05 décembre 2011

Le Platine Hôtel : 100 % Marilyn Monroe

journaldesfemmesLe Platine Hôtel : 100 % Marilyn Monroe
Par Laetitia Le Mouel, publié le 25/11/2011,
en ligne
sur journaldesfemmes.com

platine_facade_portrait_800_deco_magazine_1058382
 © S. de P. Platine Hôtel Façade de l'hôtel et portrait de Vincent Bastie  

Situé dans le 15e arrondissement de Paris, proche de la Tour Eiffel, cet hôtel 3 étoiles a opté pour une déco qui rend hommage à Marilyn Monroe, au cinéma et aux années 1950.
Vincent Bastie, qui a signé la déco de l'Hôtel du Petit Moulin, du Burgundy et du Seven Hôtel, est l'architecte d'intérieur qui a créé l'univers glamour du Platine Hôtel.  

Chambres thématiques >>

platine_chambres_800_deco_magazine_1058385
© S. de P. Platine Hôtel La chambre noir/doré et la chambre rouge/blanc  

Au total, quatre thèmes ont été sélectionnés pour les 46 chambres de l'hôtel aux matières élégantes : le noir/doré, le rouge/blanc, le rose pâle/vert pistache, et le noir/jaune.  

 Têtes de lits sexy >> 

platine_chambres_marylin_800_deco_magazine_1058393
 © S. de P. Platine Hôtel Deux chambres ponctuées de rose pâle et vert pistache

A l'aide de clichés géants en noir et blanc, Marilyn, naturelle, habille tous les murs des chambres. Disposés derrière les lits deux places, ces magnifiques portraits pris par André de Dienes et Georges Barris, font office de séduisantes têtes de lit.

Pellicules de film >>

platine_chambres_marylin_800_deco_magazine_1058391
 © S. de P. Platine Hôtel Des chambres qui mettent en scène la pellicule de film au cinéma

Le Platine Hôtel est également composé de chambres dans lesquelles la pin-up aux formes pulpeuses apparaît au plafond. En effet, c'est l'image de la pellicule de film qui permet de créer un prolongement de la tête de lit jusqu'au plafond et nous plonge dans l'univers du septième art. Ici encore, on retrouve de superbes portraits de la star.

 Salles de bains colorées et lumineuses >> 

  platine_douches_800_deco_magazine_1058398
© S. de P. Platine Hôtel Salles de bains du Platine Hôtel  

La surprise de l'hôtel, ce sont ses salles de bains pleines de lumières et de couleurs. Très astucieuse, la fibre optique parcourt le carrelage de manière à créer des points lumineux aléatoires situés aux intersections des carrés. Esthétique, l'effet visuel confère à la pièce une dimension féerique qui est accentuée par un spot placé au-dessus des douches. Il change régulièrement de couleur et plonge ainsi la salle de bains dans diverses ambiances.  

 Suites avec baignoire >>   

platine_suite_800_deco_magazine_1058401 
© S. de P. Platine Hôtel La suite en rouge et blanc 

Le Platine Hôtel est composé de deux suites avec baignoire. L'une qui reprend les codes rouge/blanc, l'autre en noir et doré. Si vous avez envie de vous détendre, un Spa est à votre disposition. L'institut Omnisens y propose une large gamme de soins.

Esprit Happy Days >>

platine_sallepetitdejeuner_a_jimmydelpire_800_deco_magazine_1058405
© S. de P. Platine Hôtel La salle de petit-déjeuner  

Fauteuils de tournage, sol en damier, banquette et tables de "diner" américain en rose pastel et turquoise : la salle de petit-déjeuner de l'hôtel nous transporte dans l'Amérique des années 1950.  

Ambiance Mad Men >> 

platine_salon_couloir_800_deco_magazine_1058410
© S. de P. Platine Hôtel Bar de l'hôtel au rez-de-chaussée
et affiche du film "Certains l'aiment chaud" sur le palier d'escalier
 

Côté bar, de la moquette aux appliques murales en passant par le splendide mobilier vintage, notamment composé des tables basses laquées RED Edition, le décor reflète parfaitement l'ambiance "fifties". Coup de cœur pour la moquette pied-de-poule qui habille les couloirs, ainsi que les paliers des étages dans l'escalier, qui arborent d'immenses affiches de films dans lesquels Marilyn Monroe a joué.

 En Savoir Plus >>

Le Platine Hôtel est le premier projet de la Compagnie Hôtelière de Bagatelle. Si vous aimez le cinéma et l'esprit vintage, inspirez-vous de cette déco glamour à souhait !
Où : Platine Hôtel, 20 rue de l'Ingénieur Robert Keller 75015 Paris/ 01 45 71 15 15
Le site : Platine Hôtel


> sur le blog: l'article de l' hotel Platine

Posté par ginieland à 17:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


04 décembre 2011

Salon Auto/Moto de Toulouse

salonautomotoDu 19 au 27 novembre 2011, s'est tenu le 24 ème Salon de l’Auto et de la Moto de Toulouse 2011, au Parc des Expositions de Toulouse (31000).

