Photos liées au tag '2011'

Voir toutes les photos
27 août 2017

La Liaison entre Jerry Lewis et Marilyn Monroe

Depuis la disparition de Jerry Lewis le 20 août 2017, de nombreux articles évoquant une liaison entre l'acteur et Marilyn Monroe refont surface sur le web. En effet, Jerry Lewis avait dévoilé cette liaison qu'en 2011 dans une interview pour le magazine américain GQ .

1953-jerry_mm-1  
Dean Martin, Marilyn Monroe & Jerry Lewis
- Redbook Award - 24/02/1953

Ancien ami proche du président John Fitzgeral Kennedy, dont Jerry Lewis a dit "avec lui, j’ai eu l’ami­tié la plus belle et la plus intense de mon exis­tence", il aurait vécu une folle passion d'un mois seulement avec Marilyn. Et c'est avec son humour qu'il parvint à la séduire. S'il n'a jamais dévoilé les détails de leur rencontre, ni la date ou période exacte à laquelle elle a eu lieu, il ne cachait pas l'intensité de cette relation éphémère. Il a avoué avoir été captif de cette folle attraction reconnaissant la "tragique et mythique bombe sexuelle" qu'était Mariltn Monroe. Comme un souvenir douloureux, il expliquait "d'un sourire teinté de regret", combien il ne contrôlait plus sa propre vie à cette époque: "J'étais paralysé pendant un mois (le mois qu'ils ont passé ensemble, ndlr)". Les confessions s'arrêtent là. Rien n'est jamais venu infirmé ou confirmé cette révélation.

Extrait de l'interview / article de GQ de 2011:
Asked for a list, he demurs, "That's not good press." But in the midst of another story, Lewis is suddenly insistent that Marilyn Monroe and President Kennedy—with whom Lewis was close—never had the affair many believe they had. When I look skeptical, he turns stern. "I'm telling you what I know. Never! And the only reason I know is because I did. Okay?"
Wait, what??
He nods, adding that Monroe used sex like he uses humor: to make an emotional connection. "She needed that contact to be sure it was real."
Okay, but what was it like, I ask, to make love to the most famously tragic sexpot of all time?
"It was…" he says, taking a beat, "long." He smiles ruefully. "I was crippled for a month." Another pause. "And I thought Marlene Dietrich was great!"

Extrait de l'interview accordée au magazine français Gala dans une suite du Four Seasons Hotel, à Beverly Hills, en septembre 2016:
Gala: "Vous êtes consi­déré comme une légende d’Hol­ly­wood. Qu’est-ce qui vous a le plus impres­sionné lors de vos premières années ?"
Jerry Lewis: "Mari­lyn Monroe toute nue ! Je peux vous dire qu’il fallait avoir la forme pour être son amant ! Pendant un mois, je ne pouvais même plus bouger ! (rires) J’ai toujours admiré Holly­wood, j’ai tout aimé à Los Angeles, les lieux, la nour­ri­ture, les gens, etc… Cet endroit m’a rendu heureux toute ma vie."


Source: articles Paris Match  et Le Figaro
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mars 2016

Docu - Tony Curtis, Le Gamin du Bronx

Tony Curtis,
Le Gamin du Bronx

tony_curtis-cap01 tony_curtis-cap02 tony_curtis-cap03 

Année: 2011
Réalisation: Ian Ayres

Pays: France
Durée: 56 min

tony_curtis-cap04 

De la tragédie de l'enfance à l'apaisement des dernières années, de "Certains l'aiment chaud" à "Amicalement vôtre", un voyage intime avec Tony Curtis (1925-2010), l'un des premiers sex-symbols masculins d'Hollywood.
>> Diffusé en France sur arte le lundi 21 mars 2016


Retranscription des passages évoquant Marilyn Monroe:

