24 février 2012

Louise Grinberg se change en Marilyn pour Gala

logo_gala

Louise Grinberg se change en Marilyn pour Gala

Article publié le 23/02/2012
en ligne sur gala.fr

Louise Grinberg s’est fait connaître pour sa prestation dans 17 filles, des soeurs Coulin, où elle est bluffante. Pour Gala, elle se glisse dans le rôle de Marilyn Monroe. Regardez.



Dans la vie, elle est châtain, pas blonde platine. Elle a 18 ans et ne porte pas tous les jours des robes Elie Saab ou des bijoux Chanel. Ça pourrait venir remarquez. Car Louise Grinberg a un brillant avenir devant elle.

Après son rôle dans 17 filles, où elle joue une jeune effrontée qui tombe enceinte et entraîne ses copines à faire de même, par solidarité: geste de rebellion contre l’autorité parentale, la société en général...

Déjà remarquée dans Entre les murs, primé à Cannes, Louise Grinberg sera aux côtés de Vanessa Paradis à l’affiche de Je me suis fait tout petit, qui devrait sortir en juin prochain.

Louise Grinberg a joué le jeu de la séance photo mode pour Gala, et a réinterprété une Marilyn tout en douceur et sensualité.


> captures
louise_grinberg_cap01 louise_grinberg_cap02 louise_grinberg_cap03
louise_grinberg_cap04 louise_grinberg_cap05 louise_grinberg_cap06
louise_grinberg_cap07 louise_grinberg_cap08 louise_grinberg_cap09
louise_grinberg_cap10 louise_grinberg_cap11 louise_grinberg_cap12

> photos
louise_grinberg_cap_pic1 louise_grinberg_cap_pic2 louise_grinberg_cap_pic3

Enregistrer

Posté par ginieland à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 février 2012

Brigitte Bardot aurait pu finir comme Marilyn Monroe

logo_gala

Brigitte Bardot aurait pu finir comme Marilyn Monroe

Article publié le 20/02/2012
en ligne sur gala.fr

brigitte_bardot_ouv_reference  

La plus discrète des icônes sort de son silence le temps d’une interview pour le magazine américain Vanity Fair. A l’occasion d’une exposition photo sur sa vie organisée par Henry-Jean Servat aux Etats-Unis, Brigitte Bardot se confie à l'écrivain-journaliste sur sa carrière, La Madrague, sa maison à Saint-Trop, et son combat pour les animaux.

Brigitte Bardot se fait rare en public et pour cause, elle ne quitte que très rarement sa villa de Saint-Tropez baptisée La Madrague. Une maison que l’actrice emblématique a achetée en 1958. Depuis, elle vit presque recluse dans son havre de paix avec son mari depuis 20 ans, Bernard d’Ormale, et ses animaux.

Lorsqu’elle revient sur sa carrière qui a débuté en 1952, l’actrice se veut très critique: «Je ne pense pas que j’étais une bonne comédienne. Je me contentais d’exprimer ce que les gens me demandaient d’interpréter, et de donner le meilleur

L’ex-épouse du réalisateur Roger Vadim revient aussi sur le film qui l’a propulsée au sommet en 1956 à 22 ans, "Et Dieu… créa la femme". «Pendant ce film, avant et après, je n’étais jamais ce que je voulais être à savoir franche, honnête et directe. J’étais scandaleuse

Avant d’ajouter: «L’autre jour, je suis tombée sur Et Dieu… créa la femme à la télévision, film que je n’avais pas vu depuis des années. Je me suis dit que cette fille n’était pas si mal. Mais c’était comme si ce n’était pas moi. J’ai des choses plus intéressantes à faire que de m’étudier à l’écran

Après cette consécration, le sex-symbol multiplie les rôles à succès... Mais pas facile pour la Parisienne née en 1934 d’accepter la célébrité: «J’étais malade de tout cela. C’est une bonne chose que j’aie arrêté parce que ce qui est arrivé à Marilyn Monroe et Romy Schneider aurait aussi pu m’arriver

brigitte_bardot_madrague_reference brigitte_bardot_verges_reference  

Résultat: Brigitte Bardot met brutalement un terme à sa carrière en 1973. Après avoir conquis le monde avec sa plastique et son talent, la figure incontournable des années 50 et 60 se consacre entièrement à la cause animale. BB ne vit que pour les animaux. Elle confie d’ailleurs dans l’interview de Vanity Fair qu’elle ne pense pas même aux conséquences du temps qui passe, l’icône est totalement dévouée à son combat.

