11 novembre 2016

Catalogue "Property From The Estate Of Lee Strasberg" Juliens 11/2016

catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg_cover  Catalogue "Property From The Estate Of Lee Strasberg" issu de la vente aux enchères le 18 novembre 2016 par Julien's Auction à Los Angeles, aux Etats-Unis.

Le catalogue de 426 pages présente les lots (n°85 à n°604) composés de nombreux effets personnels que Marilyn Monroe avait légué à Lee Strasberg: photographies de son enfance, photographies personnelles; lettres, esquisses et écrits personnels (dont certains ont été publiés dans le livre Fragments); chèques et chéquiers, reçus et factures, carnet de finances; répertoires téléphoniques; scénarios; chaussures, chapeaux, accessoires, vêtements et vestes; bijoux, montres et maquillage; valise, sacs et pochettes de soirée; livres; ustensiles de cuisine; meubles et objets de décoration; machine à écrire; appareil photo etc...

> visuel du catalogue:
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p002-003 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p004-005 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p006-007 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p008-009 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p010-011 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p012-013 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p014-015 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p016-017 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p018-019 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p020-021 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p022-023 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p024-025 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p026-027 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p028-029 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p030-031 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p032-033 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p034-035 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p036-037 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p038-039 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p040-041 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p042-043 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p044-045 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p046-047 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p048-049 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p050-051 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p052-053 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p054-055 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p056-057 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p058-059 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p060-061 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p062-063 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p064-065 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p066-067 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p068-069 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p070-071 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p072-073 

catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p074-075 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p076-077 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p078-079 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p080-081 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p082-083 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p084-085 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p086-087 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p088-089 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p090-091 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p092-093 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p094-095 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p096-097 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p098-099 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p100-101 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p102-103 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p104-105 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p106-107 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p108-109 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p110-111 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p112-113 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p114-115 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p116-117 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p118-119 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p120-121 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p122-123 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p124-125 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p126-127 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p128-129 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p130-131 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p132-133 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p134-135 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p136-137 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p138-139 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p140-141 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p142-143 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p144-145 

catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p146-147 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p148-149 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p150-151 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p152-153 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p154-155 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p156-157 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p158-159 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p160-161 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p162-163 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p164-165 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p166-167 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p168-169 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p170-171 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p172-173 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p174-175 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p176-177 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p178-179 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p180-181 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p182-183 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p184-185 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p186-187 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p188-189 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p190-191 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p192-193 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p194-195 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p196-197 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p198-199 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p200-201 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p202-203 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p204-205 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p206-207 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p208-209 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p210-211 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p212-213 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p214-215 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p216-217 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p218-219 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p220-221 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p222-223 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p224-225 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p226-227 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p228-229 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p230-231 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p232-233 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p234-235 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p236-237 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p238-239 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p240-241 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p242-243 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p244-245 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p246-247 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p248-249 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p250-251 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p252-253 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p254-255 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p256-257 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p258-259 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p260-261 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p262-263 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p264-265 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p266-267 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p268-269 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p270-271 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p272-273 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p274-275 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p276-277 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p278-279 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p280-281 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p282-283 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p284-285 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p286-287 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p288-289 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p290-291 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p292-293 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p294-295 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p296-297 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p298-299 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p300-301 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p302-303 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p304-305 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p306-307 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p308-309 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p310-311 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p312-313 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p314-315 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p316-317 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p318-319 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p320-321 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p322-323 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p324-325 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p326-327 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p328-329 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p330-331 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p332-333  catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p334-335 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p336-337 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p338-339 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p340-341 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p342-343 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p344-345 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p346-347 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p348-349 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p350-351 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p352-353 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p354-355 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p356-357 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p358-359 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p360-361 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p362-363 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p364-365 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p366-367 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p368-369 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p370-371 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p372-373 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p374-375 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p376-377 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p378-379 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p380-381 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p382-383 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p384-385 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p386-387 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p388-389 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p390-391 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p392-393 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p394-395 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p396-397 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p398-399 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p400-401 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p402-403 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p404-405 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p406-407 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p408-409 
catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p410-411 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p412-413 catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p424-425 
catalogue-2016-11-17-juliens_auction-David_Gainsborough_Roberts_cover  catalogue-2016-11-18-juliens_auction-lee_strasberg-p426 

> article Press Release: Lee Strasberg :
Julien’s Auctions, the world record breaking auction house to the stars, has announced on offer one of the most personal collections of Marilyn Monroe from the estate of Lee Strasberg. The auction will include a wide variety of documents and personal items once owned by Marilyn Monroe and represents the largest collection of Marilyn Monroe artifacts ever offered at auction.
  Besides being an actor and director in his own right, Strasberg is considered the father of method acting in America. Strasberg revolutionized the art of acting by having a profound influence on performance in American theater and movies. A myriad of actors and directors from the United States and around the world gave Lee Strasberg credit for his influence on them, including Mike Nichols, Richard Harris, Dustin Hoffman, Jack Nicholson, Al Pacino, Jane Fonda and Robert DeNiro.” Stars of Hollywood’s silver screen era who trained under Strasberg include Montgomery Clift, James Dean, Jean Stapleton and of course, Marilyn Monroe. Marilyn developed a close personal relationship with Lee and his wife Paula, and she ultimately bequeathed all of her personal effects and clothing to Lee in her will. 

   "No one person ever really knew every facet of Marilyn Monroe, though countless books have attempted to piece together every first, second and third hand account of each encounter, often embellished through passage of time. Marilyn was a complex and beguiling figure in her lifetime, leaving generations of adoring fans to speculate, infer and debate about her life. What has resulted is a prismatic kaleidoscope image built upon both fact and fantasy."Anna Strasberg
   “This is one of the most important and historic auctions of Marilyn Monroe ever. This diverse collection gives us a most intimate glimpse of the screen legend. Never before have there been so many important artifacts from the life and career of the much loved global icon Marilyn Monroe as in our Nov 19th and 20th auction.”Martin Nolan, Executive Director of Julien’s Auctions.
   Perhaps the highlight of the items is one of just a few pieces of fine jewelry ever owned by Monroe: a ladies platinum and diamond cocktail watch with face reading “Blancpain, and the movement is signed Rayvill Watch Co. 17 Jewels, Unadjusted Switzerland.”  The sale includes other pieces of costume jewelry, compacts, cosmetics and a few pieces related to Joe DiMaggio. A DiMaggio highlight is an alligator men’s accessory case with custom “JDim” initial in brass on lid with a combination lock closure set to “555” — a repetition of DiMaggio’s Yankee number 5. 
   The sale will also include a beautiful 1950’s brown alligator ladies handbag from I. Magnin & Co. with matching accessories, a grey pony handbag from Mexico still containing three one peso bills, and a number of other handbags, fur coats and stoles.
   Of particular interest is a stunning ladies minaudière with the original box, featuring three compartments including one for loose powder with cotton buffer, mirror, comb, two mercury dimes, eight Phillip Morris cigarettes and a tube of used Revlon lipstick in “Bachelor’s Carnation” with a date of 1947, a virtual time capsule of one of the star’s nights out on the town.
   The items in this collection also include documents that represent signposts containing unbiased factual information placing the star in a certain place on a certain day, the only tangible things left behind to mark simple and remarkable moments in her life and career, from a taxi receipt dated February 2, 1960 listing the trip details as simply “From: 904 To: 20th Century” to a check dated July 25, 1952 written in Monroe’s hand to her mother Gladys Eley in the amount of $150.00 endorsed by her mother signed, “Mrs. Gladys P. Eley.” In addition to household, food, fur, books, beauty, and clothing receipts, there are tax documents listing the star’s expenditures in great detail, a collection of recipes given to her by friends, and of certain interest is her 1962 checkbook containing the filled out stubs of every check written from her account in the final year of her life as well as the checks written from her account immediately after her death.
   The items provide an unprecedented look at the daily details of her life, offering yet another perspective of Monroe.
   In addition to these extraordinary highlights from the screen icon’s life are documents, correspondence, poems and intimate notes featured in the appropriately titled 2012 book Fragments. The book helped to piece together a more even-handed view of the icon, demonstrating her intellectual curiosity, vulnerability and humanity. The poems included in the book offer a deeply personal look into Monroe’s thoughts, such as this excerpt: “Only parts of us will ever touch parts of others — one’s own truth is just that really — one’s own truth…” Many of the writings featured in the book are contained in notebooks that are included in the sale as well as lighter material like her now famous recipe for stuffing scrawled on a sheet of “City Title Insurance Company” notepaper.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 novembre 2016

Marilyn Monroe Auction - 11/2016 - docs papiers 1


Documents papiers - Vie Privée
Papers documents - Private Life


Lot 1: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POSTCARD
 A Beverly Hills Hotel postcard in Marilyn Monroe's handwriting, sent to Ralph Roberts in May 1961. Monroe wrote, "Dear Raffe, See I did write! I have a surprise for you and I'm not pregnant either. XOXO Love, M." Accompanied by a copy of a letter from Roberts.
3½ by 5½ inches
PROVENANCE: Partial Lot 334, “Film and Television Memorabilia,” Christie's East, New York, Sale number 7821, December 18, 1995
 Estimate: $1,000 - $2,000

245009_0  245010_0  


Lot 17: MARILYN MONROE ARTHUR MILLER SIGNED MOCK-UP TITLE PAGE
 A mock-up title page from Arthur Miller's collected plays, The Viking Press, New York, 1957, with printed dedication reading "For Marilyn" and signed by Arthur Miller.
8 1/2 by 11 1/2 inches
PROVENANCE: Lot 358, “Film and Entertainment,” Christie's, South Kensington, Sale number 6343, December 17, 1993
 Estimate: $250 - $350 

245037_0  245038_0  


Lot 33: MARILYN MONROE LEE STRASBERG EULOGY, FUNERAL GUEST LIST, AND REMBERENCE CARD
 Five typescript pages bound by a staple relating to the funeral service of Marilyn Monroe. The first page is titled "Service for Marilyn Monroe Wednesday, August 8, 1962, 1PM." The second and third pages detail Lee Strasberg's eulogy for Monroe. The fourth page is a list titled “Those invited to Attend.” The last page has a paragraph with a statement to Monroe's uninvited friends explaining the desire to keep the service private, credited to Berniece Miracle, Inez Melson and Joe DiMaggio. Together with an In Memory of Marilyn Monroe remembrance card from her funeral service at Westwood Memorial Park, dated "August 8th, 1962," and containing the 23rd Psalm and service details.
Largest, 11 by 8 1/2 inches
PROVENANCE Lot 69, “Popular Culture: Film and Entertainment,” Christie's, London, South Kensington, Sale Number 5579, November 25, 2010
 Estimate: $1,000 - $2,000

245075_0 245076_0 


Lot 78: MARILYN MONROE LETTER TO BOBBY MILLER MENTIONING ROBERT KENNEDY
 A typed, unsigned file copy of a four-page letter on two leaves, letter dated "Noon February 2" (1961), addressed to Arthur Miller's son, "Dear Bobbybones." She writes in response to Bobby's letter, "That pool table you told me about in that Danish hotel sounds great. Did I ever tell you that I can really play pool. I learned when I was about sixteen and it is something that you never forget." She also comments, "I am going to get that book you recommended; is it "Lord of the Flies" or "The Fleas"? I would love to read something really terrifying."
Most poignantly, Monroe tells Bobby about her new home, "Bobby, I have the best news: I have just completely bought my new house. ...It is an authentic little Mexican house, but it's got a gigantic swimming pool, and it looks just like Mexico. You would just love it. I have two guest rooms plus a large playroom, plus lots of patios, and a big Mexican wall goes all around the place with big high Mexican gates (that's to keep intruders out, in case anybody gets intrusive.) ...Anyway, I would love - for whichever vacation it can be arranged - if you and Janie wanted to - at least for part of vacation, even if it is just for a few days, or a week - you are welcome to stay as long as you wanted to. I will take care of your plane tickets and meet you at the airport. ..."
Monroe is also excited to share other news, "Oh, Bobby, guess what: I had dinner last night with the Attorney-General of the United States, Robert Kennedy, and I asked him what his department was going to do about Civil Rights and some other issues. He's very intelligent, and besides all that, he's got a terrific sense of humor. I think you would like him. Anyway, I had to go to this dinner last night as he was the guest of honor and when they asked him who he wanted to meet, he wanted to meet me. So, I went to the dinner and I sat next to him, and he isn't a bad dancer either." She continues telling Bobby about her conversation and pressing Kennedy to find out what he planned to do about civil rights and that he answered her questions and told her he would send her a letter with all of his plans. He asked her if she had been attending "some kind of meetings" she writes to Bobby, "I laughed and said 'no, but these are the kind of questions that the youth of America want answers to and want things done about.' Not that I'm so youthful, but I feel youthful. But he's an old 36 himself which astounded me because I'm 35. It was a pleasant evening, all in all."
She begins to close, "I haven't heard from her [Janie] since Christmas. I guess we are all a little sloppy about writing. However, I think we all know what we mean to each other, don't we. At least I know I love you kids and I want to be your friend and stay in touch. ...I love you and miss you, and, give my love to Janie."
8 1/2 by 11 inches
PROVENANCE From the Estate of Lee Strasberg
 Estimate: $1,500 - $2,000

245228_0 


Lot 79: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER FROM JEAN KENNEDY SMITH
 A single sheet of stationery listing an address in Palm Beach, Florida, with autograph notation in blue ink on recto and version reading in full, "Dear Marilyn - Mother asked me to write and thank you for your sweet note to Daddy - He really enjoyed it and you were very cute to send it. / Understand that you and Bobby are the new item! We all think you should come with him when he comes back east! Again thanks for the note. / Love, Jean Smith." Jean Smith is one of nine children to Rose and Joseph Kennedy and sister to John F. Kennedy, Robert F. Kennedy, Ted Kennedy, Eunice Kennedy Shriver and four other siblings.
7 3/4 by 5 3/4 inches
PROVENANCE From the Estate of Lee Strasberg
 Estimate: $3,000 - $5,000

245229_0  245230_0 


Lot 90: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER FROM ANA LOWER
 A single-page letter written by Ana Lower to Monroe on recto and verso, dated October 10, 1944. Lower, "Aunt Ana," as Monroe called her, was actually Grace Goddard's aunt but was a mother figure for Monroe and by all accounts one of the most important figures in her life until Lower's death in 1948. This early letter reads in part, "My precious Girl, You are outward bound on a happy journey. May each moment of its joyous expectations be filled to the brim./ New places, faces and experiences await you. You will meet them all with your usual sweetness and loving courtesy./ When you see your sister you will truly both receive a blessing." The letter was written by Lower as a send-off to Monroe as she left Los Angeles, headed to Detroit to meet her half-sister, Berniece Miracle, for the first time face-to-face in 1944.
7 1/4 by 6 inches
 Estimate: $1,000 - $1,500

245252_0  245253_0 


Lot 91: MARILYN MONROE STAMP COLLECTION BOOK
 A three-hole stamp collection book with vinyl covers from Grimes-Stassforth Stationery Company in Los Angeles, consisting of 30 pages, 10 of which have stamps glued to them. Interestingly, many of the stamps in the book are used, accompanied by new and unused identical stamps. Stamps in the book range in years from 1935 to 1936, suggesting that Marilyn Monroe collected the stamps when she was between 9 and 10 years old. The final stamp entry in the booklet contains a handwritten annotation, “#1319 AP8,” presumably in Monroe’s hand.
11 1/4 by 9 inches
 Estimate: $1,000 - $1,500

245254_0 
245255_0 245256_0  


Lot 93: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER FROM ANA LOWER
 A four-page letter on two leaves, written by Ana Lower to Monroe, dated "Monday 6:45 pm Oct 23, 1944." This early letter was written to Monroe while she was on her trip to Detroit to meet her half-sister for the first time in person. The letter reads in part, "How nice for you to have found such a lovely sister and family. I hope they will be out here too later on./ Love arranged this trip for you dear, and Love will bring Jimmie home at the right time. Now stop this nonesense [sic] about car sickness. God does not cease to be because you board a train, nor do you cease to be his perfect child because you take a car ride or a ship ride. You just forget to put your armour [sic] on."
6 3/4 by 5 1/2 inches
 Estimate: $1,000 - $1,500

245259_0  


Lot 97: MARILYN MONROE GRACE GODDARD NOTES ON BEHAVIOR OF MARILYN MONROE'S MOTHER
 An undated single page of stationery from B & H Waterproofing Mfg. Co. letterhead containing notes in pencil, in Grace Goddard's hand. A parenthetical note at the bottom of the first page reads "(I wrote these things down as Gladys said them while she was staying with me) Grace Goddard." The notes were then presumably sent to Monroe as they were among her belongings at the time of her death. The list, numbered from 1 to 15, is essentially a portrait of someone suffering mental illness, including paranoid delusions: "2. She thinks she was sent to State Hospital because years ago she voted on a Socialist ballot at Hawthorne and was being punished for doing so."; "6. She is being punished because years ago she took a drink of liquor (during prohibition) and should have been sent to jail."; "7. Sleeps with her head at the foot of bed so as not to look at Marilyn's picture - they disturb her."; "10. After listening to a political speech, said she was needed in Russia to help them."; "11. Wishes she never had had a sexual experience so she could be more Christ like."; "15. Misplaces or losing her glasses, watch, gloves, or other possessions and either accuses someone of stealing them, or are to blame for her losing them." She also expresses sudden aversion to meat and fish, fear of Catholics, belief that she was a nurse working for the government while at "Agnew" mental hospital, and belief that nobody should listen to the radio because the people are drunk when they go on the air, among many other observances. This is a fascinating firsthand account of Monroe's mother directly from someone witnessing and documenting her behavior.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245264_0 245265_0 


Lot 98: MARILYN MONROE CARD FROM HER MOTHER
 A small greeting card featuring a charming representation of a lady wearing a feather hat and veil, constructed using a button. The autograph note in pencil reads in full, "Dear One; I am very grateful for all the kindness you've shown me and as a Loving Christian Scientist (my pencil broke) I hope our God will let me return some goodness to you with out doing myself any harm. For I know good is reflected in goodness, the same as Love is reflected in Love./ As a Christian Scientist I remain very truly your Mother." The undated note is in an unpostmarked envelope addressed to "Miss Norma Jeane Dougherty 6707 Odessa Ave., Van Nuy's Cal." with return address for her mother listed as "From - G. P. Eley 2713 Honolulu Ave. Verdugo City, Cal."
5 by 4 inches
 Estimate: $3,000 - $5,000
245266_0 245267_0 


Lot 103: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER ABOUT SECRETLY CARING FOR HER MOTHER
 A four-page autograph letter with postscript continuing onto the verso of first page, in pencil, in the hand of Grace Goddard, Monroe's one-time legal guardian. The letter dated August 25, 1953, reads in part, "I have been having a wild time over that bill for G - I phoned the secretary as you said ... I could tell by her answers that you had not confided in her about G - She said she didn’t have $600 left to pay that amount and wouldn’t anyway without specific instructions from you. I had to let the whole matter drop as I didn’t want to say anything. I just hoped and prayed you would get home. Sunday morning Miss O’Brien phoned and I was too sick to talk to her … I phoned her today ... and she said if they didn’t receive $600 within the next week they would be forced to turn G - over to the county, which would mean I would have to appear again and this time we couldn’t keep it from becoming public. Another $300 is due by or before the 11th of Sept. I’m so sorry you didn’t send me a check before you left and Doc could have handled it as we did before. The only reason I asked you to have some one else handle that account was because I expected to be in Texas for several months and Doc might be out of town. Now that I don’t need that operation and expect to be here I think it is best not to confide in any more people than you have to. I wish you would send me a check for $600 quick like and I’ll tend to it immediately. Such a burden for a delicate little girl like you to hear. If we had anywhere near that amount in the bank Doc would have sent the check anyway..."
The letter is accompanied by the original transmittal envelope and a pink carbon receipt for a $600 money transfer through the Canadian Pacific Railway Company addressed to Mrs. E.S. Goddard anddated August 27, 1953, with facsimile signature of Marilyn Monroe and a note in her hand saying "sorry difficulty hope you feel better." The form states Monroe's "Place" as the Banff Springs Hotel, where she and Joe DiMaggio stayed while she was filming River of No Return (20th Century Fox 1953) in Canada. The letter clearly shows that even Monroe's secretary was not told about Monroe's mother Gladys being re-admitted to a psychiatric care facility at this time and demonstrates that Monroe was able to keep it a secret with the help of close contacts like the Goddards. Grace Goddard passed away on September 28, 1953, just over a month after this letter was written.
8 by 5 inches
 Estimate: $1,500 - $2,500

