06 janvier 2012

Décès de la photographe Eve Arnold

Eve Arnold, un regard sans concession
Publié le 6/1/2012,
en ligne
sur liberation

Disparition. Première femme à avoir rejoint l’agence Magnum en 1951, la photographe est morte à 99 ans.

libearnold
Marilyn à New York en 1956, pour la sortie du film «le Prince et la danseuse».
© Eve Arnold, Magnum

Eve Arnold est morte hier (mercredi 4 janvier 2012) à Londres, dans une maison de retraite. Elle avait 99 ans. Première femme à rejoindre l’agence Magnum en 1951, l’Américaine fut une photographe légendaire, tout autant par la qualité de ses reportages que par sa ténacité - comme les photojournalistes de cet âge d’or - à être au cœur de ses sujets. Presque dans leur ombre. Comme lorsqu’elle immortalisa la fragilité transparente de Marilyn Monroe sur le tournage des Misfits, film culte de John Huston, dans un corps-à-corps d’une grande sensualité, sous la lumière surnaturelle du désert du Nevada.

Visa. «Je pensais qu’elle avait un don devant l’objectif, mais ce don s’est révélé être du génie», confiera-t-elle un jour, toujours ravie d’évoquer la mémoire de celle qui la fit connaître au grand public. Il n’y eut pas que Marilyn. Le cinéma, ses stars et leurs péchés mignons, de Joan Crawford à Elizabeth Taylor, constitueront l’un de ses thèmes préférés, car elle avait un goût certain pour la mise en scène.

Née le 21 avril 1912 à Philadelphie (Pennsylvanie), Eve Arnold est la fille d’immigrants russes (le père était rabbin), qui eurent neuf enfants. Elle prit ses premières photos en 1946 avec un Rolleicord offert par son petit ami, avant d’étudier, en 1948, à la New School for Social Research de New York sous la direction d’Alexei Brodovitch, tête chercheuse du Harper’s Bazaar. Son sujet d’études : Harlem. Qui lui vaut les félicitations de son professeur et un visa pour continuer… La reconnaissance viendra très vite, dès 1951, grâce au Picture Post qui la propulse tout en haut de l’affiche. Elle a de la chance, surtout du cran, et il en faut dans le monde si masculin de la photographie, où ses confrères, avec leurs Leica, occupent beaucoup de place.

Après son ancrage à l’agence Magnum, tout sourit à Eve Arnold, femme curieuse qui aborde de multiples sujets, de la maternité à la convention républicaine, de Mrs Kennedy à Margaret Thatcher, sans oublier son célèbre portrait de Malcolm X avec chapeau, de profil.

Poignant. Surtout, elle commence à voyager : Cuba, Chine, Afghanistan, et ne cesse d’enregistrer, ici et ailleurs, la condition humaine dans sa diversité. Les riches dans leurs voitures rutilantes. La reine Elizabeth d’Angleterre enveloppée d’un nuage bleu. Les top modèles. Le quotidien de ceux qui n’ont rien sur le dos. Comme ces deux gosses à Porto Rico, qu’elle isole en 1968. Un instant poignant et d’une grande douceur, fidèle à sa ligne de vue : ne jamais baisser les yeux sur la misère du monde.

Pourtant, Eve Arnold ne se sentait jamais vraiment satisfaite de ses photographies, comme elle le confia à Amanda Hopkinson dans le Guardian, ajoutant : «C’est la frustration qui m’a fait avancer.». Mais elle sut donner à ses photographies tout ce que la vie lui avait appris : «J’ai été pauvre et j’ai voulu documenter la pauvreté ; j’ai perdu un enfant et j’étais obsédée par la naissance ; j’étais intéressée par la politique et je voulais savoir comment nos vies en étaient affectées ; je suis une femme et je voulais tout savoir sur les femmes.»

Posté par ginieland à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2011

Marilyn by Magnum

Marilyn by Magnum
Auteur: Agence Magnum Photos

book_marilyn_by_magnumDate de sortie: avril 2012
Relié160 pages
Langue: anglais

Éditeur: Prestel Verlag
ISBN-10: 3791346652
ISBN-13:
978-3791346656
Prix éditeur: 24,60 Euros
Ou le commander ? sur amazon.fr  