«Je ne me sens pas vieille ni mal en point. Je n’ai pas le temps à perdre avec les questions d’âge parce que je vis seulement pour ma cause. Aujourd’hui, il existe plus de régulations pour les voitures que pour les animaux. (…)Tous mes combats sont motivés par la défense des animaux

Le message est donc très clair. Même si le monde continue de saluer la beauté de Brigitte Bardot avec des expositions photos ou encore des collections de mode baptisées au nom de BB, l'actrice de 77 ans préfère poursuivre une vie modeste loin des strass et paillettes, avec comme seul centre d'intérêt son combat pour les animaux.

Posté par ginieland à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2011

La sublime blonde est la représentante de Max & Moi

logo_gala

La sublime blonde est la représentante de Max & Moi

Article publié le 28/06/2011
en ligne sur gala.fr

marilyn_monroe_reference

Max & Moi a choisi la mythique Marilyn Monroe comme ambassadrice. L'éternelle figure du chic et du glamour.

Max & Moi c’est une histoire de famille: celle d’Elie Lederer, descendant d’une famille de fourreurs depuis 1925, et de la styliste Sylvie Simah. Ensemble, ils conçoivent des vêtements en cuir, en cachemire mais aussi en fourrure… Une matière chérie par Marilyn Monroe: «une beauté indéniable, un sens inné du charme et de la provocation… La femme Max & Moi» nous dit-on.

Mais, prendre l’actrice hollywoodienne par excellence comme ambassadrice pour leur collection Automne/Hiver 2011-2012, c’était aussi un moyen de lui rendre hommage…A un an de l'anniversaire de sa mort: il y aura 50 ans en 2012.

Posté par ginieland à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2010

Gala 27/10/2010

galaM1800Le magazine Gala de la semaine du 27 octobre 2010, n°907, avec "maman" Celine Dion en couverture, consacre un article d'une page à l'héritière de Marilyn Monroe (Anna Strasberg). Prix: 2,20 €

GALA

Posté par ginieland à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 octobre 2010

Gala 6/10/2010

gala_coverLe magazine Gala n°904, de la semaine du 6 octobre 2010 consacre un article de deux pages sur Tony Curtis (avec une photo de Marilyn).
(scans de Chris).

gala_p1 gala_p2

Posté par ginieland à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 septembre 2010

Gala 15/09/2010

gala_M1800SLe magazine Gala n°901, de la semaine du 15 septembre 2010, sort un numéro spécial entièrement en 3D -vendu avec les lunettes- et consacre un article intérieur de quatre pages sur la relation Marilyn Monroe et Yves Montand; intitulé "Simone Signoret: Comment Marilyn a brisé son coeur", écrit par Agnès Michaud (pour promouvoir son roman Les Sentiments) (scans perso)

gala_p86 gala_p87
gala_p88 gala_p90

Posté par ginieland à 12:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 août 2010

Gala 06/09/2006

mag_gala_2006_09_06_num691_coverLe magazine Gala n°691, de la semaine du 6 septembre 2006, avec en couverture un petit encadré sur Marilyn Monroe, titré "Marilyn à nu: Sa dérive racontée par ses psychanalystes" et un article intérieur de quatre pages intitulé "Marilyn, dénudée par ses psys" à l'occasion de la sortie du livre de Michel Schneider.

mag_gala_2006_09_06_num691_p82 mag_gala_2006_09_06_num691_p83
mag_gala_2006_09_06_num691_p84 mag_gala_2006_09_06_num691_p86

Posté par ginieland à 12:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2010

DOCUMENT- Marilyn Monroe impliquée dans une affaire d'orgies

logo_galaDes soirées hot avec les frères Kennedy, Frank Sinatra et Sammy Davis Jr?

