03 mars 2011

Frank Powolny

*photographe

mm_by_powolnyMarilyn avait la plus belle chute de reins que j'ai vu dans toute ma carrière.

Posté par ginieland à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Carl Sandburg

*poète, historien et écrivain

carl_sandburg 

Ce n'était pas l'idole classique du cinéma. Elle avait quelque chose de démocratique. C'était le genre de fille qui se mettait à la vaisselle même si vous ne lui aviez pas demandé.

Posté par ginieland à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 août 2010

Festival 1954

mag_festival_1954_coverLe magazine Festival n°284, de 1954, consacrait sa couverture à Marilyn Monroe, intitulé "Marilyn Monroe est devenue la reine du cinémascope avec 'Rivière sans retour'"; et publiait en page intérieur, un  petit article avec une interview de Marilyn par Lydia Lane, correspondante d'Hollywood de la rédaction, qui s'était tenue au restaurant de la 20th Century Fox.

mag_festival_1954_article

>> Retranscription de l'interview:
Lydia Lane: "
Mes félicitations pour ces louanges que les critiques new yorkais continuent de vous prodiguer pour votre remarquable création dans "La Rivière sans retour"" 
Marilyn Monroe: "
Leurs louanges me font d'autant plus plaisir, que je ne leur ai pas toujours plu à tous !" 
L.L.: "Plaire aux hommes est un art sur lequel vous avez certes une opinion intéressante"
M.M: "
Pour plaire, une femme doit avant tout, se sentir plaisante et désirable, elle doit se savoir en beauté, sentiment qui seul, lui donne cette assurance indispensable pour en imposer à la gent masculine... Cependant, cette même femme devra faire bien attention de ne pas exagérer ce même sentiment d'assurance: il n'est pas de femme plus odieuse que celle qui se croit irrésistible."
L.L: "
Ainsi, lorsqu'une femme choisit une robe, doit-elle penser avant tout à l'effet que cette robe produira sur les hommes ?"
M.M: "Ayez du goût pour vous habiller et vos robe plairont toujours aux hommes et feront envie aux autres femmes."
L.L: "Et le maquillage ? On dit souvent que les hommes n'aiment pas les femmes fardées..."
   
M.M: "Les hommes n'aiment pas les femmes exagèrement fardées, cela est certain. Donc maquillons-nous aussi discètement que possible!"
   
L.L: "Parlons de la ligne: la femme moderne doit-elle avoir les hanches étroites et les épaules larges?"
M.M: "Les hanches rondelettes, les épaules élégantes et la taille fine... Voilà, pour moi, la femme idéale!" 

17 août 2010

1960 The Bob Crane Show

The Bob Crane Show était une émission radiophonique sur KNX-CBS Radio de Los Angeles, animée par Bob Crane (qui deviendra par la suite connu pour son rôle dans la série 'Papa Schultz').
Bob Crane est dans les studios de la 20th Century Fox pour enregistrer une émission en direct. Marilyn Monroe arrive au micro, juste après avoir répété un numéro musical du film "Le Milliardaire" ("Let's Make Love").  

The Bob Crane Show was a radio show on KNX-CBS Radio in Los Angeles, presented by Bob Crane (who will be celeb with the TV soap 'Hogan's Heroes').
Bob
Crane is at Fox Studios doing a "live" broadcast and Marilyn Monroe comes in out of breath from rehearsing a number for "Let's Make Love". 


> Marilyn Monroe et Bob Crane
1960_bob_crane 


> L'interview (non complète)


> retranscription de l'extrait de l'interview

Marilyn Monroe: I rehearse in it.

Bob Crane: Is it kind of a dancer's outfit thing that you're wearing?

MM: No, just a pair of slacks and sort of an old sweater.

BC: It's a nice old sweater... a nice old pair of slacks.
[Marilyn laughs]

MM: Are we on, Bob?

BC: Yes.

MM: Well, I've been rehearsing all day--

BC: Yeah.

MM: I'm still out of breath.

BC: I'll let you get your breath for just a minute there. Marilyn, I've often wondered, being the sex symbol of the movies, are you ever offended when they –when men pass by you and whistle and things like that?

MM: I'm honoured.

BC: Really?

MM: Of course.

BC: Do you think most women are?

MM: Of course.

BC: That's the high point—is that a big compliment?

MM: Yes. Well, how about when you whistle at a girl or you feel like whistling?

BC: How was Jack Lemon to work with?

MM: Wonderful. He's a wonderful actor.

BC: He's a very funny guy. You're working with a funny guy in the new picture—TonyRandall.

MM: Yes, very funny.

BC: You wanna know something? This'll knock you back on the couch. I was supposed to test for this picture.
MM: YOU?! [Marilyn giggles]

BC: Did you mean that? [Acts hurt] Did you mean that with all that was inferred by the "YOU?!" I read a lot into that line.
[They laugh]

BC: No, really, the part that they gave to Tony Randall—the press agent part.

MM: Oh yes, mmm, mmm.

BC: What do you think? [About me playing the part]

MM: Well, Bob, it's nice meeting you and er, I hope I see you again.
[They laugh]


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

06 juin 2010

R comme Rizzo

Willy Rizzo
(1928 - 2013)
photographe italo-français

willyrizzo

Originaire d'une famille de Naples, Willy Rizzo réalise ses premiers clichés dès l'enfance, en photographiant ses camarades de classe à l'aide d'un Box Agfa offert par sa mère. En 1944, il achète un Rolleiflex et, soutenu par le photographe Gaston Paris, il pénètre dans le monde du cinéma, fréquentant les studios de Billancourt et Joinville. Il photographie les vedettes qui s'enthousiasment pour lui. Engagé par Point de Vue, il réalise seschurchill premiers reportages. Partie en Tunise pour un reportage sur les carcasses de chars, Life achète ses clichés.
Il voyage aux États-Unis. Après la guerre, il travaille pour France Dimanche, couvre le premier Festival de Cannes. Quand il rentre en France en 1949, il est embauché à la création de Paris-Match, pour lequel il réalise la première couverture en couleur avec une photographie de Winston Churchill.