Présentation de l'éditeur: On the 50th anniversary of Marilyn’s death, this beautiful book is an elegant pictorial celebration of the beloved star by the Magnum photographers who immortalized her. It’s been half a century since we lost Marilyn Monroe, but her presence in popular culture has never faded—due in part to the incredible abundance of photographs that were taken of her. Many of those pictures were taken by members of the Magnum photographic cooperative, and appear in this stunning collection that expresses every aspect of Marilyn’s multifaceted persona. Henri Cartier-Bresson, Elliott Erwitt, Eve Arnold, Inge Morath, Philippe Halsman, Bruce Davidson, Dennis Stock, Bob Henriques, Erich Hartmann, and others capture Marilyn on and off the set. The images range from glamorous portraits to candid scenes of delicate intimacy. Marilyn is pictured filming movies such as Some Like It Hot and Gentlemen Prefer Blondes; also included in the book are Elliot Erwitt’s renowned shots of Marilyn wrangling horses on the set of The Misfits, her last film. In richly toned black and white as well as lustrous color, these photographs reveal Marilyn’s uncanny ease in front of the camera. Whether acting or exercising, putting on makeup or gracefully posing, Marilyn was a photographer’s dream. This celebration of her life will be a treasured keepsake for her millions of fans. (source:randomhouse )

28 octobre 2011

Epreuves Cinématographiques n°4

epreuvescinema_banner

en ligne sur cine-images.com

Après les centaines de livres qui lui ont été consacrés, que peut-on encore révéler sur Marilyn Monroe ?

Pourtant, la présente sélection photographique vous donnera un sentiment d’inédit. L’ensemble (45 numéros d’une ou plusieurs photos) couvre l’intégralité de la carrière de l’actrice, de la fin des années 1940 jusqu’à son dernier film, inachevé, en 1962. On y trouve les catégories classiques de la photo de cinéma : presse, reportage, tournage ou studio, mais également des photos plus intimes, prises à l’occasion d’événements privés : avec Joe DiMaggio et Arthur Miller, en conférence de presse, ou lors du coup d’envoi d’un match de football.

Les films majeurs sont représentés par un ou plusieurs numéros ; par exemple « Niagara », avec notamment la photo qui a servi à l’élaboration de l’affiche, « Sept ans de réflexion » ou « Certains l’aiment chaud ».

Plusieurs des grands photographes ayant accompagné Marilyn sont présents dans la sélection – Bruno of Hollywood, Paul Slade, Frank Powolny, Ed Clark...

Aussi, pour toutes ces raisons, nous sommes fiers de vous présenter cette quatrième édition des « Epreuves cinématographiques ». A coup sûr, elles enrichissent le regard sur cette icône emblématique du 7ème art et du 20ème siècle.

Jean-Louis Capitaine.

27 mai 2011

9/03/1955 Première East of Eden

Le 9 mars 1955, au Astor Theater de New York, Marilyn Monroe participe comme ouvreuse à une séance de bienfaisance, la première du film East of Eden (A l'est d'Eden) qu' Elia Kazan avait tourné pour la Warner Bros. Marilyn s'était portée volontaire pour servir d'ouvreuse, surnommée "Usherette", portant une écharpe telle une Miss. Les bénéfices de cette représentation reviennent à l'Actors Studio; Marilyn pose avec beaucoup de dévotion devant l'attroupement des photographes. Elle est aussi submergée par l'émotion, devant l'amour que lui porte le public: les gens se sont attroupés en criant son nom et réclament des autographes. 

Photographies de Franck Maestro, Michale Rougier, Eve Arnold, Tom Caffrey, Weegee et bon nombre de fans, admirateurs de Marilyn, comme James Haspiel, et qui attendaient Marilyn à son hôtel, sont parvenus à prendre des photos.

1955-east-01 

>> L'entrée de Marilyn dans le hall du théâtre
1955_03_09_eastofeden_prem_02_1 1955_03_09_eastofeden_prem_02_1a 1955_03_09_eastofeden_prem_02_2
1955_east 1955_03_09_eastofeden_prem_03_2 1955_03_09_eastofeden_prem_03_6
1955_03_09_eastofeden_prem_03_7
1955-east-MM's Secret Weapon a 1955-03-09-eastofeden_prem-03-3-by_arnold 

>>Marilyn répond aux interviews
1955-03-09-eastofeden_prem-04-2-by_arnold 1955_03_09_eastofeden_prem_04_3
1955_03_09_eastofeden_prem_04_1_by_michale_rougier_2
1955-east-with_abe_burrows_and_tex_maccrary  1955-03-09-eastofeden_prem-04-4 

Accompagnée de Milton Greene et escortée de son agent new-yorkais Jay Kanter; Marilyn discute avec Sammy Davis Jr., le journaliste Earl Wilson, la femme de Milton Amy Greene, le photographe Sam Shaw, le comédien et animateur de show Milton Berle et l'acteur Richard Davalos (qui joue le rôle du frère de James Dean dans A l'est d'Eden). L'actrice Julia Harris, qui joue aussi dans le film, était présente. Le grand absent de la soirée reste James Dean, qui aurait préféré rester loin de l'agitation médiatique pour passer la soirée dans un bar de Manhattan. Certains prétendent que Marilyn aurait vraiment souhaité le rencontrer personnellement et qu'une rencontre aurait eu lieu plus tard. James Dean va mourir tragiquement six mois à peine après cette soirée, le 30 septembre 1955. 

 >> Marilyn discute avec Richard Davalos
1955_03_09_eastofeden_prem_03_4_with_richard_davalos 1955_03_09_eastofeden_prem_03_5_with_richard_davalos

>> Marilyn monte les marches avec Jay Kanter
1955_03_09_eastofeden_prem_05_1a 1955_03_09_eastofeden_prem_05_1_with_jay_kanter 1955_03_09_eastofeden_prem_05_2
1955_03_09_eastofeden_prem_05_3 1955_03_09_eastofeden_prem_05_4 1955_03_09_eastofeden_prem_05_5 

MONROE__MARILYN_-_1955_EAST_OF_EDEN_PREMIERE191 MONROE__MARILYN___1955_MARCH_11_EAST_OF_EDEN_PREMIER289_1_ 

>> Marilyn avec Jay Kanter et Earl Wilson
1955_03_09_eastofeden_prem_05_9_with_earl_wilson_1 1955_03_09_eastofeden_prem_05_9_with_earl_wilson_2

 >> Marilyn avec Sammy Davis Jr.
1955_03_09_eastofeden_prem_08_with_sammy_1
1955_03_09_eastofeden_prem_08_with_sammy_2

 >> Marilyn avec Red Buttons
1955 

>> Marilyn dans l'ascenceur et dans les couloirs
1955_03_09_eastofeden_prem_06_1 1955_03_09_eastofeden_prem_06_1b 1955_03_09_eastofeden_prem_06_3 
1955_03_09_eastofeden_prem_06_6 1955_03_09_eastofeden_prem_06_5 1955_03_09_eastofeden_prem_06_2 
lot89020f  
lot89020a  lot89020b 
lot89020h lot89020j  lot89020i
1955_03_09_eastofeden_prem_06_4  1955-east-87 Pix bw 02  lot1146-H3257-L78857175  
1955_03_09_eastofeden_prem_06_7 1955_03_09_eastofeden_prem_07_3_1 1955_03_09_eastofeden_prem_07_3_2
1955_03_09_eastofeden_prem_07_2 1955_03_09_eastofeden_prem_07_2a  
1955_03_09_eastofeden_prem_08_5
1955_03_09_eastofeden_prem_07_4 1955_03_09_eastofeden_prem_08_4  1955_eastofeden_prem 
1955_03_09_eastofeden_prem_06_8 1955_03_09_eastofeden_prem_08_2 1955_03_09_eastofeden_prem_08_3

>> Marilyn et Milton Greene
1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_1 1955_east_1 1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_3 
lot89020c lot89020d lot89020g  
1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_4 1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_4a 1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_6 
1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_5 1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_5a 1955_03_09_eastofeden_prem_07_5_milton_2
 
1955-east-milton 
marilyn100  puretrend-marilyn-monroe-52-ans-apres-sa-mort-580x0-1  

  >> Marilyn avec Amy Greene (femme de Milton) et Sam Shaw
1955_03_09_eastofeden_prem_07_1
  heritage-lot46019a   1955_03_09_eastofeden_prem_07_1a 
lot89020e lot89020k 

>> Marilyn Miss Usherette, ouvreuse de cinéma
1955_03_09_eastofeden_prem_09_1 1955_03_09_eastofeden_prem_09_1a 1955_03_09_eastofeden_prem_09_1b
1955_03_09_eastofeden_prem_09_1c 1955_03_09_eastofeden_prem_09_2 mm_by_tom_caffrey 
1955_03_09_eastofeden_prem_09_5_by_michale_rougier_1 1955_03_09_eastofeden_prem_09_6 

 >> Marilyn avec Milton Berle
1955_03_09_eastofeden_prem_09_3_with_milton_berle 1955_03_09_eastofeden_prem_09_4 1955_03_09_eastofeden_prem_09_4c
1955_03_09_eastofeden_prem_09_7 1955_03_09_eastofeden_prem_09_4a 1955_03_09_eastofeden_prem_10_3

>> Marilyn assise: place à la séance! 
1955_03_09_eastofeden_prem_10_1 1955_03_09_eastofeden_prem_10_2 1955_03_09_eastofeden_prem_10_2a


> photographie de Max Peter Haas
MONROE__MARILYN_-_MAX_PETER_HAAS_-_EAST_OF_EDEN_PREMIERE28

> photographie de Tom Caffrey
MONROE__MARILYN_-_TOM_CAFFREY500 

> photographie de David Workman
MONROE__MARILYN___DAVID_WORKMAN_1955_EAST_OF_EDEN_PREM730_1_ MONROE__MARILYN___DAVID_WORKMAN_1955_EAST_OF_EDEN_PREMIER3_1_  MONROE__MARILYN___DAVID_WORKMAN213_1_ 


