03 août 2012

Marilyn Monroe, histoire d'un mythe

 logo_express_cultureMarilyn Monroe, histoire d'un mythe
Par
publié le 3 août 2012
en ligne sur lexpress.fr

 C'est une marque déposée. Un totem sexuel. Le sujet inépuisable d'études romanesques ou de reproductions commerciales. Elle est ce que l'on veut qu'elle soit... ll y a 50 ans, le 5 août 1962, disparaissait Marilyn Monroe.

lexpress_01 
Marilyn Monroe, initiales M.M. 

C'est une marque déposée. Un totem sexuel. Le sujet inépuisable d'études romanesques ou de reproductions commerciales. Marilyn Monroe est ce que l'on veut qu'elle soit. Actrice et chanteuse. En robe lamée couleur chair ou jean moulant et chemisier de soie. Garce torride ou enfant perdue. Quand ce n'est pas les deux à la fois: "Je suis instable, je le sais, reconnaissait-elle. Je voudrais trouver l'amour, mais je sacrifie tout à ma carrière. Je souhaiterais jouer de grands personnages, mais je suis incapable de mémoriser mes textes. Je suis une star, mais les studios me haïssent." Lucide et désespérée, elle ne pouvait s'empêcher d'atténuer ses souffrances en s'enivrant d'alcool, de médicaments et d'amants, pour mieux abolir les barrières entre ses illusions et la réalité.


lexpress_02
 Marilyn Monroe et Richard Allan dans Niagara d'Henry Hathaway (1953).

Au lendemain de sa disparition, le 5 août 1962, la photographe Eve Arnold, qui l'avait si longtemps sublimée en déesse de l'amour, en faisait le constat, désolée: "Marilyn s'est noyée dans son propre rêve." Elle était pourtant née au coeur de cet eden qu'elle avait caressé. À Hollywood. Mais du mauvais côté d'une barrière qui vous fait contempler de loin les étoiles sans jamais les toucher. Coeur d'artichaut et monteuse à la RKO, Gladys Monroe ne doutait pas qu'elle puisse échapper à la règle. La jeune femme avait eu deux enfants d'un nommé Baker, parti avec leur progéniture sans laisser d'adresse. Dépourvue de remords, elle s'était alors éprise d'un immigré norvégien, Edward Mortenson, boulanger itinérant qui reprit la route en apprenant sa grossesse. Fruit de leur amour de misère, une petite fille avait vu le jour le 1er juin 1926. Boucles châtain, yeux gris bleuté, Norma Jean idéalise son père sans le connaître. Toute gosse, elle se plaît à l'identifier, sur la foi d'une vague ressemblance photo, à Clark Gable. Le pli est pris. Entre Gladys et son amie, tante Gracie, la gamine arpente Sunset Boulevard et s'imagine laissant ses empreintes dans le ciment du Grauman's Theater. Elle ambitionne aussi de parcourir, nue, le vaste monde. Le temps de comprendre la cruauté des hommes, elle se retrouve, grelottante, pupille du comté de L.A., séparée d'une mère parano et dépressive internée en maison de repos. Parce qu'elle en est privée, la petite Norma Jean visite, le long de nuits sans sommeil, d'étranges familles d'accueil. Ballottée, elle reçoit, au passage, l'attention particulière de pères d'adoption pervers. Il lui en restera, à vie, un bégaiement traumatisant et, longtemps, un effroi pour l'acte de chair contrastant avec son apparence légère.

lexpress_03
Marilyn Monroe et Tom Ewell dans Sept ans de réfexion (1955).  