ElsaMartinelliRome1967En 1968, après avoir épousé l'actrice et mannequin italienne Elsa Martinelli, il part vivre à Rome et commence une autre carrière en tant que designer, d'abord pour ses besoins personnels. Il parvint à créer sa propre collection, influencé par de grands noms comme Le Corbusier. Il crée sa propre société, qui a compté jusqu'à 150 salariés. Une dizaine d'années plus tard, il délaisse son activité de designer pour rentrer en France et retourner à sa première passion qui est la photographie. Il est très proche de l'acteur Jack Nicholson.

rizzo_marlene rizzo_maria rizzo_coco
Marlene Dietrich ; Maria Callas ; Coco Chanel
rizzo_salvador rizzo_pablo rizzo_saintlaurent_cardin
S.Dali ; P. Picasso ; Y. Saint Laurent et P. Cardin
rizzo_sue rizzo_bb rizzo_jane
Sue Lyon ; Brigitte Bardot ; Jane Fonda

Willy Rizzo a photographié les plus grandes célébrités du monde, de 1945 à aujourd'hui, et de tous les arts:
Du milieu du cinéma: Micheline Presle, Raimu, Jean Marais, Arletty, Michel Simon, John Wayne, Gregory Peck, Gary Cooper, Marlene Diectrich, Marlon Brando, Robert Mitchum, Brigitte Bardot, Jane Fonda, Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Audrey Hepburn, Gene Kelly, Fred Astaire, Gina Lollobrigida, Sophia Loren, Jayne Mansfield, Marilyn Monroe, Tony Curtis, Sue Lyon, Elsa Martinelli, Shirley MacLaine, Sean Penn, Jack Nicholson, Bruce Willis, Gong Li, Monica Bellucci...
Du milieu de la musique: Sylvie Vartan, Maria Callas...
Du milieu de la mode: Yves Saint Laurent, Coco Chanel, Christian Dior, Pierre Cardin, Milla Jovovich, Adriana Karembeu...
Du milieu de la peinture et architecture: Pablo Picasso, Le Corbusier, Salvador Dali...
Du milieu littéraire: Françoise Sagan, Jacques Prevert, Jean Cocteau, Marguerite Duras, Eugène Ionesco, Sacha Guitry...

Le photographe meurt à Paris, le 25 février 2013, à l'âge de 84 ans.


>> Marilyn par Rizzo <<
1962_June_WillyRizzo_LosAngeles_00121_010_1 1962_June_WillyRizzo_LosAngeles_00140_040_1 mm_by_rizzo56  

Willy Rizzo ne photographia Marilyn Monroe que lors d'une unique séance en février 1962. Des portraits en couleurs et en noir et blanc d'une Marilyn au regard triste mais au sourire radieux.

>> Voir les photos de Marilyn par Willy Rizzo 

Commentaires de Willy Rizzo sur Marilyn Monroe:
"Juillet 1962. Ce jour là, toutes les plus belles femmes du monde étaient devant moi, réunies en une seule personne: Marilyn Monroe."

"Le corps, les cheveux, la peau, le regard, la démarche, les plus belles photos d'elle que j'ai vues sont en dessous de la réalité. Elle est magique."
"Marilyn Monroe était un cas à part. Dans la famille Difficile, on demandait Marilyn et on était sûr d'être bien servi. Caprices, retards, sautes d'humeur, absences, rien ne manquait à la panoplie de la star la plus célèbre du monde."
"Elle est adorable mais lointaine, triste. Elle est d'une douceur et d'une docilité étonnantes, à des années lumière de son image publique." 


>> sources web:
Site officiel willyrizzo.com
Biographie sur wikipedia 

Posté par ginieland à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2010

Les interviews sur Niagara

Niagara
Leinterviews

henry_hathawayHenry Hataway 
(
le metteur en scène)
- Marilyn est quelqu'un avec qui il est merveilleux de travailler, elle est très facile à diriger; veut toujours mieux faire. Et elle est intelligente, vraiment intelligente.
- J'ai tourné Niagara avec elle. Je l'ai trouvée merveilleuse dans le travail et terriblement préoccupée de mieux faire. Et brillante. Il se peut qu'elle n'ait pas eu d'éducation mais elle était tout simplement brillante par nature.
- Elle était la meilleure actrice née que j'ai jamais dirigée (...), intelligente, naturellement intelligente.

Extrait interview
- “Pour Niagara, en 1953, avez-vous eu des difficultés avec Marilyn Monroe ?
- C'était une fille merveilleuse, merveilleuse… Sensible, timide, craintive. C'est très curieux: aujourd'hui les films ont toute la vulgarité qui était réservée aux peepshows, aux nickelodeons et aux penny arcades. Si vous vouliez voir une fille qui se déshabillait, vous alliez voir un peep-show. Mais maintenant, elles le font dans tous les films ! Alors que Jean Harlow et Marilyn Monroe exprimaient toute leur sensualité sans jamais se déshabiller dans une seule scène.
- Vous avez parlé de la démarche de Mae West. Vous avez également filmé celle de Marilyn de façon très spectaculaire...
- Dans le plan général où elle s'éloigne en se dandinant, oui. Et elle a toujours gardé ce dandinement par la suite.
- C'est elle qui l'a inventé ?
- Elle ne l'a pas inventé, c'est moi qui lui ai dit de le faire. Elle avait une robe très serrée et en fait, je lui ai dit d'aller retirer sa culotte parce qu'on voyait les marques sous sa jupe. Elle a retiré sa culotte et s'est déhanchée encore plus !
- Comme partenaire de Marilyn, vous vouliez James Mason. Vous avez eu Joseph Cotten. Que s'est-il passé ?
- Malheureusement, je suis allé dîner chez James Mason une semaine avant le début du tournage. Sa fille, Portland, avait six ou sept ans à l'époque. Et le couple adorait cette gamine. Mason lui a dit : « voici Mr Hathaway qui va réaliser mon prochain film ». Elle a demandé : « est-ce que tu vas encore mourir dans ton film ? dans tous tes films tu meurs ! Alors, je suppose que tu vas encore mourir dans celui-là ! » Et elle a ajouté : « il meurt dans ce film ?
»  J'ai répondu que oui, alors elle a dit à son père: « Voilà l'ennui, dans tous tes films tu meurs. Tu ne vas pas en faire un où tu vis ? » et elle a continué comme ça à perte de vue… Le lendemain, Darryl Zanuck m'appelle: « il ne fait pas le film ! » Et voilà ! je n'aurais pas dû aller dîner chez lui ce soir-là."