Article publié le 15/06/2010,
par Jean-Frédéric Tronche
en ligne sur gala.fr

newsgala

Un nouveau scandale sommeillait dans une pile de dossiers du FBI. Une note y fait état de rencontres plutôt chaudes entre la star peroxydée, les frères Kennedy, Frank Sinatra et Sammy Davis Jr. Une intox' pour déstabiliser le clan de JFK ou une nouvelle vérité qui dérange?

Près de 50 ans après sa mort, Marilyn Monroe est encore mêlée à une affaire de "sex file". Il y a quelques mois,
l'existence d'un film la mettant en scène fumant un joint ou lors de relations sexuelles était révélée. Aujourd'hui, la star, objet de tous les fantasmes, est citée dans un dossier du FBI pour une autre affaire de moeurs. Un feuillet figurant dans un rapport "déclassifié" récemment nous apprend, en marge de fichiers concernant des menaces de mort très précises sur le clan Kennedy, que Marilyn aurait participé à des séances échangistes. Ou du moins à des orgies.

Tout a commencé avec la publication d'un épais dossier couvrant la période 1962-1985, à la suite d'une demande invoquant la loi sur la liberté de l'information. Dans ce dossier, une note datée de 1965 (fac similé ci-dessous) indique qu'une femme de New York aurait eu "des informations considérables sur des parties fines" impliquant des personnalités américaines. Parmi elles, Robert, Ted et John Fitzgerald lui-même, Frank Sinatra, Sammy Davis Junior et une certaine... Marilyn Monroe!

galafacsimile 

Celle qui était, à l'époque, à l'origine de ces indiscrétions de plus ou moins bas étage, s'appelait Jacqueline Hammond. Une ex-femme, fortunée, d'un ancien ambassadeur américain en Espagne, aurait donc eu des informations sur des séances très hot, qui se tenaient à l'hôtel Carlyle, où John F. Kennedy possédait justement un appartement dans l'aile est.

De la dynamite au sein des
2 632 pages (à découvrir sur foia.fbi.gov ) d’un document relatif à la vie du frère de JFK (avec lequel Marilyn avait eu une liaison) le sénateur Ted Kennedy auquel J. Edgar Hoover s'intéressait de près... Une habitude chez l'homme qui a été le patron du "bureau" pendant près de 50 ans. Mais les "Feds" avaient pris soin de cacher ces éléments de biographie un peu particuliers où l'on apprenait également qu'un étrange complot avec tentative d'extorsion en échange de Polaroïds obscènes avait aussi été fomenté.

Il faut dire que c'est avec des motivations plus honorables que le FBI a collecté ces tuyaux. Il aurait en effet commencé son enquête sur la base de menaces contre le sénateur Ted Kennedy durant deux décennies après l'assassinat de ses frères John et Robert dans les années 1960. Des attentats ou des actions nuisibles auraient en effet été imaginés par des psychopathes, des opposants isolés ou encore le Ku Klux Klan...

Mais, selon l'analyse du cas Monroe, il se pourrait également que la mafia avait elle aussi intérêt à détruire l'image des Kennedy (et entraver la candidature de Ted pour les démocrates?), n'hésitant pas à faire appel au réseau amical et professionnel de Frank Sinatra. Ayant flairé la machination à l'époque, le FBI aurait préféré ne pas prendre au sérieux les allégations impliquant les Kennedy dans une affaire de ballets roses. N'empêche. Le "témoignage" de Jacqueline Hammond a bel et bien été consigné. Et conservé.

Posté par ginieland à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 avril 2010

Gala 31/03/2010

galaM1800Dans le magazine Gala n°877, de la semaine du 31 mars 2010, un article de 4 pages avec une interview de Tony Curtis qui raconte sa passion clandestine avec Marilyn Monroe et évoque le tournage de Some Like It Hot; à l'occasion de la sortie de son livre. Prix: 2,20 €.

gala1 gala2
gala3 gala4

Posté par ginieland à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2009

Chanel: l'histoire d'une maison de légende

logo_galaL'incroyable destin d'une "cousette" orpheline

Article publié le 22.04.2009,
par Marion Desrousseaux
en ligne sur gala.fr 

gabrielle_chanel_1

Incroyable histoire de vie et de mode que celle de Gabrielle - "Coco"- Chanel, qui, elle aussi, (ré)inventa la femme.

