01 novembre 2020

Making the Image: Eve Arnold’s Portrait of a Pensive Marilyn Monroe

LOGO_MAGNUM

 Making the Image: Eve Arnold’s Portrait of a Pensive Marilyn Monroe
 | en ligne sur magnumphotos.com

Arnold's grandson explores her writings on the making of the famed image, and shares previously unseen contact sheets from the Nevada set of The Misfits
Le petit-fils d'Arnold explore ses écrits sur la création de la célèbre image et partage des planches contacts inédites du tournage au Nevada de The Misfits

02-MM_arnold-1 
Marilyn Monroe in the Nevada desert going over her lines for a difficult scene
she is about to play with Clarke Gable in the film 'The Misfits' by John Huston.
Nevada, USA. 1960.  © Eve Arnold | Magnum Photos

Contact sheets: direct prints of sequences of negatives were – in the pre-digital era – key for photographers to be able to see what they had captured on their rolls of film. They formed a central part of editing and indexing practices, and in themselves became revealing of photographers’ approaches: the subtle refinements of the frame, lighting and subject from photograph to photograph, tracing the image-maker’s progress toward the final composition that they ultimately saw as their best. There is a voyeuristic aspect to looking at a contact sheet also: one can retrace the photographer’s movements through time and space, tracking their eye’s smallest twitches from left to right as their attention is drawn. It is as if one were inside their head, offered a privileged view through their very eyes from the front row of their brain.
Planche Contact: l'impression directe de séquences de négatifs était - à l'ère pré-numérique - la clé pour que les photographes puissent voir ce qu'ils avaient capturé sur leurs pellicules. Ils formaient une partie centrale des pratiques d'édition et d'indexation, et devenaient en eux-mêmes révélateurs des approches des photographes: les raffinements subtils du cadre, de l'éclairage et du sujet de la photographie à la photographie, retraçant les progrès du créateur d'images vers la composition finale qu'ils ont finalement vue comme leur meilleur. Il y a aussi un aspect voyeuriste à regarder une planche contact: on peut retracer les mouvements du photographe à travers le temps et l’espace, en suivant les moindres contractions de son œil de gauche à droite au fur et à mesure que son attention est attirée. C'est comme si on était à l'intérieur de leur tête, offrait une vue privilégiée à travers leurs yeux mêmes du premier rang de leur cerveau.

As Kristen Lubben wrote in her introduction to the book, Magnum Contact Sheets, first published in 2011 by Thames and Hudson:
“Unique to each photographer’s approach, the contact is a record of how an image was constructed. Was it a set-up, or a serendipitous encounter? Did the photographer notice a scene with potential and diligently work it through to arrive at a successful image, or was the fabled ‘decisive moment’ at play? The contact sheet, now rendered obsolete by digital photography, embodies much of the appeal of photography itself: the sense of time unfolding, a durable trace of movement through space, an apparent authentication of photography’s claims to transparent representation of reality.”

Comme Kristen Lubben l'a écrit dans son introduction au livre, Magnum Contact Sheets, publié pour la première fois en 2011 par Thames et Hudson:
«Unique à l'approche de chaque photographe, le contact est un enregistrement de la façon dont une image a été construite. Était-ce une mise en place ou une rencontre fortuite? Le photographe a-t-il remarqué une scène avec du potentiel et l'a-t-il travaillé avec diligence pour arriver à une image réussie, ou le légendaire «moment décisif» était-il en jeu? La feuille de contact, maintenant rendue obsolète par la photographie numérique, incarne une grande partie de l'attrait de la photographie elle-même: le sens du temps qui se déroule, une trace durable de mouvement à travers l'espace, une authentification apparente des revendications de la photographie à une représentation transparente de la réalité."

Below, Michael Arnold – grandson of Eve Arnold, and a representative of the Eve Arnold Estate – writes about the making of the (above) famed image of a concerned Marilyn Monroe, seemingly isolated on the set of The Misfits. Offering personal insight and archival context on the star’s troubled time on set, he also shares previously unseen contact sheet images from the work Arnold made during the film’s production.
Ci-dessous, Michael Arnold - petit-fils d'Eve Arnold, et un représentant du domaine Eve Arnold - écrit sur la création de la célèbre image (ci-dessus) d'une Marilyn Monroe concernée, apparemment isolée sur le tournage de The Misfits. Offrant un aperçu personnel et un contexte d’archivage sur le temps troublé de la star sur le plateau, il partage également des images de planches de contact inédites du travail réalisé par Arnold pendant la production du film.

06-MM_arnold-1 

As a photographer, Eve Arnold was known for getting beneath the surface of her subjects, for capturing something of the real person hidden behind the persona.
In this well-known picture, actress Marilyn Monroe is memorizing her lines on the set of the film The Misfits. Monroe found it very difficult to memorize her lines and felt insecure about this. Because of the close bond Eve gained from working with Marilyn over several years she was able to capture the fragility and vulnerability behind her usually confident, and instantly recognizable exterior.

En tant que photographe, Eve Arnold était connue pour se cacher sous la surface de ses sujets, pour capturer quelque chose de la personne réelle cachée derrière le personnage.
Dans cette image bien connue, l'actrice Marilyn Monroe mémorise ses lignes sur le tournage du film Les Misfits. Monroe a eu beaucoup de mal à mémoriser ses lignes et se sentait mal à l'aise à ce sujet. En raison du lien étroit qu'Eve a noué en travaillant avec Marilyn pendant plusieurs années, elle a pu capturer la fragilité et la vulnérabilité derrière son extérieur habituellement confiant et immédiatement reconnaissable.

Eve describes this fragility in her book, In Retrospect:
“My most poignant memory of Marilyn is of how distressed, troubled and still radiant she looked when I arrived in Nevada to work on The Misfits. She asked immediately how she looked, and she wanted and needed reassurance. It was four years since we had worked together, and she looked into my eyes for a long moment to make sure she could still trust me. Then she drew her breath, sighed and said, “I’m thirty-four years old. I’ve been dancing for six months [on Let’s Make Love]. I’ve had no rest, I’m exhausted. Where do I go from here ?” She was not asking me – she was asking herself. This was less than a year before she died. It occurred to me then that when she had lived with the fantasy of Marilyn that she had created, that fantasy had sustained her, but now the reality had caught up with her and she found it too much to bear.”

Eve décrit cette fragilité dans son livre, In Retrospect:
«Mon souvenir le plus émouvant de Marilyn est de voir à quel point elle avait l'air affligée, troublée et toujours radieuse quand je suis arrivée au Nevada pour travailler sur The Misfits. Elle a immédiatement demandé à quoi elle ressemblait et elle voulait et avait besoin d'être rassurée. Cela faisait quatre ans que nous avions travaillé ensemble, et elle m'a regardé dans les yeux pendant un long moment pour s'assurer qu'elle pouvait encore me faire confiance. Puis elle retint son souffle, soupira et dit: «J'ai trente-quatre ans. J'ai dancé pendant six mois [sur Let’s Make Love]. Je n'ai pas eu de repos, je suis épuisée. Où dois-je aller d'ici ? » Elle ne me demandait pas à moi - elle se posait la question. C'était moins d'un an avant sa mort. Il m'est alors venu à l'esprit que lorsqu'elle avait vécu avec le fantasme de Marilyn qu'elle avait créé, ce fantasme l'avait soutenue, mais maintenant la réalité l'avait rattrapée et elle trouvait cela trop difficile à supporter."

17-MM_arnold-1 
Clark Gable, Marilyn Monroe, Montgomery Clift on the set of 'The Misfits'.
1960. Reno. Nevada. USA. © Eve Arnold | Magnum Photos

Eve spoke further about the filming of The Misfits in a BBC documentary, Eve and Marilyn:

“…When Arthur [Miller] met Marilyn he then rewrote the story. It then became the basis for the film called The Misfits. It had Clarke Gable in the lead. It had Marilyn as the female lead. It had Montgomery Clift, Ely Wallach. It was meant to be exquisitely made. It was meant to be a small statement but very serious. And it was meant to bring Marilyn forward as a very serious actress. And this was Miller’s valentine to Marilyn. The marriage was already over but what he had wanted to do with it was to give her a gift.
She adored all of it. She loved the attention and she loved these very handsome men. What she didn’t like was the fact that they were all such polished actors. When they kept changing lines they would just reel them off and they would be word-perfect. And she would have difficulty because a) she didn’t have the training, and b) because she was troubled and it was difficult to remember the lines when she was going through a trying time.
She was ill at the time and she was disturbed. She had twice taken an overdose of sleeping tablets. I’m sure by accident because her big enemy was that she couldn’t sleep. And so, nights she would take two pills and then two more pills and then forgetting, she’d wake up and be muzzy, and in the morning she could hardly find her way around.”

