31 mai 2008

Décès d'Evelyn Moriarty

evelyn_moriarty_1961_misfits_1 L'actrice américaine Evelyn Moriarty, plus connue pour avoir été la doublure de Marilyn Monroe, s'est éteinte mardi 20 mai 2008, dans une maison médicalisée à Los Angeles, souffrante depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson, ce qu'a rapporté Greg Schreiner, le président du fan-club USA "Marilyn Remembered". Elle fut inhumée au cimetière Westwood Memorial Park de Los Angeles, près de la tombe de Marilyn Monroe. "Son âge était un secret, elle devait avoir entre 80 et 86 ans", selon Peter Schnug German, un historien spécialisé dans le cinéma et qui rencontra Moriarty par le passé.

Evelyn Moriarty fut repérée dans un night-club par le réaliateur Georges Cukor, qui l'engagea alors comme doublure de Marilyn sur son film Let's Make Love (Le Milliardaire) en 1960. Elle continua son rôle de doublure de la star pour les films suivants de Marilyn: The Misfits (Les Désaxés) en 1961 et Something's got to Give (Quelque chose va craquer) en 1962. Elle entretenait de très bon rapports avec Marilyn, qu'elle a toujours respectée. Généreuse, c'est d'ailleurs Evelyn qui organisa la fête d'anniversaire pour les 36 ans de Marilyn sur le tournage de Something's Got to Give, le 1er juin 1962, en organisant une collecte afin d'acheter un gâteau chez un grand patissier.

evelyn_moriarty_et_marilyn_1961_misfits_1
Evelyn Moriarty et Marilyn Monroe sur le tournage de The Misfits en 1961

Elle joua de petits rôles dans quelques films sans succés: dès 1944 dans Song of the Open Road (un tout petit rôle où son nom n'apparait pas au générique), dans Suspense en 1946 (mais dans lequel ses scènes furent coupées au montage), dans The Reckless Moment en 1949 (où là encore, elle ne tient qu'un rôle bref non crédité au générique), dans Around the World in Eighty Days en 1956 (non mentionnée au générique), puis dans Movie Movie en 1978.
Ses dernières apparitions à l'écran furent des entretiens accordés pour des documentaires télévisés consacrés à Marilyn Monroe, où elle s'est toujours exprimée avec beaucoup de gentillesse à l'égard de la star disparue: Marilyn Monroe: The Mortal Goddess en 1996, E! Mysteries & Scandals: Marilyn Monroe en 1998 et dans Marilyn Monroe: The Final Days en 2001.

>> Source article & bio:
info sur panamanewsblog (-en anglais)
carrière de Moriarty sur imdb (-en anglais)
petite bio sur cursumperficio (-en français)
... et Merci à Chris pour l'info :o)

Posté par ginieland à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


15 mai 2008

Pièce de théâtre Le Crépuscule d'une étoile

Le Crépuscule d'une étoile
Une pièce fantastico-réaliste
sur la dernière journée de Marilyn Monroe.

news_theatre_le_crepuscule_1Pièce de Vladimir Pronier
Mise en scène par Julien Lefebvre
Avec Salomé Mandelli (
dans le rôle de Marilyn Monroe),
Steva Botti (la Mort), Mathilde Gourdol (Pat Newcomb), Florence Lefebvre (Eunice Murray), Jacques Paillard (Ralph Greenson).

Dates et Horaires: 18 représentations sont prévues entre le 6 juin et le 24 septembre 2008.
Représentations avant l'été :
vendredi 6 et 13 juin 2008 à 20h30
samedi 7 et 14 juin à 20h30
dimanche 8 et 15 juin à 16h
Représentations après l'été:
lundi 1er, 8, 15 et 22 septembre 2008 à 21h30
mardi 2, 9, 16 et 23 septembre à 21h30
mercredi 3, 10, 17 et 24 septembre à 21h30
Lieu: au Studio Théâtre de Montreuil (direction Carlo Boso) et au Théâtre du Funambule (Montmartre).
Contact web: StudioThéâtredeMontreuil et ThéâtreDuFunambule
Sur le web: Le site Le crépuscule d'une étoile et La page myspace