L'EXHIBITIONNISTE INACCESSIBLE

Faussement offerte, l'orpheline malgré elle a, en effet, conscience de sa séduction. Jouant, gage innocent d'affection, de ses appas dès l'âge de 12 ans, accoutumée à la puberté aux rendez-vous galants, elle sort mais ne couche pas. Norma Jean n'est pas Messaline. Son entourage ne le comprend pas. Pour couper court aux rumeurs et aux menaces d'un retour à l'orphelinat, on la marie, à 16 ans, à Jim Dougherty, brave gars qui pense épouser la version femme au foyer de Miss America. Potiche aux fourneaux, Norma Jean ne sait pas même faire cuire un oeuf au plat. En revanche, ce dont elle use admirablement bien, c'est d'un sex-appeal consommé. Suivant Jim, enrôlé sur la base de Catalina Island, elle s'y pavane à la moindre occasion, roulant des hanches, vêtue de sweats moulants et de jupes échancrées. Dougherty réalise. Un peu tard. "Elle savait qu'elle avait un corps magnifique, dira-t-il. Elle savait que les hommes l'aimaient et il ne lui déplaisait pas de se dévoiler légèrement." Exhibitionniste inaccessible, la belle ne dément pas: "Cela m'est égal que le monde soit fait pour les hommes tant que je peux y être femme." Sa profession de foi lui brûle pourtant les doigts. Décidée à s'affranchir d'un carcan étouffant, Norma Jean quitte son usine d'armement et pense devenir modèle après avoir allumé l'objectif des photographes militaires.

lexpress_04
Marilyn Monroe et Brad Dexter dans Quand la ville dort de John Huston (1950).

Remarquée par une agence de Beverly Hills, elle rompt les amarres avec Dougherty et accepte, contre son gré, de se faire décolorer en blond platine ou doré avant de trouver un nom de cover-girl pour magazines. Marilyn Monroe devient, en fait, son personnage. Séance photos pour Halsman et Lifeau milieu de sept autres starlettes. Repérage d'un expert en la matière -Howard Hughes- qui la conduit au premier bout d'essai réalisé clandestinement à la Fox. Chef op chevronné, Leon Shamroy flaire l'affaire: "Je fus pris d'un frisson. C'était la première fille qui ressemblait à ces luxuriantes stars du muet. Chaque image de l'essai irradiait la sexualité. Elle n'avait pas besoin de son pour raconter une histoire." Patron de la 20th Century Fox, Darryl Zanuck n'est qu'à moitié convaincu. Il l'engage tout de même. On la distribue négligemment dans quelques bandes sans intérêt. Leçons de chant et de comédie, mais au bout d'un an la Fox ne renouvelle pas son contrat. Idem à la Columbia. Monroe déprime. Accepte, vieux fantasme, de poser nue pour survivre. On lui ressortira les clichés scandaleux à l'heure des premiers box-offices.

En attendant, Marilyn se trouve un mentor: vice-président de la William Morris, Johnny Hyde relance sa carrière. Fou d'amour, le ponte hollywoodien obtient pour elle de petits rôles dans de grands films, chez Huston et Mankiewicz. Le décès brutal de l'amant Pygmalion la laisse sans repères. De fait, la Fox, qui l'a récupérée, ne sait que faire de la blonde incendiaire. Marilyn désespère: "Je ne trouvais pas le moyen de faire une percée. M. Zanuck m'apparaissait la nuit dans mes cauchemars. Je me réveillais le matin, décidée à amener M. Zanuck à m'apprécier, et j'essayais de le voir pour en parler, mais il ne me le permettait pas." Si Darryl résiste à la starlette complexée qui se pique de suivre des cours d'art et de littérature à UCLA, les distributeurs, piqués au vif par la curiosité d'un public la plébiscitant comme une nouvelle Betty Grable, commencent à renvoyer au studio l'écho d'une popularité grandissante.

lexpress_05
Marilyn Monroe dans La rivière sans retour d'Otto Preminger (1954).

