16 septembre 2017

Doc - Billy Wilder ou le grand art de distraire

Billy Wilder ou le grand art de distraire

2016-billy_wilder_art_distraire-cap01 

Année: 2016
Réalisation: André Schäfer,
Jascha Hannover
Pays: Allemagne, ZDF
Durée: 91 min

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.


Retranscription du passage lié à Marilyn Monroe:

2016-billy_wilder_art_distraire-cap02 2016-billy_wilder_art_distraire-cap03 2016-billy_wilder_art_distraire-cap04 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap05 2016-billy_wilder_art_distraire-cap06 2016-billy_wilder_art_distraire-cap07 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap08 2016-billy_wilder_art_distraire-cap09 2016-billy_wilder_art_distraire-cap10 

(à 47min) - extrait interview Jack Lemmon: "Il me dit "J'ai un scénario sur le massacre de la Saint Valentin. Tu es musicien, le gars qui est avec toi, aussi. Vous êtes témoins du massacre. Vous devez vous travestir et intégrer un orchestre de femmes. Sinon, les gangsters, qui savent que vous les avez vus, vont vous tuer. Pendant les trois quarts du film, tu seras sapé en femme. T'es partant ?" Je sais pas pourquoi, j'ai accepté !"
interview de Dick Guttman, écrivain et attaché de presse:"C'est la scène dans laquelle Jack Lemmon et Tony Curtis sont déguisés en femmes essaient d'intégrer l'orchestre féminin. Ils sont tous les deux sur le quai, et soudain, Marilyn arrive en se trémoussant comme elle seule savait le faire. Elle les dépasse et ils sont subjugués. Mais ce n'était pas encore assez pour Billy. Il a glissé un mot à Marilyn puis il a crié: "On la refait !" Je n'ai pas entendu ce qu'il lui disait exactement. Ensuite, il est allé voir l'accessoiriste, puis ils ont refait la scène. Quand Marilyn les a dépassé, cette fois, le train a craché de la vapeur pile sur son popotin et elle s'est retournée d'un coup en sursautant. Quand Billy est revenu, il a dit "Elle est tellement sexy que même le train veut lui mettre la main aux fesses." C'était Billy !"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap11 2016-billy_wilder_art_distraire-cap12 2016-billy_wilder_art_distraire-cap13 

extrait interview Jack Lemmon: "Je ne l'ai jamais vu sans voix, sauf avec Marilyn. On tournait une scène, et tout ce qu'elle... -la caméra était dirigée sur Tony et moi- Là, elle frappe à la porte, on enfile vite nos perruques, parce qu'on était censés être des femmes. Tony dit "Entrez !" Elle entre, la caméra se dirige sur elle. Et elle doit juste dire: "Où est le bourbon ?"
interview de Armgard Seegers-Karasek, journaliste et traductrice: "Ils ont du la tourner 56 fois parce qu'elle n'arrivait pas à dire cette phrase. Elle disait toujours: "Où est le whisky ?" ou "Où est-ce que je dois regarder ?" Ils ont fini par coller cette phrase partout, dans tous les tiroirs qu'elle ouvrait, c'était écrit: Où est le bourbon ? Mais elle continuait de se tromper. Au bout de la 64ème prise, Billy lui dit: "Marilyn, ne sois pas inquiète."
extrait interview Billy Wilder: "Et elle répond: "Inquiète de quoi ?"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap14 2016-billy_wilder_art_distraire-cap15 2016-billy_wilder_art_distraire-cap16 

extrait interview Billy Wilder: "Je n'avais aucun problème avec Monroe. C'est Monroe qui avait un problème avec elle-même. Elle était toujours un peu confuse et avait un mal fou à se concentrer. Il y avait toujours quelque chose qui la rongeait. C'était laborieux. Mais, mon Dieu, une fois que c'était passé, que vous aviez subi les 30, 40, 50 premières prises ou son retard, vous teniez quelque chose d'absolument unique."
interview de Volker Schlöndorff, régisseur: "Billy Wilder n'était pas arrogant. Simplement, il se tenait à distance des choses. Et d'une manière très drôle, aimable et amicale. Par exemple, il n'a jamais laissé les comédiens pleurer un bon coup devant lui, pour se soulager, ou de lui exposer une demande personnelle, ou existentielle. Un jour, je lui ai demandé comment il faisait, et il m'a répondu: "Je n'encourage pas ce genre d'attitude." Il ne se serait jamais embarqué là-dedans."


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


02 septembre 2017

Doc - Au Fil des Enchères

Au fil des enchères
La robe de Marilyn Monroe

docu_au_fil_des_encheres-cap001 docu_au_fil_des_encheres-cap002 docu_au_fil_des_encheres-cap003 

Année: 2017
Réalisation: Stephane Carrel

Pays: France
Production: Arte France et Gedeon Programmes
Durée: 27 min

Le destin de pièces exceptionnelles proposées dans des salles des ventes, qui racontent à elles seules toute une époque. Dans ce volet, nous découvrons la robe de couleur chair portée par Marilyn le 19 mai 1962 au Madison Square Garden, à New York, lorsqu’elle a chanté "Happy Birthday" au président Kennedy.

>> Diffusé en France sur arte le 27 août 2017


Retranscription du documentaire

Dans les salles de ventes aux enchères, il y a des passionnés, des flambeurs, des marteaux, mais surtout des objets par milliers aux destins hors du commun. "Au fil des enchères" retrace les histoires insolites de ces trésors. Et aujourd'hui, notre objet est une robe. Non, pardon, LA robe de Marilyn Monroe.
Voix off, extrait interview Marilyn: Elle se prend pour qui, Marilyn Monroe ? (rire) Si je suis une star, ce sont les gens qui ont fait de moi une star.
Tout commence à Los Angeles. La ville qui a vu naître la légende Marilyn Monroe. Là où l'on croise toujours l'icône sur les si célèbres murs peints ou bien dans la rue ou même sur un pont. Mais aussi, en ce qui nous concerne, dans la salle des ventes des stars Julien's Auction. Cette vente aux enchères consacrée à la star est la plus exeptionnelle depuis ces dix dernières années. Toute la vie de Marilyn est là. Du rouleau avec cheveu inclu, à ses chaussures, ses sacs à mains, son rouge à lèvres, son appareil photo, son journal intime, ses bas, sa vaisselle, ses tubes de crèmes usagers, ses costumes de films. Plus de 1000 objets de rêves ou de fantasmes. Marilyn est comme les diamants... éternelle.

docu_au_fil_des_encheres-cap004 docu_au_fil_des_encheres-cap005 docu_au_fil_des_encheres-cap006 
docu_au_fil_des_encheres-cap007 docu_au_fil_des_encheres-cap008 docu_au_fil_des_encheres-cap009 
docu_au_fil_des_encheres-cap010 docu_au_fil_des_encheres-cap011 docu_au_fil_des_encheres-cap012 
docu_au_fil_des_encheres-cap013 docu_au_fil_des_encheres-cap014 docu_au_fil_des_encheres-cap015 
docu_au_fil_des_encheres-cap016 docu_au_fil_des_encheres-cap017 docu_au_fil_des_encheres-cap019 
docu_au_fil_des_encheres-cap020 docu_au_fil_des_encheres-cap021 docu_au_fil_des_encheres-cap022 

Voix off, extrait interview Marilyn: Qui que je sois, je serais toujours La Blonde. (rire) Mais s'il vous plaît, ne me ridiculisez pas. Je veux être une artiste, une actrice.
Mais le clou de la vente, la pièce de résistance, c'est elle: un chef d'oeuvre, d'après Martin Nolan, l'expert de la maison.
Martin Nolan, expert de la vente: Cette robe est le vêtement le plus historique, le plus iconique jamais porté dans le monde. Cette robe dont je parle a été portée par Marilyn Monroe le 19 mai 1962 au Madison Square Garden à New York, quand elle a chanté "Happy Birthday" au Président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy. Quelques semaines plus tard, Marilyn décédait. Et l'année suivante, le Président a été assassiné. La tragédie autour de cette robe et son lien avec l'événement historique font qu'elle est très iconique et importante. Nous en parlons aujourd'hui, 54 ans après son décès, parce que c'est une interaction entre la politique et Hollywood. C'est Monroe et les Kennedy, c'est du talent, de la mode, c'est tout simplement une oeuvre d'art.

 docu_au_fil_des_encheres-cap023 docu_au_fil_des_encheres-cap024 docu_au_fil_des_encheres-cap025 
docu_au_fil_des_encheres-cap026 docu_au_fil_des_encheres-cap027 docu_au_fil_des_encheres-cap028 
docu_au_fil_des_encheres-cap029 docu_au_fil_des_encheres-cap030 docu_au_fil_des_encheres-cap031 

extrait de Marilyn au Madison Square Garden chantant "Happy Birthday"
Le prix de vente de notre robe est estimé entre 2 et 3 millions de dollars. Alors ce soir, on ne lésine pas sur les moyens: champagne et ambiance glamour à mort. Tout pour honorer le mythe et surtout, s'arracher un bout de l'icone.
Dans la salle de vente: "Bonsoir Mesdames et Messieurs. Soyez tous les bienvenus à la soirée de ventes aux enchères chez Julien's pour la vente d'objets de la vie et de la carrière de Marilyn Monroe."

docu_au_fil_des_encheres-cap032 docu_au_fil_des_encheres-cap033 docu_au_fil_des_encheres-cap034 
docu_au_fil_des_encheres-cap035 docu_au_fil_des_encheres-cap036 docu_au_fil_des_encheres-cap037 

