Photos liées au tag '2016'

Voir toutes les photos
29 juillet 2018

TV - Frank Sinatra, all or Nothing at all

gif_tvmarilyn

Dimanche 29 juillet 2018 - 14h30 - Arte
A revoir en replay sur arte.tv

Documentaire:  Frank Sinatra
all or nothing at all

sinatra-docu 

Réalisation: Alex Gibney
Pays: Allemagne
Année: 2016
Documentaire en 2 parties
Durée partie 1: 113 min
Durée partie 2: 121 min

De sa jeunesse miséreuse dans le New Jersey à son ascension au rang de star internationale, le portrait fleuve et intime de Frank Sinatra. Des extraits rares du concert de ses "premiers adieux", en 1971, constituent le fil rouge du film. L'occasion de réécouter ses plus grands succès : "My way", "Fly me to the moon", "That's life", "New York, New York"...

Partie 1
Enfant unique, Frank Sinatra naît en 1915 à Hoboken, une ville extrêmement pauvre du New Jersey. Élevé par des parents italiens qui crurent farouchement au rêve américain, il doit lutter pour manger à sa faim. Tout jeune, il se met à jouer du piano et à chanter dans le bar familial. Un déclic. Sinatra n'a désormais qu'un objectif : devenir le nouveau Bing Crosby. Porté par une ambition démesurée, le crooner rend folles les jeunes femmes, amasse des sommes considérables, se marie et devient père pour la première fois. Mais cela ne lui suffit pas. Il s'engage dans la lutte contre la pauvreté et l'intolérance puis se lance dans une carrière d'acteur. Les années 1940 sont pourtant loin d'être idylliques pour celui que l'on surnomme "The Voice" : il est détesté par une partie des Américains, qui lui reproche son absence sur le front. On l'accuse d'être lié à la mafia et ses incartades conjugales nuisent à son image. La MGM le congédie et il finit par perdre sa voix au début des années 1950. Au fond du gouffre, Sinatra quitte sa femme pour Ava Gardner et obtient (grâce à la mafia ?) le rôle qui changera sa vie : celui d'Angelo Maggio dans Tant qu'il y aura des hommes.

Partie 2
Le phénix Sinatra renaît. Plus adulte, il troque ses cheveux bouclés et son nœud papillon contre un chapeau en feutre et une cravate large. Très proche de la scène noire américaine, il est le premier artiste blanc de son envergure à dénoncer autant la ségrégation. Si son aura est immense, "The Voice" est dévasté par sa rupture avec Ava Gardner et assiste hébété à l'explosion du rock, qu'il méprise. Il réunit quelques-unes des stars du moment au sein d'une troupe qui flatte son ego, le Rat Pack. Plus grande star de l'histoire du show-business, l'artiste se rapproche de la mafia en même temps qu'il devient un intime de Kennedy. Égal des puissants, il est dépassé par la révolution culturelle des années 1960 et décide de prendre sa retraite en 1971… pour changer d'avis trois ans plus tard. Sinatra enchaîne alors les concerts grandioses dans le monde entier.

L'homme, le chanteur, l'acteur
Riche en archives, vidéos personnelles inédites et témoignages, ce documentaire mêle la musique aux grands moments de la vie de Sinatra, sans cacher les faces sombres de l'artiste, notamment son tempérament colérique et son comportement vis-à-vis des femmes. Des extraits rares du concert de ses "premiers adieux", en 1971, constituent le fil rouge du film. L'occasion de (ré)écouter ses plus grands succès : "My Way", "Fly me to the Moon", "That's Life", "New York, New York", et bien d'autres encore.


Mon Avis...  10/10
L'un des meilleurs documentaires que j'ai vu consacré à un artiste. Composé uniquement d'archives (visuelles et sonores - avec des extraits d'interviews de Sinatra, de ses épouses (Nancy et Mia Farrow, ainsi que des extraits de la bio d'Ava Gardner), ses enfants, ses proches... mais aussi des coupures de presse) ce film ne relate que des faits (mis en exergue avec le contexte social, économique et politique de l'Amérique de l'époque). Un formidable documentaire qui nous apprend tout de la vie de Sinatra de sa naissance à sa mort (durée: près de 4 heures).
Marilyn est montrée à travers 2 photographies d'elle en compagnie de Sinatra pour illustrer d'une part, les nombreuses liaisons du crooner, puis dans un second temps, ses liens avec Kennedy.

