21 février 2017

Never-before-seen pictures of Marilyn Monroe

EXCLUSIVE: Never-before-seen pictures of secretly pregnant Marilyn Monroe, who confided to her close friend that her Let's Make Love co-star Yves Montand was the baby's father - not husband Arthur Miller
Article published on 15 february 2017
online Daily Mail

  • Marilyn Monroe's friend Frieda Hull kept the color pictures she took of Marilyn's baby bump private but were sold as part of Frieda's estate last year
  • The pictures were taken in July, 1960 in New York City; Marilyn was 34 years old
  • Marilyn and married French actor Yves Montand began working together on Let's Make Love in February of that year and their affair began soon after
  • The images were the prized possession of Hull, who worked for Pan Am and became close to the star while part of a group of fans known as the Monroe Six
  • Frieda dubbed the pictures  ‘the pregnant slides’ – a reference to a shocking secret the screen siren kept right up until her death
  • Tony Michaels, a friend and neighbor of Frieda's,  bought the images at the ‘once-in-a-lifetime’ Marilyn Memorabilia Auction held by Julien’s Auctions in LA
  • Michaels was told by Frieda that Marilyn  lost the baby. ' It was never made clear whether that was by way of a miscarriage or even an abortion'

Extraordinary photographs purporting to show a secret pregnancy of film icon Marilyn Monroe can today be revealed for the first time.
The world exclusive images of the beautiful Some Like It Hot actress and model were sold as original color slides at an auction in Hollywood in November last year from the estate of well known Monroe confidante Frieda Hull.
But the stunning photos went under the radar, selling for a mere $2,240 with wealthy collectors not aware of their true significance.

Now DailyMail.com can reveal the six unique images were the prized possession of Monroe's loyal friend Hull, which she dubbed the ‘pregnant slides’ – a reference to a shocking secret the screen siren kept right up until her death.
The shots were taken on July 8, 1960, outside Fox Studios in New York after Monroe had completed costume and hair tests for her film The Misfits, starring Clark Gable and Montgomery Clift .

dailymail-01 dailymail-02 dailymail-03 
- Six photos of legendary film icon Marilyn Monroe taken by her friend Frieda Hull on July 8, 1960, outside Fox Studios in New York
- The images clearly show a prominent bump from Monroe’s belly which Hull claimed was evidence the star was in the early stages of pregnancy
- Monroe had wanted a baby more than anything in the world, but that joy was denied her. She had three miscarriages prior to losing this baby, all of which played out in the public eye

dailymail-04 
Marilyn and sexy French actor Yves Montand didn't contain their lovemaking to onscreen

The images clearly show a prominent bump from Monroe’s belly which Hull claimed was evidence the star was in the early stages of pregnancy.
And DailyMail.com can reveal the would-be father was not Monroe's then husband, playwright Arthur Miller, it was in fact Italian-French actor Yves Montand – who she met on the set of film Let's Make Love and who she had a very public affair with.

DailyMail.com spoke to Tony Michaels, the man who bought the color slides at the ‘once-in-a-lifetime’ Marilyn Memorabilia Auction held by Julien’s Auctions in LA.
Tony, 56, was a close friend and next door neighbor of Frieda Hull before she passed.
He reveals that Hull had confided in him about Monroe’s secret pregnancy and claims the ‘pregnant slides’ are genuine evidence that she was with child.
And in an extraordinary and tragic Hollywood tale Tony says Monroe kept her pregnancy a secret from the world before 'losing' the baby during a hospital visit.

dailymail-05 
The images were the prized possession of Hull, who died in 2014

Tony told DailyMail.com: ‘Frieda was very proud of those slides and she was very proud to keep them a secret until the day she died.
But she told me the story behind them, that Marilyn got pregnant by Yves Montand.
It wasn’t a guess or a presumption, it was something she knew for sure, she was very close to Marilyn.
As far as she was concerned Marilyn was pregnant in the summer of 1960 and the slides prove it.’

Monroe had wanted a baby more than anything in the world, but that joy was denied her.
She had three miscarriages prior to losing this baby, all of which played out in the public eye. The star suffered with a condition called endometriosis her entire life that caused severe menstrual pain and she also struggled to conceive.

‘I suggested she sell the slides and all her other memorabilia so she could afford a better place to live, but again she refused, she said she would never sell out on her friend of ten years Marilyn.

At Julien’s three day auction the Frieda Hull estate had 187 lots on sale.
Rare items from the archive included unseen color photos of Monroe as she sang ‘Happy Birthday’ for President John F. Kennedy at Madison Square Garden on May 19, 1962 as well as Frieda’s original ticket and program to the gala event; never-before-seen slides of Monroe on location as she filmed the now famous subway skirt-blowing scene for The Seven Year Itch and a large collection of many unpublished photos of Marilyn at the 1955 premiere of East of Eden.

dailymail-06 
Hull (circled) , who worked for Pan Am,  became close to the star while part of a group of fans known as the Monroe Six who followed the star from place to place, here the star boarding a plane for Hollywood at Idlewild Airport in New York on February 25, 1956. One of the images in this set way signed by Marilyn: 'To Frieda Love & Kisses

dailymail-07  dailymail-08 
In January of 1960 when she was filming Let's Make Love with Yves Montand  Marilyn's tummy was flat. But by the beginning of July the star has a visible baby bump

In total, according to Julien’s, ‘The Frieda Hull Marilyn Monroe Photo Archive’ included over 550 color and black and white candid snapshots and photographs, over 150 color slides, nearly 750 movie stills, publicity photos and lobby cards, and personal home movies.
Even the camera Frieda had used to take the 'pregnant slides' as well as dozens of other photos of Marilyn - a Mercury II, model CX 35mm - went up for sale selling for a bid of $3,437.50.
Tony said: 'It was amazing stuff, Frieda had 14 Marilyn autographs, some went as high as $14,000.'

The provenance for all the lots – which sold for $433,000 - was simply that they came as part of the Frieda Hull estate.
Tony recalls: ‘Frieda had even gotten permission from Marilyn to get a couple of locks of hair from her hairdresser.
I’m not talking much, just small lots of hair, together the two locks of hair went for $72,700.
She also had a red scarf that Marilyn had given her in there.
But out of all the lots her prized possession was the six ‘pregnant slides’ as she called them.
'She talked about these to me all the time, they were very important to her.'

Julien's auctioneers decided not to mention the pregnancy claims when selling the slides.
As a result the slides went relatively unnoticed and Tony felt it his duty to snap them up, paying just $2,240 - a bargain given the back story now emerging.
Of course, the astonishing claims which will send Marilyn Monroe historians into a flap, cannot be proven - both Marilyn and Yves Montand are long dead.
But Tony's compelling account of what Frieda had confided in him is difficult to ignore.

dailymail-09 
Tony Michaels (left) purchased six photos of the film icon Marilyn Monroe taken by his friend and neighbor Frieda Hull (right)

And today he wants to tell Frieda’s story and how his long time friend was infatuated with Marilyn Monroe.
Speaking from his home in Las Vegas, the high stakes casino croupier told DailyMail.com: ‘I met Frieda over the wall in my back yard around 20 years ago around 1996, she was a neighbor and I introduced myself, she introduced herself and I invited her over for a prize fight.
‘I had ordered a pay for view fight that night and she had mentioned she was a fan of boxing and she came over with a bottle of Jack Daniels and drank me under the table.
She became my drinking partner and we became pretty good friends, she came to all the kid’s Little League games, if they had events, she went to all of them.
She became my kid’s surrogate grandmother because she had no family of her own.’

Frieda was never married and had no children so she ‘adopted’ many of the neighborhood children, including Tony’s two young boys Anthony and Andrew.
She was preceded in death by her brother, Thomas Hull; and her aunt, Elizabeth Hagen, but had no obvious heir when she died.

Tony said: ‘My family became very close to her. Frieda didn’t drive so we would take her grocery shopping or to her doctor’s appointments.
She was very generous, we’d go out to eat and she’d never let us pay for it, she liked to do a little gambling and loved sports, she was a die-hard fan of the Brooklyn Dodgers and the New York Mets.
She was set in her ways and was never going to change her opinion about anything, She was a brutally honest person.

dailymail-10 
Marilyn carried a coat in front of her belly after Frieda took the 'pregnant slides.;

She was very warm hearted, especially to the under dog whether it was children or animals.
She loved Bing Crosby and Judy Garland, but she had an infatuation with Marilyn Monroe.

Frieda is widely known to have been one of the ‘Monroe Six’ – a group of six friends based in New York City who followed the star all over America to take her photo.
As an employee of Pan Am Airlines Frieda was in the enviable position of being able to photograph Monroe on a regular basis.
The group learned of the screen siren's whereabouts by reading movie magazines and asking her hairdresser and would wait outside her hotel or home.

Tony said: ‘Frieda started out as a fan, almost like a stalker, her and five friends.
Then after a while Marilyn would recognize the kids and she came over and asked their names and they started a friendship.
When she would come in to town, for lack of a better word, they would kidnap her, put a scarf on her head and put sunglasses on her and they would go out and do things that Marilyn couldn’t do because she was too famous.
'They called her "Mazzi". It was a code name they had for her, so no one else would know who they were talking about.
She got to be a kid with the Monroe Six, they would go roller skating in Central Park or bike riding, just hang out.

Eventually Monroe came to know each member of the group very well, even inviting them to the Roxbury, Connecticut home she shared with then husband Arthur Miller for a picnic.

dailymail-11 
'I would never, I couldn’t capitalize on Marilyn’s death she was my friend,' Frieda told Tony. Her photos and memorobilia of Marilyn was sold as part of her esate when she passed away

Tony added: ‘To show you how gruff Frieda could be at times, the story went that Marilyn came over and took a potato chip off her plate and Frieda snapped and put her in her place, “don’t you ever do that, I don’t care who you are, or who you think you are, that’s rude, don’t do that”. From then on they were pretty close friends.
Every time we would get together, especially if we were drinking, I’d get to hear all the stories from Frieda.
Marilyn gave her a red scarf at one point and she worked for Pan Am so any time Marilyn came in to town Frieda would run out on to the tarmac and start taking pictures.
I told Frieda, you know you have all this stuff why don’t you sell it, you can get a better place.
But she said, “no I would never, I couldn’t capitalize on Marilyn’s death she was my friend”.

Tony lost contact with Frieda after he divorced his wife and moved out of the marital home, but he says his ex-wife and two sons kept in close contact with her.
The best friend of Tony’s sons, a man named Chris who asked for his last name to be left out of this article, was also close to Frieda and helped her in her dying months.
Chris visited her in the hospice and took care of her house, he did a great job of helping her put and Frieda was very thankful,’ said Tony.
As a result Chris was made the executor of the estate and took up Tony on his offer to help catalogue all her Marilyn Monroe memorabilia.
My kids were in the will as was my ex-wife, I was not. Frieda and I kind of had a falling out.
But I was still fond of her and her death was terribly sad.
'I helped catalogue Frieda’s Marilyn Monroe collection because over the years she had shown me most of it, I knew what to look for in her mountain of belongings.
'The first thing on my list was "The pregnant slides".
'She always called them that, she told me the father of the unborn child was Yves Montand, she told me the story of how Arthur got called away and Yves Montand's wife got called away and they stayed together in a Beverly Hills Hotel bungalow and they had an affair.'
Indeed the affair between Monroe and Montand has been widely discussed over the years.

dailymail-11a 
The camera with which Frieda snapped her pictures of Marilyn

Monroe and playwright husband Arthur Miller were staying in a luxury bungalow at the Beverly Hills Hotel, while the golden couple of French cinema, Simone Signoret and her husband Yves Montand were next door.
Monroe and Montand were starring in the George Cukor movie, Let's Make Love at the time.
Miller and Monroe's unhappy marriage made it easy for the star to stray.
Signoret famously said of Monroe: 'If Marilyn is in love with my husband it proves she has good taste, for I am in love with him too.'

Production on Let's Make Love, a movie starring Monroe and Montand, began in February 1960.
Soon after shooting got underway, their respective partners Miller and Signoret were called away from Los Angeles, leaving Monroe and Montand alone in Miller's Beverly Hills Hotel bungalow.
On March 8, 1960 Monroe received the Golden Globe Award for Best Comedy Actress for Some Like It Hot.
Could this be the night of conception? She would have been exactly four months pregnant in Hull's July 8, 'pregnant slides'.
In May, 1960 Miller found out about the affair and was very upset - his marriage to Monroe began to crumble.

dailymail-12 
In later years Montand admitted to the affair. 'I was crazy about my wife, but what can you do?' Montand recalled

dailymail-13 
Tony says that Frieda believed that when Marilyn went to hospital for ten days during the filming of The Misfits, it wasn't for acute exhaustion as was claimed at the time, it was for a nervous breakdown and possibly a miscarriage

By August that year they weren't speaking and Monroe moved out of a shared room with Miller at the Mapes Hotel in Reno.
In later years Montand admitted to the affair. 'I was crazy about my wife, but what can you do?' Montand recalled with a very French shrug.
Monroe died two years after Let's Make Love, at age 36.

Tony says he has meticulously researched the time period when Frieda claimed Monroe was pregnant and claims photographs taken at the time show the development of the child between two of her movies.
'Let's Make Love, you can see towards the end that she could be pregnant and she went right in to the The Misfits, Arthur Miller's play that he wrote for her,' he says.
'Then right at the end of The Misfits there's no sign of a pregnancy.'

Tony says that Frieda believed that when Marilyn went to hospital for ten days during the filming of The Misfits, it wasn't for acute exhaustion as was claimed at the time, it was for a nervous breakdown and possibly a miscarriage.
'She just told me Marilyn was pregnant in those photos and I believed her. I don't think she'd tell me that on a hunch, she knew.

dailymail-14 
Speaking from his home in Las Vegas, the high stakes casino croupier told DailyMail.com: ‘I met Frieda over the wall in my back yard around 20 years ago around 1996, she was a neighbor and I introduced myself, she introduced herself and I invited her over for a prize fight

'Frieda believed that it wasn't exhaustion that landed her in hospital, she said it was a nervous breakdown and she lost her baby.
'And all she told me was that Marilyn has lost the baby, it was never made clear whether that was by way of a miscarriage or even an abortion, and I never thought to press her on it.'

Tony says he bought the photos because he knew their history as 'The pregnant slides', while no one else did.
'Now I think that the story needs to be told,' he added.
Tony says he kicks himself that he didn't quiz Frieda more on her time with Marilyn.
She would often share gems of information and fascinating stories with him, more often than not when they shared a drink together.
'Frieda worshipped Marilyn, she loved her. She wouldn't give up anything after she died,' he said.

Frieda, originally from Brooklyn, NY, and just four years younger than Monroe, died of natural causes aged 83 in 2014.
She had retired from Pan Am and came out to Las Vegas where she enjoyed the occasional flutter in the Vegas casinos, loved watching sports and lived a solitary life with her lap dog Bobby, who died before she did.
An online obituary posted locally in Las Vegas read: 'Frieda Elizabeth Hull, of Las Vegas, passed June 22, 2014... She was one of the most interesting, wonderful and kind-hearted people the world has ever known.'
The obituary mentioned her bond with her old friend: 'She was a good friend to Marilyn Monroe and loved sharing stories and private photos of the icon.'
And it ended poignantly: 'She lived a long and beautiful life, dying at 83 years old... She was an amazing woman and I could only hope to be half the person she was. "We love you and you will be greatly missed."'

Enregistrer

Posté par ginieland à 20:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 février 2017

Wallpaper Marilyn Glamour par Ernest Bachrach

wp-fanpop-Marilyn-3-marilyn-monroe-39117301-1600-1000 

> du site fanpop.com

Posté par ginieland à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Laszlo Willinger Citation 1

*photographe

When she saw a camera, any camera, she lit up and was totally different. The moment the shot was over, she fell back into her not very interesting position.

citation_willinger 

Quand elle voyait un objectif, n'importe quel objectif, elle s'illuminait et était totalement différente. Au moment où la séance était terminée, elle retombait dans sa position pas très intéressante.

Posté par ginieland à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2017

Dorothy Dandridge

Dorothy Dandridge
(1922 - 1965)

actrice américaine
amie avec Marilyn de 1948 à 1955s
surnommée "The Black Marilyn Monroe" 

dorothy_dandridge-portrait-3 

Dorothy Jean Dandridge naît le 29 novembre 1922 à Cleveland (dans l'Ohio, USA). Deuxième fille d'un pasteur et ébéniste (Cyril Dandridge) et d'une apprentie comédienne (Ruby Dandridge), sa soeur aîné s'appelle Vivian. Ses parents se séparent peu avant sa naissance. Leur mère lance ses deux petits filles très vite sur scène: Dorothy et Vivian se produisent sous le nom des Wonder Children, dans des spectacles religieux au sein des églises à travers le territoire des États-Unis pendant cinq ans, avec leur manager Geneva Williams, pendant que leur mère reste travailler à Cleveland, se produisant aussi sur scène.

dorothy-1930s-dandridge_sisters Avec la Grande Dépression, le travail se fait plus rare et en 1930 Ruby déménage avec ses filles pour s'installer à Hollywood (en Californie), où elle trouve du travail dans des stations de radio et joue des rôles de servantes au cinéma.
En 1934, le duo Dorothy - Vivian se rebaptise The Dandridge Sisters et s'associent avec la danseuse et chanteuse Etta Jones (voir photo ci-contre). Elles se produisent sur scène dans de nombreux clubs à travers le pays, dont le Cotton Club et l'Apollo Theater à New York.

Dorothy obtient un petit rôle au cinéma en 1935, dans la comédie Teacher's Beau (de la série des films Our Gang). Et le trio parvient à être au casting des films The Big Broadcast of 1936, A Day at the Races avec les Marx Brothers et It Can't Last Forever avec les Jackson Brothers en 1937.
Puis Dorothy parvient à enchaîner divers rôles au cinéma; dans Four Shall Die (1940), une production de films faits pour les noirs avec des acteurs noirs, puis l'année suivante dans Lady from Louisiana avec John Wayne et Sundown avec Gene Tierney. En 1941, elle joue dans une comédie musicale de la 20th Century Fox: Sun Valley Serenade, où elle chante avec les Nicholas Brothers. En plus du cinéma, Dorothy prête sa voix à plusieurs courts métrages d’animation.

dorothy_dandridge-harold  Le 6 septembre 1942, Dorothy se marie avec le danseur de claquettes Harold Nicholas (l'un des frères Nicholas des 'Nicholas Brothers' - voir photo ci-contre). Ils ont ensemble une fille, Harolyn Suzanne Nicholas qui naît le 2 septembre 1943 avec un handicap mental (autisme profond). Sa belle-soeur Geraldine Branton racontera: «Dottie ne devait plus jamais se débarrasser d'un sentiment de culpabilité; personne n'est parvenu ensuite à la raisonner.» Dorothy et Harold finissent par divorcer en octobre 1951. Les échecs de sa vie privée et son enfance chaotique où elle s'est toujours sentie exploitée, vont la conduire à une dépression chronique jusqu'à la fin de sa vie.
Contrainte de subvenir aux besoins de sa fille, elle se produit dans les night-clubs qu'elle abhorre, paralysée par le trac et la timidité, malgré un grand succès car elle est plébiscitée par le public masculin séduit par sa beauté et elle triomphe au Mocambo de Los Angeles. Elle devient la première chanteuse noire à se produire dans des endroits aussi huppés que l'Empire Room du Waldorf Astoria de New York (elle voyagera ensuite à Londres, Toronto, La Havane, São Paulo).

dorothy-Last Frontier Hotel in Las Vegas L'Amérique des années 1950 est ségrégationniste et Dorothy va souffrir du racisme, comme toute personne de couleur aux Etats-Unis. Les lois raciales vont notamment lui imposer de ne pas 'se mélanger' avec les blancs. Dorothy racontera qu'un hôtel du Nevada lui avait ordonné de rester enfermer dans sa chambre quand elle n'était pas sur scène en train de chanter dans la salle de spectacle de l'hôtel et de ne pas fréquenter ni le bar ni la piscine de l'hôtel, réservés à la clientèle blanche. Le costumier William Travilla lui dessine des robes pour ses performances dans les nights-clubs; ils deviennent amis et Travilla sera témoin du traitement de racisme que subit Dorothy: un soir, au début des années 1950, il va la voir avec un ami à Las Vegas où Dorothy se produit. Le trio souhaite sortir ensemble dans les bars, casinos et night clubs mais il est interdit à Dorothy d'aller dans les lieux publics. Donc ils se retrouvent dans la cuisine de l'appartement d'hôtel de Dorothy et les hommes sont écoeurés de voir qu'il est acceptable pour Dorothy de se produire sur scène pour la clientèle blanche, mais pas assez pour se mêler à eux avant ou après. Ce qui aménera à Dorothy de dire "Si j'étais blanche, je pourrais capturer le monde."
A la même époque, elle a une aventure avec le comédien Peter Lawford, futur gendre du président Kennedy, qui, au dernier moment, refuse de l'épouser par crainte de saborder sa carrière.

dorothy_dandridge-tarzan  En 1951, son apparition dans Tarzan's Peril fait parler d'elle: c'est surtout sa tenue qui est jugée provocante (voir photo ci-contre) et elle surfe sur le phénomène en posant en tenue sexy pour la couverture du magazine Ebony.
En décembre 1952, un agent des studios de la MGM la voit sur scène au club Mocambo à Los Angeles et la recommande au casting de Bright Road, qui sera son premier vrai grand rôle, où elle y donne pour la première fois la réplique à l'acteur Harry Belafonte, qu'elle retrouvera plus tard dans bien d'autres films et qui restera un fidèle ami.
Elle poursuit en parallèle sa carrière sur scène, se produisant dans de nombreux nightclubs et multipliant les apparitions dans des émissions de télé, comme le célèbre Ed Sullivan.

dorothy-carmenEn 1953, un casting national est organisé par la 20th Century Fox pour l'adaptation de la comédie musicale jouée à Broadway en 1943 Carmen Jones, basée sur l'opéra Carmen, et adapté dans le contexte de la seconde guerre mondiale, mettant en scène les afro-américains. A la recherche d'acteurs et d'actrices noirs, le réalisateur Otto Preminger ne veut pas au départ de Dorothy dans le rôle de Carmen, pensant que son look est trop sophistiqué et mieux adapté au rôle de Cindy Lou. Pour obtenir le rôle, Dorothy se fait aider des maquilleurs de la marque Max-Factor, pour obtenir l'apparence et la personnalité du rôle titre Carmen, et se rend dans le bureau de Preminger qui se laisse convaincre. Dorothy retrouve Harry Belafonte pour former le couple star du film. Malgré le statut de chanteuse reconnu de Dorothy, le studio voulait une voix d'opéra, les chansons sont donc doublées par la chanteuse d'opéra Marilyn Horne.

dorothy_dandridge-1954-11-life-1  A sa sortie, le film rencontre un succès considérable tant au niveau de la critique (le chroniqueur Walter Winchell dit que sa performance est "enchanteresse") que des recettes engendrées, et impose Dorothy comme la première sex-symbol noire américaine. Elle devient la première femme noire à faire la couverture du très populaire magazine Life (le 1er novembre 1954 - voir photo ci-contre), en posant dans son rôle de Carmen par une photographie publicitaire du film. Le succés international du film (qui a rapporté 10 millions $ au box office qui en fait l'un des films ayant rapporté le plus de bénéfices) mène Dorothy, la première actrice afro-américaine, aux Oscars (elle est nommée meilleure actrice aux Oscars de 1955 et fait sensation à la cérémonie, mais c'est Grace Kelly qui remporte le prix. Ce soir là, Marlon Brando, très attiré par Dorothy, va embrasser Dorothy sur la bouche pour la consoler et l'anecdote va choquer les bonnes moeurs américaines).
Dorothy va se rendre au Festival de Cannes en mai 1955 pour présenter le film en hors compétition: elle y est présentée comme "la bombe du festival"; dans un reportage pour la télévision française, le journaliste François Chalais dit qu' "elle explose sous les traits de l'étourdissante actrice café au lait. (...) elle n'a qu'à paraître pour que tout ait l'air de disparaître autour d'elle. Elle n'a qu'à bouger pour que tout, à part elle, ait l'air d'être soudain immobile, comme figé de stupeur devant autant d'inconsciente audace, devant autant d'hormones en liberté pas surveillée".

Le film lui a aussi permis de rencontrer l'amour: Dorothy devient la maîtresse d'Otto Preminger qui, de son côté, est marié. Leur relation va durer quatre ans, au bout desquels Dorothy mettra fin, réalisant que les promesses de Preminger de quitter sa femme ne seront jamais réelles et après que Preminger l'ait obligé à avorter par peur du scandale.

dorothy_dandridge-portrait-1 Le 15 février 1955, Dorothy signe un contrat de trois films avec la Fox, avec l'appui du grand patron des studios Darryl F. Zanuck, lui permettant de gagner 75 000 $ par film. Zanuck veut faire d'elle la première icone afro-américaine du cinéma. Dorothy est en lice pour de grands rôles: le remake du film The Blue Angel, reprenant le rôle de la chanteuse Lola, tenu jadis par Marlene Dietrich, ainsi que dans le remake de Under Two Flags, dans des adaptations entièrement afro-américaine. Elle accepte le rôle de Tuptim dans The King and I, et un rôle dans The Lieutenant Wore Skirts. Mais, suivant les conseils de Preminger lui indiquant que ces films sont indignes d'elle, elle décline donc les offres, ce qu'elle regrettera plus tard.
Elle fait son retour au cinéma en 1957, dans le film Island in the Sun, donnant la réplique à James Mason, Joan Fontaine, Joan Collins, et retrouvant encore Harry Belafonte. L'histoire controverse raconte l'amour entre une indienne (jouée par Dorothy) et un homme blanc (joué par John Austin) et le script a été remanié plusieurs fois afin de respecter les codes imposés par les studios concernant les relations inter-raciales. Côté coulisses, Dorothy et John Austin vont entamer une liaison. Malgré la controverse et les critiques négatives, le film rencontre un très grand succès.

dorothy-1960-malaga Elle joue ensuite dans une production italienne, Tamango, face à l'acteur allemand Curd Jürgens avec qui elle vit une romance sur le tournage. En 1958, elle redonne la réplique à James Mason dans The Deck Ran Red, puis joue dans la super production hollywoodienne Porgy and Bess réalisée par Preminger avec Sidney Poitier et Sammy Davis Jr.
En 1959, elle joue dans un thriller britannique à petit budget, Malaga. La publicité autour du film annonce que c'est la première fois qu'une actrice noire embrasse un acteur blanc (ce qui est erroné, car c'est le film Tamango qui montre pour la première fois un baiser entre une noire et un blanc, entre Dorothy et Curd Jürgens); mais Dorothy et son partenaire Trevor Howard créent une tension sexuelle sous-jacente sous la direction de Laszlo Benedek et le film sera interdit dans les salles américaines jusqu'en 1962.
Elle joue avec James Coburn dans The Murder Men (1961 - qui sera ensuite intégré en épisode de la série télévisée Les Barons de la Pègre). En 1962, Christian-Jaque l’engage avec Alain Delon pour tourner un Marco Polo qui reste inachevé.

dorothy_dandridge-jack_denison Le 22 juin 1959, Dorothy épouse en secondes noces le restaurateur Jack Denison (voir photo ci-contre). Une relation décevante: il la dépouille de sa fortune et ils divorcent en 1962 après des accusations de violences domestiques.
À cette époque, elle découvre que les personnes chargées de gérer ses finances l'ont déjouée de 150 000 $ et qu'elle avait 139 000 $ de dettes pour les arriérés d'impôts. Elle vend alors sa maison d'Hollywood et place sa fille dans un établissement psychiatrique d'état à Camarillo, en Californie, et emménage dans un petit appartement au 8495 Fountain Avenue à West Hollywood, en Californie.
Rencontrant de multiples déboires, tant sur le plan professionnel que personnel, elle décide de reprendre en main sa carrière de chanteuse. Le 9 septembre 1965, il est prévu qu'elle prenne l'avion pour New York, où elle doit faire son retour sur scène au Basin Street East.

dorothy-1960s Le 8 septembre 1965, elle discute au téléphone avec sa belle-soeur et amie Geraldine "Geri" Branton qui racontera que Dorothy évitait d'exprimer son espoir pour l'avenir de chanter People dans son intégralité (chanson de 1964 de Barbra Streisand) et de faire cette remarque énigmatique avant de raccrocher: «Quoi qu'il arrive, je sais que vous comprendrez.»
Plusieurs heures après cet appel, Dorothy est retrouvée morte, allongée nue au sol de sa salle de bain avec un turban bleu sur la tête, par son manager Earl Mills qui a forcé la porte pour rentrer. L'institut de pathologie de Los Angeles conclut que la cause de son décès est un accident vasculaire cérébral à la suite d'une overdose de médicaments (des antidépresseurs), alors que le coroner de Los Angeles parvient à une conclusion différente: décès du à une rare embolie d'obstruction du flux sanguin aux poumons et au cerveau, par de minuscules morceaux de graisse s'écaillant de la moelle osseuse dans le pied droit qu'elle s'était fracturée cinq jours avant sa mort.
Earl Mills déclarera que «La vie de Dorothy n'a été qu'une suite d'épreuves plus douloureuses les unes que les autres. Chaque fois elle perdait un peu plus pied. Il n'y avait pas d'issue, elle le savait.»
Dorothy avait 42 ans. Incinérée, ses cendres sont dispersées dans le Freedom Mausoleum du cimetière Forest Lawn Memorial Park à Glendale (en Californie).
 


Dorothy Dandridge est une référence dans la culture américaine, et bon nombre des personnalités noires américaines lui rendent désormais hommage:

 dorothy_dandridge-looklike-beyonce-1 dorothy_dandridge-looklike-janet_jackson-1 dorothy_dandridge-looklike-riri-1 
Beyoncé / Janet Jackson / Rihanna

En 1999, un biopic est réalisé pour la télévision "Introducing Dorothy Dandridge" ("Dorothy Dandridge, le destin d'une diva") avec Halle Berry dans le rôle titre, et récompensé par des Emmy Awards et Golden Globes:

introducing_DD-1 introducing_DD-2 introducing_DD-3 


Marilyn et Dorothy

mm_with_otto_dorothy-1 
Dorothy Dandridge, Otto Preminger, Marilyn Monroe

L'amitié entre Marilyn Monroe et Dorothy Dandridge reste un fait peu connu. Non relaté dans la presse d'époque, du à la ségrégation et au racisme -où les blancs étaient séparés des noirs- le lien entre les deux actrices est aussi peu décrit dans les biographies consacrées à Marilyn; tandis que l'on trouve plus d'information dans les livres consacrés à Dorothy.
Dorothy est surnommée la "Black Marilyn" (la "Marilyn noire") par les médias et la communauté noire de l'époque, de par leur sex-appeal et leur vie au destin tragique.

Marilyn Monroe rencontre Dorothy Dandridge à la fin de l'année 1948 pendant les cours d'art dramatique de l'"Actor's Lab" à Hollywood, que Marilyn a commencé à suivre en 1947. Elles se soutiennent lors des auditions (Dorothy, anxieuse et impatiente, apprécie la patience et la gaité de Marilyn) et s'appellent souvent au téléphone, discutant de leur carrière, des hommes et du racisme à Hollywood. Elles vont souvent ensemble à des fêtes privées à Los Angeles, parfois accompagnées d'Ava Gardner, une autre amie de Dorothy.

dorothy_dandridge_ava_gardner-1953 
Ava Gardner et Dorothy (1953)

En 1952, quand Marilyn emménage à Hilldale Avenue, dans le West Hollywood, Dorothy est en quelque sorte une voisine de Marilyn, car elle habitait plus bas dans la même rue, dans un duplex qu'elle partegeait avec son petit-ami Phil Moore, un musicien de jazz, compositeur et professeur de chant pour les actrices, qui travaillait aussi en répétition avec Marilyn (en 1948 pour 'Ladies of the Chrorus' ). Marilyn se rendait ainsi souvent chez Dorothy, pour prendre des cours avec Phil Moore, où son piano est installé à l'étage:

 phil_moore_et_dorothy-1  phil_moore_et_mm-1 marilyn_et_phil_moore_rehearsal_niagara_3  
Phil Moore avec Dorothy Dandridge (1951) / Marilyn Monroe (1948 et 1951)

Le 3 août 1952, Marilyn se rend chez Dorothy pour se préparer à la fête de Ray Anthony, en la présence du photographe Phil Stern, qui prendra des photos à la fête.

Eté 1953, sur le tournage de River of no return (La rivière sans retour) à Jasper au Canada,, Dorothy qui accompagne 'officieusement' son amant Otto Preminger, retrouve Marilyn. Les acteurs, Preminger et Dorothy sont photographiés dans les coulisses (les seules photographies montrant Dorothy en compagnie de Marilyn):

mm_with_otto_dorothy-2-1 
Rory Calhoun, Dorothy Dandridge,
Otto Preminger, Robert Mitchum et Marilyn

Le 15 septembre 1954, pendant que Marilyn tourne la scène de la robe de The Seven Year Itch (Sept ans de réflexion) à New York, Joe DiMaggio, entraîné par le chroniqueur Walter Winchell, va découvrir sa femme affoler le public majoritairement masculin lorsque sa robe blanche se soulève faisant découvrir ses jambes et sa culotte. Le soir à l'hôtel, le couple se dispute violemment. Quand la décision du divorce est prise, Marilyn téléphone aussitôt à Dorothy et les deux femmes vont pleurer ensemble. Dorothy va même proposer à Marilyn de venir à New York pour lui apporter son soutien.

En 1956, Dorothy souhaite obtenir le rôle de Cherie dans Bus Stop (Arrêt d'autobus) et supplie Darryl Zanuck de le lui donner. C'est Marilyn qui aura la rôle.

Quand Dorothy apprend le décès de Marilyn, elle en est dévastée. 
Dorothy meurt dans l'appartement D2 de l'immeuble "El Palacio Apartments", au 8495 Fountain Avenue, qui est l'immeuble où a vécu Marilyn pendant quelques mois en 1947.

el-placio-apartments 
El Palacio Apartments

Dorothy a confié à son manager Earl Mills que
- "Marilyn était un sex-symbol mondial mais je pense qu'elle n'aimait pas être ça. En plus, elle pensait ne pas être un bon coup au lit. Elle avait toujours de la peine pour toute sorte, donc faire l'amour pour Marilyn était souvent douloureux. Vous ne pouvez pas apprécier le sexe de cette manière."
- "Ce qu'elle voulait chez un homme n'existe pas. Elle avait le sentiment qu'un homme bien pourrait guérir tous ses maux, ses insécurités, ses doutes. Il pourrait la protéger de tous les troubles du monde. A chaque fois qu'elle rencontrait un homme dont elle pouvait tomber amoureuse, elle pensait que c'était cet homme qui pouvait faire toutes ces choses. Donc elle se mariait ou engageait une relation emplie de grands espoirs. Là, l'homme n'avait pas la possibilité de répondre à ces attentes. De plus, il ne savait pas ce qu'elle attendait de lui. Si il l'aurait su, peut être que ça aurait fonctionné. Mais si il finissait par lui demander, Marilyn ne savait pas dire ce qu'il fallait faire pour combler ce vide."

  fur-mm_dorothy  


 >> sources:
biographie en anglais sur wikipedia
biographie en français sur
wikipedia

blog Dorothy Dandridge, Angel Face sur coppercoloredgal
photographies sur  The Red List / LIFE / Doctor Macro
livre "Dorothy Dandridge: An intimate Biography" de Earl Mills (extrait sur Google Books)
forum EverlastingStar
article "The frienship of Marilyn and Dorothy" sur le blog
thegentlemensfoundation

article "Encounters with Racism - Travilla, Marilyn and Dorothy" sur le blog
travillastyle

dorothy_dandridge-portrait-3 

- video documentaire / biographie en anglais -


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

03 février 2017

Marilyn Monroe Citation 31

I never understood it - the sex symbol -
I always thought symbols were things
you clash together.
That's the trouble, a sex-symbol 
becomes a thing -
I just hate to be a thing.
But if I'm going to be a symbol
of something, I'd rather have it sex.

citsexsymbol 

Je n'ai jamais compris - le sex-symbol -
J'ai toujours pensé que les symboles étaient des choses
auxquelles vous vous heurtez.
C'est le problème, un sex-symbol
devient une chose -
Je déteste être juste une chose.
Mais si je dois être le symbole de quelque chose,
je préfère que ce soit du sexe.

Posté par ginieland à 19:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


29 janvier 2017

Clin d'oeil à Marilyn dans "Tiré à Part"

Les clins d'oeils à Marilyn au Cinéma

   - Tiré à Part  -

Dans le film "Tiré à Part", pour vérifier ses soupçons sur le manuscrit de Fabry (Daniel Mesguich), Lamb (Terence Stamp) se rend en Tunisie. Il rend visite à Yasmina (Huguette Maillard), qui lui confirme que tous les faits décrits concordent avec le viol puis le suicide de sa sœur Farida. La jeune Farida (Amira Casar), fille de Yasmina, ressemble prodigieusement à celle qu'il a tant aimée. Elle le conduit dans la chambre de sa défunte tante, où l'on remarque quelques posters : un portrait de Marilyn Monroe (photographie de "The Last Sitting" de Bert Stern), une affiche du film "Géant", et une affiche du film "Fenêtre sur Cour". 

tire-a-part-01734 


Tire_a_part  Film: Tiré à part
Année: 1996
Pays: France
Réalisateur: Bernard Rapp
Scénario: Bernard Rapp et Richard Morgiève d'après l'œuvre de Jean-Jacques Fiechter
Genre: drame
Distribution: Terence Stamp (Edward Lamb), Daniel Mesguich (Nicolas Fabry), Maria de Medeiros (Nancy Pickford), Jean-Claude Dreyfus (Georges Récamier), Frank Finlay (John Rathbone), Hannah Gordon (Doris), Amira Casar (Farida)...
L'histoire: Nicolas apporte son dernier manuscrit à son ami Edward. Si le style séduit Edward, l'histoire lui rappelle étrangement un crime dont il fut l'un des acteurs 30 ans auparavant...

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les secrets de beauté de Marilyn Monroe

Chanel n°5, crème Nivea et huile d'olive : les secrets de beauté de Marilyn Monroe
Article publié le 21/12/2016
en ligne sur Madame Figaro

madame_figaro-marilyn-monroe--ses-astuces-beaute   Dans les années cinquante, les stars avaient des habitudes beauté plus ou moins déroutantes. Zoom sur la routine soin et maquillage de Marilyn Monroe.

Si la légende retient que Marilyn Monroe dormait seulement avec quelques gouttes de Chanel n°5, l’actrice avait d’autres habitudes beauté beaucoup moins connues. Pour préserver son teint laiteux, l’actrice se protégeait du soleil et ne s’exposait jamais aux rayons UV sans protection. De plus, Norma Jeane Mortenson était obsédée par l’hydratation, afin d’obtenir un teint glowy qui accroche parfaitement la lumière, notamment au cinéma. C’est pourquoi, comme l’explique un article de Vogue us, elle utilisait la célèbre crème Nivea comme base de maquillage pour se concocter un teint pâle. La star soignait également sa peau avec de l’huile d’olive et était une amatrice de la crème très riche de huit heures d’Elizabeth Arden. Son habitude quotidienne plutôt originale ? Plonger son visage dans de l’eau très chaude chaque soir. Une astuce surprenante héritée du dermatologue star de l’époque, le docteur Erno Lazlo.

Le contouring avant l’heure

Pour sa mise en beauté, Marilyn Monroe était d’une grande exigence. Son maquilleur attitré, Allan "Whitey" Snyder, avait coutume d’utiliser de la vaseline ou de l’huile de coco en guise d’enlumineur sur les pommettes et les tempes de l’actrice. Cette dernière voulait également qu’on lui en applique sur les paupières afin qu’elles soient brillantes. La star était, de plus, une adepte du contouring, une technique de maquillage qui n'appartient donc pas à Kim Kardashian. Comme le rapporte le site du magazine américain Marie-Claire, Marilyn demandait à son maquilleur d’appliquer cinq teintes différentes de rouges à lèvres et de gloss pour se créer une bouche plus charnue. Le sombre s’appliquait sur les coins extérieurs et le contour, les teintes clairs au milieu de la bouche. Enfin, pour un regard de biche, l’héroïne de Certains l'aiment chaud utilisait un recourbe cils, le mascara de Helena Rubinstein et des faux cils. Un make-up qui n'a finalement pas pris une ride.

Les produis de beauté cultes de Marilyn Monroe
En images

-- NIVEA --
madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-4
 
Crème multi-usages, Nivea, 4,99 € le pot de 250 ml,
disponible dans les points de vente de la marque.

-- MAX FACTOR --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-9_0  
Rouge à lèvres teinte « Marilyn Berry Red »,
collection « The Marilyn Monroe Lipstick Collection »,
Max Factor, 9,95 €, disponible dans les points de vente de la marque

-- ELIZABETH ARDEN --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-3_0 
Baume apaisant réparateur sans parfum « Crème de huit heures »,
Elizabeth Arden, 35,50 € le tube de 50ml,
disponible dans les points de vente de la marque.

-- MAKE UP FOREVER --
madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-6_0  
Faux cils « Lash Show »,
Make Up Forever, 17,50 €, en vente sur sephora.fr.

-- AROMA-ZONE --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-2_0  
Huile végétale d’olive bio, Aroma-Zone,
5,90 € le flacon de 200ml, en vente sur aroma-zone.com.

-- REVLON --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-11_0 
Vernis à ongles rouge “Nail Enamel”,
Revlon, 9,90 €, disponible dans les points de vente de la marque.

-- HELENA RUBINSTEIN --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-7_0  
Mascara “Long Lash”, Helena Rubinstein,
42 €, en vente sur helenarubinstein.com.

-- RMS BEAUTY --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-5_0  
Crème à tout faire d’huile de noix de coco pure « Raw Coconut Cream »,
RMS Beauty, 17 € le pot de 70 g, en vente sur ohmycream.com.

-- THE BODY SHOP --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-8_0 
Recourbe-cils, The Body Shop,
5,50 €, en vente sur thebodyshop.com.

-- VASELINE --

madame_f-les-produits-de-beaute-culte-de-marilyn-monroe-photo-10_0  
Vaseline pure, Vaseline,
5,10 € le pot de 106 g, en vente sur biovea.net.

Posté par ginieland à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2017

Marilyn at Twentieth Century Fox

Marilyn at Twentieth Century Fox
Author: Lawrence Crown

commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown Date de sortie: septembre 1987
Relié 216 pages
Dimensions: 28,7 x 23,9 x 2,5 cm

Langue: anglais

Éditeur: W.H. Allen / Virgin Books
ISBN-10: 185227025X
ISBN-13:
978-1852270254
Prix éditeur: ? Euros
Ou le commander ? sur amazon 

Description: Packed with photographs and memorabilia, many rarely seen before, this book is a unique panorama of Marilyn's years at Twentieth Century Fox.

Content (sommaire): Marilyn Monroe's Fox Films / Introduction / Stock Kid - Starlet / All About Eve - All About Marilyn / The Fireball - Early Stardom / A Niagara of Monkey Business / Gentlemen Prefer Blondes / How To Marry A Millionaire / River Of No Return / There's No Business Like Show Business / The Seven Year Itch / Bus Stop / Let's Make Love - Something's Got To Give / Afterword

> extrait de quelques pages
commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown-01 
commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown-20  commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown-56 
commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown-158  commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown-162 
commande-book_mm-marilyn_at_20th_century_fox-lawrence_crown_back 


Mon Avis en Bref...  10/10
Tel qu'il est intitulé, ce livre se concentre uniquement sur les années de Marilyn à la Fox: des informations (sur ses contrats et ses films) et des photos rarement publiées (d'excellentes qualités, noir et blanc et couleur). N'hésitez pas à l'acheter (on le trouve pour quelques euros sur internet), car bien qu'il commence à dater (édité en 1987) et n'existe qu'en anglais, vous serez surpris de son contenu, car le livre vaut surtout pour son contenu photographique axé sur les films tournés par Marilyn pour la Fox (d'où l'absence de "The Prince and The Showgirl", "Some Like It Hot" et "The Misfits"): les photos officielles de promo, en studio, en coulisses et des tests costumes.


Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)
Gives your opinion, review or note (/10)

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 22:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Août 1955, New York, "The Skin Of Our Teeth"

Marilyn Monroe prend un taxi à New York - août 1955
Elle assiste à la pièce "The Skin Of Our Teeth" à l'ANTA Theatre. 

Marilyn Monroe takes a taxi cab in New York - August 1955
She attends the play "The Skin Of Our Teeth" at the ANTA Theater.

1955-08-new_york-taxi-by_james_haspiel-1 1955-08-new_york-taxi-by_james_haspiel-1a 
- de la collection de James Haspiel, fan
-from the personal collection of James Haspiel, fan


1955-08-new_york-taxi-collection_frieda_hull-1  
- de la collection de Frieda Hull, une fan des Monroe Six
-from the personal collection of Frieda Hull, one of the 'Monroe Six'


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Posté par ginieland à 19:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Hiver 1955 - Marilyn à New York

Marilyn Monroe en pull col roulé noir et manteau de fourrure,
Gladstone Hotel, New York - 1955
Marilyn Monroe in a black turtleneck sweater and fur coat

1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-by_james_haspiel-1-1 1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-by_james_haspiel-1-2 1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-by_james_haspiel-2-1 
- de la collection de James Haspiel, fan
-from the personal collection of James Haspiel, fan


1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-by_james_collins-1  1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-by_james_collins-2 
- de la collection de James Collins, un fan des Monroe Six
-from the personal collection of James Collins, one of the 'Monroe Six'


1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-1a  1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-1b 
1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-1c  1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-1d  1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-1 
1955-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-2 
1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-3 

1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4  1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4a 
1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4b  1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4c 
1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4d  1955-01-new_york-mm_in_fur-tutleneck-collection_frieda_hull-4e 
- de la collection de Frieda Hull, une fan des Monroe Six

-from the personal collection of Frieda Hull, one of the 'Monroe Six'


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer