03 mai 2012

Vanity Fair June 2012

vanity_fair_coverLe magazine américain Vanity Fair de juin 2012 consacre sa couverture à Marilyn Monroe et un article sur Marilyn en pages intérieures intitulé "A splash of Marilyn". [lire le sommaire du magazine sur leur site]. 
Prix:
8,99 € 

vf_img826 vf_img827
vf_img828 vf_img829
vf_img830 vf_img831
vf_img832 vf_img833 vf_img834 vf_img835
vf_img836 vf_img837 vf_img838 vf_img839
vf_img840 vf_img841 vf_img842  


A Splash of Marilyn
Just before Marilyn Monroe’s shocking death, in 1962, photographer Lawrence Schiller hit the jackpot, capturing the world’s most famous blonde at her most seductive. Fifty years later, in an adaptation from his new book, Schiller reveals the complicated woman he came to know, along with exclusive outtakes of the full Monroe. 

vanityfair_a_splash

Posté par ginieland à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

The Lost Marilyn Monroe Nudes in June's Vanity Fair

vanity_fair_logoThe Lost Marilyn Monroe Nudes: Outtakes from Her Last On-Set Shoot Revealed in June’s V.F.
Publié le 1/05/2012,
en ligne
sur vanityfair.com

  vanityfair_a_splash

“Fox [Studios] should start paying as much attention to me as they are paying to Elizabeth Taylor,” Marilyn Monroe told Lawrence Schiller, hatching the idea that would turn out to be the break of the young photographer’s life: for him to photograph her nude. In an adaptation of Schiller’s memoir Marilyn & Me, the June issue of Vanity Fair reveals never-before-published pictures from that shoot, as well as details of Schiller’s conversations with the star.

In 1960, as part of an ongoing battle to get Fox to take her more seriously, and out of jealousy over Taylor’s success, Marilyn came up with an attention-grabbing plan: a poolside shoot in which she’d jump in the water with a bathing suit on—and come out without it. “Larry,” she said, “if I do come out of the pool with nothing on, I want your guarantee that when your pictures appear on the covers of magazines Elizabeth Taylor is not anywhere in the same issue.” Marilyn was making only $100,000 for what would be her last film, Something’s Got to Give, in 1962, while Taylor was receiving a million dollars for Cleopatra. She wanted to show Fox that she could get the same kind of coverage as the publicity bonanza generated by Taylor’s very public affair with her co-star, Richard Burton. When Hugh Hefner agreed to pay $25,000 for a nude shot of Marilyn—the most money Playboy had ever paid for a photograph—Schiller thanked her for creating such a big payday, joking, “See what tits ’n’ ass can do?” “That’s how I got my house and swimming pool,” Marilyn said, laughing. “There isn’t anybody that looks like me without clothes on.”
 
Just 23 years old at the time, Schiller, at the set on assignment for Look magazine, had no idea that he was getting to know the icon in some of her most vulnerable moments. In an adaptation of his memoir about their sessions together, Schiller recounts intimate and telling conversations that illuminate the private struggles that consumed the starlet in her final days.

vanity_fair_cover“I could tell you all about rejection,” Marilyn said to Schiller. “Sometimes I feel my whole life has been one big rejection.” “But look at you now,” he said. “Exactly,” she replied. “Look at me now.”  Confused, Schiller protested, “You’re a star! Your face is on magazine covers all over the world! Everyone knows Marilyn Monroe!” “Let me ask you, Larry Wolf [Schiller first introduced himself to Monroe as the Big Bad Wolf]—how many Academy Award nominations do I have?” “I don’t know,” he said. “I do,” she said. “None.”
 
Marilyn even confided her deepest worry. “I’ve always wanted a baby,” she said. “Having a child, that’s always been my biggest fear. I want a child and I fear a child. Whenever it came close, my body said no and I lost the baby.” She talked to Schiller about being afraid that she’d wind up like her mother, who had been in and out of mental institutions her whole life.

She reflected often on her assumed identity, and where Norma Jeane fit in. “I never wanted to be Marilyn—it just happened. Marilyn’s like a veil I wear over Norma Jeane,” she admitted to Schiller. During a photography session, she told him, “I always have a full-length mirror next to the camera when I’m doing publicity stills. That way, I know how I look.” Schiller asked, “So, do you pose for the photographer or for the mirror?” “The mirror,” she replied without hesitating. “I can always find Marilyn in the mirror.”
 
However, Schiller reveals, Marilyn’s attitude about her sex-symbol status fluctuated wildly. While she was at times boastful of her looks and what they procured for her, she was also by turns insecure and angry. “It’s still about nudity. Is that all I’m good for?” she demanded of Schiller. “I’d like to show that I can get publicity without using my ass or getting fired from a picture,” she continued. “I haven’t made up my mind yet.”
 