Posté par ginieland à 13:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juin 2018

TV - Ava Gardner la gitane d'Hollywood

gif_tvmarilyn

Lundi 25 juin 2018 - 22h50 - Arte
Disponible en Vidéo à la demande
du 19/06/2018 au 19/07/2018

Documentaire:  Ava Gardner
La Gitane d'Hollywood

 avagardnergitane 

Réalisation: Sergio G. Mondelo
Pays: France
Année: 2017
Durée: 53 min
Elle tourna avec les plus grands, de John Ford dans "Mogambo" à Joseph L. Mankiewicz dans "La comtesse aux pieds nus", en passant par John Huston dans "La nuit de l’iguane". Derrière la beauté de l’actrice se cachaient les fragilités d’une femme tourmentée, que révélèrent ses années d’exil en Espagne sous la dictature de Franco.

Était-ce pour fuir son mariage houleux avec Frank Sinatra ou la surmédiatisation qui l’étouffait, était-ce parce qu’elle était tombée amoureuse d'un autre homme, comme elle l’écrivit dans ses mémoires ? Il y a sans doute un peu de tout cela dans le départ d'Ava Gardner, qui, au sommet de sa gloire, quitte Hollywood pour s’installer en Espagne en 1955, à 32 ans, en pleine dictature franquiste. "Ava Gardner devient libre dans un pays totalitaire. C’est complètement paradoxal", analyse Frédéric Martinez, l’un des biographes de la star, dans ce passionnant documentaire de Sergio G. Mondelo déjà auteur de Pedro Almodóvar – Tout sur ses femmes, diffusé par ARTE. Il brosse ici un saisissant portrait d’une des plus belles femmes du monde, qui succomba aux accents du flamenco, à la puissance des corridas et au sex-appeal d’un acteur-matador sur le tournage de Pandora, à Tossa de Mar en 1951.

Femme fragile
Quatre ans après cette expérience européenne, elle décide de s’exiler à Madrid. S’ensuivent quinze années de fêtes et de passions amoureuses (toujours les matadors) qui se terminent par une chute de cheval qui la laisse brisée, au sens propre comme au figuré. À tel point que sa carrière cinématographique en pâtit, elle qui tourna avec les plus grands, de John Ford dans Mogambo à Joseph L. Mankiewicz dans La comtesse aux pieds nus, en passant par John Huston dans La nuit de l’iguane. Tissé d’images d’archives, d’extraits de films et de ses mémoires, d’interventions de biographes et de critiques, le film explore avant tout les fragilités de la femme derrière l’actrice. Car Ava, qui sombra peu à peu dans l’alcool, ne parvint jamais à se départir d’un manque d’estime de soi sans doute dû à une enfance pauvre et à la mort prématurée d’un père aimant.

Posté par ginieland à 19:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2017

Fashion & Cinéma

Fashion & Cinéma
Author: Véronique Le Bris

fashion_et_cinema-cover1 Date de sortie: 30 octobre 2016
Relié 368 pages
Dimensions: 32 x 3,1 x 25 cm
Illustrations: 350 photos couleur et noir et blanc

Langue: français

Éditeur: Cahiers du Cinéma
ISBN-10: 2866429559
ISBN-13:
978-2866429553
Prix éditeur: 29,95 Euros
Ou le commander ? sur l'éditeur Cahiers du Cinéma  et sur amazon 

Description: Les costumes androgynes de Marlene Dietrich, la robe de crêpe ivoire de Marilyn, les parures d’Elizabeth Taylor, les fourreaux noirs d’Audrey Hepburn, les tenues chics de Catherine Deneuve, l’allure ultramoderne de Tilda Swinton… Depuis la naissance du septième art, les actrices ont été sublimées à l’écran par les plus grands costumiers et couturiers du monde entier.
Fashion & Cinéma retrace l’histoire de ces collaborations mythiques en offrant plus de quarante portraits d’actrices qui ont bousculé les styles, lancé des modes et qui demeurent, aujourd’hui encore, des modèles d’élégance.