(à 16min 50sec) Hollywood ne manque pas non plus de jeunes starlettes ambitieuses. Certaines, plus prometteuses que d'autres. Une en particulier attire l'attention de Tony.
Tony Curtis: "Marilyn et moi, on s'est rencontré en 1948. Elle avait les cheveux auburn, et elle portait des chemisiers transparents qui laissaient entrevoir le bout de ses seins. Ohhh.. tous les scènéristes se penchaient depuis le deuxième étage pour la regarder passer et ils l'applaudissaient. Elle se dirigeait vers le portail, elle n'avait pas de voiture. En la voyant partir à pied, je me suis dit 'C'est ma chance'. Le policier qui gardait le portail était un bon copain et il lui a dit 'C'est un type en or. Vraiment, c'est quelqu'un de bien, vous pouvez monter avec lui.' Elle l'a fait ! Une fois chez elle, je l'ai invitée à sortir avec moi, elle a accepté. Elle m'a donné le numéro de son petit hôtel."
Tony se fait prêter la maison d'un ami sur la plage de Malibu. Après être passé prendre Marilyn, il s'arrête dans un épicerie et achète un délicieux dîner pour leur soirée en tête à tête. Il a imaginé une soirée romantique, organisée dans les moindres détails.
Tony Curtis: "Les steaks et le poulet ont brûlé. J'ai renversé le vin, la salade est tombée des assiettes, c'était le pire des dîners ! Mais on a fait l'amour. Cela a été une expérience formidable pour tous les deux. Je savais ce qu'elle ressentait parce que je le ressentais moi-même. Tous les deux, on vivait là quelque chose de totalement nouveau !"

tony_curtis-cap_mm01 tony_curtis-cap_mm02 tony_curtis-cap_mm03 
tony_curtis-cap_mm04 tony_curtis-cap_mm05 tony_curtis-cap_mm06 
tony_curtis-cap_mm07 tony_curtis-cap_mm08 tony_curtis-cap_mm09 
tony_curtis-cap_mm10 tony_curtis-cap_mm11 tony_curtis-cap_mm12 
tony_curtis-cap_mm13 tony_curtis-cap_mm14 tony_curtis-cap_mm15 

------------------------------

(à 33min 40sec) Après avoir bravé la discrimination raciale, Tony accepte d'incarner le rôle d'un travesti dans un film qui joue sur la confusion entre les sexes.
Allan Hunter (Journaliste et Biographe): "Certains l'aiment chaud, aujourd'hui, est la plus grande comédie de tout les temps. Mais à l'époque, c'était très risqué. Deux stars masculines, déguisés en femmes, dans une oeuvre hybride, mi-film de gangster, mi-comédie. Cela aurait pu donner quelque chose de mauvais goût. Et Tony prenait un risque. D'ailleurs, il a avoué ne pas être très à l'aise avec le fait de devoir changer de sexe. Mais comme toujours, l'instinct de l'acteur a pris le dessus. Une seule question: comment être crédible ? Son inconfort et son égo sont devenus secondaires et il s'est borné à jouer un personnage dans une situation déséspérée qui doit devenir une femme convaincante, c'est tout."
Marian Collier (Actrice): "Un jour, ils sont arrivés sur le plateau en disant 'Il y a une audition pour une publicité. On y va, les filles ?' On y est tous allés, Tony y compris. Devinez qui a été pris ? Tony Curtis ! C'était lui la plus jolie. Mais à la fin, il leur a dit "Je ne suis pas une femme'".
Debbie Reynolds (Actrice): "Etre un bon acteur est un don du ciel. Soit vous faites rires, soit vous ne faites pas rire. Vous êtes drôles ou vous ne l'êtes pas. Vous avez le don ou vous ne l'avez pas. Et Tony l'a."
La patience d'un acteur n'a pas une durée illimitée en talons aiguilles. Pendant quatre mois, Marilyn oblige Tony Curtis et Jack Lemmon, travestis de la tête aux pieds, à l'attendre pendant des heures. Avant qu'elle ne daigne enfin à rejoinde le plateau. Comme toute l'équipe de tournage, Tony finit par enrager.
Les sentiments que Tony avait éprouvé pour Marilyn ont bien changé. Le comportement de Marilyn lui rappelle les abus infligés par sa propre mère.
Marian Collier: "Tony lui en voulait. Il lui en voulait beaucoup. Un soir, au visionnage des rushes, on y était tous, il était au fond, il a dit 'L'embrasser, c'est comme embrasser Hitler'".
Mamie Van Doren (Actrice): "Le connaissant, il a dit ça pour faire sensation. Pour faire le malin, et attirer l'attention. Au fond, il ne le pensait pas."
Tony Curtis: "J'ai connu cinq ou six filles qui embrassaient admirablement. Marilyn était de celles-là, elle faisait partie de la sélection."