Alors que dans la salle, on se demande déjà qui va repartir avec gros lot, plongeons-nous à présent dans cette soie couleur chair qui épousait parfaitement les formes de la déesse et regardons comment un certain soir de 1962, notre robe est entrée dans l'histoire.
En 62, à seulement 43 ans, John Fitzgerald Kennedy est le fringuant Président des Etats-Unis. Il est jeune, il est beau, il est télégénique et le monde entier l'adore. Quant à Marilyn, elle est la plus grande star de Hollywood. La plus glamour, la blonde que tout le monde désire. JKF le premier. A tel point que les rumeurs de liaisons entre la star et le lion vont bon train. Alors, quand il s'agit pour le Président de fêter son anniversaire, ou plutôt de renflouer les caisses du Parti démocrate à l'occasion d'une grande soirée au Madison Square Garden, quel meilleur outil promotionnel que Marilyn Monroe ?

 docu_au_fil_des_encheres-cap039 docu_au_fil_des_encheres-cap040 docu_au_fil_des_encheres-cap043 

La Maison Blanche n'a pas manqué d'envoyer un courrier à la star prédisant que sa venue guarantirait un succès extraordinaire. Ce 19 mai 62, les 17 500 tickets ont tous été vendus. L'événement marque l'unique rencontre publique de ces deux symboles de l'Amérique, rencontre soulignée par l'absence de Jackie Kennedy.

docu_au_fil_des_encheres-cap046 docu_au_fil_des_encheres-cap047 docu_au_fil_des_encheres-cap048 
docu_au_fil_des_encheres-cap050 docu_au_fil_des_encheres-cap051 docu_au_fil_des_encheres-cap052 

Une véritable romance de cinéma qui pourrait s'écrire par Scott Fortner, l'un des plus grands spécialistes et collectionneur de la star.
Scott Fortner, spécialiste et collectionneur de Marilyn Monroe: En ce qui concerne l'histoire d'amour entre le Président Kennedy et Marilyn Monroe, personnellement et d'après mes recherches, je ne pense pas que ce fut une histoire d'amour de longue durée. Je pense que leur rencontre, en mars 1962, a été l'histoire d'un soir. De nombreuses personnes affirment que Marilyn disait qu'elle avait rencontré le Président mais que c'était juste l'histoire d'un soir et qu'une relation à long terme ne l'intéressait pas. Par contre, on pense que c'était lors de ce rendez-vous en mars, que le Président aurait demandé à Marilyn de se produire à son gala d'anniversaire en mai.
Voix off, extrait interview Marilyn: J'ai été honorée d'être invitée au Madison Square Garden. En fait, j'ai pensé: "Oh, mon Dieu ! Et si aucun son ne sortait de ma bouche ?" (rire)
Scott Fortner: Vous imaginez ? La petite Norma Jeane, qui avait grandi dans des orphelinats et des familles d'accueil, invitée à chanter pour le Président des Etats-Unis. Alors, évidemment, il lui fallait porter une robe sensationnelle pour aller à ce gala et pour lui chanter "Happy Birthday". L'histoire veut qu'elle ait réclamé une robe que seule Marilyn Monroe pourrait porter. Jean-Louis a créé cette robe pour elle.

docu_au_fil_des_encheres-cap053 docu_au_fil_des_encheres-cap054 docu_au_fil_des_encheres-cap058 

Mais qui est ce Jean-Louis ? Jean-Louis est l'un des plus importants couturiers de l'âge d'or d'Hollywood. Il commence sa carrière dans les années 30 à Paris puis tente sa chance à New York. Son style, élégant et simple, tape tellement dans l'oeil des stars, qu'il se retrouve très vite chef costumier pour les grands studios hollywoodiens. Il habille alors toutes les grandes vedettes, dont Marilyn Monroe pour "Les désaxés" et "Quelque chose doit craquer". Et si Marilyn fait appel à lui, c'est pour une robe renversante. Une robe inoubliable, que seul Jean-Louis peut réaliser. Une de ces robes illusions, qui donne l'impression d'être totalement nue.

docu_au_fil_des_encheres-cap060 docu_au_fil_des_encheres-cap061 docu_au_fil_des_encheres-cap063 
docu_au_fil_des_encheres-cap064 docu_au_fil_des_encheres-cap065 docu_au_fil_des_encheres-cap068 

A cette époque, un certain Bob Mackie débute sa carrière auprès de Jean-Louis. Notre robe va changer son destin.
Bob Mackie, dessinateur de la robe: Jean-Louis m'a fait un tout petit dessin et c'était une forme très classique. Alors, j'ai fait l'esquisse de la robe. Je l'ai fait en une heure ou deux dans la matinée. Et puis, ils l'ont emportée. Je ne savais pas pour quoi c'était, j'étais le gamin le plus jeune à qui on ne dit rien. "Fais ton travail et tais-toi !" C'était mon premier job, et j'étais mort de trouille. Bien sûr, je savais que le croquis était pour Marilyn Monroe, parce qu'il faut savoir qui elle est, pour dessiner la femme aux cheveux blonds avec la belle poitrine et tout ce qui va avec. Vous savez, lorsque vous ressemblez à Marilyn Monroe, vous n'avez pas besoin d'avoir une robe extravaguante. C'était simplissime: un décolleté élégant, et puis serré tout le long, elle mettait parfaitement en valeur sa silhouette. La robe est faite d'une seule couche de tube de soie couleur chair et par-dessus, les cristaux troués au centre, sont cousus un à un. Il y a de nombreuses pinces et astuces pour l'ajuster à son corps. Des choses qu'on ne voit pas lorsqu'elle est portée. Mais la robe comporte des pinces juste au bon endroit. Elle était très échancrée derrière et mettait en valeur son beau dos, elle mettait parfaitement en valeur ses fesses. Marilyn était en excellente forme, comme elle ne l'avait pas été depuis des années. Elle avait un physique incroyable. En général, sur ces robes, on coud des cristaux plus petits en haut, on en met un peu plus en descendant et au centre, et un peu moins en allant vers les côtés. Vers le bas de la robe, de plus grands cristaux se mélangent avec les plus petits. Cela donne du poids, et en plus, c'est esthétique. C'est très efficace sous les projecteurs. C'était la robe parfaite pour Madison Square Garden. Je suis sûr que la personne au dernier rang qui devait être à plus d'un kilomètre de la scène, pouvait voir Marilyn Monroe dans le moindre détail.

docu_au_fil_des_encheres-cap069 docu_au_fil_des_encheres-cap070 docu_au_fil_des_encheres-cap071 
docu_au_fil_des_encheres-cap073 docu_au_fil_des_encheres-cap075 docu_au_fil_des_encheres-cap076 
docu_au_fil_des_encheres-cap077 docu_au_fil_des_encheres-cap079 docu_au_fil_des_encheres-cap080 
docu_au_fil_des_encheres-cap081 docu_au_fil_des_encheres-cap084 docu_au_fil_des_encheres-cap085 
docu_au_fil_des_encheres-cap086 docu_au_fil_des_encheres-cap087 docu_au_fil_des_encheres-cap088 
docu_au_fil_des_encheres-cap089 docu_au_fil_des_encheres-cap090 docu_au_fil_des_encheres-cap091 

Notre robe, entièrement faite main dans un esprit Haute-Couture française, a été exécutée en trois mois. Le montant de la facture délivrée à Marilyn, qui comprenait la robe (1027,36), les strass (321,89), et une paire de styletos (35,68), s'élevait à 1440 Dollars et 33 cents, environ 12 000 Euros aujourd'hui. C'est dire à quel point Marilyn voulait marquer l'événement. Alors, combien va-t-elle coûter au prochain acquéreur ? Après avoir vendu tous les objets précédents ayant appartenus à la star, c'est enfin le tour de notre robe.
Dans la salle de vente: "Et maintenant, le moment historique, la vente d'une des robes des plus importantes dans le monde. J'en parlais avec un monsieur avant la vente, ce que cette robe représente, est un moment d'histoire. Et puisqu'elle représente un moment d'histoire, nous faisons partis de l'histoire. Ce moment est historique. Vous pouvez en faire parti ce soir. C'est une opportunité rare dans ce beau pays qu'est le nôtre. Allez-y: que quelqu'un lève sa main pour 20 millions et prouvons que les robes peuvent monter aussi haut. Qu'en pensez-vous ? Est-ce que quelqu'un veut ouvrir les enchères à 20 millions ?"
Vingt millions de dollars ! Une mise à prix totalement hystérique pour une enchère qui va se dérouler à l'envers; ça ? c'est l'effet Marilyn !

docu_au_fil_des_encheres-cap092 docu_au_fil_des_encheres-cap093 docu_au_fil_des_encheres-cap094 
docu_au_fil_des_encheres-cap098 docu_au_fil_des_encheres-cap099 docu_au_fil_des_encheres-cap100 
docu_au_fil_des_encheres-cap101 docu_au_fil_des_encheres-cap102 docu_au_fil_des_encheres-cap103 