Elodie, fan de Marilyn et lectrice du blog, s'y est rendue et souhaite partager quelques-uns des clichés qu'elle a pris sur place: une voiture "La Fiat 500 aux couleurs de plusieurs stars", dont Mickey, Lady Gaga, Rihanna et bien-sûr Marilyn. Cette voiture est un modèle non-commercialisé qui sert de publicité à la marque "Hype Means Nothing" qui fait aussi des tee-shirt, des sacs et des pochettes (voir l'article Hype Means Nothing sur le blog)  

> L'album photos d'Elodie:
DSCN0264 DSCN0265 DSCN0263
DSCN0261   DSCN0270 
DSCN0271 DSCN0272 DSCN0273

/!/ Un grand merci à Elodie qui nous fait partager ses photographies personnelles.

Posté par ginieland à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2011

Marilyn Monroe: the unseen files

The_TelegraphMarilyn Monroe: the unseen files 
Par Tim Auld, publié le 21/02/2011,
en ligne
sur telegraph.co.uk 

A new book reveals the extraordinary contents of Marilyn Monroe's private filing cabinets, thought lost for over 40 years after her death

Marilyn_main_1835453c
Detail of a test print from the Marilyn Monroe archive
 Photo: MARK ANDERSON

In November 2005 Millington Conroy, a businessman living in Rowland Heights, 40 miles east of Los Angeles, contacted Mark Anderson, a successful magazine photographer, to discuss an unusual commission.

He had in his possession two metal filing-cabinets, one brown, one grey, containing private papers and a collection of furs, jewellery and other assorted memorabilia, all belonging to Marilyn Monroe. Would Anderson be interested in photographing the collection?

The material – about 10,000 documents – had been thought lost for more than 40 years since the death of Monroe on the night of 4 August 1962. Now, here it was, a treasure trove, languishing in a Californian suburb.

It was the commission of a lifetime, the largest undocumented Monroe archive in existence. Yes, of course Anderson was interested, and, with the help of the biographer and Monroe aficionado Lois Banner, he set about creating a record of the archive's contents, which is now to be published for the first time as a book.

There are letters from Monroe glowing with admiration for Robert Kennedy; a half-finished love letter to her ex-husband Joe DiMaggio found in her room after she died from a drug overdose; unseen pictures of Monroe as a child and young woman; touching fan mail; rare insights into her marriage to the playwright Arthur Miller; and extensive documentation of her squabbles with the Hollywood studio Twentieth Century-Fox.


In these documents the flesh-and-blood Monroe, usually lost in the heady blaze of the images of her on film and in glamour photographs, comes alive in the flotsam and jetsam of everyday life.

We can see her bookshop receipt for The Life and Works of Sigmund Freud, volumes one, two and three (she was a slave to therapy); the newspaper cuttings, both flattering and critical; her witty little telegrams. Then there are the bills for enemas, facials and prescription drugs, the uppers and downers that in her later years carried her through the day, and eventually killed her.

Frank Sinatra, one of Monroe's lovers, is said to have suggested she buy the filing cabinets to protect her privacy when she was living in New York in 1958. In early 1962, when she moved to Brentwood, Los Angeles, she had the cabinets shipped down.

The grey one, containing private correspondence, was kept in the guest cottage at the Brentwood house; the brown one, containing business records, was stored across town in her office at Twentieth Century-Fox studios.

One account of Monroe's last night claims that she actually died in the guest cottage and was subsequently moved to her bedroom in the main house and rearranged on her bed.

What is certain is that sometime on the night of 4 August the cabinet in the guest cottage was broken into, and that crucial files were removed – perhaps pertaining to Monroe's relationship with the Kennedys and their links with the Mafia boss Sam Giancana, perhaps to her contractual arrangements with Twentieth Century-Fox.

How did these immensely valuable cabinets manage to vanish for so long only to resurface in a quiet corner of suburban California? The key to the mystery is Inez Melson, Monroe's business manager in the mid-1950s, guardian of Monroe's schizophrenic mother, and, following Monroe's death, administrator of her Los Angeles holdings.

In the days and weeks after Monroe died Melson, who received nothing in Monroe's will (the bulk of the estate and her personal effects were left to Lee and Paula Strasberg, her acting coaches), made sure the filing cabinets ended up in her possession.

She had the brown cabinet at Twentieth Century-Fox transported to her home in Hollywood Hills, and, fraudulently, using the name of one of her nephews, bought the grey cabinet for $25 at the Monroe Estate auction she herself had organised. Upon her death in 1985 Melson left her collection, including the cabinets, to her sister-in-law Ruth Conroy, who, upon her death, bequeathed it to her son Millington.

In the course of their research, it soon became apparent to Anderson and Banner that Melson had acquired the contents of her archive illegally and that Strasberg's third wife, Anna, was in fact the legal owner of the material.

'We told Mill what we had found,' writes Banner. 'Realising that his ownership of the collection could be in jeopardy, he threatened to sell it on the black market… We wanted to ensure that the [collection] remained intact and that it would eventually be shown to the public; so we informed Anna Strasberg of its existence. We were not privy to her ensuing negotiations with Mill. All we know is that, in the end, they reached a settlement.'

What is astonishing about the archive, says Banner, is quite how much material has survived, and also its quality. Amid the mass of bills, cheques, contracts and publicity shots there are insights into the most private corners of her life.

Monroe grew up effectively an orphan. She never knew her father, and her mother's illness meant Monroe spent her childhood and teenage years being passed from family to family, including a spell at the Los Angeles Orphan Home. She was left with a lifelong desire to truly belong in a family, and to bring up children of her own.