245276_0  


Lot 105: MARILYN MONROE ROCKHAVEN SANITARIUM RECEIPTS FOR THE CARE OF MARILYN MONROE'S MOTHER
A grouping of 42 receipts, ranging in date from October 1962 through April 1966, addressed to Inez C. Melson, for the care of Monroe’s mother, Gladys P. Eley, while she was staying at Rockhaven Sanitarium in Verdugo City, California. Included with the Rockhaven Sanitarium receipts are other invoices for products and services provided to Eley, including prescription medications, toothbrushes and toothpaste, repairs to her dentures, cash advances, and package deliveries sent to Gainsborough, Florida, for Eley's other daughter, Berniece Miracle. The April 27, 1966, invoice indicates that Eley’s account at Rockhaven was $7,355.90 in arrears.
 Estimate: $5,000 - $7,000

245278_0  245279_0   


Lot 159: MARILYN MONROE TYPED 1943 NOTES
 Six pages of typed thoughts and feelings from a very young Norma Jeane Dougherty expressing her thoughts on her marriage to James Dougherty as she confronts her fear that her husband has been unfaithful with his former girlfriend, Doris Ingram. She writes the letter after a night apart from Dougherty and examines her feelings with great depth of understanding and maturity, "[I]n the beginning I would/ never have stayed with him but for his love of classical/ music his intellect which made a pretense at being more/ then [sic] it was." She continues, "I was greatly/ attracted to him as one of the few young men I had no sexual repulsion for." She comments that despite steady modeling, "... to an outsider it might/ not be conceivable that I had taken my small insecurities/ and built them up into a nervous tension which although it/ had outlets was always present." After discovering that Dougherty "had spent the evening & most of the morning hours with the other woman ..." she says she "... now would/ like a chance at a third act - the unsuspecting male and/ the vengful [sic] female, but now I'm only fooling my-/ self if I do get my last act I will portray the heroine/ who bravely suffers tucking it all away to use as barage [sic]/ some now unknown man." Pages have been stored folded together and are brittle with some separation along crease lines of first page.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 5-11. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
10 1/4 by 7 1/4
 Estimate: $8,000 - $10,000

245357_0 


Lot 160: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of unlined paper with handwritten poem in pencil reading "Life -/ I am both of your directions/ Somehow remaining hanging downward/ the most/ but strong as a cobweb in the/ wind-I exist more with the cold glistening frost./ But my beaded rays have the colors I've/ seen in a painting-ah life they/ have cheated you."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 16-17. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 1/4 by 10 1/2 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000

245358_0 


Lot 161: MARILYN MONROE HANDWRITTEN NOTE
 A single page of lined paper from a Steno notebook with writing, in pencil, and with a fatalistic tone, reading in full, "Oh damn I wish that I were/ dead-absolutely nonexistent-/ gone away from here-from/ everywhere but how would I/ There is always bridges-the Brooklyn/ bridge/ But I love that bridge (everything is beautiful from there/ and the air is so clean) walking it seems/ peaceful even with all those/ cars going crazy underneath. So/ it would have to be some other bridge/ an ugly one and with no view-except/ I like in particular all bridges-there's some-/ thing about them and besides I've / never seen an ugly bridge."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 18-19. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
8 3/4 by 6 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000

245359_0  


Lot 162: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of lined paper, folded at center. The page contains a verse in pencil reading "Stones on the walk/ every color there is/ I stare down at you/ like a horizon-/ the space-air is between us beckoning/ and I am many stories up/ my feet frightened/ as I grasp towards you."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 20-21. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
12 3/8 by 8 inches
 Estimate: $8,000 - $12,000

245360_0 


Lot 163: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of lined paper with unevenly torn top edge and minor paper loss along bottom edge. The recto of page contains a poem written in pencil reading "Only parts of us will ever/ touch parts of others-/ one's own truth is just/ that really-one's own truth./ We can only share the/ part that is within another's knowing acceptable/ so one/ is for most part alone./ As it is meant to be in/ evidently in nature-at best perhaps it could make/ our understanding seek/ another's loneliness out."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 22-23. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
8 3/4 by 6 inches
 Estimate: $6,000 - $8,000

245361_0  


Lot 164: MARILYN MONROE HANDWRITTEN NOTE
 A single piece of lined notebook paper with notation in pencil showing Monroe's frustration with what must have been a relentless demand for her time and attention, reading in full, "I can't really stand Human/ Beings sometimes-I know/ they all have their problems/ as I have mine-but I'm really/ too tired for it. Trying to understand,/ making allowances, seeing certain things/ that just weary me."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 24-25. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
12 3/8 by 8 inches
 Estimate: $6,000 - $8,000

245362_0   


Lot 165: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 An envelope with rhyming poem written by Monroe in pencil on back making light of the fact that hospital gowns do not cover her "derriere." The envelope also contains a list of composers and musicians: "Beethoven/ Last 6-quartets/ Ravel-the Waltz/ Bartok-quartets of his."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 26-27. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
4 1/8 by 9 1/2 inches
 Estimate: $4,000 - $6,000

245363_0 245364_0 


Lot 166: MARILYN MONROE NOTE ON BEVERLY HILLS HOTEL STATIONERY
 A single page of hotel stationery note paper, folded down the center of the page. There are multiple marginal notes, but the main body of text reads like a poem and appears to be a mantra-like acting relaxation exercise reading in part, "Keep the balloon, and/ Dare not to worry/ Dare to/ let go - so loose/ They you pick up/ Stretch into your tone" and "Let go of my/ eyes -/ so relaxed/ only let/ my thought/ come through/ them without/ doing any/ thing to/ them."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 28-29. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
5 1/2 by 4 inches
 Estimate: $8,000 - $12,000

245365_0  


Lot 169: MARILYN MONROE EARLY CAREER PERSONAL JOURNAL
 A black "Record" book with 150 numbered and lined pages, dating to the late 1940s to early 1950s, with approximately 12 pages containing entries in Monroe's hand, including notes about Monroe’s 1948 trip to Salinas and Castroville in northern California and also a line referencing her 1951 film Love Nest. Monroe wrote on the first pages of the book, “Alone!!!!! I am alone – I am always alone no matter what.” The writings include class notes as well as deeply personal writings of her deepest insecurities, reading in part, "Fear of giving me the lines new, maybe won't be able to learn them, maybe I'll make mistakes, people will either think I'm no good, or laugh or belittle me or think I can't act."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 32-47. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 3/4 by 5 inches
 Estimate: $10,000 - $20,000

245368_0 245369_0   


Lot 170: MARILYN MONROE PERSONAL JOURNAL
 A black "Record" book with 150 numbered and lined pages, the first page dated "Feb 18, 1953" with approximately 14 pages containing entries in Monroe's hand. The notes are very personal with Monroe ruminating about her life and experiences in her past that continue to affect her life, including these notes about the childhood influence of Ida Bolender that lingers into her adult life, reading in part, "Ida - I have still been obeying her - it's not only harmful for me to do so but unrealality [sic] because in my work - I don't want to obey her any longer."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 50-65. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 1/4 by 4 3/4 inches
 Estimate: $12,000 - $18,000

245370_0 245371_0   


Lot 171: MARILYN MONROE HANDWRITTEN PROSE
 A single sheet of hotel stationery from the Waldorf Astoria, New York, where Monroe stayed between April and September 1955, with multiple verses in pencil and ink on front and back of page. The primary verse on recto was written as Monroe observed Manhattan from her suite at the hotel, reading in part, "Sooooo many lights in the darkness/ making skeletons of buildings/ and life in the streets." A poem about trees that appears to begin in the upper left margin of recto and continues onto the lower right of verso reads in full, "Sad, sweet trees-/ I wish for you-rest/ but you must be wakeful/ You must suffer-/ to loose [sic] your dark golden/ when your covering of/ even dead leaves leave you/ strong and naked/ you must be-/ alive-when looking dead/ straight though bend/ with wind/ And bear the pain & the joy/ of newness on your limbs."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 70-73. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000

245372_0  245373_0 


Lot 172: MARILYN MONROE HANDWRITTEN DREAM NARRATIVE
 Two sheets of hotel stationery from the Waldorf Astoria, New York, where Monroe stayed between April and September 1955. The pages contain notes in pencil recounting a dream in which Lee Strasberg acts as surgeon and her analyst, Dr. Hohenberg, administers anesthesia, but they are disappointed when they "cut her open" to find nothing there. She concludes, "Strasberg's dreams & hopes for theater are fallen./ Dr. H's dreams and hopes for a permant phicatrcic [sic] cure/ is given up-Arthur is disappointed-let down +." Another note in the margin mentions a dream about a "horrible repulsive man" in an elevator that she wants to discuss with Dr. Hohenberg.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 74-77. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245374_0  245375_0   


Lot 175: MARILYN MONROE HANDWRITTEN LETTER TO NORMAN ROSTEN
 A single sheet of hotel stationery from the Waldorf Astoria, New York, where Monroe stayed between April and September 1955. The page contains a letter written in multiple passes, first in pencil with added thoughts in ink, addressed to the Rostens' Brooklyn address. The cryptic letter contains a multitude of inside references and is quite difficult to follow but also sends her regards to Norman Rosten's wife Hedda, their daughter Patty and their pets Bam-Moo and Candy. Monroe also muses about the "Mr. Johnson Club," a reference to Rosten's play Mister Johnson.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 84-85. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $4,000 - $6,000

245379_0


Lot 177: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a poem in pencil on front of sheet, likely written about Miller while staying at Parkside, reading in part, "my love sleeps beside me-/ in the faint light-I see his manly jaw/ give way-and the mouth of his/ boyhood returns." The back of the sheet contains two mournful verses reading, "the pain of his longing when he looks/ at another=/ like an unfulfillment of the day/ he was born" as well as the line "And I in merciless pain/ and with his pain of Longing-/ when he looks at and loves another/ like an unfulfillment of the day/ he was born-/ we must endure/ I more sadly because I can feel no joy."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 106-109. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000

245386_0  245387_0


Lot 178: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a poem in pencil on front of sheet with multiple strikethroughs and edits, reading in part, "oh silence/ you stillness hurt my head -and / piece ears/ jars my head with the stillness/ of sounds unbearable -durable/ on the screen of pitch blackness."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 110-111. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000

245388_0 


Lot 179: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a poem in red and blue ink on front of sheet reading "To have your heart is/ the only completely happy proud thing (that ever belonged/ to me) I've ever possessed so" with alternate language suggestion in blue ink reading "thing that ever completely happen to me."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 112-113. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $6,000 - $8,000

245389_0 


Lot 180: MARILYN MONROE HANDWRITTEN NOTE
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and The Showgirl in London in 1956. The note reads “I guess I have always been deeply terrified to really be someone's wife since I know from life one cannot love another, ever, really.” Monroe had just entered her third marriage and was on location with her new husband, Arthur Miller.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 114-115. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $10,000 - $20,000

245390_0  


Lot 181: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a poem in pencil on front of sheet with multiple strikethroughs and edits, reading in part, "It is not to be for granted/ the old woman hides-/ from her glass-the one she polishes so it won't be dusty-/ daring sometimes/ to see her toothless gasp and if she perhaps very gently smiles/ she remembers-/ her pain."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 116-117. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000

245391_0  


Lot 182: MARILYN MONROE HANDWRITTEN POEM
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a mournful poem in pencil on front of sheet with multiple strikethroughs and edits, reading in full, "where his eyes rest with pleasure-I/ want to still be-but time has changed/ the hold of that glance./ Alas how will I cope when I am/ even less youthful-/ I seek joy but it is clothed/ with pain-/ take heart as in my youth/ sleep and rest my heavy head/ on his breast for still my love/ sleeps beside me."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 118-119. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $12,000 - $15,000

245392_0 


Lot 184: MARILYN MONROE HANDWRITTEN "ROXBURY NOTES"
 Three sheets of lined notebook paper torn from a spiral-bound book, each containing thoughts in pencil on recto. The notes portray a tired Monroe who has endured more than she could bear. Monroe was living in Roxbury, Connecticut, with husband Arthur Miller and was clearly disenchanted with domestic life in the country. She writes, "I've tried to imagine spring all winter-it's/ here and I still feel hopeless. I think I hate it here because there is no love here/ anymore. I regret the effort I desperately made here." She poetically writes of the mature trees on the property and then turns to self-deprecation, examining her appearance: "I see myself in the mirror now, brow furrowed-/ If I lean close I'll see-what I don't want to know-tension, sadness, disappointment, my eyes dulled, cheeks flushed with capillaries that look/ like rivers on a map -hair lying like snakes. The mouth makes me the saddes [sic]."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 125-131. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
12 1/4 by 7 1/2 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000

245394_0  


Lot 185: MARILYN MONROE 1958 NOTEBOOK
 A red Livewire wide-ruled spiral-bound notebook, most likely dating to 1958. The notebook contains five meaningful pages of writing in both pen and pencil, all of which were published in the book Fragments . One additional page not shown in the book contains pencil notations of calorie counts for foods like "Wheat germ 1/2 c" and 1 cup of orange juice, eggs and skim milk. Two of the pages written in ink reference lines from Some Like It Hot while other pages reveal deeply personal thoughts and poems, including this page that reads in part, "Help Help/ Help/ I feel life coming closer/ when all I want/ is to die."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 134-145. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
11 1/8 by 8 1/2 inches
 Estimate: $12,000 - $15,000

245395_0  245396_0   


Lot 186: MARILYN MONROE NOTES OF FRUSTRATION
 Two pages of lined note paper torn from a notebook containing agonizing notes written by Monroe on the set of a film, likely in the privacy of her dressing room, dated simply "Aug 27." The two small pages reveal the tortured nature of Monroe's process and the enormous amount of pressure she felt, reading in part, "I almost threw up my whole lunch. I'm tired. I'm searching for a way to play this part I am depressed with my whole life since I first remember - How can I be such a gay young hopeful girl ... my concentration wavers most of the time ... I must try to work and work on my concentration."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 150-151. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
8 by 4 3/4 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000

245397_0  245398_0   


Lot 187: MARILYN MONROE 1955 GUCCI ADDRESS BOOK
 A personalized brown leather, six-ring Gucci address book with custom stamped "M.M." on the front cover, belonging to Monroe circa 1955, with handwritten entries, many in Monroe’s hand. Contacts include Marlon Brando, "Mother Miller," Lee Strasberg, Maurine Stapleton, and Harold Clurman, among others. The book includes various handwritten entries and notes throughout. Of particular note is Monroe's handwritten list of very personal things she must make an effort to do, including "as often as possible to observe Strassberg's [sic.] other private classes"; "never miss my actors studio sessions"; "must make strong effort to work on current problems and phobias that out of my past has arisen," among other entries.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 152-153. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 1/2 by 6 inches
 Estimate: $40,000 - $60,000

245399_0 245400_0 
245401_0 245402_0 245403_0  
245404_0  245405_0  


Lot 190: MARILYN MONROE HANDWRITTEN NOTE
An undated note on a single sheet of unlined paper, entirely in Monroe’s hand, reading “For life/ It is rather a determination not to be overwhelmed./ For work/ The truth can only be recalled, never invented."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 158-159. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
8 by 5 inches
 Estimate: $10,000 - $20,000

245409_0  


Lot 191: MARILYN MONROE HANDWRITTEN NOTES
 Two sheets of lined notebook paper with drafts of a birthday message, likely the same message referenced by Norman Rosten in his book Marilyn Among Friends . In the book, Rosten explains that Monroe often gave herself nicknames, and "One day, she signed a note with Noodle, Sam, Max, Clump, Sugar Finny, Pussy, and so on." Both pages contain a nearly verbatim list of names reading "Happy birthday and love (we all love you)/ Noodle/ Sam/ Max/ Clump/ Sugar Finny/ Pussy/ and all the rest of us-" The draft note also reads in part "[F]orgive me for being sentimental/ I'm so glad you were born/ and that I'm living at the/ same time as you."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 160-163. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
8 3/4 by 6 inches
 Estimate: $6,000 - $8,000

245410_0  245411_0  


Lot 202: MARILYN MONROE DEEPLY PERSONAL LETTER TO PAULA STRASBERG
 A single page of lined yellow notebook paper, folded multiple times and addressed on the exterior of the folded page "To Paula/ Personal MM." The letter reads "Paula Dear,/ You asked me yesterday why-/ I felt somehow (I'm only conceiving of it this morning) that if I didn't have the control or the will to make myself do anything simple & do it right I would never be able to act or do anything - I know it sounds crazy - maybe it was even superstitious - I don't know - I don't know anything./ Something has happened I think to make me lose my confidence. I don't know what it is. All I know is I want to work./ Oh Paula I wish I knew why I am so anguished. I think maybe I'm crazy like all the other members of my family were, when I was sick I was sure I was. I'm so glad you are with me here!"
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Photocopy of this original letter on Page 190-191. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
12 1/4 by 8 inches
 Estimate: $6,000 - $8,000

245424_0 
246708_0  


Lot 261: MARILYN MONROE NOTES IN STENO BOOK
 A spiral-bound stenographer notebook by Chase Press Stationers & Printers, who supplied Monroe with her custom stationery, containing four pages with notes in Monroe's hand. The first page reads "Tonight/ be there at 7:15 - Strassbergs [sic]" then "Later - Norman & Hedda - drums?" and "Tomorrow be ready at 12:30 (for lunch) John Houston [sic]/ 4:00 Norman's play reading." The second page has a list of phone calls to make. The other two pages contain single words: "Ruby" and "My."
9 1/4 by 6 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000

245524_0 
245525_0  245526_0  245527_0  


Lot 266: ARTHUR MILLER HANDWRITTEN NOTE TO MARILYN MONROE
 A single piece of lined paper torn from a spiral-bound notebook, heavily stained, containing a note in Miller's hand for Monroe. The note reads "I am sitting here, Dearheart, and my heart is bursting with love. I try to figure when is the best date for a wedding, who should be there, where it should be. I want us to marry on my 41st birthday - October 17, 1956." The note was written early in their relationship before Monroe knew she would be in London for the filming of The Prince and the Showgirl, and before Miller knew he would be in London for the premiere of A View from the Bridge in October 1956. Despite Miller's wish to be married on his birthday, he would marry Monroe June 29, 1956, very soon after his Reno divorce from his first wife was finalized. Miller announced his intentions to marry Monroe during his testimony before The House Un-American Activities Committee, June 21, 1956, and they perhaps moved the date forward in an effort to help Miller obtain his passport to accompany his new wife to London.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $1,500 - $2,500

245538_0 
245539_0 


Lot 314: MARILYN MONROE LETTER TO ROBERT MILLER AS HUGO THE DOG WITH PHOTOGRAPHS
 An unsigned file copy of a letter written by Monroe to "Bobby" Miller dated August 22, 1957. Monroe writes the letter entirely in the voice of Hugo, their pet Basset Hound. The letter opens, "It sure is lonesome around here! But first of all I will tell you I made a mistake and I am sorry, but I chewed up one of your baseballs. I didn't mean to. I thought it was a tennis ball and that it wouldn't make any difference but Daddy and Marilyn said that they would get you another one." It continues "Oh, I did something else that I should tell you about. I jumped up very high and knocked down the badminton set. Then I proceeded to chew up the net but I didn't wreck the rackets or the birds. I am sorry I did this Bob, but what is a dog going to do?" The letter is accompanied by three small black and white snapshots of Bobby with Hugo the dog.
Photos, 2 1/2 by 2 1/2 inches
 Estimate: $500 - $700