maxshowalterMax Showalter 
(
dans le rôle de Ray Cutler)
(
dans une interview accordée à Robert L. Smith du magazine Videoscope)
Nous avons passé un merveilleux moment là-haut, près des chutes. Marilyn était en retard, comme à son habitude, mais dès qu'elle arrivait sur le plateau, on ne voyait plus qu'elle. Parfois, il fallait faire de nombreuses prises. Venant du théâtre, je trouve toujours que la première prise est la meilleure, mais il fallut nous adapter à Marilyn. Une fois qu'elle était au point, elle était parfaite et nous, nous étions épuisés.

joseph_cottonJoseph Cotton 
(
dans le rôle de George Loomis)
(en parlant de Marilyn Monroe)
Tout ce que fait cette fille est sexy!

>> sources:
- Livres:
Les Trésors de Marilyn Monroe Marilyn, un hommage photographique / Marilyn, Une vie d'Hollywood /
Les images d'une vie /
- Web:
Interview d'Hataway sur
commeaucinéma

Posté par ginieland à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 mai 2010

Photographe: Bill Burnside

 Marilyn par Burnside

Bill Burnside a photographié Marilyn Monroe entre 1946 et 1948; mais nous ne connaissons qu'une séance sur une plage de Malibu.
Il a 43 ans quand il rencontre la jeune Marilyn en 1946, pendant qu'elle pose dans le studio de Bernard of Hollywood. Burnside l'aurait photographié pour la première fois en février 1946. Ils partageaient ensemble un certain intérêt pour la poésie romantique et le photographe a affirmé avoir eu une aventure avec elle. Il aida Marilyn à retrouver du travail après que la Fox n'ait pas reconduit son contrat en 1947. Ils ne sont jamais revus.
Bill Burnside photographed Marilyn Monroe between 1946 and 1948; but we know only the sitting at a beach in Malibu.
He is 43 years old when he meets the young Marilyn in 1946 while she is posing at the Bernard of Hollywood Studios. He would have photographed her for the first time in February 1946. They shared a certain interest in romantic poetry and the photographer claimed to have had an affair with her. He helped Marilyn to find work after the Fox did not renew his contract in 1947. They never saw each other after that.

1947s: Plage de Malibu - Marilyn vêtue d'une grande jupe ample puis en short et tee shirt.
1947s: Malibu Beach - Marilyn wearing a large full skirt and in shorts and T-shirt.
(> blog 1947 - Marilyn par Bill Burnside )

1947_BillBurnside_Meadow_010_c1 1947_BillBurnside_Ocean_00100_a2 1947_BillBurnside_Ocean_Roch_010 


Commentaires de Bill Burnside sur Marilyn Monroe:
"Elle était très consciente de l'effet qu'elle faisait aux hommes. Si je l'emmenais au restaurant, bien qu'élégamment, les serveurs étaient prêts à se défier pour se jeter sur elle ! Elle avait tout ça, cette qualité de star.
"
> "She was very aware of how she affected men. If I took her to a restaurant, however elegant, the waiters were ready to jump at her bidding. She had it all there, that star quality."
"J'étais attiré par son regard perdu au milieu de son sourire... J'ai mis deux semaines pour obtenir un seul baiser. Elle n'était pas du genre à être une fille facile." 

Commentaires de Marilyn Monroe pour Bill Burnside:
ph_billburnside_dedicaceSur ce cliché publicitaire du film Eve datant de 1950, Marilyn envoya cette photographie à Bill, avec une dédicace:  
"To Bill, Anything worth having is worth waiting for! Love Marilyn." se traduisant par "Pour Bill, Tout ce qui compte vaut la peine d'attendre, Avec Amour, Marilyn."


> les posts Marilyn par Bill Burnside


Bill Burnside
(1903 - 1976)
photographe américain

D'origine écossaise, Bill Burnside passe son enfance dans l'Indiana, avant de s'installer à Los Angeles pour devenir photographe. Il travaille à Hollywood pour Rank, un studio de cinéma anglais et connait bien Clark Gable; puis il s'installe en Amérique du Sud. Il meurt en 1976.


>> source web:
histoire et photos sur immortalmarilyn
 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 février 2010

Les interviews sur Monkey Business

Chérie, je me sens rajeunir 
Leinterviews

Howard_HawksHoward Hawks 
(
le metteur en scène)
(en engageant Marilyn)
Le côté surdéveloppé de cette gamine devrait être assez drôle.
Marilyn est arrivée devant la caméra, et la caméra l'a aimée. Tout d'un coup, c'était un pur symbole sexuel.
Marilyn Monroe était une petite fille extrêmement craintive, qui n'avait aucune confiance en ses capacités. Elle avait peur d'apparaître à l'écran.

carygrantCary Grant 
(
dans le rôle de Barnaby Fulton)
-
Je n'imaginais pas qu'elle allait devenir une grande vedette. Si elle avait quelque chose de différent des autres actrices, ce n'était pas apparent à l'époque. Elle semblait très timide et tranquille. Il y avait quelque chose de triste en elle.
- Elle paraissait très timide et je me souviens qu'elle avait l'air très gênée quand les techniciens du studio sifflaient sur son passage.

27 janvier 2010

4/07/1962 Dernière interview

Le 4 juillet 1962, Marilyn Monroe est interviewée par Richard Meryman, pour le magazine Life (qui paraîtra la veille de sa mort, le 3 août). La rencontre eut lieu chez Marilyn, dans sa maison du Fifth Helena Drive à Los Angeles et dura plus de 6 heures. Pendant l'entrevue, le photographe Allan Grant prit quelques clichés d'une Marilyn enjoueuse. Cinq jours après, Richard Meryman apporta à Marilyn une transcription de leurs entretiens.
In July 4, 1962, Marilyn Monroe is interviewed by Richard Meryman for Life magazine (which will published the day before her death, in August 3). The meeting took place at Marilyn's home in Fifth Helena Drive, Los Angeles and lasted more than six hours. During the interview, the photographer Allan Grant took some shots of a happy Marilyn. Five days later, Richard Meryman brought to Marilyn a transcript of their conversation.
>> The interview in english on guardian.co.uk

1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00400_2Quelquefois je sors, pour faire des courses ou simplement pour voir comment sont les gens, avec juste un foulard, un polo, pas maquillée, et je surveille ma démarche. Eh bien, malgré cela, il y a toujours un garçon, un peu plus dégourdi que les autres, qui dit à son copain: " Hé! minute! tu sais qui c'est, celle-là? ". Et aussitôt ils se mettent à me suivre. Dans le fond, ça m'est égal. Je comprends très bien que les gens veuillent se rendre compte que vous existez réellement. Il faut les voir, les garçons - même les petits gosses -, leur visage s'éclaire, ils disent : " Ben ça, alors ! " et ils filent raconter l'histoire à leurs copains. Les messieurs, eux, m'abordent en me disant : " Attendez une seconde. Je vais prévenir ma femme. " Vous leur avez changé toute leur journée. Le matin, lorsque je mets le nez dehors très tôt, et que je croise les éboueurs de la 57e Rue, ils me disent toujours : " Salut, Marilyn! Comment ça va, ce matin ? ".

C'est un honneur pour moi et je les aime pour ça. Lorsque je passe, les ouvriers se mettent à siffler. D'abord, parce qu'ils se disent: " Tiens, tiens, c'est une fille, elle est blonde et pas mal fichue ", et puis, brusquement, ils réalisent et ils se mettent à crier: " Bon sang, mais c'est Marilyn Monroe! ".  Eh bien, voyez-vous, ce sont des moments où je suis heureuse de me dire que tous ces gens-là savent qui je suis. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je suis sûre qu'ils comprennent que je me donne entièrement à ce que je fais - aussi bien à l'écran que dans la rue - et que, lorsque je leur dis " Bonjour ", ou " Comment ça va ", je le pense vraiment. Dans leur tête, ils se disent : "Formidable, j'ai rencontré Marilyn! Et elle m'a dit bonjour."

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00520_b1Seulement, voilà, lorsqu'on est célèbre, on se heurte à la nature humaine à l'état brut. La célébrité traîne toujours la jalousie derrière elle. Il y a des gens qu'on rencontre, comme ça, et qui ont toujours l'air de se dire: " Mais qui est-ce, cette bonne femme ? Pour qui se prend-elle ? " Ils ont l'impression que ma célébrité leur donne tous les droits. Même le privilège de m'aborder et de me dire tout ce qui leur passe par la tête, toutes sortes de choses. Mais ça ne me blesse pas. C'est un peu comme s'ils s'adressaient à mes vêtements, pas à moi. Un jour, je me souviens, je cherchais une maison à acheter. Je vis un écriteau. Je sonnai. Un homme est sorti, très gentil, très aimable. Il m'a dit : " Oh! attendez, ne bougez pas ! Je voudrais que ma femme vous rencontre. " Alors, la femme est sortie, et elle m'a dit froidement : " Voulez-vous, s'il vous plaît, débarrasser le plancher. "

Prenez, par exemple, certains acteurs, ou certains metteurs en scène. S'ils ont quelque chose à me reprocher, ils ne me le disent jamais à moi, ils le racontent aux journalistes, parce que, comme cela, ça fait beaucoup plus de bruit. S'ils viennent m'insulter entre quatre-z-yeux, ça ne tire pas à conséquence, parce qu'il me suffit de les envoyer au bain, et c'est fini. Mais s'ils le disent aux journalistes, alors là, ça fait le tour du pays, puis le tour du monde, et là ils sont contents. Moi, je ne comprends pas que les gens ne soient pas un peu plus généreux entre eux. Ca m'ennuie de dire cela, mais je crois qu'il y a beaucoup de jalousie dans ce métier. Tout ce que je peux faire, c'est réfléchir et me dire : " Moi, ça va. Je sais que je ne suis pas jalouse. Mais eux... " Je ne sais pas si vous avez lu une fois ce qu'un acteur disait de moi. Il prétendait que, lorsqu'il m'embrassait, il avait l'impression d'embrasser Hitler. Après tout, c'est son affaire. Mais si je devais jouer une scène d'amour avec un type qui penserait ça de moi, eh bien! il ne compterait pas plus pour moi qu'un manche à balai.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00104aPlus les gens sont importants, ou plus ils sont simples, moins ils se laissent impressionner par la célébrité. Ils ne se sentent pas obligés d'être agressifs, ou insultants. Ils veulent savo
ir qui vous êtes vraiment. Alors, j'essaie de le leur expliquer. Je n'aime pas leur faire de la peine et leur dire : " Vous ne pouvez pas me comprendre ". J'ai l'impression qu'ils comptent sur moi pour leur apporter quelque chose qui n'existe pas dans leur vie de tous les jours. Je suppose que c'est leur plaisir, leur évasion, leur fantaisie. Parfois je suis un peu triste, parce que j'aimerai rencontrer quelqu'un qui me jugerait sur ce que je sens, et pas sur ce que je suis. C'est agréable de faire rêver les gens, mais j'aimerai bien qu'on m'accepte également pour moi-même.
   
Je ne me suis jamais considérée comme une marchandise qu'on vend ou qu'on achète. Par contre, il y a une quantité de gens qui ne m'ont jamais considérée autrement, y compri
s une certaine firme que je ne nommerai pas. Si, parfois, je donne l'impression d'être un peu persécutée ou quelque chose comme ça. eh bien, c'est sans doute parce que je le suis. C'est toujours la même histoire. Je m'imagine que j'ai quelques merveilleux amis, et puis crac! Ça y est! Ils se mettent à faire des tas de choses - ils parlent de moi à la presse, leurs amis, ils racontent des histoires, c'est vraiment décevant. Ceux-là sont les " amis " que l'on n'a pas envie de voir tous les jours. Bien sûr, ça dépend des gens, mais parfois je suis invitée quelque part un peu pour rehausser un dîner - comme un musicien que l'on invite pour qu'il joue du piano après le repas. Je me rends toujours compte que je ne suis pas invitée pour moi-même, que je ne suis rien de plus qu'un ornement.

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00500_2Lorsque j'avais cinq ans - Je crois d'ailleurs que c'est à cet âge-là que j 'ai commencé à vouloir être actrice - j'adorais jouer. Je n'aimais pas beaucoup le monde qui m'entourait parce que je le trouvais triste, mais j'adorais jouer à la maman, j'avais l'impression que je me créais un monde à moi. J'allais plus loin d'ailleurs. Je créais mes propres personnages, et si les autres gosses étaient un peu lents du côté imagination, je leur disais : " Dis donc, Si on jouait a être ceci ou cela? Moi je serai Untel et toi tu seras Untel. Ce serait drôle, non " Et les autres disaient : " Oh oui! " Et alors moi, je disais : " Ça, ce sera un cheval et ça ce sera, je ne sais pas, moi, n'importe quoi ", et on s'amusait, c'était drôle. Lorsque j'ai appris que c'était ça, jouer la comédie, je me suis dit que c'était cela que je voulais faire plus tard - m'amuser, autrement dit. Mais après j'ai grandi, et je me suis rendu compte que ce n'était pas aussi facile. Il y a toujours quelqu'un pour vous rendre la chose très difficile. C'est très dur de vouloir s'amuser. Lorsque j'étais petite, certaines familles qui m'avaient adoptée m'envoyaient au cinéma pour que je débarrasse le plancher. Je m'asseyais au premier rang, et je passais là toute la journée et une bonne partie de la soirée. Une petite fille toute seule devant cet immense écran, et j'adorais ça. J'aimais tous ces hommes et ces femmes qui bougeaient devant moi, rien ne m'échappait, et je n'avais même pas de chewing-gum.   

J'avais l'impression que je vivais en dehors du monde que tout était fermé pour moi, et puis brusquement, lorsque j'atteignis mes onze ans, le monde entier s'ouvrit devant moi. Même les filles commencèrent à me remarquer. Elles pensaient : " Hmmmm, attention! Voilà de la concurrence. " J'avais quatre kilomètres à faire pour aller à l'école. Quatre kilomètres aller, quatre kilomètres retour; et c'était chaque fois une promenade merveilleuse. Tous les hommes klaxonnaient sur mon passage, vous savez, des ouvriers qui allaient au travail ou qui en revenaient. Ils me faisaient des signes, et je leur répondais.
Le monde m'était ouvert, et il était plein d'amitié.


1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00600_3Tous les gosses qui livraient les journaux venaient me voir dans la maison où j'habitais. Moi, j'étais toujours perchée sur une branche d'arbre, et je portais une sorte de sweater - à cette époque-là, je n'avais pas encore réalisé la valeur que peut avoir un sweater pour une fille - mais je commençais tout de même à comprendre. Alors, les gosses venaient me voir sur leur bicyclette et ils me donnaient les journaux gratuitement et cela faisait bien plaisir à la famille. Pendant ce temps, moi, j'étais sur ma branche d'arbre, et je devais sûrement avoir l'air d'un singe. Je n'osais pas descendre, mais quand je le faisais, j'allais me promener avec les garçons sur le trottoir, les mains dans le dos, le nez baissé, donnant des coups de pied dans les feuilles mortes, parlant parfois, mais écoutant surtout.   

Et, parfois, les gens chez qui je vivais se faisaient du mauvais sang parce que je riais trop fort. Ils s'imaginaient sans doute que j'étais hystérique. Ils ne comprenaient pas que j'avais une merveilleuse impression de liberté parce que j'osais demander aux garçons : " Prête moi ta bicyclette " et qu'ils me répondaient : " Oui, bien sûr ". Je partais dans la rue à toute vitesse en riant comme une folle ; avec le vent dans la figure, tandis que les garçons restaient sur le trottoir en attendant que je revienne. J'aimais le vent sur ma figure. Ça me caressait. Mais c'était comme un instrument à double tranchant. Lorsque j'ai commencé à voir plus clair, je me suis rendu compte que je jouais un jeu dangereux et que les hommes se figurent des tas de choses. Ils ne se contentaient pas d'être gentils. Bien vite, ils deviennent trop gentils. Ils s'attendent toujours à obtenir beaucoup pour pas grand-chose.

1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00300_a2Quand je fus plus grande, j'allais souvent au théâtre chinois de Grauman - un théâtre de Los Angeles où les grandes vedettes, lorsqu'elles sont consacrées viennent imprimer leurs pieds nus dans le ciment frais. Je plaçais mon pied dans les empreintes et je me disais : " Oh oh ! il est trop grand. Pauvre fille, jamais ton tour ne viendra. " Ça m'a fait une drôle d'impression le jour où je l'ai mis pour de bon. C'est ce jour-là que j'ai compris que rien n'était impossible. C'est dur de devenir une actrice, et c'est la part de création qu'il y a dans ce métier qui m'exaltait, qui m'empêchait de me décourager. J'aime jouer la comédie, surtout lorsque je sens que je joue juste. Je crois que j'ai toujours été un peu trop fantaisiste pour être une femme d'intérieur. Et puis, il fallait aussi que je mange. Parlons franchement, je n'ai jamais été entretenue, je me suis toujours entretenue toute seule. Et Los Angeles était ma ville natale, alors lorsqu'on me disait : " Retourne chez toi ", je pouvais répondre: " Je suis chez moi ".

Je crois que je me suis rendu compte de ma célébrité le jour où, en revenant de l'aéroport, j'ai vu mon nom en lettres énormes sur le fronton d'un cinéma. Je me souviens, j'ai arrêté ma voiture, et je me suis dit : " Grands dieux ! Ce n'est pas possible ! C'est une erreur ! " C'était pourtant là, en grandes lettres de néon. Alors, je suis restée là à me dire : " C'est donc ça !" C'était une impression vraiment curieuse. Pourtant, je me souvenais qu'au studio ils me répétaient tout le temps: " Attention, ne te prends pas pour une vedette, tu n'es pas une vedette. " Moi, je voulais bien, mais il n'empêchait que mon nom était là en grandes lettres de néon. Je n'ai vraiment réalisé que j'étais une star, ou quelque chose de ce genre, que grâce aux journalistes. Ils étaient toujours gentils avec moi, aimables. Les hommes, pas les femmes. Ils me disaient : " Vous savez que vous êtes me grande star, la seule star ", et moi je disais : " Star ? " et eux me regardaient comme si j'étais brusquement devenue folle. Je crois vraiment que c'est eux, à leur manière, qui m'ont fait comprendre que j'étais célèbre.

1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00100_2Lorsque j'ai eu le rôle dans " Les hommes préfèrent les blondes", Jane Russel jouait la brune et moi j'étais la blonde. Elle touchait 200 000 dollars (100 millions d'AF) pour le film et moi j'en touchais 500 (250 000 AF) par semaine, mais je ne me plaignais pas. Pour moi c'était énorme. Je dois dire en passant que Jane Russel avait été merveilleusement gentille avec moi durant le tournage. La seule chose que je ne pouvais pas obtenir, c'était une loge. Et je voulais une loge. Je leur disais à tous : " Écoutez quand même! Ce n'est pas logique ! Je suis la blonde et le film s'appelle " Les hommes préfèrent les blondes ". Mais eux, ils ne faisaient que me répéter " Souviens-toi que tu n'es pas une star ", et moi je répondais : " Je ne sais pas ce que je suis, mais en tout cas, je suis la blonde! ". Et je dois dire que si je suis une star, c'est au public que je le dois. Pas au studio qui m'employait , mais au public. Je recevais un courrier énorme, et lorsque j'allais à une première de film, les propriétaires du cinéma voulaient toujours faire ma connaissance. Je ne savais pas pourquoi. Ils se précipitaient et je regardais derrière moi pour voir qui les intéressait tellement, et j'étais morte de peur. J'avais parfois l'impression de me payer la tête de quelqu'un, je ne sais pas de qui, peut-être de moi-même...

J'ai toujours voulu en donner aux gens pour leur argent. C'est valable pour toutes les scènes que je joue. Même si mon rôle consiste uniquement à entrer dans une pièce, à dire " Salut ! " et à m'en aller, je m'efforce toujours de donner le meilleur de moi-même. Bien sûr, il y a des jours terribles. Ceux où j'ai la responsabilité d'une scène très importante, sur laquelle repose le film tout entier. Ces jours-là, en allant au studio, je voyais la femme de ménage en train de nettoyer, et je me disais : " Voilà ce que j'aimerais faire. Mes ambitions dans la vie s'arrêtent là. " Je suppose que tous les acteurs traversent ce genre de crise. Il ne suffit pas de vouloir être bon, il faut l'être. On parle toujours du trac chez les acteurs. Mais lorsque je dis à mon professeur, Lee Strasberg : " Je ne sais pas ce que j'ai, je me sens un peu nerveuse ", il me répond: " Le jour où tu ne le seras plus il faudra quitter le métier. C'est cette nervosité qui prouve que tu es sensible."
   
1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00100_bIl y a une chose que peu de gens réalisent. C'est la lutte perpétuelle que chaque acteur doit livrer contre sa propre timidité. Il y a une voix en nous qui nous dit jusqu'où nous pouvons nous laisser aller, tout comme un enfant en train de jouer et qui s'arrête de lui-même lorsqu'il va trop loin. On s 'imagine qu'il suffit d'arriver sur le plateau et de faire ce qu'il y a à faire. Mais c'est une véritable lutte qu'il faut soutenir avec nous-mêmes. Moi j'ai toujours été d'une timidité maladive. Il faut vraiment que je lutte. Un acteur n'est pas une machine et un créateur est avant tout un être humain. Et un être humain, ça sent, ça souffre, c'est gai ou bien c'est malade. Comme tous les êtres qui créent, je voudrais avoir un peu plus de contrôle sur moi-même. Je voudrais qu'il me soit facile d'obéir à un metteur en scène. Lorsqu'il me dit : " Une larme tout de suite ", je voudrais que cette larme jaillisse et que ce soit fini. "
   