Monroe's horror at the idea of not being able to get pregnant is made starkly and rather zanily clear by a handwritten letter she taped to her stomach before having her appendix removed in 1952: 'Cut as little as possible,' it reads. 'I know it seems vain but that doesn't really come into it. The fact I'm a woman is important. You have children and you must know what it means. For God's sakes Dear Doctor no ovaries removed.'

Monroe suffered three miscarriages in the mid-1950s while married to the playwright Arthur Miller, and the archive is full of reminders of how painful that time must have been. There's a receipt for a maternity dress Miller bought, and a letter of condolence from the poet Louis Untermeyer, which sums up the paradox of her life – at once adored by millions and isolated in her suffering: 'It's grimly ironic that while the rest of the country was enjoying the comedy of your impersonations in Life [the December 1958 issue had a shoot in which Monroe spoofed the great sirens of history], you were going through your personal tragedy… Arthur's tribute was a model of good taste, artistic balance, and love. It must be an added comfort to know that everyone loves you – especially now.'

Most extraordinary is a letter she and Miller received on 24 January 1958, in the aftermath of her third miscarriage, offering them a child to adopt: 'Wonder if you might be interested in the adoption of a baby girl, that was born to an unwed mother about the same time your wife lost her child. It is a healthy and beautiful baby and the mother feels that you people would really make a good happy home for her… If you are interested you can reach me by phone.'

Would Monroe have been a good mother? Who can tell? But letters she wrote to her stepchildren, Bobby and Jane Miller, reveal a playfulness and understanding of childhood needs and disappointments that would surely have stood her in good stead.

In August 1957 we find her writing to them at summer camp in the guise of their basset hound, Hugo (she also wrote to them as their Siamese cat, Sugar Finney): 'It sure is lonesome round here! I made a mistake and I am sorry, but I chewed up one of your baseballs. I didn't mean to. I thought it was a tennis ball and that it wouldn't make any difference but Daddy and Marilyn said that they would get you another one, so is it all right for me to keep playing with this one as long as you are getting a new one? Love from your friend and ankle-chewer.'

The light-hearted, but slightly wistful tone of these letters (the word lonesome crops up again and again in her letters to the children at this time) are made more poignant by the fact that on 1 August Monroe had suffered her second miscarriage.

Anderson and Banner's selection of material presents Monroe in a positive light. She is a woman fighting to control her image in a man's world; a talented comic actress compared by directors to Garbo and Chaplin; a caring stepmother; a clever correspondent; a trustworthy friend.

The authors do not, however, gloss over her petulance ('I am exceedingly sorry but I do not like it,' reads her curt telegram to Twentieth Century-Fox on being sent the script for Pink Tights, which she'd already decided she did not want to make); nor over her refusal to compromise, which during the filming of The Misfits led to Dorothy Jeakins – a major Hollywood costume designer who had done costumes for Monroe on both Niagara and Let's Make Love – leaving the film ('I'm sorry I have displeased you. I feel quite defeated – like a misfit, in fact,' wrote Jenkins). Angry legal spats also bear witness to her legendary lateness, which resulted in almost everything she worked on running over schedule.

Despite knowing how infuriating she could be, it remains impossible not to like Monroe. She had a wit worthy of Mae West ('There is only one way he could comment on my sexuality and I'm afraid he has never had the opportunity!' she wrote of Tony Curtis, though he would later claim to have been her lover) and an ability to remain winsome even in adversity.

After she was fired from the film Something's Got to Give in 1962, as her drug habit escalated, she wrote to George Cukor, the director: 'I blame myself but never you. The next weekend I will do any painting, cleaning, brushing you need around the house. I can also dust.'

Marilyn always said it was the people and not the studios who had made her famous, and we see the best of her when she reaches out to her public. She received thousands of fan letters each week, and was meticulous about filing away those that had particularly touched her.

There is a charming letter from a 17-year-old Italian boy, who is clearly entirely overcome: 'I imagine that you and I dance wrapped in a sky of stars, and they smile on us.' He requests a lock of Monroe's hair. Monroe is clearly touched because along with the letter is found a note by her: 'Pic of him and dedication autographed and returned also a lock of hair. Also a letter which I will carry next to my heart always.'

Equally moving is a note from the mother of a soldier who saw Monroe perform in Korea in 1955. She quotes from the letter her son sent her: 'When she appeared on the stage, there was just a sort of gasp from the audience – a single gasp multiplied by the 12,000 soldiers present… The broadcasting system was extremely poor… However, it didn't matter. Had she only walked out on stage and smiled it would have been enough.'

If representatives of the Kennedys did remove documents from the filing cabinet on the night of Monroe's death, and Lois Banner is certain that they did ('I know who took them and what happened to them, but I don't feel at liberty to say at this point,' Banner told me), they were pretty thorough. The archive now has almost no material relating to Monroe's relationships with JFK and Robert Kennedy, which are thought to have dominated the final months of her life.

Tantalisingly, she makes two references to Robert Kennedy in letters written on 2 February 1962, the day after she had attended a dinner in the attorney general's honour. To Arthur Miller's son, Bobby, she writes: 'I had to go to this dinner last night as [Robert Kennedy] was the guest of honor and when they asked him who he wanted to meet, he wanted to meet me. So, I went to the dinner and I sat next to him, and he isn't a bad dancer either. But I was mostly impressed with how serious he is about civil rights.'

