21 octobre 2016

Enchère Julien's Auction 2016 Icons & Idols Hollywood

 icons-and-idols-hollywood-catalog  Vente aux enchères 'Icons & Idols Hollywood' par Juliens Auction du 24 septembre 2016 à Los Angeles.
Le catalogue (photo ci-contre) est en consultation libre sur le site de Julien's Auction. 
La vente aux enchères contient 3 lots consacrés à Marilyn Monroe: en consultation sur julienslive.


Lot 723: GIANNI VERSACE COUTURE MARILYN MONROE PRINT GOWN
A figure-hugging Gianni Versace Couture embellished silk gown from the Spring/Summer 1991 collection. The gown has a Warhol style silkscreen print of Marilyn Monroe and James Dean with an artistic bodice that is embellished with patches of bold colored silk, sequin and beadwork, and gem colored faceted glass in metal casing. The gown has a scarlet silk lining and high slit to the back. The same style dress was worn by Naomi Campbell during the runway show and by Linda Evangelista in Versace's advertising campaign for this season. An identical dress is in the costume collection at The Metropolitan Museum of Art.
ESTIMATION $15,000 - $20,000 -  Winning bid:$12,800

240109_0 
240110_0 


Lot 724: MARILYN MONROE LOCK OF HAIR
 A lock of Marilyn Monroe's blonde hair given to "Monroe Six" member Frieda Hull by one of Monroe's hairdressers. The "Monroe Six" was a group of young fans based in New York City that frequently found out where Monroe would be through the press or by staking out her residence. The group became well known to Monroe who frequently posed for and with them in photographs.
Diamter, 1 1/2 inches
ESTIMATION: $10,000 - $12,000 - Winning bid: $37,500

240111_0  


Lot 725: MARILYN MONROE HAIR
A section of Marilyn Monroe's trimmed platinum blonde hair given to "Monroe Six" member Frieda Hull by one of Monroe's hairdressers. the The "Monroe Six" was a group of young fans based in New York City that frequently found out where Monroe would be through the press or by staking out her residence. The group became well known to Monroe who frequently posed for and with them in photographs.
ESTIMATION: $6,000 - $8,000 - Winning bid:$35,200 

240112_0  

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 17:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 octobre 2016

Rétro Octobre-Novembre-Décembre 2016

RETRO-M7760_cache_s412016  Rétro
n°10
pays: France
paru le 27 octobre 2016
prix: 1,95 Euros.
Contient un article sur Marilyn Monroe

> article:
img203 

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:29 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 octobre 2016

Décès / Death - Georges Barris

Décès du photographe Georges Barris, à l'âge de 94 ans, le 30 septembre 2016.

Sur le blog: Tag George Barris


 George Barris, Who Took the Last Photos of Marilyn Monroe, Dies at 94
Article published on 10/02/2016
online hollywoodreporter

george_barris_photograhper  He photographed the actress on a beach in Santa Monica in July 1962, just weeks before her death.

George Barris, the photojournalist who took the last professional shots of Marilyn Monroe, died Friday at his home in Thousand Oaks, Calif., his daughter Caroline told The Hollywood Reporter. He was 94.

Barris photographed the actress on a windswept beach in Santa Monica on July 13, 1962, about three weeks before she was found dead of a drug overdose at age 36. He moved to France after her death and remained there for two decades.

In 1995, Barris published a book, Marilyn: Her Life in Her Own Words: Marilyn Monroe's Revealing Last Words and Photographs, that featured his iconic photos. He said that they had been working on the book together.

Eight of his prints, several of which showed Monroe in a bikini or wrapped in a towel, were sold at auction in May 2015.

Barris and Monroe became friends after they met on the set of The Seven-Year Itch (1955).

"When I first saw her, I thought she was the most beautiful, fantastic person I'd ever met," Barris told the Los Angeles Daily News in 2012. "She completely knocked me off my feet."

He said that he never believed that her death was a suicide.

While on assignment for Cosmopolitan, Barris photographed Elizabeth Taylor while she filmed Cleopatra (1963) in Rome, and during his career he also shot such stars as Steve McQueen, Marlon Brando, Charlie Chaplin, Frank Sinatra, Clark Gable, Sophia Loren and Walt Disney. His daughter also said that he photographed Chubby Checker for the singer's "The Twist" record cover.

A native of New York City, Barris enlisted in the U.S. Army and served in the office of public relations during World War II. He was Gen. Dwight D. Eisenhower's personal photographer for the welcoming Victory Parade in New York on June 19, 1945.

Survivors also include his wife Carla, another daughter, Stephanie; and his mentee, Xavier Clemente.