Eve a parlé plus en détail du tournage de The Misfits dans un documentaire de la BBC, Eve et Marilyn:

«… Quand Arthur [Miller] a rencontré Marilyn, il a ensuite réécrit l'histoire. C'est ensuite devenu la base du film intitulé The Misfits. Il avait Clarke Gable en tête. Il avait Marilyn comme femme principale. Il y avait Montgomery Clift, Ely Wallach. Il était censé être fait de manière exquise. C'était censé être une petite déclaration mais très sérieuse. Et cela visait à faire de Marilyn une actrice très sérieuse. Et c'était la Saint-Valentin de Miller à Marilyn. Le mariage était déjà terminé mais ce qu'il avait voulu en faire, c'était lui faire un cadeau.
Elle adorait tout cela. Elle a adoré l'attention et elle a adoré ces très beaux hommes. Ce qu’elle n’a pas aimé, c’était le fait qu’ils étaient tous des acteurs aussi raffinés. Quand ils continuaient à changer de lignes, ils les enroulaient simplement et ils étaient parfaits. Et elle aurait des difficultés parce que a) elle n’a pas eu la formation, et b) parce qu’elle était troublée et qu’il était difficile de se souvenir des répliques quand elle traversait une période difficile.
Elle était malade à l'époque et elle était perturbée. Elle avait pris deux fois une surdose de somnifères. J'en suis sûre par accident car son grand ennemi était qu'elle ne pouvait pas dormir. Et donc, les nuits où elle prenait deux pilules, puis deux autres pilules, puis en oubliant, elle se réveillait et était confuse, et le matin, elle pouvait à peine trouver son chemin. "

18-MM_arnold-1 
Clark Gable, Marilyn Monroe and Montgomery Clift practice a scene during the filming of 'The Misfits'.
Nevada, USA. 1960. Contact sheet. © Eve Arnold | Magnum Photos

When I was 18, I worked with Eve for a summer as her assistant. By that time we had become very close. As we worked, Eve would lovingly introduce me to the world of photography and to different parts of her vast archive. I remember being particularly drawn to this image of Marilyn in the desert learning her lines. I didn’t know the backstory at the time but there was something mesmerizing about the way the picture was composed. The barren desert in the foreground, ethereal, textured clouds in the sky and this legendary Hollywood star standing under a boom microphone, looking like a little girl, lost in thought. It was no wonder to me that this was one of Eve’s most iconic images.
Quand j'avais 18 ans, j'ai travaillé avec Eve pendant un été en tant qu'assistant. À ce moment-là, nous étions devenus très proches. Pendant que nous travaillions, Eve me présentait avec amour le monde de la photographie et les différentes parties de ses vastes archives. Je me souviens avoir été particulièrement attiré par cette image de Marilyn dans le désert apprenant ses lignes. Je ne connaissais pas la trame de fond à l'époque, mais il y avait quelque chose de fascinant dans la façon dont l'image était composée. Le désert aride au premier plan, des nuages ​​éthérés et texturés dans le ciel et cette légendaire star hollywoodienne debout sous un microphone à perche, ressemblant à une petite fille, perdue dans ses pensées. Il n’était pas étonnant pour moi que ce soit l’une des images les plus emblématiques d’Eve.

A few years later I was looking through Eve’s contact sheets and saw the full contact sheet this image was taken from. I was quite taken aback. None of the other images on the sheet looked anything like this one. I had imagined that Eve had set the scene up knowing what she wanted and had taken quite a few images, waiting for the right light and expression on Marilyn’s face. But no, there were only three other images of the same scene, and all of them were in portrait format. Then suddenly, as shown by the contact sheet, Eve had turned her 35mm camera around to use landscape format, and in an instant, the whole composition came together, never to be repeated. In that instant something of the poignancy of Marilyn’s experience on The Misfits was caught on camera.
Quelques années plus tard, je regardais à travers les planches contact d'Eve et vis la planche complète à partir de laquelle cette image était prise. J'ai été assez surpris. Aucune des autres images de la feuille ne ressemblait à celle-ci. J'avais imaginé qu'Eve avait préparé la scène en sachant ce qu'elle voulait et avait pris pas mal d'images, en attendant la bonne lumière et l'expression sur le visage de Marilyn. Mais non, il n'y avait que trois autres images de la même scène, et toutes étaient au format portrait. Puis tout à coup, comme le montre la planche contact, Eve avait tourné son appareil photo 35 mm pour utiliser le format paysage, et en un instant, toute la composition s'est réunie, pour ne jamais être répétée. À cet instant, quelque chose de l’émotion de l’expérience de Marilyn sur The Misfits était saisie par l'objectif.

I recently got the chance to look through Eve’s contact sheets and transparencies from The Misfits again. They are currently housed at Yale University’s Beinecke Library and I was there exploring a digitization project which seeks to make more of Eve’s previously unseen images available. Within just a few minutes I found some wonderful images on contact sheets that I had never seen, marked in grease pencil with an “E”, by Eve herself.
J'ai récemment eu la chance de parcourir à nouveau les planches contact et les transparents d'Eve sur The Misfits. Ils sont actuellement stockés à la bibliothèque Beinecke de l’université de Yale et j’y étais pour explorer un projet de numérisation qui vise à rendre disponibles davantage d’images inédites d’Eve. En quelques minutes, j'ai trouvé de merveilleuses images sur des feuilles de contact que je n'avais jamais vues, marquées au crayon gras avec un «E», par Eve elle-même.

20-MM_arnold-1 

Photograph of Eve Arnold contact sheet, by Michael Arnold

19-MM_arnold-1 

plus de photos inédites sur evearnold.com/unseen-images


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by Magnum.

The Misfits: Story of a Shoot

LOGO_MAGNUM

 The Misfits: Story of a Shoot
 | en ligne sur magnumphotos.com

Arthur Miller and Inge Morath's recollections of an infamous cinematic production
Les souvenirs d'Arthur Miller et d'Inge Morath d'une production cinématographique tristement célèbre

MORATH-01
Set of "The Misfits". Marilyn Monroe and Arthur Miller in their suite in Reno’s Mapes Hotel after a day’s shooting.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

John Huston’s 1961 movie, ‘The Misfits’, was to be the last completed production for two of its stars: Marilyn Monroe and Clark Gable. Gable died shortly after the film wrapped, while Monroe died in August 1962 having worked on the uncompleted movie ‘Something’s Got to Give’.
Le film de John Huston de 1961, «The Misfits», devait être la dernière production achevée pour deux de ses stars: Marilyn Monroe et Clark Gable. Gable est décédé peu de temps après la fin du film, tandis que Monroe est décédé en août 1962 après avoir travaillé sur le film inachevé «Something’s got to give».

Scripted by Arthur Miller, a raft of Magnum photographers were hired to photograph the making of the film – among them Inge Morath and Henri Cartier-Bresson, who were the first photographers to arrive on set.
Scénarisé par Arthur Miller, une série de photographes Magnum ont été embauchés pour photographier la réalisation du film - parmi lesquels Inge Morath et Henri Cartier-Bresson, qui ont été les premiers photographes à arriver sur le plateau.

As many of the images, and indeed Morath’s remembrances, attest – the photographers and the actors enjoyed a degree of camaraderie in spite of the film’s widely reported troubled production – one aspect of which was the deteriorating marriage between Miller and Monroe that came to an end that summer.
Comme de nombreuses images, et même les souvenirs de Morath, l'attestent - les photographes et les acteurs ont bénéficié d'une certaine camaraderie malgré la production troublée largement rapportée du film - dont l'un des aspects était la détérioration du mariage entre Miller et Monroe qui a pris fin cet été là.