Une fois pourtant, deux autres larmes ont suivi la première parce que je me demandais : " Comment ose-t-il me demander une chose pareille ? " Savez-vous ce que disait Goethe ? Il disait : " Le talent se développe dans l'intimité. " Et c'est tellement vrai. Les gens ne réalisent pas à quel point il est nécessaire pour un acteur de pouvoir parfois être seul. Lorsqu'on joue, c'est un peu comme si on autorisait les gens pendant un bref moment à partager quelques-uns de nos secrets intimes. Et c'est pour cela qu'il faut pouvoir être seul lorsque nous ne sommes pas en scène. Mais les gens sont toujours après vous. On dirait vraiment qu'ils veulent posséder un petit morceau de vous-même. Je ne sais pas s'ils s'en rendent compte, mais c'est un peu comme s'ils me disaient " Grr, fais ceci, Grr, fais cela. " Mais moi je veux rester moi-même et sur mes deux pieds. Lorsqu'on est célèbre, chacune de vos faiblesses est amplifiée au maximum. Le cinéma devrait se conduire à notre égard comme une mère dont l'enfant vient tout juste d'échapper à un accident de voiture. Mais au lieu de nous prendre contre lui et de nous consoler, le cinéma nous punit. C'est pour cela que l'on n'ose même pas attraper un rhume. Tout de suite, ce sont les grands cris " Comment osez-vous attraper un rhume ? " Les directeurs eux, peuvent prendre tous les rhumes du monde, passer le restant de leurs jours chez eux à téléphoner.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00100aMais que nous les acteurs nous ayons le toupet d'attraper un rhume, ça, ça les dépasse. Vous savez, lorsqu'on est malade, on n'est pas très fier. Mais moi je voudrais qu'eux, les directeurs, soient obligés un jour de jouer une scène avec une grippe ou une forte fièvre, peut-être qu'ils comprendraient. Je ne suis pas le genre d'actrice qui ne vient au studio que pour respecter la discipline. Cela n'a aucun rapport avec l'art. Bien sûr je souhaiterais être un peu plus obéissante. Mais lorsque je viens au studio, c'est pour jouer, pas pour être enrégimentée ! Après tout, ce n'est pas une école militaire, c'est un studio de cinéma. Le cinéma, c'est un art, le studio est l'endroit où l'on exerce cet art, ce n'est pas une usine. Vous voyez, cette sensibilité qui m'aide à jouer la comédie, c'est elle également qui me fait réagir. Un acteur est un instrument sensible. Isaac Stern prend un soin jaloux de son violon. Que se passerait-il Si tout le monde s'amusait à marcher dessus ? Avez-vous remarqué qu'à Hollywood où des millions et des milliards de dollars ont été gagnés, il n'existe pas de monuments, de musées ? Personne n a laissé quelque chose derrière soi. Tous ceux qui sont venus là n'ont su faire qu'une chose, prendre, prendre. Tout le monde a ses problèmes. Il y a même des gens qui ont des problèmes vraiment angoissants, et pour rien au monde ils ne voudraient que ça se sache. Or, l'un de mes problèmes à moi est un peu voyant. Je suis toujours en retard.

Les gens s'imaginent que c'est par arrogance, mais moi je prétends que c'est exactement le contraire. Je sens que je ne fais pas partie, et que je ne ferai jamais partie de cette grande cavalcade américaine, où les gens passent leur vie à se précipiter d'un endroit à l'autre, très, très vite; et sans raison vraiment valable. Ce qui est important pour moi, c'est d'être prête lorsque je dois jouer la comédie. Il faut que je me sente sûre de mes moyens. Je connais des tas de gens qui sont parfaitement capables d'être à l'heure, mais c'est pour ne rien faire sinon rester assis à se raconter leur vie ou toutes sortes d'autres âneries. Clark Gable disait de moi " Lorsqu'elle est là, elle est là. Elle est là tout entière, elle est là pour travailler. "
   
1962_July6th_AllanGrant_00702_Interview00105_02Lorsqu'on m'a demandé de paraître au Madison Square Garden pour la soirée d'anniversaire du président Kennedy, je me suis vraiment sentie fière. Lorsque je suis arrivée sur la scène pour chanter " Bon anniversaire " il y eut un silence énorme dans le stade, un peu comme si j'étais arrivée en combinaison. A ce moment, je me suis dit " Mon Dieu, que va-t-il se passer si je n'arrive pas à chanter ? " Un silence pareil de la part d'un tel public, cela me réchauffe. C'est comme une sorte de baiser. A ce moment-là, on se dit " Bon sang ! je chanterai cette chanson, même si c'est la dernière chose que je puisse faire au monde. Et je la chanterai pour tout le monde." Et quand je me suis tournée vers les micros, je me souviens que j'ai regardé le stade dans tous les sens en me disant " Voilà où j'aurais pu être, quelque part en haut, derrière les poutres, près du plafond après avoir payé mes deux dollars. "

Après le spectacle, il y eut une sorte de réception. J'étais avec mon ex-beau-père, Isadore Miller, et je crois que j'ai fait une gaffe lorsqu'on m'a présentée au président Kennedy. Au lieu de dire " Bonjour, M. le président ", je lui ai dit " Je vous présente mon ex-beau-père, Isadore Miller. " Moi, je pensais que je lui ferais plaisir en le présentant directement. Il est venu en Amérique comme immigrant, et il a maintenant quelque chose comme soixante-quinze ou quatre-vingt ans. Je pensais que c'était le genre de chose qu'il raconterait à ses petits-enfants. Bien sûr, j'aurais dû dire " Bonjour, M. le président ", mais j'avais déjà chanté. Alors, vous comprenez... Non?... De toute manière, je crois que personne ne s'en est rendu compte. La célébrité ce n'est pas toujours rose, et je veux insister là dessus. Ça ne me gêne pas d'être célèbre à cause de mon charme ou bien parce que je suis " sexy ". Ce qui me gêne, c'est ce qui entoure ce genre de célébrité. Je n'oublierai jamais, par exemple, cette femme qui, sur le seuil de sa maison, me disait " Allez, débarrassez le plancher! " Moi, je pense que la beauté et la féminité sont des choses qui n'ont pas d'âge, et que le sex-appeal ne se fabrique pas. Le véritable sex-appeal est basé sur la féminité, et il n'est attrayant que lorsqu'il est naturel et spontané. C'est sur ce point précis que beaucoup de femmes se trompent, et c'est pour cela qu'elles manquent le coche. Quand je pense à toutes ces filles qui essaient de me ressembler, c'est extraordinaire. Elles n'ont pas, comme dirais-je... Oh ! je sais qu'on peut dire des tas d'âneries à ce sujet en disant qu'elles n'ont pas ce qu'il faut devant, ou ce qu'il faut derrière, mais ce n'est pas cela qui compte. Elles n'ont pas ce qu'il faut en elles-mêmes. Les enfants de mon ex-mari partageaient avec moi le fardeau de ma célébrité. Parfois, ils lisaient des choses épouvantables sur mon compte et je me faisais un mauvais sang terrible car je craignais que cela leur fasse de la peine. Je leur demandais de tout me dire, de tout me demander. J'aimais mieux qu'ils me posent à moi ces questions plutôt que d'aller chercher les réponses dans les journaux à scandale.