En mai 62, quand Marilyn Monroe se rend à New York pour la soirée du Président, elle quitte le tournage de son dernier film "Quelque chose doit craquer". Un titre prémonitoire. En effet, la Fox, agacée par les retards et les absences répétées de la star, menace de la virer. Peu importe. Un moment historique l'attend, dans lequel notre robe va jouer un rôle essentiel. Marie Irvine, son amie maquilleuse rencontrée en 58 lors d'une séance photos de Richard Avedon, se souvient de cette journée de préparation.
Marie Irvine, maquilleuse et amie de Marilyn Monroe: Marilyn était très inquiète le jour de l'anniversaire. Elle ne comprenait pas pourquoi le studio de la Fox lui avait fait autant de problèmes, puisqu'il était stipulé dans son contrat que cette journée serait libérée pour sa participation au gala du Président. Les préparatifs ont pris toute la journée. Il y avait tant de choses à faire: la robe devait être essayée, cela n'avait pas été fait; je crois me souvenir que cela avait pris beaucoup de temps. Il y avait le maquillage à faire, elle avait une peau pratiquement parfaite. Je n'ai pas fait grand chose pour Marilyn, à part faire ressortir Marilyn elle-même. Elle devait s'entraîner à chanter "Happy Birthday": il y avait un célèbre pianiste noir qui l'avait aidé à chanter. Elle a beaucoup répété la chanson "Happy Birthday", jusqu'à... vous ne pouvez pas imaginer, c'était très important pour elle. La robe a pris beaucoup de temps. Norell est venu personnellement pour coudre la robe sur Marilyn. Alors, la robe a été cousue sur elle et ça a du prendre au moins une demie heure. 
On sait que Jean-Louis, le créateur de la robe, bloqué à Los Angeles, a demandé à son couturier Norman Norell, qui connaissait lui aussi très bien Marilyn, de se rendre à l'appartement de la star pour ajuster la robe sur elle au dernier moment. Marie a tout vu.
Marie Irvine: Oui, je l'ai vue mettre la robe. Elle ne portait rien en-dessous. J'ai tout simplement pensé: "Quelle belle femme !"
Hannn... scandale ! De quoi provoquer la stupeur et décrocher la mâchoire du séduisant JFK.
Marie Irvine: J'ai adoré. Je l'ai trouvée magnifique. Tout le monde a poussé des "Oh !", des "Ah !", elle était maquillée, elle était coiffée, et nous avons tous eu le souffle coupé. C'était un régal pour les yeux. Elle est allée directement à la voiture qui l'attendait, une grande limousine évidemment, et elle est partie pour Madison Square Garden. On a réalisé qu'elle avait oublié ses boucles d'oreilles en diamants. J'ai donc été obligée de les amener à Madison Square Garden. Elle n'a pas dit grand chose, à part "merci". On s'est fait un signe de la main pour se dire au revoir et c'est la dernière fois que j'ai vu Marilyn.

docu_au_fil_des_encheres-cap104 docu_au_fil_des_encheres-cap106 docu_au_fil_des_encheres-cap107 
docu_au_fil_des_encheres-cap108 docu_au_fil_des_encheres-cap109 docu_au_fil_des_encheres-cap112 
docu_au_fil_des_encheres-cap113 docu_au_fil_des_encheres-cap114 docu_au_fil_des_encheres-cap115 
docu_au_fil_des_encheres-cap116 docu_au_fil_des_encheres-cap117 docu_au_fil_des_encheres-cap118 

extrait Peter Lawford annonce Marilyn au Madison Square Garden
Alors que dans sa loge Marilyn semble prête, quand Peter Lawford l'annonce à exactement 22 heures 32, elle ne se montre pas. Que se passe-t-il en coulisses ? Les rumeurs les plus folles ont couru. La robe aurait craqué, Marilyn aurait été ivre.
Scott Fortner: Je pense que c'était juste une blague récurrente. Je crois par contre qu'elle savait que la soirée serait historique, et donc il fallait une interprétation historique avec une robe historique. Si c'était son objectif, elle l'a atteint. Marilyn gérait intelligemment son image. Cette nuit là, c'était encore une véritable performance. Et elle restera dans les annales comme l'une des plus mémorables.

docu_au_fil_des_encheres-cap119 docu_au_fil_des_encheres-cap120 docu_au_fil_des_encheres-cap121 
docu_au_fil_des_encheres-cap122 docu_au_fil_des_encheres-cap123 docu_au_fil_des_encheres-cap126 

Quand enfin Marilyn se montre, que la fourrure tombe, que la robe apparaît et qu'elle commence à chanter, l'allusion sexuelle est phénoménale. Pour immortaliser ce moment, une meute de photographes est postée devant la scène. Parmi eux, Bill Ray, jeune reporter de 26 ans qui couvrait l'événement pour Life.
Bill Ray, photographe: Life magazine était un hebdomadaire. Donc, on, essayait toujours de prendre une photo différente en espérant qu'elle soit la meilleure. Je me suis dégagé de cet attroupement tout de suite. Et j'ai commencé à faire le tour vers l'arrière de la scène. J'espérais pouvoir prendre une photo de Marilyn de dos avec le Président Kennedy face à elle. Bien sûr, il y avait des projecteurs sur les artistes. Et à un moment donné, toutes les lumières se sont éteintes, comme une coupure d'électricité. On ne voyait plus rien. Et puis soudain, un projecteur très puissant a éclairé Marilyn Monroe, dans cette robe moulante, de couleur chair, avec tous ces cristaux étincelants de partout. On a entendu un grand "Ahhhh", venant du public du Madison Square Garden. Mon objectif était très lourd. Alors, j'essayais de trouver une position stable en m'appuyant sur la rembarde. Et je n'étais pas du tout sûr que la photo serait réussie ou simplement nette. La photo n'a pas été publiée cette semaine là. C'était drôle car elle n'était pas considérée comme assez bonne à l'époque. Mais quelques années plus tard, elle est devenue l'une des meilleures. Elle fait partie du mythe maintenant. Tout ce qui était réuni ce soir là était exceptionnel: Marilyn en train de chanter cette chanson avec cette robe, dans cette lumière, en cet instant précis, et dans la posture où je l'ai prise. Une photo qui vous renvoie à un moment où on a l'impression que le temps s'est arrêté, est une photo iconique.

docu_au_fil_des_encheres-cap128 docu_au_fil_des_encheres-cap129 docu_au_fil_des_encheres-cap130 
docu_au_fil_des_encheres-cap131 docu_au_fil_des_encheres-cap132 docu_au_fil_des_encheres-cap134 

Un autre moment historique nous attend du côté de la salle des ventes.
Dans la salle de vente, le commissaire priseur: "Est-ce que quelqu'un veut ouvrir les enchères à 20 millions ? Et à 10 ? Est-ce qu'il y a des courageux dans la salle pour 10 ? Elle les vaut. Il n'y a pas de doute qu'elle vaudra 20 ou 30 millions un jour, si ce n'est pas aujourd'hui. Qui offre 10 ? 5 millions, alors ? 5 millions de dollars ? J'ai 2 millions pour commencer. Est ce que quelqu'un offre 3 millions ?"
Nous approchons du but. Mais il reste une question: Ou était la robe pendant toutes ces années ? Comment a-t-elle ressurgi ?
On sait que le 19 mai 62, Marilyn, toujours vêtue de sa robe, quitta la soirée vers 3 heures du matin et rentra chez elle, seule. Elle s'envola à 14 heures pour Los Angeles où son dernier tournage l'attendait, sa robe chrysalide dans sa valise. A sa mort, moins de trois mois plus tard, Lee Strasberg, son professeur de théâtre, hérita de ses effets personnels qu'il entassa dans un garde meuble à New York. Tout fut exhumé en 99 lorsque sa deuxième femme Anna Strasberg orchestra leurs dispersions lors d'une vente d'anthologie à New York. A cette époque, Nancy Valentino était chargée de la vente.
Nancy Valentino, ex spécialiste chez Christie's: C'était la première fois que les cartons de Marilyn étaient ouverts depuis son décès, 35 ans après sa mort. C'est moi qui ait tout ouvert. On avait l'impression que le temps s'était arrêté. J'ai passé environ deux ans, seule, dans un entrepôt avec toutes ses affaires. Cela a été très intense. On était juste toutes les deux dans cette pièce. Vers la toute fin, j'ai remarqué une petite boîte dans un coin. Je l'ai poussée un peu avec mon pied, elle était légère et on aurait dit qu'elle était vide. J'ai presque continué mon chemin en l'ignorant et puis j'ai décidé de vérifier. J'ai ouvert la boîte, et j'ai vu du papier de soie. Et puis j'ai remarqué quelque chose de brillant et argenté. J'ai glissé ma main, et j'ai soulevé: une robe. Je l'ai regardée et je me suis dit: "Est-ce que c'est la robe Jean-Louis qu'elle a porté pour chanter Happy Birthday Mister President ?" J'étais là, toute seule, il n'y avait personne à qui j'aurais pu poser la question. Alors, c'est à ce moment là que j'ai su que j'avais trouvé la robe. Cela a été incroyable; un moment incroyable. 
Et en 99, notre robe fut adjugée à plus d'un million de dollars au richissime homme d'affaires Martin Zweig.
Nancy Valentino: Nous nous trouvons dans l'appartement terrasse de l'hôtel Pierre. La robe est restée ici, entre deux fenêtres avec vue sur New York. Alors voilà, c'est ici qu'elle est restée durant ces 17 dernières années. La robe était sur un mannequin spécialement conçu pour la conservation, le même que celui du jour de la vente. Et la vitrine derrière moi a été fabriquée pour la robe, elle n'existait pas avant 1999. Et donc la robe a été conservée dans cette vitrine pendant 17 ans.
Le millionnaire est décédé en 2013, ses héritiers comme la maison de vente, espérent bien que The Robe atteindra des sommets. 

docu_au_fil_des_encheres-cap136 docu_au_fil_des_encheres-cap138 docu_au_fil_des_encheres-cap139 
docu_au_fil_des_encheres-cap140 docu_au_fil_des_encheres-cap141 docu_au_fil_des_encheres-cap142 
docu_au_fil_des_encheres-cap143 docu_au_fil_des_encheres-cap144 docu_au_fil_des_encheres-cap147 
docu_au_fil_des_encheres-cap149 docu_au_fil_des_encheres-cap150 docu_au_fil_des_encheres-cap151 
docu_au_fil_des_encheres-cap152 docu_au_fil_des_encheres-cap153 docu_au_fil_des_encheres-cap154 
docu_au_fil_des_encheres-cap155 docu_au_fil_des_encheres-cap156 docu_au_fil_des_encheres-cap157 
docu_au_fil_des_encheres-cap158 docu_au_fil_des_encheres-cap159 docu_au_fil_des_encheres-cap160 