L'Histoire: Los Angeles, 4 août 1962. Dans moins de 24 heures, Marilyn Monroe sera retrouvée morte. Sa gouvernante, son psychiatre et son attachée de presse gravitent autour d’elle et tentent de l’aider. Mais que peut-on faire quand la mort rôde ? Loin des rumeurs et des calomnies, une intrigue psychologique sur la dernière journée d’une étoile. Un regard chargé d’émotions, d’humour et de surnaturel sur l’un des plus grands mythes du vingtième siècle. Dans une relation d'intimité, la pièce se déroule dans la chambre de la star. Une sobre alcôve aux meubles blancs, du grand lit à la coiffeuse, jusqu'au mannequin de couture arborant la robe mythique de 7 ans de réflexion. Mais une chambre traversée aussi par un grand tapis rouge autant symbole d'un monde de paillettes que ligne de vie. Marilyn est un mythe. Tout le monde sait qui elle fût mais finalement peu de gens ont vu ses films. Le mythe étant par essence universelle, les dernières heures de Marilyn ont de quoi résonner en chacun de nous. Partant du déroulement connu de cette dernière journée, on découvre une femme, encore jeune, faisant le bilan de sa vie. Mais la mort se fait plus présente et le fantastique prend de plus en plus de place. Les scènes sont des bras de fer que Marilyn doit livrer, Entre ces dialogues, Marilyn se confie aux spectateurs les yeux dans les yeux. Pénétrant son inconscient, on effleure le mythe pour mieux le comprendre et mieux nous comprendre.

Vous avez vu la pièce ?
Donnez votre avis en cliquant sur commentaires...

Posté par ginieland à 19:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2008

A la TV - Il était une fois Certains l'aiment chaud

gif_television4  Programme Télé

Vendredi 16 mai 2008 - 20:44 - France 5
(Rediffusion Dimanche 25 mai - 09:49 - France 5)
Documentaire
- IL ÉTAIT UNE FOIS...
CERTAINS L'AIMENT CHAUD

Durée : 00:52
Episode : Numero 3
Réalisation : Auberi Edler
Année : 2008

Série documentaire en 5 épisodes coproduite par Folamour / TCM, avec la participation de France 5, de la TSR et de YLE Teema, et le soutien du CNC. Episode de 52' de Serge July, Marie Genin et Auberi Edler. L'épisode numéro 2 est consacré au film Certains l'aiment chaud.

Un tournage de cauchemar, une star au destin tragique, un climat général de suspicion… Rien ne prédestinait Certains l'aiment chaud à devenir l'un des plus grands succès du cinéma américain. Ce nouvel opus d'Il était une fois… évoque la genèse du célèbre film de Billy Wilder.
news_tv_article_magazine_1Les critiques américains l'ont qualifié de "meilleure comédie de tous les temps". A la fois farce, film noir et comédie musicale, Certains l'aiment chaud fut tourné en noir et blanc à l’époque où le Technicolor s’était pourtant déjà imposé à Hollywood.
Auteur de quelques succès comme Assurance sur la mort ou Sept Ans de réflexion, le réalisateur Billy Wilder était connu du public américain pour son humour grinçant et sa maîtrise du comique de situation. Cet Autrichien, naturalisé américain en 1933 après avoir fui l'Allemagne nazie, avait été le scénariste de Hawks et Lubitsch.
Avec Certains l’aiment chaud, film sur l'ambiguïté, il dénonce à nouveau l'hypocrisie de la société américaine. En 1958, l'Amérique connaît la pleine dépression : le taux de chômage est élevé, les Soviétiques sont les premiers dans l'espace et la "chasse aux sorcières" fait rage. Mais Billy Wilder choisit de situer l'action en 1929. Le scénario qu'il a coécrit avec Iz Diamond est inspiré d'un vieux film allemand et du massacre de la Saint-Valentin par Al Capone.
Soupçon et faux-semblant dominent. "Marilyn était la clé du film" "Si je n'avais pas tourné Certains l’aiment chaud, j'aurais manqué le film de ma vie", raconte avec émotion Tony Curtis. Il y incarne, avec Jack Lemmon, l'un des deux musiciens qui, témoins d'un meurtre commis par un parrain de la pègre, tentent de lui échapper en se travestissant en femmes et en se faisant engager dans un orchestre féminin.
Sugar Kane, la belle chanteuse pulpeuse dont il tombe amoureux, est interprétée par Marilyn Monroe. Tony Curtis l'avait rencontrée quelques années plus tôt : "J'avais 22 ans, elle en avait 19, on est sortis ensemble pendant six mois… On avait passé des moments merveilleux à cette époque-là… Personne n'était au courant de notre histoire. Tout ce qu'on faisait dans le film s'inspirait de la relation qu'on avait déjà vécue. Billy appréciait l'alchimie qu'il y avait entre nous, mais il ne savait pas la vérité. C'était génial !"