In James Goode’s 1963 book, The Story of ‘The Misfits’ – a day-by-day account of the shoot – he hints at the friendly atmosphere the photographers and the actors shared in:
August 1 – Monday.  Still no shooting call.  To pass the time, Eli Wallach has gotten himself into character clothes and makeup as Sigmund Freud, to be photographed by Inge Morath.  The object is to paste the resulting photograph on an album cover as a birthday present for John Huston, whose next picture will be ‘Freud’.  Eli, Inge and Dick Rowan, a Magnum representative here on location, drove out to a nearby ranch and Eli posed next to a couch in the middle of a corral, with some interested horses looking on. Eli looked frighteningly authentic.
Dans le livre de James Goode de 1963, The Story of «The Misfits» - un récit quotidien du tournage - il fait allusion à l’atmosphère amicale que les photographes et les acteurs ont partagé:
1er août - lundi. Tournage toujours pas débuté. Pour passer le temps, Eli Wallach s'est habillé dans les vêtements du personnage et s'est maquillé  comme Sigmund Freud, pour être photographié par Inge Morath. L’objectif est de coller la photographie obtenue sur une couverture d’album comme cadeau d’anniversaire pour John Huston, dont la prochaine photo sera «Freud». Eli, Inge et Dick Rowan, un représentant de Magnum ici sur place, se sont rendus dans un ranch voisin et Eli a posé à côté d'un canapé au milieu d'un corral, avec quelques chevaux à l'allure intéressante. Eli avait l'air terriblement authentique.

Here, ahead of the 60th anniversary of last day of the film’s shooting on location in Nevada (October 18th), we share both Miller and Morath’s personal reflections upon the film’s production and its at times troubled, yet charming stars alongside little-seen images from the production, and archival materials.
Ici, avant le 60e anniversaire du dernier jour du tournage du film dans le Nevada (le 18 octobre), nous partageons les réflexions personnelles de Miller et Morath sur la production du film et ses stars parfois troublées mais charmantes aux côtés d'images peu vues de la production et les documents d'archives.

MORATH-02  MORATH-03 
Inge Morath's story list 1960. © Inge Morath.
Inge Morath Photographs and Papers Collection,
courtesy the Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University.  

MORATH-04
The first day of shooting "The Misfits." Clapperboard is marked scene 1 take 2.
Director John Huston and author Arthur Miller watching in the background.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos


Arthur Miller

Frank Taylor, who was an old friend of mine, and who I inveigled into being the producer [of ‘The Misfits’], thought it would be a great idea to get Magnum to send over as many people as they could to photograph it. I didn’t know any photographers and I had no opinion about it; it was the last thing in the world I was worried about. Henri [Cartier-Bresson] and Inge [Morath] decided to do a motor trip across the country [on their way to the set in Reno]. Both of them were Europeans, of course, and they thought that, diving across the country, they would run into all kinds of wonderful, different cooking experiences as they would in Europe. When confronted with the inevitable hamburger everywhere, they were driven back to eating carrots and apples and tea.
Frank Taylor, qui était un vieil ami à moi, et que j’ai incité à devenir le producteur [de ‘The Misfits’], a pensé que ce serait une excellente idée que Magnum envoie autant de personnes que possible pour photographier. Je ne connaissais aucun photographe et je n’avais aucune opinion à ce sujet; c'était la dernière chose au monde qui m'inquiétait. Henri [Cartier-Bresson] et Inge [Morath] ont décidé de faire un voyage en voiture à travers le pays [en route vers le plateau de Reno]. Tous deux étaient européens, bien sûr, et ils pensaient qu'en plongeant à travers le pays, ils vivraient toutes sortes d'expériences culinaires merveilleuses et différentes comme ils le feraient en Europe. Lorsqu'ils ont été confrontés à l'inévitable hamburger partout, ils ont été ramenés à manger des carottes, des pommes et du thé.

Inge wrote a diary of this trip. It’s a brilliant description of 60s America. It’s a European’s wise and, at the same time, wide-eyed view of this crazy country. She caught all the insane contradictions that were here because they were very fresh to her..."
Inge a écrit un journal de ce voyage. C'est une brillante description de l'Amérique des années 60. C'est une vision européenne sage et, en même temps, les yeux écarquillés de ce pays fou. Elle a saisi toutes les contradictions insensées qui étaient ici parce que c'était très
frais pour elle ..."

MORATH-05a  MORATH-05b 
Goldfield, Nevada. USA. 1960. © Inge Morath | Magnum Photos

The 60s in America, of course, was the despair and the secret hope of a lot of European intellectuals. The freedom, the local inventiveness, the friendliness, charmed them. And Inge, I know, was pleasantly surprised by how dear the people were. Of course, most people were to her; she was very affectionate toward people, and they reacted in a similar way. However, it was a difficult trip because she couldn’t eat meat and Henri liked more delicate cooking. So they were driven half mad by the carrots and the apples and the tea. And they arrived in Reno half starved and ready to work.
Les années 60 en Amérique, bien sûr, étaient le désespoir et l'espoir secret de nombreux intellectuels européens. La liberté, l'inventivité locale, la convivialité les ont charmés. Et Inge, je le sais, a été agréablement surprise de voir à quel point les gens étaient adorables. Bien sûr, la plupart des gens l'étaient pour elle; elle était très affectueuse envers les gens, et ils ont réagi de la même manière. Cependant, ce fut un voyage difficile car elle ne pouvait pas manger de viande et Henri aimait une cuisine plus délicate. Alors ils ont été rendus à moitié fous par les carottes, les pommes et le thé. Et ils sont arrivés à Reno à moitié affamés et prêts à travailler.

Inge wrote a diary of this trip. It’s a brilliant description of 60s America. It’s a European’s wise and, at the same time, wide-eyed view of this crazy country. She caught all the insane contradictions that were here because they were very fresh to her; she was unprepared for them. You’ve got to remember that World War Two was still engraved on their minds. They had witnessed, and in Inge’s case she had suffered a great deal in Nazi Germany from the effects of the war. So this fresh country was overwhelming. At the same time, she had some odd experiences here. When she arrived she had to apply for a visa and one of the questions was “Your Color.” So she put down “pink.” It never dawned on her that any government would ask what color you were, and it was quite a shock. She didn’t know what to make of it.
Inge a écrit un journal de ce voyage. C’est une brillante description de l’Amérique des années 60. C’est une vision européenne sage et, en même temps, des yeux écarquillés de ce pays fou. Elle a saisi toutes les contradictions insensées qui étaient ici parce qu'elles étaient très fraîches pour elle; elle n'était pas préparée pour ça. Vous devez vous rappeler que la Seconde Guerre mondiale était toujours gravée dans leur esprit. Ils en avaient été témoins et, dans le cas d’Inge, elle avait beaucoup souffert en Allemagne nazie des effets de la guerre. Donc, ce pays frais était écrasant. En même temps, elle a eu des expériences étranges ici. À son arrivée, elle a dû demander un visa et l'une des questions était «Votre couleur». Alors elle a mis «rose». Il ne lui est jamais venu à l'esprit qu'un gouvernement vous demanderait de quelle couleur vous étiez, et ce fut un vrai choc. Elle ne savait pas quoi en penser.

MORATH-06  
MORATH-07   
Small travel notebook. © Inge Morath.
Inge Morath Photographs and Papers Collection,
courtesy the Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University. 

MORATH-08 
Set of "The Misfits". Rehearsal of Roslyn's dance in Guido's garden.
John Huston with Marilyn Monroe in the first frame.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

- Arthur Miller:
"Inge took comparatively few pictures.
When she pointed the camera
she felt a certain responsibility for what it was looking at.
Her pictures of Marilyn are particularly empathetic
and touch as she caught Marilyn’s anguish beneath her celebrity..."

"Inge a pris relativement peu de photos.
Quand elle a pointé la caméra,
elle se sentait responsable face à ce qu'elle regardait.
Ses photos de Marilyn sont particulièrement empathiques
et touchantes alors qu'elle captait l'angoisse de Marilyn sous sa célébrité ..."

MORATH-09
Set of "The Misfits". Marilyn Monroe in the first frame. Reno, Nevada. USA. 1960. © Inge Morath | Magnum Photos

Inge, as an Austrian, had found herself in a defensive position in London and Paris, where she had been working and living [after the war]. Americans, in contrast, were far less ready to condemn her. Ironically, she felt uneasy here because we didn’t condemn fascism enough, nor did we see the signs of it in American culture. She was quick to notice whenever that smell came up of repression and racism.
Inge, en tant qu'Autrichienne, s'était retrouvée dans une position défensive à Londres et à Paris, où elle avait travaillé et vécu [après la guerre]. Les Américains, en revanche, étaient beaucoup moins disposés à la condamner. Ironiquement, elle s'est sentie mal à l'aise ici parce que nous n'avons pas assez condamné le fascisme, et nous n'en avons pas vu les signes dans la culture américaine. Elle a vite remarqué chaque fois cette odeur de répression et de racisme qui se dégageait.

Reno, initially, and ‘The Misfits’ in particular, was a circus for Inge; a rich mine of subjects. My first glimpse of her was in the Mapes Hotel coffee shop, where she was sitting at a table laughing with John Huston. She had worked on Huston’s film ‘Moulin Rouge’ some time earlier, and had earned his respect as an artist. Huston’s admiration and respect came in part from the work, of course, but it was also because of her bravery. As far as he was concerned, that was the major virtue of anyone.
Reno, au départ, et «The Misfits» en particulier, était un cirque pour Inge; une mine riche de sujets. La première fois que je l'ai vue, elle était dans le café de l'hôtel Mapes, assise à une table en train de rire avec John Huston. Elle avait travaillé sur le film de Huston «Moulin Rouge» quelque temps auparavant et avait gagné son respect en tant qu’artiste. L’admiration et le respect de Huston provenaient en partie du travail, bien sûr, mais c’était aussi à cause de sa bravoure. En ce qui le concernait, c'était la principale vertu de quiconque.

MORATH-10 
Set of "The Misfits". Clark Gable and Marilyn Monroe.
The two are now lovers and Gay, who has been up early,
comes to wake her and surprise her with breakfast.
Roslyn sits up in bed slowly, delightedly.
Movie camera cuts shot of Roslyn’s back a little under her shoulders.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

MORATH-11  MORATH-12 
1/"The Misfits." Marilyn Monroe and Arthur Miller. 
2/  Set of "The Misfits". John Huston and Arthur Miller wait and brood over the next scene.
This close cooperation of author and director often brought about last minute changes
that kept the work on the movie at an exhilarating pace.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

MORATH-13 
John Huston, Marilyn Monroe & Arthur Miller during the filming of "The Misfits".
Arthur & Marilyn were separated at the time.
Nevada. Reno. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

Inge believes that to photograph a place you had to know the language. So she studied Chinese for about seven years before she went to China, and she did, similarly, with Russian before she went to Russia. Travel with her was a privilege because I would never have been able to penetrate that way. She was unobtrusive and she simply took [her subjects’] side of the lens. People quickly caught on that she was a different kind of a person than they were expecting in a photographer. She had a great talent for drawing people in, even without the camera.
Inge pense que pour photographier un endroit, il fallait en connaître la langue. Elle a donc étudié le chinois pendant environ sept ans avant de se rendre en Chine, et elle a fait de même avec le russe avant de se rendre en Russie. Voyager avec elle était un privilège car je n'aurais jamais pu m'immerger de cette façon. Elle était discrète et elle a simplement pris le côté [de ses sujets] de l'objectif. Les gens ont vite compris qu'elle était une personne différente de celle à laquelle ils s'attendaient chez un photographe. Elle avait un grand talent pour attirer les gens, même sans caméra.

© Arthur Miller Literary and Dramatic Property Trust. Text excerpted from a discussion of Inge Morath’s photographs at the Howard Greenberg Gallery, New York, May 26, 2004. 

 MORATH-14 
Montgomery Clift on the set of "The Misfits." Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos


 Inge Morath

The coverage of ‘The Misfits’ was a very special thing. The producer had a unique idea of creating a document of the shooting of this movie, for which he hired Magnum photographers. We were paired up and I was going to photograph with Henri Cartier-Bresson. We planned to go across the country because America was a big adventure. I didn’t know much about America at all, so we rented a car and went a very complicated route; Blue Ridge Mountains and Mississippi and we saw all the literary sights.
Le reportage de "The Misfits" était une chose très spéciale. Le producteur a eu une idée unique de créer un document du tournage de ce film, pour lequel il a engagé des photographes Magnum. Nous étions jumelés et j'allais photographier avec Henri Cartier-Bresson. Nous avions prévu de parcourir le pays car l'Amérique était une grande aventure. Je ne savais pas grand-chose du tout de l'Amérique, alors nous avons loué une voiture et avons emprunté un chemin très compliqué; Blue Ridge Mountains et Mississippi et nous avons vu tous les sites littéraires.

Anyway we arrived in Reno, which is American and so western. It’s just marvelous to look at. The Mapes Hotel was where more or less everybody was lodged, and I was so intrigued because in the hotel room there was a machine and you could make your own coffee in the morning. I’d never seen such a thing. This was exotic. And naturally, such an American movie was also exotic to us. So we approached it from our very European point of view, which was fun. We started early, often waited for very long times, and finished quite late. And it got hotter and hotter.
Bref, nous sommes arrivés à Reno, qui est américaine et tellement western. C’est tout simplement merveilleux à regarder. L'hôtel Mapes était l'endroit où plus ou moins tout le monde était logé, et j'étais tellement intrigué parce que dans la chambre d'hôtel il y avait une machine et vous pouviez faire votre propre café le matin. Je n’avais jamais vu une chose pareille. C'était exotique. Et naturellement, un tel film américain était aussi exotique pour nous. Nous l'avons donc abordé de notre point de vue très européen, ce qui était amusant. Nous avons commencé tôt, avons souvent attendu très longtemps et avons terminé assez tard. Et il faisait de plus en plus chaud.

Henri and I had worked together before, so we were never in each other’s way. Because two photographers on one movie could be really falling over each other. But we had very different territories and interests, at least in the approach to something. I think everybody has a certain distance at which he or she is most comfortable. There is a certain way of seeing the same thing in a different composition, or from a very different angle. That’s the interesting part; everybody has their own was of attacking a subject. I’m one who always wanders around a lot, always looking. And so doe Henri, but boy is he fast. Wow.
Henri et moi avions déjà travaillé ensemble, donc nous ne nous sommes jamais opposés. Parce que deux photographes sur un même film pourraient vraiment tomber l'un sur l'autre. Mais nous avions des territoires et des intérêts très différents, du moins dans l'approche de quelque chose. Je pense que chacun a une certaine distance à laquelle il ou elle est le plus à l'aise. Il y a une certaine manière de voir la même chose dans une composition différente, ou sous un angle très différent. C’est la partie intéressante; chacun a sa manière propre d'attaquer un sujet. Je suis celle qui erre toujours beaucoup, toujours à la recherche. Et Henri aussi, mais garçon est rapide. Sensationnel.

MORATH-15 
Henri Cartier-Bresson with actor Eli Wallach (right) during the production of "The Misfits."
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

MORATH-16  MORATH-17 
1/ Clark Gable and John Huston during the filming of The Misfits.
2/ Marilyn Monroe during the filming of The Misfits. USA. Reno, Nevada. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

- Inge Morath:
"Eli and Marilyn were like buddies, and you can see it.
Monty and Marilyn were kindred souls.
They were both terribly vulnerable.
And Clark Gable was Clark Gable"
«Eli et Marilyn étaient comme des copains, et vous pouvez le voir.
Monty et Marilyn étaient des âmes apparentées.
Ils étaient tous les deux terriblement vulnérables.
Et Clark Gable était Clark Gable»

MORATH-18 
Arthur Miller (foreground) and Marilyn Monroe during the filming of "The Misfits."
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

John Huston I’d worked with before. He was terrific to me. My very first movie job was with him in ‘Moulin Rouge.’ I had never been in a film studio, and I went up to him and I said, “Look, I’ve never been in a film studio so you’d better help me.” He thought that was very funny. So I worked with him several times later. Monty Clift was also a great friend of mine whom I adored. He was supposed to be so difficult and erratic but actually he shot the most difficult scene in one take. Thelma Ritter was marvelous because it was a part which was not very glamourous, but she anchored this very American thing. And Eli Wallach. Eli is a funny guy and a wonderful actor. Eli and Marilyn were like buddies, and you can see it. Monty and Marilyn were kindred souls. They were both terribly vulnerable. And Clark Gable was Clark Gable.
John Huston, j'avais déjà travaillé avec lui avant. Il a été formidable avec moi. Mon tout premier boulot au cinéma était avec lui au 'Moulin Rouge.' Je n'avais jamais été dans un studio de cinéma, et je suis allée vers lui et j'ai dit: “Écoutez, je n'ai jamais été dans un studio de cinéma alors vous feriez mieux de m'aider." Il a trouvé que c'était très drôle. J'ai donc travaillé avec lui plusieurs fois plus tard. Monty Clift était aussi un grand ami à moi que j'adorais. Il était censé être si difficile et erratique, mais en fait, il a tourné la scène la plus difficile en une seule prise. Thelma Ritter était merveilleuse car c'était un rôle qui n'était pas très glamour, mais elle a ancré ce truc très américain. Et Eli Wallach. Eli est un gars drôle et un acteur merveilleux. Eli et Marilyn étaient comme des copains, et vous pouvez le voir. Monty et Marilyn étaient des âmes apparentées. Ils étaient tous les deux terriblement vulnérables. Et Clark Gable était Clark Gable.

MORATH-19 
Set of "The Misfits". Marilyn Monroe and Thelma Ritter during the scene in the bar of Harrah’s Club in Reno.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

- Inge Morath
"They were all very interesting to watch.
Actually, Marilyn was fascinating to watch.
The way she moved, her expressions; she just was extraordinary.
There was such strength and energy combined with this fragility"
"Ils étaient tous très intéressants à regarder.
En fait, Marilyn était fascinante à regarder.
La façon dont elle bougeait, ses expressions; elle était juste extraordinaire.
Il y avait une telle force et énergie combinées à cette fragilité"

MORATH-20  MORATH-21  
1/ Marilyn Monroe in a casino during the production of "The Misfits."
2/ The Misfits." Clark Gable.
Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

But it was very professional. You see, these were not people who were start stuck of anything. I mean, you were just there and you did a job; you watched as photographers have to do. They were all very interesting to watch. Actually, Marilyn was fascinating to watch. The way she moved, her expressions; she just was extraordinary. There was such strength and energy combined with this fragility. It was vert interesting and quite unique. What I wanted to do was the unposed person. Marilyn knew all the tricks about how to pose, but when I watched her and saw that vulnerability, I figured to get something of her that is not posed, some inner side of her that can be revealed if possible with the camera. You might see in some of the close-ups, behind the smile there is a tragic undertone.
Mais c'était très professionnel. Vous voyez, ce n'étaient pas des gens qui étaient coincés dans quoi que ce soit. Je veux dire, vous étiez juste là et vous avez fait un travail; vous avez regardé comme les photographes doivent faire. Ils étaient tous très intéressants à regarder. En fait, Marilyn était fascinante à regarder. La façon dont elle bougeait, ses expressions; elle était juste extraordinaire. Il y avait une telle force et énergie combinées à cette fragilité. C'était très intéressant et assez unique. Ce que je voulais faire, c'était la personne sans pose. Marilyn connaissait toutes les astuces pour poser, mais quand je l'ai regardée et que j'ai vu cette vulnérabilité, j'ai pensé obtenir quelque chose d'elle qui n'est pas posé, un côté intérieur d'elle qui peut être révélé si possible avec la caméra. Vous pourriez voir dans certains des gros plans, derrière le sourire, il y a une nuance tragique.

MORATH-22 

The thing is that she was very unsecure about herself. Marilyn was nervous about many scenes and she would really try to have different takes on things. She went back to the script and sometimes that took up a considerable amount of time. So people were sitting in the heat, and it was very hot. I remember Clark Gable, with whom I got on very well, told me all his adventures in the movies. It was very funny. Clark was wonderful. He said, “I will inscribe your jacket for you,” you know, I never had the idea of asking for an autograph. So he wrote on the back of my collar, “Clark Gable, Reno, Nevada, July 21st, 1960.” And he said, “You’d better have somebody embroider this so it won’t wash out.” So I had it made in Paris, embroidered on the back of the collar.
Le fait est qu'elle n'était pas sûre d'elle-même. Marilyn était nerveuse à propos de nombreuses scènes et elle aurait essayé vraiment d'avoir des points de vue différents sur les choses. Elle revenait sur le scénario et parfois cela prenait un temps considérable. Les gens étaient donc assis dans la chaleur, et il faisait très chaud. Je me souviens que Clark Gable, avec qui je m'entendais très bien, m'a raconté toutes ses aventures au cinéma. C'était très drôle. Clark était merveilleux. Il a dit: «Je vais signer votre veste pour vous», vous savez, je n'ai jamais eu l'idée de demander un autographe. Il a donc écrit au dos de mon col: «Clark Gable, Reno, Nevada, 21 juillet 1960». Et il a dit: "Tu ferais mieux de faire broder ça par quelqu'un pour qu'il ne s'efface pas." Je l'ai donc fait fabriquer à Paris, brodée à l'arrière du col.

We wanted to be as invisible as possible as photographers. You have to be pretty much invisible because you are in the way most of the time. so we always were dressed in all drab stuff. And I think there’s something to it, to serving your subject by not putting yourself close too much. The thing was to find your way around. You knew more or less what scenes would come up but you didn’t know what was actually going to happen. The surprise elements were in how the actors created a scene, and John Huston kind of let them find their way. I mean, there was a general direction, but within this they found their own way.
Nous voulions être aussi invisibles que possible en tant que photographes. Vous devez être à peu près invisible parce que vous êtes gênant la plupart du temps. Donc nous étions toujours vêtus de couleur terne. Et je pense qu'il y a quelque chose à faire, à servir votre sujet en ne vous mettant pas trop près. Le truc était de trouver son chemin. Vous saviez plus ou moins quelles scènes allaient se produire mais vous ne saviez pas ce qui allait réellement se passer. Les éléments de surprise étaient dans la façon dont les acteurs ont créé une scène, et John Huston les a en quelque sorte laissés trouver leur chemin. Je veux dire, il y avait une direction générale, mais à l'intérieur de cela, ils ont trouvé leur propre chemin.

MORATH-23 
Shooting "The Misfits". 1960. The photographer Inge Morath and Clark Gable.
Nevada state. USA. © Henri Cartier-Bresson | Magnum Photos

MORATH-24  MORATH-25 
1/ Marilyn Monroe and Eli Wallach. Reno, Nevada. USA. 1960
2/ Set of "The Misfits". Clark Gable and Marilyn Monroe. Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

MORATH-26 
"The Misfits." Clark Gable and Eli Wallach in the car. Reno, Nevada. USA. 1960.
© Inge Morath | Magnum Photos

I had read the short story and I get a script. If you’re not used to reading movie scripts its quite something, because you don’t imagine everything. So it’s kind of a dry enterprise. But we knew more or less what the character were, which is really what you want to know; what makes these people tick ? I mean, what the author meant making tick. Naturally, I was kind of in awe of Arthur Miller because I’d seen ‘Salesman’ and ‘The Crucible’ and I though, oh God, this man will be very sad all the time. the first time I really met him, it was very hot. John Huston took Henri and me to where they were swimming and playing tennis. We didn’t go in the pool because we were busy photographing.
J'avais lu la nouvelle et je reçois un scénario. Si vous n’avez pas l’habitude de lire des scripts de films, c’est quelque chose, car vous n’imaginez pas tout. C’est donc une sorte d’entreprise sèche. Mais nous savions plus ou moins ce qu'était le personnage, ce que vous voulez vraiment savoir; qu'est-ce qui motive ces gens ? Je veux dire, ce que l'auteur voulait dire faisant tique. Naturellement, j'étais un peu impressionnée par Arthur Miller parce que j'avais vu "Salesman" et "The Crucible" et je pensais, oh mon Dieu, que cet homme serait très triste tout le temps. La première fois que je l'ai vraiment rencontré, il faisait très chaud. John Huston a emmené Henri et moi là où ils nageaient et jouaient au tennis. Nous ne sommes pas allés dans la piscine car nous étions occupés à photographier.

Arthur was swimming a backstroke, and he told a very funny story, swimming all the time. It was a short story which he wrote about a guy who was making shoulder pads. I never heard of anyone making shoulder pads; that was in itself exotic. But it was a very funny story, and very long. And then he finished the story and got out of the water, and I got a whole new idea about Arthur Miller being a funny fellow.
Arthur nageait sur le dos et il a raconté une histoire très drôle, nageant tout le temps. C'était une histoire courte qu'il a écrite sur un gars qui fabriquait des épaulettes. Je n'ai jamais entendu parler de quelqu'un qui fabriquait des épaulettes; c'était en soi exotique. Mais c'était une histoire très drôle et très longue. Et puis il a terminé l'histoire et est sorti de l'eau, et j'ai eu une toute nouvelle idée du fait qu'Arthur Miller était un garçon marrant.

[© Inge Morath. Text compiled from a conversation with Inge Morath by Gail Levin for the film ‘Making the Misfits’, Great Performances, Thirteen/WNET, 2001.]

Both Arthur Miller’s and Inge Morath’s texts appear in Inge Morath’s The Road to Reno, edited by John P. Jacob. Steidl: Germany, 2006.

MORATH-27 
Set of "The Misfits". Marilyn Monroe. Reno, Nevada. USA. 1960. © Inge Morath | Magnum Photos


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by Magnum.

Magnum on Set: The Misfits

LOGO_MAGNUM

 Magnum on Set: The Misfits
 | en ligne sur magnumphotos.com

Eve Arnold captured the troubled final cinematic outing for both Marilyn Monroe and co-star Clark Gable
Eve Arnold a capturé le dernier film troublant de Marilyn Monroe et de sa co-vedette Clark Gable

01-MM_arnold-1 
  US actress Marilyn Monroe on the Nevada desert during the filming of "The Misfits",
directed by John Huston. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

(...) Look at Eve Arnold’s coverage of the making of The Misfits, a film that failed at the box office, in spite of its deeply troubled all-star cast – two of whom would never make another film.
Regarder le reportage d'Eve Arnold sur la réalisation de The Misfits, un film qui a échoué au box-office, en dépit de son casting de stars profondément troublées - dont deux d'entre elles ne feront jamais un autre film.

Eve Arnold didn’t know it at the time, but what she photographed on the set of 1961’s The Misfits was to be the last movie completed by Marilyn Monroe and her co-star Clark Gable. The film, an elegiac tale of divorce and aging cowboys, is tainted with sadness as Monroe’s swansong. She died of an overdose just a year after the film’s release.
Eve Arnold ne le savait pas à l'époque, mais ce qu'elle a photographié sur le tournage de The Misfits en 1961 devait être le dernier film réalisé par Marilyn Monroe et sa co-star Clark Gable. Le film, un conte élégiaque de divorce et de cow-boys vieillissants, est teinté de tristesse comme le chant du cygne de Monroe. Elle est décédée d’une overdose juste un an après la sortie du film.

02-MM_arnold-1 
  US actress Marilyn Monroe on the Nevada desert going over her lines for a difficult scene
she is about to play with Clark Gable in the film "The Misfits" by John Huston.
Nevada. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

03-MM_arnold-1  04-MM_arnold-1 
USA. Nevada. Reno.
US actress Marilyn MONROE on the set of 'The Misfits' by John HUSTON. 1960.
© Eve Arnold | Magnum Photos

05-MM_arnold-1 
  US actress Marilyn Monroe. Los Angeles. California. USA. 1960.
© Eve Arnold | Magnum Photos

By all accounts, The Misfits was a troubled production. Directed by John Huston from a script by Arthur Miller, it was shot in the blistering 107-degree heat of the Nevada desert. There was the breakdown of Monroe and Miller’s marriage to contend with. There was Huston’s drinking and gambling. There was Monroe’s descent into alcohol and prescription drug use, not to mention the fact she rarely showed up on time, if at all. Huston, in a Rolling Stone interview, later said he was “absolutely certain that she was doomed” during the production. Filming even halted for two weeks while she was hospitalized, reportedly for detox.
Au dire de tous, The Misfits était une production en difficulté. Réalisé par John Huston à partir d'un scénario d'Arthur Miller, il a été tourné dans la chaleur fulgurante de 40 degrés dans le désert du Nevada. Il y avait la rupture du mariage de Monroe et Miller à affronter. Il y avait la boisson et le jeu de Huston. Il y a eu la descente de Monroe dans la consommation d'alcool et de médicaments sur ordonnance, sans parler du fait qu'elle se présentait rarement à l'heure, voire pas du tout. Huston, dans une interview à Rolling Stone, a déclaré plus tard qu'il était «absolument certain qu'elle était condamnée» pendant la production. Le tournage s'est même arrêté pendant deux semaines alors qu'elle était hospitalisée, apparemment pour une cure de désintoxication.

06-MM_arnold-1

07-MM_arnold-1 
 US actress Marilyn Monroe with Arthur Miller showing her some dance steps for a scene she has to play.
Miller was describing the way his father used to "Skip-to-my-lou", a rustic dance from middle America.
Reno. Nevada. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

08-MM_arnold-1  09-MM_arnold-1 
1/ Clarke Cable learing his lines during the the filming of the The Misfits. 
2/ John Huston, the director during the filming of The Misfits.
Reno. Nevada. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

In her photographs, Arnold captures Monroe and Miller sitting on the back of a truck, her staring pensively at the ground. In another, Miller is showing her some dance moves for a scene. The photographer captures Gable – who died 12 days after production wrapped – with his wife, dressed formally and standing under an orange tree. Arnold followed the production from Reno to Dayton, from the Nevada desert to LA. Sometimes she was a fly on the wall, revealing an unseen side of these cultural icons. Other times she asked them to pose for her camera in-between takes.
Dans ses photographies, Arnold capture Monroe et Miller assis à l'arrière d'un camion, fixant pensivement le sol. Dans un autre, Miller lui montre quelques mouvements de danse pour une scène. La photographe capture Gable - décédé 12 jours après la fin de la production - avec sa femme, habillée formellement et debout sous un oranger. Arnold a suivi la production de Reno à Dayton, du désert du Nevada à Los Angeles. Parfois, elle était comme une mouche sur un mur, révélant un côté invisible de ces icônes culturelles. D'autres fois, elle leur a demandé de poser pour sa caméra entre les prises.

10-Gable_arnold-1
Clarke Gable and his wife Encino. California. USA. 1960.
© Eve Arnold | Magnum Photos

11-MM_arnold-1 
US actress Marilyn Monroe rest between takes under the surveillance of Paula Strasberg,
Monroe's drama coach, on the set of the 'The Misfits' by John Huston.
Nevada. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

12-MM_arnold-1 
Marilyn Monroe on the set of the Misfits sleep during a lunchbreak.
Nevada. USA. 1960
© Eve Arnold | Magnum Photos

13-MM_arnold-1 

Though it was both Monroe and Gable’s final film, it tanked at the box office. Only in recent decades has it garnered acclaim as a moody, monochrome story of loneliness in the West, with the Guardian dubbing it a “melancholy drama that pulses with sadness and symbolism”. Like the mournful tone of the film, Arnold’s pictures carry an unintended emotional weight, the story behind the production – Monroe’s tortured soul – as intriguing and stirring as the film itself.
Bien qu’il s’agisse à la fois du dernier film de Monroe et de Gable, il a fait un flop au box-office. Ce n'est qu'au cours des dernières décennies qu'il a été acclamé comme une histoire sombre et monochrome de solitude en Occident, avec le Guardian le surnommant un «drame mélancolique qui vibre de tristesse et de symbolisme». Comme le ton triste du film, les images d'Arnold ont un poids émotionnel involontaire, l'histoire derrière la production - l'âme torturée de Monroe - aussi intrigante et émouvante que le film lui-même.

14-Gable_arnold-1 
Marilyn Monroe being given a neck massage by Arthur Miller,
to help relieve tension during location filming.
Nevada. USA. 1960. © Eve Arnold | Magnum Photos

15-MM_arnold-1 
Marilyn Monroe during the filming of The Misfits. Reno. Nevada. USA. 1960.
© Eve Arnold | Magnum Photos

16-MM_arnold-1 
Marilyn Monroe during the filming of 'The Misfits'. USA. 1960.
© Eve Arnold for AP © Eve Arnold


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by Magnum.

06 juin 2017

Doc - Le Cinéma dans l'oeil de Magnum

Le cinéma dans l'oeil de Magnum

docu_magnum-cap01-2 

Année: 2017
Réalisation: Sophie Bassaler

Pays: France
Durée: 54 min

À l’occasion des 70 ans de Magnum, retour sur le lien noué entre les photographes de l'agence mythique et le monde du cinéma. Une plongée unique dans le regard des créateurs, parmi lesquels Robert Capa, Cartier-Bresson, ou Josef Koudelka.
L'agence Magnum, créée en 1947 par Robert Capa, est intimement liée au cinéma depuis soixante-dix ans. Ses photographes iconiques, Capa lui-même, Cartier-Bresson, ou plus tard Josef Koudelka ont accompagné des tournages, leurs réalisateurs et leurs vedettes. Ils ont ainsi documenté des scènes de vie quotidienne, de travail, ou choisi de s'écarter du cadre pour immortaliser leur propre vision artistique. Venant du reportage de guerre ou du documentaire, ces photographes du réel ont appliqué leurs méthodes de travail à ce monde d’illusions : appareil léger, lumière naturelle, photo sur le vif et sans retouches. Marilyn Monroe, James Dean, Kate Winslet, Michelangelo Antonioni ou Theo Angelopoulos sont passés sous l'œil de l'agence, instaurant un lien unique qui ne s'est pas défait en soixante-dix ans.
Fiction et réel
C’est par amour pour l’actrice Ingrid Bergman que Robert Capa prend la toute première photo de cinéma de Magnum sur le tournage des Enchaînés d’Alfred Hitchcock, inaugurant cette histoire entre l’agence et le cinéma. À partir de nombreux récits inédits, le documentaire retrace toute une vie d’histoires croisées entre deux mondes qu’a priori tout oppose : la fiction et le réel, comme cette rencontre en 1994 entre le réalisateur Theo Angelopoulos et le jeune photographe Josef Koudelka. Ils puiseront dans les Balkans, lieu de tournage du film Le regard d'Ulysse, des clichés et plans extraordinaires, tout en gardant chacun leur signature unique. Un témoignage passionnant sur le regard des créateurs, artistes de l'image, qu'ils soient derrière une caméra ou un appareil photo.

>> Diffusé en France sur arte le 31 mai 2017


Retranscription du passage lié à Marilyn Monroe:

(à 19min 30sec) - Peter Marlow (photographe): Quand on a ce genre de relations, cela rend les choses très différentes; ça permet d'atteindre ce niveau d'intimité.
David Hurn (photographe): L'exemple parfait, c'est Marilyn Monroe et Eve Arnold. Elles étaient très amies et totalement à l'aise ensemble.
Eve Arnold (photographe): Marilyn avait vu une série de photos que j'avais faite de Marlene Dietrich. C'était au début des années 50; ça devait être en 52. A cette époque, les photos étaient toutes retouchées. Tout était très mis en scène. Moi, je ne savais rien de tout ça, j'étais une photojournaliste. J'ai photographié Marlene comme elle était. Elle ne posait pas. Il n'y avait pas de décor ou d'éclairage, juste moi et elle qui chantait. Quelques temps plus tard, je suis allée à une fête donnée pour John Huston. C'est Sam Shaw, un ami commun, qui m'a présentée à Marilyn. Elle m'a regardée et m'a dit: "Vous avez fait du beau travail avec Marlene. Imaginez ce que vous pourriez faire avec moi." J'ai trouvé ça merveilleux. Il se dégageait d'elle une vraie naïveté, mais en même temps, elle avait le sens de son image et savait se vendre. Je suis sûre qu'elle a tout de suite sentie ce que nous pourrions faire ensemble. Un jour, une nuit plutôt, vers 4 heures du matin, elle m'a appelée pour savoir si j'acceptais de la rejoindre à 10 heures du matin à l'aéroport. J'aurai droit à un reportage exclusif, car elle voyageait seule avec son coiffeur.
Isabella Rossellini (actrice, réalisatrice): Eve avait sa délicatesse qui je pense, lui a permis de gagner la confiance d'autres actrices. Notamment, celle de Joan Crawford.

docu_magnum-cap02-1 docu_magnum-cap02-2 docu_magnum-cap02-3 
docu_magnum-cap02-4 docu_magnum-cap02-5 docu_magnum-cap02-6 
docu_magnum-cap02-7 docu_magnum-cap02-8 docu_magnum-cap02-9 
docu_magnum-cap02-10 docu_magnum-cap02-11 docu_magnum-cap02-12 
docu_magnum-cap02-13 docu_magnum-cap02-14 docu_magnum-cap02-15 
docu_magnum-cap02-16 docu_magnum-cap02-17 docu_magnum-cap02-18 

(... à 21min 50sec) - Eve Arnold: C'était à Chicago durant une escale qui s'éternisait. Marilyn est allée aux toilettes et comme je suis une femme, je l'ai suivie. Je n'avais pas l'intention de la photographier, mais elle était si belle avec sa jupe relevée sur ses petites jambes potelées. J'avais toujours pensé qu'elle était mince. Elle avait cette merveilleuse capacité à se faire plus grande qu'elle n'était.
David Hurn: Cette photo est tellement intime. Et j'aime à pense que Eve était si proche d'elle, que Marilyn lui faisait tellement confiance. Cette photo, pour moi, c'est la quintessence de la photographie.

docu_magnum-cap03-1 docu_magnum-cap03-2 docu_magnum-cap03-3 
docu_magnum-cap03-4 docu_magnum-cap03-5 docu_magnum-cap03-6 

Eve Arnold: Je l'ai photographiée sur une période de 10 ans. La plus courte de nos séances n'a duré que deux heures et la plus longue, deux mois, sur le tournage du film "The Misfits" de John Huston. Arthur Miller avait écrit une nouvelle dans laquelle il racontait l'histoire de trois hommes qui travaillaient dans le désert et capturaient des mustangs qu'ils vendaient ensuite pour faire de la nourriture pour chiens. C'est dans ce cadre sauvage qu'apparaît Marilyn. Clark Gable et Marilyn étaient le couple vedette. Il y avait aussi Montgomery Clift, Eli Wallach. Le film a été conçu dans le but de donner enfin un rôle sérieux à Marilyn.

docu_magnum-cap04-1 docu_magnum-cap04-2 docu_magnum-cap04-3 
docu_magnum-cap04-4 docu_magnum-cap04-5 docu_magnum-cap04-6 
docu_magnum-cap04-7 docu_magnum-cap04-8 docu_magnum-cap04-9 

Alain Bergala (essayiste): Les "Misfits" est totalement exceptionnel sur plein de points. Mais quand le film a commencé à se tourner, personne ne pouvait savoir à quel point, ce serait un film exceptionnel.
Voix Off: Le tournage du film "The Misfits" est un cas unique dans l'histoire des relations entre photographie et cinéma. Neuf grands photographes de Magnum Photos vont suivre ce tournage chaotique durant les trois mois de l'été 1960 à Reno et dans le désert du Nevada. Se succédant deux à deux toutes les deux semaines. Cet accord exceptionnel n'était pas uniquement le fait des liens de John Huston et de l'agence, mais revient à l'initiative de Lee Jones, à l'époque responsable des projets spéciaux du bureau de New York, qui a eu le pressentiment que ce film au casting de rêve mériterait une couverture exceptionnelle.

docu_magnum-cap04-10 docu_magnum-cap04-11 docu_magnum-cap04-12 
docu_magnum-cap04-13 docu_magnum-cap04-14 docu_magnum-cap04-15 
docu_magnum-cap04-16 docu_magnum-cap04-17 docu_magnum-cap04-18 
docu_magnum-cap04-19 docu_magnum-cap04-20 docu_magnum-cap04-21 
docu_magnum-cap04-22 docu_magnum-cap04-23 docu_magnum-cap04-24 
docu_magnum-cap04-25 docu_magnum-cap04-26 docu_magnum-cap04-27 

Alain Bergala: C'était la première fois dans l'histoire du cinéma où une agence obtenait l'exclusivité. Alors que toute la presse du monde aurait voulu être là. Il l'a obtenu pour une raison simple c'était que Marilyn était déjà mal en point au début du tournage et si elle avait vu arriver des photographes du monde entier, elle aurait craqué.

docu_magnum-cap05-1 docu_magnum-cap05-2 docu_magnum-cap05-3 
docu_magnum-cap05-4 docu_magnum-cap05-5 docu_magnum-cap05-6 

Voix Off: Les deux premiers photographes à arriver à Reno sont Inge Morath et Henri Cartier-Bresson.
Agnès Sire (directrice de la fondation Henri Cartier-Bresson): Cartier-Bresson, ça ne l'intéressait pas du tout. Et puis il a entrepris un voyage aux Etats-Unis l'année du tournage des "Misfits" et je pense que Lee Jones et tous les autres à Magnum lui ont dit: "Ca serait bien, on a l'exclu sur ce tournage. Ca serait bien que tu viennes, il y a Marilyn Monroe, etc..." Donc, il est allé sur le tournage; il n'est pas resté très longtemps. Mais il a fait beaucoup de photos; il a fait un portrait de Marilyn Monroe qui est très, très beau. Sa définition du portrait, qui est l'idée de saisir le silence intérieur d'une victime consentante, on voit vraiment, dans la photo de Marilyn Monroe, son silence intérieur.

docu_magnum-cap06-1 docu_magnum-cap06-2 docu_magnum-cap06-3 
docu_magnum-cap06-4 docu_magnum-cap06-5 docu_magnum-cap06-6 
docu_magnum-cap06-7 docu_magnum-cap06-8 docu_magnum-cap06-9 

Inge Morath (photographe -en 2001): Tout était exotique. Le caractère si américain du film était aussi exotique pour nous. Nous adoptions un point de vue très européen.
Agnès Sire: Arthur Miller a donc épousé Inge Morath qu'il a connue sur ce tournage des "Misfits". Arthur Miller était encore marié à Marilyn Monroe, mais c'était en train de se déliter totalement.
Alain Bergala: C'est hallucinant ce qu'on voit là dans les photos de ce tournage. Des scènes privées. C'est à dire que tout était destroy et du coup, tout était possible. Le photographe pouvait rentrer et faire la scène du ménage qui avait lieu à côté. Cela a évidemment beaucoup joué. Et ils ont senti ça, que tout allait mal.

docu_magnum-cap07-1 docu_magnum-cap07-2 docu_magnum-cap07-3 
docu_magnum-cap07-4 docu_magnum-cap07-5 docu_magnum-cap07-6 
docu_magnum-cap07-7 docu_magnum-cap07-8 docu_magnum-cap07-9 

Elliott Erwitt (photographe): Le chaos qui régnait sur le tournage était dû aux constants retards de Marilyn, à sa nervosité, et à sa grande détresse de façon générale.
Alain Bergala: Quand les acteurs arrivent, ils sont tous en très mauvais état. Clark Gable n'est pas en mauvais état mais il est très vieux, et Marilyn, ce film se trouve être son dernier film et elle le fait en très très mauvais état.
Bruce Davidson (photographe): Ce n'est pas le sex-appeal de Marilyn qui m'a attiré, mais sa fragilité. C'était une artiste qui luttait contre la dépression. Il y a cette photo que j'ai prise d'elle avec Huston qui m'a mis mal à l'aise. Elle souffrait beaucoup.

docu_magnum-cap08-1 docu_magnum-cap08-2 docu_magnum-cap08-3 
docu_magnum-cap08-4 docu_magnum-cap08-5 docu_magnum-cap08-6 
docu_magnum-cap08-7 docu_magnum-cap08-8 docu_magnum-cap08-9 

Susan Richards (auteure): Monty Clift était un peu comme  elle. Les acteurs que Dennis trouvait les plus humains sortaient souvent de l'Actor's Studio. Ils essayaient de rester eux-mêmes à Hollywood où tout le monde porte un masque. Et Monty Clift ne jouait pas ce jeu là.
Alain Bergala: L'homosexualité qu'il s'interdisait de faire savoir, névrose absolue, drogues, lui, il avait tout à la fois. Et c'est magnifique. Evidemment, la scène dans l'arrière-cour où ils sont tous les deux complètement destroy, parce qu'ils étaient réellement destroy. Et Huston détestant les homosexuels... En plus, c'était pas simple pour eux, le rapport avec Huston.
Marilyn Monroe: Ce travail peut être si... On essaie d'être sincère. Cela nous amène parfois au bord d'une sorte de folie. Ce n'est pas vraiment de la folie. Il s'agit plutôt d'essayer d'extraire de soi une part de vérité. Et c'est très dur. Enfin, disons, que c'est pas facile.
Alain Bergala: Marilyn, comme toutes les stars, contrôlait les images qu'on pouvait montrer d'elle. Sur les photos qu'elle ne voulait pas voir diffuser, on voit tout ce qui la menace. C'est à dire pour elle, la beauté n'était pas donnée, n'était pas acquise, qu'est ce qu'il a fallu de travail et d'efforts pour qu'on ait une autre image que ça. Cette lutte l'a tuée. D'être toujours une image, à un moment, ça ne tient plus. C'est le film où ça ne tient plus.
Eve Arnold: On l'a tous utilisée, cela ne fait aucun doute. Nous, photographes, devons accepter le fait qu'on a besoin de l'image des autres. Bien sûr, sans la photographie, Marilyn n'aurait jamais été Marilyn. On l'aurait jamais vue car c'est ainsi que beaucoup de gens l'ont découverte. C'est un cercle vicieux, tout le monde utilise tout le monde. Elle m'a utilisée pour l'aider à aller là où elle voulait, moi et des centaines d'autres. Je n'étais pas unique. J'était unique que dans le sens où elle faisait totalement confiance.

docu_magnum-cap09-1 docu_magnum-cap09-2 docu_magnum-cap09-3 
docu_magnum-cap09-4 docu_magnum-cap09-5 docu_magnum-cap09-6 
docu_magnum-cap09-7 docu_magnum-cap09-8 docu_magnum-cap09-9 
docu_magnum-cap09-10 docu_magnum-cap09-11 docu_magnum-cap09-12 
docu_magnum-cap09-13 docu_magnum-cap09-14 docu_magnum-cap09-15 
docu_magnum-cap09-16 docu_magnum-cap09-17 docu_magnum-cap09-18 
docu_magnum-cap09-19 docu_magnum-cap09-20 docu_magnum-cap09-21 
docu_magnum-cap09-22 docu_magnum-cap09-23 docu_magnum-cap09-24 
docu_magnum-cap09-25 docu_magnum-cap09-26  

Elliott Erwitt: Les photographes qui ont travaillé sur ce tournage n'étaient pas des paparazzis. Nous étions des photographes Magnum. Personne ne cherchait à nuire ou à créer de scandales. Je ne pense pas qu'il y ait eu des gens comme ça parmi nous.
Voix Off: Le tournage des "Misfits" s'achève le 4 novembre 1960. Le lendemain, Clark Gable est victime d'une crise cardiaque dont il décèdera quelques jours plus tard. Rarement la frontière entre la fiction et la réalité fut aussi mince; et la proximité entre les photographes et les stars aussi grandes.
Alain Bergala: C'est un film 'bascule'. Le cinéma hollywoodien ne sera jamais plus la même chose qu'avant. C'est terminé, donc Il a filmé, en même temps, la décomposition d'un système.
Voix Off: Concurrencé par la télévision, le système des studios s'est essouflé. Et bientôt, les grands magazines suivront. Pour Magnum et le cinéma, une page se tourne.

docu_magnum-cap10-1 docu_magnum-cap10-2 docu_magnum-cap10-3 
docu_magnum-cap10-4 docu_magnum-cap10-5 docu_magnum-cap10-6 
docu_magnum-cap10-7 docu_magnum-cap10-8 docu_magnum-cap10-9 
docu_magnum-cap10-10 docu_magnum-cap11-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

31 mai 2017

TV - Le cinéma dans l'oeil de Magnum

gif_tvmarilyn

Mercredi 31 mai 2017 - 23h20 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Le cinéma dans l'oeil de Magnum

Durée : 54min
Année et origine : 2015, France
Réalisateur: Sophie Bassaler

tv_magnum 

À l’occasion des 70 ans de Magnum, retour sur le lien noué entre les photographes de l'agence mythique et le monde du cinéma. Une plongée unique dans le regard des créateurs, parmi lesquels Robert Capa, Cartier-Bresson, ou Josef Koudelka.
L'agence Magnum, créée en 1947 par Robert Capa, est intimement liée au cinéma depuis soixante-dix ans. Ses photographes iconiques, Capa lui-même, Cartier-Bresson, ou plus tard Josef Koudelka ont accompagné des tournages, leurs réalisateurs et leurs vedettes. Ils ont ainsi documenté des scènes de vie quotidienne, de travail, ou choisi de s'écarter du cadre pour immortaliser leur propre vision artistique. Venant du reportage de guerre ou du documentaire, ces photographes du réel ont appliqué leurs méthodes de travail à ce monde d’illusions : appareil léger, lumière naturelle, photo sur le vif et sans retouches. Marilyn Monroe, James Dean, Kate Winslet, Michelangelo Antonioni ou Theo Angelopoulos sont passés sous l'œil de l'agence, instaurant un lien unique qui ne s'est pas défait en soixante-dix ans.
Fiction et réel
C’est par amour pour l’actrice Ingrid Bergman que Robert Capa prend la toute première photo de cinéma de Magnum sur le tournage des Enchaînés d’Alfred Hitchcock, inaugurant cette histoire entre l’agence et le cinéma. À partir de nombreux récits inédits, le documentaire retrace toute une vie d’histoires croisées entre deux mondes qu’a priori tout oppose : la fiction et le réel, comme cette rencontre en 1994 entre le réalisateur Theo Angelopoulos et le jeune photographe Josef Koudelka. Ils puiseront dans les Balkans, lieu de tournage du film Le regard d'Ulysse, des clichés et plans extraordinaires, tout en gardant chacun leur signature unique. Un témoignage passionnant sur le regard des créateurs, artistes de l'image, qu'ils soient derrière une caméra ou un appareil photo.

Enregistrer

Posté par ginieland à 20:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,