 fashion_et_cinema-cover2 

Richement illustré par des photographies de films et de tournage, ainsi que par des croquis de couturiers, Fashion & Cinéma propose un voyage fascinant à travers l’histoire de la mode et du cinéma : des Années folles au succès du prêt-à-porter en passant par l’euphorie des sixties, cet ouvrage, véritable hymne à la création, séduira aussi bien les cinéphiles que les férus de mode !

 fashion_et_cinema-p1  fashion_et_cinema-p2 


Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)

Do you have the book ?
Gives your opinion, review or note (/10)

Enregistrer

Posté par ginieland à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Cinéma & Mode

Cinéma & Mode
Author: Joëlle Moulin

cinema_et_mode-cover-1 Date de sortie: 19 octobre 2016
Relié 208 pages
Dimensions: 24,5 x 2,5 x 32,7 cm
Couverture satinée
Illustrations: 200 photos couleur

Langue: français

Éditeur: Citadelles & Mazenod
ISBN-10: 2850886866
ISBN-13:
978-2850886867
Prix éditeur: 69 Euros
Ou le commander ? sur l'éditeur Citadelles & Mazenod  et sur amazon 

Description: Regard croisé entre le septième art et la mode, cette étude passionnante retrace les rapports féconds entre ces deux champs de création. Tandis que les costumes portés à l'écran ont fait entrer des pans entiers de l'histoire du cinéma dans les ateliers des créateurs de mode, réalisateurs ou vedettes ont très tôt sollicité le talent et l'originalité de griffes haute couture, puis prêt-à-porter.
Ce livre se propose de mettre en regard leurs motivations stylistiques, psychologiques ou politiques avec les choix des couturiers dans les moments de grâce qui ont illuminé les salles obscures et les défilés de mode. 
De la mode Hollywood aux looks nouveaux du cinéma de genre, le volume invite également dans l'intimité de collaborations emblématiques : Gabrielle Chanel, Samuel Goldwyn et Gloria Swanson, Edith Head et Bette Davis, Jean-Louis et William Travilla avec Marilyn Monroe, Hubert de Givenchy et Audrey Hepburn, Ralph Lauren et Robert Redford...

cinema_et_mode-cover 

 Sommaire
1. La mode Hollywood
2. La star et le couturier
3. Nouvelles vagues, prêt-à-porter et mode rétro
4. Cinéma de genre et look


Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)

Do you have the book ?
Gives your opinion, review or note (/10)

Posté par ginieland à 11:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 septembre 2017

Doc - Billy Wilder ou le grand art de distraire

Billy Wilder ou le grand art de distraire

2016-billy_wilder_art_distraire-cap01 

Année: 2016
Réalisation: André Schäfer,
Jascha Hannover
Pays: Allemagne, ZDF
Durée: 91 min

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.


Retranscription du passage lié à Marilyn Monroe:

2016-billy_wilder_art_distraire-cap02 2016-billy_wilder_art_distraire-cap03 2016-billy_wilder_art_distraire-cap04 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap05 2016-billy_wilder_art_distraire-cap06 2016-billy_wilder_art_distraire-cap07 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap08 2016-billy_wilder_art_distraire-cap09 2016-billy_wilder_art_distraire-cap10 

(à 47min) - extrait interview Jack Lemmon: "Il me dit "J'ai un scénario sur le massacre de la Saint Valentin. Tu es musicien, le gars qui est avec toi, aussi. Vous êtes témoins du massacre. Vous devez vous travestir et intégrer un orchestre de femmes. Sinon, les gangsters, qui savent que vous les avez vus, vont vous tuer. Pendant les trois quarts du film, tu seras sapé en femme. T'es partant ?" Je sais pas pourquoi, j'ai accepté !"
interview de Dick Guttman, écrivain et attaché de presse:"C'est la scène dans laquelle Jack Lemmon et Tony Curtis sont déguisés en femmes essaient d'intégrer l'orchestre féminin. Ils sont tous les deux sur le quai, et soudain, Marilyn arrive en se trémoussant comme elle seule savait le faire. Elle les dépasse et ils sont subjugués. Mais ce n'était pas encore assez pour Billy. Il a glissé un mot à Marilyn puis il a crié: "On la refait !" Je n'ai pas entendu ce qu'il lui disait exactement. Ensuite, il est allé voir l'accessoiriste, puis ils ont refait la scène. Quand Marilyn les a dépassé, cette fois, le train a craché de la vapeur pile sur son popotin et elle s'est retournée d'un coup en sursautant. Quand Billy est revenu, il a dit "Elle est tellement sexy que même le train veut lui mettre la main aux fesses." C'était Billy !"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap11 2016-billy_wilder_art_distraire-cap12 2016-billy_wilder_art_distraire-cap13 

extrait interview Jack Lemmon: "Je ne l'ai jamais vu sans voix, sauf avec Marilyn. On tournait une scène, et tout ce qu'elle... -la caméra était dirigée sur Tony et moi- Là, elle frappe à la porte, on enfile vite nos perruques, parce qu'on était censés être des femmes. Tony dit "Entrez !" Elle entre, la caméra se dirige sur elle. Et elle doit juste dire: "Où est le bourbon ?"
interview de Armgard Seegers-Karasek, journaliste et traductrice: "Ils ont du la tourner 56 fois parce qu'elle n'arrivait pas à dire cette phrase. Elle disait toujours: "Où est le whisky ?" ou "Où est-ce que je dois regarder ?" Ils ont fini par coller cette phrase partout, dans tous les tiroirs qu'elle ouvrait, c'était écrit: Où est le bourbon ? Mais elle continuait de se tromper. Au bout de la 64ème prise, Billy lui dit: "Marilyn, ne sois pas inquiète."
extrait interview Billy Wilder: "Et elle répond: "Inquiète de quoi ?"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap14 2016-billy_wilder_art_distraire-cap15 2016-billy_wilder_art_distraire-cap16 

extrait interview Billy Wilder: "Je n'avais aucun problème avec Monroe. C'est Monroe qui avait un problème avec elle-même. Elle était toujours un peu confuse et avait un mal fou à se concentrer. Il y avait toujours quelque chose qui la rongeait. C'était laborieux. Mais, mon Dieu, une fois que c'était passé, que vous aviez subi les 30, 40, 50 premières prises ou son retard, vous teniez quelque chose d'absolument unique."
interview de Volker Schlöndorff, régisseur: "Billy Wilder n'était pas arrogant. Simplement, il se tenait à distance des choses. Et d'une manière très drôle, aimable et amicale. Par exemple, il n'a jamais laissé les comédiens pleurer un bon coup devant lui, pour se soulager, ou de lui exposer une demande personnelle, ou existentielle. Un jour, je lui ai demandé comment il faisait, et il m'a répondu: "Je n'encourage pas ce genre d'attitude." Il ne se serait jamais embarqué là-dedans."


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 22:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2017

TV - Billy Wilder ou le grand art de distraire

gif_tvmarilyn

Dimanche 10 septembre 2017 - 22h55 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Billy Wilder
ou le grand art de distraire

billy_wilder 

Durée : 91 min
Année et origine : 2016, Allemagne
Réalisation: André Schäfer, Jascha Hannover

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.
Né dans une petite ville de l'empire austro-hongrois, dans l'actuelle Pologne, en 1906, Samuel Wilder passe son enfance à Vienne, dans une famille juive aisée. Très vite, il délaisse la carrière d'avocat ou de médecin à laquelle le destine son père pour partir à Berlin où, de 1927 à 1933, il travaille comme journaliste et auteur de feuilletons, puis pour le cinéma. Fuyant le nazisme, il débarque en Amérique sans parler anglais. Il commence par faire traduire ses scénarios, et parvient à vendre un premier film à la Paramount.
La touche Wilder
Une fois arrivé à Hollywood, Billy Wilder se confronte à tous les genres. Du film noir ("Assurance sur la mort, Boulevard du crépuscule") à la comédie scandaleuse ("La garçonnière, Certains l'aiment chaud"), plus sage ("Sabrina"), ou satirique ("Un, deux, trois", "Stalag 17"), son éclectisme et son brio ont imposé la "Wilder touch" au fil d'une cinquantaine de films. L'enfant de Vienne (dont il a, témoignent ici ses amis et acteurs, conservé l'humour particulier) s'est surtout illustré par sa destruction jubilatoire du discours puritain de l'Amérique des années 1950. Chez Wilder, on aime à trois, on se travestit, on trompe et on est trompé. Disparu en 2002, ce maître cinéaste, qui avait placardé dans son bureau la question "Qu'aurait fait Lubitsch ?", a influencé les frères Coen et Wes Anderson. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.

Posté par ginieland à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2017

TV - Au fil des enchères

gif_tvmarilyn

Dimanche 27 août 2017 - 19h15 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Magazine:  Au fil des enchères

docu-au_fil_des_encheres 

Durée : 27 min
Année et origine : 2016, France
Réalisation: Stéphane Carrel

Le destin de pièces exceptionnelles proposées dans des salles des ventes, qui racontent à elles seules toute une époque. Dans ce volet, nous découvrons la robe de couleur chair portée par Marilyn le 19 mai 1962 au Madison Square Garden, à New York, lorsqu’elle a chanté "Happy Birthday" au président Kennedy.

Ambiance glamour et champagne : pour sa vente consacrée à l’icône éternelle (la plus importante de ces dix dernières années), Julien’s Auction, maison d’enchères californienne spécialisée dans les effets de stars, n’a pas lésiné sur les moyens. La pièce phare est une robe de couleur chair portée par Marilyn le 19 mai 1962 au Madison Square Garden, à New York, lorsqu’elle a chanté "Happy Birthday" au président Kennedy. Prix de vente estimé : entre 2 millions et 3 millions de dollars !

Enregistrer

Posté par ginieland à 14:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 août 2017

La Liaison entre Jerry Lewis et Marilyn Monroe

Depuis la disparition de Jerry Lewis le 20 août 2017, de nombreux articles évoquant une liaison entre l'acteur et Marilyn Monroe refont surface sur le web. En effet, Jerry Lewis avait dévoilé cette liaison qu'en 2011 dans une interview pour le magazine américain GQ .

1953-jerry_mm-1  
Dean Martin, Marilyn Monroe & Jerry Lewis
- Redbook Award - 24/02/1953

Ancien ami proche du président John Fitzgeral Kennedy, dont Jerry Lewis a dit "avec lui, j’ai eu l’ami­tié la plus belle et la plus intense de mon exis­tence", il aurait vécu une folle passion d'un mois seulement avec Marilyn. Et c'est avec son humour qu'il parvint à la séduire. S'il n'a jamais dévoilé les détails de leur rencontre, ni la date ou période exacte à laquelle elle a eu lieu, il ne cachait pas l'intensité de cette relation éphémère. Il a avoué avoir été captif de cette folle attraction reconnaissant la "tragique et mythique bombe sexuelle" qu'était Mariltn Monroe. Comme un souvenir douloureux, il expliquait "d'un sourire teinté de regret", combien il ne contrôlait plus sa propre vie à cette époque: "J'étais paralysé pendant un mois (le mois qu'ils ont passé ensemble, ndlr)". Les confessions s'arrêtent là. Rien n'est jamais venu infirmé ou confirmé cette révélation.

Extrait de l'interview / article de GQ de 2011:
Asked for a list, he demurs, "That's not good press." But in the midst of another story, Lewis is suddenly insistent that Marilyn Monroe and President Kennedy—with whom Lewis was close—never had the affair many believe they had. When I look skeptical, he turns stern. "I'm telling you what I know. Never! And the only reason I know is because I did. Okay?"
Wait, what??
He nods, adding that Monroe used sex like he uses humor: to make an emotional connection. "She needed that contact to be sure it was real."
Okay, but what was it like, I ask, to make love to the most famously tragic sexpot of all time?
"It was…" he says, taking a beat, "long." He smiles ruefully. "I was crippled for a month." Another pause. "And I thought Marlene Dietrich was great!"