245630_0  245631_0  


Lot 316: MARILYN MONROE LETTER TO JANE MILLER AS HUGO THE DOG WITH PHOTOGRAPHS
 An unsigned file copy of a letter written by Monroe to "Janie" Miller dated August 22, 1957. Monroe writes the letter entirely in the voice of Hugo, their pet Basset Hound. The letter opens, "How is my Mommie? Boy, was I glad to get your letter written only to me! Of course Daddy and Marilyn have been telling me things from your other letters and Bob's too, about what you have been doing at Camp and how much you are enjoying it and I don't want you to feel badly, but I have to tell you that I have missed you something awful." The letter continues with a confession: "I have been sleeping on your bed. It's because it is your bed. So far I don't think Daddy or Marilyn knows about it but every night after they close their door and they go to sleep I wait a little while and then I tiptoe upstairs and I sleep right on your bed. I think they are getting suspicious though because I heard Berniece (that's the new maid and you will like her) say, ‘I found the strangest footprints up on this bedspread.’ Of course, between you and me, they were mine." This charming letter is accompanied by two small black and white snapshots of Jane and Robert Miller with Hugo the dog.
Photos, 2 1/2 by 2 1/2 inches
 Estimate: $600 - $800
245633_0 


Lot 318: MARILYN MONROE LETTER TO HER STEPCHILDREN FROM THE CAT
 An unsigned file copy of a letter composed by Monroe in the voice of the family cat Sugar Finney, clumsily typed with misspellings reading in part, "I'm having fun driving old Rocky and that old grumpy maid of yours nuts. …Thers never a dull moment in this shack. ... Love, Sugar Feeny."
7 3/4 by 5 3/4 inches
 Estimate: $200 - $300
245635_0  


 Lot 319: MARILYN MONROE PHOTOGRAPH OF HUGO WITH INVOICES
 A group of four invoices from the Southdown Kennel in Roxbury, Connecticut addressed to Mr. Arthur Miller at 444 East 57th Street for boarding and care of Hugo the Basset Hound. Together with a small black and white snapshot of the dog.
Photo, 2 1/2 by 2 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245636_0  


 Lot 320: MARILYN MONROE LETTERS TO BOBBY MILLER AT SUMMER CAMP
 Two single-page typed, unsigned file copies of letters dated July 16, 1958, and August 9, 1957, relating a number of amusing stories. The 1958 letter is typed on the back of a piece of stationery from the Hotel Bel-Air. In the first letter, Monroe tells Bobby Miller about Hugo the dog's escapades, taking things from the neighbors, and asks him to help her figure out what his sister Janie would like for her birthday. The 1958 letter tells him, "I haven't seen Jack Lemmon yet because he is still working on another picture. He has a very funny part in this picture. Also, he plays a friend of mine. I started to take ukulele lessons because I'm supposed to know how in the picture. I've got an idea: Maybe we can learn something together--you on the guitar and me on the ukulele--you know, charge people admission to hear us."
Monroe also tells him about her brief ownership of a Cocker Spaniel: "About two days ago someone gave me a Cocker Spaniel puppy 10 months old, completely house-broken. So I was going to call your Dad and ask him if it was okay to keep him--then I found out quite by accident that he bites--he didn't bite me but he bit a woman on the throat the day before, so I said 'thanks a lot but no thanks.' His name was 'Walter' and he was a golden-haired spaniel and just beautiful but he seemed just too 'schizo' --short for schizophrenic --you remember you explained what that meant."
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $800 - $1,200
245637_0  


 Lot 321: MARILYN MONROE LETTERS TO JANE MILLER
 Two single-page typed, unsigned file copies of letters dated July 16, 1958, and August 9, 1957, relating a number of amusing stories. The 1958 letter is typed on the back of a piece of stationery from the Hotel Bel-Air and is addressed, "Dear Janie-bean." The letter, written as Monroe is preparing for Some Like It Hot , reads in part, "... [T]hanks for helping me into my white skirt. I almost didn't make it --but now that I'm busier I'll start losing weight -- you know where./ Along with ukulele lessons I have to take I'm learning three songs from the 1920 period. ... I don't know how my costumes in the picture will be yet. I'll let you know."
The second letter is written to Janie at summer camp and recounts a number of amusing stories about Hugo the Bassett Hound reading in part, "He got kicked by that donkey. Remember him? His nose swelled up with a big lump on top and it really wrecked his profile. I put an ice pack on it and it took several days for it to go down but the last time I saw him it was pretty well healed. Bernice is taking care of him and the house while I am at the hospital./ We are going home tomorrow and then I will write you by hand./ Listen, I had better stop now because I want to get off a note to Bobby today. Don't worry about me in the hospital. I am feeling much better now and I have the funniest Scotch nurse."
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $600 - $800
245638_0  


 Lot 322: MARILYN MONROE FORD THUNDERBIRD DOCUMENTS
 A Declaration of Ownership of Motor Vehicle card listing Marilyn Monroe Productions, Inc., address 444 East 57th Street, New York City, as the owner of a 1956 black Ford Thunderbird, engine #P6FH151382. The vehicle was purchased from Westport Motor Co. Inc. of Westport, Connecticut, on December 20, 1955. Together with a blank "Seller's Report of Sale of Unregistered Motor Vehicle" card and a letter dated January 7, 1960, regarding renewal of insurance for the vehicle with secretarial note regarding deadlines and the amount of payment.
Cards, 3 1/2 by 6 inches
 Estimate: $300 - $500
245639_0 
245640_0  


 Lot 323: MARILYN MONROE RECEIVED LETTER RELATED TO HER 1956 FORD THUNDERBIRD
A letter from the City of New York Department of Finance, dated October 1, 1959, to Marilyn Monroe Productions, Inc., indicating the following: "[I]t appears that the 3% New York City Sales or Compensating Use Tax was due and payable on 6/20/57. If the tax due on this transaction has been paid by you, please submit evidence thereof. If it has not been paid, kindly remit the tax plus interest of 14%, with the enclosed form on or before 10/8/59.” Monroe, husband Arthur Miller, and business partner and friend Milton Greene were photographed riding in this Thunderbird on July 2, 1956, driving from New York City to Roxbury, Connecticut.
 Estimate: $500 - $700
245641_0  


 Lot 324: MARILYN MONROE DRIVER'S MANUAL
 An official Driver's Manual booklet from the State of Connecticut Department of Motor Vehicles with interior date of August 1955, although it may have been issued anytime after this date until an updated manual was released. Together with a blank postcard addressed to the department meant to be filled out by applicant to request an appointment for a Connecticut driver test.
Booklet, 6 by 4 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245642_0  


 Lot 325: MARILYN MONROE SIGNED DRIVER'S LICENSE
 A State of Connecticut Motor Vehicles Operator's License dated October 24, 1957, and expiring June 30, 1958, listing "MM Miller of Tophet Road, Roxbury Connecticut, operator number 181034533. The license also lists Monroe's height as five feet and five inches with a date of birth of June 1, 1926, and is signed in blue pen "Marilyn Monroe Miller."
3 1/4 by 2 1/2 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245643_0  


 Lot 326: MARILYN MONROE SIGNED DRIVER'S LICENSE
 A State of Connecticut Motor Vehicles Operator's License dated July 8, 1958, and expiring June 30, 1960, listing "MM Miller of Tophet Road, Roxbury Connecticut, operator number 181034533. The license also lists Monroe's height as five feet and five inches with a date of birth of June 1, 1926, and is signed in blue pen "Marilyn Monroe Miller."
3 1/4 by 2 1/2 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245644_0  


Lot 373: MARILYN MONROE TO-DO LIST
 A small piece of lined notebook paper with notes in Monroe's hand, reading in part, "Call - Lee on Monday/ about private class" and "Monday - Luchon [sic.] interview 12:00 / Sleeping prince/ Elsa Maxwell" as well as a phone number for Dr. Kris. Lee is clearly a reference to acting coach Lee Strasberg.
3 1/2 by 5 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245715_0  245716_0 


Lot 380: MARILYN MONROE GLADSTONE HOTEL STATEMENT
 A statement in the name of Mr. and Mrs. A Miller, dated January 13, 1958, from Gladstone Hotel on East 52nd Street at Park Avenue with charges for a room January 13-17, 1958, as well as restaurant charges. Notations on the bill read "[F]or meeting held at suite with De Laurentis and MCA officials from time to time."
9 by 6 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245727_0  


Lot 411: MARILYN MONROE PERSONAL JOURNAL
 A black "Record" book with 150 numbered and lined pages, the first page dated "Feb 18, 1953" with approximately 14 pages containing entries in Monroe's hand. The notes are very personal with Monroe ruminating about her life and experiences in her past that continue to affect her life, including these notes about the childhood influence of Ida Bolender that lingers into her adult life, reading in part, "Ida - I have still been obeying her - it's not only harmful for me to do so but unrealality [sic] because in my work - I don't want to obey her any longer."
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments : Poems , Intimate Notes , Letters . Pages 50-65. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 1/4 by 4 3/4 inches
 Estimate: $12,000 - $18,000 
245762_0 245763_0   


Lot 431: MARILYN MONROE INSCRIBED RECORD FROM TRUMAN CAPOTE
 A copy of the LP Truman Capote Reading his A Christmas Memory from Breakfast at Tiffany's. "The United Artists album (1959), is inscribed in black ink on the cover in fine print "for Marilyn, with love from Truman, 1959."
12 1/4 by 12 1/4 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245797_0 245798_0 


Lot 433: LEE STRASBERG ADDRESS BOOK
 A cream leather six-ring binder of alphabetically indexed lined notebook pages containing hundreds of names, addresses and telephone numbers written in multiple hands. The book contains strikethroughs and check marks throughout, as the information was likely being transferred and updated into a new book by a secretary. The book dates to circa 1960 and contains the names of celebrities such as Shelley Winters, Marlon Brando, Eli Wallach, and Maureen Stapleton, among others. Of note is a page listing multiple numbers for “MM” as well as Marilyn Monroe’s New York City address. The book also has more administrative contacts.
9 1/8 by 8 1/4 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245801_0 
245802_0 245803_0 
245804_0 245805_0  


Lot 478: MARILYN MONROE NOTEBOOKS
 A small six-ring binder containing blank lined notebook pages in black covers by Vernon. Together with an Italian daily planner with a quantity of blank pages intact. Both books were used by Monroe, and some of the pages included in the book Fragments were removed from these notebooks.
Largest, 7 by 4 3/4 inches
 Estimate: $300 - $500
245886_0     


Lot 484: DON FELD DRAWING FOR MARILYN MONROE
 A piece of heavy brown card stock with ink and acrylic picture of a girl holding flowers with greeting reading "The World's Happiest Birthday to you from Don Feld." Together with a small note that reads "M-/ I hope this finds you well and happy - My thoughts are with you now - love, Feld."
Largest, 8 1/2 by 6 1/4 inches
 Estimate: $300 - $500
245893_0   


Lot 497: MARILYN MONROE AKC FORMS FOR MAF
 A single-page typed letter on Marilyn Monroe Productions Inc. letterhead from Pearl Moskowitz to Monroe with original postmarked transmittal envelope addressed to Monroe at The Beverly Hills Hotel. The letter accompanied forms for Monroe's dog Maf to be registered under Monroe's name with the American Kennel Club signed on verso with a secretarial signature. Together with a postcard to have the dog licensed with the ASPCA in New York City. The AKC forms list Maf's breeder as Maria S. Gurdin of Van Nuys, California a whelping date of Jan. 16, 1961; and the Sire and Dam of the dog.
Largest, 10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $400 - $600
245908_0 245909_0 245910_0  


Lot 499: MARILYN MONROE INVOICE FOR BOARDING MAF
 A single-page invoice from the Southdown Kennel in Roxbury, Connecticut, dated December 18, 1961, for "Miss M. Munroe" [sic] for boarding and housebreaking of Maf, Monroe's poodle. The charges include boarding between August 3 and December 14, 1961, at a rate of $75 per month for a total of $330, as well as brushings, shampoos, wormings, and transportation to airport for a total of $43 in additional charges.
7 1/2 by 7 1/4 inches
 
Estimate: $200 - $300
245912_0
  


Lot 507: MARILYN MONROE HOTEL NOTEPADS
 Three notepads, one with a note in Monroe's hand from the Continental Hilton in Mexico with a phone number for Wally Cox and the Bel Air Sands. Together with a blank notepad from The Beverly Hills Hotel and the Beverly Wilshire Hotel.
Largest, 5 1/2 by 4 inches
Estimate: $1,000 - $1,500
245927_0 


Lot 534: MARILYN MONROE CORRESPONDENCE WITH GERMAN DIPLOMAT
 A single-page typed, unsigned file copy of a letter dated February 12, 1962, addressed to Mr. Volkmar von Fuehlsdorff in response to a gift card that accompanied Champagne. The note card reads "Dear Miss Monroe: It was such a pleasure to have you at the party the other day - since you liked the German Champagne, May I send you this with my kind personal regards/ Sincerely V. von F." Monroe's response reads "Dear Mr. von Fuehlsdorff: Thank you for your champagne. It arrived, I drank it, and I was gayer./ Thanks again./ My best,/ Marilyn Monroe."
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $300 - $500
245969_0  


Lot 535: MARILYN MONROE LETTER FROM MAY REIS
 An autograph two-page letter on stationery from the Shelbourne Hotel, Dublin, dated April 22, 1961. The letter is accompanied by the original transmittal envelope postmarked April 22, 1961. The letter, written in red ink by Monroe's one- time secretary and assistant, May Reis, is a light travel note updating Monroe on her travels and stop in Dublin before heading to Paris.
8 by 5 inches
 Estimate: $300 - $500
245970_0  


Lot 538: EXTRAORDINARILY AMUSING LETTER FROM ERNIE KOVACS TO MARILYN MONROE
 A single sheet of paper with blind embossed address at bottom of page containing typed, signed letter from Ernie Kovacs, undated in original transmittal envelope postmarked May 29, 1961. The envelope is addressed to Monroe at her Beverly Hills Hotel bungalow. The letter, addressed to "Marilyneleh," invites Monroe to a get together at his home on June 15, giving the dress code as "... slacks or if you want to be chic, just spray yourself with aluminum paint or something." He continues, "I'll try to find someone more mature than Carl Sandburg for you. ... if Frank is in town, will be asking him. ... don't be a miserable shit and say you can't come. ... Look as ugly as possible cause the neighbors talk if attractive women come into my study." He signs the letter in black pen "Ernie" and adds a note at the bottom: "If you don't have any aluminum paint, you could back into a mud pack and come as an adobe hut. ... we'll make it a costume party. … Kovacs." The letter is a perfect portrait of the iconic, quick-thinking, zany comedian who died tragically in an auto accident in January 1962.
8 1/2 by 7 1/2 inches
 Estimate: $400 - $600
245973_0  


Lot 573: MARILYN MONROE PERSONAL NOTES
 Three pieces of paper torn from a telephone message pad with deeply personal musing in Monroe's hand in pencil reading in part, "In a way I feel better when I feel terrible because at leaast I'm feeling something" and "[D]epression - it starts to depress me when I feel that I have exposed my truest feelings to people - I am afraid that they see through me - my faults and the fact that I am really a phoney who needs and wants admiration and love (I do not want to be like this - to depend on this need - its almost" the thought continues onto another page "a form of being an ego maniack [sic] - I don't really like my self [sic]. ..." One of the pages has "Oct. 15" written, but no year is indicated.
5 1/4 by 4 inches
 Estimate: $3,000 - $5,000
246011_0  246012_0
  


Lot 574: MARILYN MONROE 1962 ADDRESS BOOK
 A red cardboard covered six-ring address book, front and back covers detached but present, belonging to Monroe circa 1962, with typed entries, including photographer Richard Avedon, Actors Studio, Henry Weinstein-the producer of Monroe’s final film Something’s Got To Give), Rupert Allan (Monroe’s publicist), Montgomery Clift, Henry Fonda, and Frank Sinatra, among many others. The book includes numerous entries and notes in Monroe’s hand throughout.
6 1/2 by 6 inches
 Estimate: $30,000 - $50,000
246013_0 246014_0 
246015_0 246016_0 246017_0 
246018_0 246019_0 246020_0  


Lot 600: MARILYN MONROE TYPED LETTER TO LEE AND PAULA STRASBERG
 A typed file copy letter dated June 1, 1962, beneath "5th Helena" addressed "Dear Lee and Paula:" and reading in part, "The most important thing in my life is my work, my work with you. The Actors Studio is my home. … I wonder if you realize what the work has meant to me. ... The studio is for the theatre and for life. Marlon and I are having talks and we hope to persuade you to come to California for awhile to do work with us. Thank you Lee for being my friend and my teacher. Thank you Paula, for being with me and really truly directing the good and right moments on film. ... When I think of home it is New York and the Actors Studio. That is where I can exist in the human race. Love, Marilyn."
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $500 - $700
246074_0  


Lot 602: MARILYN MONROE PERSONAL PROPERTY APPRAISAL
 A formal written appraisal of the contents of Monroe's home at 12305 Fifth Helena in Brentwood, California, prepared for Monroe's executor by John J. Donahue & Associates of Los Angeles. The 14-page typed report includes 12 pages of itemized listings in a room-by-room format assigning value to Monroe's personal property in the home totaling $3,176. The report gives a listing of the contents of the Living Room, Hall, Front Bedroom, Middle Bedroom, Study, Dining Room, Sun Room, Kitchen, Playroom, Exterior and Garage, and Clothing in addition to miscellaneous items.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $800 - $1,200
246078_0 246079_0 246080_0  


Lot 603: MARILYN MONROE DOCUMENTS RELATED TO THE 1963 PURCHASE OF HER BRENTWOOD HOME
 A group of documents related to the 1963 purchase of Monroe’s Brentwood, California, home, located at 12305 Fifth Helena Drive. Included are the original “Bid for Purchase of Real and Personal Property as a Unit” signed by Gilbert M. Nunez and Betty J. Nunez, dated March 14, 1963, specifying a sale price of $87,500.00 and a deposit of $8,750.00, the original deposit receipt, and a typed memo to Mrs. Inez Melson, Monroe’s business manager, from Lavon Fitzgerald, who represented the Nunez family in the transaction, with a business card for Fitzgerald stapled to the memo.
 Estimate: $1,000 - $1,500
246081_0  


Lot 604: MARILYN MONROE 1963 NOTICE OF PROPERTY SALE FOR BRENTWOOD HOME
A group of documents related to the 1963 sale of Monroe’s Brentwood, California, home, located at 12305 Fifth Helena Drive, including a letter to Inez Melson, Monroe’s business manager, stating that the petition for confirmation of the sale of Monroe’s home was set for 9:15 a.m. on May 7, 1963, together with the actual court documents and the actual notice of sale of real and personal property as a unit at private sale, likely used to publicize the sale in newspapers. The legal documents specified that Monroe’s Hotpoint freezer-refrigerator, built-in dinette set, and all tacked-down carpeting and drapes presently on premises would be included in the transaction.
 Estimate: $1,000 - $1,500
246082_0 


Lot 789: MARILYN MONROE JUNIOR HIGH SCHOOL DIPLOMA
 A diploma issued to Norma Jean Baker from Ralph Waldo Emerson Junior High in Los Angeles, California, on June 27, 1941. The future Marilyn Monroe turned 15 in June 1941. The following June, Monroe married her first husband, Jim Dougherty.
6 by 8 inches
PROVENANCE Lot 324, "Books Auction," Sotheby Parke Bernet, Sale number 94, October 21, 1973
 Estimate: $40,000 - $60,000
246331_0   


Documents papiers - Mode & Beauté
Papers documents - Mode & Beauty


Lot 149 : MARILYN MONROE HAT RECEIPTS
Two invoices from Rex Inc. of Beverly Hills, the first dated January 5, 1960, lists a Black Velour Cloche and a White Velour Cloche each priced at $55. The second invoice is dated January 20, 1960, and lists a White Feather Toque priced at $85. Both invoices indicate that Miss Dorothy Blass purchased the hats in person and charged them to "Mrs. A. Miller" of The Beverly Hills Hotel.
7 by 8 1/2 inches
 Estimate: $150 - $250
245340_0  


Lot 154: MARILYN MONROE DIET PLAN
 A two-page, typed plan titled "Calorie Restricted Diet/ 1000 Calories/ 100 Grams Protein" prepared for Monroe by Dr. Leon Krohn. The pages are undated, but some of the approved foods and meal plans are in line with the notations found in Monroe's hand in the back of Lot 185, one of Monroe's notebooks from 1958. The diet put forth presents sound health advice even by today's standards, recommending the restriction of sugar, fats and carbohydrates to whole wheat and "one small white potato boiled baked or riced" as a substitution for one slice of bread.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $400 - $600
245348_0  


Lot 219: MARILYN MONROE FUR STORAGE AND SERVICE RECEIPT AND AGREEMENT
A storage and service receipt and agreement from Maximilian Fur Company, Inc., addressed to Mrs. A. Miller, 444 East 57th Street, New York City, Apt. 13E, dated July 3, 1958, listing a ranch mink coat, a white ermine coat, and a black fox stole trimmed with silk, together with a typed note to Mrs. A. Miller on Maximilian letterhead recommending a clean and glaze for the ranch mink coat and a glaze for the black fox stole. Original business reply envelope from Maximilian Fur Company included. The ranch mink coat referenced is very likely the coat Joe DiMaggio gave to Monroe.
 Estimate: $500 - $700
245450_0  


Lot 220: MARILYN MONROE FUR APPRAISAL
 An appraisal document dated February 4, 1954, signed by Al Teitelbaum of Teitelbaum Furs for "Marilyn Monroe DiMaggio" listing a black mist mink coat valued at $10,000. This is the well-known mink coat gifted to Monroe by DiMaggio.
7 1/4 by 7 inches
 Estimate: $300 - $500
245451_0  


Lot 225: MARILYN MONROE FUR STORAGE RECEIPTS
 Four pages of storage receipts from Maximilian Furs of New York City dated July 19, 1960, itemizing 17 items in storage, together with two corresponding "Temporary fur storage record" tickets and a letter detailing work to be done to repair two of the furs on the storage receipts.
Largest, 8 1/2 by 9 1/2 inches
 Estimate: $400 - $600
245457_0  


Lot 226: MARILYN MONROE TEITELBAUM FUR DOCUMENTS
 A carbon copy of an invoice from Teitelbaum Furs for an oyster white beaver coat of Canadian origin, dated November 22, 1958, sold for $1,375 with facsimile customer signature of Arthur Miller. Together with an invitation to fashion show and letter from Al Teitelbaum to Mrs. Arthur Miller dated January 5, 1959.
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $200 - $300
245458_0 


Lot 271: MARILYN MONROE ARTHUR MILLER SAKS FIFTH AVENUE RECEIPTS
A group of five receipts from Saks Fifth Avenue in New York City, addressed to Arthur Miller, together with a corresponding Saks Fifth Avenue invoice. All receipts are dated March 23, 1960, and specify Miller purchased trousers and an overcoat among other items. The invoice is dated April 17, 1960.
 Estimate: $150 - $250
245557_0  


Lot 297: MARILYN MONROE HANDWRITTEN AND SIGNED CHECK
 A blank counter check written entirely in Monroe's hand, in black ink, dated August 14, 1954, paid to Jax in the amount of $800. Monroe has listed her address as "508 N. Palm Dr." and her phone number as "CR62211."
3 3/8 by 8 1/4 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245612_0  


Lot 298: MARILYN MONROE JAX STORE RECEIPT
 A four-page itemized carbon copy receipt for $1,858.30 worth of clothing from Jax boutique with facsimile signature of Monroe. The receipt is dated simply "8-5" with no year given. Monroe's address is listed as "444 E. 57th St. NYC," but there are instructions on the last page to mail the items to "Mrs. Arthur Miller" at her Roxbury, Connecticut, residence.
6 by 4 inches
 Estimate: $300 - $500
245613_0  


Lot 305: MARILYN MONROE EVENING GLOVE ORDER
 A group of documents dated February 19, 1958, regarding the purchase of evening gloves from the John E. Fuchs Corporation in New York City. The documents include a typed signed letter from Kay Fuchs addressed to Mrs. Miller reading in part, "Kenneth Lane of Delman's asked us to send you the enclosed gloves. ... Enclosed find also a sample pair with our compliments of white satin glove." Together with a packing slip for the order listing a pair of 20-button white kid gloves for $165 and a pair of 10-button white kid gloves for $105, an invoice for the gloves, and a statement of account.
Largest, 8 1/2 by 5 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245620_0  


Lot 328: MARILYN MONROE SIGNED CHECK WITH CORRESPONDING INVOICE
 A check signed by Monroe in blue ink, dated February 14, 1958, Valentine's Day, paid to the Profile Symmetry Salon in New York City in the amount of $58.50. The check is drawn on Monroe's Colonial Trust Company account. Together with the original invoice from the salon sent to Monroe at her 444 East 57th Street residence in New York City dated February 3rd for "9 Treatments (Jan. 7th - Jan. 30th, inc.)" in the amount of $58.50.
Invoice, 7 1/4 by 7 1/4 inches
 Estimate: $3,500 - $4,500
245648_0  


Lot 332: MARILYN MONROE STATEMENT AND INVOICES FROM ERNO LASZLO
 A statement, dated July 8, 1958, addressed to Monroe's secretary "Miss Mary [sic] Reis" presenting the total amount due for goods and services provided between June 1and July, 1958, $1,211.22. Together with 18 corresponding invoices detailing the products and services provided between these dates. The statement has a secretarial notation indicating that these charges were paid with check number 206 on July 31, 1958.
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $400 - $600
245653_0  245654_0 


Lot 334: MARILYN MONROE SKINCARE REGIME
 Five sets of instructions, eight pages, from the Erno Laszlo Institute written out for Marilyn Monroe Miller, dated June 5, 6, 11, and 12, 1958, and July 3, 1958, outlining her constantly changing skincare regime in great detail. The instructions not only divide skincare into "Morning," "Evening 'if' dressing," and "Evening before retiring," but also there are instructions on what not to eat: "Not one piece of any kind of nuts, olives, chocolate, clams and oysters." There are also separate instructions for California and "Instructions for Makeup While Making Films."
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $600 - $800
245656_0 245657_0 245658_0 
245659_0 245660_0 245661_0 
245662_0 245663_0 245664_0 


Lot 337: MARILYN MONROE CHANEL No. 5 PERFUME RECEIPT
 A receipt from I. Magnin & Co. of Beverly Hills for a bottle of Chanel No. 5 perfume totaling $73.15 including tax and delivery through "Red Arrow Spec. Delivery" service. The perfume was billed to Marilyn Monroe Miller and signed for by "(D. Blass)" to be sent to Agnes Flannigan [sic], likely a Christmas present as the receipt is dated December 24, 1959. Flanagan was one of Monroe's hairdressers for many years, including for Bus Stop in 1956 and The Misfits in 1961, among many other occasions.
6 1/4 by 4 1/4 inches
 Estimate: $400 - $600
245667_0  


Lot 338: MARILYN MONROE BEVERLY HILTON SALON RECEIPT
 A single piece of stationery from the Beverly Hilton Hotel in Beverly Hills with handwritten receipt for five hair treatments signed by "Miss Porter - Beauty Salon/ Beverly Hilton Salon."
10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $100 - $150
245668_0 


Lot 339: MARILYN MONROE INVOICE FOR SPECIAL EVENT MAKEUP
 A single page of stationery from Marie Irvine of Long Island dated September 29, 1959, addressed to Marilyn Monroe at 444 East 57th Street for "Special make-up for photography" on September 22 and 27, 1958, for a total of $100. Monroe attended the premiere of An Evening with Ives Montand at the Henry Miller's Theatre in New York with Montgomery Clift on September 22, and she attended an American Friends of the Hebrew University award ceremony with her husband on September 27.
7 by 6 inches
 Estimate: $100 - $150
245669_0 


Lot 340: MARILYN MONROE ELIZABETH ARDEN RECEIPT
 A receipt dated July 1958 from the Arden Salon for eight pairs of black false lashes signed for by "Irvine," likely makeup artist Marie Irvine, for a total of $20.60.
8 by 5 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245670_0  


Lot 374: DESIGN SKETCH FOR MARILYN MONROE GOWN
 An unsigned pencil on paper sketch of a form-fitting mermaid gown. The sketch perfectly matches the silhouette and seam construction of the gown worn by Marilyn Monroe to the June 13, 1957, premier of The Prince and the Showgirl at Radio City Music Hall in New York City. The gown was made for Monroe by John Moore, who presented Monroe with options for the color of the dress including burgundy and Kelly Green, but Monroe chose beige silk satin.
14 by 11 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245717_0 


Lot 375: DESIGN SKETCH FOR MARILYN MONROE GOWN
 An unsigned pencil on paper sketch of a form-fitting mermaid gown. The sketch perfectly matches the silhouette of the gown worn by Monroe to the June 13, 1957, premier of The Prince and the Showgirl at Radio City Music Hall in New York City. This sketch, most likely by designer John Moore, however introduces a much more elaborate set of swirled seam lines around the body. This is likely a variation presented to Monroe, who opted for the more simple and streamlined design that she wore to the premiere.
14 by 11 inches
 Estimate: $1,000 - $1,500
245718_0  


Lot 379: MARILYN MONROE ROYAL COMMAND PERFORMANCE GLOVE DOCUMENTS
 A typed letter, dated July 14, 1957, signed by Kenneth C. Rouse of London and reading in part, "I am enclosing herewith a statement … for your information, regarding the making of a pair of gloves in gold lame for Miss Marilyn Monroe, to match her dress for the Royal Command show late last year." The letter elucidates the color and fabric of this dress captured almost exclusively on black and white film. Together with three account statements and four additional administrative letters regarding settlement of the account.
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $200 - $300
245725_0  245726_0  


Lot 383: MARILYN MONROE BERGDORF GOODMAN RECEIPT
A receipt from Bergdorf Goodman dated June 28, 1960, addressed to Mrs. Arthur Miller, 444 E. 57th Street, New York. Items purchased were signed for by May Reis, Monroe’s secretary.
 Estimate: $500 - $700
245731_0 


Lot 384: MARILYN MONROE FASHION INVOICE
 Two invoice pages from Polly's at 480 Park Avenue in New York City listing a "Black wool dinner dress" for $290 and a "Natural baby lama [sic] wool coat" for $350. The salesperson has written extensive notes for "Mrs. Arthur Miller" reading in part, "This Christian Dior coat ought to be very good for you both here and in California" and "the shirred bottom can be cut off at a later period and you can have a regular hem put in and have a charming free flowing dress."
6 3/4 by 8 3/4 inches
 Estimate: $100 - $150
245732_0 


Lot 385: MARILYN MONROE COMMUNICATIONS FROM CHRISTIAN DIOR
 A series of messages from Simone Noir of Christian Dior in Paris to "Mrs. Miller," the first a letter dated March 7, 1958, reading in part, "I am very pleased to know that you will come to Paris in a few days. I certainly hope that we will have the pleasure of your visit at Christian Dior's, in spite of the heavy schedule. ... Naturally, we can show you models at your hotel. ..." The second is a telegram dated March 8, 1958, from Simone Noir saying that they are sending sketches and wish Monroe a pleasant stay in Paris. The third is a price list of the latest Dior designs, and the last is a telegram dated April 2, 1959, stating that they are happy Monroe is coming to Festival Cannes and they could make dresses for her arrival.
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $200 - $300
245733_0  


Lot 386: MARILYN MONROE HANDWRITTEN AND SIGNED CHECK
 A check written entirely in Marilyn Monroe's hand, in black ink, dated July 14, 1952, and paid to Saks & Company, in the amount of $257.51. The check is drawn on Monroe's Bank of America account. Monroe lists her address as "Bel Air Hotel."
3 1/2 by 8 1/4 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
245734_0 


Lot 387: CORRESPONDENCE REGARDING LOST MARILYN MONROE GARMENTS
 A letter from fashion designer John Moore to May Reis dated February 3, 1960, saying he will find out what happened to two "beige and black broadcloth shirtwaist sheaths" that were according to Moore "made by two of my best girls here in my workroom. … " Moore promised to trace the shipment to find the outcome of where they went. Subsequent documents, including claim to insurance company, reveal that the garments were in fact destroyed when TWA flight 595, a cargo flight, crashed after takeoff from Chicago Midway Airport on November 24, 1959, killing three people on board and eight people on the ground. The documents valued the lost garments at $750.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $200 - $300
245735_0 


Lot 389: MARILYN MONROE FERRAGAMO RECEIPT
 A handwritten receipt from the Ferragamo Shoe Salon at 424 Park Avenue in New York City dated July 3, 1958. The receipt lists Marilyn Monroe Miller at 444 East 57th Street with note that the shoes were sold "c/o Miss Reis," Monroe's secretary. Additional note at top of the page reads "Address where to send red shoes." The receipt lists six pairs of shoes, including the Felitia in white, black, beige, and red calf leather, as well as shoe trees, polish, and a pair of hose.
6 by 4 1/4 inches
 Estimate: $300 - $500
245737_0 


Lot 392: MARILYN MONROE FERRAGAMO STATEMENT
 A handwritten balance statement on a page torn from a Beverly Hills Ferragamo Shoe Salon invoice pad dated April 1, 1960. The statement is in the name of Mrs. Arthur Miller at The Beverly Hills Hotel and has secretarial notation that the balance was paid on April 29, 1960.
6 by 4 1/4 inches
 Estimate: $200 - $300

245740_0 


Lot 394: MARILYN MONROE FERRAGAMO CLIPPING AND LETTER
 A clipping from a 1959 issue of the New York Herald Tribune featuring an article titled, "Shoes by Ferragamo Designed for Comfort." Monroe, already a fan of the shoes, is not mentioned specifically in the article, although it does note that Ferragamo makes shoes for "innumerable top movie stars." Together with a letter from J. Hoffner of the Park Avenue Ferragamo Shoe Salon in New York City addressed "Dear Miss Monroe," dated September 3, 1958. The letter reads in part, "Since I know you like our spike heel opera pump very much; and since we have a great many more pair here than in our Beverly Hills store, I am writing to tell you the colors and materials I have in your size at the present time."
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $300 - $500

245742_0 


 Lot 401: MARILYN MONROE ALIATA STATEMENT OF ACCOUNT
 A typed statement dated December 1, 1959, listing outstanding charges for purchases made on October 24 and November 25, 1959, including a pair of purple suede shoes, silver kid shoes, and a pair of beige calf shoes totaling $151.74. The statement has a secretarial notation indicating that the charges were paid with check number 209 on December 8, 1959.
5 1/2 by 8 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300

245751_0  


 Lot 402: MARILYN MONROE ALIATA SHOE RECEIPT
 A typed receipt, undated, listing a pair of "Multicolor Shoes" sold to Miss Marilyn Monroe at the Bel Air Hotel for a total of $51.50. Secretarial notation on the invoice indicates that the charges were paid with check number 306 on September 5, 1958.
5 1/2 by 8 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300

245752_0   


 Lot 403: MARILYN MONROE ALIATA SHOE RECEIPT 
A handwritten receipt from Aliata Inc. imported shoes in 43 East 57th Street New York dated January 22, 1959, sold to Mrs. Marilyn Monroe of 444 East 57th Street in New York. The receipt lists 10 pairs of designer shoes by the Italian maker, including beige calf shoes, red suede, black suede, ivory - multicolor among others for a total of $392.43 including tax. Additional note at bottom of receipt lists "Bag - Helena Arpels" for an additional $64.59.
10 1/2 by 7 1/4 inches
  Estimate: $400 - $600
245753_0  245754_0
 


Lot 409: MARILYN MONROE DELMAN DOCUMENTS
 A typed letter, signed and dated June 23, 1959, from Rube Adler of Delman Inc. an exclusive New York boutique that carried Christian Dior shoes. The letter apologizes for charging Monroe for a pair of black calf pumps that were sent at the request of Kenneth Lane. Together with corresponding credit memo to correct the error, a credit invoice dated June 18, 1958, for a pair of shoes listed as "Debonair" for $18.75, and a statement dated March 25, 1958, for outstanding balance of $106.
Largest, 10 1/2 by 7 1/4 inches
 Estimate: $300 - $500
245760_0
 


Lot 443: MARILYN MONROE DANCE SHOES RECEIPT
 A receipt dated November 16, 1959, from Capezio shoes in Los Angeles listing four pairs of "#32 Black Medium" at a cost of $5 per pair, sold to "20 Century Fox" with additional notations and secretarial Marilyn Monroe signature. The receipt is for the shoes worn by Monroe as she began dance rehearsals for her film Let's Make Love that began filming in January 1960.
5 1/2 by 8 inches
 Estimate: $300 - $500
245821_0  


Lot 455: MARILYN MONROE HANDBAG RECEIPT
 A store receipt from I. Magnin & Co. of Beverly Hills. The receipt is dated June 24, 1956, and is in the name of Mrs. Arthur Miller and Marilyn Monroe of 444 East 57th Street and signed by assistant Hazel Washington. The receipt lists two items bags on sale for $30 and $46.
6 1/4 by 4 1/4 inches
 Estimate: $200 - $300
245856_0 


Lot 464: MARILYN MONROE JEWELRY INVOICE
 An invoice dated February 19, 1958, from Talmack, New York sold to Mrs. Arthur Miller. The invoice lists one pair of rhinestone earrings, $14.00.
8 1/2 by 8 1/4 inches
 Estimate: $200 - $300
245866_0  


Lot 472: MARILYN MONROE JEWELRY INVOICE
 An invoice dated June 15, 1960, from Porflex Co. of Beverly Hills listing Monroe's housekeeper, Hazel Washington. The invoice is for a pair of 14k white gold earrings with diamonds, 14k bracelet, and 14k charm totaling $406.98.
6 1/2 by 8 1/4 inches
 Estimate: $200 - $300
245875_0  


Lot 481: MARILYN MONROE I. MAGNIN & CO. STATEMENTS
 One complete and one partial original statement from I. Magnin & Company addressed to Mrs. Arthur Miller, 444 E. 57th Street, New York City. The partial statement indicates a payment of $28.97 was paid on May 2, 1960. The complete statement documents receipt of the May 2 payment, and indicates a total balance still due of $10.40.
 Estimate: $500 - $700
245890_0  


Lot 482: MARILYN MONROE CEIL CHAPMAN INVOICE
 A two-page invoice, in triplicate, listing 11 items purchased from Ceil Chapman February 10, 1958, totaling $817.75 plus $3.00 for messenger charges.
8 1/2 by 8 1/2 inches
 Estimate: $200 - $300
245891_0  


Lot 485: MARILYN MONROE CUSTOM BRA RELATED DOCUMENTS
 A handwritten note dated September 23, 1960, from Augusta Bouvier of Hollywood, California, addressed "Dear Miss Monroe:" and reading "I completed these bras on my own time, it took me four days to alter them, so I am giving you a special price of seventy five dollars." Together with an unsigned file copy of a letter dated October 31, 1957, to Fifth Avenue Fashions, reading in part, "Will you kindly send me three bras the same make as I got from you before - I believe it was Carnival - size 38-C."
Largest, 8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $300 - $500
245894_0 


Lot 495: MARILYN MONROE FERRAGAMO RECEIPTS
 A handwritten note and invoice on the back of a page and partial page torn from a Ferragamo Shoe Salon invoice pad, undated. The note reads "Dear Miss Reis, I have all 5 pairs and am sending them to you Air Mail. Enclosed is your bill. Thank you./ Sincerely yours, J. Hoffner/ P.S. We have shoe trees priced at $2.00 a pair such as I sold Miss Monroe previously. Would she like to have some?" The note is accompanied by an informally written invoice listing five pairs of Felitia shoes in beige and black calf, size 7 1/2 B, for a total of $199.75, and a more formal invoice for the same shoes dated February 3, 1960, with additional postage and packaging charges added for a new total of $203.50 billed to Monroe at The Beverly Hills Hotel.
Largest, 6 by 4 1/4 inches
 Estimate: $300 - $500
245906_0 


Lot 556: MARILYN MONROE PERFUME RECEIPT
 An invoice from Floris of Jermyn Street in London dated December 14, 1959, listing Marilyn Monroe Miller of The Beverly Hills Hotel as the purchaser of six bottles of rose geranium toilet water for a total of $28.25.
8 by 8 1/2 inches
 Estimate: $100 - $150
245992_0   


Lot 960: MARILYN MONROE SIGNED RECEIPT
 A Marilyn Monroe signed Elizabeth Arden receipt. Monroe has signed the receipt in blue ballpoint ink over the salon’s handwritten itemization of services.
8 by 5 1/2 inches
 Estimate: $2,000 - $3,000
246609_0 


 Lot 964: MARILYN MONROE SAKS FIFTH AVENUE RECEIPT
 A handwritten Saks Fifth Avenue receipt for Marilyn Monroe for six articles of clothing totaling $215.23. The receipt is dated "3-20."
6 1/4 by 4 1/2 inches
 Estimate: $600 - $800
246613_0 