> A lire aussi l'article hommage du The Telegraph : "George Barris, photojournalist who captured Marilyn Monroe's final weeks – obituary"

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 19:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Timbres S. Tomé 2016

stamp-STome-2016a 
stamp-STome-2016b 

Enregistrer

Posté par ginieland à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Wallpaper Marilyn 'Ballerina' par Greene

> du site fanpop.com

wp-fanpop-Marylin-Monroe-marilyn-monroea 

Posté par ginieland à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 septembre 2016

A la TV - Certains l'aiment Chaud

 gif_tvmarilynLundi 03 octobre 2016 - 20h45 - France 5

Film - Certains l'aiment Chaud

slih-EMI_61116 

Durée : 2h05min
Année et origine : 1959, USA
Réalisateur: Billy Wilder

Acteurs: Marilyn Monroe (Sugar Kane Kowalczyk), Tony Curtis (Joe / «Joséphine»), Jack Lemmon (Jerry / «Daphné»), George Raft (Spats Colombo), Pat O'Brien (Mulligan), Joe E Brown (Osgood Fielding III), Billy Gray (Sig Poliakoff), George E Stone (Toothpick Charlie)...

L'histoire: Chicago, 1929. Joe et Jerry, deux musiciens au chômage, sont les témoins involontaires d'un sanglant règlement de comptes. Pris en chasse par les gangsters, ils se retrouvent par hasard dans un orchestre féminin. Travestis en femmes, ils sont engagés et partent pour la Floride sous les pseudonymes respectifs de Joséphine et Daphné. Rapidement, les quiproquos s'enchaînent. Joe est très attiré par Sugar, une vamp naïve qui ne voit en lui qu'une confidente. De son côté, Jerry est courtisé par Osgood Fielding III, un milliardaire prêt à tout pour l'épouser. Joe abandonne de temps à autre ses habits féminins et se fait passer pour un nanti aux yeux de Sugar. Cependant, un congrès de gangsters se tient à Miami. Reconnus, Jerry et Joe doivent à nouveau fuir...

Posté par ginieland à 20:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Télé Star 26/09/2016

 2016-09-telestar-cover  Télé STar
n°2087
pays magazine: France
paru le 26 septembre 2016
Programme tv du 1er au 07 octobre 2016

prix: 1,20 Euros.
article de 2 pages: "Une Star Un Destin... Marilyn Monroe" - diffusion de "Certains l'aiment chaud" le 03 octobre 2016 sur France 5

2016-09-telestar 
2016-09-telestar-film 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 septembre 2016

Bannière Rentrée 2016

Une nouvelle bannière pour le blog,
au thème de photographies de Carl Perutz

banner_mm-2016-09a 

Posté par ginieland à 19:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 septembre 2016

Expo Marilyn Monroe I Wanna Be Loved By You

Du 22 octobre 2016 au 1er mai 2017, exposition Marilyn Monroe I Wanna Be Loved By You au Centre d'art de l'Hôtel de Caumont d'Aix-en-Provence.

expoaix  

Description: Marilyn Monroe (1926-1962) est certainement la star la plus photographiée dans l'histoire du cinéma. André de Dienes, Milton Greene, Philippe Halsman, Eve Arnold, Cecil Beaton, Richard Avedon, Sam Shaw, Ed Feingersh, George Barris, Bert Stern… les meilleurs photographes de son temps l’ont immortalisée, faisant de Marilyn l’icône que tout le monde connaît.

A travers une soixantaine de tirages photographiques, principalement issus de collections privées, et de nombreux supports multimédia, l’exposition « Marilyn » raconte l’histoire de la relation particulière que Marilyn Monroe a toujours entretenue avec la photographie et les photographes. Une relation centrale dans la construction de son image mythique.

Plus encore que la caméra, Marilyn aimait l’appareil photo et les photographes le lui rendaient bien. On sait combien Marilyn Monroe s’est prêtée au jeu de la célébrité, renvoyant à chaque paparazzi un sourire éclatant. Très jeune, elle dévore les magazines de cinéma dont les photos idéalisées éveillent son intérêt pour la photographie. Débutant comme modèle puis comme pin-up, elle comprend vite le pouvoir de l’image, dont elle a besoin pour lancer sa carrière cinématographique, et s’en empare. Sa photogénie exceptionnelle et son travail intensif avec les photographes hollywoodiens réputés portent vite leurs fruits et elle apparaît en couverture de nombreux magazines, contribuant au développement de sa popularité comme de son érotisme. C’est sous l’objectif des photographes publicitaires des studios que Norma Jeane Baker, petite fille à l’enfance difficile, devient Marilyn Monroe, la star. Les médias construisent l’image toute faite d’une femme joyeuse, radieuse. Or Marilyn est multiple, complexe. Car l’icône a deux faces : celle, solaire et lumineuse, de la blonde et celle, plus sombre, d’une jeune femme perfectionniste, fragile et vulnérable.

