09 septembre 2017

TV - Billy Wilder ou le grand art de distraire

gif_tvmarilyn

Dimanche 10 septembre 2017 - 22h55 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Billy Wilder
ou le grand art de distraire

billy_wilder 

Durée : 91 min
Année et origine : 2016, Allemagne
Réalisation: André Schäfer, Jascha Hannover

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.
Né dans une petite ville de l'empire austro-hongrois, dans l'actuelle Pologne, en 1906, Samuel Wilder passe son enfance à Vienne, dans une famille juive aisée. Très vite, il délaisse la carrière d'avocat ou de médecin à laquelle le destine son père pour partir à Berlin où, de 1927 à 1933, il travaille comme journaliste et auteur de feuilletons, puis pour le cinéma. Fuyant le nazisme, il débarque en Amérique sans parler anglais. Il commence par faire traduire ses scénarios, et parvient à vendre un premier film à la Paramount.
La touche Wilder
Une fois arrivé à Hollywood, Billy Wilder se confronte à tous les genres. Du film noir ("Assurance sur la mort, Boulevard du crépuscule") à la comédie scandaleuse ("La garçonnière, Certains l'aiment chaud"), plus sage ("Sabrina"), ou satirique ("Un, deux, trois", "Stalag 17"), son éclectisme et son brio ont imposé la "Wilder touch" au fil d'une cinquantaine de films. L'enfant de Vienne (dont il a, témoignent ici ses amis et acteurs, conservé l'humour particulier) s'est surtout illustré par sa destruction jubilatoire du discours puritain de l'Amérique des années 1950. Chez Wilder, on aime à trois, on se travestit, on trompe et on est trompé. Disparu en 2002, ce maître cinéaste, qui avait placardé dans son bureau la question "Qu'aurait fait Lubitsch ?", a influencé les frères Coen et Wes Anderson. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.

Posté par ginieland à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 septembre 2017

Le Top 100 des comédies par la BBC

La BBC (British Broadcasting Corporation) a dévoilé, le 22 août 2017, un Top 100 des films les plus drôles de l’histoire du cinéma.

La BBC a interrogé 253 critiques (118 femmes et 135 hommes) de 52 pays et des six continents, en leur demandant de citer les dix films qui les amusaient le plus (site de la BBC Culture). Le classement a été établi grâce aux titres les plus souvent mentionnés. Pour la France, N.T. Binh de chez Positif, Agnès Poirier de Marianne ou encore Jean-Philippe Guérand du Film Français ont répondu au sondage.
C'est le film de Billy Wilder Certains l'aiment chaud (Some Like It Hot) en 1959, qui arrive n°1 - en tête du classement.

SLIH 

Parmi les autres films tournés par Marilyn, on y retrouve Les Hommes Préfèrent les Blondes (Gentlemen Prefer Blonds) de Howard Hawks -sorti en 1953- en 87ème position.

> voir la liste complète du Top 100 des meilleures comédies de tous les temps sur le site de la BBC

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2017

TV - Au fil des enchères

gif_tvmarilyn

Dimanche 27 août 2017 - 19h15 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Magazine:  Au fil des enchères

docu-au_fil_des_encheres 

Durée : 27 min
Année et origine : 2016, France
Réalisation: Stéphane Carrel

Le destin de pièces exceptionnelles proposées dans des salles des ventes, qui racontent à elles seules toute une époque. Dans ce volet, nous découvrons la robe de couleur chair portée par Marilyn le 19 mai 1962 au Madison Square Garden, à New York, lorsqu’elle a chanté "Happy Birthday" au président Kennedy.

Ambiance glamour et champagne : pour sa vente consacrée à l’icône éternelle (la plus importante de ces dix dernières années), Julien’s Auction, maison d’enchères californienne spécialisée dans les effets de stars, n’a pas lésiné sur les moyens. La pièce phare est une robe de couleur chair portée par Marilyn le 19 mai 1962 au Madison Square Garden, à New York, lorsqu’elle a chanté "Happy Birthday" au président Kennedy. Prix de vente estimé : entre 2 millions et 3 millions de dollars !