tony_curtis-cap_slih01 tony_curtis-cap_slih02 tony_curtis-cap_slih03 
tony_curtis-cap_slih04 tony_curtis-cap_slih05 tony_curtis-cap_slih06 
tony_curtis-cap_slih07 tony_curtis-cap_slih08 tony_curtis-cap_slih09 
tony_curtis-cap_slih10 tony_curtis-cap_slih11 tony_curtis-cap_slih12 
tony_curtis-cap_slih13 tony_curtis-cap_slih14 tony_curtis-cap_slih15 
tony_curtis-cap_slih16 tony_curtis-cap_slih17 tony_curtis-cap_slih18 
tony_curtis-cap_slih19 tony_curtis-cap_slih20 tony_curtis-cap_slih21 

Enregistrer

11 août 2012

Docu - Bert Stern The Man Who Shot Marilyn

Bert Stern
The Man Who Shot Marilyn
Objectif Marilyn
Bert Stern, Original Madman

bert_stern_docu_cap03 

Année: 2011
Réalisation: Shannah Laumesiter
Pays: USA
Durée: 93 min
 

bert_stern_docu_cap01 bert_stern_docu_cap02 bert_stern_docu_cap04

docu_arte_Bert_Stern_Marilyn_Monroe_robe_noireDocumentaire sur la vie et l'oeuvre du photographe Bert Stern. Filmé par une amie, Shannah Laumesiter, le photographe se livre: son enfance, ses débuts dans la photographie, le milieu de la mode, ses femmes, ses années noires, et sa vie d'aujourd'hui... Il revient notamment en détails sur la célèbre séance de Marilyn Monroe, intitulée "The Last Sitting" car prise un mois et demie à peine avant la mort de l'actrice.
Résumé: Né à New York en 1929, Bert Stern a fait ses premières photos alors qu'il était soldat en Corée. Il s'est ensuite tourné vers la pub et a notamment lancé la campagne "Driestt of the dry" pour la vodka Smirnoff. Devenu célèbre dans le monde du cinéma, il a photographié les plus belles femmes du monde (Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Liz Taylor, etc.). Il rencontre Marilyn Monroe pour la première fois à l'Actors Studio en 1955, l'actrice porte une robe verte émeraude qui épouse les courbes de son corps. Mais il faut attendre 1962, quand Stern propose au magazine Vogue de prendre des clichés de Marilyn. Au départ, il devait s'agir de photos de mode classiques. Mais soudain, la belle lui demande : "Vous voulez que je me mette nue ?" Ce sera le point de départ de la série "Last Sitting" ("La dernière séance").
>> Diffusé en France sur arte le 5 août 2012 
>> Site officiel sur bertsternmadman.com

 > Vidéo -(Marilyn vers 40 min)

Enregistrer

Posté par ginieland à 12:27 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 novembre 2011

Docu TV - Un Jour Un Destin Marilyn Les Derniers Tourments

Un Jour Un Destin
Marilyn Les Derniers Tourments

unjourundestin_mm_cap_001 unjourundestin_mm_cap_002

Année: 2011
Raconté et présenté par Laurent Delahousse
Réalisation: Dominique Fargues
Production Magneto Presse
Pays: France
Durée: 79 min
Diffusé en France le 28 octobre 2011

Près de cinquante après sa disparition, Marilyn Monroe reste aujourd’hui encore une icône absolue, l’image d’une blonde superficielle et sensuelle fixée à jamais dans l’imaginaire collectif. Mais derrière la légende se cache en fait une réalité plus complexe, celle de Norma Jeane Baker, une jeune femme abandonnée de tous qui passera sans cesse de l’euphorie à des abîmes de désespoir.
Intervenants: Douglas Kirkland (photographe), Michel Schneider (écrivain et psychanaliste), Bernard Comment (éditeur), Lena Pepitone (sa gouvernante à New York), Adrien Gombeaud (journaliste), John Gilmore (acteur et écrivain), Lois Banner (historienne), Anne Plantagenet (écrivain), John Strasberg (fils de Lee Strasberg), F.X. Feeney (écrivain et réalisateur), Philippe Labro (journaliste et écrivain), Georges Barris (photographe), Elliott Erwitt (photographe), Lawrence Schiller (photographe), Christelle Montagner (admiratrice de Marilyn), Vincent Meylan (journaliste), Murray Garrett (photographe), Bill Ray (photographe), André Kaspi (historien).

