine_vernissage-shaw_filles-edie_et_meta-1 

photo de groupe
 Joshua Greene, Suzie Kennedy, Edie & Meta Shaw
2019-07-10-expo_divine_vernissage-groupe-1 2019-07-10-expo_divine_vernissage-groupe-2 2019-07-10-expo_divine_vernissage-groupe-3   

Hugues Aufray (chanteur) et sa maîtresse:
2019-07-10-expo_divine_vernissage-hugues-aufray-1  2019-07-10-expo_divine_vernissage-hugues-aufray-et-sa-compagne-1 

Gilles Lhote (biographe de Johnny Hallyday)
2019-07-10-expo_divine_vernissage-gilles_lhote-1 

Stephane de Bourgies (photographe)
2019-07-10-expo_divine_vernissage-stephane_de_bourgies-1 

Tony Franck, Patrice Gaulupeau, Hugues Aufray
2019-07-10-expo_divine_vernissage-tony_franck-patrice_gaulupeau-hugues_aufray-1  


source images:
purepeople.com


Rappel sur le blog: les informations sur
l'exposition Divine Marilyn

Exposition Divine Marilyn
du 9 juillet au 22 septembre 2019
Galerie Joseph, 116 rue de Turenne, 75003 Paris


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 15:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mai 2019

Expo Divine Marilyn

 affiche-Marilyn-1-version-4-768x1086    Du 9 juillet au 22 septembre 2019, exposition Divine Marilyn à la Galerie Joseph de Paris. 

Pour la première fois en France, cette grande exposition sur 850m2 regroupera les trois plus grands noms de la photographie américaine : Sam Shaw, Milton Greene et Bert Stern - qui ont immortalisé Marilyn Monroe à différentes époques de sa vie au travers de près de 200 photos ou documents. 
Elle sera réalisée avec la collaboration de Meta et Edith Shaw, filles de Sam Shaw ; Joshua Greene, fils de Milton Greene, et Olivier Lorquin, Président de la Fondation Dina Vierny – Musée Maillol pour Bert Stern.

L’exposition visera à montrer à travers des clichés inédits que Marilyn était loin d’être la « Pin-up blonde » qu’elle prétendait être et qui lui avait servi de masque lors de chaque sortie publique, mais qu’elle était également une femme enjouée et vraie, loin de l’image à laquelle elle est souvent rattachée.
Marilyn a réussi à construire sa propre histoire et sa légende, au-delà de l’image emblématique que les industries de la publicité et du cinéma ont fait d’elle.


 Sam Shaw

expo-1-Marilyn-Monroe-et-Arthur-Miller-par-Sam-Shaw De 1952 à 1962, Sam Shaw capture un grand nombre de clichés de la vie privée de la pin-up, notamment son quotidien de jeune épouse auprès du dramaturge Arthur Miller, une période où elle semble comblée de bonheur.
50 photos respirant la simplicité seront exposées dans ce corner, mais aussi des clichés emblématiques, comme celui de Marilyn retenant l’envolée de sa robe blanche au-dessus d’une bouche de métro à New York, sur le tournage du film de Billy Wilder « Sept ans de réflexion ».
nb: Meta et Edith Shaw, filles de Sam Shaw, seront présentes au vernissage.


Milton Greene

expo-3-Marilyn-Monroe-en-ballerine-par-Milton-Greene-1  Un autre corner mettra en avant 50 photos du photographe Milton Greene. Des clichés iconiques qui ont fait le tour du monde comme ceux de la star en tenue de ballerine.
Grâce à son travail tout en finesse et en élégance, Milton Greene rappelle la capacité de cette femme aux mille visages à changer de personnage avec un naturel qui étonne.
nb: Joshua Greene, le fils de Milton sera présent au vernissage.


Bert Stern

expo-marilyn_monroe_bert_stern_estate_crucifixion_ii__1962_jpg_2926_north_640x640_transparent  Mondialement connu pour avoir été le dernier photographe à immortaliser Marilyn Monroe, Bert Stern sera également à l’honneur à travers l’exposition de douze tirages grands formats de la « dernière » séance photo de Marilyn qu’il réalise pour Vogue en 1962, quelques jours avant sa disparition. Une séance photos qui durera 3 jours pendant lesquels 2571 photos seront shootées.
Stern avait capturé une Marilyn sans fards, dans un moment de liberté et d’abandon mais c’est elle-même qui avait choisi les photos sur les planches contact avec le souci constant de contrôler son image.


Arty
Symbole de la culture Pop et du Street-Art, Marilyn est souvent revisitée sous d’autres formes. Collages, pochoirs et dessins, une quinzaine d’oeuvres d’artistes émergents y seront exposées.


Norma Jean avant Marilyn
L’exposition retracera également le parcours et la métamorphose de Norma Jeane Baker en Marilyn Monroe.
Un morphing photo depuis ses clichés de bébé jusqu’à cette jeune fille aux boucles brunes qui rêvait de devenir célèbre.
Elle avait très vite compris  que  si elle faisait un grand nombre de couvertures de magazine, elle deviendrait vite très populaire. La jeune femme multiplie donc les séances photos, que ce soit pour gagner sa vie comme avec ce calendrier de 1949 où elle apparaît nue, ou pour construire les premiers échelons de sa carrière. En posant devant une multitude de photographes, Marilyn Monroe voulait être regardée et aimée par le public, mais aussi remarqué par les studios de cinéma.


Marilyn pendant la guerre de Corée
Alors qu’elle était en voyage de noces en Japon avec son mari Joe DiMaggio, Marilyn s’est rendue en Corée pour divertir les soldats américains à la fin de la guerre de Corée en 1954. Un épisode méconnu de sa vie que les commissaires d’exposition ont pu recréer grâce à des films d’archives et des clichés réalisés par les quatre photographes officiels mais aussi par des photos prises par les soldats eux-mêmes.


Tournage de "Sept ans de réflexion"
Un corner consacré à l’histoire de la photo la plus célèbre et la plus sulfureuse du cinéma hollywoodien. Une scène culte qui élèvera Marilyn au rang des légendes mondiales, mais qui provoquera aussi son divorce avec Joe DiMaggio.


Et aussi...
Des clichés connus et moins connus, des affiches de film, couvertures de magazines et presse d’époque…


Affiche 1 

Lieu et adresse: Galerie Joseph, 116 rue de Turenne, 75003 Paris.
Horaires: tous les jours de 11h à 20h
(jusqu'à 22h les vendredis et samedis)
y compris jours fériés. 

Tarifs: Individuels:
Plein tarif : 12 €
Tarif étudiant: 8 €
Gratuit pour les moins de 12 ans.

Groupe: au-delà de 10 personnes: 9 €
Offre pass les 2 expos "Divine Marilyn" et "Jackie une icône":
Plein tarif: 18 €
Tarif étudiant: 12 €

Affiche 2 

Sites Web:
galeriejoseph.com
display-productions.com


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mars 2019

Un acteur du "Parrain" affirme savoir qui a tué Marilyn Monroe

Un zeste de mafia, une once de liaison sulfureuse et une bonne dose de chantage… Dans ses mémoires Hollywood Godfather, à paraître le 12 mars, Gianni Russo expose sa théorie sur l’intrigante disparition de la légendaire actrice américaine.

Depuis 1962, le décès de Marilyn Monroe alimente les théories les plus folles, entre récits de vengeance, supposées erreurs médicales et même… histoires d’aliens. Dans ses mémoires Hollywood Godfather, à paraître aux États-Unis le 12 mars 2019 et coécrits avec l’écrivain Patrick Picciarelli, Gianni Russo expose sa propre version des faits. L’interprète de Carlo Rizzi dans Le Parrain, 2e partie (1975) affirme avoir entretenu une liaison discontinue avec l’actrice américaine, entre 1958 et 1962 – jusqu’à la mort de cette dernière, dans la nuit du 4 au 5 août 1962. La vedette s’éteint alors à l’âge de 36 ans - officiellement à cause d’une overdose de médicament. Gianni Russo, qui fête la même année ses 19 ans, a une théorie bien arrêtée sur les raisons de cette disparition.

gianni-russo 
Gianni Russo n'avait que 16 ans
lorsqu'il a entamé une liaison avec Marilyn Monroe.

L’acteur ne croit pas à la thèse du suicide. Selon lui, l'actrice aurait été assassinée par un sbire de «Bobby» Kennedy, le cadet de John F. Kennedy. Terrifié à l’idée que la liaison entre la vedette et l'ancien président des États-Unis ne soit révélée au grand jour, Robert Kennedy, alors procureur général, aurait préféré faire éliminer l’actrice américaine. «Personne d’autre n’aurait pu la tuer, affirme Gianni Russo dans une interview au New York Post, parue le 2 mars. La mafia ne l’aurait pas fait. Ils l’aimaient bien. C’était une fille qui aimait faire la fête.»

Pourtant, l’organisation criminelle aurait un temps nourri de sombres desseins à l’égard de la vedette. D’après Gianni Russo, la mafia projetait de filmer une sextape impliquant un «plan à trois» entre Marilyn Monroe, Robert Kennedy et son frère John dans un hôtel du Nevada, le Cal-Neva Lodge. L'objectif de cette trahison ? Faire chanter le 35e président des États-Unis, afin qu’il envahisse Cuba et permette à la mafia de reprendre la main sur les casinos locaux. Seul bémol, John F. Kennedy ne se montrera jamais au rendez-vous. Après avoir découvert le projet mafieux, Marilyn Monroe, quant à elle, aurait menacé de tout raconter aux médias. Signant par là même son arrêt de mort, affirmera Russo 57 ans plus tard.


 source web
> article de madamelefigaro (04 mars 2019)
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2018

La voiture Thunderbird de Marilyn aux enchères

2018-11-16-juliens 

 Les 16 et 17 novembre 2018, la vente aux enchères "Icons & Idols: Hollywood" organisée par Julien's Auction contiendra parmis ses lots la voiture Thunderbird que possédait Marilyn Monroe entre 1955 jusqu'en 1962.
La voiture est estimée entre 300 000 et 500 000 $ 

mm_perso-car-thunderbird-2018-juliens-1 
mm_perso-car-thunderbird-2018-juliens-2 mm_perso-car-thunderbird-2018-juliens-3 mm_perso-car-thunderbird-2018-juliens-4 

Sur le site de Julien's est relaté l'histoire de la voiture:
La Thunderbird décapotable de deux portes a été achetée le 20 décembre 1955 à Westport Motors (Westport- dans le Connecticut) sous le nom de sa société "Marilyn Monroe Productions" qu'elle avait créée avec son associé ami et photographe Milton Greene. Certains avancent le fait que la voiture seraitun cadeau de Noël de Greene.
Marilyn est photographiée dans cette voiture avec Arthur Miller en 1956 (série de photos de Paul Schutzer, en route pour le Connecticut) et 1957 (série de photos à New York par Sam Shaw).
On y apprend que Marilyn l'avait offerte, peu de temps avant sa mort survenue le 5 août 1962, à John Strasberg (le fils de Lee et Paula Strasberg, ses mentors de l'Actors Studio) qui fêtait ses 18 ans.

Posté par ginieland à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 août 2018

Expo et Enchère: Essentially Marilyn

Du 18 août au 30 septembre 2018, exposition des lots mis aux enchères Essentially Marilyn au Paley Center for Media à Los Angeles, organisé par Profiles in History. Les enchères auront lieu à la fin Octobre 2018.
From August 18th to September 30th, 2018, exhibit of auction Essentially Marilyn at The Paley Center for Media in Los Angeles, by Profiles in History. Auction will occur end of October.

2018-08-18-profiles

Description:
- photographies personnelles de son enfance
- 15 costumes de films (dont body de Gentlemen Prefer Blondes, robe satin de The Prince and the Showgirl, robe à sequins de How to Marry a Millionaire, et la célèbre robe blanche du métro de The Seven Year Itch)
- vêtements de sa garde robe personnelle
- scripts annotés de sa main (dont celui de The Seven Year Itch)
- photographies de Milton Greene ...

2018-08-18-profiles-costume1 2018-08-18-profiles-costume2 2018-08-18-profiles-photo1 

Quelques photos de l'expo
2018-08-18-expo1  2018-08-18-expo1a 
2018-08-18-expo4 
2018-08-18-expo2  2018-08-18-expo3  


Lieu et adresse: The Paley Center for Media - Los Angeles - 465 N. Beverly Drive, at S. Santa Monica Blvd - USA.
Horaires: Du Mercredi au Dimanche de 12h00 à 17h00 - Fermé les lundis et mardis. From Wednesdays To Sundays 12:00  to 5:00 pm - Closed Mondays and Tuesdays
Tarifs: Entrée gratuite / Free Entrance

Sites Web: profilesinhistory.com
paleycenter.org

Posté par ginieland à 00:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 août 2018

Une scène de nue inédite des "Désaxés" retrouvée

Un court extrait du film "Les Désaxés", sorti en 1961, a été retrouvé: on apercevrait Marilyn Monroe nue.

the_misfits  Une scène dénudée inédite de Marilyn a été retrouvée. Selon le Daily Mail, elle proviendrait du film Les Désaxés, réalisé par John Huston. Une révolution pour l’époque, puisque ce devait être la première scène nue d'une actrice américaine dans un long métrage. La scène sonore de 45 secondes avait été coupée par le metteur en scène au montage du film, mais gardée par le producteur Frank Taylor, dans son coffre-fort. Le réalisateur John Huston n'avait pas voulu garder cette scène, la trouvant inutile.
Après la mort de Taylor en 1999, les images de cette scène inédite on été conservées par son fils, Curtice Taylor.

Interrogé par Charles Casillo, un auteur et scénariste américain qui va sortir une biographie de Marilyn "The Private Life of a Public Icon" (août 2018), Curtice Taylor a ainsi expliqué : "La plupart du temps, les prises qui ne sont pas utilisées sont détruites. Mais mon père [Frank Taylor] a pensé qu'elles étaient si importantes et si révolutionnaires qu'il les a préservées".

theprivatelife  Dans la scène, on verrait donc Gable entièrement habillé, entrer dans la chambre. Marilyn est endormie. Il la caresse et l'embrasse dans le cou, tourne son visage et l'embrasse. Cette partie de la scène figure dans le montage final du film. Mais après que Gable quitte la pièce, Marilyn soulève le drap et enfile une blouse. Mais cela n'avait aucun sens, comme l'explique Casillo: "Pourquoi une femme assise dans son lit, avec personne dans la pièce, enlèverait le drap et enfilerait une blouse en même temps ?" Donc, finalement, elle ne fait que ôter le drap.

Casillo explique que la seule scène de nue connue de Marilyn Monroe dans un film reste celle tournée au bord de la piscine dans son dernier film resté inachevé "Something's Got to Give". Mais il ajoute que pour "The Misfits": "Si vous lisez le script… il ne contient absolument rien sur la nudité... Quand elle a tourné la scène, tout le monde était choqué sur le plateau."


  source web
> article de dailymail (13 août 2018)
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 18:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 juillet 2018

TV - Soirée Marilyn sur Arte

gif_tvmarilyn

 Dimanche 12 août 2018 - sur arte


- à 20h50 -
Film - Some Like It Hot

arte-slih 

Durée : 115 minutes
Année et origine : 1959, USA
Réalisateur: Billy Wilder
Acteurs: Jack Lemmon, Tony Curtis,
Marilyn Monroe, George Raft...

Résumé: Pour échapper à des malfaiteurs, deux compères musiciens se déguisent en femmes et se font engager dans un orchestre exclusivement féminin... Rythme échevelé, dialogues incisifs, mise en scène virtuose signée Billy Wilder et trio génial : Marylin Monroe, Tony Curtis, Jack Lemmon. Un pur moment de bonheur.

Chicago, hiver 1929. Joe et Jerry, deux musiciens au chômage, obtiennent un contrat pour le bal de la Saint-Valentin. Mais témoins involontaires d’un règlement de comptes entre deux bandes rivales, ils sont pourchassés par les gangsters du parrain victorieux, qui veut leur peau. Travestis tant bien que mal, ils parviennent à se fondre dans un orchestre exclusivement féminin en partance pour la Floride, où ils tombent sous le charme renversant de la chanteuse “Sugar Cane”. Malheureuse en amour, celle-ci est bien décidée à harponner le premier millionnaire venu, mais c'est Jerry qui décroche le pompon, en la personne du vieil et richissime Osgood Fielding, troisième du nom…

Show devant
"Personne n'est parfait !" À la fin des années 1950, la libération des mœurs n'est pas encore à l'ordre du jour, mais Billy Wilder concocte déjà une comédie sur la confusion des sentiments et l’ambiguïté des sexes. L’homosexualité latente des deux protagonistes masculins ne fait plus guère de doute. Mais, loin de choquer, le réalisateur obtient avec son film cinq nominations aux Oscars et un succès exceptionnel au box-office. Bien sûr, Wilder a érigé des garde-fous, dont la distance temporelle, mais aussi le rythme. L’excès de vitesse du montage donne un tel tournis que le spectateur n’a pas le temps de saisir l’essence de situations résolument amorales. Enfin, le scénario repose entièrement sur la tromperie et dédouane le public de tout problème de conscience : le comique peut fonctionner. L’inversion des rôles, soulignée par des dialogues à l’équivoque irrésistible, déclenche l’hilarité. Wilder désamorce la suggestion d’homosexualité et en double le pouvoir comique en plaçant aux côtés du couple masculin une déesse à la sensualité fragile, incarnation absolue de la femme : Marilyn Monroe. Un trio inoubliable dans une comédie virtuose.


- à 22h46 -
Documentaire - Marilyn, divine et fragile
(titre original: "Marilyn, The Mortal Goddess")
Rediffusion dimanche 19/08/18 à 16h10

arte-docu 

Durée : 90 minutes
Année et origine : 1996, USA
Réalisateur: Bill Harris

Résumé: Toute l'histoire de Norma Jean Baker, alias Marilyn : sa jeunesse triste dans les arrière-cours de l'industrie du cinéma, son ascension de top model, sa transmutation en acrice blonde platine à la silhouette parfaite, travaillant avec acharnement. Et en marge de sa carrière, les blessures de l'existence, des trois mariages successifs aux innombrables amants, avant le naufrage final...

Depuis des décennies, elle incarne à la fois un emblème de l’Amérique, un sex-symbol et une légende hollywoodienne. Derrière sa gloire cinématographique brille le halo fragile d’une femme peu sûre d’elle, éternellement assoiffée d’amour et de reconnaissance. Disparue à 36 ans, en 1962, dans des circonstances mal éclaircies qui ont encore ajouté à son mystère, l’enfant la plus connue de l’Amérique aurait succombé à une overdose de somnifères, un soir de solitude. Ce documentaire rend hommage à la femme et au mythe, notamment grâce à des interviews de son premier mari James Dougherty, de sa doublure Evelyn Moriarty et d’autres proches tels que la journaliste féministe Gloria Steinem, les comédiens Susan Strasberg (fille de Lee, le fondateur de l’Actors Studio) et Don Murray, son biographe Donald Spoto… Le film raconte ainsi toute l’histoire de Norma Jeane Baker, alias Marilyn : sa jeunesse triste dans les arrière-cours de l’industrie du cinéma, son ascension de top-modèle, sa transmutation en star blonde platine à la beauté parfaite, travaillant avec acharnement. Et en marge de la carrière, les blessures de l’existence, des trois mariages successifs aux innombrables amants, avant le naufrage final.

Posté par ginieland à 19:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,