She is rather more circumspect when relating the incident to Miller's father, Isidore: '[Robert Kennedy] seems rather mature and brilliant for his thirty-six years, but what I liked best about him, besides his Civil Rights program, is he's got such a wonderful sense of humor.'

Smitten? Maybe. There are certainly no other letters here that emanate this wide-eyed flirty glow. But the remaining documents from Monroe's last spring and summer offer no hint as to where this relationship might have gone.

Instead there are ledgers and memos charting the increasingly poor state of Monroe's finances and revealing that her main expenditure was on medical bills. There is an eerie absence of anything else. Where are the letters from friends, the fan mail, the urgent telegrams of former times?

Stolen, perhaps? Or had the isolation that Marilyn always so feared begun to close around her. The only hint of human warmth to be found among a sea of cheques and tumbling balances is a note, signed with a heart, from Monroe's acting coach Paula Strasberg: 'Have faith,' it reads.

MM – Personal: From the Private Archive of Marilyn Monroe (Abrams, £22.50), by Lois Banner with photographs by Mark Anderson, published on Tuesday, is available from Telegraph Books (0844 871 1515; books.telegraph.co.uk) at £20.50 plus £1.25 p&p

> sur le blog: le livre MM Personal 


The private files of Marilyn Monroe

theprivatefiles_1
  1/ PUBLICITY STILLS: Monroe in 1960 on the set of Let’s Make Love

theprivatefiles_2 theprivatefiles_3 theprivatefiles_4 
 2/LETTER TO HER SURGEON: A note Monroe taped to her stomach before her appendectomy in 1952, in which she urged the doctor to remove 'as little as possible... no ovaries’
3/ BOOKSHOP RECEIPT: When asked by journalists what her religion was, Monroe replied 'Freud’. She began reading his writings during her early years in Hollywood. This receipt shows the purchase of all three volumes of his life and works
4/ CLOTHING LIST: Favourite garments shipped to Monroe in New York in 1955. The seventh item is thought to be the dress she wore to perform to troops in Korea

theprivatefiles_5 theprivatefiles_6 theprivatefiles_7 
5/ LETTER FROM HER FOSTER MOTHER: Ida Bolender, who had looked after Monroe as a child, wrote to Marilyn’s half-sister after the star’s death to dispute stories of an unhappy childhood. The picture was taken by Monroe’s grandmother
6/ LETTER TO HER STEPCHILDREN: Monroe writes to Arthur Miller’s children at summer camp in the voice of their cat, Sugar Finney (or 'Feeny’ as she misspells it)
7/ FUR COAT: This leopardskin coat is thought to have belonged to Monroe and have been taken from her home after she died by Inez Melson

theprivatefiles_8 theprivatefiles_9 theprivatefiles_10 
8/ LETTER FROM A COSTUME DESIGNER: Dorothy Jeakins, a famous Hollywood costume designer, left The Misfits after a disagreement over her work. Here she writes to the actress to apologise for displeasing her
9/ FANMAIL: Two children from Brooklyn send a token of their esteem
10/UNUSED MATERNITY CLOTHES: Receipt for a bed-jacket Arthur Miller bought Monroe just before she suffered a miscarriage in December 1958

theprivatefiles_11 theprivatefiles_12 theprivatefiles_13
11/ FOSTER BROTHER: The Bolenders called Monroe and Lester, another of their foster children, 'the twins’
12/ LETTER FROM HER PUBLICIST: In a letter of 1959 Joe Wolhandler lists the several inaccurate press stories he has had to deny in the past 24 hours. He concludes, 'I am in the business 20 years and I still don’t know how these things happen’
13/ TEST PRINT: A costume and make-up test for Something’s Got to Give

theprivatefiles_14
14/ LETTER TO HER LAWYER: Monroe’s assistant writes to the lawyer’s secretary to make sure the parlous state of Monroe’s finances remains a secret

  theprivatefiles_15 theprivatefiles_16 theprivatefiles_17
15/ THE FILING CABINETS
16/ ADOPTION OFFER: Soon after one of Monroe’s miscarriages, she and Arthur Miller received this letter offering a baby girl
17/ RECORD RECEIPT: A bill for three records by Frank Sinatra, who is known to have had an affair with Monroe 

28 novembre 2011

A la TV - Mister Lonely

gif_tvmarilyn

Mardi 29 novembre 2011 - sur Arte - à 14:45
Film - Mister Lonely

 Durée : 108  minutes
Année et origine : 2006, Royaume-Uni, France.
Réalisateur: Harmony Korine
Image: Marcel Zyskind
Musique: Jason Spaceman, The Sun City Girls
Montage: Paul Zucker, Valdís Oskarsdóttir


Acteur: Denis Lavant, Diego Luna, Esme Creed-Miles, James Fox, Samantha Morton.

L'histoire: Les pérégrinations d'un groupe de sosies de stars vivant en communauté au fin fond de l'Écosse. Un ovni drôle et mélancolique signé Harmony Korine.
Le speech: À Paris, le sosie de Michael Jackson rencontre celui de Marilyn Monroe. Cette dernière vit dans un château en Écosse, entourée de clones de stars : Charlie Chaplin, son mari, leur fille Shirley Temple, mais aussi le pape, James Dean, la reine d'Angleterre, Abraham Lincoln et d'autres encore. Tombé sous le charme de la belle Marilyn, Michael accepte de la suivre dans les Highlands...