> Autographe pour James Collins, un fan des 'Monroe Six'
 "Love & / Kisses / Marilyn Monroe
lot89011-a 

> snapshots de la collection de James Collins, un fan des 'Monroe Six'
snapshots from the collection of James Collins, one fan from the 'Monroe Six'
lot89020

> snapshots de la collection de Frieda Hull, une fan des 'Monroe Six'
snapshots from the collection of Frieda Hull, one fan from the 'Monroe Six'

1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1a 1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1b 
1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1c 1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1d   
1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1e 1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1f 
1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-1 
  1955-03-09-east_eden-collection_frieda_hull-2 
1955-03-09-east_eden-frieda_hull-246211_0 
1955-03-09-east_eden-frieda_hull-246578_0 1955-03-09-east_eden-frieda_hull-246580_0 1955-03-09-east_eden-frieda_hull-246583_0 


>> Captures
1955-east-cap01 1955-east-cap02 1955-east-cap03
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_1 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_2 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_3
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_4 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_5 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_6
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_7 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_8 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap1_9
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap2_1 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap2_2
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap2_3 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap2_4
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap3_1 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap3_2
1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap3_3 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap3_4 1955_03_09_eastofeden_prem_01_cap3_5 


>> video (arrivée de Marilyn à 10min)

>> video


Après la projection, une réception fut organisée. Marilyn y arrive à minuit et y rencontre Arthur Miller, accompagnée de sa soeur Joan Copeland. Miller l'aborde et ils discutent. Quinze jours après, il contactera Paula Strasberg pour lui demander le numéro de téléphone de Marilyn. Leur liaison commencera au printemps. 

1955_03_09_eastofeden_prem_11_1a 1955_03_09_eastofeden_prem_11_1b
1955_03_09_eastofeden_prem_11_2 1955_03_09_eastofeden_prem_11_3 1955_03_09_eastofeden_prem_11_4_1a
1955_03_09_eastofeden_prem_11_5 1955_03_09_eastofeden_prem_11_4_2 1955_03_09_eastofeden_prem_11_4_1
 


> dépêche presse
MONROE__MARILYN_-_1955_EAST_OF_EDEN_PREMIERE208 

> dans la presse
-article Picture Week du 2/04/1955 -
1955_03_09_eastofeden_prem_mag
 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

01 février 2011

Août 1955 Plage de Long Island

Un soir d'août 1955, la photographe Eve Arnold se promène sur la plage de Miller Place lorsqu'elle rencontre par hasard l'écrivain Norman Rosten, accompagnée d'une blonde. Eve Arnold n'a pas identifié de suite la personne: "la nuit tombait et la jeune femme tournait le dos à la lumière de sorte que j'eus du mal à reconnaître en elle l'éblouissante Marilyn". Elle propose à la photographe un projet photographique pour le magazine Esquire et convient d'un rendez-vous à la plage le lendemain, un samedi après-midi.
Lorsque Eve Arnold et son fils Francis arrivent à la plage, ses amis sont déjà là - parmi eux, la famille Rosten: Norman Rosten, le père, Hedda Rosten, sa femme, et leur fille Patricia- mais Marilyn Monroe n'est pas encore arrivée et la photographe n'a pas apporté ses appareils, pensant qu'il s'agit là d'une simple réunion entre amis où Marilyn veut rester incognito. Mais d'un coup, la photographe entend des gens parler et se regrouper au loin: c'est Marilyn qui arrivait, descendant lentement la falaise. Elle portait un bikini au haut croisé d'une cocarde et d'un bas court et moulant blanc, un grand chapeau de paille et une paire de boots de l'armée. Marilyn s'installe sur sa serviette de plage et de plus en plus de monde 
accourent sur la petite plage pour l'apercevoir et lui demander des autographes. C'est ainsi que bon nombre de photographes amateurs mitraillent la star. Puis Marilyn joue au ballon avec Francis, le fils d'Eve Arnold, avant d'aller se baigner. C'est alors qu'une foule l'entoure dans l'eau, ce qui était plutôt dangereux pour sa sécurité. La police a donc dû intervenir pour "sauver" Marilyn en l'emmenant dans leur hors-bord, Marilyn saluant de la main la foule.

1955_fire_island_H0061_L42713093
1955_09_long_island_mm_02_1 1955_rosten_li553 1955_09_long_island_mm_with_rosten_2 
1955-mm  
1955_09_long_island_mm_01_1 1955_09_long_island_mm_03_1 1955_09_long_island_mm_with_rosten_1 1955_09_long_island_mm_with_rosten_4
1955_09_long_island_mm_with_rosten_3  1955-Profiles_history-2014-lot980-1

>> Video

Septembre 1955 Miller Place par Arnold

Séance photos de Marilyn Monroe avec la photographe Eve Arnold le premier week end de septembre 1955; lors de la fête du travail aux Etats-Unis, Marilyn a rendu visite à ses amis, les Rosten qui vivaient à Long Island. Eve Arnold choisit de photographier Marilyn dans une aire de jeux abandonnée, vers 5 heures de l'après-midi. La photographe se souvient que "Marilyn travailla rapidement et efficacement, regardant l'objectif d'un air enjôleur et vulnérable. L'observer séduire l'objectif était une expérience unique. Elle se mettait en scène elle-même, déterminant le style et le rythme des photographies. Elle avait le sens du jeu très développé et un merveilleux sens de l'humour, à la fois irrévérencieux et insaisissable." Pour cette séance, Marilyn avait emporté un livre de James Joyce: Ulysses.

1955_09_long_island_miller_place_010_1 1950s-arnold-lot1121-H3257-L78854959 1955_09_long_island_miller_place_020_1 
1955_09_long_island_miller_place_030_1 1955_09_long_island_miller_place_030_2
1955_09_long_island_miller_place_060 1955_09_long_island_miller_place_060a 
ph_arnold_3bis11 1955-09-miller_place-Arnold   
1955_09_long_island_miller_place_030_3 1955_09_long_island_miller_place_040_2 Eve_Arnold 
 1955_09_long_island_miller_place_070_1 1955_09_long_island_miller_place_070_2 1955_09_long_island_miller_place_080 1955_09_long_island_miller_place_080a

Posté par ginieland à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 janvier 2011

Septembre 1955 Mount Sinai par Arnold

Séance photos de Marilyn Monroe avec la photographe Eve Arnold le premier week end de septembre 1955: après la séance en extérieure dans l'aire de jeux, la photographe emmène Marilyn dans un marais de Mount Sinai à Long Island en fin d'après-midi. Eve Arnold se souvient que "la lumière, très douce, virait d'un jaune pâle à un safran profond".

>> Marilyn se change dans la voiture et pose d'abord avec son bikini à rayures noires et blanches, lisant le livre Ulysses de James Joyce;

1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_010_1 1955-eve_arnold ph_arnold_1_Photo_by_Ernst_Haas22
ph_arnold_1_Photo_by_Ernst_Haas20 ph_arnold_1_Photo_by_Ernst_Haas21 1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_020_1
1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_020_2 1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_030_1 1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_031_2
1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_032_1 
1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_030_1c 1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_031_1 1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_033_1

>> Puis Marilyn se change et enfile un maillot de bain en imitation léopard. Eve Arnold raconte que "ni l'une ni l'autre, ne pensions que le paysage qui, vu de la route, était si idyllique, était autant gorgé d'eau. Plus nous nous y enfoncions, plus le terrain devenait boueux. Et Marilyn posa debout, assise, allongée, avec une détermination sans faille. Couverte de boue mais grisée, elle riait." Le principal souci de la photographe était de protéger ses appareils nikon de la boue: "comme d'habitude, j'en avais trois: un autour du cou, équipé d'un objectif standard, et un sur chaque épaule, dont l'un équipé d'un objectif proche du grand angle et l'autre pour les gros plans." 

1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_020_2 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_030_1 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_060_1
1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_040_1 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_041_1 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_050_1
1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_010_1 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_020_1 1955_09_long_island_mount_sinai_leopard_070_1 
lot523-220477_0  1955-09 
1955-09 1955-09


>> carte et couverture de magazine
1955_09_long_island_mount_sinai_bikini_033_2 ph_arnold_die_zeit_1

>> source:
livre "Marilyn Monroe" d' Eve Arnold,

25 janvier 2011

09/08/1955 Marilyn en visite à Bement

Le 9 août 1955, Marilyn Monroe téléphone à quatre heures du matin à la photographe Eve Arnold, pour lui annoncer qu'elle s'envole le jour même pour Bement, une petite ville de 1500 habitants dans l'Illinois, lieu historique d'une rencontre entre Abraham Lincoln et Stephen Douglas. Sa mission consiste à "sensibiliser à l'art les masses populaires". Elle demande à Eve Arnold de l'accompagner, elle et son assistant et coiffeur Peter Leonardi, assurant Eve Arnold d'obtenir ainsi un reportage photographique exclusif; la photographe, à moitié endormie mais intriguée, accepte.
C'est Carlton Smith, le directeur de la 'National Arts Foundation', qui a convaincu Marilyn de venir promouvoir l'art. Mais Bement célébre alors aussi son centenaire et la venue de Marilyn dans cette petite bourgade en fait une publicité nationale.
Marilyn accepta sans doute cette proposition car elle a toujours été fascinée par Abraham Lincoln.
Photographies noir et blanc d' Eve Arnold; Snapshots de James Collins et Frieda Hull, fans des 'Monroe Six' / James Haspiel / Peter Leonardi

On August 9, 1955, Marilyn Monroe phones to Eve Arnold at four o'clock in the morning to inform her that she is flying the same day for Bement, a small town of 1,500 inhabitants in Illinois, place of the historical meeting between Abraham Lincoln and Stephen Douglas. Her mission is to "raise awareness of art among the popular people". She asks to Eve Arnold to accompany her, with her assistant and hairdresser Peter Leonardi, assuring Eve Arnold to obtain an exclusive photographic report. The photographer, half asleep but intrigued, accepts.
It's Carlton Smith, the director of the National Arts Foundation, who convinced Marilyn to come and promote art. But Bement also celebrates its centenary and the arrival of Marilyn in this small town makes it a national advertisement. Marilyn accepts this proposal because she has always been fascinated by Abraham Lincoln.
Black and white photographs by Eve Arnold; Snapshots by James Collins and Frieda Hull, fans from the 'Monroe Six' band / James Haspiel / Peter Leonardi

  • Marilyn, son coiffeur Leonardi et Eve Arnold partent de l'aéroport La Guardia de New York à dix heures du matin. Marilyn s'est levée tôt car elle vit alors dans le Connecticut. On a demandé à Marilyn d'écrire un discours sur Lincoln, qu'elle prononcerait là-bas. Dans l'avion, elle écrit et répète son discours.

1955_08_09_bement_01_airplane_01_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_02_by_eve_arnold_1 1955_bement_1
1955_08_09_bement_01_airplane_04_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_03_by_eve_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_05_by_eve_arnold_1
 1955_08_09_bement_01_airplane_06_by_eve_arnold_1
1955_bement_by_arnold
1955_08_09_bement_01_airplane_07_by_eve_arnold_1
1955-bement 1955_08_09_bement_01_airplane_08_by_eve_arnold_1 
ph_arnold_1955_bement_1 ph_arnold_1955_bement_2 ph_arnold_1955_bement_3
ph_arnold_1955_bement_4 ph_arnold_1955_bement_5

  • Le voyage en avion est long et le premier arrêt se fait à Chicago. Après deux heures d'attente à l'aéroport, Marilyn, son coiffeur et Eve Arnold, prennent un autre avion en direction de Champaign, où les attendent une voiture et une escorte de motards du gouverneur, chargés de les mener à Bement.

1955_08_09_bement_01_airplane_09_01_chicago_1 1955_08_09_bement_01_airplane_09_01_chicago_2
1955_08_09_bement_01_airplane_09_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_01_airplane_09_02_by_haspiel_1 
1955-bement-2  1955-bement-1  
1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaigna 1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaignb 1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaignc 

> photo de James Collins, un fan des 'Monroe Six'
lot89019d 

  • A l'arrivée sur l'aérodrome de Champaign, Eve Arnold décrit l'ambiance comme étant "cauchemardesque". Des centaines de journalistes de la presse, de la radio et même de la télévision, étaient sur place et se bousculaient pour apercevoir la star. Tout le monde voulait voir Marilyn, la toucher, lui parler, obtenir un autographe et Marilyn répond à toutes les attentes. Pour l'occasion, la population de la ville avait quadruplé et les admirateurs étaient venus de loin pour voir la star. Parmi les fans se trouve James Haspiel, que l'on distingue mêlé aux photographes et journalistes sur l'une des photographies. Dans l'aéroport, Eve Arnold surveille de près Marilyn et va même jusqu'à la suivre dans les toilettes pour s'assurer que personne ne vienne la perturber. 

1955_08_09_bement_02_arrive_1_1 1955_08_09_bement_02_arrive_1_by_arnold_1 1955_08_09_bement_02_arrive_2_1
1955_08_09_bement_02_arrive_2_2 1955_08_09_bement_02_arrive_2_4 1955_08_09_bement_02_arrive_2_5
1955-bement-willard_airport-1
  1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_1 1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_2
1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_3 1955_08_09_bement_02_arrive_3_by_haspiel_4 1955_08_09_bement_02_arrive_4_01
1955_08_09_bement_02_arrive_4_02 1955_08_09_bement_02_arrive_4_03 
1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaig  1955-marilyn-arrive-c3a0-lac3a9roport-du-contc3a9-de-champaign 
1955_08_09_bement_02_arrive_4_04 1955_08_09_bement_02_arrive_4_05_by_arnold_1 1955_08_09_bement_02_arrive_4_06_by_arnold_james_haspiel_left 
 1955-bement-1   1955_08_09_bement_02_arrive_4_07
1955_08_09_bement_03_airport_01_by_arnold_2 1955_08_09_bement_03_airport_02_by_arnold_1 ph_arnold_1014
1955_08_09_bement_03_airport_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_03_airport_03_by_arnold_chicago_airport_1
lot128415  