It was to be their last conversation: the very next morning, Marilyn was reported dead at 36. One of her final acts had been to return the nude photo to Schiller, which he found waiting for him at his house. She had written, “Send this to Playboy, they might like it.”

Related: Read “Marilyn and Her Monsters,” by Sam Kashner, from the November 2010 issue, which goes inside the troubled starlet’s diaries.

Plus: a handwriting expert analyzes Marilyn Monroe’s journal entries in a VF.com exclusive. 

Posté par ginieland à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Charlotte Gainsbourg : Ses mots sur les femmes de sa vie

Charlotte Gainsbourg : Ses mots sur les femmes de sa vie, Jane Birkin et Bambou
publié le 1er mai 2012
en ligne sur purepeople.com

charlotteLe festival de Cannes l'attend sur son tapis pour Confession d'un enfant du siècle, Charlotte Gainsbourg se prépare aussi pour une tournée en France avec son album Stage Whisper. Une artiste aux multiples facettes qui compte bien se dépasser, encore une fois, dans le prochain film de Lars von Trier, The Nymphomaniac, un film qui va décrypter la vie sexuelle d'une femme... Audacieuse, Charlotte Gainsbourg véhicule également l'image d'une personne discrète. Pourtant, elle n'est jamais avare de déclarations franches et déroutantes. Pour le supplément Styles de L'Express, elle se penche son passé et parle des femmes qui ont marqué sa vie. Des confessions intimes et touchantes.

Nombreuses sont les femmes qui ont un poids important dans la vie de Charlotte Gainsbourg. Elle évoquera ses grands-mères, Marilyn Monroe en tant que chanteuse, l'actrice Gena Rowlands ou bien les modèles des peintre qu'elle affectionne. Bien évidemment, elle choisira de parler de sa mère, Jane Birkin : "Je l'imagine un peu comme un triptyque ! [rires] Il y a eu la période Serge Gainsbourg, la période Jacques Doillon et puis la période Jane 'seule'. Je la revois avec mes yeux d'enfant, à côté de mon père. Ils avaient vraiment une vie à eux, détachée de nous. [...] Avec Jacques Doillon, tout a changé : c'était la vraie vie de famille, le noyau. [...] Et notre petite soeur Lou [Doillon] est née. Paradoxalement, c'est au moment où ma mère a commencé à être présente que j'ai pris mon envol. Je suis devenue indépendante et assez sauvage. C'est aussi à cette époque - je devais avoir 14 ans - que j'ai pris conscience de la beauté de ma mère, de son talent, sa voix.... Ce qui n'a pas été évident à vivre, parce que j'ai commencé à être très complexée. Quand, un jour, je lui ai avoué, elle est tombée des nues. Malgré cela, les critères de beauté m'ont obsédée pendant longtemps. J'ai fini par réaliser que ce n'était pas du tout de la faute de ma mère. Peut-être, involontairement, celle de mon père..."

Dans cette même dynamique de confidences, la compagne d'Yvan Attal, mère de trois enfants, aborde sa relation avec sa belle-mère, Bambou, compagne de Serge Gainsbourg : "C'était plutôt une grande soeur : avec elle, j'ai fait les 400 cents coups ! [...] Et à nouveau, j'étais devant un autre canon de beauté - avec une sexualité débridée et sans censure... Mais elle n'a pas représenté que cela : elle s'est vraiment occupée de moi. Mon père dormait jusqu'à 14 heures et moi, à 10 ans, je me levais tôt. [...] Je considère Bambou comme une seconde maman. Et j'aime faire partie de toute cette famille de femmes."

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans le supplément Styles de L'Express du 2 mai 2012

Posté par ginieland à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2012

Timbres Mozambique, 2009

stamp-mozambique-2009a 
stamp-mozambique-2009b 


stamp-mozambique-2009-c1 

Posté par ginieland à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 avril 2012

Autour du film How to marry a millionaire

 Comment épouser un millionnaire

Secrets de tournage ...
banner_htm 

 ... et anecdotes

Le Cinémascope
cinemascopeLa Twentieth Century Fox lance en 1953 une grande innovation technique depuis l'apparition de la couleur au cinéma: le Cinémascope, un nouveau format d'image panoramique. How to marry a millionaire (Comment épouser un millionnaire) est souvent présenté à tort comme le premier film en Cinémascope; alors qu'il soit sorti après The Robe (La Tunique), un péplum à sujet religieux avec Richard Burton et Jean Simmons. Pour Darryl Zanuck, le grand patron de la Fox, il s'agit alors d'un moyen de sauver les salles de cinéma face à la concurrence de la télévision, qui gagne les foyers américains. Pour convaincre les exploitants de s'équiper de nouveaux projecteurs, Zanuck affirme que tous les prochains films de la Fox seront tournés en "scope". Si ce format d'image convient parfaitement aux films à grand spectacle, il reste à prouver son utilité pour les autres films, comme les comédies et cette tâche échoue au réalisateur Jean Negulesco avec How to marry a millionnaire. Zanuck lui confie un scénario écrit par Nunnally Johnson, d'après une pièce de théâtre à succès de Broadway. Sur le plan de la mise en scène, les paysages majestueux sont remplacés par trois jeunes femmes, qui doivent être trois stars. Il s'agit néanmoins du premier film enregistré en son stéréo.