Marilyn noue un dialogue de confiance avec les photographes, plus qu’avec les journalistes ou même les réalisateurs. Elle initie très régulièrement des séances de photographie pour façonner elle-même son image et se défaire du rôle dans lequel l’enferment les médias et les studios hollywoodiens, la Fox en particulier. Marilyn tient à contrôler chaque image – comme sur ces planches contacts de la « Dernière Séance » de Bert Stern, présentée en fin d’exposition, où elle barre les clichés qui lui déplaisent. C’est cette co-construction de son image, révélant la maîtrise du photographe autant que la sienne, qui est ainsi donnée à voir.


Lieu et adresse: L'hôtel de Caumont est un hôtel particulier situé au nᵒ 3 rue Joseph Cabassol dans le quartier Mazarin à Aix-en-Provence.
Horaires: Le Centre d'Art est ouvert tous les jours de 10h à 18h. Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture. 
Tarifs: Individuels:
Plein tarif : 13 €
Tarif réduit : 10 € (étudiants, enfants de 7 à 17 ans, demandeurs d'emploi)
Audioguide exposition temporaire : 3 € // Livret de visite exposition temporaire : 2 € // Application smartphones et tablettes exposition temporaire (disponibles) : 1,99 € et 3,99 € (HD)  
Livret de visite et application smartphones et tablettes collections permanentes : gratuit
Les enfants de 7 à 17 ans, les porteurs du Pass Education, les étudiants, les titulaires d'une carte d'invalidité et les demandeurs d’emploi bénéficient du tarif réduit (sur présentation d’un justificatif). Les enfants de moins de 7 ans et les journalistes entrent gratuitement  (sur présentation d’un justificatif)
Offre Famille
L’entrée est gratuite pour le 2e enfant âgé de 7 à 17 ans (avec deux adultes et un enfant payant).

Site Web: caumont-centredart.com

Posté par ginieland à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mai 1962. Ivre-morte, Marilyn Monroe monte sur scène...

19 mai 1962. Ivre-morte, Marilyn Monroe monte sur scène pour fêter l’anniversaire de Kennedy
Article publié le 19/05/2015
en ligne sur mosaikhub
Par Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos pour Le Point

"Et maintenant, Monsieur le Président, mesdames et messieurs... Marilyn Monroe !" s’égosille l’acteur Peter Lawford, beau-frère de John Fitzgerald Kennedy. Il est chargé d’annoncer les stars venues fêter les 45 ans du président. Personne ne sort des coulisses ! La blonde se fait désirer. Aurait-elle croisé DSK ? Lawford raconte une petite blague au public pour le faire patienter, puis recommence l’annonce : "Et maintenant..." Toujours personne. Les 15 000 personnes présentes dans la salle n’en peuvent plus d’attendre le clou du spectacle. 40 millions de téléspectateurs sont rivés à leur petit écran. Dans son berceau, Obama fait un rot. Suspense... "Ladies and gentlemen, the late Marilyn Monroe !" hurle pour la vingtième fois Lawford. Cette fois, la star monte enfin sur scène dans une robe somptueuse. Tonnerre d’applaudissements. Elle s’avance en sautillant vers le micro, se débarrasse de son étole d’hermine et entame avec hésitation "Happy Birthday, Mister President", qui entre immédiatement dans l’histoire.

Maîtresse épisodique de JFK depuis le milieu des années 50, Marilyn n’aurait raté cet anniversaire pour rien au monde. Que la Fox qui l’a menacée de la virer si elle quittait le plateau de Something’s Got to Give aille se faire foutre ! Elle a besoin de deux jours, c’est tout. Elle appelle Robert Kennedy, qui lui est redevable de quelques "gâteries", pour plaider sa cause auprès de Milton S. Gould, le patron de la Fox. Même l’attorney général des États-Unis se heurte à un refus. "C’est no !" Elle fait son job d’actrice, sinon elle est virée ! Depuis que le tournage a commencé trois semaines auparavant, elle n’a pas cessé de se faire porter malade. Désormais, plus de bons de sortie. Même pour assister à l’anniversaire du président !