Extrait de l'interview accordée au magazine français Gala dans une suite du Four Seasons Hotel, à Beverly Hills, en septembre 2016:
Gala: "Vous êtes consi­déré comme une légende d’Hol­ly­wood. Qu’est-ce qui vous a le plus impres­sionné lors de vos premières années ?"
Jerry Lewis: "Mari­lyn Monroe toute nue ! Je peux vous dire qu’il fallait avoir la forme pour être son amant ! Pendant un mois, je ne pouvais même plus bouger ! (rires) J’ai toujours admiré Holly­wood, j’ai tout aimé à Los Angeles, les lieux, la nour­ri­ture, les gens, etc… Cet endroit m’a rendu heureux toute ma vie."


Source: articles Paris Match  et Le Figaro
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2017

Enchanted Spells of an American Beauty: Marilyn Monroe Quotes

Enchanted Spells of an American Beauty:
Marilyn Monroe Quotes
Author: Sreechinth C

book-quotes-recto Date de sortie: 9 janvier 2016
Broché 42 pages
Dimensions: 15,2 x 0,3 x 22,9 cm

Langue: anglais

Éditeur: CreateSpace Independent Publishing Platform
ISBN-10: 1523313749
ISBN-13:
978-1523313747
Prix éditeur: 4,66 Euros
Ou le commander ? sur amazon 

Description: ‘Enchanted Spells of an American Beauty’ presents the quotations of the key Hollywood star of 1950s, Marilyn Monroe. This blonde icon from America is considered as one of the most memorable actresses ever stepped into the international film dome. When the overdose of the drug called barbiturate cost her her own life, and that too at a young-looking age of 36, she was success in leaving a legacy of fame written with the pen in her name. The book, Enchanted Spells of an American Beauty, is filled with her quotations of different genres. This book could be a valuable collection for you.

> extrait 

book-quotes-p1 book-quotes-p2 book-quotes-verso 


Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)
Gives your opinion, review or note (/10)

Posté par ginieland à 19:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 avril 2017

A la TV - Harold Lloyd, L'intrépide génie comique d'Hollywood

gif_tvmarilyn

Dimanche 9 avril 2017 - 23h25 - Arte
- à revoir en replay pendant 7 jours-

Documentaire - Harold Lloyd
L'intrépide génie comique d'Hollywood

HAROLD_LLOYD 

Durée : 53min
Année et origine : 2016, Allemagne
Réalisateur: Andreas Baum

Avec Buster Keaton et Charlie Chaplin, il fait partie des comiques les plus inventifs du cinéma muet américain. Aussi habile à imaginer des gags visuels qu'à réaliser d'incroyables cascades – souvent grâce à d'ingénieux trucages –, Harold Lloyd a connu la célébrité à l'écran plus de deux décennies durant, jusqu'à l'avènement du parlant. Né en 1893 dans le Nebraska, l'acteur a débuté, sans le sou, comme figurant dans les studios californiens avant de commencer, au début des années 1910, une fructueuse collaboration avec le producteur-réalisateur Hal Roach, puis de s'en émanciper en créant son propre studio. Régalant le public avec les pitreries de son personnage à lunettes, le comédien est notamment entré dans la mémoire collective avec la scène, où, bravant le vide, on le voit s'accrocher à l'aiguille d'une horloge (Monte là-dessus, 1923). Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1953, propriétaire de l'une des plus luxueuses propriétés de Beverly Hills, Harold Lloyd a tenu la vedette de plus de deux cents films, du court au moyen métrage, avant de se consacrer avec le plus grand sérieux à d'autres hobbies, comme le bowling et la photographie 3D. Raconté par des historiens du cinéma ainsi que par sa petite-fille, Suzanne Lloyd, nourri d'extraits de films muets, d'archives et d'anecdotes, le portrait savoureux de l'une des premières gloires du cinéma américain.

Posté par ginieland à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,