1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00200_02Je voulais aussi qu'ils sachent comment vivent les autres. Je leur racontais, par exemple, comment je travaillais pour cinq sous par mois en lavant cent assiettes, et les gamins demandaient : " Cent assiettes ? " Et je leur répondais: " Non seulement cela, mais il fallait en plus que je les gratte et que je les nettoie avant de les laver. Puis, il fallait que je les rince et que je les mette à égoutter. Dieu merci, je n'ai jamais eu à les essuyer. " Les enfants sont très différents des grandes personnes. Lorsqu'on grandit, on devient parfois amer. Pas toujours, mais ça arrive souvent. Les enfants eux vous acceptent comme vous êtes. Je leur disais toujours : " N'admirez pas quelqu'un parce que c'est une grande personne ou bien parce qu'il vous dit ci ou ça. Observez-le d'abord. " C'est sans doute le meilleur conseil que je leur ai jamais donné. Observez d'abord les gens, et après faites-vous une opinion. Je leur disais même d'en faire autant pour moi: " Essayez de voir si ça vaut le coup de me prendre comme amie. Après vous verrez bien. "
   
La célébrité, pour moi, ce n'est pas tout le bonheur. C'est très fugitif, même pour une orpheline. Et j'ai été élevée comme une orpheline. La célébrité, ce n est pas un repos quotidien. Ça ne vous rassasie pas. C'est un peu comme le caviar, vous savez. C'est agréable d'en manger, mais pas à tous les repas. Je n'ai jamais eu l'habitude du bonheur. J'ai pensé un moment que le mariage le donnait. Voyez-vous, je n'ai pas été élevée comme les autres enfants américains. A eux, dès leur naissance, le bonheur est dû. Ils y ont droit et c'est normal. Malgré tout, c'est grâce à ma célébrité que j'ai pu rencontrer et épouser deux des hommes les plus merveilleux que j'aie jamais rencontrés. Je ne pense pas que les gens vont se mettre à me détester. En tout cas, ils ne le feront pas d'eux-mêmes. J'aime les gens. Le " public " me fait un peu peur, mais les gens, j'ai confiance en eux. Bien sûr, ils peuvent être influencés par la presse ou par les histoires que le studio fait circuler sur mon compte. Mais je pense que quand les gens vont au cinéma, ils jugent par eux-mêmes. Nous autres, êtres humains, nous sommes de drôles de créatures. Et nous avons toujours le droit de nous faire nos opinions nous-mêmes. Un jour, on a dit de moi que j'étais liquidée, que c'était la fin de Marilyn : lorsque M. Miller fut jugé pour outrage au Congrès. Il refusait de donner les noms de ses amis qui pouvaient avoir des rapports avec les communistes. Un directeur de société vint me trouver et me dit : " Si vous n'arrivez pas à convaincre votre mari, vous êtes finie. " Je lui ai répondu : " Je suis fière de la position prise par mon mari. Je le suivrai jusqu'au bout. " Au fond, être finie, ce doit être un soulagement. On doit se sent comme un coureur de 100 mètres qui a coupé le fil et qui se dit avec grand soupir : " Ça y est, c'est terminé. " En fait, rien n'est jamais terminé. Il faut toujours recommencer, toujours. Mais moi, je crois qu'on obtient toujours le succès que l'on mérite. Maintenant, je ne vis que pour mon travail, et pour les quelques amis sur lesquels je puisse vraiment compter. La célébrité passera ? Eh bien, qu'elle passe. Adieu célébrité ; je t'ai eue, et j'ai toujours su que tu ne valais pas grand-chose. Pour moi, tu auras été au moins une expérience. Mais tu n'es pas ma vie.


Richard Meryman enregistra l'interview sur un support audio (d'une durée de 8 heures d'enregsitrement). Voici un documentaire qui reprend des extraits de l'interview:
Richard Meryman recorded the interview on an audio support (over eight hours of recording). Here a documentary with extracts of the interview:

>> Marilyn Monroe The Last Interview


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Enregistrer

07 janvier 2010

Interview Joshua et Amy Greene

abcvideo_cap19Pour la promotion du livre But That's Another Story, sorti en 2008 (>> Voir sur le blog le post sur le livre ) , visionnez une interview de Joshua Greene et Amy Greene, respectivement le fils et la femme du -défunt- photographe Milton Greene, sur le site américain d'abc (>> La vidéo sur abcnews ). Ils évoquent tous deux Marilyn Monroe, qui a travaillé plusieurs années avec Milton Greene (il a pris des milliers de clichés d'elle et se sont associés pour créer une compagnie de production).

Voici quelques captures de la vidéo :

abcvideo_cap01 abcvideo_cap02 abcvideo_cap03
abcvideo_cap04 abcvideo_cap05 abcvideo_cap06
abcvideo_cap07 abcvideo_cap08 abcvideo_cap09
abcvideo_cap10 abcvideo_cap11 abcvideo_cap12
abcvideo_cap13 abcvideo_cap14 abcvideo_cap15
abcvideo_cap16 abcvideo_cap17 abcvideo_cap18

Posté par ginieland à 19:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,