14 novembre 2020

Dédicace pour Eddie Foster

Dédicace de Marilyn Monroe pour Eddie Foster, frère de l'acteur Ray Foster qui tient un petit rôle dans le film "Le Milliardaire" en 1960.
Dedication of Marilyn Monroe for Eddie Foster, brother of actor Ray Foster who plays a small part in the film "Let's Make Love" in 1960.

"To Eddie
Love & Kisses
Marilyn Monroe
"

autographe-to_eddie_foster-1 
photographie de Cecil Beaton (1956)

(source: vente Nate D Sanders octobre 2016)


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

Posté par ginieland à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Dédicaces pour Gil

Gil est technicien et homme à tout faire sur les plateaux de tournage de la 20th Century Fox.
Gil is a technician and handyman on the sets of 20th Century Fox.


 "To Gil,
Love and Kisses,
Marilyn Monroe
"

autographe-to_gil-01 
photographie de Frank Powolny (1952)


"To Gil,
there is nothing like your coffee,
Marilyn Monroe
"

"A Gil,
il n'y a rien comme ton café,
Marilyn Monroe
"

autographe-to_gil-02 
sur le tournage du film "Le Milliardaire", 1960
on the set of the film "Let's Make Love", 1960


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.   

Posté par ginieland à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 novembre 2020

Timbres Maldives, 2019

2019-maldives-1 

2019-maldives-2  2019-maldives-3 
2019-maldives-4  2019-maldives-5 

2019-maldives-1b 

Posté par ginieland à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2020

Destins Brisés 03/10/2020

2020-11-03-DB Destins Brisés

n°16
pays: France
paru le 3 octobre 2020
prix: 4,95 Euros
article de 2 pages: "Marilyn Monroe, c'était un meurtre !"

- visuel -
2020-11-03-DB-MM 

Figurines Marilyn Monroe - Blitzway

 GENTLEMEN PREFER BLONDES

- Date: 2015 -

figurine-BLITZWAY-gpb-gold-001 

Figurine de collection - Edition Limitée
Echelle 1/4
Hauteur: 45 cm
Poids: 5,5 kg (avec emballage)

Prix officiel: 361 Dollars

figurine-BLITZWAY-gpb-gold-1  figurine-BLITZWAY-gpb-gold-2  figurine-BLITZWAY-gpb-gold-3 
figurine-BLITZWAY-gpb-gold-4  figurine-BLITZWAY-gpb-gold-5  figurine-BLITZWAY-gpb-gold-6  


MARILYN MONROE

- Date: 2020 -

figurine-BLITZWAY-tsyi-01 

 Figurine de collection - Edition Limitée
Echelle 1/4
Hauteur: 46 cm
Poids: 7 kg (avec emballage)

Prix officiel: 459 Dollars

 figurine-BLITZWAY-tsyi-4  figurine-BLITZWAY-tsyi-6  figurine-BLITZWAY-tsyi-3 
figurine-BLITZWAY-tsyi-01b 
figurine-BLITZWAY-tsyi-2  figurine-BLITZWAY-tsyi-1  figurine-BLITZWAY-tsyi-5  


Site officiel Blitzway


Dans la même collection:

Audrey Hepburn dans "Vacances Romaines",
Marlon Brando dans "Le Parrain",
Al Pacino dans "Scarface",
Anthony Hopkins dans "Le silence des agneaux",
Antonio Banderas dans "Zorro",
Geena Davies dans "L'île aux pirates",
Sharon Stone dans "Basic Instinct",
Brad Pitt dans "Fight Club",
Les acteurs de "Ghosbusters",
Elvis Presley, Bruce Lee, Jimi Hendrix, Joker..


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Figurines Marilyn Monroe - Star Ace Toys 1/6 Scale Action

Figurines de collection articulées
Echelle 1/6
Dimensions: 5.08 x 2.54 x 27.94 cm
Poids: 737 grammes

Prix moyen: 260 à 300 €


MILITARY OUTFIT
- Date: 2019 -

figurine-STAR_ACE_TOYS-military-01 

Vêtements: T-Shirt noir, pantalon marron,
écharpe blanche, blouson de pilote, chaussures boots marron
Accessoires: miroir avec fard à paupières, mascara,
rouge à lèvres, reproduction carte Corée

figurine-STAR_ACE_TOYS-military-02  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-03  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-04 
figurine-STAR_ACE_TOYS-military-05  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-06a  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-06b 
figurine-STAR_ACE_TOYS-military-07a  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-07b  figurine-STAR_ACE_TOYS-military-08 


GENTLEMEN PREFER BLONDS
Pink Dress Version
- Date: 2017 -

figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-01  

Vêtements: Robe rose, ceinture, gants, culotte,
fourreau blanc, chaussures à talons hauts
Accessoires: fourreau, éventail,
boucles d'oreilles, collier, 2 bracelets

figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-07 
figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-03  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-04  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-06 
figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-pink-08 


GENTLEMEN PREFER BLONDS
Gold Dress Version
- Date: 2016 -

figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-001

Vêtements: robe lamé or, une culotte, chaussures à talons hauts
Accessoires: éventail, miroir avec fard à paupières,
rouge à lèvres, mascara, boucles d'oreilles

figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-02  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-03  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-04 
figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-01  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-05  figurine-STAR_ACE_TOYS-gpb-goldlame-06 


Site officiel Star Ace Toys Limited


Dans la même collection:

Audrey Hepburn dans "Breakfast at Tiffany's"
James Dean dans "La Fureur de Vivre"
Steve Mc Queen dans "La Grande Evasion"
Kate Beckinsale dans "Underworld"
Samuel L Jackson et John Travolta dans "Pulp Fiction"
Uma Thurman dans "Kill Bill"
Peronnages de "Harry Potter"
Jennifer Lawrence dans "Hunger Games"

-> un aperçu des figurines sur onesixthoutfitters

en vente sur fnac, amazon, ebay, cdiscount...


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 novembre 2020

Figurines Marilyn Monroe - Life Miniatures

Marilyn Monroe in Korea for her USO Tour 1954


 BUSTE

ART-Life_Miniatures-MM_korea-BUST-1 
"Bye Bye Baby" Marilyn Monroe in Korea
for her USO Tour 1954

Echelle 1/10

en résine, à peindre
en vente à 69 Dollars sur lifeminiatures
 en vente à 27,19 Euros sur amazon

exemple d'un modèle peint:
ART-Life_Miniatures-MM_korea-BUST-2 ART-Life_Miniatures-MM_korea-BUST-3
ART-Life_Miniatures-MM_korea-BUST-4  


FIGURINE EN PIED

ART-Life_Miniatures-MM_korea-paint-1 

Marilyn Monroe in Korea for her USO Tour 1954

 en résine, à assembler (10 pièces) et à peindre

ART-Life_Miniatures-MM_korea-kit_to_paint-1 

Echelle 1/16 - en vente à 62 Dollars sur lifeminiatures
Echelle 1/35 - en vente à 18 Dollars sur lifeminiatures

 ART-Life_Miniatures-MM_korea-kit_to_paint-2 ART-Life_Miniatures-MM_korea-kit_to_paint-3 ART-Life_Miniatures-MM_korea-kit_to_paint-4 

exemple d'un modèle assemblé et peint:

ART-Life_Miniatures-MM_korea-paint-2 ART-Life_Miniatures-MM_korea-paint-3 ART-Life_Miniatures-MM_korea-paint-4


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2020

Buste en porcelaine Marilyn de Lladro

Buste en porcelaine de la maison LLADRO
fabriqué à la main en Espagne
porcelaine artistique de Luxe
Dimension: 21 (L) x 47 (L) x 37 (H) cm

 

ART-buste_porcelaine-1 

en commande sur amazon

Posté par ginieland à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 novembre 2020

Kenneth: Shear Elegance

Kenneth: Shear Elegance
Auteur: Giuseppe Longo

 book-kenneth-1 Prix éditeur : 31,69 Euros
Date de sortie : 01 novembre 2020
192 pages - taille 25,4 x 20,32 cm
Langue : anglais
Éditeur : Schiffer Publishing Ltd
ISBN 13 : 978-0764360039
Ou le trouver ? le site de l'édition Schiffer et en commande sur amazon

Description - par l'éditeur: Discover the story of the pioneering hairstylist who obliterated the once-omnipresent hat and transformed the fashion industry through his A-list clients at his iconic 54th Street Salon. Kenneth Battelle, known simply as “Kenneth,” started his 50-year career in the early 1950s in New York City and built a loyal client list who swore by his skills, including Jacqueline Kennedy, Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Princess Margaret, Diana Vreeland, Lucille Ball, and Gloria Vanderbilt. This biography not only celebrates his extraordinary talent but examines his behind-the-scenes life and career struggles, including the disastrous fire that destroyed his salon, and his perseverance moving forward. Through personal memories of those closest to him, including friends, clients, and former employees, the man who created a cult of classic, timeless ladies comes to life. Photos (some never before published), notes, clippings, and original Joe Eula illustrations richly exhibit both his myriad achievements and America’s 20th-century high-fashion scene.

 book-kenneth-2 
book-kenneth-3   


 Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note
Give your opinion, and a note (/10)

Posté par ginieland à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Making the Image: Eve Arnold’s Portrait of a Pensive Marilyn Monroe

LOGO_MAGNUM

 Making the Image: Eve Arnold’s Portrait of a Pensive Marilyn Monroe
 | en ligne sur magnumphotos.com

Arnold's grandson explores her writings on the making of the famed image, and shares previously unseen contact sheets from the Nevada set of The Misfits
Le petit-fils d'Arnold explore ses écrits sur la création de la célèbre image et partage des planches contacts inédites du tournage au Nevada de The Misfits

02-MM_arnold-1 
Marilyn Monroe in the Nevada desert going over her lines for a difficult scene
she is about to play with Clarke Gable in the film 'The Misfits' by John Huston.
Nevada, USA. 1960.  © Eve Arnold | Magnum Photos

Contact sheets: direct prints of sequences of negatives were – in the pre-digital era – key for photographers to be able to see what they had captured on their rolls of film. They formed a central part of editing and indexing practices, and in themselves became revealing of photographers’ approaches: the subtle refinements of the frame, lighting and subject from photograph to photograph, tracing the image-maker’s progress toward the final composition that they ultimately saw as their best. There is a voyeuristic aspect to looking at a contact sheet also: one can retrace the photographer’s movements through time and space, tracking their eye’s smallest twitches from left to right as their attention is drawn. It is as if one were inside their head, offered a privileged view through their very eyes from the front row of their brain.
Planche Contact: l'impression directe de séquences de négatifs était - à l'ère pré-numérique - la clé pour que les photographes puissent voir ce qu'ils avaient capturé sur leurs pellicules. Ils formaient une partie centrale des pratiques d'édition et d'indexation, et devenaient en eux-mêmes révélateurs des approches des photographes: les raffinements subtils du cadre, de l'éclairage et du sujet de la photographie à la photographie, retraçant les progrès du créateur d'images vers la composition finale qu'ils ont finalement vue comme leur meilleur. Il y a aussi un aspect voyeuriste à regarder une planche contact: on peut retracer les mouvements du photographe à travers le temps et l’espace, en suivant les moindres contractions de son œil de gauche à droite au fur et à mesure que son attention est attirée. C'est comme si on était à l'intérieur de leur tête, offrait une vue privilégiée à travers leurs yeux mêmes du premier rang de leur cerveau.

As Kristen Lubben wrote in her introduction to the book, Magnum Contact Sheets, first published in 2011 by Thames and Hudson:
“Unique to each photographer’s approach, the contact is a record of how an image was constructed. Was it a set-up, or a serendipitous encounter? Did the photographer notice a scene with potential and diligently work it through to arrive at a successful image, or was the fabled ‘decisive moment’ at play? The contact sheet, now rendered obsolete by digital photography, embodies much of the appeal of photography itself: the sense of time unfolding, a durable trace of movement through space, an apparent authentication of photography’s claims to transparent representation of reality.”

Comme Kristen Lubben l'a écrit dans son introduction au livre, Magnum Contact Sheets, publié pour la première fois en 2011 par Thames et Hudson:
«Unique à l'approche de chaque photographe, le contact est un enregistrement de la façon dont une image a été construite. Était-ce une mise en place ou une rencontre fortuite? Le photographe a-t-il remarqué une scène avec du potentiel et l'a-t-il travaillé avec diligence pour arriver à une image réussie, ou le légendaire «moment décisif» était-il en jeu? La feuille de contact, maintenant rendue obsolète par la photographie numérique, incarne une grande partie de l'attrait de la photographie elle-même: le sens du temps qui se déroule, une trace durable de mouvement à travers l'espace, une authentification apparente des revendications de la photographie à une représentation transparente de la réalité."

Below, Michael Arnold – grandson of Eve Arnold, and a representative of the Eve Arnold Estate – writes about the making of the (above) famed image of a concerned Marilyn Monroe, seemingly isolated on the set of The Misfits. Offering personal insight and archival context on the star’s troubled time on set, he also shares previously unseen contact sheet images from the work Arnold made during the film’s production.
Ci-dessous, Michael Arnold - petit-fils d'Eve Arnold, et un représentant du domaine Eve Arnold - écrit sur la création de la célèbre image (ci-dessus) d'une Marilyn Monroe concernée, apparemment isolée sur le tournage de The Misfits. Offrant un aperçu personnel et un contexte d’archivage sur le temps troublé de la star sur le plateau, il partage également des images de planches de contact inédites du travail réalisé par Arnold pendant la production du film.

06-MM_arnold-1 

As a photographer, Eve Arnold was known for getting beneath the surface of her subjects, for capturing something of the real person hidden behind the persona.
In this well-known picture, actress Marilyn Monroe is memorizing her lines on the set of the film The Misfits. Monroe found it very difficult to memorize her lines and felt insecure about this. Because of the close bond Eve gained from working with Marilyn over several years she was able to capture the fragility and vulnerability behind her usually confident, and instantly recognizable exterior.

En tant que photographe, Eve Arnold était connue pour se cacher sous la surface de ses sujets, pour capturer quelque chose de la personne réelle cachée derrière le personnage.
Dans cette image bien connue, l'actrice Marilyn Monroe mémorise ses lignes sur le tournage du film Les Misfits. Monroe a eu beaucoup de mal à mémoriser ses lignes et se sentait mal à l'aise à ce sujet. En raison du lien étroit qu'Eve a noué en travaillant avec Marilyn pendant plusieurs années, elle a pu capturer la fragilité et la vulnérabilité derrière son extérieur habituellement confiant et immédiatement reconnaissable.

Eve describes this fragility in her book, In Retrospect:
“My most poignant memory of Marilyn is of how distressed, troubled and still radiant she looked when I arrived in Nevada to work on The Misfits. She asked immediately how she looked, and she wanted and needed reassurance. It was four years since we had worked together, and she looked into my eyes for a long moment to make sure she could still trust me. Then she drew her breath, sighed and said, “I’m thirty-four years old. I’ve been dancing for six months [on Let’s Make Love]. I’ve had no rest, I’m exhausted. Where do I go from here ?” She was not asking me – she was asking herself. This was less than a year before she died. It occurred to me then that when she had lived with the fantasy of Marilyn that she had created, that fantasy had sustained her, but now the reality had caught up with her and she found it too much to bear.”

Eve décrit cette fragilité dans son livre, In Retrospect:
«Mon souvenir le plus émouvant de Marilyn est de voir à quel point elle avait l'air affligée, troublée et toujours radieuse quand je suis arrivée au Nevada pour travailler sur The Misfits. Elle a immédiatement demandé à quoi elle ressemblait et elle voulait et avait besoin d'être rassurée. Cela faisait quatre ans que nous avions travaillé ensemble, et elle m'a regardé dans les yeux pendant un long moment pour s'assurer qu'elle pouvait encore me faire confiance. Puis elle retint son souffle, soupira et dit: «J'ai trente-quatre ans. J'ai dancé pendant six mois [sur Let’s Make Love]. Je n'ai pas eu de repos, je suis épuisée. Où dois-je aller d'ici ? » Elle ne me demandait pas à moi - elle se posait la question. C'était moins d'un an avant sa mort. Il m'est alors venu à l'esprit que lorsqu'elle avait vécu avec le fantasme de Marilyn qu'elle avait créé, ce fantasme l'avait soutenue, mais maintenant la réalité l'avait rattrapée et elle trouvait cela trop difficile à supporter."

17-MM_arnold-1 
Clark Gable, Marilyn Monroe, Montgomery Clift on the set of 'The Misfits'.
1960. Reno. Nevada. USA. © Eve Arnold | Magnum Photos

Eve spoke further about the filming of The Misfits in a BBC documentary, Eve and Marilyn:

“…When Arthur [Miller] met Marilyn he then rewrote the story. It then became the basis for the film called The Misfits. It had Clarke Gable in the lead. It had Marilyn as the female lead. It had Montgomery Clift, Ely Wallach. It was meant to be exquisitely made. It was meant to be a small statement but very serious. And it was meant to bring Marilyn forward as a very serious actress. And this was Miller’s valentine to Marilyn. The marriage was already over but what he had wanted to do with it was to give her a gift.
She adored all of it. She loved the attention and she loved these very handsome men. What she didn’t like was the fact that they were all such polished actors. When they kept changing lines they would just reel them off and they would be word-perfect. And she would have difficulty because a) she didn’t have the training, and b) because she was troubled and it was difficult to remember the lines when she was going through a trying time.
She was ill at the time and she was disturbed. She had twice taken an overdose of sleeping tablets. I’m sure by accident because her big enemy was that she couldn’t sleep. And so, nights she would take two pills and then two more pills and then forgetting, she’d wake up and be muzzy, and in the morning she could hardly find her way around.”

Eve a parlé plus en détail du tournage de The Misfits dans un documentaire de la BBC, Eve et Marilyn:

«… Quand Arthur [Miller] a rencontré Marilyn, il a ensuite réécrit l'histoire. C'est ensuite devenu la base du film intitulé The Misfits. Il avait Clarke Gable en tête. Il avait Marilyn comme femme principale. Il y avait Montgomery Clift, Ely Wallach. Il était censé être fait de manière exquise. C'était censé être une petite déclaration mais très sérieuse. Et cela visait à faire de Marilyn une actrice très sérieuse. Et c'était la Saint-Valentin de Miller à Marilyn. Le mariage était déjà terminé mais ce qu'il avait voulu en faire, c'était lui faire un cadeau.
Elle adorait tout cela. Elle a adoré l'attention et elle a adoré ces très beaux hommes. Ce qu’elle n’a pas aimé, c’était le fait qu’ils étaient tous des acteurs aussi raffinés. Quand ils continuaient à changer de lignes, ils les enroulaient simplement et ils étaient parfaits. Et elle aurait des difficultés parce que a) elle n’a pas eu la formation, et b) parce qu’elle était troublée et qu’il était difficile de se souvenir des répliques quand elle traversait une période difficile.
Elle était malade à l'époque et elle était perturbée. Elle avait pris deux fois une surdose de somnifères. J'en suis sûre par accident car son grand ennemi était qu'elle ne pouvait pas dormir. Et donc, les nuits où elle prenait deux pilules, puis deux autres pilules, puis en oubliant, elle se réveillait et était confuse, et le matin, elle pouvait à peine trouver son chemin. "

18-MM_arnold-1 
Clark Gable, Marilyn Monroe and Montgomery Clift practice a scene during the filming of 'The Misfits'.
Nevada, USA. 1960. Contact sheet. © Eve Arnold | Magnum Photos

When I was 18, I worked with Eve for a summer as her assistant. By that time we had become very close. As we worked, Eve would lovingly introduce me to the world of photography and to different parts of her vast archive. I remember being particularly drawn to this image of Marilyn in the desert learning her lines. I didn’t know the backstory at the time but there was something mesmerizing about the way the picture was composed. The barren desert in the foreground, ethereal, textured clouds in the sky and this legendary Hollywood star standing under a boom microphone, looking like a little girl, lost in thought. It was no wonder to me that this was one of Eve’s most iconic images.
Quand j'avais 18 ans, j'ai travaillé avec Eve pendant un été en tant qu'assistant. À ce moment-là, nous étions devenus très proches. Pendant que nous travaillions, Eve me présentait avec amour le monde de la photographie et les différentes parties de ses vastes archives. Je me souviens avoir été particulièrement attiré par cette image de Marilyn dans le désert apprenant ses lignes. Je ne connaissais pas la trame de fond à l'époque, mais il y avait quelque chose de fascinant dans la façon dont l'image était composée. Le désert aride au premier plan, des nuages ​​éthérés et texturés dans le ciel et cette légendaire star hollywoodienne debout sous un microphone à perche, ressemblant à une petite fille, perdue dans ses pensées. Il n’était pas étonnant pour moi que ce soit l’une des images les plus emblématiques d’Eve.

A few years later I was looking through Eve’s contact sheets and saw the full contact sheet this image was taken from. I was quite taken aback. None of the other images on the sheet looked anything like this one. I had imagined that Eve had set the scene up knowing what she wanted and had taken quite a few images, waiting for the right light and expression on Marilyn’s face. But no, there were only three other images of the same scene, and all of them were in portrait format. Then suddenly, as shown by the contact sheet, Eve had turned her 35mm camera around to use landscape format, and in an instant, the whole composition came together, never to be repeated. In that instant something of the poignancy of Marilyn’s experience on The Misfits was caught on camera.
Quelques années plus tard, je regardais à travers les planches contact d'Eve et vis la planche complète à partir de laquelle cette image était prise. J'ai été assez surpris. Aucune des autres images de la feuille ne ressemblait à celle-ci. J'avais imaginé qu'Eve avait préparé la scène en sachant ce qu'elle voulait et avait pris pas mal d'images, en attendant la bonne lumière et l'expression sur le visage de Marilyn. Mais non, il n'y avait que trois autres images de la même scène, et toutes étaient au format portrait. Puis tout à coup, comme le montre la planche contact, Eve avait tourné son appareil photo 35 mm pour utiliser le format paysage, et en un instant, toute la composition s'est réunie, pour ne jamais être répétée. À cet instant, quelque chose de l’émotion de l’expérience de Marilyn sur The Misfits était saisie par l'objectif.

I recently got the chance to look through Eve’s contact sheets and transparencies from The Misfits again. They are currently housed at Yale University’s Beinecke Library and I was there exploring a digitization project which seeks to make more of Eve’s previously unseen images available. Within just a few minutes I found some wonderful images on contact sheets that I had never seen, marked in grease pencil with an “E”, by Eve herself.
J'ai récemment eu la chance de parcourir à nouveau les planches contact et les transparents d'Eve sur The Misfits. Ils sont actuellement stockés à la bibliothèque Beinecke de l’université de Yale et j’y étais pour explorer un projet de numérisation qui vise à rendre disponibles davantage d’images inédites d’Eve. En quelques minutes, j'ai trouvé de merveilleuses images sur des feuilles de contact que je n'avais jamais vues, marquées au crayon gras avec un «E», par Eve elle-même.

20-MM_arnold-1 

Photograph of Eve Arnold contact sheet, by Michael Arnold

19-MM_arnold-1 

plus de photos inédites sur evearnold.com/unseen-images


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by Magnum.