2008_mister_lonely_004

Critique du site arte: Soif d'absolu
Le réalisateur porte un regard plein de tendresse sur ces sosies faussement joyeux qui préfèrent se réfugier dans un monde où personne ne vieillit et où tous sont célèbres plutôt que de se cogner à la vie. Dans une ambiance surréaliste, Michael, Marilyn et leurs acolytes tentent ainsi de monter un spectacle afin de conquérir le public local. Parallèlement, dans la jungle, un groupe de nonnes fait l'expérience du miracle en s'initiant à la chute libre. Mêlant humour farfelu et poésie d'une infinie tristesse, ce film déconcertant offre une réflexion sur la solitude, et sur la soif d'absolu, qui trouve rarement satisfaction.

 > sur le blog
l'article sur Samantha Morton  

Posté par ginieland à 12:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 novembre 2011

Les codes inconscients de la séduction

Les codes inconscients de la séduction
article rédigé par Daniel C.

bus_stop 

Un ami m'a prêté un livre sur la synergologie: "Les codes inconscients de la séduction" de Philippe Turchet . A ma surprise, il y avait un chapitre sur Marilyn Monroe que voici:

Marilyn Monroe: un paradoxe apparent

Marilyn Monroe (1926-1962), c'est un mythe des mythes, la femme au pouvoir de séduction si énorme qu'elle fascine le monde aujourd'hui encore, 50 ans après sa mort. Il est assez vraisemblable que si elle avait vécu plus longtemps, elle ne serait pas devenue le mythe. Il n'empêche que Marilyn était et demeure unique.

En observant l'être humain caché derrière le personnage, un phénomène assez exceptionnel a retenu notre attention: Marilyn ne cligne pratiquement pas les paupières. Or que faisons-nous lorsque nous clignons des paupières? Nous allons chercher des informations externes et nous les envoyons dans notre cerveau, grâce à un mouvement moteur qui commande l'enregistrement de ses données. Plus nous sommes intéressés par les informations qui arrivent plus nous clignons des paupières pour les analyser et les emmagasiner dans notre cerveau. Que nous révèle Marilyn avec ses paupières fixes?

Elle nous montre qu'elle est murée en elle, qu'elle est totalement coupée de l'extérieur, qu'elle est sans attentes dans l'échange. Les acteurs de cinéma, une fois libérés de l'apprentissage d'un texte, miment les émotions de leurs personnages et les ressentent. C'est le propre de leur métier et c'est pour eux bien naturel.

Marilyn cligne des paupières de 8 à 14 fois moins souvent que les acteurs et actrices avec lesquels elle tourne. Dans certaines scènes, elle reste plus d'une minute trente sans cligner une seule fois des paupières, alors que le même laps de temps ses partenaires ferment subrepticement les yeux entre 8 et 20 fois.

Si Marilyn ne cligne pas des paupières, le mouvement des ses sourcils est en revanche incroyablement souple. Ses sourcils peuvent en effet monter très haut sur son front et descendre très bas sur ses yeux…. Les mouvements de sourcils de Marilyn Monroe constituent la force de son visage. Celui-ci est très plastique mais aussi très mobile, Marilyn utilise ses sourcils pour donner de la vivacité à ses messages.

Le paradoxe est là: aucun clignement des paupières et une extrême souplesse des sourcils. Mais le paradoxe n'est pas évident. En réalité, pour Marilyn Monroe le visage est un puissant moyen de séduction. Grâce à l'extrême de ses traits, toujours en mouvement, elle favorise les échanges visuels. Ce qui, chose étonnante, ne l'empêche pas d'être seule, incroyablement seule, car l'autre ne l'intéresse pas. Les paupières fixes, elle ne traite pas l'information qu'il lui envoie.

Marilyn est prise au piège de sa séduction. L'énorme impact de son image a totalement occulté la possibilité d'un rapport humain. Pour elle, l'échange s'est peu à peu vidé de toute substance.

Que nous soyons en accord ou pas avec cet auteur, je ne verrai plus la même façon la scène en gros plan de Marilyn dans le film Bus stop.

Posté par ginieland à 14:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


18 novembre 2011

Le blind test d'Izia: "J'adore Marilyn Monroe. Une icône sublime et tellement triste".

Le blind test d'Izia: "J'adore Marilyn Monroe. Une icône sublime et tellement triste".

en ligne sur live-concert.sfr.fr

izia_article

Toujours aussi pétillante, Izia s’est prêtée avec grâce à notre rendez-vous Blind Test SFR - Spotify. L’occasion de parler de la famille (Jacques, Arthur), des rencontres étonnantes (Iggy) et des stars de toujours (Amy, Marilyn…) au moment même où son second album "So much trouble" est enfin disponible sur l’ensemble des plateformes. Et n'oubliez pas d'écouter la playlist d'Izia sur Spotify !

Posté par ginieland à 14:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2011

"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

logo_express_culture"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

Par Géraldine Catalano et Jérôme Dupuis (L'Express), publié le 17/11/2011, en ligne sur l'express.fr

exp813852 
 "Pas mal pour 36 ans, non?", glisse la divine Marilyn Monroe entre deux photos.
Bert Stern

Quelques jours avant sa mort, Marilyn Monroe posait pour Bert Stern. Alors que ces clichés mythiques ressortent aujourd'hui agrémentés de textes de Norman Mailer, le célèbre photographe raconte en exclusivité à L'Express ces heures passées avec la star absolue.