Enregistrer

Posté par ginieland à 14:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 août 2017

La Liaison entre Jerry Lewis et Marilyn Monroe

Depuis la disparition de Jerry Lewis le 20 août 2017, de nombreux articles évoquant une liaison entre l'acteur et Marilyn Monroe refont surface sur le web. En effet, Jerry lewis avait dévoilé cette liaison qu'en 2011 dans une interview pour le magazine américain GQ .

1953-jerry_mm-1  
Dean Martin, Marilyn Monroe & Jerry Lewis
- Redbook Award - 24/02/1953

Ancien ami proche du président John Fitzgeral Kennedy, dont Jerry Lewis a dit "avec lui, j’ai eu l’ami­tié la plus belle et la plus intense de mon exis­tence", il aurait vécu une folle passion d'un mois seulement avec Marilyn. Et c'est avec son humour qu'il parvint à la séduire. S'il n'a jamais dévoilé les détails de leur rencontre, ni la date ou période exacte à laquelle elle a eu lieu, il ne cachait pas l'intensité de cette relation éphémère. Il a avoué avoir été captif de cette folle attraction reconnaissant la "tragique et mythique bombe sexuelle" qu'était Mariltn Monroe. Comme un souvenir douloureux, il expliquait "d'un sourire teinté de regret", combien il ne contrôlait plus sa propre vie à cette époque: "J'étais paralysé pendant un mois (le mois qu'ils ont passé ensemble, ndlr)". Les confessions s'arrêtent là. Rien n'est jamais venu infirmé ou confirmé cette révélation.

Extrait de l'interview / article de GQ de 2011:
Asked for a list, he demurs, "That's not good press." But in the midst of another story, Lewis is suddenly insistent that Marilyn Monroe and President Kennedy—with whom Lewis was close—never had the affair many believe they had. When I look skeptical, he turns stern. "I'm telling you what I know. Never! And the only reason I know is because I did. Okay?"
Wait, what??
He nods, adding that Monroe used sex like he uses humor: to make an emotional connection. "She needed that contact to be sure it was real."
Okay, but what was it like, I ask, to make love to the most famously tragic sexpot of all time?
"It was…" he says, taking a beat, "long." He smiles ruefully. "I was crippled for a month." Another pause. "And I thought Marlene Dietrich was great!"

Extrait de l'interview accodée au magazine français  Gala dans une suite du Four Seasons Hotel, à Beverly Hills, en septembre 2016:
Gala: "Vous êtes consi­déré comme une légende d’Hol­ly­wood. Qu’est-ce qui vous a le plus impres­sionné lors de vos premières années ?"
Jerry Lewis: "Mari­lyn Monroe toute nue ! Je peux vous dire qu’il fallait avoir la forme pour être son amant ! Pendant un mois, je ne pouvais même plus bouger ! (rires) J’ai toujours admiré Holly­wood, j’ai tout aimé à Los Angeles, les lieux, la nour­ri­ture, les gens, etc… Cet endroit m’a rendu heureux toute ma vie."


Source: articles Paris Match  et Le Figaro
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

Posté par ginieland à 18:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2017

Décès de l'acteur Jerry Lewis

Décès de l'acteur Jerry Lewis à 91 ans
20/08/2017

en ligne
sur liberation

L'humoriste américain, qui a tourné dans une cinquantaine de films, est mort ce dimanche à Las Vegas.

jerry-lewis-standing-with-column 

Jerry Lewis est mort ce dimanche matin (20 août 2017) à l'âge de 91 ans à son domicile de Las Vegas. Acteur et metteur en scène de plus de cinquante films, il a connu le succès notamment avec Docteur Jerry et Mister Love, considéré comme un chef d’œuvre en France, mais aussi de gros flops et des critiques au vitriol aux Etats-Unis. Lewis était aussi l’inventeur, dès 1966, du téléthon outre-atlantique, levant au total près de 1,5 milliard de dollars pour la recherche contre la dystrophie musculaire. «Jerry Lewis est-il un simple pitre ou un grand cinéaste ?» feignait de se demander en 1998 notre critique ciné Louis Skorecki lors de la ressortie en salles du Tombeur de ces dames. «Dès son second film en tant que cinéaste, l’ancien souffre-douleur de Dean Martin savait danser, se laissant aller au passage à un tango travesti avec le plus gracieux des gangsters d’amour, le beau George Raft», poursuivait ce dernier. Et Skorecki de conclure : «Jerry Lewis, lui, lorgnerait plutôt du côté des deux génies immatures du cinéma muet, Harry Langdon et Stan Laurel, les seuls à avoir eu la délicatesse de ne pas signer leurs films.»


Jerry et Marilyn
> Le 9 février 1953, il participe à la remise du prix Photoplay :
1953_photoplay_jerrylewis  
> Le 24 février 1953, avec Dean Martin, ils jouent un skecth
quand Marilyn reçoit le prix Redbook :
1953_02_24_TvShowMartin_Lewis_00120_1  1953_02_24_TvShow_RedBookAward_00110_1 
> Le 11 mars 1955, ils participent au Friars Club Testimonial Dinner :
1955-friars-with_milton_berle-Page no date etc 04  

© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 20:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 août 2017

A la TV - Soirée Marilyn sur TCM

gif_tvmarilyn

 Dimanche 6 août 2017 - sur TCM


- à 19h00 -
Documentaire - Love, Marilyn

tv-01-lovemarilyn 
Durée : 103 minutes
Année et origine : 2012, USA
Réalisateur: Liz Garbus
Diffusions: 06 août 19.00|09 août 11.45|15 août 10.00

Lectures par Glenn Close, Adrien Brody ...
Résumé: À travers les lettres et poèmes de la star, Love, Marilyn retrace la personnalité fascinante de Norma Jeane érigée au rang d’Aphrodite du cinéma hollywoodien.


- à 20h45 -
Film - Le Prince et la Danseuse

tv-02-prince 
Durée : 111 minutes
Année et origine : 1957, USA
Réalisateur: Laurence Olivier
Diffusions: 06 août 20.45|09 août 09.50|15 août 08.05

Acteurs: Marilyn Monroe, Laurence Olivier ...
Résumé: En 1911, alors qu'il se trouve en visite officielle à  Londres, le belliqueux Grand-Duc d'un pays des Balkans tombe sous le charme d'une danseuse de cabaret. Face à  Laurence Olivier, considéré comme l'un des plus grands acteurs de tous les temps, Marilyn Monroe irradie tellement dans cette comédie romantique qu'elle parvient à lui voler la plupart des scènes qu'ils partagent à l'écran !


- à 22h40 -
Film - Quand la ville dort

tv-03-asphalt 
 Durée : 107 minutes
Année et origine : 1950, USA
Réalisateur: John Huston
Diffusions: 06 août 22.40|09 août 08.00|15 août 06.15

Acteurs: Sterling Hayden, Louis Calhern, Jean Hagen...
Résumé: Fraîchement sorti de prison, Doc Riedenschneider projette le cambriolage d'une bijouterie. Il recrute Louis, perceur de coffres, le chauffeur Gus, Dix Handley comme homme de main et Emmerich afin de financer l'opération. Le film de John Huston donna naissance à un genre : le « caper movie », ou film de cambriolage.

Posté par ginieland à 13:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2017

5 grands clashs dans l'histoire d'Hollywood

Cinq fameuses relations Hollywoodiennes sous très hautes tensions
23/06/2017

en ligne
sur allocine.fr

A l'image de la série "Feud", qui s'intéresse dans la saison 1 à la légendaire rivalité entre les fameuses actrices Bette Davis et Joan Crawford, il y a eu d'autres relations légendaires sous très hautes tensions à Hollywood. En voici cinq.

allocineclash 

1. Bette Davis Vs Joan Crawford
2. Olivia de Havilland Vs Joan Fontaine
3. Laurence Olivier vs Marilyn Monroe
4. Orson Welles Vs William Randolph Hearst
5. Gene Kelly & Debbie Reynolds