First Lady

Le 17 mai, Marilyn est donc sur le plateau. Elle tourne, ou du moins essaie de tourner entre deux coupes de Dom Pérignon, se bourrant de pilules pharmaceutiques. Soudain, un hélicoptère se pose à proximité du studio. Peter Lawford en sort, se dirige vers Marilyn, la saisit et l’entraîne à bord de l’appareil qui s’envole immédiatement. Direction : New York. Un enlèvement prémédité par la star. Elle, se plier aux ordres du patron de la Fox ? Pas question.

À cette époque, Marilyn s’est mise en tête de devenir la "First Lady" ! Elle espère encore que John divorcera de Jackie pour l’épouser. Du grand n’importe quoi ! En fait, elle commence à fatiguer le président qui est plus près de la larguer que de la marier. Même si Jackie, apprenant la venue de la blonde hollywoodienne à la soirée privée de son époux, décide ne pas y mettre les pieds.

Grande inspiration...

Pour cette soirée très spéciale, Marilyn a commandé une robe à 12 000 dollars au couturier français Jean-Louis, cette même robe qui sera vendue plus d’un million de dollars 37 ans plus tard. Elle n’avait donné qu’une consigne au créateur : qu’elle soit si sexy qu’elle seule puisse la porter sur la planète, sans rien dessous. Elle comporte vingt couches de soie, et dix-huit couturières consacrent sept jours à temps plein pour y coudre plusieurs milliers de pierres du Rhin scintillantes. Petit détail qui aura son importance : le fourreau est si étroit que Marilyn ne peut l’enfiler. Il faudra le coudre sur elle, juste avant de monter en scène. C’est pour cela que, contrairement à son habitude, elle n’arrive pas en retard au Madison Square Garden où se déroule la "petite fête privée". Debout sur un tabouret, dans sa loge, elle attend que les couturières lui greffent la fameuse robe. Ça y est, la voilà prête à bondir sur scène. Avant que ce soit son tour, elle sirote des coupes de Dom Pérignon tout en gobant quelques Smarties pharmaceutiques. Elle sait qu’elle est belle, même l’esprit embrumé.

Maria Callas, Ella Fitzgerald, Jimmy Durante, Peggy Lee et bien d’autres se sont déjà succédé sur scène. C’est à elle que revient d’achever en beauté le show. Des molosses viennent la chercher dans sa loge, et étant donné qu’il lui est presque impossible de marcher dans sa robe, ils la soulèvent telle une poupée de porcelaine pour la déposer derrière le rideau de scène. Elle entend Lawford l’annoncer. Morte de trac, elle prend une grande inspiration... Mais qu’a-t-elle fait ? Les coutures de la robe n’ont pas résisté. "Shit !" Impossible d’apparaître devant les caméras à moitié à poil, puisque, effectivement, elle ne porte rien sous son fourreau.

"Happy Birthday" torride

Les fesses à l’air, elle retourne à sa loge. Les couturières s’affairent, Marilyn vide encore quelques coupes. Pendant ce temps, le brave Lawford l’annonce encore et encore. La voilà, enfin. Tonnerre d’applaudissements. Personne ne lui en veut de son retard. Elle est si belle, si fragile, si attendrissante. Elle s’approche du micro, le silence se fait dans la salle. Visiblement, elle est éméchée, mais on la sent également très excitée à l’idée de chanter pour "The Prez" comme elle l’appelle. Elle prend son souffle. Et merde, sa robe recommence à craquer sur son fessier. S’en rend-elle compte, absorbée par sa déclaration d’amour ? Son "Happy Birthday" est torride. Un ange passe... nu et en érection. Elle chante comme si elle faisait l’amour au président devant 15 000 personnes et 40 millions de téléspectateurs.

JFK, comme tous les hommes présents, ne rêve que d’une chose que la décence oblige à taire. Marilyn jubile, elle a fait sensation. C’est sûr, et bientôt, elle sera la First Lady. Son John va l’épouser. La malheureuse naïve. Elle tombe de l’Everest cinq jours plus tard quand JFK la fait appeler par Peter Lawford pour lui annoncer que leur aventure est terminée, qu’elle ne doit plus le contacter. La voilà virée du cheptel présidentiel comme une malpropre. Elle devenait trop incontrôlable, trop dangereuse pour la réputation du président. L’actrice trahie implore, supplie, mais rien n’y fait. Elle ne sera jamais First Lady. Cerise sur le gâteau, elle est finalement licenciée par la Fox. Le château de cartes s’effondre. Elle ne le remontera jamais. Le 4 août suivant, elle fait une ultime overdose, la dernière d’une très longue série. Suicide ? Assassinat ? Accident ? Le mystère demeure, 50 ans plus tard.

Posté par ginieland à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,