news_tv_article_magazine_2Mais la réalité du tournage est tout autre. La star traverse une période dramatique : des fausses couches à répétition, un mariage à la dérive, un suicide raté… Sous l'emprise de l'alcool et des drogues, elle enchaîne les séjours à l'hôpital. Sur le plateau, l'équipe doit supporter ses retards, ses moments d'absence et la présence non négociable de son coach Paula Strasberg, l'épouse du créateur de l'Actors Studio, qui exerce une influence capitale sur l'actrice.
Cela n'empêchera pas Marilyn de multiplier les prises pour une même scène, allant une fois jusqu'à quatre-vingt-sept… Parfois, elle renonce. Billy Wilder, grand psychologue, trouve toujours le moyen de la ramener au travail…
"Il savait que la clé du film était Marilyn, et quand on voit ce film, c’est Marilyn." Au témoignage très émouvant de Tony Curtis s'ajoutent ceux des veuves du réalisateur et de Iz Diamond, de deux actrices du film, d'un spécialiste de cinéma, du producteur et du cinéaste Volker Schlöndorff.
Le film reçut lors de son avant-première, en 1958, un accueil désastreux. Mais sa sortie en 1959 lui réserva un triomphe immédiat. Marilyn s'éteindra trois ans plus tard…

>> Sources web:
article: Anne-Laure Fournier
voir la grille des programmes sur le site
france5

Posté par ginieland à 09:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

A la TV Bientôt - Marilyn dernières séances

gif_television4  Bientôt à la Télé...

diffusion prévue au printemps 2008 - sur France 2
Téléfilm
- MARILYN, Dernières séances...

news_sgtg_Sans_titreFrance 2 va diffuser en prime l'adaptation de l'ouvrage de Michel Schneider "Marilyn, dernières séances". Réalisé par Patrick Jeudi, le film s'attachera plus particulièrement à retracer la relation ambiguë qui liait le sex-symbol à Ralph Greeson, son psychanalyste. Le dernier à l'avoir vue vivante et surtout le premier à l'avoir trouvée, morte…

Le pitch : Trente mois durant, de janvier 1960 au 4 août 1962, ils formèrent le couple le plus improbable : la déesse du sexe et le psychanalyste freudien. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau. Telle est l'histoire. Deux personnes qui ne devaient pas se rencontrer et qui ne purent se quitter. Des mots noirs et des souvenirs blancs. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste se redit la dernière séance de Marilyn.

>> Sources web:
article sur le site telestar.fr

Posté par ginieland à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2008

A la TV - Spéciale Pin Up sur Paris Première

gif_television4  Programme Télé

logo_pinup_165_265

 

* * * * * * * * * *
Du samedi 19 au
vendredi 25 avril 2008
la chaîne Paris Première
(cable et satellite)
consacre une
"semaine spéciale Pin Up"
au programme:
- des films (avec Marilyn et Bardot),
- des documentaires Hollywood Stories
- des magazines reportages
- un spectacle Crazy Horse (avec Arielle Dombasle)
* * * * * * * * * *

 

 

Mercredi 23 avril - 22h30 - Paris Première
Film
- Sept ans de Refléxion

Durée : minutes
Réalisation : Billy Wilder
Année : 1955
Distribution et rôles : Tom Ewell (Richard Sherman), Marilyn Monroe (la fille), Evelyn Keyes (Helen Sherman), Sonny Tufts (Tom McKenzie)...

L'histoire : C'est l'été à New York, la femme et le fils de Richard sont partis en vacances et il reste alors tout seul dans leur appartement, préférant ne pas prendre de congés et rester pour travailler. Mais Richard est très angoissé et paranoiaque: il commence à faire des rêves invraisemblables sur sa femme et surtout sur sa nouvelle voisine, séduisante et sensuelle...

Mon Avis: un excellent film, qui n'a rien perdu de sa modernité, tant par les savoureux dialogues humoristiques que par sa scène mythique (celle de la robe de Marilyn qui virevolte au dessus d'une bouche d'aération). La trame principale tournant autour de la paranoïa de Tom Ewell engendre des situations comiques et toujours d'actualité (d'un point de vue psychologique: la paranoia). Il s'agit de l'un des meilleurs films de Marilyn, A Voir Absolument si vous ne l'avez jamais vu !!

* * * * * * * * * *

Vendredi 25 avril - 10h35 - Paris Première
Documentaire
- Hollywood Stories :
Les Amours de Marilyn Monroe

Documentaire en 2 parties
Durée totale :
environ 1h30
Distributeur: E-Entertainment
Voix-off : Pierre-Marie Bernoux

Le parcours de Marilyn Monroe ne peut se comprendre qu'en analysant sa vie sentimentale. La star la plus célèbre d'Hollywood collectionne les amants, mais ne parvint jamais à trouver le véritable amour, elle qui doutait toujours de la sincérité des hommes qu'elle rencontrait.
Ses mariages successifs - du simple marine Jim Dougherty, du champion de base-ball Joe Di Maggio ou de l'intello Arthur Miller - , et ses idylles avec les frères Kennedy ou encore avec Yves Montand; ainsi que ses coups d'éclat médiatiques, firent le bonheur des magazines de charmes et la presse à scandales. Elle mourut dans des circonstances étranges, le 5 août 1962, peu après la sortie de son dernier film, «Les Désaxés».

Mon Avis: un bon documentaire, s'appuyant certes sur la vie sentimentale de Marilyn, mais qui retrace toute sa vie: de l'enfance passée en orphelinat et familles d'acceuil, en passant par ses plus grands succés au cinéma, pour finir par sa tragique disparition. Avec de nombreuses images d'archives et des interviews de ses proches. A voir absolument (et à enregistrer) !

* * * * * * * * * *

>> Sources web:
la semaine Pin Up paris première sur le zapping du paf
plus d'infos sur les programmes sur le site de paris premiere
et la page semaine pin-up sur le site paris-premiere

Posté par ginieland à 19:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 avril 2008

A la TV - série New York, section criminelle

gif_television4  Programme Télé

samedi 12 avril 2008 - 23:20 - TF1
Série
- New York, section criminelle
Saison 3 (2/21)  Les femmes préfèrent les blonds

new_york_section_criminelle_photo1

Durée : 50 minutes
Genre : Série policière
Interdit aux moins de 10 ans.

Distribution:
Barry Del Sherman (Brent Anderson), Vincent D'Onofrio (Robert Goren), Kathryn Erbe (Alexandra Eames), Courtney B Vance (Ron Carver), Anne Bobby (Betty Anderson), Michel Gill (Spencer Anderson), Ann Marie Lee (Stéphanie Parton), Lee Michael Buckman (Andrew Dryden).

Résumé:
Un schizophrène obsédé par Marilyn Monroe, la blondeur et les yeux bleus, commet une série de crimes. Goren et Eames soupçonnent un homme de se servir de lui.
Brent Anderson est obsédé par son apparence et par Marilyn Monroe. Pour ressembler à l'objet de son affection, il décide de changer la couleur de ses yeux en bleu et celle de ses cheveux en blond. Pendant ce temps, une série de meurtres se produit. Les victimes ont pour point commun d'avoir les yeux bleus et des cheveux blonds. Les tendances schizophrènes d'Anderson le placent aussitôt en tête des suspects. Mais Goren et Eames se demandent si un proche d'Anderson ne profite pas de la situation pour commettre des forfaits qui retomberont sur le malheureux psychotique...

>> Source :
programmes tv sur teleobs

Posté par ginieland à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 mars 2008

Décès de Richard Widmark

richard_widmark_portrait_1L'acteur américain Richard Widmark s'est éteint lundi 24 mars 2008, à son domicile de Roxbury dans le Connecticut, des suites d'une longue maladie, à l'âge de 93 ans.