L'EMMERDEUSE PERFECTIONNISTE

Lors du tournage de Chérie, je me sens rajeunir, qui la voit faire jeu égal avec Cary Grant, Marilyn rencontre le champion de base-ball Joe DiMaggio. Il la trouve sensuelle et soumise. Elle ignore tout du sport. Il s'enflamme. Elle s'attache. Le malentendu est consommé sur le tournage de Niagara, film noir en couleur qui révèle son talent dramatique. 1952 est son année. Elle en a conscience lorsque, à l'issue des Hommes préfèrent les blondes, elle pose, en compagnie de Jane Russell, ses mains dans le plâtre humide du Grauman's Theater. Un rêve d'enfant passe, même si Gladys et tante Gracie ne sont pas là pour en témoigner. Après avoir affirmé que les diamants sont les meilleurs amis de la femme, elle enchaîne les succès, d'aimables pochades (Comment épouser un millionnaire) en semi-navets (Rivière sans retour). Combinant déhanchement ondoyant, voix susurrante et suave, son jeu plaisant, mais encore limité, dégage un érotisme torride comparé, par le producteur Jerry Wald, à une sexualité mise en bouteille: "Elle en laisse sortir une certaine dose quand elle en a besoin pour une scène; après quoi, elle remet le bouchon et range le flacon."

lexpress_06
Marilyn Monroe, Betty Grable et Lauren Bacall dans Comment épouser un millionnaire.

La rupture survient avec Sept ans de réflexion. La scène de la bouche de métro ayant provoqué l'ire du macho DiMaggio, Marilyn en profite pour s'envoler vers New York. Cours à l'Actor's Studio, choix d'une coach-gourou, Paula Strasberg, omniprésente; Monroe s'évertue à changer d'image, applique à son instabilité un vernis intello, fréquente le dramaturge Arthur Miller. Athlétique, froid, raisonné, ce dernier se laisse séduire. Marilyn, de son côté, pense l'heure venue. Apprenant à cuisiner kasher, à jouer la tragédie -dans l'émouvant Arrêt d'autobus-, elle imagine ne plus avoir de comptes à rendre à son passé. Un échec cuisant -Le prince et la danseuse- et deux fausses couches plus loin, Norma Jean la rattrape. Plus que jamais dépressive, elle se laisse néanmoins convaincre par Miller de jouer dans Certains l'aiment chaud. Le tournage de ce qui devait rester son meilleur film tourne au cauchemar. L'emmerdeuse perfectionniste vire névrosée et rend folle l'équipe. Jack Lemmon, l'un de ses partenaires, s'en souviendra longtemps: "Elle était malade à l'époque, mais nous ne l'avons su qu'après. Dans une scène, elle devait frapper à la porte, entrer et demander: "Où est cette bouteille de bourbon?" Puis elle l'apercevait, disait: "Oh, la voilà" et la prenait. C'était tout. Neuf mots. Avec Tony Curtis, on a pris les paris. Il a fallu quarante-huit prises!"  


lexpress_07
 Les Désaxés de John Huston (1961).

À la sortie du film, son auteur, Billy Wilder, ironise: "Je ne tournerai plus avec elle. J'en ai parlé à mon homme d'affaires et à mon psy qui m'ont dit que j'étais trop vieux et trop riche pour recommencer cela." Mais à l'écran, rien ne transparaît. Triomphe artistique et financier, Certains l'aiment chaud grille pourtant Marilyn aux yeux de la profession. Du Milliardaire, où elle vit auprès d'Yves Montand une passade, aux Désaxés, qui la voit rompre avec Miller, en passant par sa liaison contrariée avec le Président Kennedy, la chute est programmée. Le capotage de Something's Got to Give, au printemps 1962, semble, paradoxalement, marquer une rémission. Résignée à entamer une nouvelle phase de sa vie, Marilyn n'avait vraisemblablement pas choisi de se suicider un petit matin d'été. Qu'importent, au fond, les rumeurs qui, depuis, se sont succédé. Loin de ses ultimes tourments, Marilyn Monroe, ange émouvant et troublant de l'ère Eisenhower, manipulatrice fragile et naïve, demeure, pour longtemps, seule avec son aura et ses mystères.

Posté par ginieland à 18:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


28 juillet 2012

TV - Certains l'aiment chaud

  gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
22h45 - Direct 8
Pas de Rediffusion

Film:
Certains l'aiment chaud

   tv_slih 

Durée: 116 minutes
Réalisation: Billy Wilder
Année: 1959
Distribution et rôles : Marilyn Monroe, Joan Shawlee, Nehemiah Persoff, Mike Mazurki, Tony Curtis, Jack Lemmon, George Raft, Pat O'Brien, Joe E Brown, Billy Gray, George E Stone, Dave Barry...