> Signature d'autographes au Pastafazula Club
dans un salon de l'aéroport Midway
mike_rotunno__p 

  • Arrivée à Bement, Marilyn est très fatiguée: les longs voyages en avion et en voiture ainsi que les bousculades l'ont épuisée. De plus, elle souffre d'une infection rénale et a oublié ses médicaments, si bien que ses chevilles enflent. Marilyn, son coiffeur et sa photographe sont emmenés au domicile de Carlton Smith. Elle demande une cuvette d'eau pour réduire l'oedème et s'allonge sur le lit avec ses pieds surélevés, pendant que son coiffeur Leonardi s'endort au pied du lit. Pendant ce temps, la foule s'agglutinent autour de la maison: certains ont escaladé les toits des maisons avoisinantes, d'autres regardent par les fenêtres (qui n'avaient pas de volets), frappent à la porte, criant le nom de Marilyn. Quelqu'un parvient même à enfoncer la porte d'entrée de la maison!

1955_08_09_bement_04_house_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_02_by_arnold_2 1955_08_09_bement_04_house_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_04_house_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_04_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_05_by_arnold_1
1955_08_09_bement_04_house_05_by_arnold_2 1955_08_09_bement_04_house_06_by_arnold_1 1955_08_09_bement_04_house_07_by_arnold_1
1955_summer_Bement_with_carleton_smith_1 1955_summer_Bement_with_charles_strohl_1  

  • Marilyn n'a emmené aucun vêtement de rechange, excepté deux paires de chaussures (une paire blanche et des sandales noires).
    C'est Eve Arnold qui repasse sa robe, pendant que Marilyn se remaquille tout en se faisant recoiffer par Leonardi puis de répéter encore son discours. Elle passe un coup de fil et mange un peu de raisin. Elle enfile ensuite une paire de gants noirs avant de sortir au contact de la foule.

1955_08_09_bement_05_phone_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_05_phone_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_05_phone_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_05_phone_04_by_arnold_1
1955_08_09_bement_06_house_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_06_house_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_06_house_02_by_arnold_2

  • Marilyn visite ensuite le musée d' Abraham Lincoln et une exposition d'oeuvres d'art primitif, prêtées par un musée de Chicago, puis elle répond aux questions des journalistes et signe le livre d'or.

   1955_08_09_bement_07_lincoln_03_by_arnold_1 1955_bement_64085493_o
1955_08_09_bement_07_lincoln_02_by_arnold_1  1955_08_09_bement_07_lincoln_07_by_arnold_1 
1955_08_09_bement_07_lincoln_04_by_arnold_1 1955_08_09_bement_07_lincoln_05_by_arnold_1 1955_summer_Bement_3 
1955_08_09_bement_07_lincoln_06_by_arnold_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_01_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_03_by_arnold_1
1955_08_09_bement_08_art_exhib_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_02_by_arnold_2 1955_08_09_bement_06_house_03_by_arnold_1
1955_summer_Bement_4 1955_08_09_bement_08_art_exhib_04_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_05_1 1955_08_09_bement_08_art_exhib_06_1

  • Marilyn prononce son discours sur Lincoln puis participe au concours de la plus belle barbe. Tous les hommes de la ville se sont laissés pousser la barbe pour participer au concours. Ils devaient tous figurer dans un tableau.

1955_08_09_bement_07_lincoln_01_1_by_arnold_1 1955_08_09_bement_07_lincoln_01_2 

1955-marilyn-avec-clark-plummer 
> Avec Clark Plummer 
1955_08_09_bement_09_barber_01_1  1955_08_09_bement_09_barber_02_1 
1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_2 1955_Marilyn_Monroe_1 
1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_1 1955_08_09_bement_09_barber_03_by_arnold_3 1955_08_09_bement_09_barber_04_by_arnold_1 
1955_08_09_bement_10_barber_01_1 1955_08_09_bement_10_barber_02_1 1955_08_09_bement_10_barber_02_2
1955_08_09_bement_10_barber_03_1 1955_summer_Bement_2 1955_08_09_bement_10_barber_04_1
1955_08_09_bement_10_barber_05_1 1955_summer_Bement_1 1955-c3a0-bement
1955_summer_Bement_6 1955_08_09_bement_10_barber_06_1

  • Avant de partir, Marilyn va au contact de la population, discute avec plaisir avec les gens et signe des autographes.