Il avait une prédilection pour les rôles de méchants ou de durs. Le public l'avait découvert en 1947 dans Le Carrefour de la mort d'Henry Hathaway, où il jouait avec brio le rôle d'un gangster psychopathe (grâce auquel il remporta un Golden Globe, et qui lui valu une nomination aux Oscars). Une scène célèbre du film le montre poussant, en ricanant, une vieille dame paralytique du haut d'un escalier. Son interprétation de Tommy Tudo, un personnage répugnant doté d'un rire névrotique le rendit célèbre. Après ce rôle, Widmark deviendra l'un des "méchants" les plus populaires du cinéma américain. L'acteur avait expliqué lors d'une interview que ce rire si particulier était lié à sa nervosité: "Quand je doute, je ris", avait-il expliqué. "Et comme c'était mon premier rôle et que tout cela était nouveau pour moi, j'ai beaucoup ri... Et puis c'est aussi lié au fait que j'ai toujours eu un rire un peu dingue".
Suivirent ensuite dans sa carrière, près de soixante-dix films dont, parmi les plus célèbres, La Ville abandonnée (1948) de William Wellman, Okinawa (1950) de Lewis Milestone, Les Forbans de la nuit (1950) de Jules Dassin, Panique dans la rue (1950) d'Elia Kazan, Sainte Jeanne (1957) d'Otto Preminger, Le Port de la drogue (1952) de Samuel Fuller, Alamo (1960) de John Wayne, L'Homme aux colts d'or d'Edward Dmytryk, La Conquête de l'Ouest (1962) de John Ford, Le Crime de l'Orient-Express (1974) ou encore Morts suspectes (1978). En 1991, il avait endossé le costume de sénateur dans True Colors de Herbert Ross, qui restera son dernier rôle.
Il partagea l'affiche avec Marilyn Monroe dans le film à sketchs O'Henry's Full House (mais ils ne partageaient pas de scène ensemble, jouant chacun dans un sketch différent) puis il fut son partenaire dans Troublez-moi ce soir (Don't bother to knock - voir photo ci-dessous), de Roy Ward Baker en 1952.

richard_widmark_portrait_2 film_dbtk_MonroeMarilyn_DontBothertoKnock_01 richard_widmark_portrait_3

Le succès de l'acteur, blond et chétif, coïncide avec l'avènement du "film noir", où se croisent détectives cyniques, femmes fatales, criminels et marginaux. L'acteur, né en 1914 et originaire du Minnesota, était passé à la production à la fin de sa carrière. Widmark avait épousé en seconde noce l'ex-femme de son ami Henry Fonda, Susan, en 1999.

>> Source article & bio:
news info culture sur lexpress
news info sur lefigaro
fiche bio et filmo en anglais sur imdb

Posté par ginieland à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2008

A la TV - Cecil Beaton

gif_television4  Programme Télé

Jeudi 28 février 2008 - 20h45 - France 5
Rediffusion Mardi 11 Mars 2008 - 01h51 - France 5
Documentaire
- Le Bal du Siècle: Cecil Beaton

Durée : 52 minutes
Réalisation : Benjamin Roussel et Bernard Faroux
Production : France 5 / Société européenne de production
Narration : Fanny Ardant
Année : 2007

Il photographia les plus grandes stars, fut aussi scénographe et créateur de costumes pour le cinéma. Cecil Beaton, qui incarna parfaitement l'image du dandy, amoureux des arts et d’un monde élégant et raffiné, offre un nouveau destin romanesque au Bal du siècle. cecil_beaton1_155_article_magazine_1
"Quiconque avait un nom au XXe siècle a été photographié par Cecil Beaton", estime Hamish Bowles de Vogue. La liste des personnalités qui ont posé devant l'objectif du "prince de la photographie" est impressionnante : de Audrey Hepburn à Jean Cocteau en passant par Greta Garbo, Marilyn Monroe, Orson Welles, Truman Capote ou encore Coco Chanel, Vivien Leigh, Serge Gainsbourg, Mick Jagger…
Ses clichés empreints à la fois de surréalisme et de romantisme séduisent par leur beauté et leur glamour. Celui qui immortalisa le mariage scandaleux du duc de Windsor avec Wallis Simpson conquit pourtant le coeur de la reine mère et de sa fille Elisabeth II, qui en fit le photographe officiel de la cour britannique.
Pour cet aîné d’une famille bourgeoise, c’était accéder à un univers social qui l’avait toujours fasciné. Son regard et son talent exceptionnels le lieront très tôt à Vogue, magazine où il réalisera des portraits de mode pendant plus de quarante ans.

Un Britannique à Hollywood
Sa carrière américaine sera également marquée par ses créations de costumes et de décors pour le cinéma dans My Fair Lady et dans Gigi, film pour lequel il obtint un Oscar. Doté d’un "incroyable sens du détail", Cecil Beaton s’essaya également à l’écriture et au dessin, s’inspirant des maîtres Picasso ou Dali…

Dans ce documentaire où témoignent notamment Marisa Berenson, Leslie Caron, Frédéric Mitterrand et ses amis proches, les nombreuses images d'archives permettent de parcourir l’itinéraire d’un homme à "l’élégance naturelle", "à la fois très vaniteux et très modeste", "parfois mauvaise langue mais toujours plein d’esprit", "gentleman jusqu’au bout des ongles" et passionné par les hommes plus que par les femmes.
On y découvre le photographe de guerre, sa formidable amitié amoureuse avec Greta Garbo, sa passion platonique pour Mick Jagger ainsi que quelques confidences rares, comme celle de Truman Capote, avec qui il eut sans doute une liaison, qui estime alors : "Il a une grande frustration : il aurait voulu être dramaturge plus que toute autre chose."

>> Source article & image:
par Anne-Laure Fournier sur le site de france5

Posté par ginieland à 16:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2008

Pièce de théâtre Je m'appelle Marilyn

Je m'appelle Marilyn

jemappellemarilyn_affiche1

Pièce de Yannick Flot
Mise en scène par Smaïn
Avec Virginie Stevenoot

La première a lieu le mercredi 27 février 2008.

Dates: Du 27 février au 13 Mars inclus.
Horaires: à 21H30 du mercredi au samedi et le dimanche à 16H00.
Lieu: Petit Théâtre des Variétés, 7 boulevard Montmartre à Paris
Contact Location : 01 42 33 09 92
Sur le web: site  theatre des varietes

L'Histoire: Une jeune femme blonde raconte qu'elle est la célèbre star hollywoodienne. Vérité ou mensonge ? Vraie ou fausse Marilyn ?
Un face à face entre deux femmes qui n'en sont peut-être qu'une...
Amours, carrière artistique, rêve et émotion sont au rendez-vous.

A lire: la documentation relative à la pièce de Théâtre "je m'appelle Marilyn" en pichier pdf: infoMarilyn

Posté par ginieland à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2008

Décès d'Allan Grant

allan_grant_photo_1Allan Grant, le photographe du célèbre magazine Life des années 1940 à 1960, est décédé le 1er février à l'âge de 88 ans, de la maladie de Parkinson, dans sa maison de Brentwood en Californie.
Pour Life, il couvra des reportages photographiques très diversifiées: sur la nature, la politique, la médecine, l'art et le divertissement. Ses photos ont fait l'objet de 28 couvertures du magazine Life.

Il s'attacha à photographier des thèmes aussi très sérieux, tels que l'autisme et réalisa un documentaire en 1968 ("What Color is the Wind?") sur les relations entre un enfant aveugle et ses frères jumaux.
Il fut aussi le premier, avec le reporter de Life Tommy Thompson, à interviewer et photographier la famille de Lee Harvey Oswald, après l'assassinat de Kennedy à Dallas.
Parmi ses autres clichés historiques, figurent ceux des tests de la bombe atomique au début des années 1950, le premier vol d'Howard Hugues en 1947.

Allan Grant est né le 23 octobre 1919 à New York. il apprit la photographie en travaillant d'abord dans les chambres noires. Puis il commenca à travailler en free-lance pour Life dès 1945, avant d'être intégrer professionnellement au sein de la rédaction l'année suivante. Après les années 1960, il devint producteur de documentaire sur l'education. Il était marié avec Karin, avec qui il eut une fille Kristina et deux fils Richard et Ronald.

Ses photos de personnalités les plus célèbres: de gauche à droite: Shirley MacLaine et sa fille Sachy Parker en 1959 (qui fit la couverture de Life), Grace Kelly et Audrey Hepburn dans les coulisses des Oscars en 1955 et Marilyn Monroe, lors de sa dernière interview le 3 août 1962.

shirley_mac_laine_with_daughter_by_grant_1 grace_kelly_et_audrey_hepburn_by_grant_1 marilyn_by_grant_1

>> Source article & images:
news en anglais sur pdnonline
article en anglais sur Los Angeles Times
le site officiel allan grant

Posté par ginieland à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :