Photos liées au tag '2006'

Voir toutes les photos
24 mars 2012

Une semaine avec Marilyn (livre)

Une semaine avec Marilyn
auteur: Colin Clark
traduction: Jean-Noël Liaut

book_une_semaine_payotPrix éditeur: 17 Euros
Date de sortie: avril 2006
Broché: 199 pages
Editeur : Payot
Langue : français

ISBN-10:
2228900850
ISBN-13:
978-2228900850
Ou le trouver ? sur amazon.fr 

Présentation de l'éditeur: En 1956 à Londres, Colin Clark, âgé de vingt-trois ans et tout frais émoulu d'Eton, devient le troisième assistant de Laurence Olivier. Celui-ci doit tourner Le Prince et la Danseuse, dont il partagera la vedette avec Marilyn Monroe. Il a embauché le jeune homme par amitié pour son père, Kenneth Clark, éminent historien d'art. Le tournage est un enfer scandé par les querelles entre le génial comédien shakespearien et l'immense star d'Hollywood. Marilyn, qui aspire au rang d'authentique actrice, est traitée comme une blonde écervelée par Olivier et comme une enfant difficile par Arthur Miller, son tout nouveau mari, tandis que son associé Milton Greene la laisse avaler trop de calmants pour mieux la manipuler. Prisonnière de ces fortes personnalités masculines, prisonnière surtout de sa vertigineuse ascension, le sex-symbol du grand écran qui a conquis le monde entier tente alors de noyer son mal-être en séduisant un jeune inconnu. Entre " Mlle Monroe " et Colin se noue une étrange idylle, du 11 au 19 septembre 1956. Longues conversations, visite de la bibliothèque de Windsor, baignade à Eton... Mais que se passera-t-il lorsque le garçon se retrouvera assis au bord du lit de Norma Jean ? Devenu un grand producteur de télévision, Colin Clark (1932-2002) n'a livré son secret que deux ans avant sa mort. En racontant une seule semaine de la vie de Marilyn Monroe dans un petit livre aussi drôle que touchant, il a accompli l'exploit de nous en apprendre plus sur un personnage trop célèbre que les biographies les plus complètes.

A savoir: Ce livre a été mis en images au cinéma, par le film Une semaine avec Marilyn (2012) avec Michelle Williams (dans le rôle de Marilyn) et Eddie Redmayne (dans celui de Colin Clark).


 > Le livre a été republié:

book_une_semaine_payot_2008 book_une_semaine_payot_2012  
  1/ Ed. Payot, Petite Bibliothèque, (poche), en 2008, à 7 euros    
2/ Ed. Payot, Petite Bibliothèque, (poche), en 2012, à 7 euros


Sur le web: Le livre version originale, en anglais,
sur le site myweekwithmarilynbook


 Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)

Posté par ginieland à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2012

Nos Films de Toujours

Nos films de toujours
Auteur
s: Marc Combier, Monsieur Cinéma.
Préface de: Pierre Tchernia.

book_nos_films_coverPrix éditeur: 22 Euros
Date de sortie: octobre 2006
Broché: 384 pages
Editeur : Larousse
Collection:
Art & Sciences Humaines
Langue :
français

ISBN-10: 2035826608
ISBN-13: 978-2035826602
Ou le trouver ?
amazon.fr 

Description:Plus de 300 films présentés à travers leurs images marquantes ; le résumé, la petite histoire, le tournage, les acteurs-vedettes, etc.
Un ouvrage destiné au grand public très visuel : 1 200 photos de films ; répondant à toutes les attentes des spectateurs de cinéma Films de genres (SF, western, aventures, polar) Succès du box office (Star Wars, Danse avec les loups, Indiana Jones, Taxi) Grandes rediffusions télévisées (La Grande Vadrouille, Lawrence d'Arabie, L'Homme de Rio, etc.) Grands classiques (Citizen Kane, Le Guépard, La Femme dur boulanger...) ; organisé en fonction des désirs de chacun : rire, frémir, s'émouvoir, etc. 

> Visuel films avec Marilyn Monroe (merci à Lolie):
book_nos_films_p62_by_lolie book_nos_films_p130_by_lolie book_nos_films_pmisf_by_lolie book_nos_films_p256_by_lolie

Posté par ginieland à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 février 2012

CinéMarilyn

CinéMarilyn
ou l'âge d'or des sex-symbols d'Hollywood et d'ailleurs

Auteur
: Dominique Choulant

cinemarilynDate de sortie: septembre 2006
Broché383 pages
Langue: français

Éditeur: Prestel Verlag
ISBN-10: 2748332849
ISBN-13:
978-2748332841
Prix éditeur: 26 Euros
Ou le commander ? sur amazon.fr  

Présentation de l'éditeur: Marilyn Monroe. Un nom. Un corps. Un destin. Une petite orpheline qui rêve de côtoyer les plus grands, les plus beaux. Une femme jugée pour ce qu'elle n'est pas. Une actrice capricieuse, qui connaît gloire et désenchantement. Une amante blessée et déçue. Une tragédie de rêve. Un mythe toujours aussi éclatant.

> des extraits du livre sur books.google.fr 

Posté par ginieland à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 novembre 2011

Icônes 1960-1990

Icônes 1960-1990
Auteur: Isabelle Solal
Préface de Michel Giniès

Icones_1960_1990_lightbox_zoomDate de sortie: 13 octobre 2006
Relié 200 pages
Langue: français

Éditeur: Hugo et Compagnie
ISBN-10: 2755600950
ISBN-13:
978-2755600957
Prix éditeur: 35 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur HugoEtCie et sur amazon.fr

Présentation de l'éditeur:  Étoiles hollywoodiennes, monstres sacrés, compositeurs de génie, héraut du pop art, rock-stars planétaires, divas de la mode, égéries de la Nouvelle Vague ou têtes couronnées, autant de figures de légende immortalisées par le regard des photographes. Ces icônes symbolisent et incarnent à elles seules la couleur, l'âme et l'esprit d'une époque. En 1960, le film de Fellini, La Dolce Vita , donne le ton et inaugure l'avènement d'un âge d'or : quatre décennies cultes, avant le déferlement de la presse à scandale. Les photographes travaillaient alors sans téléobjectif et immortalisaient en toute liberté, dans un climat de confiance et de proximité, les icônes du monde entier : de Charlie Chaplin à Marilyn Monroe, d'Alain Delon à Jeanne Moreau, de Brigitte Bardot à Sophia Loren, Grace Kelly, Mick Jagger, Elizabeth Taylor, Marlon Brando, Maria Callas, Jackie Kennedy-Onassis, Romy Schneider, Andy Warhol, Dustin Hoffman ou Orson Welles.

Posté par ginieland à 22:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 novembre 2011

Marilyn, Joe & Me: June DiMaggio Tells It Like It Was

Marilyn, Joe & Me:
June DiMaggio Tells It Like It Was
 
Auteurs: June DiMaggio, Mary Jane Popp

bookmarilynjoeandmeDate de sortie: novembre 2006
Broché 224 pages
Langue: anglais

Éditeur: Penmarin Books
ISBN-10: 1883955637
ISBN-13:
978-1883955632 
Prix éditeur: 22 Euros
Ou le commander ? sur  amazon  

Présentation: At long last, June DiMaggio, niece of baseball legend Joe DiMaggio and a dear friend of Marilyn Monroe for 11 years, tells untold stories of the two legendary, very private stars that are insightful, fun and engaging. She also reveals what her family knew all along: Marilyn was more than a movie star and sex symbol... And her death was anything but suicide.

The DiMaggio family was very private then, and still is today. In fact, no book has ever been written by a member of Joe DiMaggio’s clan until now. No other book has firsthand stories told by someone who was there. June DiMaggio has been around celebrities since she was a child. A music theater star in her own right, June befriended Marilyn as well as other stars in Hollywood in the ’50s. She well understood that the real light of Marilyn Monroe was much more luminous than the sexy star power promoted by Hollywood. In Marilyn, Joe & Me, we can finally see Marilyn Monroe for who she was—intelligent, warm, funny, generous of spirit, good-hearted, well-read, articulate and a delightful, loving friend. Candid and full of charm and character, June tells it the way it was: She sets the record straight, and she pulls no punches in describing Hollywood behind the glitz and glitter of the studios and cameras.

Now in her late 70s, June finally reveals what the DiMaggio family knew all along: Their beloved Marilyn did not commit suicide—she was murdered. The family never discussed the subject. June’s mother went to her grave knowing the identity of Marilyn’s murderer— sharing it with no one. An article on Marilyn’s death in the December 2005 issue of Playboy included an excerpt from Marilyn, Joe & Me.

Marilyn, Joe & Me is filled with never-before-published photos that capture the essence of the people and the times: exclusive pictures of Marilyn in the production of her last film, Thes Misfits, and a treasury of DiMaggio family snapshots.

Posté par ginieland à 18:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 février 2011

Christina Aguilera

La chanteuse américaine Christina Aguilera est une admiratrice de Marilyn Monroe et elle s'est ainsi déjà mise dans la peau de son idole le temps d'une séance photo, d'un vidéo clip, ou lors de cérémonies.

* * * * *

En Novembre 2002, en cover du magazine "Rolling Stone"
une photo inspirée de la séance de Marilyn par Tom Kelley

mmlook-aguilera-rolling_stone-2002_nov  mmlook-aguilera  mm_kelley 

* * * * *

En 2004, aux MTV Video Music Awards

mmlook_christina_aguilera_2004_MTV_VMA mmlook_christina_aguilera_2004_MTV_VMA_2
mmlook_christina_aguilera_2004_MTV_VMA_3 mmlook_christina_aguilera_2004_MTV_VMA_4

* * * * *

Publicité pour son parfum 'X Pose' en 2004:
Christina porte une robe qui ressemble beaucoup
à celle que portait Marilyn en 1952 (à droite)

Xpose3 Xpose4 1952_BlackDress_jewels_011_010_byFrankPowolny_1c_1
Xpose Xpose2 
Xpose_videocap01 Xpose_videocap02 Xpose_videocap03
Xpose_videocap04 Xpose_videocap05 Xpose_videocap06 
Xpose_videocap07 Xpose_videocap08 Xpose_videocap09

> video 

 * * * * *

En Août 2006, pose pin-up fifties pour la cover de "Rolling Stone
mmlook-aguilera-rolling_stone-2006_august

* * * * *

En juin 2006, pour le magazine GQ
Christina reprend des poses célèbres de Marilyn:

de la séance "Bed Sitting de Bert Stern...
 1962_07_10_by_bert_stern_bed_0050_13
mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_01 mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_02 mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_03
mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_04 mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_06 mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_05

...aux séances de Marilyn par Earl Moran
mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_08 1949_by_earl_moran_knickers_black_01_1
mmlook_christina_aguilera_2006_juin_GQ_mag_07
1948_by_earl_moran_mattress_03_2

* * * * *

Une autre pose inspirée de la séance de Bert Stern

mmlook_christina_aguilera_mm5 mmlook_christina_aguilera_mm5_a

* * * * *

En juin 2010, publicité pour son parfum Royal Desire

mmlook_christina_aguilera_2010_pub_royal_desire_1 mmlook_christina_aguilera_2010_pub_royal_desire_2 mmlook_christina_aguilera_2010_pub_royal_desire_3

* * * * *

Autres photos où Christina copie la "Marilyn Attitude"

mmlook_christina_aguilera_attitude 
mmlook_christina_aguilera_mm3 
mmlook_christina_aguilera_mm4 mmlook_christina_aguilera_mm6 mmlook_christina_article

Posté par ginieland à 19:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 juillet 2010

Kate Moss a le look Marilyn

La mannequin britannique Kate Moss, surnommée "la brindille" s'est inspirée de Marilyn Monroe pour certaines séances photos au cours de ces dernières années.

ph_stern_Marilyn_bed_1 ph_stern_Marilyn_scarf_1 ph_stern_Marilyn_drink_1


Tout d'abord comme ici pour W magazine d'avril 2006 où, sous l'objectif du duo Mert & Marcus, Kate apparaissait blonde platine, coiffure brushing surélevée, un verre à la main puis allongée sur un lit, ce qui n'est pas sans rappeler la dernière séance de Marilyn par Bert Stern.
mmlooklike_kate_moss_by_mert_marcus_2006_april_Wmag_p1 mmlooklike_kate_moss_by_mert_marcus_2006_april_Wmag_p2


Pour la campagne de publicité pour Longchamp d'hiver 2007, Kate est photographiée par Mario Sorrenti et arbore une chevelure coupée au carré, gonflé au brushing et blond blanc, la couleur que Marilyn arborait les dernières années de sa vie; de plus le maquillage de Kate -trait épais d'eye liner- et l'expression de son regard -tête penchée en arrière et yeux mi-clos- sont inspirés de Marilyn.
mmlooklike_kate_moss_by_Mario_Sorrenti_2007_longchamp_1 mmlooklike_kate_moss_by_Mario_Sorrenti_2007_longchamp_2 


En 2008, la campagne d'Yves Saint Laurent choisit Kate pour représenter le rouge à lèvres: la photographie de cette campagne publicitaire s'inspire directement des photos que Marilyn avait barrée avec un marqueur lors de sa dernière séance d'avec Bert Stern.
mmlooklike_kate_moss_yves_saint_laurent_2008 ph_stern_Marilyn_cross_1 


Pour l'édition britannique de Vogue en décembre 2008, Kate Moss, photographiée par Nick Knight, est en couverture dépliante: cheveux courts et blonds, regard de séductrice, nue dans un drap blanc, le bras étiré vers l'objectif: cette pose lascive, langoureuse et sensuelle n'est pas sans évoquer les poses de Marilyn dans des lits de draps blancs (de Kirkland ou de Stern).
mmlooklike_kate_moss_by_Nick_Knight_2008_12_vogueUK_cover_1 mmlooklike_kate_moss_by_Nick_Knight_2008_12_vogueUK_cover_2 mmlooklike_kate_moss_by_Nick_Knight_2008_12_vogueUK_cover_3


mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_coverDans le New York magazine de février 2009, c'est le photographe Bert Stern, auteur de la fameuse dernière séance de Marilyn, qui photographie Kate; et il semblerait qu'encore une fois, il se soit inspiré de sa séance d'avec Marilyn: studio au fond neutre, le modèle est seul face à l'objectif et joue avec l'objectif: jeu de regard et jeu de vêtement, poses à demies-nues, et différentes expressions du regard. Kate y apparaît encore blonde (mais désormais un blond plus naturel, finit le blond platine) et cheveux ondulés au rouleau. (>> voir les photos sur le site nymag )

mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p1_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p1_2
mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p3_2 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p2_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p2_2
mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p3_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p4_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p4_2
mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p5_2 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p5_3
mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p5_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p6_1 mmlooklike_kate_moss_by_bert_stern_2009_ny_p7_1
 


Pour finir, même dans l'art Kate copie Marilyn: l'artiste Banksy a reprit les célèbres portrait de Marilyn par Andy Warhol pour les adapter sur Kate Moss !
mmlooklike_kate_moss_by_banksy marilyn_warhol

21 août 2009

Marilyn par Bert Stern (Exposition, 2006)

Marilyn par Bert Stern (Exposition, 2006)
article publié sur sniffandpuff.blogspot.com 
le 1/08/2009

MM_stern_three_quarts 

A l'occasion de l'anniversaire de la mort de Marilyn (5 août 1962), je publie ce billet avec la courte interview de Bert Stern, reprise d'un article que j'avais écrit en 2006 au moment de l'exposition "Marilyn Monroe, la dernière séance" au Musée Maillol à Paris. C'était pour le journal du fan-club français de Marilyn Monroe.

L’exposition Marilyn Monroe, la Dernière Séance qui a lieu dans la grande salle du Musée Maillol à Paris du 29 juin au 30 octobre 2006 fut une première à double sens : c’était la première exposition jamais consacrée à Marilyn Monroe en France et, comme l'a dit Bert Stern lui-même, c’était aussi le premier séjour parisien de Marilyn Monroe. Mais ça a surtout été, pour les visiteurs qui ont eu l’occasion de voir l’exposition, une très belle rencontre avec 59 photographies de Marilyn qui ont depuis longtemps fait le tour du monde mais qui n’avaient jamais été présentées ensemble, dans leur intégralité.

Les 59 photographies de l’exposition sont la sélection originale que Bert Stern a réalisée en 1982, au moment où il publiait chez l’éditeur allemand Schirmer/Mosel son livre monumental « Bert Stern - Marilyn Monroe - The Complete Last Sitting ». Bert Stern avait alors choisi 59 photographies sur les 2.571 clichés qu’il avait pris de Marilyn lors des deux séances photo qu’il avait faites avec elle pour le magazine Vogue en juin 1962. Cette sélection ne représentait pas pour Bert Stern une sorte de « best of » mais voulait plutôt évoquer l’émotion magique de ces deux prises de vues. Toutes les photographies montrées au Musée Maillol sont des tirages originaux (certains de 1962, d’autres de 1982, quelques autres plus récents). Elles sont même plus car chacune est le tout premier numéro de chacun des tirages originaux. C’est ainsi que chaque photographie est numérotée au 1/25, 1/36 ou 1/50 (selon que le tirage original soit de 25, 36 ou 50 exemplaires), titré « Marilyn » et signé de la main de Bert Stern, le tout au crayon noir. L’ensemble appartient aujourd’hui à la prestigieuse collection de Michaela et Leon Constantiner, un couple de collectionneurs partageant leur résidence - et leur collection - entre New York et Tel Aviv. Leon Constantiner (né en 1959) a acquis les 59 photographies à une vente aux enchères chez Sotheby’s New York au milieu des années 1990. Cet ensemble unique de photographies de Marilyn Monroe par Bert Stern a alors rejoint le reste de sa collection, qui comprend entre autres beaucoup d’autres photographies vintage de Marilyn. Une grande partie de la collection Marilyn Monroe des Constantiner a été présentée au Tel Aviv Museum of Art en 2004 et au Brooklyn Museum of Art en 2005. Mais seul le Musée Maillol a le privilège d’exposer l’intégralité de la série originale des 59 photographies choisies par Bert Stern en 1982. Actualisation : La collection Constantiner a été vendue par ses propriétaires depuis 2006.

MM_stern_book_LS 

Un petit rappel sur cette fameuse « Dernière Séance » qui sont en réalité deux séances distinctes.

Nous sommes au début juin 1962 : Marilyn vient d’avoir 36 ans et d’être licenciée par la Fox. Le tournage de Something’s Got to Give de Cukor s’est arrêté de façon calamiteuse. Marilyn n’a plus de travail et tue le temps entre la décoration de sa nouvelle maison de Brentwood et ses séances quotidiennes de psychanalyse chez le Dr Greenson. Bert Stern est un photographe de 32 ans (il est né en 1929) qui s’est spécialisé dans les portraits de célébrités. Il vient d’aller faire des photos d’Elizabeth Taylor à Rome sur le tournage de Cléopâtre. Travaillant en free-lance pour Vogue, il propose au magazine de faire une série de photos de Marilyn. Ayant obtenu le feu vert du magazine, il appelle l’agent de Marilyn à Los Angeles qui lui donne quelques heures plus tard la réponse de la star : c’est d’accord. Bert Stern, stupéfait par la rapidité de la réponse, prend l’avion pour Los Angeles, réserve une suite à l’hôtel Bel-Air de Hollywood et donne rendez-vous par téléphone à Marilyn.

Le jour convenu, Marilyn arrive à 19h00 avec cinq heures de retard, seule et apparemment enthousiasmée à l’idée de faire la prise de vues. Bert Stern a apporté quelques foulards colorés transparents et quelques colliers en guise d’accessoires. Il avait dit à Marilyn qu’il souhaitait faire des portraits mais Marilyn comprend qu’il a autre chose en tête en voyant les foulards. Elle le met à l’aise en lui posant directement la question « Vous voulez faire des nus ? ». Lui : « Vous accepteriez ? ». Elle : « Pourquoi pas ? ». Lui : « Mais vous ne serez pas maquillée ». Elle (en riant) : « Ah, vous voulez du créatif ! »… La séance durera 12 heures, de 19h00 à 7h00 du matin. Le champagne et le bordeaux contribuent à la détente de l’atmosphère et Marilyn se prête dans la bonne humeur au jeu des portraits et des nus (mais avec les foulards). Les photos sont réalisées en couleur et en noir et blanc avec deux appareils photo : un Rolleiflex 6x6 et un Nikon 24x36. Bert Stern sait sur le champ que cette séance de photos avec Marilyn va changer à jamais sa vie et sa carrière.

MM_stern_black_dress 

 De retour à New York, Bert Stern montre les clichés qui enthousiasment la rédaction de Vogue. Mais en 1962, des nus ne sont pas publiables dans un magazine de mode. Vogue demande alors au photographe d’organiser une seconde séance avec Marilyn, habillée cette fois. Rendez-vous est à nouveau pris avec l’actrice (toujours au Bel-Air, mais dans un bungalow) : une équipe de Vogue – coiffeur, maquilleur, habilleur – accompagne Bert Stern. Cette seconde séance est presque exclusivement consacrée au noir et blanc et les clichés sont très différents de la première séance : il s’agit vraiment d’une série de photos de mode avec des robes et accessoires amenés de New York par l’équipe de Vogue. Mais c’est Marilyn Monroe qui est le mannequin et cela fait toute la différence. Après six heures de travail, les films sont en boîte et l’équipe de Vogue quitte les lieux. Bert Stern se permet alors de demander à Marilyn si elle accepte de refaire une nouvelle série de nus, tout de suite. Elle répond « oui », retire son maquillage et se glisse dans les draps. C’est au cours de cette seconde partie de la « seconde séance » que sont réalisées les célèbres photographies de Marilyn nue sur le lit blanc. Pour lesquelles Stern ressort aussi ses films couleur. Au petit jour, Marilyn s’endort, Stern prend un dernier cliché de son modèle endormi et quitte la pièce. Il ne reverra plus Marilyn puisqu’elle meurt dans la nuit du 4 au 5 août 1962, cinq semaines après leur rencontre.

MM_Stern_nude 

Lors des deux séances, Marilyn avait demandé à Stern de lui montrer les clichés avant toute publication : elle était un peu inquiète de la cicatrice qui barrait son abdomen (trace d’une opération récente de la vésicule biliaire) et souhaitait conserver son droit à l’image. Stern lui avait répondu qu’il pourrait retoucher la cicatrice au laboratoire mais il lui avait aussi fait parvenir une sélection d’ektachromes de chaque série pour contrôle. Marilyn avait barré certains d’entre eux d’une croix au marqueur rouge et griffé d’autres avec une aiguille. Ces clichés « censurés » par Marilyn elle-même seront vus pour la première fois par le grand public en 1982 dans le livre de Bert Stern publié chez Schirmel/Mosel. L’exposition en présente deux, dont l’émouvante « Crucifixion », un chef-d’œuvre à part entière... qui pose toutefois des questions sur l'éthique du photographe, Bert Stern ayant décidé en 1982 de finalement montrer les photos censurées par Marilyn elle-même. Devait-il, pouvait-il le faire ? 

L’article sur Marilyn illustré des photographies de Bert Stern devait sortir dans l’édition de Vogue daté de la deuxième semaine d’août 1962. Après la mort de l’actrice, la rédaction du magazine hésita puis décida de publier l’article de huit pages tel quel, avec un court préambule. Seules des photographies en noir et blanc furent choisies parmi les photos de mode et un portrait, celui où Marilyn éclate de rire en gros plan avec un collier de strass, le bras droit levé dans un geste rétrospectif d’adieu.

MM_Stern_necklace 

L’exposition du Musée Maillol nous offre le bonheur de revoir une Marilyn Monroe qui ne nous est pas inconnue (toutes les photographies présentées sont célèbres depuis 1982) mais qui devait l’être pour ceux qui ont pu voir ces clichés en 1962. L’ombre de la disparition de la jeune femme plane évidemment sur chaque photo mais le miracle de Marilyn opère immédiatement sur les visiteurs : radieuse ou marquée, espiègle ou absente, concentrée ou ivre, l’image de Marilyn Monroe continue de prendre possession de l’espace qu’elle investit avec une force et une intemporalité stupéfiante. Une jeune femme qui visitait l’exposition m’a dit qu’elle avait du se retenir pour ne pas pleurer tant l’émotion était intense et inattendue. C’est le plus bel hommage qu’on puisse rendre à Marilyn Monroe et à Bert Stern, qui ont créé à eux deux en juin 1962 une formidable œuvre d’art qui méritait bien enfin les honneurs d’un musée français. 

Bert Stern était à Paris pour les vernissages de l’exposition. J’ai pu le rencontrer le mercredi 28 juin 2006 au Musée Maillol, lors du vernissage presse où je me suis faufilé, et lui poser quelques questions auxquels il a bien voulu répondre (l'entretien a eu lieu en anglais, c'est l'auteur du blog qui traduis) :

stern_expo_bg 
Bert Stern répondant aux questions de l'auteur du blog (2006) 

Q : Aviez-vous rencontré Marilyn Monroe avant votre première séance photo avec elle ?
Stern : Une seule fois au début des années 50 à un cocktail mais elle était entourée d’une cour d’hommes et je n’avais pas pu l’aborder et de toutes façons je ne crois pas que j’aurais osé.

Q : Quelle a été votre première impression quand vous avez vu Marilyn entrer dans la chambre du Bel-Air ?
Stern : Je l’ai trouvée très belle. On m’avait dit qu’elle était marquée mais j’ai vu entrer une très belle femme. D’ailleurs je lui ai tout de suite dit, sans réfléchir. Elle a ri. Je crois que ça lui a fait plaisir.

Q : Vous n’étiez pas un débutant mais vous étiez un jeune photographe. Vous n’étiez pas trop nerveux de vous retrouver en tête à tête avec Marilyn Monroe ?
Stern : Si bien sûr ! C’est aussi pour ça que j’avais commandé du champagne. Je ne tiens pas l’alcool mais je savais qu’un ou deux verres me détendraient. C’est elle qui a presque tout bu et je peux vous dire qu’elle tenait bien le coup !

Q : Vous aviez photographié Liz Taylor à Rome quelques semaines avant Marilyn. Vous avez senti une grande différence dans votre rapport de photographe par rapport aux deux actrices ?
Stern : C’était complètement différent. Avec Liz Taylor, ça a été très professionnel. Elle avait des assistants, elle m’a demandé ce que je voulais faire et a suivi mes directives. Ca a duré environ cinq heures en comptant la préparation et elle est partie après m’avoir remercié. Avec Marilyn, j’ai tout de suite senti qu’il allait se passer quelque chose que je ne contrôlerai pas. C’était très physique, très libre. J’ai été un peu débordé par la vitalité qu’elle dégageait. C’est pour ça que j’ai pris tellement de photos, je n’arrêtais pas. Elle bougeait et elle inventait tout le temps. Je n’ai jamais retrouvé cela dans toute ma carrière.

Q : C’est votre appareil photo ou c’est vous que Marilyn voulait séduire ?
Stern : Les deux sans doute ! Je ne sais pas si mes appareils photos ont été sensibles (je crois qui si parce qu’il y a quand même des photos pas mal, non ?) mais je peux vous dire que moi, je l’ai été. Et puis en plus, j’ai toujours eu un faible pour les blondes.

Q : Avez-vous ressenti les problèmes personnels que Marilyn traversait dans les mêmes semaines ?
Stern : Non. Je savais bien sûr comme tout le monde qu’elle traversait des moments difficiles mais pendant les séances photos, je n’ai rien senti de tel. Elle avait vraiment l’air contente d’être là. De temps en temps, elle semblait un peu ailleurs, un peu dans le vague, puis ça repartait. On le voit bien sur les photos je crois.

Q : En y repensant, au moment où vous la photographiez, auriez-vous pu imaginer la place que Marilyn Monroe allait prendre dans notre mémoire collective ?
Stern : Non, pas du tout. Comment aurais-je pu ? Par contre, j’ai tout de suite compris que c’était quelqu’un de spécial parce qu’elle était très différente dans son comportement des autres actrices que j’avais photographiées jusque là. 

