14 juillet 2015

Hollywood Legends - 06/2015 - Docs


 Documents papiers


Lot 925: MARILYN MONROE 1950 EMPLOYMENT RECORD CARD
 A Marilyn Monroe change of rate or position with 20th Century Fox dated June 8, 1950, indicating that Monroe was laid off following the filming of All About Eve (20th Century, 1950). The card is handwritten in an unknown hand and states that Monroe is a “Contract Feature Player.” Later that year, Monroe signed a seven-year contract with 20th Century Fox. Accompanied by a black and white publicity photograph from All About Eve that shows Monroe in her role as Miss Caswell.
Card, 4 by 6 inches; Photograph, 6 by 8 inches
Winning bid:$625 - Estimate: $500 - $700
lot925-202889_0  lot925-202890_0


Lot 927: MARILYN MONROE SIGNED CHECK
 A check for $16.25 paid to J.J. Haggarty Stores on November 23, 1951. Signed by Marilyn Monroe in blue ink. Below Monroe's signature is her address at that time: "611 N. Crescent Drive."
3 1/4 by 8 inches
Winning bid:$2,560 - Estimate: $2,000 - $4,000
lot927-202894_0 


Lot 928: MARILYN MONROE CHANGE OF RATE CARD FROM 20TH CENTURY FOX
 A Marilyn Monroe Change of Rate card from 20th Century Fox dated "5 -11 -1953," changing Monroe's weekly pay rate from $750 to $1,250.
4 by 6 inches
Winning bid:$2,500 - Estimate: $1,000 - $2,000
lot928-202895_0 


Lot 932: HUGH HEFNER SIGNED PREMIERE ISSUE OF PLAYBOY MAGAZINE
 A first issue of Playboy magazine (HMH Publishing, 1953) with Marilyn Monroe on the cover. Signed by Hugh Hefner on page three. The magazine, which launched in December 1953, sold for 50 cents a copy.
11 by 8 1/2 inches
Winning bid:$87,500 - Estimate: $3,000 - $5,000
lot932-202900_0 lot932-202901_0  lot932-202902_0


Lot 946: MARILYN MONROE AND OTHERS FAN MAIL ENVELOPES
 A group of five envelopes addressed to Marilyn Monroe, June Allyson, Jean Simmons, Deborah Kerr, and Jeffrey Kerr. The envelopes were mailed by fans in Argentina and the Philippines and are dated between 1954 and 1958.
Largest, 5 by 6 inches
Winning bid:$192 - Estimate: $200 - $400
lot946-202929_0  


Lot 947: MARILYN MONROE AND OTHERS FAN MAIL ENVELOPES
 A group of five envelopes, addressed to Marilyn Monroe, Jean Simmons, Vera Miles, Jeffrey Hunter, and Mel Ferrer. The envelopes were mailed by fans in Argentina and the Philippines and are postmarked between 1954 and 1957.
Largest, 3 3/4 by 7 inches
Winning bid:$192 - Estimate: $200 - $400
lot947-202930_0 


Lot 948: MARILYN MONROE SECRETARIALLY SIGNED PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe secretarially signed photograph accompanied by transmittal envelope. It appears the photograph was mailed from Marilyn Monroe Productions to Santa Fe, Argentina, and returned.
10 by 8 inches
PROVENANCE From the Lost Archive of Marilyn Monroe
Winning bid:$4,062.50 - Estimate: $200 - $400
lot948-202931_0  lot948-202932_0  lot948-202933_0 


Lot 949: MARILYN MONROE AND OTHERS FAN MAIL ENVELOPES
 A group of four envelopes addressed to Marilyn Monroe, Jean Simmons, Clark Gable, and Deborah Kerr. The envelopes were mailed by fans from Argentina and the Philippines and are postmarked between 1954 and 1957.
Largest, 4 3/4 by 6 inches
 Winning bid:$192 - Estimate: $200 - $400
lot949-202934_0  


Lot 958: PRINCESS CAFÉ 40TH ANNIVERSARY SCRAPBOOK
 An embossed leatherbound scrapbook featuring telegrams, news clippings, letters, and cards sent by celebrities, notable individuals, local dignitaries, businesspeople, and family to the Princess Café in Iowa Falls. This café opened in 1915 and is listed in the National Register of Historic Places. The entries in the scrapbook commemorate the 40th anniversary of the restaurant in November 1955. The longtime owners, Harry Pergakis and Ernie Karrys, hired a young waitress named Marjorie “Madge” Meredith, who later went on to become a Hollywood movie and television actress, and the three maintained their friendship through the years. In addition to a signed and inscribed professional Madge Meredith black and white headshot and newspaper articles describing her attendance at the anniversary celebrations, the scrapbook entries include Western Union telegrams, most notably from Marilyn Monroe to Meredith, “AM JEALOUS YOU INVITED INSTEAD OF ME. I STRUCK OUT WITH JOE AND CAN’T EVEN GET TO FIRST BASE WITH HARRY AND ERNIE =MARILYN MONROE=“ and also from Dwight D. Eisenhower, Senator Eugene McCarthy, Princess Margaret of Great Britain, and Sherman Billingsley of The Stork Club in New York. There are approximately 18 double-sided pages of newspaper articles and advertisements, handwritten and typewritten letters, note cards, and the telegrams.
14 by 12 1/4 inches
 Winning bid:$512 - Estimate: $800 - $1,200
lot958-202950_0  lot958-202951_0  lot958-202952_0 
lot958-202953_0  lot958-202954_0 


Lot 974: MARILYN MONROE MOVING DOCUMENTS
 Five documents pertaining to Marilyn Monroe's move from Los Angeles to Milton Greene's home in Connecticut. Monroe stayed with the Greenes for almost two years.
Largest, 14 by 8 1/2 inches
 Winning bid:$1,152 - Estimate: $600 - $800
lot974-202971_0 


Lot 986: MARILYN MONROE INSCRIBED DRAWING
 A drawing of a nude woman signed by Marilyn Monroe, who inscribed and gifted the drawing to Broadway set designer Boris Aronson. Sanguine on paper, inscribed in blue ink "For Boris -/ Waiting - Wondering -/ Woman - Marilyn Monroe Miller" mounted to matteboard and undated. The drawing has been referred to as "an erotic self-portrait."
Monroe's husband Arthur Miller worked with Aronson on A View From the Bridge around the time of Miller's divorce and budding relationship with Monroe. Aronson, when he first met Monroe, is quoted by Elia Kazan as having said, "That's a wife?" Kazan shared that quote and evidently its sentiment by answering the question in his autobiography as, "Hell no!"
12 by 9 inches; 17 1/2 by 14 inches, overall
PROVENANCE From the Estate of Boris Aronson
Winning bid:$75,000 - Estimate: $8,000 - $10,000
lot986-202988_0  lot986-202989_0 


Lot 987: MARILYN MONROE RECEIVED AND SENT CORRESPONDENCE
 A group of correspondence sent and received by Marilyn Monroe, including a two-page typed, signed letter to Monroe from Jean Negulesco, typed on Negulesco’s stationery and dated July 14, 1958. The letter is in regard to flowers and a book sent by the director to Monroe. The book was The Midwife of Pont Clary, which Negulesco wanted to adapt into a film for Monroe. He wrote, “The thing of The Midwife of Pont Clary is fundamentally sex …” and later suggests Monroe give the book to her husband, Arthur Miller, to read. Also included are a copy of a wire message sent by Monroe to Inez Melson dated June 10, 1959, regarding the boarding of a bird named Clyde; a typed, signed letter from playwright William Inge complimenting Monroe on her performance in Some Like It Hot (UA, 1959), dated April 6, 1959, and signed “Bill Inge"; and a confirmation copy of a telegram sent by Monroe to Roberto Boss in Mexico regarding a furniture order, with a typed, dictated copy of same, dated June 16, 1962, less than two months before Monroe’s death.
Largest, 11 by 8 1/2 inches
 Winning bid:$3,437.50 - Estimate: $1,000 - $2,000
lot987-202990_0 


Lot 989: MARILYN MONROE COPY OF DOCTOR PYGMALION
 A Marilyn Monroe owned copy of Doctor Pygmalion by Maxwell Maltz (New York: Permabooks, 1953).
6 1/2 by 4 1/4 inches - PROVENANCE Partial Lot 563, "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
Winning bid:$1,875 - Estimate: $1,000 - $2,000
lot989-202992_0  lot989-202993_0  


Lot 990: MARILYN MONROE OWNED BOOK
 A copy of The Unfinished Country by Max Lerner (New York: Simon and Schuster, 1959) from the personal collection of Marilyn Monroe with Christie's auction bookplate on the front inside cover.
8 1/2 by 5 3/4 inches
PROVENANCE Partial Lot 556, “The Personal Collection of Marilyn Monroe,” Christie’s, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
Winning bid:$2,187.50 - Estimate: $1,500 - $2,000
lot990-202994_0  lot990-202995_0  


Lot 995: MARILYN MONROE SIGNED CHECK
 A Marilyn Monroe signed check from a Marilyn Monroe Productions account with Colonial Trust Company in New York City. The check has been corrected to be numbered 107 in an unknown hand, dated August 14, 1959, and written to Hedda Rosten in the amount of $66.12. Rosten was Monroe’s private secretary at one time. Housed in a framed display with three color images of Monroe. Not examined outside of frame.
33 1/2 by 30 1/2 inches, overall
unsold - Estimate: $5,000 - $7,000
lot995-203003_0  lot995-203002_0  


 Lot 996: MARILYN MONROE SIGNED SETTLEMENT
A Marilyn Monroe signed settlement contract between Monroe and Irving Stein following the departure of Stein from Marilyn Monroe Productions, Inc. The contract is dated February 19, 1959, and signed on the fourth page by Monroe, Stein, and their respective attorneys. The final page is cut down from its original size and now measures 7 1/2 by 8 inches. According to the settlement, Monroe agreed to pay Stein $33,000 to end their relationship and any ownership interests Stein once held in Marilyn Monroe Productions, Inc. Additional notes and initials within the document not believed to be in Monroe's hand.
 unsold - Estimate: $7,000 - $9,000
lot996-203004_0  


Lot 1002: MARILYN MONROE LETTER FROM 20TH CENTURY FOX
 A letter written to Marilyn Monroe by Lew Schreiber of 20th Century Fox advising that Monroe will begin shooting Time and Tide on April 14, 1959, under the direction of Elia Kazan. The letter is dated March 4, 1959, and is signed by Schreiber.
11 by 8 1/2 inches
 Winning bid:$768  - Estimate: $500 - $1,500
lot1002-203013_0  


Lot 1026: MARILYN MONROE SOMETHING'S GOT TO GIVE SCRIPT
 A Marilyn Monroe script for Something's Got To Give (20th Century, 1962) in blue paper cover. Marked on cover "902" and "Revised Screenplay" and dated February 12, 1962.
11 1/2 by 9 1/2 inches
PROVENANCE Lot 489, "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
unsold - Estimate: $8,000 - $10,000
lot1026-203105_0  lot1026-203106_0 lot1026-203107_0 


Lot 1028: MARILYN MONROE FRANKIE AND JOHNNY SCRIPT FROM JOHN HUSTON
 A Marilyn Monroe owned copy of Frankie and Johnny (New York: Albert and Charles Boni, 1930) gifted to her by author and director John Huston. The hardcover first-edition illustrated presentation copy is inscribed by Huston on the title page "Marilyn dear/ All those years ago/ when you were hardly/ born I wrote this for/ you - the perfect Frankie/ Johnny (himself)/ Huston." Illustrated by Miguel Covarrubias, Christie’s 1999 Marilyn Monroe auction bookplate affixed to endpaper, red cover with gold gilt lettering. Huston directed Monroe in one of her first films, The Asphalt Jungle (MGM , 1950) and her final completed film The Misfits (Seven Arts, 1961). 8 1/2 by 6 1/2 inches
PROVENANCE Lot 46, "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
 Winning bid:$13,750 - Estimate: $10,000 - $20,000
lot1028-203109_0  lot1028-203110_0  lot1028-203111_0 


Lot 1031: MARILYN MONROE VINTAGE PRESS ARCHIVE
An archive of vintage press material related to the death of Marilyn Monroe. The archive includes an issue of The New York Times dated August 6, 1962; an issue of the Los Angeles Times dated August 6, 1962; a San Francisco Examiner and a November 1962 issue of Modern Screen .
Winning bid:$1,875 - Estimate: $2,000 - $3,000
lot1031-203115_0  


Lot 1033: MARILYN MONROE WITH PARASOL
Hand signed by Al Hirschfeld
Limited edition etching
80/150 - 21 by 13 ½ inches, sight; 32 ½ by 24 ½ inches, framed
unsold - Estimate: $6,000 - $8,000
lot1033-203220_0 


 Lot 1034: MARILYN MONROE, "HAPPY BIRTHDAY, MR. PRESIDENT"
Marilyn Monroe sings "Happy Birthday" to President John F. Kennedy
Hand signed by Al Hirschfeld
Limited edition lithograph - 85/109
24 by 19 inches
Winning bid:$1,280 - Estimate: $1,000 - $2,000
lot1034-203222_0 


Lot 1035: MARILYN MONROE RECEIPT FROM PUBLIC RELATIONS AGENCY
 An expense form from Marilyn Monroe’s public relations agency, Arthur P. Jacobs Company Inc., dated June 11, 1962, for costs incurred through long-distance calls made to Monroe by Pat Newcomb in April 1962. Accompanied by a black and white photograph of Newcomb with Monroe at John F. Kennedy’s birthday gala held in May 1962.
5 3/4 by 8 1/2 inches
unsold - Estimate: $300 - $500
lot1035-203120_0  lot1035-203121_0  


 Lot 1041: MARILYN MONROE FUNERAL CARD
 An original card from the funeral of Marilyn Monroe on Wednesday, August 8, 1962, at the Westwood Village Mortuary in Los Angeles. The front of the card bears an image of the Bok Singing Tower. The inside reads in part, "In Memory of/ Marilyn Monroe/ Born June 1st, 1926/ Passed Away/ August 5th, 1962,” with the details of her funeral service. Facing page is printed with Psalm 23.
5 1/2 by 3 1/4 inches, folded
PROVENANCE From the Estate of Allan "Whitey" Snyder
 Winning bid:$4,062.50 - Estimate: $600 - $800
lot1041-203129_0 


Lot 1042: MARJORIE PLECHER LETTER REGARDING MARILYN MONROE
  A letter to Marjorie Plecher from Westwood Memorial Park thanking Plecher for her assistance dressing Marilyn Monroe for Monroe's funeral. The letter is written on Westwood Memorial Park stationery, dated August 10, 1962, and signed by James Pierce. Plecher was a wardrobe assistant at Fox studios. She later married Allan "Whitey" Snyder, Monroe's friend and makeup artist.
11 by 8 1/2 inches
PROVENANCE From the Estate of Allan "Whitey" Snyder
Winning bid:$1,562.50 - Estimate: $200 - $400
lot1042-203130_0 
lot1042-203131_0 


02 octobre 2014

Eté 1953 Banff Marilyn et Joe

La rivière sans retour
Sur le tournage

Marilyn Monroe et Joe DiMaggio à Banff, au Canada, l'été 1953.
Marilyn Monroe and Joe DiMaggio in Banff, Canada, Summer 1953.

 1953-canada-2-01  lot1160-H3257-L78859958 
1953-canada-2-02 1953-canada-2-03
1953-canada-2-04  1953-canada-2-05 
lot1160-H3257-L78859932  lot1160-H3257-L78859953 
1953-canada-2-06 1953-canada-2-07 lot1160-H3257-L78859923 


> photographies prises par Marilyn
photographs taken by Marilyn

1953-07_08-canada-by_marilyn-snapshots-1 
1953-07_08-canada-by_marilyn-snapshots-2 

Joe Di Maggio
1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-1-1 1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-1-2 1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-1-3 
1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-2-1 1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-3-1 1953-07_08-canada-by_marilyn-joe_di_maggio-3-2 

Jean Negulesco 
1953-07_08-canada-by_marilyn-jean_negulesco-1 

Un élan / An elk
1953-07_08-canada-by_marilyn-elan-1  1953-07_08-canada-by_marilyn-elan-2  1953-07_08-canada-by_marilyn-elan-3 
1953-07_08-canada-by_marilyn-elan-4 

Vue du paysage / View of landscape
1953-07_08-canada-by_marilyn-view-1 1953-07_08-canada-by_marilyn-view-2 1953-07_08-canada-by_marilyn-view-3 
1953-07_08-canada-by_marilyn-view-4 1953-07_08-canada-by_marilyn-view-5 1953-07_08-canada-by_marilyn-view-6 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Posté par ginieland à 22:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 avril 2013

Fiche du film River of no return

>> Sur le web:
- tout sur le film sur imdb (en anglais)
- infos sur le film sur wikipedia français 

02 avril 2013

Autour du film River of no return

 La rivière sans retour

Secrets de tournage ...
banner_set_ronr 
 ... et anecdotes

Genèse d'un film non désiré
   C'est le producteur Stanley Rubin qui lança le projet de "Rivière sans retour". Il voulait s'inspirer du classique italien néoréaliste "Le voleur de bicyclette" (réalisé en 1948 par Vittorio De Sica) et en faire une version américaine, transposant l'intrigue au far-west et remplacant la bicyclette volée par les chevaux et les armes des personnages. Parce qu'il avait travaillé sur des films westerns avec certains réalisateurs, Stanley Rubin portait son choix au départ sur William Wellman, Raoul Walsh, ou Henry King; et il n'était pas très emballé par Otto Preminger qui, pour lui, était excellent pour filmer des films noirs melodramatiques, mais pas un film western d'aventures. Mais c'est Darryl F. Zanuck, producteur de la 20th Century Fox, qui imposa Otto Preminger à la réalisation.
Le film disposait d'un budget colossal: 3 800 000 de dollars.
   Le monteur Dann Cahn avait recommandé Marilyn Monroe, avec qui il sortait, pour la série "Your Show Time" en 1949. Le producteur Stanley Rubin l'avait auditionnée mais pas selectionnée, à cause de son manque d'expérience. Stanley Rubin tenta alors de rattraper son erreur et appuya le nom de Marilyn Monroe pour qu'elle fasse partie du casting de "La rivière sans retour".
ronr_mm   Le projet de "Rivière sans retour" ne semblait pas trop enthousiasmer Marilyn Monroe. Le film sera d'ailleurs l'unique western de sa carrière où elle tient l'exclusif rôle féminin (bien que l'on peut relever la comédie "A Ticket to Tomahawk" tourné en 1950 dans lequel elle tient un rôle secondaire). Mais en dépit des succès de "Niagara" et de "Les hommes préfèrent les blondes", l'actrice n'était pas en position de discuter son contrat avec la Fox, et elle devait se plier aux volontés du producteur Darryl Zanuck. Néanmoins, elle pouvait porter un droit de regard sur le scénario et elle restait tout de même emballée à l'idée de travailler avec Robert Mitchum qui, avant de devenir acteur, avait été un collègue de son premier mari Jim Dougherty chez Lockheed Aircraft. D'ailleurs, on raconte que c'est Marilyn qui aurait imposé Mitchum, alors que celui-ci était engagé auprès de la RKO. Elle était en revanche moins ravie d'être dirigée par Otto Preminger, qui avait déjà la mauvaise réputation d'un réalisateur très exigeant et misogyne.
  D'ailleurs, quant à Otto Preminger, il venait de goûter aux joies de la liberté en produisant lui-même son film "The Moon is blue" ("La lune était bleue"). Et il s'est vu contraint, comme Marilyn, de tourner "Rivière sans retour" pour honorer son contrat avec la 20th Century Fox, à qui il "devait" un nouveau film. C'est donc sans grande ambition qu'il s'engage dans un tournage qui va d'ailleurs s'avérer infernal. Cependant, Preminger aurait tout de même porté un intérêt au film seulement après avoir lu le scénario et il approuva le choix du casting avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe dans les rôles principaux. Darryl Zanuck lui avait fait miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques noteront que Preminger avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs.
   Le tournage ne sera pas de tout repos: malentendus, retards, mauvaises conditions climatiques (il pleuvait sans cesse), ainsi que plusieurs incidents et accidents qui émailleront le tournage au Canada. Pour ces raisons, le film va prendre beaucoup de retard. D'ailleurs, l'ambiance suscitée par ces affrontements est si catastrophique, et les retards qui en découlent si importants, que Mitchum finira par rebaptiser le projet "Picture of no return" ("Le film sans retour"). 

Un réalisateur exigeant et tyrannique
 ronr_preminger  Otto Preminger était célèbre pour ses tournages très minutés. Faire ce film fut une épreuve pour toutes les personnes qui y furent impliqués. Paul Helmick, l'assistant à la mise en scène, raconta à Lee Server, le biographe de Robert Mitchum, que: "Otto Preminger était quelqu'un de très pénible. Méchant, impatient, il était très grossier, surtout avec les femmes." Durant le tournage, lui et Marilyn Monroe ne se parlèrent pratiquement jamais: "Pas un mot. C'était le tandem le plus mal assorti qui fût. Ils se détestaient littérallement." Et l'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto Preminger et Marilyn entamèrent une guerre d'usure.
   Otto Preminger déclara à propos de Marilyn: "D'abord, le studio la choya -elle était gâtée quand nous avons fait 'Rivière sans retour'- au point qu'elle avait perdue de vue ce qu'elle pouvait et ne pouvait pas faire, et lorsqu'il apparut qu'elle n'avait pas le pouvoir attractif qu'elle exerçait habituellement, ils attendirent d'elle qu'elle se comporte comme une actrice ordinaire." Il ira même jusqu'à déclarer: "La diriger équivalait à diriger Lassie. Il fallait faire 14 prises pour en avoir une bonne." bien qu'il nia par la suite d'avoir tenu de tels propos. Preminger pouvait se montrer très méchant envers Marilyn: il la tourmenta sur le fait qu'elle n'était pas capable d'apprendre son texte; il lui fit effectuer ses propres cascades; et le comble, il émit des doutes sur sa vertu. Marilyn ne pouvait se défendre qu'avec les seules armes dont elle disposait: elle fut régulièrement en retard et suscita des difficultés. Par ailleurs, Otto Preminger entra aussi en conflit avec Natasha Lytess, la coach de Marilyn, à qui l'actrice prêtait bien plus d'attention, comme il le racontera plus tard: "Je suppliais Marilyn de se détendre et de parler naturellement, mais elle n'y prêtait aucune attention. Elle n'écoutait que Natasha (...) et répétait son texte en ar-ti-cu-lant avec tant de sérieux et des mouvements de lèvres si brutaux qu'il était impossible de la filmer."
Otto Preminger parlera toujours de Marilyn en des termes peu élogieux dans de nombreuses interviews. Ce n'est qu'en janvier 1980, lors d'une entrevue pour le New York Daily News, qu'il concédera: «Elle a essayé très dur, et quand les gens essaient dur, vous ne pouvez pas être en colère contre eux."  
  
Quant à Marilyn, elle qualifia par la suite Preminger de "pompeux imbécile." 

Clash entre Natasha Lytess vs Otto Preminger
ronr_lytess   Toujours en proie aux doutes, Marilyn Monroe est à l'époque sous la coupe de Natasha Lytess, sa coach personnelle, que Marilyn fait embaucher par les studios pour qu'elle puisse l'accompagner sur les tournages. La coach cherche à faire adopter à Marilyn un jeu plus cérébral, la poussant notamment à articuler exagérement ses répliques -il fallait que Marilyn prononce ses répliques, selon ses propres mots, "en ar-ti-cu-lant a-vec gra-vi-té"- au grand dam du réalisateur Otto Preminger, qui lui demande exactement l'inverse ! Preminger est d'autant plus irrité que Marilyn ne faisait qu'écouter exclusivement les conseils de Natasha Lytess, comme elle en avait l'habitude sur ses précédents tournage, ce qui d'ailleurs agaça la plupart des réalisateurs qui ont dirigé Marilyn. Robert Mitchum, le partenaire masculin de Marilyn dans le film, tente lui aussi d'inciter l'actrice à plus de naturel dans son interprétation, sans parvenir lui non plus à entamer le pouvoir de Natasha. Robert Mitchum est cependant plus tolérant, il déclara que: "Marilyn se disait qu'elle avait besoin de quelqu'un d'autre que le metteur en scène, et de préférence une femme, pour lui dire quand ce qu'elle faisait était bien."
Et en plus de ne pas aimer la manière dont elle enseignait à Marilyn à surarticuler les mots, Preminger détestait sa personnalité et ce, dès le début du tournage. Ne la supportant plus, Preminger explosa et la renvoya du plateau, comme d'ailleurs ont fait d'autres réalisateurs qui avaient précédemment travaillés avec Marilyn. Otto Preminger téléphona à Stanley Rubin qui était resté à Los Angeles, afin de bannir Lytess du plateau. Evidemment, cela ne dura pas car Marilyn ne pouvait poursuivre son travail sans la présence rassurante de sa coach. Aussitôt que Rubin accéda à la demande du réalisateur, Marilyn appela son agent Charles Feldman pour régler au plus vite la situation; celui-ci contacta le patron de la Fox Darryl Zanuck, qui donna l'ordre à Preminger de laisser Natasha revenir, ayant trop peur que Marilyn mette à exécution sa menace de quitter le tournage. Après tout, Marilyn était la valeur qui montait et qui "rapportait gros"; la coach indésirable fut réintroduite sur le plateau et promit de ne plus parler exclusivement qu'à sa protégée durant le tournage. Irrité par cette décision, Otto Preminger dirigera alors sa colère sur Marilyn Monroe durant tout le reste du tournage. La coach continuant de prodiguer les mêmes conseils à Marilyn (l'articulation excessive entraînait des déformations du visage de l'actrice qui devenait alors impossible à filmer), c'est Robert Mitchum qui parvint à trouver un compromis: aux répétitions, il laissait Marilyn faire son jeu exagéré, mais au moment de tourner, soit il lui donnait une grande tape dans le dos, soit une grande claque sur les fesses en disant: "Bon, maintenant, cessons de faire les imbéciles et comportons-nous comme des humains !   
   L'ambitieuses coach entreprend même de se mêler du jeu de petit acteur de dix ans, Tommy Rettig, qui interprète le fils de Mitchum. Le réalisateur Otto Preminger relata l'incident: "Il connaissait son texte et parfois, nous devions faire 18 prises ou plus, mais il était bon à chaque fois, sans que la qualité de son jeu en pâtisse. Un jour, je fis une scène avec Marilyn et lui, mais il n'arrivait pas à se rappeler son texte et se mit à pleurer. 'Que se passe-t-il ?' lui demandai-je. Sa mère me dit que Miss Lytess avait parlé à Tommy et lui avait dit qu'à l'âge de 14 ans, tous les enfats acteurs perdaient leur talent, à moins de suivre des cours et d'apprendre à se servir de leur instrument."
A partir de ce moment, Natasha Lytess va se mettre toute l'équipe à dos: sa présence les insupportait tous; et ils finirent alors par se rallier au réalisateur, en soutenant son travail, ses efforts et ses remarques

Un tournage éprouvant
ronr_jasper   Les prises de vues en extérieur eurent lieu au Canada, dans les parcs nationaux de Banff et de Jasper, ansi qu'à Lake Louise, à Alberta et dans les Rocheuses canadiennes. Otto Preminger et Stanley Rubin étaient venus en repérage dans la région bien avant de commencer le tournage; durant cette période, Stanley Rubin se rendit compte que Preminger portait un grand intérêt pour sa future réalisation. Stanley Rubin prévu douze semaines de pré-production, au cours de laquelle Marilyn Monroe répétait et enregistrait les numéros musicaux, et 45 jours pour le tournage. Les acteurs et l'équipe sont partis de Calgary à la fin de juin 1953, d'où ils prirent un train pour se rendre au Banff Spring Hotel, un grand complexe hôtelier où toute l'équipe logea pendant la durée du tournage.
Pendant que Marilyn tournait, Joe DiMaggio l’attendait dans leur bungalow à Jasper (dans l'Alberta; un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger selon le lieu de tournage) ou au Mount Royal Hotel à Banff lorsque la production émigra vers un nouveau décor.

ronr_eau   Grand film d'aventures, 'La rivière sans retour' comprend un certain nombre de morceaux de bravoures, pour lesquels le réalisateur Otto Preminger exigeait que ses deux stars (Marilyn et Mitchum) jouent sans doublure les scènes où ils luttent contre la rivière en furie, afin de donner plus de véracités aux héros du film; bien qu'il est important de souligner que les cascades les plus complexes furent effectuées par des professionnels (Roy Jenson, Helen Thurston et Harry Monty). Habituée à être entourée d'une équipe aux petits soins, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, qui doit se soumettre à toute une série de prises de vues particulièrement pénibles, où on l'asperge de trombes d'eau tandis qu'elle tente de garder son équilibre sur le radeau; ou encore on la trempe avec des seaux d'eau pour les raccordsMais Marilyn supporte assez bien ces désagréments physiques, tel que le déclara Paul Wurtzel, responsable des effets spéciaux à la Fox, qui témoigna de son implication: "On lui en a fait voir de belles dans ce film, et elle ne s'est jamais plainte. Elle savait ce qu'exigeait le film, et dès qu'on lui faisait signe de tourner, c'était un pro. Toute l'équipe l'adorait."  
Les acteurs devant effectuer eux-mêmes les cascades, il en résultera plusieurs accidents, certains réels, et d'autres simulés:

  • Un jour, Marilyn glissa dans l'eau, alors qu'elle portait des bottes de pêche montant jusqu'en haut de ses cuisses; ses bottes remplies d'eau l'entraînant vers le fond, il fallut plusieurs hommes, dont Robert Mitchum, pour l'arracher au cours impétueux de la rivière. Marilyn fut alors repêchée de justesse. Aussitôt, gros titres dans la presse: "Marilyn Monroe manque de se noyer !" 
  • Une autre fois, le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert Mitchum, bloqué dans les rapides, manqua de se renverser et il fallut les secourirNorman Bishop raconta que "le radeau sur lequel étaient Marilyn et Mitchum donna sur un rocher et resta bloqué. Si vous aviez vu comme ça bougeait ! D'une seconde à l'autre, le radeau pouvait se renverser." Bishop et un collègue bondirent dans un canot de sauvetage et la catastrophe fut de nouveau évitée. 
  • Enfin, le 20 août, un troisième accident fit la une de nombreux journaux: "Miss Monroe blessée à la jambe au Canada", bien que les articles de presse ne donnaient pas de détails, car il n'y avait eu en réalité aucun accident. Ce n'était qu'un moyen habile de la part de Marilyn, de se venger de Preminger. La supercherie ne fut révélée que bien des décennies plus tard par l'actrice Shelley Winters.
    ronr_mitch_shelleyShelley Winters, qui se trouvait aussi dans les environs de Jasper pour le tournage d'un film, était venue rendre visite à Marilyn, avec qui elle avait partagé un appartement, au temps où elles n'étaient encore que des starlettes. Un jour, elle assista au tournage d'une scène où Marilyn se tenait debout sur le radeau amarré à la rive dans l'Athabasca. Shelley Winters raconta: "Marilyn ne savait plus où elle en était et, comme chaque fois dans ces cas-là, ouvrait la bouche et souriait à tout ce qui se présentait. Preminger se mit à proférer des paroles épouvantables et insinua qu'avec le talent qu'elle avait, elle aurait mieux fait de ne jamais abandonner son premier 'métier'. (...) Marilyn garda les yeux baissés; son sourire n'en devint que plus figé." Quand ce fut fini, Shelley Winters rejoigna Marilyn pour l'aider à remonter sur la rive; et, voyant que Marilyn n'avait pas le pas très assuré, lui dit: "Attention à ne pas glisser. Tu pourrais te casser la jambe." Ces paroles vont alors fortement inspirer Marilyn car lorsque leur voiture s'arrêta devant l'hôtel, elle déclara: "Je ne peux pas sortir, je me suis cassée la jambe." On la monta dans sa chambre, on demanda des médecins, Winters lui donne un analgésique (du Percodan) et une double vodka, et Marilyn appella Darryl Zanuck en présence de Shelley. Elle tenait à rassurer le grand patron des studios en lui déclarant qu'elle ferait tout son possible pour terminer le film en dépit de "douleurs terribles".
    Dans la soirée, Marilyn, Mitchum et Winters allèrent dîner dans un restaurant pour y manger des homards arrosés de champagne. Le lendemain, une horde de médecins amenés de Los Angeles par avion privé, débarquèrent à l'hôtel. Les radios ne révèlèrent aucune lésion et les médecins des studios ne virent là rien de sérieux sans écarter la possibilité d'une éventuelle foulure. Et Marilyn réussit à les persurader de lui mettre un plâtre et de lui donner des béquilles. Arrêtée pendant quelques jours, elle en profita pour poser devant la presse, plâtre au pied et béquilles aux coudes. Cette feinte de Marilyn ne fut qu'une occasion de se venger d'Otto Preminger, mais certains prétendent qu'elle s'était surtout comportée ainsi afin d'attirer la bienveillance du metteur en scène.
    ronr_piedplatreLorsque Marilyn reprit le tournage -il ne restait que deux semaines- elle portait toujours son plâtre et ses béquilles, mais le studio avait pris un retard très onéreux.
    Shelley Winters racontera: "Marilyn n'était pas une nigaude, mais elle rusée comme un renard ! Un soir, nous allâmes dans une boîte. A un moment, je la vois esquisser une rumba avec Mitch.
    -'Rassieds-toi pour l'amour du ciel! lui dis-je. Tu n'es même pas encore capable de marcher.
    -Oh, c'est vrai, j'avais oublié...'
    Et elle s'assit en ricanant sur les genoux de Mitch
    ."

Joe DiMaggio à la rescousse
ronr_joeL'incident de la cheville foulée fit venir Joe DiMaggio. Selon Maurice Zolotow, qui interviewa Marilyn environ un an plus tard, Joe DiMaggio l'appella le soir même de "l'accident". Comme elle pleurait, Joe arriva dès le lendemain, accompagné d'un médecin et de son copain new-yorkais Georges Solotaire. Joe semblait totalement dans son élement dans ce coin reculé et sauvage du Canada. Sur le plateau de tournage, il prenait des photos de Marilyn et donnait des coups de mains aux techniciens. Parfois, pendant que Marilyn tournait, il allait seul à la pêche. Mais il arrivait aussi que, hors tournage, Marilyn l'accompagnait au golf et à la pêche, où ils emmenaient avec eux Tommy Rettig, le petit acteur de dix ans.
Pendant le séjour de DiMaggio, le couple avait disparu tout un week-end. La presse évoqua alors rapidement un prochain mariage.
 

Tommy Rettig et Marilyn 
ronr_tommy   Tommy Rettig, l'acteur de dix ans qui interprétait le fils de Robert Mitchum, fut l'un des rares enfants dont Marilyn eut du mal à se faire un ami. Comme le racontera le photographe Bruno Bernard dans son journal intime: "Le visage de Marilyn s'illuminait chaque fois qu'elle se trouvait en compagnie d'enfants, et on sentait qu'elle réagissait envers eux de manière émotionnelle. Elle était profondément heureuse de les aider et de leur donner un peu d'amour." Mais le jeune Tommy Rettig se montrait distant avec Marilyn, l'évitant soigneusement. Et Marilyn raconta l'incident à Bruno Bernard: "Alors que Tommy devait tourner une scène avec moi, il s'est brusquement précipité vers sa mère sans dire un mot. J'en ai été très peinée. Le troisième jour, sa mère n'étant pas là, je me suis approchée de lui et je lui ai demandé: 'Tommy, puis-je te parler une minute ? Tu m'as évitée pendant trois jours. Comme nous ne nous sommes jamais rencontrés avant ce film, je n'ai rien pu faire qui t'ai blessé. Qu'est-ce qu'il y a ?' Il m'a regardée d'un air vraiment effrayé, puis m'a avoué: 'C'est mon curé qui m'a dit que je ne devrais pas parler à une femme telle que vous en dehors du tournage.'". Sur le moment, Marilyn en fut très blessée et offensée, mais les rapports entre eux ne vont s'améliorer qu'après l'arrivée de Joe DiMaggio: "La semaine suivante, lorsque Joe est venu me voir sur le plateau, Tommy s'est dit que, comme lui était génial, moi aussi je devais être OK." Et Marilyn et Joe emmenèrent plusieurs fois le petit Tommy à la pêche.

Anecdotes diverses
   A cette période, Marilyn Monroe semblait malheureuse et ne voulait pas aller tourner dans un lieu aussi perdu et loin de Hollywood. Le journaliste James Bacon l'interviewa à Los Angeles, juste avant son départ pour le Canada: "Elle semblait ne plus s'être peignée depuis plusieurs jours. Elle s'était barbouillée tout le visage de crème, même ses sourcils, qui étaient tout poisseux. En elle-même, elle restait certainement la Marilyn de toujours, mais au physique, c'était la fille de Dracula; et je pris congé le plus vite possible." Et durant son séjour au Canada, elle continuait de se cacher sous ce masque de crème grasse, même quand elle faisait un saut dans la bourgade voisine. Whitey Snyder, son maquilleur, finira par lui dire: "Enlève cette saloperie de ta figure : tu fais fuir les gens!"
ronr_mitch   En dehors du tournage, Robert Mitchum menait joyeuse vie, trinquant, chahutant; il faisait d'ailleurs preuve d'une consommation excessive d'alcool, réclamant aux assistants de lui amener des verres de vodka, ce qui engendrait, là aussi, des conflits avec le réalisateur Otto Preminger. Mais c'est Mitchum qui parvint à faire sortir Marilyn de sa coquille. Un jour, Mitchum la trouva plongée dans un dictionnaire de psychanalyse, qui ne devait guère satisfaire sa curiosité puisqu'elle lui demanda ce que signifiait "érostisme anal" et ouvrit de grand yeux quand il entreprit de lui expliquer. 
Une autre fois, toujours selon Mitchum, la doublure de celui-ci s'approcha d'elle pour lui proposer, en termes choisis, une partouze avec l'un de ses copains.
-"Tous les deux en même temps?" demanda-t-elle.
-"Et pourquoi pas?"
-"Vous voulez me tuer!"
-"Personne n'est jamais mort de ça que je sache."
-"Oh si. Sauf que ce n'est pas ce qu'on dit officiellement; on appelle ça mort naturelle..."
Mitchum rapporta cette anecdote au biographe Anthony Summers en 1982, précisant que Marilyn plaisantait; quant à sa doublure, il en était moins sûr.
   Robert Mitchum était un homme plutôt simple: un jour, lors d'une scène en tournage à Jasper, un résident local Wilbur Stanley et un de ses amis, regardaient le travail des acteurs. Ils discutèrent avec Robert Mitchum devant leur voiture, où ils ont bu une bière. Après leur discussion, lorsque Mitchum repartit, il déclara, en s'éloignant de la voiture et en jetant la bouteille au sol: "C'est le meilleur petit déjeuner que j'ai jamais eu!"
   On retrouve, non créditée au générique, l'actrice Barbara Nichols, dans l'un de ses premiers rôles sur grand écran. Elle joue le rôle d'une danseuse. La comédienne, au cheveux blond platine, fera ensuite partie avec d'autres actrices, comme Jayne Mansfield ou Sheree North, d'un groupe de femmes au physiques assez proches de celui de Marilyn Monroe; et sera d'ailleurs engagée par les studios pour concurrencer Marilyn.
   Les trois paires de blue jeans que porte Marilyn Monroe dans le film ont été achetées par le créateur Tommy Hilfiger, aux enchères de Christies pour la somme de 42 550 Dollars.

Une rivière au goût amer
   De retour à Los Angeles pour travailler les dernières scènes en studio, Marilyn mit à profit toutes ses ruses pour gagner du temps, refusant souvent de sortir de sa loge des heures entières. David Conover (qui fut le photographe qui a "découvert" Marilyn) écrit que Marilyn voulut gâcher le film par vengeance, pour que Preminger ne retravaille plus jamais pour la Fox. Elle y est si bien parvenue, que c'est l'un des films les moins populaires.
    Bernard of Hollywood, raconta dans son journal intime que Marilyn se montrait alors désormais plus critique de son jeu que la plupart de ses censeurs et de ses fans. Un après-midi où elle assistait à la projection de rushes du film, elle fut physiquement malade de découvrir sa version d'une blonde sensuelle et sauvage. Elle était si angoissée qu'elle se rendit au bureau de Darryl Zanuck pour le consulter, mais on lui aurait répondu: "Pas de rendez-vous." Avec Natasha Lytess, elles parvinrent à rencontrer Spyros Skouras, le président de la Fox, qui lui aurait simplement répondu: "Baby, oublie les sentimentalités, tu fais de l'argent uniquement avec tes seins et ton cul... Ton talent se situe au niveau du corsage et en-dessous du nombril." Marilyn en fut terrassée et avait fini par comprendre avec horreur que, pour les studios, elle n'était qu'un produit.  
   Marilyn était mécontente de ce film, qu'elle considérait comme "le pire" de sa carrière, et en imputa la responsabilité à la 20th Century Fox; d'ailleurs, elle craint d'avoir l'air dans certaines scènes d'un "rat en train de se noyer"; deux ans après avoir tourné le film, Marilyn Monroe affirmera: "Aujourd'hui, je n'accepterais plus "La rivière sans retour". Je pense que je mérite mieux qu'un film de cow-boys de série Z, dans lequel l'interprétation passe après la mise en scène et le procédé Cinémascope. Les studios ont misé sur les paysages plutôt que sur les acteurs." 

   Et en 1960, on demanda à Otto Preminger s'il envisageait de retravailler un jour avec Marilyn, ce à quoi il répondit: "Pas pour un million de dollars !".
   
Le producteur Stanley Rubin reconnut plus tard que: "Preminger était un homme de talent. Mais ce n'était pas le bon réalisateur pour ce film." D'ailleurs, déjà à l'époque, dès la fin du tournage et avant la sortie du film en salles, la presse confirma que Stanley Rubin se posait des questions sur le choix de Preminger. Il pressentit que le réalisateur n'avait pas su retranscrire l'aura d'un western, qu'il avait ignoré des éléments clés de l'intrigue, qu'il avait dirigé certaines séquences d'action de manière statique et que dans plusieurs scènes, les raccords entre celles tournées en studio et celles tournées au Canada, ne correspondaient pas. D'ailleurs Preminger va finir par jeter l'éponge: il quitte la post-production et se rend en Europe, laissant l'éditeur Louis R. Loeffler et le producteur Stanley Rubin aux commandes pour finaliser le film. Le réalisateur Jean Negulesco a même été appelé en urgence pour refilmer certaines scènes. Otto Preminger avait en fait une rancoeur de devoir travailler au service des studios de la Fox, et il préféra vendre sa villa hollywoodienne, pour payer 150.000 dollars à la Fox pour l'annulation du reste de son contrat, qui pourtant, se terminait six mois plus tard.

Une scène à part
ronr_caverne  Il s'agit d'une séquence toute simple dans laquelle Kay (Marilyn Monroe), réfugiée dans la grotte et trempée jusqu'aux os, tremble de froid; Matt (Robert Mitchum) lui ordonne de se déshabiller et de s'enrouler dans une couverture. Puis il la masse vigoureusement. Dans cette scène, Kay découvre que Matt n'est pas ll'ours mal lêché qu'elle aurait cru. Leur relation se colore d'une charge érotique, même si Matt -pour des raisons de censure sévère du code Hayes en vigueur- s'en tient à des gestes sans ambiguité. Il n'en reste pas moins que Marilyn est nue sous la couverture, tandis que Mitchum lui masse les pieds... Cette scène n'a pas été tournée par Otto Preminger. Déçu par certains passages du film, Darryl Zanuck avait en effet demandé à Jean Negulesco, qui avait récemment dirigé Marilyn dans 'Comment épouser un millionnaire?', et que la comédienne appréciait, de faire des retakes de certaines séquences. 
 

Chansons
i_m_gonna_file_my_claim_RCAMarilyn Monroe interprète quatre chansons dans le film -toutes écrites par Ken Darby et composées par Lionel Newman-:
"One silver Dollar",
"I'm gonna file my claim",
la comptine "Down in the meadow"
et la chanson phare "River of no return".
Répétant inlassablement sous la direction de Ken Darby, jusqu'à approcher la perfection, Marilyn prit beaucoup de plaisir à travailler ces chansons. Le titre "I'm gonna file my claim" fera l'objet d'un disque (ci-contre), et l'été suivant la sortie du film, RCA en vendit plus de 75 000 exemplaires.
Elle sera néanmoins doublée partiellement par la chanteuse Gloria Wood
Pour la danse, c'est le chorégraphe Jack Cole qui enseigna à Marilyn, tel qu'il l'avait fait pour "Gentlemen Prefer Blonds" ("Les hommes préfèrent les blondes").
Quant au public, il fut ravi par les scènes dans lesquelles Marilyn chante et danse.

Chronologie du film
-le 11 avril, les 6 et 8 juin 1953: essayages de costumes du film pour Marilyn.
-fin juin 1953: départ de l'équipe de tournage pour Calgary, avec voyage en train jusque Banff.
-le 25 juillet 1953: départ de Seattle, avec escale à Vancouver et arrivée à Jasper de Marilyn, Robert Mitchum et Rory Calhoun.
-août 1953: début du tournage.
-20 août 1953: Marilyn se blesse à la cheville.
-21 aout 1953: on plâtre le pied de Marilyn; Joe DiMaggio arrive au Canada.
-fin août: fin du tournage des scènes extérieures au Canada.
-1er septembre: Marilyn, Joe DiMaggio et Mitchum quittent le Canada, ils font une escale à Seattle d'où ils prennent un autre avion pour rejoindre Los Angeles.
-Septembre 1953: tournage de scènes dans les studios de Los Angeles. Otto Preminger quitte la post-production, et Jean Negulesco tourne la scène dans la grotte.
-29 septembre 1953: fin du tournage.
-30 avril 1954: Sortie américaine de "Rivière sans retour".


La presse 
film_ronr_mag_t7j_p1film_ronr_mag_t7j_p2  film_ronr_mag_telestar_scan1film_ronr_mag_telestar_scan2


> sources:
Livre Marilyn Monroe et les caméras
Livre Marilyn, Une vie d'Hollywood, d'Ann Lloyd.
Livre Marilyn Monroe, d'Adam Victor.
Livre Les trésors de Marilyn Monroe, de Jenna Glatzer.
Livre Bernard of Hollywood's Marilyn par Susan Bernard. 
Livre Les vies secrètes de Marilyn Monroe par Anthony Summers.
Revue Les légendes d'Hollywood
, La rivière sans retour.
Le film sur wikipedia 
La fiche du film et des anecdotes sur imdb 
Les anecdotes sur allocine 

21 juin 2012

Fiche du film How to marry a millionaire

>> Sur le web:
- tout sur le film sur imdb (en anglais)
- infos sur le film sur wikipedia français


29 avril 2012

Autour du film How to marry a millionaire

 Comment épouser un millionnaire

Secrets de tournage ...
banner_htm 

 ... et anecdotes

Le Cinémascope
cinemascopeLa Twentieth Century Fox lance en 1953 une grande innovation technique depuis l'apparition de la couleur au cinéma: le Cinémascope, un nouveau format d'image panoramique. How to marry a millionaire (Comment épouser un millionnaire) est souvent présenté à tort comme le premier film en Cinémascope; alors qu'il soit sorti après The Robe (La Tunique), un péplum à sujet religieux avec Richard Burton et Jean Simmons. Pour Darryl Zanuck, le grand patron de la Fox, il s'agit alors d'un moyen de sauver les salles de cinéma face à la concurrence de la télévision, qui gagne les foyers américains. Pour convaincre les exploitants de s'équiper de nouveaux projecteurs, Zanuck affirme que tous les prochains films de la Fox seront tournés en "scope". Si ce format d'image convient parfaitement aux films à grand spectacle, il reste à prouver son utilité pour les autres films, comme les comédies et cette tâche échoue au réalisateur Jean Negulesco avec How to marry a millionnaire. Zanuck lui confie un scénario écrit par Nunnally Johnson, d'après une pièce de théâtre à succès de Broadway. Sur le plan de la mise en scène, les paysages majestueux sont remplacés par trois jeunes femmes, qui doivent être trois stars. Il s'agit néanmoins du premier film enregistré en son stéréo.

Trois actrices, trois rôles
sc06_htm_film_set_publicity_01_2aLa 20th Century Fox sort son brelan d'as: Betty Grable, Lauren Bacall et Marilyn Monroe, pour un film contant l'histoire de trois aventurières en chasse d'un mari riche. Le scénariste Nunnally Johnson précisa qu'il avait créé les personnages en les adaptant à la personnalité des trois actrices.
Au départ, Marilyn hésite à accepter en revendiquant le rôle de Loco, attribué à Betty Grable, car elle n'aimait pas son propre personnage Pola, une femme stupide affublée de lunettes. Son hésitation provient surtout des motivations de sa coach Natasha Lytess, qui cherche des rôles plus intellectuels pour Marilyn. Le réalisateur Jean Negulesco persuade Marilyn d'accepter, lui faisant valoir que c'était le meilleur rôle. Et il avait raison: la drôlerie engendrée par la myopie valut à Marilyn des critiques positives sur ses talents comiques. Pourtant Marilyn ne considérait pas son interprétation comme l'une des meilleures. Lorsqu'elle demanda au réalisateur de lui exposer les motivations de son personnage et l'interprétation du caractère, il lui répondit: "Marilyn, n'essaye pas de vendre ce sexe là. Tu es le sexe, l'institution du sexe. Et la seule motivation dont tu as besoin pour ce rôle est le fait que dans le film, tu es myope comme une taupe sans lunettes. Voilà tes motivations." Jean Negulesco expliqua que "ce qui la préoccupait, c'était la façon dont son rôle transmettait l'image du sexe, car c'était cela -croyait elle- qu'elle devait incarner."

Une coach détestée face à une actrice inquiète
sc09_htm_film_set_MM_with_lytess_1Pendant le tournage, la coach personnelle de Marilyn, Natasha Lytess, parvient à se faire détester de l'équipe, comme à son habitude, en poussant son élève à réclamer sans cesse des prises supplémentaires. Exaspéré, le réalisateur Jean Negulesco perd patience et finit par renvoyer la coach, lui interdisant l'accès au plateau de tournage. Le lendemain, Marilyn décide donc de ne pas venir au studio, prétextant une bronchite. Charles Feldman, l'agent de Marilyn, annonce qu'elle ne peut pas tourner sans sa coach; Natasha Lytess est donc non seulement réintégrée mais obtient une augmentation de salaire. Malgré les frictions avec sa répétitrice, Jean Negulesco s'entend fort bien avec Marilyn: "A la fin du tournage, je l'adorais; parce que c'était une pure enfant , parce qu'elle avait donné ce je ne sais quoi que Dieu lui avait donné, et que nous sommes encore incapables de définir ou de comprendre. Or, c'est cela qui a fait d'elle une star. Jusqu'à la fin, jusqu'au montage, nous ne savions pas si elle avait joué bien ou mal. Mais alors, il s'est avéré qu'il y avait une personne sur cet écran qui était une grande actrice: elle."
test_script_1Marilyn se déconcentrait souvent pendant une scène. "Le metteur en scène devait interrompre les prises trop longues, car elle ne tenait pas la durée", raconte le monteur Orven Schanzer. La présence de sa coach la rassurait car Marilyn apparaissait comme une femme inquiète et l'équipe la considérait comme une actrice difficile. "Marilyn dégageait un charme magique, et en dépit des problèmes qu'elle provoquait, je n'ai jamais entendu personne la dénigrer, raconte le monteur Orven Schanzer. Je pense que c'est parce que les relations de Marilyn avec les gens sur le plateau, du premier au dernier échelon, étaient simples et affectueuses."
Peu après le début du tournage, le scénariste Nunnally Johnson écrivit à un ami que "Monroe est un peu comme un zombie. On a l'impression de parler à quelqu'un qui est sous l'eau." Des années plus tard, il n'oubliera pas cette image de l'actrice ajoutant: "On n'arrive pas à se faire entendre d'elle. Elle me fait penser à un de ces animaux qu'on appelle les paresseux. Vous lui piquez le ventre avec une aiguille, il fait 'Aïe' huit jours après."
Pendant une scène où elle reçoit un coup de fil en prenant son petit-déjeuner, Jean Negulesco se souvient qu' "elle s'embrouillait complètement, répondant au téléphone avant qu'il se mette à sonner, portant la tasse de café à ses lèvres avant de l'avoir remplie."
Le réalisateur Jean Negulesco racontera d'ailleurs dans ses mémoires, que Marilyn avait une peur maladive de la caméra mais "une fois devant, une histoire d'amour extraordinaire se déroulait en secret entre elle et l'objectif. Une histoire d'amour dont personne autour d'elle n'avait conscience - réalisateur, caméraman, preneur de son. C'était un langage de regards, une intimité secrète. Il fallait attendre le montage du film pour que cette histoire d'amour nous soit révélée. L'objectif était le public."

Clins d'oeil
Le film multiplie les allusions à la carrière mais aussi à la vie privée des trois stars:
htmmurderbystrangulation> Lors de la scène du défilé, Pola (Marilyn Monroe) présente un maillot de bain et un gilet sans manche sertis de diamants, dont la vendeuse rappelle qu'ils sont "les meilleurs amis d'une femme" ("Diamonds are the girl's best friends") en référence à la célèbre chanson de Les hommes préfèrent les blondes (Gentlemen prefer blondes).
>
Dans la scène de l'avion, Pola (Marilyn) lit un roman intitulé "Murder by Strangulation" ("Meurtre par strangulation") qui renvoie à la mort de son personnage dans Niagara (1953, Henry Hathaway).

> Schatze (Lauren Bacall) affirme aimer les hommes mûrs, comme "ce vieil acteur dans L' Odyssée de l'African Queen" qui n'était autre qu' Humphrey Bogart, son mari à la ville. Lauren Bacall n'a par ailleurs eu aucun mal à se mettre dans la peau de la mannequin Schatze car avant de devenir actrice, Lauren travaillait en tant que mannequin, défilant dans des tenues devant des clientes potentielles.

> Dans la scène du chalet, Loco (Betty Grable) ne reconnaît pas un titre qui passe à la radio de son époux à la ville, le musicien Harry James.

De fausses rivalités
La presse à scandales se fait un délice de l'affiche du film, constituée de trois stars rivalisant de beauté, voulant à tout prix faire l'écho d'un crêpage de chignon entre les trois actrices. Cependant, les trois femmes s'entendent à merveilles.
sc05_htm_set_MM_with_lauren_1> Même l'exigente Lauren Bacall fait preuve d'indulgence face aux caprices et retards de Marilyn. Dans son autobiographie Be Myself and Then Some, Lauren Bacall raconte comment se passait le travail sur le plateau avec Marilyn qui était terrifiée et pleine de doutes: "Elle était effrayée, anxieuse, ne se fiait qu'à Natasha Lytess, et était toujours en retard. Pendant nos scènes, elle regardait mon front au lieu de mes yeux; à la fin d'une prise, elle ne regardait que son coach qui se tenait à côté de Jean Negulesco, pour avoir son approbation... Il fallait souvent faire une quinzaine de prises, voir davantage, ce qui veut dire qu'il fallait être bonne dans chacune d'entre elles, car on ne savait jamais laquelle serait conservée. Ce n'était pas facile et souvent énervant ! Elle était pénible et agaçante! Et pourtant, je n'arrivais pas à ne pas aimer Marilyn. Il n'y avait pas une once de méchanceté en elle, aucune malice. Elle devait simplement se concentrer sur elle et sur les gens qui n'étaient là que pour elle. Il y avait en elle quelque chose de triste -une sorte d'appel- un manque de confiance dans les autres, un malaise. Elle ne faisait aucun effort pour être agréable et pourtant, elle l'était. ."
Lauren Bacall sentait une sorte de tristesse chez Marilyn, une difficulté à se lier avec les autres. Elle et Betty Grable s'efforcèrent de l'aider à leur faire confiance, même si Marilyn parlaient rarement avec elles en dehors du plateau. "Un jour, elle vint dans ma loge, se souvient Lauren. Elle me confia qu'elle aurait vraiment voulu être à San Francisco, à une fête avec Joe DiMaggio, et manger des spaghettis. Ils n'étaient pas encore mariés. Elle voulait que je lui parle de mes enfants, de mon foyer; elle me demanda si j'étais heureuse. A son air un peu triste, elle semblait beaucoup envier cet aspect de ma vie, et espérait que cela lui arriverait un jour."

sc01_htm_set_MM_with_betty_01_1a> Mais les échotiers surveillent particulièrement les relations entre Marilyn et Betty Grable. Cette dernière avait en effet vu le rôle des Hommes préfèrent les blondes lui échapper au profit de Marilyn (> lire l' anecdote), qui revenait ainsi moins chère à la production lui attribuant un cachet bien inférieur à ce qu'aurait pu toucher Miss Grable. Et même malgré les efforts des studios pour "vendre" à la presse une guerre entre Marilyn et Betty Grable, les deux actrices s'entendirent fort bien et Betty se montra gentille avec Marilyn. Betty avait été l'idole de la nation pendant près de dix ans et passait gentiment le flambeau, déclarant à Marilyn: "Ma chérie, j'ai eu mon temps. A toi maintenant. C'est ton tour." A la fin du tournage, Betty Grable rompt brutalement avec trois ans d'avance son contrat de cinq ans avec la Fox, déclarant à Darryl F. Zanuck qu'elle ne tournerait plus de films pour la Fox. Le 3 juin 1953, le studio annonce officiellement la rupture de contrat. Son bungalow est alors attribué à Marilyn, qui refusera de s'y rendre. A la sortie du film, le nom de Betty Grable disparaît même de la tête d'affiche à titre de représailles. 

La scène marquante du film
sc03_htm_film_05_2bLa séquence la plus réjouissante du film est celle de la "powder room", expression qui renvoie à la salle de poudrière, où les dames se refont une beauté. Les pitreries de Marilyn, dans le rôle de la myope Pola, rendent cette séquence délicieusement inoubliable, où l'actrice révèle un véritable talent comique qu'elle doit sans doute aux cours qu'elle suivait au printemps de 1953, avec Lotte Goslar, une célèbre mime allemande qui incitait ses élèves à exploiter toutes leurs potentialités d'expressions corporelles. Une méthode de travail pourtant opposée à celles très cérébrales de Natasha Lytess, mais qui ont aidé Marilyn à se livrer à une prestation à la limite du burlesque. Dès son entrée au restaurant luxueux où elle retrouve ses copines, elle exécute un hilarant numéro digne de Charlie Chaplin ou de Buster Keaton, en suivant un serveur qu'elle prend pour son cavalier, en heurtant le maître d'hôtel et se cognant le nez contre le mur, juste après s'être admirée dans un miroir où son image est démultipliée. Le contraste entre cette image d'une déesse de l'amour et d'une jeune femme naïve à souhait, montre assurément à Marilyn qu'elle avait beaucoup d'humour pour tourner ainsi en dérision son statut d'idole de l'écran.
Le fameux plan où l'on découvre une Marilyn démultipliée par ses reflets dans les grands miroirs a sans doute été inspiré d'une part, par Jean Harlow, que Marilyn admirait beaucoup, mais aussi et surtout un clin d'oeil à "La Dame de Shangai" -1947- avec une Rita Hayworth aux cheveux courts et blond platine, face à de grands miroirs qui la reflètent:

film-htm-jean_harlow  film-htm-rita-1947-lady_shangai  

La musique
htm_orchestraLa scène d'ouverture du film, où l'on voit et entend un orchestre jouer, est une musique composée par Alfred Newman qui provient du film Street Scene (Scène de la rue) en 1931. Le morceau a aussi été utilisé dans le film I Wake Up Screaming (Qui a tué Vicky Lynn?) en 1941, avec déjà Betty Grable et produit par la Fox; mais aussi dans le film Gentleman's Agreement (Le mur invisible) en 1947.

Le succès du film et la starification de Marilyn
htm_premiereCe n'est qu'au soir de la première, le 4 novembre 1953 , que Marilyn Monroe put prendre la mesure de la qualité de son interprétation. Le styliste William Travilla, le maquilleur Alan Snyder et la coiffeuse Gladys Rasmussen avaient mis plus de 6 heures à la préparer pour son entrée en scène. Elle avait emprunté au vestiaire de la Fox une robe, du couturier Travilla, en crêpe de Chine couleur chair couverte de paillettes que l'on avait cousue sur elle, de longs gants blancs et une étole en renard blanc. Au cocktail précédant la première, Marilyn, tendue, avait bu plusieurs bourbon soda et était visiblement éméchée quand elle traversa la foule hurlante pour entrer dans le Fox Wilshire Theatre. On entendit Nunnally Johnson dire: "Les femmes portant des robes moulantes ne devraient jamais boire de trop". Mais pour Marilyn, la soirée fut un triomphe, "la plus belle nuit de ma vie" dira-t-elle. Le Hollywood Reporter écrivit: "Nous n'avons rien vu de tel depuis Gloria Swanson au faîte de sa gloire." Jean Negulesco approuva. Il déclara qu'elle avait "prouvé à tout le monde et à elle-même qu'elle pouvait affronter toutes les concurrences."
Quand à Nunnally Johnson, producteur et scénariste du film, il déclara que "la première fois que tout le monde aima sincèrement Marilyn, pour elle-même, dans un film, ce fut dans How to Marry a Millionaire. Elle-même fournissait une explication très perspicace de ce fait. Elle dit que de tous les films qu'elle avait tourné, c'était le seul où elle avait une certaine pudeur -pudeur non pas physique, mais par rapport à elle-même."
Au bout de quelques mois, le film avait fait une recette brute 5 fois supérieure à son budget faramineux de 2,5 millions de dollars. La longue robe d'intérieur en laine crème utilisée pour les affiches publicitaires fut vendue aux enchères en juin 1997 pour 57 000 dollars, un record pour un costume de cinéma.

Remake
Entre 1957 et 1959, la télévision américaine diffusa une série sitcom How to marry a millionaire, avec les actrices  Barbara Eden (dans le rôle de Loco Jones), Merry Anders (dans le rôle de Michelle "Mike" Page) et Lori Nelson (dans le rôle de Greta Lindquist); puis l'actrice Lisa Gaye (dans le rôle de Gwen Kirby) qui remplaca Lori Nelson.

>> photos de la série How to marry a millionaire
howtomarry_serie_1 howtomarry_serie_2 howtomarry_serie_3

 >> un épisode (partie 1) de la série How to marry a millionaire

Plus récement, Nicole Kidman a acheté les droits du film How to Marry a Millionaire (Comment épouser un millionnaire) afin de le produire et probablement s'y attribuer un rôle. 

> sources:
Livre Marilyn Monroe, d'Adam Victor
Livre Les vies secrètes de Marilyn Monroe, d'Anthony Summers
Livre Les Trésors de Marilyn Monroe 

Revue : Les légendes d'Hollywood, Comment épouser un millionnaire.
Article et photos sur thesymmetricswan
Les anecdotes sur 
allocine
La fiche du film et des anecdotes sur imdb
Le film sur wikipedia 

28 avril 2012

Les affiches de How to marry a millionaire

Comment épouser un millionnaire
Les Affiches 

Les Affiches Ciné dans le monde

> Allemagne / Autriche
film_htm_aff_allemagne_wie_1 
film-htm-comment-epouser-un-millionaire-4P
film_htm_aff_allemagne_wie_2 film_htm_aff_allemagne_wie_3 

  >  Espagne
film_htm_aff_espagne_como_4 
film_htm_adv_spanish  
film_htm_aff_espagne_como_1 film_htm_aff_espagne_como_millionaire_poster

   > France
film_htm_aff_fr_comment_3 
film_htm_aff_fr_comment_2 film_htm_aff_fr_comment_4 

> Italie
film_htm_aff_italie_come_1 film_htm_aff_italie_come_1a film_htm_aff_italie_come_2 film_htm_aff_italie_como_3

> Finlande
film_htm_aff_finlande_kuinka_1 film_htm_aff_finlande_kuinka_2 

 > Suède
film_htm_aff_suede_hur_1

  > USA / Angleterre
film_htm_aff_how_6 film_htm_aff_how_9 film_htm_aff_how_8
film_htm_aff_how_1 film_htm_aff_how_2 film_htm_aff_how_3
film_htm_aff_how_4 film_htm_aff_how_5 film_htm_aff_how_7
film_htm_aff_how_10 film_htm_aff_how_11 film_htm_aff_how_marrymillionairea 

film-htm-aff-1  film-htm-lot1154-H3257-L78858474  

08 mars 2012

Sur le tournage de How to Marry scène 1

Comment épouser un millionnaire
S
ur l
e tournage - scène 1

> Moteur... Action !
sc01_htm_film_set_01_1 
LB-htm-8

> Marilyn Monroe sur le plateau du film
sc01_htm_film_set_02_1 sc01_htm_film_set_03_1 sc01_htm_film_set_04_1

 > Marilyn avec le réalisateur Jean Negulesco
 sc01_htm_set_MM_with_jean_negulesco_1 sc01_htm_set_MM_with_jean_negulesco_1a

  > Marilyn avec Mac Krim
sc01_htm_set_MM_with_Mac_Krim_1 sc01_htm_set_MM_with_Mac_Krim_2 

> Marilyn avec Betty Grable
sc01_htm_set_MM_with_betty_01_1 sc01_htm_set_MM_with_betty_01_1a sc01_htm_set_MM_with_betty_01_1b
sc01_htm_set_MM_with_betty_02_1 sc01_htm_set_MM_with_betty_02_2a sc01_htm_set_MM_with_betty_02_2

 > Marilyn avec Betty Grable et Lauren Bacall
sc01_htm_set_MM_with_betty_lauren_1_1 sc01_htm_set_MM_with_betty_lauren_1_2a sc01_htm_set_MM_with_betty_lauren_1_3

  > Le 13 mars 1953, Marilyn reçoit le prix Look des mains de Lauren Bacall 
 1953_lookmagazineaward

> Le 30 juin 1953, on remet à Marilyn le premier numéro du magazine Look
 1953_03_15_LookAward_011_020_cap_1

05 mars 2012

Julien's Auction 03/2012 - Documents papiers

lot n°424: MARILYN MONROE JUNIOR HIGH SCHOOL DIPLOMA
A diploma from Ralph Waldo Emerson Junior High School in Los Angeles, for the ninth grade graduation of Norma Jeane Baker in 1941. Norma Jeane was 15 at the time and facing an uncertain future as the health of her guardian at that time, Ana Lower, was about to cause another change of household for Monroe.
6 by 8 inches
PROVENANCE Lot 324, Books Auction, Sotheby Parke Bernet, Sale number 94, October 21, 1973
Estimate: $3 000 - $5 000
   
lot93074  


lot n°426: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER FROM UNCLE ART
A double-sided two-page letter written to Marilyn Monroe from "Uncle Art," who was a relative of Monroe's foster mother, Grace Goddard. The letter reads in part "So glad you are making satisfactory progress in school. I advise that you be particularly diligent in the cultural subjects...sad is the fate of the young woman who has not the ambition to so model and mold her language and conduct as to have [illegible] herself to the point where she can mingle with cultured people inconspicuously." The letter is written on International Correspondence Schools of Scranton, Pennsylvania, stationery, undated and signed "Devotedly Yours, Uncle Art."
11 by 8 1/2 inches
PROVENANCE Sotheby Parke Bernet, Sale number 94, October 21, 1973
Estimate: $600 - $800
   
lot93076  


lot n°427: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER FROM SIDNEY SKOLSKY
A double-sided two-page letter from columnist Sidney Skolsky to Marilyn Monroe dated April 2, 1952. The letter is written on Albert Pike Hotel, Little Rock, Arkansas, stationery. In the letter Skolsky says he is writing because of a conversation the two just had and he cannot sleep. He writes words of encouragement to Monroe. In part, "What else can I say sweet Sunshine? How can I tell you how sure I am of you, for you?" He references an article written by LIFE magazine columnist Stan Flink: "...that putrid Stan Flink article...Can you undo it by torturing yourself?" On April 7, 1952, Monroe appeared on her first LIFE magazine cover. The affectionate letter is signed "Love ----Sid."
11 by 8 1/2 inches
PROVENANCE Sotheby Parke Bernet, Sale number 94, October 21, 1973
Estimate: $600 - $800
  
lot93077


 lot n°454: MARILYN MONROE HANDWRITTEN AND SIGNED CHECK
A Marilyn Monroe handwritten and signed check dated July 7, 1953, in the amount of $30, written to "Thrifty Mart." Monroe has entered all of the bank and personal information by hand as well as signed the check. Stamped by ThirftyMart Markets and bank on verso.
2 3/4 by 6 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
 
lot93108


 lot n°455: MARILYN MONROE SIGNED LETTER
A one-page typed contractual letter signed in ink by Marilyn Monroe, dated May 8, 1951. In the letter to William Morris Agency Inc., Monroe requests a $200 deduction in her monthly salary from 20th Century Fox so that she may cover a dental bill of $1,800 for her acting coach, Natasha Lytess. Matted together with a black and white photograph of Monroe.
18 by 22 inches, matted
Estimate: $800 - $1 200

lot93109  


lot n°464: MARILYN MONROE INSCRIBED BOOK
A Marilyn Monroe inscribed copy of Anita Loos' Gentlemen Prefer Blondes (Grosset & Dunlap, 1926). Monroe inscribed the title page for Linda Bennett "To Linda/ Love & Kisses/ Marilyn Monroe."
7 1/2 by 5 1/4 inches
PROVENANCE Lot 144, "Pop Culture: Film & Entertainment Memorabilia," Christie's, London, Sale number 6214, November 23, 2011
Estimate: $2 000 - $4 000

lot93120 lot93121


lot n°468: MARILYN MONROE LETTER FROM JEAN NEGULESCO
A two-page typed letter on personalized stationery, dated "July 14, 1958," addressed to Marilyn Monroe at the Bel Air Hotel from director Jean Negulesco. The letter is regarding a book titled The Midwife of Pont Clary which Negulesco sent to Monroe and writes about wanting to adapt into a film role for her. The letter reads in part "The thing of 'The Midwife of Pont Clary' is fundamentally sex...I have quite an exciting idea for the treatment of the story...I would like to sit down and talk to you about it...Please give this book to Arthur [Miller] to read...;" signed in black ink "Jean." This movie was never made. Negulesco directed Monroe in Full House (20th Century Fox, 1952), How to Marry a Millionaire (20th Century Fox, 1953), and River of No Return (20th Century Fox, 1954).
10 1/2 by 7 1/4 inches 
Estimate: $200 - $400
  
lot93126 


 lot n°469: MARILYN MONROE RELATED LETTER
A two-page typed letter dated September 27, 1958, on Chateau Marmont hotel stationery, to Miss May Reis, Marilyn Monroe's secretary, and believed to be from Paula Strasberg. The letter reads in part "This week was a most difficult one for Marilyn. But I saw the rushes and they were extraordinary. I have kept minute notes on this weeks' work that will cover pages and pages through the type-writer. I will send a copy on to Arthur because I think it will more than interest him professionally insofar as what happens to the actor in the process of work" and "Tonight, Eli, Marilyn, Clifford...are going out for a quiet dinner. Tomorrow we leave for Coronado and will be there, I should think, until next Thursday." This letter was written during the time Monroe was filming the comedy Some Like It Hot (United Artists, 1959) and relates to some of Monroe's expenses incurred during that time. Signed "Paula" in blue ink.
10 3/8 by 7 1/8 inches 
Estimate: $400 - $600
 
lot93127


lot n°472: MARILYN MONROE SIGNED 1957 LETTER
A typed letter from Marilyn Monroe, dated "May 7, 1957" and written to Warner Bros. Pictures, permitting them to use her name in the dialogue of their film Green Eyes ; signed by Monroe in blue fountain pen ink. Attached is a typed page of dialogue from the film where Monroe's name was used, in part, "JOYCE: / (before mirror)/ How's my hair?/ BETSY:/ (genuine admiration)/ It's beautiful, Joyce!/ JOYCE:/ (preening herself)/ It's kind of the way Marilyn Monroe does hers." The letter is framed with an image of Monroe and two other documents; a carbon copy of a letter sent to Warner Bros. Pictures from Monroe's secretary regarding this matter; and the original request letter sent to "Mrs. Lilian Dean" at Marilyn Monroe Productions Inc.
Letter, 11 by 8 1/2 inches; 23 by 38 1/2 inches, framed
Estimate: $800 - $1 200
 
lot93130 lot93131


lot n°479: MARILYN MONROE SIGNED CHECK
A Colonial Trust Company check for Marilyn Monroe Productions Inc., dated July 15, 1960, to 20th Century Fox Film Corporation for the amount of $70.44, signed in blue ballpoint pen by Marilyn Monroe. Framed with a black and white and color image of Monroe.
17 1/4 by 33 1/4 inches, framed
PROVENANCE Lot 129, "Film and Entertainment Memorabilia," Christie's, New York, Sale number 1854, May 30, 2007
Estimate: $800 - $1 200

lot93138  


lot n°484: MARILYN MONROE AND ARTHUR MILLER CHECKS
Two unwritten checks from a First National City Bank of New York account of Marilyn Monroe and Arthur Miller. Miller and Monroe were married from 1956 to 1961. Miller wrote and performed in The Misfits , Monroe's final film.
Estimate: $400 - $600

lot93143


lot n°498: MARILYN MONROE TWICE-SIGNED CHECK
A Marilyn Monroe twice-signed check. Written from a Marilyn Monroe Productions Inc. account at Colonial Trust Company in the amount of $10,000 to Marilyn Monroe. Dated July 15, 1960, and endorsed on verso by Monroe.
3 by 8 1/2 inches
Estimate: $2 000 - $4 000

lot93166 


lot n°500: MARILYN MONROE 1962 TELEGRAM TO GEORGE CUKOR
A Western Union telegram sent from Marilyn Monroe to director George Cukor dated June 8, 1962. Reads in full "Dear George Please believe me it was not my doing I had so looked forward to working with you Warmly Marilyn." On June 7 Fox fired Monroe and filed a lawsuit against her for breach of contract which ended filming of Cukor's Something's Got To Give .
5 3/4 by 8 inches

Estimate: $1 000 - $2 000

lot93169


lot n°501: MARILYN MONROE FUNERAL CARD
An original card from the funeral of Marilyn Monroe on Wednesday, August 8, 1962, at the Westwood Village Mortuary in Los Angeles. The front of the card bears an image of the Bok Singing Tower. The inside reads in part "In Memory of Marilyn Monroe" with the details of her funeral service and Psalm 23.
5 1/2 by 3 1/4 inches, folded

Estimate: $600 - $800
  
lot93170 lot94177


lot n°515: ALLAN "WHITEY" SNYDER LETTERS TO MARILYN MONROE
A one-page typed letter and signed letter to Marilyn Monroe and Arthur Miller from Allan "Whitey" Snyder, dated "July 16th, 1959," regarding working together on a future film ( The Misfits ) and his current work doing makeup for Tony Curtis. In original envelope addressed to Marilyn Monroe Productions Inc. Together with a handwritten telegram from Snyder also to Marilyn Monroe Productions, stating that he is currently working at Paramount with Tony Curtis, but is able to start working with Monroe on a film when she is ready.
Letter, 11 by 8 1/2 inches
PROVENANCE From the Estate of Allan "Whitey" Snyder

Estimate: $400 - $600
  
lot93215 lot94184
lot94185


lot n°518: MARILYN MONROE TELEGRAM TO ALLAN "WHITEY" SNYDER
A typed Western Union telegram from Marilyn Monroe to Allan "Whitey" Snyder sent upon her being fired from the film Something's Got to Give (20th Century Fox, 1962). In full, "Dear Whitey, Please believe me it was not my doing./ I had so looked forward to working with you. Warmly/ Marilyn." Something's Got to Give was never finished and was Monroe's last work before her death on August 5, 1962.
PROVENANCE From the Estate of Allan "Whitey" Snyder

Estimate: $800 - $1 200
 
lot93222  


lot n°519: MARILYN MONROE HANDWRITTEN LETTER TO ALLAN "WHITEY" SNYDER
A one-page handwritten and signed letter from Marilyn Monroe to Allan "Whitey" Snyder, dated December 22, 1960. In full, "Dear Whitey, Happy Holiday to you and Beverly and your family, even though you are making up Doris Day! Love, Marilyn." On Monroe's personal embossed stationery and envelope. Snyder was Monroe's makeup artist throughout her career, including for the films Niagara (20th Century Fox, 1953), Gentlemen Prefer Blondes (20th Century Fox, 1953), How to Marry a Millionaire (20th Century Fox, 1953), River of No Return (20th Century Fox, 1954), There’s No Business Like Show Business, The Seven Year Itch (20th Century Fox, 1955), Bus Stop (20th Century Fox, 1956), Some Like It Hot (United Arists, 1959), Let’s Make Love (20th Century Fox, 1960), and The Misfits (United Artists/Seven Arts, 1961).  Snyder also did Monroe’s makeup for her funeral in 1962.
9 by 6 inches
PROVENANCE From the Estate of Allan "Whitey" Snyder
Estimate: $2 000 - $4 000

lot93223

Sur le tournage de How to Marry scène 2

 Comment épouser un millionnaire
S
ur l
e tournage - scène 2

> Le réalisateur Jean Negulesco donne ses directives
Photographie de Jean Howard.
htm_sc02_set_1