Le moment tant attendu est enfin arrivé.
Dans la salle de vente, le commissaire priseur: "Un grand moment de l'histoire. Important, comme aucun autre. Une histoire à raconter aux générations futures. Est-ce que quelqu'un offre 3 millions ? Nous avons 2 millions. 3 millions: j'ai 3 millions ! J'ai une offre pour 3 millions. Est-ce qu'il y a d'autres offres ? Pour 4 millions ? Nous avons une offre pour 3 millions. 4 millions de dollars ! Nous avons une offre ! 4 millions. Maintenant, levez vos mains, levez vos paddles, tapez sur vos claviers, faites ce qu'il faut. Mesdames et Messieurs, cette robe vient de se vendre à 4 millions de dollars. 572: félicitations. Quelle soirée mémorable ! "
Edward Meyer, acheteur de la robe: J'ai essayé de l'acheter en 99, la dernière fois qu'elle a été mise en vente. A l'époque, elle m'est passée sous le nez. Alors, j'étais vraiment très motivé pour l'avoir aujourd'hui. Nous allons l'exposer dans un des musées Ripley's to Believe or Not. Nous la considérons comme La robe la plus iconique du XXième siècle. Elle symbolise la culture pop, elle la résumé parfaitement.

docu_au_fil_des_encheres-cap162 docu_au_fil_des_encheres-cap163 docu_au_fil_des_encheres-cap164 
docu_au_fil_des_encheres-cap165 docu_au_fil_des_encheres-cap169 docu_au_fil_des_encheres-cap170 
docu_au_fil_des_encheres-cap171 docu_au_fil_des_encheres-cap172 docu_au_fil_des_encheres-cap173 

Une fois de plus, Marilyn a fait s'envoler les enchères. 55 ans après sa mort, l'actrice reste l'icône éternelle de l'Amérique. Elle fascine toujours autant. Marilyn est comme une obsession qui n'est pas prêt de s'éteindre.

docu_au_fil_des_encheres-cap175 docu_au_fil_des_encheres-cap177 docu_au_fil_des_encheres-cap179 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

26 février 2017

30/05/1958 New York, 444 East 57th Street

Le 30 mai 1958, Marilyn Monroe sort de son appartement au 444 East 57th Street de New York. Avec Arthur Miller, ils portent un bouquet de fleurs et des valises qu'ils mettent dans une voiture puis ils partent.
On May, 30, 1958, Marilyn Monroe exited her apartment at 444 East 57th Street in New York. With Arthur Miller, they carry a large bouquet of flowers and luggages into a station wagon and then depart.

1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-1-1 
1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-1-1a 1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-1-1b 1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-1-1c 
1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-2-1 
- de la collection de Frieda Hull, une fan des Monroe Six
-from the personal collection of Frieda Hull, one of the 'Monroe Six'

1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-info 


- captures (footage de Frieda Hull)
1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-footage-1-1 1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-footage-1-2 1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-footage-1-3 
1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-footage-1-4  1958-05-30-ny-444_east_57th_street-collection_frieda_hull-footage-1-5 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

20 janvier 2017

Doc - Yves Montand, l'ombre au tableau

Yves Montand,
L'ombre au tableau

docu-yves_montand-lombre-cap01 

Année: 2015
Réalisation: Karl Zero, Daisy d'Errata

Pays: France
Durée: 59 min

Vingt-cinq ans après sa mort, Karl Zéro et Daisy d'Errata offrent un portrait fouillé et touchant d'Yves Montand, interrogeant les multiples facettes, glorieuses ou pathétiques, et les fêlures de la star.
Le timbre profond des "Feuilles mortes", l'air d'enfant vieilli de César et Rosalie, le cabotin sublime du Milliardaire… : dans la chanson comme au cinéma, Yves Montand a été immensément populaire, dépassant son statut de saltimbanque pour devenir, au côté de sa femme Simone Signoret, l'icône de toute une génération. Pourtant, rien n'aura été facile pour l'acteur, né Ivo Livi, disparu le 9 novembre 1991 à l'âge de 70 ans. Celui qui a débuté au cabaret, avant d'être repéré par Édith Piaf, aura passé sa vie à frôler le scandale amoureux tout en fonçant tête baissée dans tous les combats de son temps, quitte à se fourvoyer, du communisme encore stalinien au libéralisme bon teint.
Lignes de fuite
Pour ce deuxième numéro de leur collection après Charles Trenet, l'ombre au tableau, Karl Zéro et Daisy d'Errata interrogent les multiples facettes, glorieuses ou pathétiques, et les fêlures de la star Yves Montand. Le couple de réalisateurs met en évidence les lignes de fuite d'une existence et d'une personnalité complexes, que la célébrité a longtemps dérobées aux regards, à travers de nombreuses archives, pour certaines inédites ou oubliées, mais aussi des entretiens approfondis avec ses proches : Jean-Louis Livi, son neveu, le cinéaste Costa-Gavras, qui lui a donné ses rôles politiques les plus marquants, de L'aveu à Z, Bernard Kouchner, qui fut à la fois un compagnon politique et un ami, et l'animateur Benjamin Castaldi, fils de Catherine Allégret. Il évoque les attouchements dont cette dernière, fille de Simone Signoret, a dit avoir été victime, toute petite, de la part de son beau-père. Entre ombre et lumière, un portrait sans concession et pourtant émouvant.

>> Diffusé en France sur arte le 15 janvier 2017


 Retranscription du passage lié à Marilyn Monroe:

(à 22min 20sec) (extrait d'une interview) journaliste: "On dit que vous allez partir prochainement pour les Etats-Unis, qu'est-ce que vous allez leur chanter ?"
Yves Montand: "La même chose que j'ai chanté à Moscou, la même chose qu'à Paris, pourquoi changer ?"
Evidemment, quand Montant part pour les Etats-Unis chanter à New York puis donner la réplique à Marilyn Monroe, on tremble pour Simone, car avec Yves, c'est toujours un peu: "n'importe où, n'importe comment, mon amour, jpeux pas faire autrement" (extrait d'une chanson de Montand).
(extrait d'une interview) journaliste: "Simone Signoret, expliquez-moi ce qui est arrivé à Yves Montand ?"
Simone Signoret: "Il est venu à New York, puis il a chanté, puis ça a marché. Et c'est de là que tout est parti."

docu-yves_montand-lombre-cap02-1 docu-yves_montand-lombre-cap02-2 docu-yves_montand-lombre-cap02-3 
docu-yves_montand-lombre-cap02-4 docu-yves_montand-lombre-cap02-5 docu-yves_montand-lombre-cap02-6 

C'est dans la plus célèbre émission de variétés de la télévision américaine, la Dinah Shore Show, que Yves Montand a emporté ce triomphe qui commenca par un dialogue. (extrait du sketch de Montand sur la prononciation du "h" en anglais dans l'émission "The Dinah Shore Chevy Show, 1959).

docu-yves_montand-lombre-cap02-7 docu-yves_montand-lombre-cap02-8 docu-yves_montand-lombre-cap02-9 

(extrait de l'émission The David Letterman Show, 19 mai 1987) David Letterman: "Quand vous avez fait vos débuts dans le cinéma américain, vous ne parliez pas anglais, n'est-ce pas ?"
Yves Montand: "J'étais comme ça, comme maintenant je veux dire."
David Letterman: "Vous avez travaillé avec Marilyn Monroe. Il y avait... Je ne sais même pas comment aborder ce thème. Mais... parfois, un homme et une femme, tournant un film ensemble, en tant que co-stars... Vous voyez... ce que je veux dire. Vous n'aviez pas besoin de traducteur pour ça ?"
Yves Montand: "Très juste... très juste, très juste... Non... c'était un film agréable."

docu-yves_montand-lombre-cap02-10 docu-yves_montand-lombre-cap02-11 docu-yves_montand-lombre-cap02-12 

En vérité, Marilyn fut plus une foucade, une aventure digne du guiness-book dont il se vanterait plus tard auprès de ses amis, qu'un véritable amour. Aux Etats-Unis, il oublie donc un temps la cause du peuple et les masses laborieuses. Le grand soir a bien lieu, mais dans les bras de Marilyn Monroe, sous l'oeil impavide de Simone. 

docu-yves_montand-lombre-cap03-1 docu-yves_montand-lombre-cap03-2 docu-yves_montand-lombre-cap03-3 
docu-yves_montand-lombre-cap03-4 docu-yves_montand-lombre-cap03-5 docu-yves_montand-lombre-cap03-6 
docu-yves_montand-lombre-cap03-7 docu-yves_montand-lombre-cap03-8 docu-yves_montand-lombre-cap03-9 

Benjamin Castaldi (petit-fils de Simone Signoret): "Il m'a fait des confidences sur beaucoup de choses. Marilyn n'est pas un secret, mais c'est vrai que quand il vous raconte Marilyn, on a l'impression que ce n'était pas de sa faute. Elle est arrivée, elle a vraiment insisté, et il s'est dévoué". (sur un ton moqueur).
voix d' Yves Montand: "C'est à dire que si j'avais pu l'éviter, je l'aurai évitée, j'ai pas pu l'éviter, ben bon, jme demande d'ailleurs, si un homme normalement constitué et sain d'esprit et de corps aurait pu résister à rester trois mois seul dans -puisqu'on en parle- dans les bras de mademoiselle Marilyn Monroe. Je ne crois pas, hein. Je crois que c'est difficile."

docu-yves_montand-lombre-cap04-1 docu-yves_montand-lombre-cap04-2 docu-yves_montand-lombre-cap04-3 
docu-yves_montand-lombre-cap04-4 docu-yves_montand-lombre-cap04-5 docu-yves_montand-lombre-cap04-6 
docu-yves_montand-lombre-cap04-7 docu-yves_montand-lombre-cap04-8 docu-yves_montand-lombre-cap04-9 

Benjamin Castaldi : "Je pense c'était un séducteur, c'est à dire qu'il ne pouvait pas s'empêcher quand il croisait une femme de ne pas rentrer dans un processus de séduction. Mais toutes les femmes, c'est à dire n'importe quelle femme. Jpense qu'il avait ce besoin, animal peut être, de provoquer, de déclencher, la séduction, et plus si affinités."
(extrait interview) voix de Patrick Poivre d'Arvor: "Yves Montand, est-ce qu'il vous est arrivé de faire de la peine à Simone Signoret ?"
Yves Montand: "Oui, beaucoup. Oui... beaucoup. Elle a été parfaite, je ne voudrais pas revenir là-dessus, parce que ça me gêne mais... elle a été très très bien."
(extrait d'une interview) Yves Montand: "Je crois que les plus belles pages que j'ai pu lire sur Marilyn, c'est finalement Simone qui les a écrites. Parce qu'elle dit exactement ce qu'était Marilyn, d'une façon formidable, avec grande tendresse et d'une grande agilité, ce qui est très bien."
Benjamin Castaldi : "Avoir été cocufiée aux yeux et à la vue de la terre entière, pas aux yeux de tous, mais de la terre entière, je ne sais pas ce qui s'est passé après entre eux, je ne sais pas comment ça s'est réglé. Ma grand-mère a balayé tout ça de façon très intelligente en disant 'Vous connaissez beaucoup d'hommes qui n'auraient pas succombé à Marilyn'".

docu-yves_montand-lombre-cap05-1 docu-yves_montand-lombre-cap05-2 docu-yves_montand-lombre-cap05-3 
docu-yves_montand-lombre-cap05-4 docu-yves_montand-lombre-cap05-5 docu-yves_montand-lombre-cap05-6 

(extrait d'une interview) journaliste: "C'est vrai dans le fond, on est tellement habitué de vous voir ensemble, c'est à en oublier à quel point vous étiez unique. C'est assez rare."
Simone Signoret: "C'est gentil ce que vous dîtes."
journaliste: "Est-ce que par hasard, vous vous aimeriez ?"
Simone Signoret: "On s'aime et on s'aime bien. On s'aime bien et on s'aime."
Montand fait montre d'un sixième sens fascinant pour noyer le poisson.
(extrait d'une interview) Yves Montand: "Simone est contente, à la minute où elle se réveille, où elle se couche. Elle lit un bouquin, elle est ravie, elle va faire une course, elle est ravie, elle rencontre quelqu'un, elle est ravie, elle boit un scotch, elle est ravie. Elle est contente, tandis que moi, je ne joue pas l'enthousiasme, elle est enthouasiaste".

docu-yves_montand-lombre-cap05-7 docu-yves_montand-lombre-cap05-8 docu-yves_montand-lombre-cap05-9  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 janvier 2017

The Lost Footage of Marilyn Monroe

 logo_thenytimes   The Lost Footage of Marilyn Monroe
That film image of Ms. Monroe’s skirt rising high in a gust of air? It’s a reshoot of a discarded and more risqué scene seldom seen until now.

published in January 13, 2017
by HELENE STAPINSKIJAN
en ligne sur nytimes.com

thenytimes-01-15MARILYN2-superJumbo 
A still of Marilyn Monroe filming “The Seven Year Itch” on the Upper East Side from the found footage of Jules Schulback, a furrier and avid taker of home movies.
 Credit Jules Schulback, via Bonnie Siegler

It happened one night in the late summer of 1954.
Jules Schulback, a New York furrier and taker of home movies, heard that Marilyn Monroe would be on the Upper East Side of Manhattan filming scenes again for her new picture, “The Seven Year Itch.” Two days earlier, Mr. Schulback had taken footage of her with his 16-millimeter Bolex movie camera around the corner from his townhouse apartment.

So he grabbed the camera — the one usually used for family picnics and parades and the stuff of everyday life — and headed over to the subway grate in front of Wright’s Food shop, just down the street from the Trans-Lux movie theater on Lexington Avenue and 52nd Street.
Though it was around 1 a.m., a large crowd had already gathered, mostly newspaper photographers and curious men waiting to see Marilyn. The movie studio and the director, Billy Wilder, had counted on this, inviting the press and the public to drum up buzz for the new movie, which starred Ms. Monroe as “the Girl Upstairs,” who entices a middle-aged executive, played by Tom Ewell, while his wife is away with the kids for the summer.

thenytimes-02-15MARILYN1-master675 
Mr. Schulback captured Billy Wilder, the director of “The Seven Year Itch,”
with Ms. Monroe in the background in her famous dress,
accessorized by a white clutch and a red-and-white scarf.
Credit Jules Schulback, via Bonnie Siegler 

In the famous street scene, the two are leaving the movies as Ms. Monroe pauses over a grate to enjoy the breeze from the subway as it blows up her dress on a hot summer night. “Isn’t it delicious ?” she purrs. The breeze came from a large fan under the grate operated by the film’s special effects chief. The night — Sept. 15 — was actually quite chilly. But the stunt worked. It became known as “the shot seen around the world.”

But there was a dark subtext to the comedy. Gathered at that late hour were hundreds of gawkers, almost all men, who catcalled and yelled things like, “Higher! Higher !” as Ms. Monroe’s dress blew up over her head. For two hours, the men watched from surrounding buildings and from the street.

Unfortunately, one of them was her husband, Joe DiMaggio,” Mr. Wilder is quoted as saying in his biography, “Nobody’s Perfect.” “And he didn’t like what he saw, or what everyone else was seeing.
Mr. DiMaggio hadn’t planned on visiting the set that night, and was waiting for his wife at the St. Regis Hotel, where the couple were staying. But the columnist Walter Winchell had persuaded him to come along. Ms. Monroe was not happy her husband had shown up. But he was even more unhappy and angrily stormed off. Later that night the couple had a screaming fight in their room. The next morning, her hairdresser covered up Ms. Monroe’s bruises with makeup. Three weeks later, Ms. Monroe filed for divorce.

Mr. Wilder never used the Lexington Avenue footage and reshot the scene on a closed lot in Hollywood, though photographs of that night appeared everywhere. Except for some brief, grainy shots from a newsreel covering the divorce, footage from that night was never screened.
The footage immediately disappeared,” Mr. Wilder said in the biography. “But one day I’m sure some film scholar will dig it up.


A filmstrip discovered in a shopping bag filled with home movies offers a rare glimpse of
Marilyn Monroe in color in New York.
By JULES SCHULBACK, VIA BONNIE SIEGLER

The story of the night Marilyn Monroe’s white halter-top dress blew up was well known among Jules Schulback’s children, and even among his grandchildren. His granddaughter Bonnie Siegler said he bragged from time to time about his personal film shoot with Marilyn.
He was a real raconteur,” said Ms. Siegler, a graphic designer who runs her own company, Eight and a Half. “I didn’t know if the story was real.” But even though she had never seen it, she often told people that her grandfather had footage of Marilyn Monroe on the subway grate.

Ms. Siegler’s older sister, Rayna Dineen, said her grandfather, whom they called Opi (a German term of endearment), was rarely without his camera. “He would be filming everywhere, all the time.” There were reels of vacations, family picnics, birthday parties and bar mitzvahs. He had even filmed a 12-minute day in the life of his daughters, depicting them waking up, brushing their teeth and going to school.
But the Marilyn story was one of his favorite stories to tell,” Ms. Dineen said.
It was just one of dozens of amazing tales. Mr. Schulback had a long, technicolorful life, one so filled with drama that his Monroe story sometimes seemed like a footnote.

In 1938, Mr. Schulback had argued with his family in Germany that Adolf Hitler was much more dangerous than anyone thought. According to Ms. Siegler, his family believed that Hitler’s hate speech was simply rhetoric, and that he wouldn’t act on anything he was saying. Mr. Schulback, 25 at the time, urged them to pack their bags and leave Berlin with him. But they resisted, opting to wait and see how things developed, never imagining the horror that awaited them and millions of other European Jews.
Mr. Schulback was not taking any chances.

thenytimes-0315MARILYN5-blog427 Mr. Schulback was a furrier by trade. He chronicled his family and the odd serendipitous moment in his neighborhood — such as Marilyn Monroe on location — with his 16-millimeter Bolex movie camera.

In 1938, Jews immigrating to the United States needed a sponsor, someone to take financial responsibility for them. Mr. Schulback sold everything he had, bought an expensive suit, booked passage on the Queen Mary, reserved a room at the Plaza and headed to America to find a sponsor for him and his wife, Edith, and their daughter Helen, who was then a toddler.

He was like: ‘I’m your lost, rich relative. I won’t be a burden.’ But he had no money. He played it,” Ms. Siegler said. He secured a signature, then returned to collect his family, but was stopped trying to enter Nazi Germany by a suspicious border guard. Knowing the Germans were big fans of the 1934 Clark Gable hit, “It Happened One Night,” Mr. Schulback told the guard he was the distributor for Mr. Gable’s new movie. He claimed that if he couldn’t enter the country, neither would the film. “The guy was like, ‘Oh, we love Clark Gable,’ and waved him through,” Ms. Siegler said.

Mr. Schulback grabbed Edith and Helen, again imploring his other relatives to leave, and escaped back to the United States with a few suitcases, claiming to the Nazi immigration officers that his family was going on vacation. The date was Nov. 8, the day before Kristallnacht.

In Berlin, he had been a furrier, and his shop was destroyed that night. His remaining family — four sisters, parents and in-laws — would all perish in the Holocaust.
The United States was good to Mr. Schulback. He and his family lived a happy, successful life in New York, much of it preserved in his home movies.

As a child, Ms. Siegler loved going to her grandfather’s Upper East Side apartment not just because of his great stories and sense of humor, but also because he lived opposite the New York Doll Hospital. From his apartment window, she could see the buckets of doll eyes and doll arms. “It was really intense,” she said.

When Edith had a stroke in the 1970s, she was given only a few weeks to live. But Mr. Schulback, always a man of action, refused to let his wife die in the hospital and took her home. The couple moved into the ground-floor apartment of a building around the corner, and Mr. Schulback became her nurse. “Half her body was paralyzed, she couldn’t speak,” Ms. Siegler said. “But he loved her and took care of her for 26 years until she finally died.

After 35 years in that same apartment, Mr. Schulback — who had been president of the 61st Street Block Association — was forced to leave. The Andrew W. Mellon Foundation had bought the townhouse where he lived and the one behind it and wanted to reconfigure the property. So Ms. Siegler and her husband, Jeff Scher, helped move her 92-year-old grandfather to a new place on the other side of Central Park.

thenytime-04-15MARILYN6-superJumbo 
Bonnie Siegler examines film of Ms. Monroe taken by Mr. Schulback,
who was her grandfather, over a light box in her studio.
Credit Ryan Christopher Jones for The New York Times
 

In 2004, in the arduous packing up of Mr. Schulback’s home, the couple came across a big stash of film. It was stored in a back room that the family called “Opi’s fur room,” where Mr. Schulback had once assembled garments from animal pelts for his business. “No one ever wanted to go back there,” Ms. Siegler said. “But when we went in, we found this plastic bag filled with just tons of film, home movies, bought movies and everything mixed together.

Ms. Siegler’s husband, an experimental filmmaker, couldn’t wait to screen the films. He was particularly interested in seeing whether Marilyn and the subway grate footage actually existed. “It was like this family myth,” Mr. Scher said. “So long rumored and never confirmed.”

The same was true for its source material. For decades, innuendo swirled around the Lexington Avenue shoot for “The Seven Year Itch.” Ms. Monroe and Mr. DiMaggio had married that January and had already had a bumpy ride, the Yankee Clipper enraged by her exhibitionism and by rumors of infidelity, according to Lois W. Banner, the author of the 2012 biography “Marilyn: The Passion and the Paradox.”
She was having an affair with her musical director at the time, and everyone knew about it in the business,” said Dr. Banner, a professor emeritus of history and gender studies at the University of Southern California. So before he even arrived on set, there was tension. “DiMaggio,” Dr. Banner said, “was not happy with Marilyn.”

There are several theories as to why the footage from that night was never used. Some believe the Manhattan shoot was done purely as a publicity stunt, which was made even more sensational when Mr. DiMaggio showed up. Some biographers say the enthusiastic crowd was just too noisy, making the film unusable.
A third theory was that the footage was too risqué and Ms. Monroe wanted to shoot a more demure version, so as not to further infuriate her husband. There was even talk at the time that she wasn’t wearing any underwear. Mr. Wilder tried to put those rumors to rest in his biography. She had put on not just one, but two sets of underwear, he said.

 thenytimes-05-15MARILYN3-master675 
Before the billowing-skirt scene, Mr. Schulback filmed Ms. Monroe in a terry robe
greeting fans and members of the press on the stoop of 164 East 61st Street.

Credit Jules Schulback, via Bonnie Siegler

Dr. Banner said all three reasons quite likely played into the final decision to reshoot. “But the photographs of that night had gone viral by the time the film was being put together,” she said, “and played a great role in her fame.” The skirt-blowing scene used in the finished film is incredibly brief and tame. The image many people have of that moment comes from the press shots and publicity stills in New York, and not from the finished movie.

Back in the pelt room of Mr. Schulback’s apartment, Mr. Scher excitedly gathered up the old metal film canisters. None were labeled, Mr. Scher recalled. Some of the film was off the reel and sitting there like big balls of spaghetti, as if there had been a projector mishap years ago.
Later that night in his studio in the couple’s apartment on West 16th Street, Mr. Scher slowly and carefully wound the film, since some of it was very brittle and in danger of breaking. He did a few repairs and then began looking at it using a light box, spooling it from reel to reel by hand. There were about 50 rolls of 16-millimeter film and around 75 rolls of 8 millimeter.
There were the family outings and parades. The birthdays and bar mitzvahs.
And there, amid the mundane scenes of precious everyday life, was Marilyn Monroe, in crisp, colorful Kodachrome. “This stuff just popped out,” Mr. Scher said. “It was real! Preserved like the home movies are, too. Just these moments in time.”
Mr. Scher could clearly see the actress’s dress billowing up. “Like a parachute with a pair of legs attached,” he said. “It was startling. Like seeing a myth materialize.”
It was a shadow version of lost footage amid home movies of a family that almost certainly wouldn’t have existed had the Schulbacks stayed in Germany.

thenytimes-06-15MARILYN4-superJumbo-v2  
Ms. Siegler zeroing in to Ms. Monroe by using a photographer’s loupe.
The Schulback footage has been seldom seen since it was taken in 1954.
Credit Ryan Christopher Jones for The New York Times

Mr. Scher called out to his wife: “It’s really here!” They watched all 3 minutes 17 seconds in amazement.
There was something so magical about it,” Ms. Siegler said. “For years I didn’t know if it was real. I certainly didn’t believe it wholeheartedly. And there it was. It was like the end of the story.
The film starts with a spliced-in intertitle that reads “World Premiere,” Mr. Schulback’s little inside joke.

And then there is Marilyn Monroe, in a white terry robe, coming down the stoop of a white-shuttered building at 164 East 61st Street, between Lexington and Third Avenues. It was the earlier scene — before the subway grate footage — that Mr. Schulback had shot. Cameramen and press photographers are gathered outside as the actress smiles and waves.

Cut to Ms. Monroe in a second-floor window wearing a slip and blow-drying her hair. Mr. Ewell walks down the street and into the building. The film cuts inexplicably to 30 seconds of what must be a Shriners parade in Manhattan, then jumps to another intertitle, which reads “Our Baby.”

And suddenly, there is Ms. Monroe again, this time on the subway grate in that famously fluttering white dress, holding a matching white clutch in her right hand and a red-and-white-striped scarf in her left.

Mr. Schulback was incredibly close, filming right behind Mr. Wilder’s shoulder, stopping to wind his hand-held camera every 25 seconds. Now and then, a silhouette of the director’s arm intrudes into Mr. Schulback’s crystal-clear shot. At one point Mr. Wilder, in a fedora, passes across the frame. Ms. Monroe gets into position and yawns, while the cinematographer sets up the camera. Through a gap in the film crew, Mr. Schulback captures just her face, looking off to the left, serious and unsmiling.

thenytimes-07-15MONROE1-master675-v2 
 Another skirt-goes-wild still from the Schulback footage.
Credit Jules Schulback, via Bonnie Siegler

Then Mr. Ewell is there, chatting with Ms. Monroe, who pushes him into position. The dress flutters again, Ms. Monroe holds it down, bending slightly, smiling and talking to Mr. Ewell, but it flutters up some more and she laughs, her head thrown back. It blows up again, but she doesn’t push it down this time, and it flies up over her head, clearly revealing two pairs of underwear that, because of the bright lights, do not protect Ms. Monroe’s modesty quite as much as she might have liked.

Then, as suddenly as she appeared, Marilyn is gone, and the film reverts to home-movie mode: Edith Schulback walking on the grass at a family outing in the country. It’s like being shaken from some crazy dream, back to reality.
Interest in that moment in film history from more than 50 years ago endures. The new movie musical starring Ryan Gosling and Emma Stone, “La La Land,” makes brief filmic reference to it in the opening number, with a young dancer’s yellow dress blowing up. And a Snickers commercial from the Super Bowl last year stars Willem Dafoe, Eugene Levy and a computer-generated Monroe on the famous set. “It’s that iconic image,” said Dr. Banner, the Monroe biographer. “People are still fascinated by the context in which it all happened.”

After screening the film with her husband, Ms. Siegler immediately told her grandfather that she had found the footage. “I was so excited about it — more for the reason that his story was true.” She shrugged. “But he never had any doubts.” Mr. Schulback moved in 2005 and died six months later.
Ms. Siegler and Mr. Scher made a print and screened it for about 100 people in 2004 at the upstate home of their friends Kurt Andersen and his wife, Anne Kreamer. The two couples had started a small film festival for neighbors and friends, hanging a sheet on the side of a barn and serving popcorn, ice pops and beer.

The people in the audience that summer night had no idea what they were in for.
That scene is one of the most iconic scenes in American cinema,” said Mr. Andersen, an author, radio host and a founder of Spy magazine. “So to have film of it actually being shot, it’s like watching the Zapruder film. It’s just extraordinary.
The crowd that evening sat in silence as Marilyn Monroe’s dress blew up on the side of the barn. “People were gob-smacked,” Mr. Andersen said. “They were like, ‘What did I just see ?’”

That was the only time anyone outside the family had seen the film. Until now.

Correction: January 13, 2017 
 An earlier version of this article misspelled the surname of the writer who screened the Marilyn Monroe home movie in his backyard. He is Kurt Andersen, not Anderson


 > video 1

> video 2 (plans en rapproché)

captures
1954-09-13-ny-tsyi-set-cap_by_jules_schulback-02-4 1954-09-13-ny-tsyi-set-cap_by_jules_schulback-01-3 1954-09-15-ny-tsyi-set-cap_by_jules_schulback-01-3 
> captures dans les articles du blog:
screen caps on the articles in the blog:
13/09/1954 Sur le tournage de The Seven Year Itch 15 - partie 2
13/09/1954 Sur le tournage de The Seven Year Itch 15 - partie 1
15/09/1954 NYC - Sur le tournage de The Seven Year Itch scène 11


See Marilyn Monroe in Long-Lost Film

logo_VF  See Marilyn Monroe Giggle Through Her Wedding Reception, Movie Rehearsals, and More in Long-Lost Film
Watch photographer Milton H. Greene’s lost footage of his most famous muse.

published in July 12, 2016
by Julie Miller
en ligne sur vanityfair.com

Fine-art fashion photographer Milton H. Greene captured some of the greatest stars of the 1950s and 1960s in his enduring portraits, including Grace Kelly, Elizabeth Taylor, Cary Grant, Sophia Loren, Audrey Hepburn, and Paul Newman. But it was Greene’s portraits of Marilyn Monroe—his muse, friend, onetime roommate, and professional collaborator—for which he is most famous.

The two met in 1953—the same year Monroe appeared on-screen in Gentlemen Prefer Blondes—when Greene photographed the bombshell for Look magazine. Photographer and subject bonded, and their relationship over the next few years yielded one production company (Marilyn Monroe Productions, whose titles include The Prince and the Showgirl), a memoir, and over 50 photo sessions.

Beginning July 16, the Morrison Hotel Gallery at the Sunset Marquis Hotel will display some of Greene’s never-before-seen photos from these sessions in its “Some Like It Hot” exhibit. The presentation will also feature 16-mm-film footage (previewed above), showing Monroe in rare and relaxed form—mostly out of the spotlight. Among the moments Greene captured: a cheerful Monroe kissing her third husband, Arthur Miller, and greeting guests at the couple’s 1956 wedding reception; Monroe performing a musical number in the 1956 romantic comedy Bus Stop; and the beauty preening between the sheets for an intimate photo shoot.

In a statement to Vanity Fair, Joshua Greene said of his father’s work, “There was an elegance to the simplicity of the sessions. Milton was not afraid to be vulnerable with his subjects, which created confidence and trust between them.

Photographer and Morrison Hotel Gallery co-owner Timothy White added of Greene and Monroe, “They spent a lot of time together and she often ran to Milton and his family for an escape from the pressures of Hollywood. With that trust came the access and opportunity for Milton to be with her and to photograph her freely. He became a trusted confidant who always had his still and movie camera with him as he documented her life.

Seeing this film footage for the first time gives you the chills,” continues White. “They’re like home movies, yet one of the biggest stars of our time has obviously let her guard down and allows Milton to film her most playful, private, and important moments in her life. . . . It’s a window into something we've never before seen . . . but always wanted to.

The “Some Like It Hot” exhibit will continue through July 24 (2016).


> extrait d'un JT américain - interview de Timothy White
et images des séquences tournées par Greene avec
des images inédites du mariage de Marilyn avec Miller
extract of US news - interview of Timothy White
and footages of Greene's home movies with unseen images
of Marilyn Monroe and Arthur Miller's wedding

captures
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-01-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-02-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-02-3 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-03-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-05-1 
> retrouvez les captures dans l'article consacré au mariage:
find all the screen caps on the article dedicated to the wedding:
1/07/1956 Cérémonie Juive Mariage Marilyn et Arthur


Enregistrer

All photos are copyright and protected by their respective owners. 
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 novembre 2016

Docu - Truman Capote, Enfant terrible de la littérature américaine

Truman Capote,
Enfant terrible de la littérature américaine

docu-truman_capote_enfant_terrible_title 

Année: 2016
Réalisation: Adrian Stangell

Pays: Allemagne
Durée: 53 min

Une évocation passionnée de la vie et de l’œuvre de Truman Capote, auteur flamboyant et incorrigible mondain. Aux documents d'archives se mêlent des extraits des nouvelles et des romans de l'auteur, depuis "Les domaines hantés", son premier roman publié, jusqu'à son testament littéraire, l'œuvre inachevée "Prières exaucées".
Figure mondaine, auteur surdoué aussi célèbre pour son œuvre que pour ses frasques, Truman Capote (1924-1984) s’est fait connaître du monde entier en 1958 grâce à un court roman, Petit déjeuner chez Tiffany (adapté au cinéma dans Diamants sur canapé, avec Audrey Hepburn). Cinquante ans après sa parution, son "roman-vérité" De sang-froid (1965) n’a rien perdu de sa profondeur, et reste un monument de la littérature criminelle. Le documentaire suit l’ascension de ce jeune homme des classes populaires de La Nouvelle-Orléans, propulsé dès l’adolescence dans le monde journalistique et littéraire new-yorkais avant de devenir une figure de la jet-set.
Gloires et déconvenues
Amis, admirateurs, biographe et spécialistes évoquent l’héritage littéraire de ce talent d’exception, racontant avec passion ses gloires et ses déconvenues. Aux documents d’archives – dont des interviews marquantes de Truman Capote – se mêlent des extraits des nouvelles et des romans de l’auteur, depuis Les domaines hantés, son premier roman, jusqu’à son testament littéraire, l’œuvre inachevée Prières exaucées.

>> Diffusé en France sur arte le 16 novembre 2016


Retranscription des passages liés Marilyn Monroe:

(à 1min 45sec) 5ème avenue, n°727. Bienvenue chez Tiffany & Co, célèbre joailler new-yorkais, entré dans l'histoire de la littérature mondiale grâce à cet homme: Truman Capote. "Petit déjeuner chez Tiffany" est l'ouvrage le plus connu de Truman Capote. Au cinéma, c'est la légendaire Audrey Hepburn qui a incarné Holly Golightly, cette jeune texane fraîchement débarquée à New York en quête d'une vie nouvelle, de glamour, et d'elle-même.
Deborah Davis, écrivain: "Son style est admirable. Ses phrases sonnent comme une musique quand on les lit à haute voix."
(lecture d'un extrait): "Elle portait toujours ses lunettes noires, était toujours très soignée, témoignait dans ses toilettes d'un bon goût concerté à base de bleu et de gris, d'une absence de tape à l'oeil qui ne lui donnait que plus d'éclat."
Au moindre coup de blues, Holly Golightly, obsédée par les bijoux, fait une halte devant la vitrine du célèbre joailler.
Le roman est devenu un classique. L'écriture de Truman Capote y est pour beaucoup.
Peter Haag, éditeur: "Capote est un styliste. Il n'est jamais ennuyeux. Ses personnages sont si bien campés qu'ils prennent corps aussitôt. Il a un ton pour décrire les situations. C'est aéré, léger et intelligent."
(lecture d'un extrait): "On devrait pouvoir épouser des hommes ou des femmes ou... écoute, si tu venais me trouver pour me dire que tu voulais me mettre à la colle avec un cheval de course, je respecterai tes sentiments. Non, sans blague, l'amour devrait être permis ! Je suis pour à fond."
S'il est normal qu'aujourd'hui une jeune femme profite de la vie, et qu'elle ait beaucoup d'amis hommes; à l'époque, Holly Golightly fait figure de fille facile.
Gerald Clarke, biographe: "Holly Golightly n'est pas une prostituée. C'est une jeune femme qui fait des faveurs aux messieurs fortunés. On ne sait pas si elle couche avec eux ou pas."
Dans le livre, Holly est une fille de la campagne. Dans le film, une jeune femme élégante et raffinée. Bien qu'ami avec Audrey Hepburn, Capote trouvait ce choix malencontreux. Il aurait préféré voir Marilyn Monroe dans le rôle d'Holly.
Bob Colacello, écrivain et photographe: "La plupart des gens ne connaissent que le film avec Audrey Hepburn. Hollywood a beaucoup aseptisé l'histoire, comme le reste à l'époque. Dans les séries télé des années 50s, les couples dormaient dans des lits jumeaux, jamais dans un grand lit."

docu-truman_capote_enfant_terrible-cap01 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap02 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap03 
docu-truman_capote_enfant_terrible-cap04 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap05 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap06 
docu-truman_capote_enfant_terrible-cap07 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap08 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap09 

------------------------------

(à 21min 26sec) Truman Capote s'entoure de riches héritières, comme Gloria Vanderbilt ou de comédiennes et chanteuses, comme Pearl Bailey. Des grandes amies qu'il surnomme affectueusement "My swans" ("mes cygnes").
Deborah Davis, écrivain: "Il adorait les nighclubs et il adorait les femmes. Très jeune déjà, il s'entourait de belles dames. Ses relations étaient platoniques mais essentielles pour lui."
Jeune homme, Truman rêvait d'être richissime. Il s'avoure d'autant plus cette proximité nouvelle avec le gratin. Son "cygne" préféré est le mannequin Babe Paley. Comme toutes ces dames du grand monde, elle est en quête constante d'amusement et nul n'est plus amusant que Truman.
Deborah Davis, écrivain: "Truman veillait à ce que leur rouge à lèvres soit impeccable, repérait les couturiers qui les mettait le plus en valeur. il s'intéressait aux menus de leurs dîners, à tout ce qui les préoccupait elles-mêmes. Et il les écoutait, les conseillait. Il était leur meilleur ami."
Truman Capote n'a jamais caché son homosexualité, bien au contraire. Ainsi, il peut flirter ouvertement avec des femmes mariées, sans que leur mari ne leur jalouse. Ces messieurs ne voient rien à redire à ce que leurs femmes confient leurs secrets à Truman. Une naïveté qu'ils regretteront plus tard.

docu-truman_capote_enfant_terrible-cap10 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap11 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap12 

Capote observe les riches new-yorkais avec une pointe d'enthousiasme et d'envie. Il devient le point de mire de chaque soirée, l'amuseur de la jet set. Il peut bientôt se permettre d'être très exigeant avec ses accompagnatrices, comme il le révélera plus tard dans un autoportrait.
(lecture d'un extrait de The Dogs Bark): "Il y a des hommes avec qui j'aime déjeuner, et dans l'ensemble, je préfère les femmes belles, ou du moins, extrêmement séduisantes, très vives d'esprit et au courant. Mais je ne pense pas qu'une femme mérite la note maximale tant qu'elle n'atteint pas et ne maintient pas une certaine qualité de style, d'apparence et de bon sens enjoué qui dépasse le niveau facile de séduction propre à la jeunesse."
Parmi celles qui le mérite, il range Marilyn Monroe. Au début des années 50s, Truman lui consacre, comme à d'autres célébrités, un portrait qui fait sensation. Daniel Kehlman, auteur à succés en Allemagne, vit quelques mois par an à New York. Il a publié plusieurs articles sur Truman Capote, dont il apprécie particulièrement les impressions de voyages et les portraits.
Daniel Kehlman, écrivain: "Il était impitoyable envers ceux sur qui il écrivait. Pas dans le sens où il les dénaturait, il restait très près de qu'il estimait être la réalité. Mais son oeuvre se nourissait très souvent de cette proximité, de cette intimité qu'il créait sciemment avec eux."
Cela vaut peut être aussi pour son portrait de Marilyn Monroe.
Truman Capote: "Je connaissais Marilyn bien avant qu'elle ne devienne une star de cinéma. Nous avons toujours été très bons amis. Je n'y avais jamais réfléchi, mais nous avions énormément de points communs. C'est peut être pour cela que nous étions si proches."
(lecture d'un extrait): "La lumière baissait. Marilyn semblait s'estomper avec elle, se fondre dans le ciel et les nuages, s'amenuiser au loin. Je voulais élever la voix, couvrir le cri des mouettes, la rappeler: Marilyn, Marilyn ! Pourquoi faut-il toujours que les choses tournent de cette façon ? Pourquoi faut-il que la vie soit tellement dégeulasse ?"

docu-truman_capote_enfant_terrible-cap13 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap14 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap15 
docu-truman_capote_enfant_terrible-cap16 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap17 docu-truman_capote_enfant_terrible-cap18 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 19:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 mars 2016

Docu - Tony Curtis, Le Gamin du Bronx

Tony Curtis,
Le Gamin du Bronx

tony_curtis-cap01 tony_curtis-cap02 tony_curtis-cap03 

Année: 2011
Réalisation: Ian Ayres

Pays: France
Durée: 56 min

tony_curtis-cap04 

De la tragédie de l'enfance à l'apaisement des dernières années, de "Certains l'aiment chaud" à "Amicalement vôtre", un voyage intime avec Tony Curtis (1925-2010), l'un des premiers sex-symbols masculins d'Hollywood.
>> Diffusé en France sur arte le lundi 21 mars 2016


Retranscription des passages évoquant Marilyn Monroe:

(à 16min 50sec) Hollywood ne manque pas non plus de jeunes starlettes ambitieuses. Certaines, plus prometteuses que d'autres. Une en particulier attire l'attention de Tony.
Tony Curtis: "Marilyn et moi, on s'est rencontré en 1948. Elle avait les cheveux auburn, et elle portait des chemisiers transparents qui laissaient entrevoir le bout de ses seins. Ohhh.. tous les scènéristes se penchaient depuis le deuxième étage pour la regarder passer et ils l'applaudissaient. Elle se dirigeait vers le portail, elle n'avait pas de voiture. En la voyant partir à pied, je me suis dit 'C'est ma chance'. Le policier qui gardait le portail était un bon copain et il lui a dit 'C'est un type en or. Vraiment, c'est quelqu'un de bien, vous pouvez monter avec lui.' Elle l'a fait ! Une fois chez elle, je l'ai invitée à sortir avec moi, elle a accepté. Elle m'a donné le numéro de son petit hôtel."
Tony se fait prêter la maison d'un ami sur la plage de Malibu. Après être passé prendre Marilyn, il s'arrête dans un épicerie et achète un délicieux dîner pour leur soirée en tête à tête. Il a imaginé une soirée romantique, organisée dans les moindres détails.
Tony Curtis: "Les steaks et le poulet ont brûlé. J'ai renversé le vin, la salade est tombée des assiettes, c'était le pire des dîners ! Mais on a fait l'amour. Cela a été une expérience formidable pour tous les deux. Je savais ce qu'elle ressentait parce que je le ressentais moi-même. Tous les deux, on vivait là quelque chose de totalement nouveau !"

tony_curtis-cap_mm01 tony_curtis-cap_mm02 tony_curtis-cap_mm03 
tony_curtis-cap_mm04 tony_curtis-cap_mm05 tony_curtis-cap_mm06 
tony_curtis-cap_mm07 tony_curtis-cap_mm08 tony_curtis-cap_mm09 
tony_curtis-cap_mm10 tony_curtis-cap_mm11 tony_curtis-cap_mm12 
tony_curtis-cap_mm13 tony_curtis-cap_mm14 tony_curtis-cap_mm15 

------------------------------

(à 33min 40sec) Après avoir bravé la discrimination raciale, Tony accepte d'incarner le rôle d'un travesti dans un film qui joue sur la confusion entre les sexes.
Allan Hunter (Journaliste et Biographe): "Certains l'aiment chaud, aujourd'hui, est la plus grande comédie de tout les temps. Mais à l'époque, c'était très risqué. Deux stars masculines, déguisés en femmes, dans une oeuvre hybride, mi-film de gangster, mi-comédie. Cela aurait pu donner quelque chose de mauvais goût. Et Tony prenait un risque. D'ailleurs, il a avoué ne pas être très à l'aise avec le fait de devoir changer de sexe. Mais comme toujours, l'instinct de l'acteur a pris le dessus. Une seule question: comment être crédible ? Son inconfort et son égo sont devenus secondaires et il s'est borné à jouer un personnage dans une situation déséspérée qui doit devenir une femme convaincante, c'est tout."
Marian Collier (Actrice): "Un jour, ils sont arrivés sur le plateau en disant 'Il y a une audition pour une publicité. On y va, les filles ?' On y est tous allés, Tony y compris. Devinez qui a été pris ? Tony Curtis ! C'était lui la plus jolie. Mais à la fin, il leur a dit "Je ne suis pas une femme'".
Debbie Reynolds (Actrice): "Etre un bon acteur est un don du ciel. Soit vous faites rires, soit vous ne faites pas rire. Vous êtes drôles ou vous ne l'êtes pas. Vous avez le don ou vous ne l'avez pas. Et Tony l'a."
La patience d'un acteur n'a pas une durée illimitée en talons aiguilles. Pendant quatre mois, Marilyn oblige Tony Curtis et Jack Lemmon, travestis de la tête aux pieds, à l'attendre pendant des heures. Avant qu'elle ne daigne enfin à rejoinde le plateau. Comme toute l'équipe de tournage, Tony finit par enrager.
Les sentiments que Tony avait éprouvé pour Marilyn ont bien changé. Le comportement de Marilyn lui rappelle les abus infligés par sa propre mère.
Marian Collier: "Tony lui en voulait. Il lui en voulait beaucoup. Un soir, au visionnage des rushes, on y était tous, il était au fond, il a dit 'L'embrasser, c'est comme embrasser Hitler'".
Mamie Van Doren (Actrice): "Le connaissant, il a dit ça pour faire sensation. Pour faire le malin, et attirer l'attention. Au fond, il ne le pensait pas."
Tony Curtis: "J'ai connu cinq ou six filles qui embrassaient admirablement. Marilyn était de celles-là, elle faisait partie de la sélection."

tony_curtis-cap_slih01 tony_curtis-cap_slih02 tony_curtis-cap_slih03 
tony_curtis-cap_slih04 tony_curtis-cap_slih05 tony_curtis-cap_slih06 
tony_curtis-cap_slih07 tony_curtis-cap_slih08 tony_curtis-cap_slih09 
tony_curtis-cap_slih10 tony_curtis-cap_slih11 tony_curtis-cap_slih12 
tony_curtis-cap_slih13 tony_curtis-cap_slih14 tony_curtis-cap_slih15 
tony_curtis-cap_slih16 tony_curtis-cap_slih17 tony_curtis-cap_slih18 
tony_curtis-cap_slih19 tony_curtis-cap_slih20 tony_curtis-cap_slih21 

Enregistrer

13 juillet 2015

13/07/1962 Santa Monica Beach par Barris 2

Le 13 juillet 1962, dernier jour de la séance photos de Marilyn Monroe avec le photographe George Barris pour le magazine Cosmopolitan, sur la plage Will Rogers State Beach à Santa Monica, non loin de la maison de Peter Lawford. Série "serviette".
On July 13 1962, last day of the Marilyn Monroe's photo shoot with photographer George Barris for the Cosmopolitan magazine, on the Will Rogers State Beach in Santa Monica, near the Peter Lawford's house.

 ****  Towel Sitting **** 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-010-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-01  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-01b 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-02  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-03 1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-04 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-05  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-06  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-07 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-08  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-08a  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-011-09 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-2a 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-2  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-3a  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-4a 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-3  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-4 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-5  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-012-6 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-020-1b  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-020-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-020-2 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-021-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-022-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-022-2 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-030-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-031-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-034-1 
 1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-032-2  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-032-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-032-3 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-040-1  1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-040-2 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-040-2a 


Marilyn confie à Barris: "C'est vraiment moi, avec même mes tâches de rousseur. La "vraie" moi."
Marilyn confides to Barris: "It's really me, even with my freckles. The "real" me."

1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-034-1b 


> captures
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-02-cap1 1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-02-cap2 
1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-02-cap3 1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-02-cap4 1962-07-13-santa_monica-towel-by_barris-02-cap5

> video film footage


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

25 mai 2014

Something's Got to Give caps 6

Quelque chose doit craquer
Captures

6ème partie des captures du film

sgtg-sc06-cap01 sgtg-sc06-cap02 sgtg-sc06-cap03
sgtg-sc06-cap04 sgtg-sc06-cap05 sgtg-sc06-cap06
sgtg-sc06-cap07 sgtg-sc06-cap08 sgtg-sc06-cap09
sgtg-sc06-cap10 sgtg-sc06-cap11 sgtg-sc06-cap12
sgtg-sc06-cap13 sgtg-sc06-cap14 sgtg-sc06-cap15
sgtg-sc06-cap16 sgtg-sc06-cap17 sgtg-sc06-cap18
sgtg-sc06-cap19 sgtg-sc06-cap20 sgtg-sc06-cap21
sgtg-sc06-cap22 sgtg-sc06-cap23 sgtg-sc06-cap24
sgtg-sc06-cap25 sgtg-sc06-cap26 sgtg-sc06-cap27

>> source captures sur forever-marilyn.com

Posté par ginieland à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,