MM_stern_self 
 Autoportrait au miroir de Bert Stern avec Marilyn

Actualisation : J'avais été très enthousiasmé par ma rencontre avec Bert Stern au Musée Maillol en 2006. Depuis, mon enthousiasme s'est dissipé, Stern s'étant révélé un personnage beaucoup plus ambigu dans son lien avec Marilyn Monroe, qui me semble maintenant beaucoup plus de l'ordre du marketing que de l'affectif. Sa reprise pitoyable de sa prise du vues de Marilyn en 1962 avec Lindsay Lohan en 2008 n'a fait qu'enfoncer le clou. Bref... 

Posté par ginieland à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 août 2008

Movie Icons Monroe

Movie Icons - Marilyn Monroe
Livre de photographies
Edition: Taschen

book_movie_icons_cover_01
Prix éditeur:
 
6,99 Euros
Date de sortie:
novembre 2006
Broché 192 pages
Dimension
14 cm x 19,5 cm
Langue: trilingue
français-anglais-allemand

Maison d'édition: Taschen
Éditeur:
Paul Duncan
Texte: F.X. Feeney
Photos: The Kobal Collection

Collection : Movie Icons
ISBN:
978-3-8228-2117-6
Ou le trouver ? sur Taschen
et en commande sur
fnac 

Description de la collection Movie Icons
Cette collection est une série d’ouvrages de photos sur les plus célèbres figures du cinéma américain, une biographie visuelle, en quelque sorte. Chaque ouvrage contient environ 150 photos, complétées par l’introduction concise d’un réalisateur, une chronologie, une filmographie, une bibliographie et quelques anecdotes. Dans la série des "icônes du cinéma", figurent -entre autres- Ingrid Bergman, Marlon Brando, Charlie Chaplin, James Dean, Marlene Dietrich, Greta Garbo, Audrey Hepburn, Grace Kelly, Steeve McQueen, Elvis Presley, Frank Sinatra, Elizabeth Taylor etc...

Description du Movie Icon Monroe 'The Iconic Bombshell'
Sommaire
: 1. Marilyn Monroe: L'enchanteresse (introduction) / 2. Filmographie en images: une silhouette blonde, les années studieuses, sex-symbol, vulnérable / 3. Chronologie / 4. Filmographie / Bibliographie

Extraits pages (du site taschen )
book_movie_icons_p1 book_movie_icons_p2 book_movie_icons_p3
book_movie_icons_p4 book_movie_icons_p5 book_movie_icons_p6

 


* Mon Avis en Bref...  9/10
Magnifique petit livre, comme toujours chez Taschen, qui a l'habitude d'éditer de splendides livres d'art. Les photographies sont d'une superbe qualité, la vie de Marilyn est ici illustrée par sa carrière cinématographique, chaque photo étant légendée. Il n'y a donc aucune photo concernant sa vie privée ou en publique, mais des images extraites de films, pendant les tournages ou encore des clichés publicitaires. C'est un excellent rapport qualité / prix, le texte en trois langues permettant par ailleurs un prix modéré (une seule impression sert tous les pays). J'ai hésité à mettre un 10/10 car le seul petit bémol: ce qu'il semble étrange, c'est la publication de captures d'écran (pour 'Bus Stop' et 'Something's got to give') alors qu'il existe des milliers de photos de ces deux films ! Par ailleurs, l'alternative d'un format plus grand aurait été préférable pour admirer pleinement les photos.


Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)
en cliquant sur commentaires...

Posté par ginieland à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2008

Shooting Star Marilyn Monroe

Shooting Star - Marilyn Monroe
Catégorie: Bande Dessinée

book_shooting_star_bd_marilyn_cover_1Prix éditeur : 9.95 Euros
Date de sortie : mai 2006
48 pages - taille 23cm x 30cm
Langue : français
Éditeur : Casterman
Collection : Rebelles
Scénaristes : Maryse & Jean-François Charles
Dessinateur et Coloriste : Kas (Zbigniew Kasprzak)
Genre : Historique
ISBN : 2203391510
Ou le trouver ? le site de l'édition casterman et en commande sur fnac.com

Description de la collection Rebelles (par Casterman)
On dit qu'à l'instant de mourir, nous voyons défiler toute notre vie sous forme de flashes. C'est en tout cas sous cette forme particulière que Maryse et Jean-François Charles ont décidé, avec la complicité de dessinateurs talentueux, d'approcher quelques hommes et femmes d'exception.
Rebelles, ils ont voulu changer la vie et tous ils sont morts tragiquement. Ils ont néanmoins laissé des traces dans notre imaginaire : ce sont devenus des personnages mythiques, des icônes contemporaines qui appartiennent désormais à la mémoire collective. En se documentant à leur sujet, les auteurs ont découvert des zones d'ombre et des aspects moins connus de leur personnalité,.. Quitte à démystifier les images qui nous hantent, les auteurs n'ont pas hésité à mettre en scène ces aspects-là aussi. C'est un parti pris audacieux : Si la légende en prend parfois un coup, les individus,avec leurs défauts et leurs hésitations, nous permettent d'entrevoir"une autre histoire", loin des clichés et des idées reçues.