Il est le dernier homme à avoir photographié Marilyn Monroe. C'était le 23 juin 1962, dans une suite de l'hôtel Bel-Air, à Hollywood. Six semaines plus tard, le jour même où ces clichés mythiques allaient paraître dans Vogue, la star des stars était retrouvée morte dans son lit. Bert Stern, 82 ans, photographe célèbre pour avoir réalisé l'affiche acidulée du Lolita de Kubrick, n'a jamais oublié ses trois séances avec Marilyn. Depuis un demi-siècle, il a précieusement gardé ses 2 591 clichés de l'icône blonde. Il les publie aujourd'hui dans un ouvrage exceptionnel - par son format, son luxe, son tirage (1 962 exemplaires) et... son prix (750 euros) - édité par Taschen et complété par des textes, en partie inédits en français, du grand écrivain Norman Mailer. Alors que le documentaire Becoming Bert Stern, signé Shannah Laumeister, sera présenté cette semaine au Festival international du film documentaire d'Amsterdam, en exclusivité pour L'Express, le photographe raconte les dernières heures de Marilyn devant l'objectif.

Comment devient-on le dernier homme à photographier Marilyn Monroe?
En juin 1962, j'étais à Rome sur le plateau de Cléopâtre, pour suivre Elizabeth Taylor, lorsque Vogue m'a appelé pour m'annoncer que Marilyn avait accepté de poser pour moi. Elle venait juste de se faire débarquer du tournage de Something's Got to Give par George Cukor [NDLR: pour ses absences répétées]. Le 23 juin, j'ai donc réservé une suite à l'hôtel Bel-Air et fait livrer trois bouteilles de champagne Dom Pérignon 1953, comme me l'avait demandé son agent. Nous avions rendez-vous à midi. Elle n'est arrivée qu'après 15 heures... 

Première impression?
Elle était plus belle encore que je l'imaginais! Plus fine, aussi... Elle avait été opérée de la vésicule biliaire six semaines plus tôt et portait d'ailleurs une cicatrice au bas du ventre. Sa voix, aussi, m'a surpris: normale, moins artificielle ou exagérée que dans ses films. Surtout, Marilyn était incroyablement drôle, simple, créative. Elle s'est à peine maquillée. J'ai d'abord fait d'elle un portrait en noir et blanc à la Garbo. Puis, très vite, elle m'a demandé: "Voulez-vous que je me mette nue?" Je n'ai su que répondre: "Mais quelle bonne idée!" 

Comment expliquez-vous cela?
Je crois tout simplement qu'elle se sentait belle et voulait le montrer. "Pas mal, pour 36 ans, non?" a-t-elle dit entre deux photos. Nous avons utilisé des foulards transparents pour "habiller" un peu sa nudité. J'ai travaillé avec Bardot, Madonna ou Audrey Hepburn, mais Marilyn a vraiment été la plus extraordinaire. Elle buvait le champagne, et j'ai remarqué que son maquilleur ajoutait un peu de vodka dans son verre. Les heures passant, elle est devenue plus provocante encore. Je n'avais pas besoin de lui faire des suggestions, elle inventait les poses toute seule. Nous avons continué jusqu'à 2 heures du matin. 

Mais n'y avait-il pas une certaine tristesse sous cette gaieté?
Sur le coup, je n'ai rien remarqué de tel. Elle était vraiment de bonne humeur et comptait peut-être sur ces photos dans Vogue pour "relancer" sa carrière. Bien sûr, rétrospectivement, je devine une certaine fragilité sur certains clichés, notamment celui où elle porte une petite robe noire et se cache le visage avec les mains. Ce sont d'ailleurs mes préférés. 

Pourtant, Vogue demandera à compléter cette première séance...
Oui, ils ont apprécié le travail, mais cela manquait un peu de mode, pour faire le portfolio dont ils rêvaient. Alors, quelques jours plus tard, nous avons organisé une deuxième séance avec Marilyn. Cette fois-ci, nous avions loué un petit bungalow de l'hôtel et apporté des robes noires de chez Dior. Comme la première fois, elle est arrivée avec deux heures et demie de retard. Cette fois-ci, j'avais commandé du château-lafite... Elle a posé pendant des heures et des heures avec les robes. Et puis, au bout d'un moment, j'ai demandé à l'équipe de sortir. Marilyn s'est enroulée, nue, dans un drap et s'est allongée sur un canapé. J'ai réalisé toute une série de clichés. Puis, elle s'est endormie, sans doute un peu sous l'effet de l'alcool, et je suis sorti.

Que sont devenues toutes ces photos par la suite?
L'agent de Marilyn avait exigé qu'elle puisse avoir un droit de regard sur les clichés. Je lui ai donc envoyé une grande partie des photos en couleurs et toutes les planches-contacts en noir et blanc, dont j'avais conservé les négatifs. Quelques jours plus tard, tout cela m'est revenu: Marilyn avait barré de très nombreuses photos de sa main, au feutre orange. Vogue a ensuite préparé son portfolio, sans sélectionner aucune des photos de nu.

Et puis...
Et puis, une semaine plus tard, j'étais en voiture avec ma fille, à New York. La radio était allumée et, soudain, ils ont annoncé la mort de Marilyn Monroe. J'ai eu un grand choc. J'ai tout de suite cru à la version selon laquelle sa mort était due à un accident, suite à une consommation de médicaments. Je le crois toujours. Vogue a décidé de maintenir le portfolio, qui est sorti quasiment le jour même. 

On a dit que Marilyn Monroe avait tenté de vous téléphoner le jour de sa mort...
Oui, l'un de ses biographes l'a écrit. Je ne sais pas si c'est vrai. Mais, ce qui est sûr, c'est que si je l'avais eue au bout du fil, j'aurais tout fait pour l'aider.  


Vue par Norman Mailer : "Un cyclone de beauté ambulante"

"Comme elle était également une star de cinéma - et une star habitée par la manie du secret la plus obstinée et la candeur la plus flamboyante, une arrogance hautement conflictuelle et un complexe d'infériorité torrentiel -, une grande philosophe populiste - comme elle aimait l'humble travailleur... - et la plus tyrannique des compagnes sentimentales, une reine des castratrices capable de verser des larmes sur un vairon mourant, une amante des livres qui ne lisait pas, une artiste inflexible et fière qui, si le besoin s'en faisait sentir, était prête à enfourcher la publicité avec plus d'empressement qu'une putain n'aurait comblé un bon client, une giclée féminine d'ironie et d'énergie sensible à qui il arrivait de se traîner comme une limace pendant des jours et des jours de spleen comateux, une femme-enfant mais aussi une actrice en mesure de déclencher une émeute en laissant tomber l'un de ses gants à une première, une fontaine de charme et une impossible casse-pieds, un cyclone de beauté ambulante quand elle était habillée pour plaire mais une souillon déprimante à ses pires moments - qui sentait mauvais, en plus! -, une géante et une naine de l'affect, une bonne vivante et à la fois une abjecte hyène mortifère qui s'hébétait de substances chimiques, un four sexuel dont le feu était apparemment allumé - elle gardait son soutien-gorge au lit -, elle, Marilyn, était plus ou moins l'armide (1) de glace qui nous hantait tous."

(1) Séductrice d'une grande beauté, du nom d'une héroïne de La Jérusalem délivrée, du Tasse. 

Posté par ginieland à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2011

Lindsay Lohan se remet dans la peau de Marilyn pour Playboy

Lindsay Lohan refait des photos pour Playboy
le 3 novembre 2011 en ligne
sur news de yahoo

lindsaylohan_13Condamnée à trente jours de prison, Lindsay Lohan profite de sa dernière semaine de liberté pour effectuer une deuxième séance de photos pour le magazine Playboy.
Selon E! Online, l'équipe du magazine pour adultes n'était pas satisfaite de la première série de clichés. Lindsay Lohan s'est rendue la semaine dernière au Manoir Playboy afin de dévoiler ses attributs devant l'objectif. Elle doit y retourner jeudi, cette fois avec un nouveau photographe et un nouveau thème.
L'actrice a obtenu un million de dollars pour faire la couverture du numéro de janvier de Playboy.
Lindsay Lohan a été condamnée mercredi pour avoir violé les conditions de sa probation. Elle n'a pas assisté aux séances de thérapies exigées. Le centre des femmes où elle effectuait du travail communautaire l'a aussi mise à la porte. L'actrice devra notamment, à sa sortie de prison, suivre une nouvelle thérapie.


Playboy remet les photos de Marilyn Monroe a la mode d'aujourd'hui
article rédigé par Daniel Cadrin 

Les photos de Lindsay Lohan pour le numéro de janvier/février de Playboy sont très réussies d'après le porte-parole de l'actrice. L'équipe du magazine pour adultes s'est inspirée de Marilyn Monroe pour déterminer le thème de la séance photo.
Le représentant de Lindsay Lohan a déclaré que les photos de Lindsay Lohan étaient très satisfaisantes. « Les images sont absolument fantastiques et sont de très bon goût. Elles seront accompagnées d'une entrevue qui permettra aux lecteurs de connaître un autre côté de Lindsay.» La mère de l'actrice, Dina, a abondé dans le même sens. «Elle est vraiment bonne devant la caméra», a-t-elle confié à The Insider.
D'après le fondateur de la publication, Hugh Hefner, les photos de Lindsay Lohan en tenue d'Ève sont «élégantes». «C'est un hommage aux photos nues de Marilyn Monroe, qu'avait prises le photographe Tom Kelly pour le premier numéro de Playboy», a-t-il expliqué au magazine The Insider. En 2008, l'actrice avait incarné le sex-symbole dans un numéro du New York Magazine.
La célébrité, condamnée à 30 jours de prison, a vu ce weekend sa peine se réduire à quatre heures d'emprisonnement. Elle doit toutefois compléter douze jours de travaux communautaires à la morgue et assister à quatre séances de psychothérapie avant le 14 décembre.
Le numéro de janvier/février de Playboy sera en magasins à la fin décembre.

Posté par ginieland à 18:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Marilyn en Opéra Rock

Marilyn en Opéra Rock...
article rédigé par Daniel Cadrin 

Cet automne, le groupe de rock métal anglais Saracen a sorti une nouveau CD en hommage à la star du XXème siècle : Marilyn Monroe.

Au milieu des années 70, deux amis, Richard Lowe (claviers) et Robert Bendelow (guitares), formèrent avec le bassiste Barry Yates, leur premier groupe, Lammergier. Après avoir joué et tourné avec plusieurs chanteurs et batteurs différents, le groupe se stabilisa en 1980 avec l'arrivée de Steve Bettney au chant et John Thorne aux percussions.
En janvier 1981, Lammergier devint alors Saracen. Pendant l'été de la même année fut enregistré leur premier album Heroes, Saints & Fools, qui parut en octobre. Initialement enregistré pour le label indépendant Nucleus Records, le groupe ne tarda pas à signer avec Polygram. Une tournée anglaise suivie la sortie de l'album. Malheureusement, la maladie força Barry Yates a quitter le groupe, il fut remplacé par Jason Gardner. Après la sortie de leur second single, « We Have Arrived », Robert Bendelow quitta le groupe et à la fin de l'année 1983, et Saracen signa avec le label Neat Records.
En 1984, le groupe enregistra son second album, Change of Heart avec le guitariste Haydn Conway. Malgré un changement de style musical, Le groupe tourna régulièrement avant de se séparer en 1985 et se reforme 15 ans plus tard!
En 2011, ils nous sortent cet album concept dont le thème est Marilyn Monroe. Deux invitées de marque sont présents sur ce nouvel opus avec Issa et Robin Beck, pour les voix féminines.
Chaque première partie du CD nous chante la vie de fille de Norma Jeanne à l’orphelinat et ses rêves (1926-1942). Puis viennent les chansons qui racontent son ascension vers Hollywood (1942-1946), puis son statut de star 1947-1960 en parlant de ses amours, ses liaisons mais aussi de la femme qu’elle était. La critique louange la ballade de blues « Love Like Razorblade » qui est considéré comme  un chef d'œuvre d'efficacité. La narration, extrêmement bien insérée dans le titre Unfinished Life vient nous rappeler l'annonce de la mort de Marilyn pour laquelle demeure de vives spéculations! La dernière chanson du Cd,  Marilyn, est merveilleusement interprétée par la belle Robin Beck où elle met ton son âme.

Un disque moderne à écouter souvent dans la journée et pour faire découvrir Marilyn Monroe au public général. Toutes les chansons sont d'une qualité incroyable. La seule chose que je reproche au CD, c’est la couverture qui n’a aucun rapport avec le contenu, mais c’est un détail.
saracen
Voici les titres des chansons du CD :
1. The Girl: Norma Jeane
2. The Orphan: Whither the Wind Blows
3. The Dreamer: Hold On (ft. Issa)
4. The Model: Make This Body Work (ft. Robin Beck)
5. The Actress: Who Am I (Robin Beck & Steve Overland)
6. The Wife: Love Like A Razorblade
7. The Patient: Break the Spell
8. The Mistress: Not For Sure (ft. Robin Beck)
9. The Forsaken: Feel Like Going Home (ft. Robin Beck)
10. The Witness: Unfinished Life

11. The Woman: Marilyn (ft. Robin Beck)
12. Hidden Track (ft. Robin Beck, Issa, Steve Overland)

Posté par ginieland à 17:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

07 novembre 2011

Révélation sur la vie très privée de Paul Newman

paul_newman_bookA 83 ans, le 26 septembre 2008, Paul Newman s'en est allé en laissant un vide immense dans le monde du showbizz.
L'an passé, Darwin Porter sortait une biographie sur Paul Newman qui a fait scandale: Paul Newman, The man behind the baby blues: his secret life exposed (des extraits du livre sur amazon.com). L'écrivain parlait des prétentues liaisons de la star avec des stars hollywoodiennees comme Grace Kelly, Judy Garland, Natalie Wood et de Marilyn Monroe. L'auteur a une conversation avec Marlon Brando dans son livre dans lequel ce dernier révèle la bisexualité de Paul et de sa relation avec James Dean.
Cette année, on revient à la charge avec les histoires d'amour de Paul Newman avec Nathalie Wood et Marilyn Monroe et on ajoute Jackie Kennedy à la liste.
Paul Newman et Marilyn Monroe font la couverture du journal américain National Examiner du 7 au 14 novembre 2011.
national_examiner_2011_nov_title
national_examiner_2011_nov_1 national_examiner_2011_nov_2
Extrait (en ligne sur vanityfair.com):
The first time I saw Paul Newman he was dancing with Marilyn Monroe. It was the summer of 1959 at a noisy Actors Studio party in New York’s Greenwich Village. I had just passed my audition and was being introduced to everyone as a new member by the Broadway producer Cheryl Crawford, one of the Studio’s heads.

Nobody was paying me much attention—understandably, since they were all watching a barefoot Marilyn, in a skintight black dress, undulate around the living room with Newman, lithe and sinewy in chinos and T-shirt.
They seemed to be dancing with such rapture; they both kept changing rhythms and sometimes they walk-stepped to the beat. They didn’t dance for very long—maybe three minutes—but what a hot, pulsing three minutes it was! They broke apart, Marilyn gave a giggle and a curtsy, and Newman bowed and moved directly past me through the crowd to get a beer. 

> sur le web
article sur
thaindian.com
Merci à Daniel pour les scans du National Examiner.

Posté par ginieland à 13:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,