Laurence Olivier et Marilyn Monroe

allocineclash2 

Laurence Olivier est, avec son confrère britannique John Gielgud, l'acteur shakespearien par excellence. Immense comédien, Laurence Olivier était semble-t-il d'un tempérament difficile, en plus d'être réputé pour sa capacité à lâcher des commentaires peu amènes sur ses confrères; un peu à la manière d'un Orson Welles. L'intéressé dira par exemple de sa partenaire dans Rebecca, Joan Fontaine, qu'elle était "détestable", tandis qu'il trouvait l'actrice Merle Oberon "stupide et amatrice"... Sympa. "C'est quelqu'un d'assez déplaisant" dira de lui l'illustre Alec Guinness; "et même quelqu'un de vindicatif".

Lorsqu'il tourna en 1957 Le Prince et la danseuse, Olivier pris en grippe Marilyn Monroe. La comédienne était nerveuse sur le tournage, au point de passer aussi peu de temps que possible en compagnie des autres acteurs / actrices du film. Olivier méprisait son usage de la Method Acting et la présence permanente sur le plateau du coach de l'actrice, Paula Strasberg. Le -fameux- directeur de la photographie du film, Jack Cardiff, déclara d'ailleurs : "dès le départ, il était évident que Marilyn allait être un problème pour Larry".

Il faut dire que la comédienne a aussi la réputation d'être ingérable et capricieuse sur les plateaux de tournage. "Elle était tout le temps en retard, négligée, elle n'arrivait jamais à dire deux fois de suite sa réplique de la même manière" affirma l'une des comédiennes du film, Jean Kent, dans une interview donnée en 2012. Qui enfonce le clou : le casting s'était carrément mis à boire pour se motiver pour tourner les scènes avec Marilyn, tandis que Laurence Olivier "pris 15 ans" tellement le tournage fut douloureux pour lui. Marilyn Monroe, de son côté, ne pardonnait pas au comédien shakespearien de lui avoir dit "essayez donc de jouer et soyez sexy !" Ambiance...

Posté par ginieland à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juin 2017

TV - Personne ne Bouge ! Spécial Yves Montand

gif_tvmarilyn

Dimanche 25 juin 2017 - 19h00 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Magazine:  Personne ne bouge !
Spécial Yves Montand

Durée : 43 min
Année et origine : 2017, France

Présentation: Crooner, acteur, french lover : "Personne ne bouge !" passe en revue les multiples vies d'Yves Montand. Avec une perle rare : en décembre 1969, le chanteur devise de l’amour avec le journaliste anglais David Frost, tout en imitant Maurice Chevalier à la perfection.

Sommaire:

Story
Mauvais joueur, râleur mais tellement humain : si Montand reste inoubliable sur grand écran, c’est à Claude Sautet qu’on le doit. Retour au temps des cafés enfumés.
Scandale !
En 1989, tout sourit au "Papet " préféré des Français, jusqu'à ce qu'une certaine Anne-Gilberte Drossart se rappelle à son souvenir…
Star-system
Vous voulez séduire une star américaine ? Découvrez la méthode du french lover à Hollywood.
Story
Adepte des reprises du maestro, Lambert Wilson évoque la carrière musicale de Montand. Juke-box En mai 1949, Yves Montand sort un 78-tours qui deviendra vite un classique : "Les feuilles mortes".
Garde-robe
Avant de triompher au cinéma, ce showman était une star du music-hall, avec haut-de-forme et canne, un accessoire qui va bien au-delà de la béquille.
Icône
En 1960, l'acteur chante et danse sur les écrans US face à Marilyn Monroe. Retour sur le succès de sa brève carrière américaine.
Listomania
Dix choses méconnues sur Yves Montand et la politique.
Perle rare
En décembre 1969, notre french crooner devise de l’amour avec le journaliste anglais David Frost, tout en imitant Maurice Chevalier à la perfection.