 >> Captures
unjourundestin_mm_cap01 unjourundestin_mm_cap02 unjourundestin_mm_cap03
unjourundestin_mm_cap04 unjourundestin_mm_cap05 unjourundestin_mm_cap06
unjourundestin_mm_cap07 unjourundestin_mm_cap08 unjourundestin_mm_cap09
unjourundestin_mm_cap10 unjourundestin_mm_cap11 unjourundestin_mm_cap12
unjourundestin_mm_cap13 unjourundestin_mm_cap14 unjourundestin_mm_cap15
unjourundestin_mm_cap16 unjourundestin_mm_cap17 unjourundestin_mm_cap18
unjourundestin_mm_cap19 unjourundestin_mm_cap20 unjourundestin_mm_cap21
unjourundestin_mm_cap22 unjourundestin_mm_cap23 unjourundestin_mm_cap24
unjourundestin_mm_cap25 unjourundestin_mm_cap26 unjourundestin_mm_cap27
unjourundestin_mm_cap28 unjourundestin_mm_cap29 unjourundestin_mm_cap30
unjourundestin_mm_cap31 unjourundestin_mm_cap32 unjourundestin_mm_cap33
unjourundestin_mm_cap34 unjourundestin_mm_cap35 unjourundestin_mm_cap36
unjourundestin_mm_cap37 unjourundestin_mm_cap38 unjourundestin_mm_cap39
unjourundestin_mm_cap40 unjourundestin_mm_cap41 unjourundestin_mm_cap42
unjourundestin_mm_cap43 unjourundestin_mm_cap44 unjourundestin_mm_cap45
unjourundestin_mm_cap46 unjourundestin_mm_cap47 unjourundestin_mm_cap48
unjourundestin_mm_cap49 unjourundestin_mm_cap50 unjourundestin_mm_cap51
unjourundestin_mm_cap52 unjourundestin_mm_cap53 unjourundestin_mm_cap54
unjourundestin_mm_cap55 unjourundestin_mm_cap57 unjourundestin_mm_cap58
unjourundestin_mm_cap59 unjourundestin_mm_cap60 unjourundestin_mm_cap61
unjourundestin_mm_cap62 unjourundestin_mm_cap63 unjourundestin_mm_cap64
unjourundestin_mm_cap65 unjourundestin_mm_cap66 unjourundestin_mm_cap67
unjourundestin_mm_cap68 unjourundestin_mm_cap69 unjourundestin_mm_cap70
unjourundestin_mm_cap71 unjourundestin_mm_cap72 unjourundestin_mm_cap73
unjourundestin_mm_cap74 unjourundestin_mm_cap75 unjourundestin_mm_cap76
unjourundestin_mm_cap77 unjourundestin_mm_cap78  unjourundestin_mm_cap79
unjourundestin_mm_cap80 unjourundestin_mm_cap81 unjourundestin_mm_cap82
unjourundestin_mm_cap83 unjourundestin_mm_cap84 unjourundestin_mm_cap85
unjourundestin_mm_cap86 unjourundestin_mm_cap87 unjourundestin_mm_cap88

Mon Avis: Ce documentaire se concentre sur les "tourments" de Marilyn, c'est à dire à la face cachée de Marilyn, ses angoisses, ses dépressions, ses dépendances aux médicaments, ses relations avec les Strasberg et Greenson et ne montre que les dernières années de la vie de Marilyn (dès 1954) sans évoquer sa carrière. Le docu représente Marilyn dans un aspect un peu trop négatif, une personnalité sombre et désepérée.

> Vidéo

Enregistrer