Trois actrices, trois rôles
sc06_htm_film_set_publicity_01_2aLa 20th Century Fox sort son brelan d'as: Betty Grable, Lauren Bacall et Marilyn Monroe, pour un film contant l'histoire de trois aventurières en chasse d'un mari riche. Le scénariste Nunnally Johnson précisa qu'il avait créé les personnages en les adaptant à la personnalité des trois actrices.
Au départ, Marilyn hésite à accepter en revendiquant le rôle de Loco, attribué à Betty Grable, car elle n'aimait pas son propre personnage Pola, une femme stupide affublée de lunettes. Son hésitation provient surtout des motivations de sa coach Natasha Lytess, qui cherche des rôles plus intellectuels pour Marilyn. Le réalisateur Jean Negulesco persuade Marilyn d'accepter, lui faisant valoir que c'était le meilleur rôle. Et il avait raison: la drôlerie engendrée par la myopie valut à Marilyn des critiques positives sur ses talents comiques. Pourtant Marilyn ne considérait pas son interprétation comme l'une des meilleures. Lorsqu'elle demanda au réalisateur de lui exposer les motivations de son personnage et l'interprétation du caractère, il lui répondit: "Marilyn, n'essaye pas de vendre ce sexe là. Tu es le sexe, l'institution du sexe. Et la seule motivation dont tu as besoin pour ce rôle est le fait que dans le film, tu es myope comme une taupe sans lunettes. Voilà tes motivations." Jean Negulesco expliqua que "ce qui la préoccupait, c'était la façon dont son rôle transmettait l'image du sexe, car c'était cela -croyait elle- qu'elle devait incarner."

Une coach détestée face à une actrice inquiète
sc09_htm_film_set_MM_with_lytess_1Pendant le tournage, la coach personnelle de Marilyn, Natasha Lytess, parvient à se faire détester de l'équipe, comme à son habitude, en poussant son élève à réclamer sans cesse des prises supplémentaires. Exaspéré, le réalisateur Jean Negulesco perd patience et finit par renvoyer la coach, lui interdisant l'accès au plateau de tournage. Le lendemain, Marilyn décide donc de ne pas venir au studio, prétextant une bronchite. Charles Feldman, l'agent de Marilyn, annonce qu'elle ne peut pas tourner sans sa coach; Natasha Lytess est donc non seulement réintégrée mais obtient une augmentation de salaire. Malgré les frictions avec sa répétitrice, Jean Negulesco s'entend fort bien avec Marilyn: "A la fin du tournage, je l'adorais; parce que c'était une pure enfant , parce qu'elle avait donné ce je ne sais quoi que Dieu lui avait donné, et que nous sommes encore incapables de définir ou de comprendre. Or, c'est cela qui a fait d'elle une star. Jusqu'à la fin, jusqu'au montage, nous ne savions pas si elle avait joué bien ou mal. Mais alors, il s'est avéré qu'il y avait une personne sur cet écran qui était une grande actrice: elle."
test_script_1Marilyn se déconcentrait souvent pendant une scène. "Le metteur en scène devait interrompre les prises trop longues, car elle ne tenait pas la durée", raconte le monteur Orven Schanzer. La présence de sa coach la rassurait car Marilyn apparaissait comme une femme inquiète et l'équipe la considérait comme une actrice difficile. "Marilyn dégageait un charme magique, et en dépit des problèmes qu'elle provoquait, je n'ai jamais entendu personne la dénigrer, raconte le monteur Orven Schanzer. Je pense que c'est parce que les relations de Marilyn avec les gens sur le plateau, du premier au dernier échelon, étaient simples et affectueuses."
Peu après le début du tournage, le scénariste Nunnally Johnson écrivit à un ami que "Monroe est un peu comme un zombie. On a l'impression de parler à quelqu'un qui est sous l'eau." Des années plus tard, il n'oubliera pas cette image de l'actrice ajoutant: "On n'arrive pas à se faire entendre d'elle. Elle me fait penser à un de ces animaux qu'on appelle les paresseux. Vous lui piquez le ventre avec une aiguille, il fait 'Aïe' huit jours après."
Pendant une scène où elle reçoit un coup de fil en prenant son petit-déjeuner, Jean Negulesco se souvient qu' "elle s'embrouillait complètement, répondant au téléphone avant qu'il se mette à sonner, portant la tasse de café à ses lèvres avant de l'avoir remplie."
Le réalisateur Jean Negulesco racontera d'ailleurs dans ses mémoires, que Marilyn avait une peur maladive de la caméra mais "une fois devant, une histoire d'amour extraordinaire se déroulait en secret entre elle et l'objectif. Une histoire d'amour dont personne autour d'elle n'avait conscience - réalisateur, caméraman, preneur de son. C'était un langage de regards, une intimité secrète. Il fallait attendre le montage du film pour que cette histoire d'amour nous soit révélée. L'objectif était le public."

Clins d'oeil
Le film multiplie les allusions à la carrière mais aussi à la vie privée des trois stars:
htmmurderbystrangulation> Lors de la scène du défilé, Pola (Marilyn Monroe) présente un maillot de bain et un gilet sans manche sertis de diamants, dont la vendeuse rappelle qu'ils sont "les meilleurs amis d'une femme" ("Diamonds are the girl's best friends") en référence à la célèbre chanson de Les hommes préfèrent les blondes (Gentlemen prefer blondes).
>
Dans la scène de l'avion, Pola (Marilyn) lit un roman intitulé "Murder by Strangulation" ("Meurtre par strangulation") qui renvoie à la mort de son personnage dans Niagara (1953, Henry Hathaway).

> Schatze (Lauren Bacall) affirme aimer les hommes mûrs, comme "ce vieil acteur dans L' Odyssée de l'African Queen" qui n'était autre qu' Humphrey Bogart, son mari à la ville. Lauren Bacall n'a par ailleurs eu aucun mal à se mettre dans la peau de la mannequin Schatze car avant de devenir actrice, Lauren travaillait en tant que mannequin, défilant dans des tenues devant des clientes potentielles.

> Dans la scène du chalet, Loco (Betty Grable) ne reconnaît pas un titre qui passe à la radio de son époux à la ville, le musicien Harry James.

De fausses rivalités
La presse à scandales se fait un délice de l'affiche du film, constituée de trois stars rivalisant de beauté, voulant à tout prix faire l'écho d'un crêpage de chignon entre les trois actrices. Cependant, les trois femmes s'entendent à merveilles.
sc05_htm_set_MM_with_lauren_1> Même l'exigente Lauren Bacall fait preuve d'indulgence face aux caprices et retards de Marilyn. Dans son autobiographie Be Myself and Then Some, Lauren Bacall raconte comment se passait le travail sur le plateau avec Marilyn qui était terrifiée et pleine de doutes: "Elle était effrayée, anxieuse, ne se fiait qu'à Natasha Lytess, et était toujours en retard. Pendant nos scènes, elle regardait mon front au lieu de mes yeux; à la fin d'une prise, elle ne regardait que son coach qui se tenait à côté de Jean Negulesco, pour avoir son approbation... Il fallait souvent faire une quinzaine de prises, voir davantage, ce qui veut dire qu'il fallait être bonne dans chacune d'entre elles, car on ne savait jamais laquelle serait conservée. Ce n'était pas facile et souvent énervant ! Elle était pénible et agaçante! Et pourtant, je n'arrivais pas à ne pas aimer Marilyn. Il n'y avait pas une once de méchanceté en elle, aucune malice. Elle devait simplement se concentrer sur elle et sur les gens qui n'étaient là que pour elle. Il y avait en elle quelque chose de triste -une sorte d'appel- un manque de confiance dans les autres, un malaise. Elle ne faisait aucun effort pour être agréable et pourtant, elle l'était. ."
Lauren Bacall sentait une sorte de tristesse chez Marilyn, une difficulté à se lier avec les autres. Elle et Betty Grable s'efforcèrent de l'aider à leur faire confiance, même si Marilyn parlaient rarement avec elles en dehors du plateau. "Un jour, elle vint dans ma loge, se souvient Lauren. Elle me confia qu'elle aurait vraiment voulu être à San Francisco, à une fête avec Joe DiMaggio, et manger des spaghettis. Ils n'étaient pas encore mariés. Elle voulait que je lui parle de mes enfants, de mon foyer; elle me demanda si j'étais heureuse. A son air un peu triste, elle semblait beaucoup envier cet aspect de ma vie, et espérait que cela lui arriverait un jour."

sc01_htm_set_MM_with_betty_01_1a> Mais les échotiers surveillent particulièrement les relations entre Marilyn et Betty Grable. Cette dernière avait en effet vu le rôle des Hommes préfèrent les blondes lui échapper au profit de Marilyn (> lire l' anecdote), qui revenait ainsi moins chère à la production lui attribuant un cachet bien inférieur à ce qu'aurait pu toucher Miss Grable. Et même malgré les efforts des studios pour "vendre" à la presse une guerre entre Marilyn et Betty Grable, les deux actrices s'entendirent fort bien et Betty se montra gentille avec Marilyn. Betty avait été l'idole de la nation pendant près de dix ans et passait gentiment le flambeau, déclarant à Marilyn: "Ma chérie, j'ai eu mon temps. A toi maintenant. C'est ton tour." A la fin du tournage, Betty Grable rompt brutalement avec trois ans d'avance son contrat de cinq ans avec la Fox, déclarant à Darryl F. Zanuck qu'elle ne tournerait plus de films pour la Fox. Le 3 juin 1953, le studio annonce officiellement la rupture de contrat. Son bungalow est alors attribué à Marilyn, qui refusera de s'y rendre. A la sortie du film, le nom de Betty Grable disparaît même de la tête d'affiche à titre de représailles. 

La scène marquante du film
sc03_htm_film_05_2bLa séquence la plus réjouissante du film est celle de la "powder room", expression qui renvoie à la salle de poudrière, où les dames se refont une beauté. Les pitreries de Marilyn, dans le rôle de la myope Pola, rendent cette séquence délicieusement inoubliable, où l'actrice révèle un véritable talent comique qu'elle doit sans doute aux cours qu'elle suivait au printemps de 1953, avec Lotte Goslar, une célèbre mime allemande qui incitait ses élèves à exploiter toutes leurs potentialités d'expressions corporelles. Une méthode de travail pourtant opposée à celles très cérébrales de Natasha Lytess, mais qui ont aidé Marilyn à se livrer à une prestation à la limite du burlesque. Dès son entrée au restaurant luxueux où elle retrouve ses copines, elle exécute un hilarant numéro digne de Charlie Chaplin ou de Buster Keaton, en suivant un serveur qu'elle prend pour son cavalier, en heurtant le maître d'hôtel et se cognant le nez contre le mur, juste après s'être admirée dans un miroir où son image est démultipliée. Le contraste entre cette image d'une déesse de l'amour et d'une jeune femme naïve à souhait, montre assurément à Marilyn qu'elle avait beaucoup d'humour pour tourner ainsi en dérision son statut d'idole de l'écran.
Le fameux plan où l'on découvre une Marilyn démultipliée par ses reflets dans les grands miroirs a sans doute été inspiré d'une part, par Jean Harlow, que Marilyn admirait beaucoup, mais aussi et surtout un clin d'oeil à "La Dame de Shangai" -1947- avec une Rita Hayworth aux cheveux courts et blond platine, face à de grands miroirs qui la reflètent:

film-htm-jean_harlow  film-htm-rita-1947-lady_shangai  

La musique
htm_orchestraLa scène d'ouverture du film, où l'on voit et entend un orchestre jouer, est une musique composée par Alfred Newman qui provient du film Street Scene (Scène de la rue) en 1931. Le morceau a aussi été utilisé dans le film I Wake Up Screaming (Qui a tué Vicky Lynn?) en 1941, avec déjà Betty Grable et produit par la Fox; mais aussi dans le film Gentleman's Agreement (Le mur invisible) en 1947.

Le succès du film et la starification de Marilyn
htm_premiereCe n'est qu'au soir de la première, le 4 novembre 1953 , que Marilyn Monroe put prendre la mesure de la qualité de son interprétation. Le styliste William Travilla, le maquilleur Alan Snyder et la coiffeuse Gladys Rasmussen avaient mis plus de 6 heures à la préparer pour son entrée en scène. Elle avait emprunté au vestiaire de la Fox une robe, du couturier Travilla, en crêpe de Chine couleur chair couverte de paillettes que l'on avait cousue sur elle, de longs gants blancs et une étole en renard blanc. Au cocktail précédant la première, Marilyn, tendue, avait bu plusieurs bourbon soda et était visiblement éméchée quand elle traversa la foule hurlante pour entrer dans le Fox Wilshire Theatre. On entendit Nunnally Johnson dire: "Les femmes portant des robes moulantes ne devraient jamais boire de trop". Mais pour Marilyn, la soirée fut un triomphe, "la plus belle nuit de ma vie" dira-t-elle. Le Hollywood Reporter écrivit: "Nous n'avons rien vu de tel depuis Gloria Swanson au faîte de sa gloire." Jean Negulesco approuva. Il déclara qu'elle avait "prouvé à tout le monde et à elle-même qu'elle pouvait affronter toutes les concurrences."
Quand à Nunnally Johnson, producteur et scénariste du film, il déclara que "la première fois que tout le monde aima sincèrement Marilyn, pour elle-même, dans un film, ce fut dans How to Marry a Millionaire. Elle-même fournissait une explication très perspicace de ce fait. Elle dit que de tous les films qu'elle avait tourné, c'était le seul où elle avait une certaine pudeur -pudeur non pas physique, mais par rapport à elle-même."
Au bout de quelques mois, le film avait fait une recette brute 5 fois supérieure à son budget faramineux de 2,5 millions de dollars. La longue robe d'intérieur en laine crème utilisée pour les affiches publicitaires fut vendue aux enchères en juin 1997 pour 57 000 dollars, un record pour un costume de cinéma.

Remake
Entre 1957 et 1959, la télévision américaine diffusa une série sitcom How to marry a millionaire, avec les actrices  Barbara Eden (dans le rôle de Loco Jones), Merry Anders (dans le rôle de Michelle "Mike" Page) et Lori Nelson (dans le rôle de Greta Lindquist); puis l'actrice Lisa Gaye (dans le rôle de Gwen Kirby) qui remplaca Lori Nelson.

>> photos de la série How to marry a millionaire
howtomarry_serie_1 howtomarry_serie_2 howtomarry_serie_3

 >> un épisode (partie 1) de la série How to marry a millionaire

Plus récement, Nicole Kidman a acheté les droits du film How to Marry a Millionaire (Comment épouser un millionnaire) afin de le produire et probablement s'y attribuer un rôle. 

> sources:
Livre Marilyn Monroe, d'Adam Victor
Livre Les vies secrètes de Marilyn Monroe, d'Anthony Summers
Livre Les Trésors de Marilyn Monroe 

Revue : Les légendes d'Hollywood, Comment épouser un millionnaire.
Article et photos sur thesymmetricswan
Les anecdotes sur 
allocine
La fiche du film et des anecdotes sur imdb
Le film sur wikipedia 

14/01/1954 Mariage Marilyn et Joe

Le 14 janvier 1954 le juge Charles Peery de San Francisco fut dérangé en plein repas par un coup de téléphone de Reno Barsocchinni, gérant du restaurant de Joe DiMaggio à Fisherman's Wharf (dans le quartier du port de San Francisco) pour qu'il puisse venir immédiatement célébrer un mariage civil. Charles Peery arriva à l'hôtel de ville quelques minutes à peine avant les mariés.
Joe DiMaggio était accompagné de Reno Barsocchinni, qui était son témoin. Marilyn Monroe, vêtue d'une robe sombre au col d'hermine blanc, n'avait fait venir aucun de ses amis. Elle racontera plus tard que Joe et elle s'étaient décidés seulement deux jours auparavant. Seuls des amis et de la famille de Joe étaient présents: Frank Lefty O'Doul, un ex-grand champion de base-ball devenu ami avec Joe, et sa femme Jean; ainsi que Georges Solotaire, ami de Joe; puis son frère Tom DiMaggio et sa femme Lee

>> La robe de mariée
1954_01_14_wed_dress_from_1999_Sothebys

>> Marilyn envoya un mot de remerciement
à Tom DiMaggio et sa femme Lee le 5 mars 1954

1954 1954

Avant de partir pour la cérémonie, Marilyn avait contacté Harry Brand, le directeur de publicité de la Fox, pour le prévenir de son mariage. Le mariage étant organisé à la dernière minute, il engendra quelques mésaventures: il n'y avait pas de machine à écrire à la mairie. Il fallut attendre longtemps pour que l'on en rapporta une. Pendant cette attente, Marilyn donna plusieurs coups de fils afin de joindre ses relations de la presse. Elle appela Sydney Skolsky qui n'était pas chez lui; alors elle tenta de joindre Louella Parsons, la commère d'Hollywood très influente dans la presse, mais qui était aussi absente. Enfin, elle parvint à joindre le journaliste de Los Angeles, Kendis Rochlen qui lui posa quelques questions.

1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_010_1 1954
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_011_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_011_1b 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_013_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_012_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_012_1a
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_013_1a 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_014_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_015_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_020_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_020_1a
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_030_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_031_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_032_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_034_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_033_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_034_1a 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_035_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_040_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_041_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_051_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_2 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_3
1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_4 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_5 1954_01_14_marilyn_joe_wed_01_050_5a

Petit à petit, beaucoup de monde arriva et près de 1000 personnes, la plupart des journalistes reporters et photographes, étaient agglutinés devant la mairie, si bien qu'on ne s'entendait plus, même à l'intérieur du bâtiment. Le juge lanca un appel au calme par la fenêtre avant de célébrer le mariage, et le silence se fit entendre. Joe déclara: "Okay, que ce mariage se fasse!".
Marilyn signa Norma Jeane Mortensen Dougherty et déclara avoir 25 ans (alors qu'elle allait sur ses 28 ans). Joe sortit l'anneau nuptial, serti d'un cercle de diamants blancs, et Marilyn fit le serment de "l'aimer, l'honorer et le chérir", mais ne fit pas la promesse de lui obéir ! Dans l'intimité, Marilyn avait offert à Joe un cadeau de mariage: des clichés d'elle nue, de la séance de Tom Kelley en 1949 pour le fameux calendrier, et qui n'avaient pas été publiés. Ce fait n'a été révélé que des années plus tard.

 >> Les certificats de mariage
 1954_01_14_wed_certificate_1 1954_01_14_wed_certificate_2

>> L'anneau serti de diamants
1954_01_14_wed_ring_1 Platinium_band_Joe__s_wedding_gift_to_Marilyn

Après la cérémonie qui fut très brève (elle débuta à 13h48 et se termina 3 minutes plus tard), les journalistes posèrent des questions au couple:
On demande à Joe, ce qu'il allait faire dans l'immédiat, ce à quoi il répond en faisant un clin d'oeil malicieux: "Et qu'est-ce que vous feriez à ma place?";
On demande au couple s'ils comptaient avoir des enfants, Joe répond "Un" pendant que Marilyn répond "J'aimerais en avoir six".

1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_3a
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_2 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_3 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_4
 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_5 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_6 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_010_7
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_3 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_4 
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_2 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_3a 
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_5 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_6
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_7 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_011_8
1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_020_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_020_1a
1954 1954_01_14_marilyn_joe_wed_02_021_1

Puis Joe s'énerva de cette cohue, et déclara: "J'en ai assez de tout ce monde! La cérémonie est annulée"! Et le couple sortit de l'hôtel de ville, affrontant la foule composée de 300 badauds et de 200 journalistes et s'engoufrèrent dans la cadillac bleue nuit de Joe, immatriculée Joe D.

1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_010_1 
1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_010_1a 1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_011_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_012_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_012_1a 1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_013_1
1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_020_1 
1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_030_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_031_1 1954_01_14_marilyn_joe_wed_03_032_1a


>> videos


>> Captures
cap_wed_joe_01_1 cap_wed_joe_01_2
cap_wed_joe_03_1 cap_wed_joe_03_2 cap_wed_joe_03_3
cap_wed_joe_03_4 cap_wed_joe_03_5
cap_wed_joe_04_1 cap_wed_joe_04_2 cap_wed_joe_04_3
cap_wed_joe_05_1 cap_wed_joe_05_2 cap_wed_joe_05_3
cap_wed_joe_05_4 cap_wed_joe_05_5 cap_wed_joe_05_6
cap_wed_joe_06_1 cap_wed_joe_06_2 cap_wed_joe_06_3

   >> dans la presse magazine
mag_daily_mirror_cover mag_daily_news_cover mag_newsweek_cover

 >> photos de presse
press_1954_01_wed_joe_1 press_1954_01_wed_joe_2 press_1954_01_wed_joe_3
press_1954_01_wed_joe_5 press_1954_01_wed_joe_6 press_1954_01_wed_joe_8 
press_1954_01_wed_joe_4 press_1954_01_wed_joe_7  


clifton_motelLeur première nuit de jeunes mariés, ils la passèrent à 300km au sud, dans la petite ville de Paso Roblès, où ils ont dîné aux chandelles (un bon steak chacun). Et ils se rendent au Clifton Motel, où ils prirent une chambre à 4 Dollars, où Joe exigea la télévision, et accrochèrent l'écriteau "Ne pas déranger" sur la porte. Ils n'en sortirent que 15 heures plus tard. Quelques temps plus tard, on orna cette chambre d'une plaque de cuivre "Joe et Marilyn ont dormi ici".
Leur lune de miel va durer 15 jours durant lesquels personne ne savait où se trouvait le couple. Marilyn racontera plus tard à Sydney Skolsky que Joe et elle s'étaient terrés dans les montagnes près de Palm Springs où un ami -l'avocat de Marilyn, Lloyd Wright- leur avait prêté sa maison de campagne. Il n'y avait pas la télévision, ils ont fait de longues promenades dans la neige, et Joe apprit à Marilyn à jouer au billard, à pêcher... Marilyn dira "Nous avons vraiment appris à nous connaître".

source:
Les vies secrètes de Marilyn Monroe
, d'Anthony Summers.
Article "Joe and Marilyn slept here" sur newsodrome  