Gabrielle Bonheur Chanel voit le jour à Saumur, en Maine-et-Loire, le 19 août 1883. Elle est la fille d'un marchand ambulant, Albert Chanel, et de sa femme Jeanne Devolle, et l'aînée de cinq enfants, Julie et Antoinette, Alphonse, Lucien et Augustin. Sa mère meurt lorsqu'elle a 14 ans et son père abandonne ses enfants: ses fils à la ferme et ses filles aux soins de l'orphelinat d'Aubazine, en Corrèze. Gabrielle Chanel y reste jusqu'à ses 18 ans: c'est là qu'elle apprend la couture.

Quand elle quitte l'orphelinat, Gabrielle tente sa chance comme «cousette» maniant le fil et l'aiguille des jours durant. A ses heures, elle monte aussi sur scène et pousse la chansonnette dans des cafés-concerts. Rapidement, on la surnomme "Coco", d'après l'un de ses titres favoris, Qui Qu'a Vu Coco?

gabrielle_chanel_2Celle que l'on n'appelle pas encore "mademoiselle" tombe amoureuse d'un certain Etienne Balsan, un gentleman millionnaire et un playboy qui vient de rendre ses galons d'officier pour se consacrer à sa passion, l'élevage de chevaux. Avec lui, elle découvre le luxe de la haute société et rencontre bon nombre de ses futurs clients. Gabrielle Chanel séduit une clientèle fortunée par sa simplicité. Plus tard elle dira avoir appris que «le luxe, ce n'est pas le contraire de la pauvreté mais celui de la vulgarité».

1909: Gabrielle Chanel ouvre son premier atelier de modiste dans une garçonnière du boulevard Malesherbes, avec Adrienne, sa tante du même âge. Rapidement, son élégante simplicité est copiée par le tout-Paris. Moins d'un an plus tard, elle ouvre sa première boutique au 21 Rue Cambon, dans le 1er arrondissement de Paris, avec l'enseigne "Chanel Modes". Suivront Deauville en 1913 et Biarritz en 1915.
Chanel ne suit que son inspiration, plutôt à contre-courant de son époque: elle dévoile peu à peu le corps des femmes, raccourcit leurs jupes (mais jamais au-dessus du genou, qu'elle trouve moche) et instaure le pantalon comme tenue de loisirs. Des silhouettes modernes, des cheveux courts: une nouvelle femme est née.

5: Gabrielle tire le bon numéro

"Une femme sans parfum est une femme sans avenir". En 1921, Coco, désormais installée au 31, rue Cambon, décida de lancer un parfum à son image, dont elle confie la création à Ernest Beaux. Il lui propose 5 fragrances et elle choisit la 5e. Elle ne sait pas, sans doute, que le plus célèbre parfum du XXe siècle est né, et le plus vendu au monde presque cent ans plus tard. Elle lance sa collection le 5 mai (cinquième mois de l'année) et suggère de le nommer tout simplement par ce numéro porte-bonheur.

Trois ans plus tard, Mademoiselle Chanel s'associe avec Pierre Wertheimer pour créer la Société des Parfums Chanel, qui commercialise parfums et produits de beauté, et bientôt une ligne fantaisie. Son deuxième parfum, qui naît bien après la guerre, porte le numéro 19, en guise de clin d'œil à sa date de naissance.

chanel_marylin_n_5nce
Marilyn Monroe devint, presque malgré elle, l'égérie du N°5 un jour de 1954
.
A un journaliste curieux de savoir ce que portait la pulpeuse blonde pour dormir, elle répondit: «Juste quelques gouttes de N°5».
Une célèbre phrase qui devint le meilleur des slogans publicitaires.

La petite robe noire

En 1926, Coco lance l'éternelle petite robe noire, que Vogue, bible de la mode, considère comme «l'uniforme de la femme moderne». «Dans une réception, explique Gabrielle Chanel, si l'on dit à une femme: quelle belle robe! c'est que sa robe est ratée. Mais si l'on dit: quelle belle femme! c'est que sa robe est réussie.»

Parmi les autres indémodables lancés par la styliste, il y eût les tailleurs: en jersey dès 1913, en tweed à partir de 1924, puis les tailleurs gansés qu'elle ébauche à la fin des années 30 et reprend dès 1954.

chanel_le_tailleur_en_tweedCoco soigne enfin les boutons. Ils sont le plus souvent en métal doré car Mademoiselle puise son inspiration dans les boutons d'uniformes d'officiers qu'elle apercevait dans son enfance ou des uniformes des marins sur les yachts. Dans le magazine La Soierie de Lyon de septembre 1932, on peut lire que «Les garnitures de boutons sont un trait distinctif de cette maison».

En 1957, c'est la consécration, avec un Oscar de la mode reçu à Dallas: Coco accède au statut de créatrice de mode la plus influente du XX siècle. C'est aussi l'année où Mademoiselle lance la fameuse sandale bicolore beige et noire.

Amours et désamours

Mademoiselle Chanel ne fut pas aussi heureuse en amour… Arthur Capel, dit "Boy", un bon ami anglais de Balsan, conquiert son cœur, l'inspire et l'encourage, mais décide d'en épouser une autre, Lady Diane Wyndham.Après sa mort en 1919, elle se laisse séduire par le Grand Duc Dimitri Pavlovitch, qu'elle a rencontré à Biarritz. Leur liaison dure deux ans.

C'est la belle époque du «Bel Respiro», sa villa de Garches où elle loge Dimitri, sa famille mais aussi le compositeur de talent Igor Stravinsky, qui tombe amoureux d'elle.
Cette rencontre se traduit par une forte influence russe dans ses créations, comme, quelques années plus tard, les fréquents séjours en Écosse avec le Duc Westminster, qui inspirent Chanel. Là-bas, elle imagine ses premiers tailleurs de tweed à une époque où les fabricants français considèrent ce tissu de qualité inférieure. Or ce sont justement ces aspérités et ces défauts qui séduisent la couturière.

La guerre interrompt ses activités. Chanel ferme sa maison en 1939 pour se consacrer uniquement aux parfums. Dans le Paris de l'occupation, on lui prête une liaison avec un officier nazi des services de renseignements Hans Gunther von Dincklage, mais l'histoire lui reconnaît aussi une tentative de paix entre Anglais et Allemands: l'opération chapeau de couture, qui échoue cependant. C'est son amitié avec Winston Churchill, rencontré tandis qu'elle était la maîtresse du duc de Wesminster, qui lui évite de graves ennuis lors de la Libération. Coco décide alors de s'installer en Suisse où elle résidera pendant 10 ans, près de Lausanne.

chanel06La couturière de Saumur se "réveille" en 1954. La concurrence de Christian Dior lui redonne l'envie de s'imposer. A 71 ans, elle rouvre sa maison sous l'impulsion des frères Wertheimer, qui rentrent des Etats-Unis. Malgré une première collection mal accueillie et des critiques qui tentent de la "ringardiser", elle ne se laisse pas abattre. "La mode se démode, le style jamais" estime Coco. Elle finalise son tailleur de tweed et devient l'un des artisans majeurs de la silhouette féminine de l'après-guerre. Romy Schneider, Jackie Kennedy, Jeanne Moreau portent ses tenues. Depuis 1983, Karl Lagerfeld assure dignement la succession de Gabrielle Chanel, disparue en 1971 et continue à habiller les comédiennes les plus en vue de Paris à Hollywood. Hasard du calendrier: cette année, trois films consacrés à la géniale couturière sortent en salles et sur le petit écran. Premier de série: Audrey Tautou incarne la styliste à ses débuts dans Coco avant Chanel, d'Anne Fontaine.

Posté par ginieland à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,