Posté par ginieland à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juin 2017

TV - Jerry Lewis, Clown Rebelle

gif_tvmarilyn

Dimanche 18 juin 2017 - 22h50 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Jerry Lewis,
clown rebelle

Durée : 61 min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Gregory Monro

docu_jerry_lewis 

Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Comique, cinéaste, producteur, philanthrope... : qui se cache derrière le masque élastique de l'as de la maladresse ? Retour sur une carrière à rebondissements.

C'est le visage des empotés, des pitres, des enfants, des souffre-douleurs, toujours au mauvais endroit au mauvais moment… Dès les années 1940, Jerry Lewis connaît un succès public fulgurant, notamment grâce à son duo avec Dean Martin. Mais son passage derrière la caméra, début 1960, brouille les pistes et braque les critiques sur sa légitimité à se proclamer "cinéaste", malgré la technicité et l'originalité extraordinaires dont il fait preuve dans sa mise en scène. Dès lors, Jerry Lewis entame un bras de fer avec les studios de Hollywood, pour lesquels il écrit, produit et réalise des œuvres singulières, comme Le tombeur de ces dames ou Dr. Jerry et Mister Love, connaissant la gloire et gagnant le respect en Europe, tout en étant simultanément rejeté par les critiques et le public américains.

Subversion par le geste
"Le plus pur comique, c'est celui qui se passe du verbe", commente Pierre Étaix, l'un des nombreux intervenants, en entretien ou en archives – aux côtés, entre autres, de Martin Scorsese et Jean-Luc Godard –, du documentaire de Gregory Monro. Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel…), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Mais s'il a fait de son corps l'arme polymorphe d'un burlesque qui s'embarrasse rarement de mots, c'est aussi pour mettre face à elle-même une Amérique oublieuse de ses plus faibles. Une des raisons, peut-être, du peu de succès rencontré dans son propre pays et du triomphe que lui a réservé l'Europe, notamment la France, où les cinéastes de la Nouvelle Vague ont salué en lui un pair, satiriste brillant, émouvant et hilarant, de son temps.

Posté par ginieland à 20:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2017

TV - Cary Grant, de l'autre côté du miroir

gif_tvmarilyn

Dimanche 11 juin 2017 - 22h45 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Cary Grant,
de l'autre côté du miroir

Durée : 52min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Mark Kidel

docu-cary_grant 

Un émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant (1904-1986). Gentleman affable à l'écran, âme secrètement en souffrance à la ville : derrière la vedette hollywoodienne se cache une personnalité profonde, dévoilée par une autobiographie inédite et des films amateurs personnels.
Né Archibald Alexander Leach, en 1904 à Bristol, Cary Grant se retrouve à 11 ans pratiquement orphelin quand son père fait interner sa mère sans le lui dire dans une institution psychiatrique et s'en va refaire sa vie ailleurs. Le futur héros de La mort aux trousses, disparu en 1986, vivra l'absence maternelle comme un abandon qui le suivra la majeure partie de sa vie, au fil des échecs successifs de ses relations amoureuses. N'appartenant tout à fait ni à l'Angleterre de ses origines ni à l'Amérique de son succès, l'acteur tente de résoudre ses fêlures identitaires à travers des séances de psychothérapie sous LSD. "Tout le monde voudrait être Cary Grant. Moi aussi, je veux être Cary Grant ! ", plaisante-t-il.

Archives personnelles
Consignés dans une autobiographie jamais publiée, les pensées et les doutes de celui qui fut une icône de l'âge d'or hollywoodien jalonnent le film de Mark Kidel et mettent en lumière son intimité. Tout comme les images tournées par l'acteur lui-même : sa manière de cadrer les scènes de rue ou le visage de ses proches révèlent le regard poétique qu'il portait sur le monde et la vie. À ses archives personnelles, confiées par Barbara Harris, sa cinquième épouse, et Jennifer Grant, sa fille, se mêlent les extraits des grands films de celui qui fut l'acteur préféré d'Hitchcock, et qui a été sur scène acrobate, héros comique ou tragique et, surtout, homme du monde plein de charme. Structuré par les évocations de ses séances de thérapie, cet émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant, de son enfance blessée à la célébrité, de la souffrance qu'il finit enfin, devenu père, par apprivoiser, à la sérénité.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,