Description de l'album Marilyn Monroe (par Casterman)
Février 1962.
Dans la maison qu’elle vient d’acheter, Marilyn semble retrouver un semblant de paix. Cette maison symbolise enfin pour elle le respect de sa vie privée. Loin des contraintes et de l’exploitation financière de la Fox, du despotisme de certains réalisateurs, des fameux «coups de fouet», cocktails d’amphétamines et de morphine administrés aux acteurs pour les garder en «pleine forme», Marilyn revit. Elle a viré tous ses médicaments et ne prend plus qu’un léger sédatif pour dormir. Sur le plan sentimental, après trois mariages ratés et de nombreuses liaisons décevantes, la petite provinciale arrivée de nulle part, en quête du bonheur absolu et de la reconnaissance universelle, est au septième ciel. Elle s’imagine en effet régner, depuis un an, sur le cœur de l’homme le plus puissant du monde, J.F.K. Mais le compte à rebours vient de commencer...

Exemple de planches (du site des éditions casterman )
book_shooting_star_bd_marilyn_p1 book_shooting_star_bd_marilyn_p12 book_shooting_star_bd_marilyn_p13

Des Critiques...
* Selon coinBD.com :"Kas a fait du bon boulot sur cet album, même si le scénario n'était pas des plus linéaires (...)
le choix de mettre ces "clichés" (des moments importants de la vie de la personne) dans le désordre est quelque peu injustifiable (...) ça ressemble à un puzzle, et c'est au lecteur de remettre les pièces dans le bon ordre, mais quand même, ce n'est pas très heureux comme orientation éditoriale. Et puis on a un peu l'impression que toute une partie de la vie de Marilyn est passée sous silence..."
* D'après critiques-bd.over-blog.com :"Alors que ce tome est le résultat de la même formule déconcertante que les précédents de la collection, il gagne par le fait qu'il permet de découvrir quelques aspects peu connus de la méga star, mais aussi surtout par la superbe réalisation graphique de l'artiste polonais."
* Sur planetebd.com :" Les scénaristes n’insistent pas sur les circonstances de sa mort restées obscures, reliant vaguement le suicide de la star avec le destin des frères Kennedy. Pour le reste, la biographie fait son œuvre sans véritable relief, préférant entremêler les séquences en flashbacks, plutôt que de suivre un classique fil chronologique. Le dessin est quand à lui confié à Kas (...) et son superbe style réaliste (l’un des meilleurs) se met ici au service d’une succession de tableaux, souvent plus proches de la biographie illustrée que des ressources offertes par le 9e art. A réserver aux aficionados de la star…"
* Enfin, selon krinein :"Le travail de Kas manque parfois de régularité. Autre point noir, le personnage de Monroe ne ressemble physiquement qu'un peu à celui que nous connaissons par le biais des films et photographies. (...)
Les Charles nous racontent Monroe comme des centaines d'autres nous l'ont décrite avant eux : méprisée, cantonnée dans son rôle de blonde légère, sentimentalement carencée et déboussolée. Beaucoup de dialogues sont mis en place très artificiellement et n'ont d'autres buts que d'exposer, de résumer une situation. Lire Shooting star, Marilyn Monroe, c'est comme regarder un long film en avance rapide. On survole, on se précipite et, au final, aucune saveur ne nous reste en bouche."


> l'édition Polonaise

BD-pologne 


* Mon Avis... 9/10
Je trouve l'ensemble des critiques bien dures à l'égard de cette BD, même si la plupart reconnaissent la qualité du style graphique. Pour ma part, il s'agit d'une bonne BD, et certes il est impossible de détailler une quelconque biographie d'une vie entière sous la forme d'une BD ! Mais les événements marquants de la vie de Marilyn sont ici repris, et les illustrations sont très réussies et réalistes (on saluera le travail documentaire fourni par les auteurs, comme le dessin d'une photo de Gladys, la mère de Marilyn). Un petit bémol dans la narration: le passage où Marilyn se trouve dans une boutique pour essayer des vêtements mais ne portant pas de sous vêtements, elle se fait mettre à la porte et crache au visage du gars de la sécurité ! Bien que l'anecdote prête à sourire, je n'ai pas trop compris ce que vient faire cette séquence de vie, Marilyn s'étant toujours montrée respectueuse et ne profitant pas de son statut de célébrité ! étrange...


Apportez votre critique, votre avis ou votre note
en cliquant sur commentaires...

Posté par ginieland à 17:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,