Résumé: Chicago, 1929. Joe et Jerry, deux musiciens au chômage, sont les témoins involontaires d'un sanglant règlement de comptes. Pris en chasse par les gangsters, ils se retrouvent par hasard dans un orchestre féminin. Travestis en femmes, ils sont engagés et partent pour la Floride sous les pseudonymes respectifs de Joséphine et Daphné. Rapidement, les quiproquos s'enchaînent. Joe est très attiré par Sugar, une vamp naïve qui ne voit en lui qu'une confidente. De son côté, Jerry est courtisé par Osgood Fielding III, un milliardaire prêt à tout pour l'épouser. Joe abandonne de temps à autre ses habits féminins et se fait passer pour un nanti aux yeux de Sugar. Cependant, un congrès de gangsters se tient à Miami. Reconnus, Jerry et Joe doivent à nouveau fuir...

Posté par ginieland à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

TV - Les faits Karl Zero

  gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
20h45 - 13ème Rue
Pas de Rediffusion

Magazine:
Les Faits Karl Zéro:
Marilyn, 50 ans de mystère

 tv_karl_zero 

Pays: France
Année: 2012
Durée: 95mn
Réalisation: Vincent Bazin

Résumé: Le 5 août 1962, à 4h25 du matin, Marilyn Monroe est retrouvée sans vie dans sa maison de Los Angeles. Cinquante ans après sa mort et malgré les différentes hypothèses envisagées par la police, le décès de la star reste une énigme. Karl Zéro tente de percer le mystère.

Posté par ginieland à 17:34 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

TV - Bert Stern Objectif Marilyn

  gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
16h55 - Arte
Pas de Rediffusion

Documentaire: 
Bert Stern: Objectif Marilyn

collier_bleu_ph_stern_book_normanmailer_page01_3 

Pays: Etats-Unis
Année: 2011
Durée: 93mn
Réalisation: Shannah Laumesiter

Résumé: Portrait de l'homme qui a immortalisé Marilyn Monroe, six semaines avant sa disparition.
Né à New York en 1929, Bert Stern a fait ses premières photos alors qu'il était soldat en Corée. Il s'est ensuite tourné vers la pub et a notamment lancé la campagne "Driestt of the dry" pour la vodka Smirnoff. Devenu célèbre dans le monde du cinéma, il a photographié les plus belles femmes du monde (Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Liz Taylor, etc.). En 1962, le magazine allemand Stern lui commande des clichés de Marilyn. Au départ, il devait s'agir de photos de mode classiques. Mais soudain, la belle lui demande : "Vous voulez que je me mette nue ?" Ce sera le point de départ de la série "Last Sitting" ("La dernière séance")...

Posté par ginieland à 17:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

TV - Un Jour Un Destin Marilyn Les Derniers Tourments

   gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
14h15 - France 2
Rediffusion: le soir même, 5/08/2012 à 1h20

Documentaire: 
Un Jour, Un Destin
Marilyn Monroe, derniers tourments

tv_unjourundestin 

Pays: France
Année: 2011
Un film de Dominique Fargues. 

Durée : 79 minutes
Proposée et présentée par Laurent Delahousse.
Rédaction en chef : Erwan L’Éléouet et Fabien Boucheseiche.
Série réalisée par Serge Khalfon.
Produite par Magneto Presse.

Près de cinquante après sa disparation, Marilyn Monroe reste aujourd’hui encore une icône absolue, l’image d’une blonde superficielle et sensuelle fixée à jamais dans l’imaginaire collectif. Mais derrière la légende se cache en fait une réalité plus complexe, celle de Norma Jeane Baker, une jeune femme abandonnée de tous qui passera sans cesse de l’euphorie à des abîmes de désespoir. Tout au long de son existence, Marilyn tentera de s’affranchir de son image et d’accéder à sa vérité. Vous découvrirez les épisodes méconnus des dernières années de la vie de la star. Pourquoi a-t-elle abandonné Hollywood et rejoint New York sous un nom d’emprunt en 1954 ? Comment s’est-elle retrouvée enfermée dans une clinique psychiatrique après le tournage des "Misfits" ? Que contenaient ses carnets intimes ? Quelle relation entretenait-elle avec son psychanalyste ? Enfin, dans quelles circonstances cette femme de 36 ans a-t-elle trouvé la mort ? Grâce à de nombreux témoignages et à des archives, les équipes d’ UN JOUR/UN DESTIN dressent le portrait d’une personnalité mystérieuse et tourmentée.

>> Sur le bloge: le fiche du docu Un Jour Un Destin  

Posté par ginieland à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


TV - Blonde

  gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
13h40 - Paris Première
Pas de Rediffusion

Téléfilm: 
Blonde (en 2 parties)

 Durée totale: 3 heures
Un épisode dure 1h30min 
Année: 2001
Titre original: Blonde
Réalisateur: Joyce Chopra
   Musique: Patrick Williams
    Dialogues: Patrick Williams
    Scénariste: Joyce Eliason
    Pays: Etats-Unis
CSA: Interdit au moins de 10 ans

blonde1

Interprètes: Poppy Montgomery (Norma Jean Baker / Marilyn Monroe), Patricia Richardson (Gladys Baker), Niklaus Lange (Bucky Glazer), Richard Roxburgh (monsieur R), Patrick Dempsey (Cass), Skye McCole (Norma Jean enfant), Bruce Hughes (Clark Gable), Wallace Shawn (IE Shin), Ann-Margret (Della Monroe), Kirstie Alley (Elsie)

blonde2

Résumé Episode 1: Norma Jean Baker naît le 1er juin 1926, à l'hôpital public de Los Angeles, de père inconnu et de Gladys Baker, femme déséquilibrée et droguée. Ballottée entre une grand-mère passionnée de cinéma et une mère à la carrière chancelante, la petite Norma grandit dans le culte des stars de Beverly Hills. Une nuit, lors d'une crise d'hystérie plus grave que les autres, Gladys s'en prend violemment à sa fille. Ce geste conduit la mère, malade, à l'asile, tandis que Norma est emmenée dans un orphelinat pour quatre douloureuses années de solitude. Durant cette période traumatisante, Gladys oppose cruellement un refus systématique à l'adoption de sa fille...
A l'orphelinat, la directrice s'attache à Norma, qui est une petite fille douce et intelligente. Elle la confie à une famille d'accueil. Mais celle-ci se montre peu scrupuleuse et exploite Norma jusqu'à son premier mariage arrangé, à l'âge de 16 ans, avec Bucky Glazer, un jeune homme quelconque. Norma est devenue une jeune fille très attirante, d'un caractère extrêmement fragile, sensible et timide. D'abord rassurée par son union avec Bucky, Norma se retrouve en proie à un terrible désespoir lorsque son jeune époux s'engage dans la marine pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, la jeune femme se ressaisit et devient ouvrière dans l'aéronautique, jusqu'au jour où un photographe la remarque...

>> Sur le blog: fiche du film Blonde

Posté par ginieland à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

TV - Marilyn Malgré Elle

  gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
12h30 - Paris Première
Pas de Rediffusion

Documentaire: 
Marilyn Malgré Elle

marilynmalgrelle 

Pays: France
Année: 2002
Durée: 78mn
Réalisation: Patrick Jeudy

Résumé: Ce film n'est pas à proprement parler une reconstruction de la vie et de la carrière de Marilyn Monroe, mais il raconte une période peu connue de sa vie : ses années à New York, son ambition de devenir une " vraie " actrice. Il porte également un regard sur son image photographique, qui créa l'un des plus grands mythes de l'histoire du cinéma.
Marilyn malgré elle est un film qui s'appuie sur les photos inédites que fit d'elle son ami Milton Greene lors de leurs nombreuses séances de travail. Elle se découvre alors bien différente de son image Hollywoodienne. Entre son divorce d'avec Joe di Maggio et son mariage avec Arthur Miller, Marilyn va, avec l'aide de Greene, reprendre son destin en main. C'est cette tentative que racontent ces photos inédites et que retrace le film de Patrick Jeudy.

Posté par ginieland à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

TV - Norma Jeane and Marilyn

 gif_tvmarilynDimanche 5 août 2012
01h00 - Sundance Channel
Pas de Rediffusion

Téléfilm: 
Norma Jeane & Marilyn

normajeanandmarilyn 

Durée: 2 heures
Année: 1996
Réalisateur: Tim Fywell
   Scénariste: Jill Isaacs
    Pays: Etats-Unis

Interprètes: Ashley Judd, Mira Sorvino, Josh Charles, Ron Rifkin, Lindsay Crouse...

Résumé: C'est l'histoire d'une certaine Norma Jean qui s'est métamorphosée en l'icône Marilyn Monroe, mais qui n'a jamais su se défaire de la colère, du désespoir et de l'insécurité de la jeune fille solitaire et apeurée qu'elle était, en quête d'amour et d'affection. 

 >> Sur le blog: fiche du film Norma Jeane & Marilyn 

Posté par ginieland à 17:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

TV - Marilyn Monroe

  gif_tvmarilynSamedi 4 août 2012
22h05 - France 5
Rediffusion: ?

Documentaire: 
Marilyn Monroe

tv_IDV_359917

Pays: Etats-Unis
Année: 1999
Durée: 45mn
Réalisation: Kevin Burns

Résumé: L'enfance de Norma Jean Mortensen, née le 1er juin 1926, se déroule entre orphelinats et familles d'accueil, dans la grisaille des arrière-cours de Los Angeles. A quelques pas de là, l'usine à rêves hollywoodienne brille de tous ses feux. Norma Jean y entre tout naturellement en 1945. La plantureuse brunette des faubourgs se change en une jolie blonde platine, Marilyn Monroe. Le succès et la gloire sont très vite au rendez-vous. «Les hommes préfèrent les blondes» en 1953 lui assure une notoriété mondiale. Marilyn mêle innocence et sex-appeal avec une aisance confondante qui cache en fait un souci extrême du détail, un refus constant de la facilité, des heures de travail acharné. En privé, la femme la plus désirée du monde cherche le rôle de sa vie, accumulant idylles et échecs sentimentaux. Sa quête effrénée d'amour et de reconnaissance la précipite dans l'alcool, les médicaments, et finalement dans la mort, le 5 août 1962.

 >> Source: grille tv de canalsat 

Posté par ginieland à 16:59 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

TV - Marilyn, Dernières Séances

  gif_tvmarilynSamedi 4 août 2012
20h45 - Arte
Rediffusion: 12 août 2012 à 10h10

Documentaire: 
Marilyn, Dernières Séances

marilyndernieresseances

Pays: France
Année: 2009
Durée: 91mn
Réalisation: Patrick Jeudy
Producteur: Les Films D'Ici

Résumé: Adapté du roman éponyme de Michel Schneider, un portrait totalement inattendu de la star dans sa relation avec le psychanalyste Ralph Greenson.
Trente mois durant, de janvier 1960 à août 1962, ils formèrent le couple le plus improbable : la déesse du sexe et le psychanalyste freudien. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau.
En adaptant le roman de Michel Schneider Marilyn, dernières séances, Patrick Jeudy réalise un portrait totalement inattendu de la star. Formellement, le film est superbe : les thèmes et les époques se succèdent de façon non linéaire, mais toujours logique - comme lors de séances de psychanalyse. Un récit kaléido-scopique illustré par de riches archives, qui, tout en nous replongeant dans les milieux du cinéma (Cukor, Huston, Wilder), de la littérature (Capote, Miller) et de la politique (les Kennedy, la CIA, le FBI), permet de saisir pour la première fois l'immense détresse de Marilyn à la fin de sa vie.

Posté par ginieland à 16:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,