1955_08_09_bement_11_people_01_by_arnold_1 1955_08_09_bement_11_people_01_by_arnold_2 1955_08_09_bement_11_people_02_by_arnold_1
1955_08_09_bement_11_people_04_1 1955_08_09_bement_11_people_05_1 1955_08_09_bement_11_people_03_by_arnold_1

  • Le départ définitif est perturbé: le petit avion qui doit les ramener à New York ne peut pas décoller en raison d'une tempête annoncée. Carlton Smith leur propose alors de passer la nuit sur place mais Marilyn ne compte pas rester et veut absolument rentrer à New York. Face à son désarroi, Eve Arnold propose qu'ils se rendent tous à Chicago, à plus d'une centaine de kilomètres, où il y a encore certainement des avions en destination de New York. Après avoir appelé l'aéroport, il reste un seul avion en destination de New York, qui décolle à 23 heures et il était déjà 21h30. Le gouverneur est contacté par l'un des motards qui les a escorté à leur arrivée, et il accorda la permission d'utiliser sa voiture. C'est le sergent de la police de l'Etat d'Illinois, Dick "Jiggs" Robinson, qui conduit la voiture. Il se souvient que Marilyn lui demande d'accélerer un peu pour ne pas rater l'avion. Allongée sur la banquette arrière, elle discute avec le sergent, lui demande des renseignements sur l'histoire de la ville et les paysages qui défilent par la vitre.

1955_08_09_bement_11_people_06_1 1955_08_09_bement_12_leaving_01_1 1955-part-de-bement 

  • 1955_bementLa soirée est fraîche et il commence à pleuvoir. Marilyn frissonnait dans sa robe blanche légère et ajourée sans manches. Eve Arnold lui prête alors son gilet. A l'aéroport de Chicago, l'avion les attend depuis 10 minutes. Les passagers, endormis, n'ont pas reconnu Marilyn qui avait les cheveux ébouriffés et qui était éreintée de sa journée. Ils arrivent tous à New York à deux heures du matin. Au moment de se quitter, Marilyn serre Eve Arnold dans ses bras et la remercie de lui avoir épargner une nuit dans l'Illinois.

1955_08_09_bement_12_leaving_02_by_arnold_1 1955_08_09_bement_12_leaving_03_by_arnold_1


> dans la presse
mag_picture_post 1955_bement


>> sources:
livre "Marilyn Monroe" d' Eve Arnold,
livre "Les trésors de Marilyn Monroe" de Jenna Glatzer
lire l'article
A good place to call home 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

24 janvier 2011

Tag Marilyn 6 - Eve Arnold

g_mm_image005

Posté par ginieland à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2010

Expo Marilyn à Paris

Exposition photographies "Marilyn"
à la Galerie de l'Instant

expomarilyn

Du 18 février au 21 avril 2010, une exposition de photographies de Bert Stern, Milton Greene, Cecil Beaton, Eve Arnold, Ed Feingersh, André DeDienes, John Bryson...
La Galerie de l'Instant, 46 rue de Poitou, 75003, Paris.
 Vernissage le 18 février 2010 à 19h.

>>  le site la Galerie de l'Instant
>>  la page facebook La Galerie de l'Instant sur facebook

De Marilyn Monroe, tout a été dit, sa beauté, sa destinée tragique, son enfance malheureuse, les hommes, la fragilité… Nous l’appelons Marilyn, comme une de nos connaissances, une habituée, une vieille amie, et cependant,le mystère demeure… Pourquoi après tant d’années depuis sa disparition, reste-t-elle un tel mythe ? Auprès des femmes, des hommes, toute génération confondue ? Car si le mot existe, il semble avoir été crée pour elle ! Qu’on l’apprécie ou pas, ce symbole de la féminité reste un mystère, que les documentaires et autres spécialistes, essaient toujours de percer, et dont nous essayons aussi parfois d’entrevoir la vérité, au travers d’images fi lmées ou photographiées de cette fascinante Marilyn !
Cette exposition n’apportera pas de réponse, mais témoignera seulement de l’évolution d’un être…
De ses premières photos, ingénue, sans artifi ce, riante, sur la plage, d’André de Dienes, à la joie et l’innocence d’une série de  Cecil Beaton, en passant pas les classiques de cette icône : la « Black Session » de son ami Milton Greene, shooting de la star maintes fois reproduit par les photographes actuels, à la célébrissime « Dernière Séance » de Bert Stern, pour Vogue, quelques mois avant sa mort, et à ses toutes dernières images, étrangement proches des premières, sur la plage, à faire le pitre, naturelle, joyeuse…on y voit la vie d’une femme ; émouvante, bouleversante, la familière et inconnue Norma Jean…

Quelques photographies que vous pourrez voir à la Galerie de l'instant:
expo_picture_468 expo_picture_475 expo_picture_476
expo_picture_466 expo_picture_467
expo_picture_474 expo_picture_469
expo_picture_470
expo_picture_471 expo_picture_472 expo_picture_473 

Posté par ginieland à 16:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,