08 juillet 2017

5 grands clashs dans l'histoire d'Hollywood

Cinq fameuses relations Hollywoodiennes sous très hautes tensions
23/06/2017

en ligne
sur allocine.fr

A l'image de la série "Feud", qui s'intéresse dans la saison 1 à la légendaire rivalité entre les fameuses actrices Bette Davis et Joan Crawford, il y a eu d'autres relations légendaires sous très hautes tensions à Hollywood. En voici cinq.

allocineclash 

1. Bette Davis Vs Joan Crawford
2. Olivia de Havilland Vs Joan Fontaine
3. Laurence Olivier vs Marilyn Monroe
4. Orson Welles Vs William Randolph Hearst
5. Gene Kelly & Debbie Reynolds


Laurence Olivier et Marilyn Monroe

allocineclash2 

Laurence Olivier est, avec son confrère britannique John Gielgud, l'acteur shakespearien par excellence. Immense comédien, Laurence Olivier était semble-t-il d'un tempérament difficile, en plus d'être réputé pour sa capacité à lâcher des commentaires peu amènes sur ses confrères; un peu à la manière d'un Orson Welles. L'intéressé dira par exemple de sa partenaire dans Rebecca, Joan Fontaine, qu'elle était "détestable", tandis qu'il trouvait l'actrice Merle Oberon "stupide et amatrice"... Sympa. "C'est quelqu'un d'assez déplaisant" dira de lui l'illustre Alec Guinness; "et même quelqu'un de vindicatif".

Lorsqu'il tourna en 1957 Le Prince et la danseuse, Olivier pris en grippe Marilyn Monroe. La comédienne était nerveuse sur le tournage, au point de passer aussi peu de temps que possible en compagnie des autres acteurs / actrices du film. Olivier méprisait son usage de la Method Acting et la présence permanente sur le plateau du coach de l'actrice, Paula Strasberg. Le -fameux- directeur de la photographie du film, Jack Cardiff, déclara d'ailleurs : "dès le départ, il était évident que Marilyn allait être un problème pour Larry".

Il faut dire que la comédienne a aussi la réputation d'être ingérable et capricieuse sur les plateaux de tournage. "Elle était tout le temps en retard, négligée, elle n'arrivait jamais à dire deux fois de suite sa réplique de la même manière" affirma l'une des comédiennes du film, Jean Kent, dans une interview donnée en 2012. Qui enfonce le clou : le casting s'était carrément mis à boire pour se motiver pour tourner les scènes avec Marilyn, tandis que Laurence Olivier "pris 15 ans" tellement le tournage fut douloureux pour lui. Marilyn Monroe, de son côté, ne pardonnait pas au comédien shakespearien de lui avoir dit "essayez donc de jouer et soyez sexy !" Ambiance...

Posté par ginieland à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 juin 2017

TV - Personne ne Bouge ! Spécial Yves Montand

gif_tvmarilyn

Dimanche 25 juin 2017 - 19h00 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Magazine:  Personne ne bouge !
Spécial Yves Montand

Durée : 43 min
Année et origine : 2017, France

Présentation: Crooner, acteur, french lover : "Personne ne bouge !" passe en revue les multiples vies d'Yves Montand. Avec une perle rare : en décembre 1969, le chanteur devise de l’amour avec le journaliste anglais David Frost, tout en imitant Maurice Chevalier à la perfection.

Sommaire:

Story
Mauvais joueur, râleur mais tellement humain : si Montand reste inoubliable sur grand écran, c’est à Claude Sautet qu’on le doit. Retour au temps des cafés enfumés.
Scandale !
En 1989, tout sourit au "Papet " préféré des Français, jusqu'à ce qu'une certaine Anne-Gilberte Drossart se rappelle à son souvenir…
Star-system
Vous voulez séduire une star américaine ? Découvrez la méthode du french lover à Hollywood.
Story
Adepte des reprises du maestro, Lambert Wilson évoque la carrière musicale de Montand. Juke-box En mai 1949, Yves Montand sort un 78-tours qui deviendra vite un classique : "Les feuilles mortes".
Garde-robe
Avant de triompher au cinéma, ce showman était une star du music-hall, avec haut-de-forme et canne, un accessoire qui va bien au-delà de la béquille.
Icône
En 1960, l'acteur chante et danse sur les écrans US face à Marilyn Monroe. Retour sur le succès de sa brève carrière américaine.
Listomania
Dix choses méconnues sur Yves Montand et la politique.
Perle rare
En décembre 1969, notre french crooner devise de l’amour avec le journaliste anglais David Frost, tout en imitant Maurice Chevalier à la perfection.

Posté par ginieland à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juin 2017

TV - Jerry Lewis, Clown Rebelle

gif_tvmarilyn

Dimanche 18 juin 2017 - 22h50 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Jerry Lewis,
clown rebelle

Durée : 61 min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Gregory Monro

docu_jerry_lewis 

Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Comique, cinéaste, producteur, philanthrope... : qui se cache derrière le masque élastique de l'as de la maladresse ? Retour sur une carrière à rebondissements.

C'est le visage des empotés, des pitres, des enfants, des souffre-douleurs, toujours au mauvais endroit au mauvais moment… Dès les années 1940, Jerry Lewis connaît un succès public fulgurant, notamment grâce à son duo avec Dean Martin. Mais son passage derrière la caméra, début 1960, brouille les pistes et braque les critiques sur sa légitimité à se proclamer "cinéaste", malgré la technicité et l'originalité extraordinaires dont il fait preuve dans sa mise en scène. Dès lors, Jerry Lewis entame un bras de fer avec les studios de Hollywood, pour lesquels il écrit, produit et réalise des œuvres singulières, comme Le tombeur de ces dames ou Dr. Jerry et Mister Love, connaissant la gloire et gagnant le respect en Europe, tout en étant simultanément rejeté par les critiques et le public américains.

Subversion par le geste
"Le plus pur comique, c'est celui qui se passe du verbe", commente Pierre Étaix, l'un des nombreux intervenants, en entretien ou en archives – aux côtés, entre autres, de Martin Scorsese et Jean-Luc Godard –, du documentaire de Gregory Monro. Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel…), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Mais s'il a fait de son corps l'arme polymorphe d'un burlesque qui s'embarrasse rarement de mots, c'est aussi pour mettre face à elle-même une Amérique oublieuse de ses plus faibles. Une des raisons, peut-être, du peu de succès rencontré dans son propre pays et du triomphe que lui a réservé l'Europe, notamment la France, où les cinéastes de la Nouvelle Vague ont salué en lui un pair, satiriste brillant, émouvant et hilarant, de son temps.

Posté par ginieland à 20:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2017

TV - Cary Grant, de l'autre côté du miroir

gif_tvmarilyn

Dimanche 11 juin 2017 - 22h45 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Cary Grant,
de l'autre côté du miroir

Durée : 52min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Mark Kidel

docu-cary_grant 

Un émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant (1904-1986). Gentleman affable à l'écran, âme secrètement en souffrance à la ville : derrière la vedette hollywoodienne se cache une personnalité profonde, dévoilée par une autobiographie inédite et des films amateurs personnels.
Né Archibald Alexander Leach, en 1904 à Bristol, Cary Grant se retrouve à 11 ans pratiquement orphelin quand son père fait interner sa mère sans le lui dire dans une institution psychiatrique et s'en va refaire sa vie ailleurs. Le futur héros de La mort aux trousses, disparu en 1986, vivra l'absence maternelle comme un abandon qui le suivra la majeure partie de sa vie, au fil des échecs successifs de ses relations amoureuses. N'appartenant tout à fait ni à l'Angleterre de ses origines ni à l'Amérique de son succès, l'acteur tente de résoudre ses fêlures identitaires à travers des séances de psychothérapie sous LSD. "Tout le monde voudrait être Cary Grant. Moi aussi, je veux être Cary Grant ! ", plaisante-t-il.

Archives personnelles
Consignés dans une autobiographie jamais publiée, les pensées et les doutes de celui qui fut une icône de l'âge d'or hollywoodien jalonnent le film de Mark Kidel et mettent en lumière son intimité. Tout comme les images tournées par l'acteur lui-même : sa manière de cadrer les scènes de rue ou le visage de ses proches révèlent le regard poétique qu'il portait sur le monde et la vie. À ses archives personnelles, confiées par Barbara Harris, sa cinquième épouse, et Jennifer Grant, sa fille, se mêlent les extraits des grands films de celui qui fut l'acteur préféré d'Hitchcock, et qui a été sur scène acrobate, héros comique ou tragique et, surtout, homme du monde plein de charme. Structuré par les évocations de ses séances de thérapie, cet émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant, de son enfance blessée à la célébrité, de la souffrance qu'il finit enfin, devenu père, par apprivoiser, à la sérénité.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mai 2017

TV - Le cinéma dans l'oeil de Magnum

gif_tvmarilyn

Mercredi 31 mai 2017 - 23h20 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Le cinéma dans l'oeil de Magnum

Durée : 54min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Sophie Bassaler

tv_magnum 

À l’occasion des 70 ans de Magnum, retour sur le lien noué entre les photographes de l'agence mythique et le monde du cinéma. Une plongée unique dans le regard des créateurs, parmi lesquels Robert Capa, Cartier-Bresson, ou Josef Koudelka.
L'agence Magnum, créée en 1947 par Robert Capa, est intimement liée au cinéma depuis soixante-dix ans. Ses photographes iconiques, Capa lui-même, Cartier-Bresson, ou plus tard Josef Koudelka ont accompagné des tournages, leurs réalisateurs et leurs vedettes. Ils ont ainsi documenté des scènes de vie quotidienne, de travail, ou choisi de s'écarter du cadre pour immortaliser leur propre vision artistique. Venant du reportage de guerre ou du documentaire, ces photographes du réel ont appliqué leurs méthodes de travail à ce monde d’illusions : appareil léger, lumière naturelle, photo sur le vif et sans retouches. Marilyn Monroe, James Dean, Kate Winslet, Michelangelo Antonioni ou Theo Angelopoulos sont passés sous l'œil de l'agence, instaurant un lien unique qui ne s'est pas défait en soixante-dix ans.
Fiction et réel
C’est par amour pour l’actrice Ingrid Bergman que Robert Capa prend la toute première photo de cinéma de Magnum sur le tournage des Enchaînés d’Alfred Hitchcock, inaugurant cette histoire entre l’agence et le cinéma. À partir de nombreux récits inédits, le documentaire retrace toute une vie d’histoires croisées entre deux mondes qu’a priori tout oppose : la fiction et le réel, comme cette rencontre en 1994 entre le réalisateur Theo Angelopoulos et le jeune photographe Josef Koudelka. Ils puiseront dans les Balkans, lieu de tournage du film Le regard d'Ulysse, des clichés et plans extraordinaires, tout en gardant chacun leur signature unique. Un témoignage passionnant sur le regard des créateurs, artistes de l'image, qu'ils soient derrière une caméra ou un appareil photo.

Enregistrer

Posté par ginieland à 20:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 avril 2017

Qui veut dormir avec le fantôme de Marilyn Monroe ?

Qui veut dormir avec le fantôme de Marilyn Monroe ?
25/04/2017
par Marc Fourny
en ligne
sur lepoint.fr

lepoint-mm01 

La dernière demeure hollywoodienne de la star est en vente pour 6,9 millions de dollars. Avec la fameuse chambre où elle poussa son dernier soupir.

La bâtisse n'a rien d'un château hollywoodien doré sur tranche comme on peut en trouver dans la Cité des anges. Il s'agit d'une modeste hacienda des années 1920, construite par un comptable des studios hollywoodiens au fond d'un cul-de-sac, dans le quartier de Brentwood, proche du Pacifique. Quatre chambres, trois salles de bain, une piscine et une cour à l'ombre des palmiers. Un petit havre de paix, chic et bohême, sur un terrain de plus de 2 000 mètres carrés, avec ses pièces de plain-pied, ses toits de tuiles, ses grilles en fer forgé et des bougainvilliers qui s'accrochent au crépi blanc.

lepoint-mm02 

Quand Marilyn Monroe découvre la maison, en 1961, c'est le coup de foudre : elle adore le solarium, le pavillon d'amis, son cachet espagnol vintage... Elle l'achète pour moins de 100 000 dollars et entreprend de la meubler dans le style colonial, en allant dévaliser les boutiques de décorateurs à Mexico. À l'époque, elle tente de remonter la pente tant bien que mal... Shootée aux médicaments, accro à l'alcool et épaulée par son médecin personnel et son psychiatre Ralph Greenson, ses caprices ont fini par agacer les studios.

Overdose

Elle a commencé le tournage difficile de Something's Got to Give, en conflit avec la Fox, et sa vie privée est un fiasco complet : après son récent divorce avec le dramaturge Arthur Miller, elle vient de se faire larguer par le président John Kennedy... Malgré tout, elle n'abandonne pas et projette même de se remarier avec son ex Joe DiMaggio. Une date a même été fixée : le 8 août 1962. En attendant, elle déballe ses cartons, prend la pose pour le magazine Life, fait un saut sur les plateaux, et tient le coup avec des somnifères.

lepoint-mm03  Mais, le 5 août, la police investit subitement le 12305 5th Helena Drive, LA. Le corps sans vie de la star gît sur son lit, un drap sur la tête, laissant apercevoir quelques mèches blond platine. Sa gouvernante et son psychiatre, qui n'habite pas loin, ont donné l'alerte après avoir découvert la scène. Officiellement, Marilyn, 36 ans, a succombé à une overdose de Nembutal, un barbiturique. Mais la version du suicide n'a cessé d'être remise en cause depuis plus de cinquante ans. L'actrice a-t-elle été supprimée par la mafia ? Par les Kennedy qui craignaient un chantage ? Emportée par un mélange fatal de médicaments mal dosés par ses différents médecins ? Si les murs pouvaient parler...

Star sur écoutes

Les théories complotistes n'ont fait qu'empirer quand on a découvert tout un système illégal d'écoutes dans les pièces de la maison, lors de gros travaux de rénovation entrepris dans les années 1970... Depuis, la villa est passée de main en main, prenant de la valeur à chaque revente. En 2010, elle était estimée à 3,6 millions de dollars, en 2012 à déjà 5 millions et aujourd'hui à presque 7. Le prix à payer pour dormir dans les murs de la star défunte. Si les fantômes ne vous effraient pas...

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 avril 2017

TV - My Week with Marilyn

gif_tvmarilyn

Dimanche 16 avril 2017 - 20h55 - Numero 23

Film Biopic:  My week with Marilyn

Durée : 1h42min
Année et origine : 2011, USA
Réalisateur: Simon Curtis
 

myweekwith-mogador-jpeg_4229 

Acteurs: Michelle Williams, Eddie Redmayne, Julia Ormond, Kenneth Branagh, Pip Torrens, Geraldine Somerville, Michael Kitchen, Miranda Raison, Karl Moffatt...

L'histoire: Été 1956, Colin Clark décroche un job sur un plateau de cinéma en Angleterre, il rencontre alors Marilyn Monroe qui est venue tourner un film accompagnée de son mari Arthur Miller. Colin ne sait pas encore qu’il va passer une semaine incroyable…

> Sur le blog: fiche du film My week with Marilyn

Posté par ginieland à 20:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2017

Affiche Champs-Elysées Film Festival 2017

affichefestival2017  C'est une Marilyn Monroe vue de profil, blanche en tutu (référence de la séance en tutu par Greene) et chaussée qui figure sur l'affiche de la 6ème édition du Festival de cinéma franco-américain (Champs Elysées Film Festival) organisé du 15 au 22 juin 2017.
> site officiel champselyseesfilmfestival.com
> portrait par l'artisle Lucille Clerc

Enregistrer

Posté par ginieland à 21:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 avril 2017

A la TV - Harold Lloyd, L'intrépide génie comique d'Hollywood

gif_tvmarilyn

Dimanche 9 avril 2017 - 23h25 - Arte
- à revoir en replay pendant 7 jours-

Documentaire - Harold Lloyd
L'intrépide génie comique d'Hollywood

HAROLD_LLOYD 

Durée : 53min
Année et origine : 2016, Allemagne
Réalisateur: Andreas Baum

Avec Buster Keaton et Charlie Chaplin, il fait partie des comiques les plus inventifs du cinéma muet américain. Aussi habile à imaginer des gags visuels qu'à réaliser d'incroyables cascades – souvent grâce à d'ingénieux trucages –, Harold Lloyd a connu la célébrité à l'écran plus de deux décennies durant, jusqu'à l'avènement du parlant. Né en 1893 dans le Nebraska, l'acteur a débuté, sans le sou, comme figurant dans les studios californiens avant de commencer, au début des années 1910, une fructueuse collaboration avec le producteur-réalisateur Hal Roach, puis de s'en émanciper en créant son propre studio. Régalant le public avec les pitreries de son personnage à lunettes, le comédien est notamment entré dans la mémoire collective avec la scène, où, bravant le vide, on le voit s'accrocher à l'aiguille d'une horloge (Monte là-dessus, 1923). Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1953, propriétaire de l'une des plus luxueuses propriétés de Beverly Hills, Harold Lloyd a tenu la vedette de plus de deux cents films, du court au moyen métrage, avant de se consacrer avec le plus grand sérieux à d'autres hobbies, comme le bowling et la photographie 3D. Raconté par des historiens du cinéma ainsi que par sa petite-fille, Suzanne Lloyd, nourri d'extraits de films muets, d'archives et d'anecdotes, le portrait savoureux de l'une des premières gloires du cinéma américain.

Posté par ginieland à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2017

Warren Beatty & Marilyn Monroe

Warren Beatty took a 'soulful' walk with Marilyn Monroe the night before she died
October, 7, 2016
en ligne sur nydailynews.com

 It could have been Warren Beatty's affair to remember.
The Hollywood legend was one of the last people to see Marilyn Monroe alive, he recalled in a new interview with Vanity Fair.
Beatty and Monroe met Aug. 4, 1962, at Peter Lawford's house in Santa Monica, California.
Lawford, also an actor, invited Beatty over for a night of tacos and poker, and Monroe, a longtime friend of Lawford, was there.

 “I hadn’t seen anything that beautiful,” he said in the interview.
The blonde buxom asked a then 25-year-old Beatty if he wanted to walk along the beach.
It was more soulful than romantic," the 79-year-old recounted of their telling stroll.

nydaily01  
 (L. J. Willinger/Getty Images)

Later, he played the piano for her and Marilyn was "wearing something so clingy that he could tell she wasn't wearing underwear."
Beatty also noticed that she was "already tipsy from the champagne" even "before the sun had set."
The next day, Beatty got a phone call from Harold Mirisch, brother of Hollywood producer Walter Marisch, who told him Marilyn had died from an overdose at age 36.


Six Decades In, Warren Beatty Is Still Seducing Hollywood
October, 6, 2016
en ligne sur vanityfair.com

warren-1962 
Warren & Natalie Wood, 1962, Academy Awards

[...]
He also briefly encountered Marilyn Monroe. Peter Lawford had invited him out to his house in Malibu for a night of tacos and poker, and Monroe was there. “I hadn’t seen anything that beautiful,” Beatty recalls. She invited him to take a walk along the beach, which he did. “It was more soulful than romantic.” Back in the house, he played the piano. (He’s a good pianist, by the way, enamored of jazz greats such as Erroll Garner.) Marilyn sat on the edge of the piano in something so clingy that Beatty could tell she wasn’t wearing underwear.

How old are you ?” she asked.
Twenty-five,” he answered. “And how old are you ?” he asked cheekily.
Three. Six,” she said, as if not wanting to bring the two numbers together. By then, the tacos had arrived, and no one really played poker that night. Warren noticed that Marilyn was already a bit tipsy from champagne, even before the sun had set.

The next day, the producer Walter Mirisch’s brother Harold called. “Did you hear ?” he asked. “Marilyn Monroe is dead.” Warren was one of the last people to see Marilyn alive—a story that Beatty tells only reluctantly. He really is one of Hollywood’s most discreet people, in a town and an industry marinated in its own gossip.

Posté par ginieland à 15:23 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,