Posté par ginieland à 13:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Heritage Magazine Spring 2012

mag_heritage_magazine_coverLe magazine américain Heritage Magazine , n°16, du printemps 2012, consacre sa couverture et un article de 34 pages à Marilyn Monroe intitulé "Her collectible treasures".
Voir le site intelligentcollector.com
prix: 9,95 Dollars 
 

Posté par ginieland à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Gwyneth Paltrow

gwyneth_as_mm

L'actrice américaine Gwyneth Paltrow avait pris la pose Marilyn en 1996.

gwyneth

Enregistrer

Posté par ginieland à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2012

10/07/1962 BackLess Black Dress par Bert Stern

The Last Sitting
day 2
 

Le 10 juillet 1962, deuxième séance photos avec Bert Stern, dans le bungalow 96, l'une des plus grande suite du Bel Air Hotel de Los Angeles. Portraits de mode de Marilyn Monroe portant une longue robe noire Dior.

 **** Backless Black Dress ****
contact_p154_03 contact_p153_03a contact_p154_04
contact_p152_04 contact_p152_06b contact_p152_07
contact_p172_12 contact_p164_09 contact_p152_12
contact_p152_10 contact_p152_11 contact_p166_06
contact_p164_02 contact_p168_01 contact_p168_03
contact_p172_10 contact_p156_06 contact_p156_09
contact_p156_11 contact_p156_12 contact_p158_02
contact_p156_07 contact_p160_02 contact_p162_05
contact_p160_07 contact_p162_03 contact_p162_08
contact_p162_12 contact_p162_11 contact_p162_06
contact_p162_06a contact_p162_01
contact_p158_07 contact_p158_09
contact_p158_11 contact_p158_11a contact_p158_12
contact_p154_07 contact_p154_09 contact_p154_10
contact_p154_12 contact_p156_01 contact_p156_02
contact_p164_06 contact_p164_07 contact_p164_03
contact_p164_10 contact_p164_12 contact_p166_04
contact_p170_11 contact_p170_12
contact_p173_photo contact_p174_01 contact_p174_03
contact_p174_05 contact_p174_07 contact_p174_08
contact_p174_11 contact_p176_06a
contact_p178_10 contact_p180_01 contact_p180_10
contact_p180_12 contact_p182_10 contact_p180_05
contact_p186_02 contact_p188_08 contact_p182_02
contact_p184_07 contact_p186_07
contact_p190_02 contact_p190_03 contact_p190_04
contact_p190_09 contact_p190_10 contact_p192_01
contact_p192_02 contact_p192_03 contact_p192_04

     >> Photos signées par Stern
contact_p154_03_signed  

mm_by_stern-H5945-L78759358 mm_by_stern-H5945-L78804687 mm_by_stern-H5945-L80532640 


>> Planches Contact
contact_p152 contact_p154 contact_p156
contact_p158 contact_p160 contact_p162
contact_p164 contact_p166 contact_p168
contact_p170 contact_p172 contact_p174
contact_p176 contact_p178 contact_p180
contact_p182 contact_p184 contact_p186
contact_p188 contact_p190 contact_p192
contact_page1 contact_page2

   >> couvertures de magazines
ph_stern_mag_vocable_2006_10_05 2010_08_01_sunday_date_grece_1 docu_arte_Bert_Stern_Marilyn_Monroe_robe_noire

 

Posté par ginieland à 16:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les affiches de How to marry a millionaire

Comment épouser un millionnaire
Les Affiches 

Les Affiches Ciné dans le monde

> Allemagne / Autriche
film_htm_aff_allemagne_wie_1 
film-htm-comment-epouser-un-millionaire-4P
film_htm_aff_allemagne_wie_2 film_htm_aff_allemagne_wie_3 

  >  Espagne
film_htm_aff_espagne_como_4 
film_htm_adv_spanish  
film_htm_aff_espagne_como_1 film_htm_aff_espagne_como_millionaire_poster

   > France
film_htm_aff_fr_comment_3 
film_htm_aff_fr_comment_2 film_htm_aff_fr_comment_4 

> Italie
film_htm_aff_italie_come_1 film_htm_aff_italie_come_1a film_htm_aff_italie_come_2 film_htm_aff_italie_como_3

> Finlande
film_htm_aff_finlande_kuinka_1 film_htm_aff_finlande_kuinka_2 

 > Suède
film_htm_aff_suede_hur_1

  > USA / Angleterre
film_htm_aff_how_6 film_htm_aff_how_9 film_htm_aff_how_8
film_htm_aff_how_1 film_htm_aff_how_2 film_htm_aff_how_3
film_htm_aff_how_4 film_htm_aff_how_5 film_htm_aff_how_7
film_htm_aff_how_10 film_htm_aff_how_11 film_htm_aff_how_marrymillionairea 

film-htm-aff-1  film-htm-lot1154-H3257-L78858474