Lot 989: MARILYN MONROE SAKS FIFTH AVENUE RECEIPTS
 Two handwritten Saks Fifth Avenue receipts charged to Marilyn Monroe: the first is for two lashes totaling $8.32, signed by makeup artist and hairstylist George Masters; the second is for four pieces of clothing totaling $159.12 with a carbon copy of the receipt. Together with a payment stub from February 15, 1962, showing a balance due of $1,140.88.
Largest, 7 1/2 by 6 1/2 inches
 Estimate: $600 - $800
246645_0 246646_0 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

25 mars 2014

29/06/1956 Le Mariage Civil d'Arthur et Marilyn

Le vendredi 29 juin 1956, après avoir donné une conférence de presse en compagnie de Marilyn Monroe dans l'après-midi devant son domicile à Roxbury où le couple annonce officiellement leur intention de se marier, et d'avoir vécu l'accident de voiture qui a coûté la vie à la journaliste Mara Sherbatoff, ce qui a choqué considérablement Marilyn, Arthur Miller décide de se marier immédiatement et secrètement, sans en avertir la presse, afin de reprendre le contrôle de sa vie, étant donné les événements tragiques qui se sont déroulés dans la journée. Mais Marilyn doute et demande l'avis de Milton Greene: "Arthur veut que je l'épouse maintenant. Est-ce que je fais une erreur ? Qu'en penses-tu ?" et Greene de répondre: "Fais ce qui te semble le mieux."
Miller donne de nombreux coups de téléphones à des hommes de lois et autorités locales, avant de trouver un juge qui accepte de les marier: Seymour Robinowitz, qui doit décaler à plus tard la réception donnée pour son anniversaire le soir-même.
On Friday, June, 29, 1956, after giving a press conference with Marilyn Monroe in the afternoon at his Roxbury's home where the couple officially announced their intention to marry, and to have lived the car accident who killed the journalist Mara Sherbatoff, which greatly shocked Marilyn, Arthur Miller decides to marry immediately and secretly without informing the media, to regain control of his life, after the tragic events occured in that day. But Marilyn doubt and asks to Milton Greene his advice: "Arthur wants to marry me now. Do  I make a mistake ? What do you think ?" and Greene to answer "Do what it seems the best for you".
Miller phone a lot to Men of laws and local authorities before to find a judge who agrees to marry them: this is Seymour Robinowitz, who has to hold over the reception given for his birthday that evening.


whiteplainsMarilyn Monroe et Arthur Miller se marient civilement à la mairie de White Plains, dans le comté de Westchester, Etat de New York où le juge Seymour Robinowitz leur promet de garder le secret, ne le disant même pas à sa propre femme. L'anneau que Miller a commandé chez Cartier n'est pas encore prêt (il le passera au doigt de Marilyn à la cérémonie juive le 1er juillet), il emprunte alors l'alliance de sa mère Augusta.
Marilyn s'était changée pour porter un pull à manches courtes et un fin gilet. Arthur porte une veste bleue sur un pull en col V et une chemise blanche.

certificate_wedC'est un mariage très rapide et intimiste car peu d'invités furent conviés: Sam Slavitt, un avocat ami de Miller, a organisé la cérémonie; et parmi les convives, invités par Marilyn, figurent Milton Greene, Lee et Paula Strasberg, John Moore (son ami décorateur et couturier); et du côté de Miller, son cousin Morton Miller (témoin d’Arthur) et sa femme Florence.
Sur les papiers à remplir (cf document ci-contre), dans "nom du père", Marilyn a écrit "Edward Mortenson".

Le juge Robinowitz prononce le couple "mari et femme" à 19h21. Une bouteille de champagne a été apportée et le couple porte un toast devant les étagères emplies de livres dans le bureau du juge. Marilyn semble plutôt pâle.
Miller dit "Je suis content, c'est enfin fini. Maintenant le monde peut retourner à faire ce qu'il a à faire."
Un proche de Marilyn qui travaillait au département publicité, dira plus tard, ironiquement: "Il ne réalise pas que c'est seulement le début."
Après cette brève cérémonie civile, il est 21h30 quand Marilyn et Arthur retournent à la maison de Miller à Roxbury, Connecticut, où les attendent les parents d'Arthur -Isadore et Augusta Miller- pour le dîner (du poulet) et qui ne savent même pas que le couple s'est marié.

Marilyn Monroe and Arthur Miller married civilly at the Court House in White Plains, at Westchester County, New York, where Judge Seymour Robinowitz promises them to keep the secret, don't even telling to his own wife. The ring that Miller commissioned from Cartier's is not yet ready (it will be on the Marilyn's finger at the Jewish ceremony on July 1st), then, he borrowns the ring of his mother Augusta.
Marilyn was changed to wear a sweater with short sleeves and a thin vest. Arthur wears a blue jacket over a V-neck sweater and a white shirt.
This is a very fast and intimate wedding because few guests were invited: Sam Slavitt, a lawyer friend of Miller, organized the ceremony, and among the guests invited by Marilyn are Milton Greene, Lee and Paula Strasberg , John Moore (friend fashion designer) and on the side of Miller, his cousin Morton Miller (Arthur's witness) and his wife Florence.
On the official documents, in " father's name" Marilyn writes "Edward Mortenson."
The judge Robinowitz pronounces the couple "husband and wife" at 7:21 pm. A bottle of champagne was bring and the couple toasts in front of to shelves filled with books in the judge's chamber. Marilyn looks rather wan.
Miller says "I 'm glad it's over. Now the world can go back to what he was doing."
One of Marilyn's publicist later says ironically: "He does not realize that this is only the beginning."
After this brief civil ceremony, it is 9:30 p.m. when Marilyn and Arthur return to the Miller's House in Roxbury, Connecticut, where waiting the Arthur's parents -Isadore and Augusta Miller- for dinner (a simple chicken) and who even don't know that the couple are married.

marilyn-monroe-MW-032a  marilyn-monroe-MW-211  marilyn-monroe-MW-212 
1956_06_29_new_york_civil_wed_marilyn_arthur_011_1  marilyn-monroe-MW-211a  marilyn-monroe-MW-212a 
marilyn-monroe-MW-204  marilyn-monroe-MW-205a 
marilyn-monroe-MW-204a  marilyn-monroe-MW-205b 
marilyn-monroe-MW-206  marilyn-monroe-MW-207 
marilyn-monroe-MW-206a  marilyn-monroe-MW-207a 
marilyn-monroe-MW-208a  marilyn-monroe-MW-209a  marilyn-monroe-MW-210  
1956_06_29_new_york_wed_civil_arthur_marilyn_2_1   marilyn-monroe-MW-208b   1956_06_29_new_york_wed_civil_arthur_marilyn_2_2


.photographies de Milton H. Greene
.sources
:

Marilyn Monroe, biographie de Barbara Leaming
Les vies secrètes de Marilyn Monroe
, d'Anthony Summers
Marilyn Monroe, encyclopédie d'Adam Victor
Marilyn Monroe et les caméras, Georges Belmont 
Life Remembering Marilyn


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

24 mars 2014

1/07/1956 Cérémonie Juive Mariage Marilyn et Arthur

Durant la semaine précédente (du 24 au 29 juin 1956) passée à Roxbury dans la propriété de Arthur Miller, Marilyn Monroe a demandé à Augusta Miller, la mère d'Arthur, de lui apprendre des recettes de plats typiquement juifs.
Par ailleurs, Marilyn insiste pour que les Miller téléphonent à un rabbin de la branche réformée du judaïsme, Robert Goldburg, qui accepte de lui donner une brève instruction religieuse et de célébrer la cérémonie nuptiale.
During the previous week (24 to 29 June 1956) into Roxbury, at the home of Arthur Miller, Marilyn Monroe asked to Augusta Miller, Arthur's mother, to teach her recipes from typical Jewish meals.
Furthermore, Marilyn insists for that Miller phone to a rabbi of the reformed branch of Judaism, Robert Goldburg, who agrees to give her a brief religious instruction and to celebrate the wedding ceremony.

Le dimanche 1er juillet 1956, soit deux jours après la cérémonie civile du mariage, est célébré le mariage juif de Marilyn Monroe et Arthur Miller. C'est Marilyn qui avait insisté pour obtenir cette cérémonie religieuse. La cérémonie du mariage est gardée secrète jusqu'au dernier moment.
On Sunday 1st of July 1956, two days after the civil marriage ceremony, is celebrated the Jewish Wedding Ceremony of Marilyn Monroe and Arthur Miller. This is Marilyn who has insisted to obtain that religious ceremony. The wedding ceremony is kept secret until the last moment.


1956-07-01-Marilyn_Monroe_Certificate_of_Conversion_to_Judaism1Plus tôt dans la journée, Marilyn Monroe se convertie au judaïsme -pour ce mariage- dans la ville de Lewisboro, dans l'Etat de New York: elle promet au rabbin Robert Goldburg, que tous ses enfants seraient élevés dans la foi judaïque et prête serment: "Je déclare, en la présence de Dieu et des témoins assemblés ici, rechercher le compagnonnage d'Israël".
Parmi les témoins se trouvent Arthur Miller, Kermit Miller le frère d'Arthur, et Milton H. Greene. Le rabbin lui remet un certificat de conversion (cf document ci-contre).
Earlier that day, Marilyn Monroe is converted to Judaism -for this marriage- in the town of Lewisboro in the State of New York: she promises to Rabbi Robert Goldburg, that all her children would be raised in the Jewish faith and oath "I declare, in the presence of God and witnesses assembled here, to seek companionship of Israel."
Among the witnesses are Arthur Miller, Kermit Miller the Arthur's brother, and Milton H. Greene. The rabbi gives her a certificate of conversion (see document).


1956-07-01-Ketubah_JewishPrenuptialAgreementArthur Miller et Marilyn Monroe vont signer le Ketubah, un accord prénuptial traditionnellement juif, définissant les droits et les responsabilités de l'époux envers la mariée. Ce document (cf ci-contre), richement coloré, est imprimé sur deux oblongues de feuilles et on peut y lire: "Je suis à mon bien-aimé, et mon bien-aimé est à moi. Aucun homme sans femme, aucune femme sans homme, et ni sans Dieu". Ce certificat témoigne que Arthur Miller et Marilyn Monroe ont été unis dans le mariage dans la ville de Lewisboro, à  Westchester, le 1er Juillet 1956, 22 Tamouz 5716, conformément au rite d'Israël et en conformité avec les lois de l'État de New York. Signé par le Rabbin Robert E. Goldburg et par les témoins: le frère d'Arthur, Kermit Miller, ainsi que du professeur d'art dramatique de Marilyn, Lee Strasberg.
Arthur Miller and Marilyn Monroe’s ketubah, traditionally a special Jewish prenuptial agreement, outlining the rights and responsibilities of the groom in relation to the bride. This beautiful, richly colored document (see above) is printed on two oblong 8 ½ in. x 11 in. leaves and reads, “I am my beloved’s, and my beloved is mine. No man without woman; no woman without man; and neither without God". This Testimonial witnesses that Arthur Miller and Marilyn Monroe were united in marriage in the city of Lewisboro, Westchester on July 1, 1956, 22nd of Tammuz 5716, In accordance with the rite of Israel and in compliance with the laws of the State of New York. Signed by Rabbi Robert E. Goldburg and witnessed by Arthur’s brother, Kermit Miller, as well as Marilyn’s acting coach, Lee Strasberg.


L'après-midi, les invités (amis et famille) attendent sur la terrasse en dalles de la propriété de l'agent littéraire de Miller, Kay Brown, une ancienne ferme, située à Waccabuc, près de Katonah, dans le Comté de Westchester, dans l'Etat de New York, pendant que les futurs mariés arrivent de Roxbury, où se trouve la propriété de Miller. Les invités sont au nombre de 25 (ou 30 selon les sources) et ne sont composés que d'amis très proches et de la famille de Miller: les enfants (Jane et Robert) et parents (Isadore et Augusta Miller) d'Arthur, son frère Kermit Miller, sa soeur Joan Copeland, son cousin Morty Miller et leurs conjoints respectifs, les Strasberg (Lee et Paula), les Greene (Milton et Amy, ainsi que Cecilia, la mère de Milton et Kitty Owen, la cuisinière des Greene), les Rosten (Norman et Hedda), mais aussi Jay Kanter (l'agent de Marilyn), le scénariste George Axelrod et le couturier John Moore. Il fait très chaud ce jour là, les hommes retirent leurs vestes et les femmes portent des petites robes d'été. De longues tables recouvertes de nappes blanches et des chaises pliantes sont installées dans le jardin, près de la baie vitrée de la maison. Comme à son habitude, Marilyn est en retard.
In the afternoon, the guests (friends and family) waiting on the flagstone terrace of the white home of literary agent of Miller, Kay Brown, a former farmhouse, located in Waccabuc, near Katonah, in Westchester County in the State of New York, while the bride and groom come from Roxbury, where there is the Miller's home. Guests are 25 (or 30 depending on the sources) and are composed of only close friends and Miller's family: children (Jane and Robert) and parents (Isadore and Augusta Miller) of Arthur, his brother Kermit Miller, his sister Joan Copeland, his cousin Morty Miller and their respective spouses, the Strasbergs (Lee and Paula) , the Greenes (Milton and Amy, and Cecilia, Milton's mother, and Kitty owen, cooker of the Greene), the Rostens (Norman and Hedda) and also Jay Kanter (Marilyn's publicist), the scriptwriter George Axelrod and the fashion designer John Moore. It is a heat day, so men remove their jackets and women wear little summer dresses. Long tables covered with white tablecloths and folding chairs are set in a large bay window. As usual, Marilyn is late.

 marilyn-monroe-MW-054 marilyn-monroe-MW-055 marilyn-monroe-MW-056
marilyn-monroe-MW-057 marilyn-monroe-MW-058 marilyn-monroe-MW-059
marilyn-monroe-MW-066  marilyn-monroe-MW-067 
marilyn-monroe-MW-068  marilyn-monroe-MW-065 
marilyn-monroe-MW-062 marilyn-monroe-MW-063 marilyn-monroe-MW-064
1956-07-01-wed-house-window  marilyn-monroe-MW-126  marilyn-monroe-MW-018 
1956-07-01-wed-guest-1 marilyn-monroe-MW-141 marilyn-monroe-MW-140 

> Paula Strasberg
marilyn-monroe-MW-219 

 > Amy Greene (à gauche
1956-07-01-wed-amy_greene_left

> Milton Greene
marilyn-monroe-MW-147 

> Milton Greene avec Cecilia (sa mère) et Kitty Owen (sa cuisinière)
marilyn-monroe-MW-011-a

> Jay Kanter et Milton Greene
marilyn-monroe-MW-017 


 1956-07-01-wed_miller-dressPuis Marilyn et Arthur arrivent: elle est vêtue d'un simple blue jean et se précipite dans une chambre à l'étage où la dame d'honneur, Hedda Rosten, l'aide à se changer avec la robe de mariée beige en mousseline de soie, signée des créateurs John Moore et Norman Norell, avec des fronces sur les manches et le corsage et une ceinture de satin sous le buste. Amy Greene a prêté son voile qu'elle a fait tremper dans du café une semaine auparavant, afin de renforcer l'aspect de douceur d'ombres beige du voile en auréole. (cf illustration de Michelle Shin ci-contre). Le costume qu'Arthur porte a été acheté par Milton et fourni par Jack Walker, un ami proche de Greene, qui a couru au magasin de mercerie pour hommes Mannie Walker. Miller le porte avec une cravate et a mis une fleur à sa boutonnière. Les autres dames d'honneur sont Judy Kantor et Amy Greene, qui a aidé Marilyn à se coiffer et se maquiller.

Then Marilyn and Arthur arrive: she is wearing a simple blue jeans and rushes into a room upstairs where matron of honor, Hedda Rosten, help her to change with the wedding chiffon beige dress, by the designers John Moore and Norman Norell, with ruching on the sleeves and bodice and a satin sash under the bust. Amy Greene has loaned her veil that she had soaked veil in coffee a week before, to enhance the appearance of smooth beige shadows of halo veil (see illustration below against Michelle Shin). The suit Arthur wears is actually purchased by Milton and provides by Jack Walker, dear friend of the Greene’s, who runs the Mannie Walker men’s haberdashery store. Miller wears a tie and put a flower in his buttonhole.
The other matrons of honor are Judy Kantor and Amy Greene, who helped Marilyn to make hair and makeup.

marilyn-monroe-MW-074-a  marilyn-monroe-MW-075-b 

Cependant, Marilyn semble perturbée depuis deux jours (en fait, depuis le mariage civil du vendredi): elle est nerveuse, anxieuse et se renferme sur elle-même, comme l'ont constaté Milton et Amy Greene. Milton avait d'ailleurs téléphoné à Irving Stein, l'avocat de Marilyn pour lui demander de "se tenir prêt en cas de difficulté de dernière minute". Pendant que Marilyn se prépare dans la chambre, Milton en profite pour discuter avec elle: "Je ne t'ai pas vu sourire de toute la journée. Tu es bien sûre de ce que tu fais ? (...) Tu veux vraiment de ce mariage ? Tu n'y es pas obligée, tu sais. Si tu veux tout arrêter, ce n'est pas compliqué", lui dit Milton. Des larmes commencent à couler sur le visage de Marilyn et Amy la réconforte en lui précisant: "On peut te mettre dans une voiture pour sortir doucement par la porte de derrière. Nous, on se débrouillera avec les invités. Le mariage civil pourrait certainement être annulé avant que le rituel religieux ne vint apporter sa solennité à l'union". Et Marilyn de répondre calmement: "Non, je crois que je ne veux pas me marier".
Milton sort de la chambre et s'apprête à renvoyer tout le monde, mais Marilyn le rappele: "Non, Milton ! On a invité tous ces gens, on ne peut pas faire ça, on ne peut pas les décevoir !"
D'après Amy, Marilyn avait vu un mauvais présage dans la mort accidentelle de la journaliste Maria Scherbatoff (le 29 juin, lors de la conférence de presse donnée avec Miller à Roxbury): "Mais elle savait aussi, présage ou pas, qu'elle commettait une terrible erreur en acceptant ce mariage". D'ailleurs, un autre ami de Marilyn confie: "Elle n'était pas sûre de l'aimer, mais elle n'était pas sûre non plus de ne pas l'aimer. Au cœur de sa confusion, cependant, était son sentiment qu'elle était dépassée avec cet homme. Son insécurité allait crescendo à cette époque. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander ce que cet intellectuel voulait d'elle, et cela la rendait folle. Cherchait-il juste une femme trophée, comme Joe ? C'est ce qui se passait vraiment ici."

However, Marilyn seems disturbed for two days (in fact, since the civil marriage on Friday ): she is nervous, anxious and contains about herself, as noted by Milton and Amy Greene. Milton has also phoned to Irving Stein, Marilyn's lawyer, asking him to "be ready in case of trouble of last minute." While Marilyn prepares herself in the bedroom, Milton tooks the opportunity to discuss with her: "I have not seen you smile all the day. You're very sure of what you do ? ( ... ) Do you really want to this marriage ? You are not required on it, you know. If you want to stop everything, it's not complicated, " says Milton. Tears begin to flow on the face of Marilyn and Amy comforts her by saying "We can put you in a car to go out softly by the door behind the house. We will attend the guests. Civil marriage certainly could be canceled before the religious ritual come to bring solemnity to the union." And Marilyn answers calmly, "No, I think I don't want to marry." Milton leaves the room and is about to oust everyone but Marilyn recalls him: "No, Milton ! We have invited all these people, we can't do that, we can't let down them !"
According to Amy, Marilyn saw a bad omen in the car accidental of journalist Maria Scherbatoff whi diead (on June 29, just before the press conference with Miller in Roxbury): "But she also knew, omen or not, that she was making a terrible mistake by accepting this marriage." Moreover, another friend of Marilyn says:
"She wasn't sure that she loved him, but she wasn't sure she didn't. At the core of her confusion, though, was her sense that she was in over her head with this man. Her insecurity were running wild by this time. She couldn't help but Wonder what this intellectual wanted with her, and it was driving her crazy. Was he just looking for a trophy wife, as Joe had ? What was really going on here".


Pendant ce temps, le Rabbin Robert Goldberg et les invités patientent dans le living-room. Milton Greene accompagne Marilyn à la sortie de la chambre pour la mener au bras de Lee Strasberg, qui joue ainsi le rôle du père de substitution de la mariée en la menant à l'autel. La cérémonie, qui a lieu devant la cheminée de marbre du living-room, ne dure qu'à peine 10 minutes et se célèbre selon le rituel juif. Les époux boivent le vin rouge: Marilyn soulève son voile pour déposer ses lèvres sur la coupe. Elle prononce un "je le veux" d'une voix douce et tremblante. Ils s'échangent les alliances: au cours des deux jours précédents, Miller avait acheté un anneau d'or chez Cartier qui portait l'inscription: "A. à M., juin 1956. Maintenant Pour Toujours." Puis, Miller casse son verre en l'écrasant de ses pieds, en souvenir de la destruction de Jérusalem, et la foule s'écrie: "Mazel Tov!"
Meanwhile, Rabbi Robert Goldberg and guests wait in the living room. Milton Greene accompanies Marilyn from the bedroom and lead her to the arm of Lee Strasberg, who plays the role of a surrogate father to the bride, leading her to the altar. The ceremony, which takes place in front of the marble fireplace in the living-room, lasts just 10 minutes and is celebrated according to the Jewish ritual. The couple drink red wine: Marilyn raised her veil to submit her lips on the cup. She delivers an "I do " in a soft, tremulous voice. They shall exchange alliances: in the previous two days, Miller has bought a gold ring from Cartier's which bore the inscription: "A. to M., June 1956, Now For Ever." Then Miller crushes his glass under his feet, in remembrance of the destruction of Jerusalem, and the crowd cried "Mazel Tov!"

--- En attendant la mariée / Waiting for the bride ---

> Kermit Miller, Arthur Miller et Lee Strasberg
marilyn-monroe-MW-069  marilyn-monroe-MW-069-a 

 > Kitty Owen et Cecilia Greene
marilyn-monroe-MW-070

> Hedda Rosten, le Rabbin Goldberg et Arthur Miller
marilyn-monroe-MW-071-a  marilyn-monroe-MW-072-a  

--- La cérémonie / The ceremony ---
marilyn-monroe-MW-076-a  ph-greene-wedding-1956-06-29_c2  marilyn-monroe-MW-094-a 
marilyn-monroe-MW-095  marilyn-monroe-MW-125  ph-greene-wedding-1956-06-29_c3 
ph-greene-wedding-1956-06-29_c  
marilyn-monroe-MW-077  marilyn-monroe-MW-078  marilyn-monroe-MW-079 
marilyn-monroe-MW-080  marilyn-monroe-MW-081  marilyn-monroe-MW-085 
marilyn-monroe-MW-082-1  marilyn-monroe-MW-082-1-b  marilyn-monroe-MW-082-2 
marilyn-monroe-MW-031-1  marilyn-monroe-MW-083  marilyn-monroe-MW-084 
marilyn-monroe-MW-004-b  marilyn-monroe-MW-006-a  marilyn-monroe-MW-050-a 
marilyn-monroe-MW-051  marilyn-monroe-MW-051-b  marilyn-monroe-MW-053-a 
marilyn-monroe-MW-086  marilyn-monroe-MW-087  marilyn-monroe-MW-088 
marilyn-monroe-MW-089  marilyn-monroe-MW-090 
marilyn-monroe-MW-092  marilyn-monroe-MW-093  marilyn-monroe-MW-093-b 
marilyn-monroe-MW-007-a  marilyn-monroe-MW-052  marilyn-monroe-MW-052-b 
marilyn-monroe-MW-073  marilyn-monroe-MW-073-b 
marilyn-monroe-MW-091  marilyn-monroe-MW-091-b  marilyn-monroe-MW-005-b  


Ensuite, le repas du mariage prend des airs bucoliques, avec l'organisation d'un lunch en plein air dans le jardin.
Au menu: homard, dinde et champagne, ainsi que la pièce montée (les Miller s'étaient adressés à huit pâtissiers avant d'en trouver un qui accepte de la confectionner en quelques heures). Marilyn et Arthur coupent ensemble les tranches, et s'embrassent sans retenue. Arthur Miller, habituellement stoïque, se montre très attentionnée et enchanté de sa nouvelle épouse; et Marilyn semble très heureuse. Depuis plusieurs mois, les proches de Miller ont observé une aisance physique qui l'avait complètement transformé. Norman Rosten dira: "Le conte de fées était devenu réalité. Le Prince était apparu, la Princesse était sauve." Marilyn écrira au dos d'une photographie du mariage: "Espoir, Espoir, Espoir."
Then, the wedding meal takes bucolic aspect, with the organization of a lunch outside, in the garden.
On the menu: lobster, turkey and champagne and the wedding cake (Millers had approached eight pastry before finding one who agrees to make it in a few hours). Marilyn and Arthur cut the slices together, and kiss each other without restraint. Arthur Miller, usually stoic, is very caring and delighted with his new wife, and Marilyn seems very happy. For several months, Miller's closest friends have observed a physical ease that has completely transformed him. Norman Rosten will say that "The fairy tale came true. The Prince appeared, the Princess was safe." Marilyn wrote on the back of the wedding photography "Hope, Hope, Hope."

--- Dans la maison / In the house ---

> Kitty Owen (cuisinière des Greene) et Marilyn
marilyn-monroe-MW-033-b-with_kitty_owen-cuisiniere_greene  marilyn-monroe-MW-146 

> Lee Strasberg et Marilyn
marilyn-monroe-MW-142 marilyn-monroe-MW-143 marilyn-monroe-MW-144-a 
marilyn-monroe-MW-142-b   marilyn-monroe-MW-145 

 --- Sur la terrasse / On the terrace ---

> Marilyn, Arthur et Joan Copeland (soeur d'Arthur) 
marilyn-monroe-MW-137-a-with_joan_miller_sister  marilyn-monroe-MW-138-a  marilyn-monroe-MW-139-a 
marilyn-monroe-MW-138-b  marilyn-monroe-MW-138-c 

> Arthur, Marilyn et Kermit Miller (frère d'Arthur)
marilyn-monroe-MW-098-a-with_kermit_miller marilyn-monroe-MW-099-a marilyn-monroe-MW-100-a 
marilyn-monroe-MW-012  marilyn-monroe-MW-123-b 
marilyn-monroe-MW-122-a-with_kermit_miller  marilyn-monroe-MW-123-a  marilyn-monroe-MW-124-a 

> Arthur, Marilyn et Cecilia (mère de Milton Greene)
marilyn-monroe-MW-013  marilyn-monroe-MW-014
marilyn-monroe-MW-013-a  marilyn-monroe-MW-008-with_cecilia_mother_milton_greene 
marilyn-monroe-MW-096  marilyn-monroe-MW-097-a 

> Paula et Lee Strasberg, Marilyn et Arthur
marilyn-monroe-MW-217-a  marilyn-monroe-MW-217-b 

> Marilyn et Arthur
marilyn-monroe-MW-127 marilyn-monroe-MW-129-a marilyn-monroe-MW-131-a 
marilyn-monroe-MW-132-a marilyn-monroe-MW-133-a 
marilyn-monroe-MW-134-a marilyn-monroe-MW-135-a 
marilyn-monroe-MW-128-a marilyn-monroe-MW-130-a marilyn-monroe-MW-136-a 

 --- Le repas / The Lunch ---

marilyn-monroe-MW-220-a 
marilyn-monroe-MW-173a  marilyn-monroe-MW-176a  marilyn-monroe-MW-177a 
marilyn-monroe-MW-102  marilyn-monroe-MW-103  marilyn-monroe-MW-158-b 
marilyn-monroe-MW-015  marilyn-monroe-MW-016  marilyn-monroe-MW-218 
marilyn-monroe-MW-101  marilyn-monroe-MW-216-a  marilyn-monroe-MW-148-a 
marilyn-monroe-MW-171a  marilyn-monroe-MW-104  marilyn-monroe-MW-109 
marilyn-monroe-MW-105-1  marilyn-monroe-MW-105-2 
marilyn-monroe-MW-106-a  marilyn-monroe-MW-107  marilyn-monroe-MW-108-a 
marilyn-monroe-MW-030-1  marilyn-monroe-MW-030-1-b  1956-wed-cap-lunch-1 
marilyn-monroe-MW-020  marilyn-monroe-MW-021-b 
marilyn-monroe-MW-022  marilyn-monroe-MW-019-b 
marilyn-monroe-MW-110 marilyn-monroe-MW-111 marilyn-monroe-MW-112
marilyn-monroe-MW-112-b marilyn-monroe-MW-112-c 
marilyn-monroe-MW-113  marilyn-monroe-MW-114 
marilyn-monroe-MW-114-2  marilyn-monroe-MW-115-a 
marilyn-monroe-MW-116-a  marilyn-monroe-MW-117-a  marilyn-monroe-MW-118-a 
marilyn-monroe-MW-119  marilyn-monroe-MW-119-b  marilyn-monroe-MW-120-a 
marilyn-monroe-MW-121-a  marilyn-monroe-MW-121-b 
ph-greene-wedding-1956-06-29_b1 ph-greene-wedding-1956-06-29_b2 ph-greene-wedding-1956-06-29_b3 
ph-greene-wedding-1956-06-29_b 
marilyn-monroe-MW-028-1  marilyn-monroe-MW-028-1a  1956-wed-cap-lunch-2
marilyn-monroe-MW-023  marilyn-monroe-MW-023-c  marilyn-monroe-MW-023-b 

> La pièce montée
marilyn-monroe-MW-060  marilyn-monroe-MW-060-a  marilyn-monroe-MW-061 
marilyn-monroe-MW-027-a  marilyn-monroe-MW-027-b  marilyn-monroe-MW-156 
marilyn-monroe-MW-157  marilyn-monroe-MW-028-2  marilyn-monroe-MW-029a 
marilyn-monroe-MW-029a-b  marilyn-monroe-MW-029a-c 
ph-greene-wedding-1956-06-29_a 
marilyn-monroe-MW-032-1  marilyn-monroe-MW-032-1a 
marilyn-monroe-MW-032-1-a ph-greene-wedding-1956-06-29_a3 marilyn-monroe-MW-149-a 
marilyn-monroe-MW-150    marilyn-monroe-MW-150-b 
marilyn-monroe-MW-151  marilyn-monroe-MW-151-b  marilyn-monroe-MW-152 
marilyn-monroe-MW-213-b  marilyn-monroe-MW-030-2  marilyn-monroe-MW-030-2-b 
marilyn-monroe-MW-214  marilyn-monroe-MW-215-LeeStrasberg_NormanRosten_JayKanter_PaulaStrasberg_IsadoreMiller  marilyn-monroe-MW-215
marilyn-monroe-MW-154-b ph-greene-wedding-1956-06-29_a1 
marilyn-monroe-MW-031-2-b  ph-greene-wedding-1956-06-29_a2 
marilyn-monroe-MW-031-2  marilyn-monroe-MW-031-2-c  marilyn-monroe-MW-221 
marilyn-monroe-MW-159  marilyn-monroe-MW-160  marilyn-monroe-MW-172a 
marilyn-monroe-MW-174a  marilyn-monroe-MW-175a 


> captures

1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-01-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-01-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-01-3 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-02-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-02-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-02-3 
1956-wed_miller-cap01-1  1956-wed_miller-cap01-2  1956-wed_miller-cap01-3 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-03-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-03-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-03-3 
1956-wed_miller-cap02-1  1956-wed_miller-cap02-2  1956-wed_miller-cap02-3 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-3 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-4 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-5 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-04-6 
1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-05-1 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-05-2 1956-07-01-jewish_wedding_ceremony_marilyn_arthur-cap_JT_2016-05-3 
1956-wed_miller-cap03-1  1956-wed_miller-cap03-2  1956-wed_miller-cap03-3 
1956-wed_miller-cap04-1  1956-wed_miller-cap04-2  1956-wed_miller-cap04-3 
1956-wed_miller-cap04-4  1956-wed_miller-cap04-5  1956-wed_miller-cap04-6 
1956-wed_miller-cap05-1  1956-wed_miller-cap05-2  1956-wed_miller-cap05-3 
1956-wed_miller-cap06-1  1956-wed_miller-cap06-2  1956-wed_miller-cap06-3 

> videos film footage
 


> photo de presse
1956-07-01-wed_miller-press-1 


.photographies de Milton H. Greene
.sources
:

Marilyn Monroe, biographie de Barbara Leaming
Les vies secrètes de Marilyn Monroe
, d'Anthony Summers
Marilyn Monroe, encyclopédie d'Adam Victor
Les trésors de Marilyn Monroe, de Jenna Glatzer
Marilyn Monroe et les caméras, Georges Belmont 
Life Remembering Marilyn
Marilyn in Fashion
de Nickens and Zeno


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Enregistrer

2/07/1956 Visite de Lee Strasberg à Greene - Vente de la propriété de Miller

paula_lee-1957Le 2 juillet 1956, le lendemain de la cérémonie juive du mariage de Marilyn d'avec Arthur Miller, Lee Strasberg arrive à l'improviste au bureau de Milton Greene, pour lui demander de verser à sa femme Paula Strasberg un salaire de 2 500 Dollars par semaine, hors les frais de dépenses, pour son travail de coach pour le tournage du "Prince et la Danseuse" qui doit se dérouler en Angleterre. Il propose aussi en alternative, que la société des 'Marilyn Monroe Productions' serve un pourcentage des bénéfices engendrés par le film en échange des services rendus par Paula.
Lee Strasberg était à la tête, avec sa femme Paula, de l'Actor's Studio de New York et ils avaient parfois du mal à gagner de l'argent. A travers Marilyn Monroe, ils ont pu entrevoir une solution à leurs ennuis financiers. Et il semble probable que ce soit Paula qui poussa son mari à aller faire cette requête auprès de Greene. Il lui stipule que si sa demande n'est pas prise en compte, il refuse de laisser Paula partir en Angleterre, en sachant pertinemment que Marilyn étant émotionellement fragile, elle serait incapable de faire le film sans Paula.
Il informe aussi Greene que Laurence Olivier est un mauvais choix pour travailler avec Marilyn et qu'il serait préférable d'engager à la place George Cukor: Lee règle ses propres comptes car Olivier a ouvertement méprisé la "méthode" enseignée à l'Actors Studio et a déjà critiqué la façon d'enseigner de Lee Strasberg. Et comme Marilyn était une élève de l'Actors Studio depuis un an, si elle offre une bonne préstation de comédienne dans "Le Prince et la Danseuse", Strasberg pense que le mérite serait revenu à Olivier. Il cherche donc à ébranler la relation entre Marilyn et Olivier.
Milton Greene considère désormais Lee Strasberg comme une sorte de maître-chanteur et Marilyn ne voulant pas s'impliquer dans les négociations de sa production et refusant toute discussion, elle insiste d'accorder à Strasberg ce qu'il veut. Mais cette requête dépasse le budget des Marilyn Monroe Productions, alors Marilyn propose de donner une partie de son cachet, et c’est ainsi que Paula devient la troisième personne la mieux payée du film, après Laurence Olivier et Marilyn.

On July 2, 1956, the day after of the Jewish wedding ceremony of Marilyn with Arthur Miller, Lee Strasberg arrives unexpectedly at the Milton Greene's office, asking him to pay his wife Paula Strasberg a salary of 2 500 Dollars per week, excluding costs of expenses, for her work as a coach for the filming of "The Prince and the Showgirl" to be held in England. He also offers the alternative that society 'Marilyn Monroe Productions' serves a percentage of the profits generated by the film in exchange for the services rendered by Paula.
Lee Strasberg was the head, with wife Paula, of the Actors Studio in New York and they sometimes had trouble making money. Through Marilyn Monroe, they were able to point to a solution to their financial troubles. And it seems likely that this is Paula who pushed her husband to make this request to Greene. He says to him that if his request is not taken into account, he refuses to let Paula going in England, and knowing that Marilyn is emotionally fragile, she would be unable to make the film without Paula.
He also informs Greene that Laurence Olivier is a bad choice to work with Marilyn and it would be best to hire George Cukor instead: Lee settles its own accounts because Olivier has openly despised the "method" taught at the Actors Studio and has criticized how Lee Strasberg works. And as Marilyn was a student of the Actors Studio for a year, if she provides a good performance as an actress in "The Prince and the Showgirl", Strasberg thinks that merit would income to Olivier. So, he wants to undermine the relationship between Olivier and Marilyn.
Milton Greene now considers Lee Strasberg as a kind of blackmailer and Marilyn doesn't want to get involved in the negotiations of its production and refusing any discussion, she insists to give Strasberg what he wants. But this query exceeds the budget of the 'Marilyn Monroe Productions', Marilyn then proposes to give a part of her salary, and this is why Paula becomes the third person with the highest pay on the film after Laurence Olivier and Marilyn.


 roxbury_millerLe même jour, le journal Herald Tribune publie une annonce: « Nid d’amour du dramaturge et de la vedette de l’écran. Sept pièces, trois salles de bains, piscine, court de tennis, terrasse, garage pour deux voitures, petit studio. Deux hectares. 29 500$ (38 500 avec plus de douze hectares)». Il s'agit de la propriété d'Arthur Miller à Roxbury dans le Connecticut, celle où avec Marilyn, ils ont donné ensemble une conférence de presse le 29 juin recevant photographes et journalistes du monde entier. La maison sera rapidement vendue à 27 500$ ; après qu’une petite hypothèque et les frais seront réglés, la somme restante sera déposée en main tierce en vue de l’achat d’une propriété voisine.

The same day, the Herald Tribune publishes an announcement: "Love Nest of a playwright and a screen star. Seven rooms, three bathrooms, swimming pool, tennis court, terrace, garage for two cars, small studio. Two hectares. $ 29,500 (38,500 with more than twelve hectares)." This is the Arthur Miller's house in Roxbury, Connecticut, the one where with Marilyn, they gave together a press conference on June 29, receiving worldwide photographers and journalists. The house will soon be sold at $ 27,500, after that a small mortgage and expenses will be paid, the remaining amount will be deposited in escrow for the purchase of a neighboring property.


.sources:
Marilyn Monroe, biographie de Barbara Leaming


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 


19 février 2014

Marilyn Monroe’s Long Island Affair

Marilyn Monroe’s Long Island Affair

By Spencer Rumsey
published on January 1, 2013

online
longislandpress.com

marilyn-monroe-long-island-photo-shoot 
Marilyn Monroe was already one of the most famous women in America when she posed for Eve Arnold, herself a pioneering photographer, at a Mt. Sinai playground and in a nearby marsh in 1955.  (Eve Arnold/Magnum Photos)

 When Marilyn Monroe came out to Fire Island in 1955 to spend the weekend with Lee and Paula Strasberg, who were mentoring her at their famed Actors Studio in Manhattan, she famously remarked, “What a lovely place this is—it’s got water all around it.”

But that wasn’t her first time on Long Island. In 1949 Monroe had visited the Town of Oyster Bay’s Tobay Beach with Andre de Dienes, a photographer friend who’d once been her lover in California when she was still using her real name, Norma Jeane, and struggling to get her footing in Hollywood as a model.

Then she was a budding starlet and she’d come east to promote the Marx Brothers’ forgettable last film, Love Happy, in which she tells Groucho that she needs his help because “some men are following me” and he lasciviously replies, “Really. I can’t imagine why.”

In de Dienes’ pin-up photograph, Monroe was 23 and full of promise. Her troubled childhood in orphanages and foster homes were long behind her. A bright future lay still ahead.

marilyn-monroe-pull-quote-new2By the summer of 1955 Monroe had become one of the most famous women in America. Her marriage to Joe DiMaggio, the Yankee Clipper, was over, and she’d left Hollywood in a contract fight with 20th Century Fox. Her studio bosses had wanted her to do The Girl in Pink Tights. She balked and formed Marilyn Monroe Productions in New York.

The image of her skirt billowing in the breeze from the Lexington Avenue subway—a still from the 1954 movie The Seven Year Itch—had become “the shot seen ’round the world.” Adding to the attraction was her 1953 appearance as the nude centerfold in the first issue of Playboy magazine, because the enterprising publisher Hugh Hefner had paid $500 for the rights to Tom Kelley’s nude photos that he’d taken of her in 1949, paying her $50 to pose on a swath of crushed red velvet.

The news that the Hollywood star had been fully exposed broke in 1952 when Kelley’s photos turned up in a calendar illustration. Monroe showed her genius for self-publicity—and earned even more money for 20th Century Fox—by owning up to it. In answer to reporters’ breathless queries about what she’d been wearing during the shoot, she said she only had on “the radio.”

At the Strasberg’s place on Ocean Beach, Monroe was sharing a bedroom with their teenage daughter Susan, who was about to appear on Broadway in The Diary of Anne Frank. There were “a lot of theater people” at that part of the island, Susan Strasberg recalled. “They were sophisticates, which meant they stared at Marilyn Monroe from a distance instead of staring up close.”

marilyn-monroe-long-island-playgroundOver the Labor Day weekend in 1955 Monroe was on the North Shore, staying at Norman and Hedda Rosten’s cottage in Port Jefferson. They were artistic college friends of Arthur Miller’s, who’d Monroe had been seeing since she moved to Manhattan even though they were both still married at the time. Late that September afternoon she left to do a photo shoot with famed photographer Eve Arnold, the second woman to join Magnum Photos, the world-renowned agency founded by Robert Capa and Henri Cartier-Bresson.

Arnold, who was then living in Miller Place, took Monroe to a playground in Mt. Sinai. Monroe brought along three bathing suits and a copy of James Joyce’s Ulysses, which she kept in her car.

She said she loved the sound of it and would read it aloud to herself to try to make sense of it,” Arnold recalled, “but she found it hard going.”

Monroe had performed Molly Bloom’s sensual soliloquy to much acclaim at a small workshop at the Actors Studio. While Arnold was changing film, Monroe got the book out to read.

So, of course, I photographed her,” Arnold explained. Soon it was 5 o’ clock, the golden hour, photographers say. “The timing for the marshes was just right,” Arnold wrote, “the light soft and shadowless and ranging from pale yellow through deep saffron.”

Monroe changed into a one-piece bathing suit with a leopard-skin print and waded in.

She was intrepid,” Arnold enthused later. “She stood in [it], sat in it, lay in it until the light started to go and I called a halt. She climbed out, covered in mud, but she was exhilarated—and giggling.” Later, Arnold would insist that Monroe told her “she had loved the day and kept repeating that these were the best circumstances under which she had ever worked.”

Marilyn-Monroe-photographs
An effervescent Marilyn Monroe manages to get a laugh out of her serious husband, Arthur Miller,
in this series of candid black and white photographs taken in July 1956 when they were the most curious couple in the country. (AP Photo/Julien’s Auctions)

Monroe’s career was nearing its apogee. In the summer of 1957 Monroe was married to Miller, who’d won a 1949 Pulitzer for his tragic play Death of a Salesman. They were living in a weather-worn farmhouse in Amagansett near the Rostens, who were renting a cottage in Springs. Also nearby was the abstract expressionist painter Willem de Kooning, who painted Monroe for his series Women. The image, which Monroe biographer Lois Banner likened to “a cross between a grinning child and a screaming fury,” did not appeal to Monroe’s playwright husband but she didn’t mind. The married couple was in a hopeful phase: He was writing in his studio near the main house and she was cooking and tending her garden. And she was pregnant.

But on Aug. 1, 1957 she cried out in pain. An ambulance rushed her to Manhattan where Monroe hoped that her own doctor could save her baby. He could not. Suffering from a painful uterine condition called endometriosis, she had an ectopic pregnancy, and it had to be terminated. She spent 10 days in the hospital, Miller by her side.

The loss was devastating. When the season was over, they moved back to Manhattan, he ensconced himself in a book-lined study at one end of the apartment struggling over a screenplay that would eventually become The Misfits while she was at the other end, strumming a ukulele and crooning, “I Wanna Be Loved By You.”

The next year they moved to a new house they had built in Connecticut, but they never could recreate the idyllic summer they’d shared on the South Fork. And Monroe’s happy times on Long Island faded into memory.

25 avril 2013

1960 Interview de Georges Belmont

C'est par l'intermédiaire de Ruppert Allan, chargé de la promotion de Marilyn, qu'eut lieu en 1960 la grande interview entre Marilyn Monroe et Georges Belmont. Ce dernier était alors rédacteur en chef de la revue Marie-Claire, qui publiera l'interview dans le numéro 72 d'octobre 1960. L'interview se déroula pendant le tournage du film Let's Make Love (Le milliardaire) qui connut un succès particulier en France en raison de l'interprétation d'Yves Montand.
Georges Belmont réussit bientôt à gagner la confiance de Marilyn. Il faut dire qu'il lui avait promis de mettre à sa disposition une transcription de l'interview et en outre de s'en tenir rigoureusement dans le texte écrit à la formulation orale de ses propos. La base était donc bonne. Tous ceux qui, par la suite, prirent connaissance de cet entretien, durent reconnaître avec étonnement qu'ils n'avaient jamais entendu Marilyn parler d'elle-même avec tant de naturel.
Voilà comment Georges Belmont dépeint l'ambiance : "Je la laissais parler. La seule pression dont j'usais était le silence. Quand elle s'arrêtait de parler, je ne disais rien et, au bout du silence, quand elle n'en pouvait plus, ce qui venait alors était souvent capital et terriblement émouvant presque toujours."

Marilyn Monroe: J'aimerais mieux répondre à des questions. Je ne sais pas raconter, c'est terrible... par ou commencer? Comment? Il y a tant de ramifications...

Georges Belmont: Tout de même, il y a eu un commencement : votre enfance.

Marilyn Monroe: Même cela, personne n'en saurait rien, sans un pur hasard.
Longtemps, mon passé, ma vie sont restés totalement inconnus. Jamais je n'en parlais. Sans raison particulière. Simplement, je trouvais que c'etait mon affaire et pas celle des autres. Puis un jour, un M. Lester Cowan a voulu me mettre dans un film avec Groucho Marx, 'Love Happy'. J'avais déjà été sous contrat avec la Fox et la Columbia, à l'époque, mais saquée... C'était un petit rôle qu'il m'offrait, ce M. Cowan, mais il tenait à m'avoir sous contrat. Donc, il téléphone. J'etais encore très jeune et il me dit qu'il voulait parler à mon père et à ma mère. Je lui dis : "Impossible." - "Pourquoi?" insiste-t-il. Je lui ai expliqué alors brièvement la chose : "Je n'ai jamais vécu avec eux." C'était la vérité et je ne vois toujours pas ce que cela avait de sensationnel. Mais il téléphona à la chroniqueuse Louella Parsons et lui raconta toute l'histoire. Cela parut dans la "colonne" de Louella. C'est comme ça que tout a commencé. Depuis, on a débité tant de choses fausses que, mon Dieu, oui, pourquoi ne pas dire la vérité maintenant?

Georges Belmont: Quelles sont les premières images de vous, enfant, que vous gardiez?

Marilyn Monroe (long silence) : Mon premier souvenir?... C'est un souvenir de lutte pour la vie. J'etais toute petite... un bébé dans un petit lit, oui, et je luttais pour ma vie. Mais j'aimerais mieux ne pas en parler, si cela vous est égal : c'est une chose cruelle qui ne regarde que moi et personne d'autre, comme je disais. Ensuite, aussi loin que je remonte, je me revois dans une poussette, en longue robe blanche, sur le trottoir de la maison ou je vivais dans une famille qui n'était pas la mienne. C'est un fait que je suis une enfant naturelle. Mais tout ce que l'on a dit de mon père, ou de mes pères, est faux. Le premier mari de ma mère s'appellait Baker. Le second, Mortenson. Mais elle avait depuis longtemps divorcé d'avec les deux quand je suis née. On a raconté que mon père était norvégien, sans doute à cause du nom Mortenson, et qu'il était mort dans un accident de moto, peu après ma naissance. J'ignore si c'est vrai de Mortenson, n'ayant jamais eu de lien de parenté avec lui. Quant à l'indentité de mon vrai père, là encore, si vous le voulez bien, je vous prierai de ne pas m'interroger ; cela n'intéresse que moi. Cependant, il y a deux faits qui peuvent expliquer certaines... confusions. D'abord, on m'a toujours dit dans ma petite enfance que mon père s'était tué dans un accident d'automobile à New York, avant ma naissance. Ensuite, curieusement, mon bulletin de naissance porte, en réponse à une mention "Profession", le mot Baker, qui était le nom du premier mari de ma mère, mais qui veut dire aussi "boulanger". Quand je suis née, enfant naturelle ainsi que je l'ai dit, ma mère devait me donner un nom. Mon sentiment est que, forcée de penser vite, elle donna : "Baker". Pure coincidence, puis confusion de la part de l'officier d'état civil... C'est du moins ce que je pense.

Georges Belmont: Votre mère... J'ai lu quelque part que, pour vous, elle n'était que "la femme aux cheveux roux"?

Marilyn Monroe: Je n'ai jamais vécu avec ma mère. On a dit le contraire, mais cela seul est vrai. Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, j'ai toujours vécu en pension chez des gens. Ma mère avait des... troubles mentaux. Elle est morte maintenant. Mes grands-parents maternels sont morts tous les deux fous, enfermés. Ma mère, aussi, il fallut l'interner. Elle sortait parfois, et puis elle... rechutait. Alors, vous savez comme c'est... toute petite, je disais en montrant la première femme venue : "Oh! une maman!", et le premier homme : "Oh! un papa!". Mais un matin, je devais avoir trois ans, pas plus, on me baignait et je dis "maman" à la femme qui s'occupait de moi à l'époque. Elle me répondit : "Je ne suis pas ta maman. Appelle-moi 'tante'." - "Mais lui est mon papa?" dis-je ne montrant son mari. - "Non", me dit-elle. "Nous ne sommes pas tes parents. Celle qui vient te voir de temps en temps, la femme aux cheveux roux, celle-là est ta maman." Ce fut un choc d'apprendre cela, mais comme elle venait très rarement, c'est vrai que, pour moi, elle resta surtout "la femme aux cheveux roux". Tout de même, j'essayais qu'elle existait. Seulement, plus tard, quand on me mit dans un orphelinat, j'ai eu un autre choc. Je savais lire, alors. Quand j'ai lu "orphelinat" en lettres d'or sur fond noir, il a fallu me traîner, je hurlais : "Je ne suis pas une orpheline! J'ai une maman!" Mais par la suite, j'ai fini par penser : "Il faut croire qu'elle est morte..." Et, plus tard encore, des gens me disaient : "Ta mère, mieux vaut que tu l'oublies." - "Mais ou est-elle?" demandais-je. - "N'y pense plus, elle est morte." Après quoi, tout à coup, j'avais de ses nouvelles... Et il en fut ainsi pendant des annèes. Je la croyais morte et je le disais. Et elle vivait. Ce qui fait qu'on a prétendu que j'avais inventé qu'elle était morte, parce que je ne voulais pas avouer où elle était. Idiot!
En tout cas, j'ai eu... attendez que je compte... dix, non onze "familles". La première vivait dans une petite ville du comté de Los Angeles ; je suis née à Los Angeles. Il y avait avec moi un petit garçon que ces gens adoptèrent ensuite. Je suis restée avec eux jusqu'à l'âge de sept ans environ. Ils étaient affreusement sévères. Sans méchanceté. C'était leur religion. Ils m'élevèrent à leur manière, durement, en me corrigeant souvent comme on ne devrait jamais le faire, à mon avis: à coup de ceinturon de cuir. Finalement, cela se sut ; on me retira pour me confier à un couple anglais, à Hollywood. Ceux-là étaient des acteurs, des figurants plutôt, avec une fille de vingt et un ans qui était la doublure de Madeleine Carroll. Chez eux, c'était la vie sans souci, et assez tumultueuse. Cela me changeait de la première famille ou on ne pouvait même pas parler de cinéma ou d'acteurs, ni de danser ou de chanter, sauf des psaumes. Mes "nouveaux parents" travaillaient dur, quand ils travaillaient et jouissaient de la vie le reste du temps. Ils aimaient danser, chanter, boire, jouer aux cartes et avoir beaucoup d'amis. Avec l'éducation religieuse que j'avais reçue, j'étais terrifiée : je les voyais tous en enfer! Je passais des heures à prier pour eux. Je me rappelle une chose... au bout de quelques mois, je crois, ma mère acheta une petite maison où tout le monde alla vivre. Pas pour longtemps ; trois mois au plus. Cette fois encore, ma mère dut être... emmenée. Et même pendant ces trois mois, je la vis à peine. Bref, ce fut un grand changement. Après son départ, nous regagnâmes Hollywood. Ces anglais me gardèrent tant qu'il y eut de l'argent... l'argent de ma mère, de ses biens et d'une assurance qu'elle avait souscrite. C'est avec eux que j'ai fait la connaissance du cinéma. Je n'avais pas huit ans. Ils me déposaient devant une des grandes salles d'Hollywood, L'Egyptien ou le Grauman's Chinese tôt le matin. Toute seule, je regardais les singes en cage devant l'Egyptien, ou j'essayais de placer mes pieds dans les moulages de ceux des stars, à l'entrèe du Grauman's: mais je n'y arrivais jamais, j'avais de trop grands souliers... C'est drôle de penser que mes empreintes y sont, et que maintenant, d'autres petites filles font peut-être comme moi autrefois.
Ils me conduisaient donc là chaque samedi et dimanche. C'était repos pour eux et j'imagine qu'ils ne voulaient pas s'encombrer d'un enfant à la maison. D'ailleurs, cela valait probablement mieux pour moi.
J'attendais l'ouverture, je donnais mes dix cents et m'installais au premier rang. J'ai vu toutes sortes de films comme cela. Je me souviens de 'Cléôpatre', avec Claudette Colbert.
Je restais là, tard, séance après séance. J'étais censée rentrer avant la nuit. Mais comment pouvais-je savoir quand c'était la nuit?! Et puis, on était bien; et même si je ne pouvais rien acheter quand j'avais faim, je savais qu'on me garderait de quoi manger. Alors, je restais. J'avais mes stars préférées. Jean Harlow!... Mes cheveux étaient platines ;on m'appelait "Tête d'étoupe". Je détestais ça, je rêvais de cheveux blond doré... jusqu'à ce que je l'ai vue : si belle, et platine, comme moi!... Et Clark Gable! J'éspère qu'il ne m'en voudra pas si je dis que je voyais en lui mon père, je n'étais qu'une gamine, et, d'après Freud, il n'y a pas mal à cela, au contraire! Je rêvais que mon père lui ressemblait, ou même qu'il était mon père... ce qui me rappelle que c'est curieux, mais je n'ai jamais rêvé que personne fût ma mère... Ou en étais-je?!

Georges Belmont: Le couple anglais. Quand il n'y a plus eu d'argent...

Marilyn Monroe: Oui. On m'a mise à l'orphelinat. Oh! mais, attendez! Oh!... non! Quand ces anglais n'ont plus pu me garder, je suis allée vivre chez des gens à Hollywood. Des gens de la Nouvelle-Orléans. Je m'en souviens parce qu'ils prononçaient "New Orlinns".
Mais je n'y suis pas restée longtemps. Trois, quatre mois. Je me rappelle seulement que le mari était opérateur de cinéma et que, tout à coup, on m'a conduite à l'orphelinat. Je sais, certains prétendent que ce n'était pas un endroit si affreux. Mais je sais aussi que la maison a beaucoup changé ; peut-être est-ce moins sinistre à présent... bien que l'orphelinat le plus moderne du monde demeure un orphelinat, si l'on voit ce que je veux dire.
La nuit, quand les autres dormaient, je restais à la fenêtre du dortoir et je pleurais parce que, loin et haut par-dessus les toits, je voyais briller les lettres des studios R.K.O. et que ma mère y avait travaillé come monteuse. Des annèes après, en 1951, quand je tournais 'Clash by night' pour R.K.O., je suis montée là-haut pour essayer de voir l'orphelinat; mais il y avait de trop grands buildings. J'ai lu, je ne sais où, que nous n'étions pas plus que trois ou quatre par chambre dans cet orphelinat. C'est faux. J'étais dans un dortoir de vingt-cinq lits, dont on pouvait faire le tour si on le méritait, en remontant du lit n°1 au lit n°27, qu'on appelait le "lit d'honneur". Et du 27, si l'on était très sage, on pouvait espérer passer dans un autre dortoir avec moins de lits. J'y ai réussi une fois. Mais un matin, où j'étais en retard, je pense, et où je laçais mes chaussures, la surveillante me dit : "Descendez!" Je tentai de lui expliquer: "Mais il faut que j'attache mes souliers!" Elle me foudroya : "retour au lit n°27!".
Le lever était à 6 heures et nous devions faire certaines corvées avant d'aller à l'école. Nous avions chacune un lit, une chaise et une armoire. Tout cela devait être très propre, astiqué, à cause des inspections à l'improviste. J'ai nettoyé le dortoir pendant un temps. Tous les jours, bouger les lits, balayer, épousseter. Les salles de bain, c'était plus facile: moins de poussière, à cause du sol en ciment. J'ai travaillé également aux cuisines. Je lavais la vaisselle. Nous étions cent: je lavais donc cent assiettes et autant de cuillères et de fourchettes... pas de couteaux ni de verres; nous buvions dans les quarts. Seulement, à la cuisine, on gagnait des sous: cinq cents par mois et à cela, après qu'on vous retenait un cent pour l'école du dimanche. Bref, on se retrouvait avec un cent au bout du mois, s'il n'y avait que quatre dimanches; de quoi acheter peut-être un petit cadeau pour sa meilleure amie, à Noël, en économisant. Je ne peux pas dire que j'étais très heureuse. Je n'étais pas bien avec les surveillantes. Mais la directrice était très gentille. Je me souviens, qu'un jour, elle me fait appeller dans son bureau et me dit: "Vous avez une très jolie peau, mais un peu luisante. Nous allons y mettre un soupçon de poudre, pour voir." Je me sentais honorée d'être là. Elle avait un petit pékinois qu'on empêchait d'aller avec les enfants parce qu'il les mordrait, mais qui me fit des tas d'amitiés. Comme j'adorais déjà les chiens, imaginez!... J'étais si honorée, vraiment, que je marchais dans les airs.
Un peu plus tard, j'ai voulu m'évader avec d'autres camarades. Pour aller où ? Nous n'en avions pas la moindre idée. Le temps de traverser une grande pelouse, nous étions déjà rattrapées. Quand on me ramena, je suppliais: "Ne le dites pas à la directrice!" - parce que je la voyais encore me sourire en me tapotant le nez avec sa houpette, et parce qu'elle m'avait laissé caresser son petit chien.
Même maintenant, cela revient parfois, quand je suis trop nerveuse ou surexcitée. Une fois, j'avais un petit rôle, avec une scène où je devais gravir un escalier; j'ai oublié ce qui arriva, mais le metteur en scéne assistant se précipita vers moi en me criant des mots et j'en fus si bouleversée que, au moment de la reprise, impossible de dire la réplique! Rien qu'un affreux bafouillis. Sur quoi, le metteur en scène, furieux, se précipite à son tour et crie : "Tout de même, vous ne bégayez pas?" - "V-v-vous croyez ça?" lui ai-je dit. C'était horrible! Et ça l'est encore, quand je parle trop vite ou quand je dois faire un discours. Pénible!...
(Silence) Je voudrais qu'on en ait fini avec cette partie de ma vie...
(Silence)
Je suis restée environ un an et demi dans cet orphelinat. Nous allions à l'école. C'est très mauvais pour les enfants d'une institution comme celle là, d'aller à l'école publique. Les autres nous montraient du doigt et serinaient : "Oh, v'là les orphelins!" Nous avions honte.
A l'école, j'aimais bien le chant et l'anglais. Je détestais le calcul ; je n'avais pas l'esprit à ça ; pendant les leçons, mes rêves s'envolaient par la fenêtre. Mais j'étais bonne en gymnastique et en sport. J'étais très grande. A l'orphelinat, le premier jour, on n'a pas voulu me croire quand j'ai dit mon âge: neuf ans. On m'en donnait quatorze. Je mesurais presque ma taille actuelle: 1m63. Mais j'étais très maigre jusqu'à onze ans, où les choses ont changé. Je n'étais plus à l'orphelinat, à cet âge. Je m'étais tellement plainte à ma tutrice qu'elle me sortit de là. C'était une vieille amie de ma mère. Grace McKee. Elle est morte il y a onze ans. A l'époque où elle était devenue ma tutrice, elle était chef monteuse chez Columbia. Puis on la renvoya et elle a épousé alors un homme de dix ans plus jeune qu'elle et père de trois enfants. Ils étaient très pauvres et, pour cela, ne pouvaient s'occuper de moi. En outre, je pense qu'elle estimait que son premier devoir allait à son mari et aux enfants de celui-ci, ce qui est normal. Néanmoins, elle était merveilleuse pour moi, à bien des égards. Sans elle, j'aurais pu me retrouver Dieu sait où, à l'Assistance Publique jusqu'à 18 ans.
A mon orphelinat, qui était privé, elle venait me voir et me sortait. Pas souvent, mais tout de même... cela me donnait du courage. Je n'avais que neuf ou dix ans, et elle me laissait jouer avec son rouge à lèvres ou me menait chez le coiffeur pour une ondulation... chose inouïe, d'abord parce que c'était interdit, et puis parce que j'avais les cheveux raides: alors vous imaginez ce que cela représentait! De plus, c'est elle qui me retira de l'orphelinat, après mes plaintes, ainsi que je l'ai dit. Naturellement, cela signifia d'autres "familles". Je me souviens d'une où je restais trois ou quatre semaines. Je m'en souviens à cause de la femme qui allait livrer des choses que son mari fabriquait. Elle m'emmenait avec elle, et oh! la voiture me rendait si malade!...
J'ignore si on les payait pour me garder. Je sais seulement que, après eux, j'ai tout le temps changé de maison. Certaines familles me prenaient à la fin d'un trimestre scolaire et en avaient assez, après les vacances; ou peut-être étais-ce l'arrangement. Par la suite, le comté de Los Angeles m'a prise en charge. C'était pire: je détestais ça. Même à l'orphelinat, quand j'allais à l'école, j'essayais toujours de ne pas avoir l'air d'une orpheline. Mais maintenant, une femme arrivait et disait: "Voyons, voyons... lève les pieds" et elle marquait: "Paire de chaussures". Puis: "A-t-elle un chandail ?" Ou encore: "Je crois que la pauvre fille aurait bien besoin de deux robes, une pour l'école, une pour le dimanche." Et les chandails étaient en coton et laids, les robes semblaient taillées dans de la toile de sac... Terrible! Et les chaussures! Je disais: "Je n'en veux pas!" Je m'arrangeais toujours pour me faire donner des robes, des robes de grandes personnes, qu'on recoupait à ma taille. Et la plupart du temps, j'avais des souliers de tennis: on en trouvait pour moins d'un dollar. Je devais être une drôle de fille, à cette époque. Très grande, comme je l'ai dit. Pas grimacière pour la nourriture. Mangeant de tout. Je le sais parce que, dans presque toute les familles, on disait que jamais on avait vu une enfant aussi peu difficile. Je sais aussi que j'étais très tranquille, avec les grandes personnes en tout cas. On m'appelait "la souris". Je parlais peu, sauf quand j'étais avec d'autres gosses. Alors je n'étais plus la même. Ils aimaient jouer avec moi. J'avais de l'invention; je disais: "On joue au divorce, au crime!" et eux me regardaient: "Mais où vas-tu prendre ça?".
J'étais probablement très différente des autres. Alors que les enfants refusent en général d'aller se coucher, jamais je ne rechignais. Au contraire, de moi-même je disais: "Je crois que je vais aller me coucher." J'aimais la solitude de ma chambre, et mon lit. J'aimais surtout me jouer le dernier film que j'avais vu. Debout sur mon lit, plus grande que jamais, je jouais tous les rôles, y compris ceux des hommes, et j'ajoutais des inventions de mon cru. J'adorais cela, tout comme jouer la comédie dans les fêtes scolaires.
Là, toujours à cause de ma taille, j'ai joué le roi une fois, et une autre fois le prince. J'ai eu une période heureuse, dans cette partie de ma jeunesse: celle où j'ai vécu chez "tante" Anna. C'était une vielle femme de soixante ou soixante-cinq ans, parente de Grace McKee. Elle m'aimait beaucoup et j'y étais très sensible. Elle me comprenait. Elle n'oubliait jamais qu'elle avait été jeune et ses merveilleuses histoires, tristes ou gaies, de ce temps passé, me fascinaient. Le soir, quand je faisais la vaisselle, j'étais si heureuse que je chantais ou sifflais par la fenêtre de la cuisine, et qu'elle disait: "Quel pinson! Je n'ai jamais rien entendu de pareil!". C'est vers la fin de cette période qu'on m'a mariée. Il y a peu de choses à dire de ce mariage. Grace McKee et son mari devaient partir pour la Virginie. A Los Angeles, ils touchaient vingt dollars du comté pour moi; si je partais avec eux, nous perdions cet argent. Comme ils n'étaient pas assez riches pour me faire vivre mais qu'ils m'aimaient bien, il fallait trouver un moyen de me "caser". En Californie, une jeune fille peut se marier à seize ans. On m'a donc donné le choix: ou entrer dans un Orphelinat d'Etat jusqu'à dix-huit ans ou me marier. J'avais presque seize ans; j'ai choisi le mariage.
Il s'appelait Dougherty, il avait vingt et un ans et travaillait dans une usine. Peu de temps après, ce fut la guerre. D'abord mobilisé comme moniteur d'éducation physique, il fut versé ensuite dans l'armée active, mais échoua finalement dans la marine marchande. Peu avant la fin de la guerre, j'allais à Las Vegas et obtins le divorce. J'avais vingt ans. Aujourd'hui, il est agent de police. J'ai travaillé en usine pendant la guerre. J'ai commencé par vérifier des parachutes, pour avions-cibles, pas pour hommes. Puis, je suis passée au "collage", comme on appelait ça... un enduit qu'on étalait sur ce qui servait à fabriquer les avions-cibles. C'était fastidieux et il y avait une mauvaise ambiance humaine. Les femmes parlaient surtout de l'emploi de leurs soirées et du prochain week-end. Je travaillais tout près de l'atelier de peinture au pistolet... rien que des hommes. Ils m'écrivaient des mots et s'arrêtaient de peindre, etc.
C'était si monotone que je travaillais vite, pour me débarrasser. Le résultat fut inattendu. On a dû trouver que j'abattais un travail formidable. Il y a eu une assemblée générale du personnel et le directeur m'a citée pour "bonne volonté exemplaire" et m'a remis une insigne en or et un bon du Trésor de vingt-cinq dollars. Les autres filles ont été folles de jalousie et m'ont mené la vie dure, après cela. Elles ricanaient et faisaient exprès de me bousculer quand j'allais remplir mon pot d'enduit; pour le renverser sur moi. Oh, j'ai souffert! Et puis, un jour, l'Armée de l'Air a voulu des photos de notre usine. Je revenais d'un congé, on m'appelle au bureau: "Où vous cachiez-vous?" Morte de peur, je réponds: "J'étais en permission régulière!"- ce qui était vrai. On me dit: "Là n'est pas la question. Voulez-vous poser pour des photos?" Bref, les photographes arrivèrent et prirent des photos. Ils en réclamèrent d'autres, hors de l'atelier. Moi, j'avais peur de m'attirer des ennuis si je quittais mon travail. J'ai refusé, j'ai dit: "Demandez la permission." Ils l'ont obtenue et j'ai passée plusieurs journées à poser ici, là, et à tenir des trucs, pousser des trucs, tirer des trucs...
Les photos étaient développées dans les laboratoires Eastman-Kodak. Et là, les gens ont demandé qui était le modèle et en ont parlé aux photographes; si bien que l'un d'eux - David Conover - est revenu me dire: "Vous devriez faire le modèle. Vous gagneriez facilement cinq dollars de l'heure." Cinq dollars de l'heure, alors que j'en gagnais vingt par semaine, pour dix heures de travail par jour, les pieds sur le ciment! Il y avait de quoi tenter la moins folle des filles.
Je m'y suis mise peu à peu. C'était la fin de la guerre. J'ai quitté l'usine. Je me suis présentée à une agence. J'ai eu du travail. Photos publicitaires. Calendriers... Pas celui qui a fait tant de bruit; nous y viendrons. D'autres, où j'étais brune, rousse, blonde. Et je gagnais vraiment cinq dollars de l'heure! De temps à autres, je pouvais réaliser un de mes rêves: me payer des leçons d'art dramatique... quand j'avais assez d'argent, car ça coûtait cher, dix dollars de l'heure! Je faisais la connaissance de gens très différents de ce que j'avais connus jusqu'alors. Des bons et des mauvais. Souvent, quand j'attendais un bus à un coin de rue, une voiture s'arrêtait et l'homme au volant me débitait une histoire: "Qu'est-ce que vous fabriquez là? Vous devriez être dans les films." Ensuite, il proposait de me ramener. Moi, je répondais toujours: "Non merci. J'aime mieux le bus." Mais tout de même, l'idée du cinéma cheminait dans ma tête. Une fois, je me souviens, j'ai accepté un rendez-vous dans un studio avec un homme rencontré de cette façon. Il devait être très persuasif. J'y suis allée. C'était un samedi et il n'y avait pas un chat dans ces studios. J'aurais dû me méfier, mais j'étais naïve à bien des points de vue. Bref, je trouve mon homme qui me conduit dans un bureau. Nous étions seuls. Il me tend un scénario en disant que je devrais faire l'affaire pour un rôle, mais qu'il faut voir. Sur quoi, il me demande de lire le rôle, tout en insistant pour que je relève ma robe et que je la garde comme ça. C'était en été et j'avais un maillot de bain sous ma robe. Mais comme il répétait: "Plus haut!" j'ai pris peur et, toute rouge, je me suis entêtée de mon côté: "Seulement si je garde mon chapeau!" C'était idiot, mais j'avais vraiment peur et j'étais déséspérée. Je devais être ridicule, assise là et cramponnée à mon chapeau. A la fin, il s'est mis en fureur, ce qui a achevé de me terrifier, je me suis sauvée et j'ai signalé l'affaire à l'agence. On a téléphoné aux studios, et ailleurs, pour essayer de le retrouver. Impossible. Il devait avoir un ami dans la place qui lui avait permis d'utiliser son bureau. L'incident me bouleversa à tel point que, pendant assez longtemps, je résolus de ne jamais être actrice. C'est une dure époque de ma vie. Je déménageais tout le temps, d'un meublé à l'autre. L'hôtel était trop cher.
Et puis le hasard a fait qu'on m'a vue sur la couverture de cinq magasines différents le même mois et la Fox a téléphoné. Je me suis retrouvée sur un banc de bois avec des gens de tout âge et de toutes dimensions qui attendaient comme moi. On a attendu lontemps avant que Ben Lyon, qui dirigeait le recrutement, sorte de son bureau. A peine sorti, il a dit en me montrant du doigt : "Qui est-ce?" Je portais une petite robe blanche en piqué que "Tante" Anna - j'étais revenue vivre chez elle quelque temps - avait lavée et repassée à toute vitesse; tout cela était arrivé si rapidement que je n'aurais jamais pu préparer la robe et me préparer en même temps; "Tante" Anna m'avait dit: "Je m'occupe de la robe. Occupe-toi de tes cheveux et de ton maquillage."
Je me sentais plutôt défaite aprés cette longue attente. Mais Lyon fut très gentil. Il me dit qu'il me trouvait si fraîche, si jeune, etc... Il dit même : "vous êtes la première que je découvre depuis Jean Harlow." Jean Harlow, entre nous, est ma préférée d'autrefois!
Le lendemain, bien qu'il eût fallu normalement le consentement du Président directeur général ou de je ne sais qui, Lyon me glissa dans une série de bouts d'essais en technicolor et, presque aussitôt, la Fox me signa un contrat. Un contrat de star, pour un an!
En pure perte d'ailleurs. Je n'ai jamais su pourquoi, jamais compris. Ils engageaient des tas de filles et de garçons et les laissaient tomber sans leur accorder une seule chance. Ce fut mon cas. Mise à la porte, j'essayai de voir M. Zanuck. Impossible. Chaque fois, on me répondait qu'il était à Sun Valley. Semaine après semaine je revins à l'assaut : "Navré", me disait-on. "Il est occupé, il est à Sun Valley." J'imagine, il y est encore... bien que je l'ai revu, quand la Fox me reprit sous contrat, après 'Asphalt Jungle'. Il me dit: "Vous avez déjà été ici apparemment ?" - "C'est vrai." - "Que voulez vous, la roue tourne!" et il enchaîna en déclarant que j'avais "quelque-chose", une qualité à trois dimensions qui lui rappelait Jean Harlow; ce qui fut très intéressant puisque ça avait été l'avis de Ben Lyon. Je dois beaucoup à Ben Lyon, il fut le premier à me donner confiance. Je lui doit aussi mon nom actuel. Un jour où nous cherchions pour moi un nom de cinéma, car je ne voulais pas garder celui d'un homme qui n'était pas mon père, j'insistai pour prendre celui du nom de jeune fille de ma mère: Monroe. Je tenais à conserver du moins une forme de lien avec mes parents. Il accepta Monroe, mais ce fut lui qui trouva Marilyn, parce que, dit-il, après Jean Harlow, l'actrice à laquelle je ressemblais le plus était Marilyn Miller, la fameuse vedette des comédies musicales de Broadway. Etrange, quand on y pense que me voilà devenue Marilyn Miller pour l'état civil!
Mais enfin, pour en revenir à notre histoire, j'étais donc sans rien. Saquée par la Fox, saquée par la Columbia un peu plus tard, quoique différemment. La Columbia m'avait du moins donné un rôle dans 'Ladies of the Chorus'. Un film affreux! Je jouais une danseuse de burlesque dont un type de Boston tombe amoureux. Horrible! Mais ce n'était pas la raison de mon départ. Le vrai motif tient à des circonstances plutôt étranges et, mettons, déplaisantes. Je n'en dirai pas plus, si ce n'est que... la vie est pleine de leçons. Je ne voyais pas d'issue. J'étais revenue aux jours les plus durs. J'habitais au Hollywood Studio Club. J'y étais très malheureuse: cela me rappelait l'orphelinat. J'avais des dettes et j'étais très en retard pour mon loyer. Au Club, on vous accorde une semaine de retard et, après, vous recevez un petit mot: "Vous êtes la seule à ne pas apporter votre soutien à notre merveilleuse institution.", etc. Et vous comprenez! Tant que vous vivez là, vous mangez deux fois par jour, petit déjeuner et dîner. Ce n'est pas toujours très bon, mais cela nourrit. Et vous avez un toit et un lit. Sans cela, où aller? Pas de famille. Rien. Personne. Et j'avais faim. Je sais, des gens me disaient: "Pourquoi ne pas chercher un job de vendeuse, quelque part ?" Oui, pourquoi pas ? Une fois j'ai essayé, dans un drugstore: on n'a pas voulu de moi parce que je n'avais pas terminé mes etudes de lycée. Et puis, comment dire ?... ce n'était pas la même chose. J'avais été modèle et surtout je voulais devenir une actrice et il me semblait que, si je retombais, ce serait sans retour. On a raconté beaucoup de fables à propos du fameux calendrier. A l'époque où l'on a découvert la chose, j'avais déjà fait 'Asphalt Jungle' et j'étais de nouveau sous contrat avec la Fox, pour sept ans cette fois. J'entends encore la voix de celui qui m'appela au téléphone, des bureaux de la Publicité: "C'est vrai que vous avez posé pour un calendrier?" - "Bien sûr", dis-je. "Cela vous ennuie?" puis j'ai compris à quel point ils étaient bouleversés, car la voix reprit : "Eh bien, même si c'est vrai, dites que non." - "Mais j'ai signé l'autorisation de vente! Comment voulez-vous que je mente?" Et, si contrariés qu'ils fussent, je dis la vérité. Mais quand les journalistes me demandèrent pourquoi et que je repondi: "J'avais faim", on crut à un bon mot.
Ceux qui me connaissent bien savent que j'ai beaucoup de mal à mentir. Cela m'a coûté assez cher dans la vie. Il m'arrive de passer délibérement des choses sous silence, pour me protéger ou protéger les autres - qui n'a pas envie ou besoin de se protéger? - mais je ne mens jamais. J'avais faim et j'avais quatre semaines de loyer en retard; je cherchais déséspérémment de l'argent. Telle est la vérité. Je me suis rappelée que j'avais posé pour les publicités de bière avec le photographe Tom Kelley, et que sa femme, Nathalie, avait suggéré que je devrais poser sans vêtements, en ajoutant qu'il n'y avait rien de mal à cela et que c'était bien payé: cinquante dollars, la somme dont j'avais besoin. Alors, comme ils avaient toujours été très gentils pour moi, j'ai téléphoné. J'ai commencé par dire à Tom: "Etes-vous sûr qu'on ne me reconnaîtra pas ?" Il l'a promis. Puis j'ai demandé si Nathalie serait là. "Oui." - Mais ça devra être de nuit", ai-je insisté. "Après que vos assistants seront partis. Vous devrez vous debrouillez tout seul avec Nathalie pour les éclairages." Il a dit oui. Je suis venue. Ils se montrèrent d'une compréhension extrêmes; ils me sentaient suffisamment bouleversée. Ils ont étalé un velour rouge. Ce fut vite fait, très simple, et plein de courants d'air. Mais je pus payer le loyer et manger.
Les gens sont drôles. Ils vous posent de ces questions ! Et si vous êtes franches, ils sont choqués ! On me demande: "Qu'est-ce que vous mettez pour vous coucher ? Un haut de pijama ? Le bas ? Une chemise de nuit ?" Je reponds: "Une goutte de Chanel n°5", et l'on croit que c'est encore un bon mot, alors que j'essaie de répondre avec tact à une question grossière et indiscrète. Et puis, c'est vrai ! Mais on ne le croit pas !
Il fut un moment où je commençais à être... reconnue, disons, et où les gens n'arrivaient pas à imaginer ce que je faisais quand je n'étais pas sur le plateau, parce qu'on ne me voyait à aucune première, aucune représentation de presse, aucune réception. C'est simple: j'allais à l'école ! Je n'avais jamais pu finir mes études, alors j'allais à l'Université de Los Angeles. Le soir. Dans la journée, je gagnais ma vie avec des petits rôles dans les films. Je suivais des cours d'histoire de littérature et d'histoire de ce pays; je lisais beaucoup, de grands écrivains. C'était dur d'être à l'heure pour les cours. Je devais me dépêcher. Je quittais le studio à 6h30 et j'avais dû me lever très tôt pour être sur le plateau, prête, à 9 heures du matin. Souvent j'étais morte de fatigue; il m'arrivait même de m'endormir en classe. Mais je me forçais à rester droite et à écouter. J'avais pour voisin un jeune noir, studieux et brillant: il me donnait l'exemple et cela m'aidait à rester éveillée. Entre parenthéses, c'était un humble postier à l'époque; il est aujourd'hui directeur des postes à Los Angeles. Le professeur, Mme Seay, ne savait pas qui j'étais, bien qu'elle trouvât bizzare que des garçons des autres classes passaient parfois la tête à la porte, pendant les cours, pour me regarder en chuchotant. Un jour, elle se décida à interroger mes camarades, qui dirent: "Elle joue dans les films". Surprise, elle déclara: "Et moi qui la prenais pour une jeune fille fraîche émoulue du couvent!" C'est l'un des plus grands compliments qu'on m'ait jamais faits.
Mais les gens dont je parlais tout à l'heure, eux, préféraient voir en moi une starlette frivole, "sexy" et stupide. C'est comme ma réputation d'être toujours en retard. D'abord, tout le temps, non ! On se rappele seulement quand je le suis. Cela dit, je crois en effet que je ne peux pas aller aussi vite que les autres. Ils sautent en voiture, se rentrent dedans, sans répit... Je ne crois pas que nous soyons faits pour vivre comme des machines. D'ailleurs, c'est tellement inutile ! On travaille tellement mieux avec un peu plus de bon sens et de loisirs ! Au studio, si je dois me presser pour répéter ou pour me faire coiffer, maquiller, habiller, j'arrive épuisée sur le plateau. Pendant que nous tournions 'Let's make love', George Cukor, le metteur en scéne, a trouvé plus intelligent de me laisser un peu en retard mais plus fraîche. En tout ce que je fais, j'aime prendre mon temps. On se bouscule trop, de nos jours. C'est pourquoi les gens sont si nerveux et si malheureux en face de la vie et d'eux-mêmes. Comment peut-on faire parfaitement quoi que ce soit, dans ces conditions ? La perfection demande du temps.
J'aimerais devenir une grande actrice, une vraie, et être heureuse aussi parfaitement que possible. Mais qui est heureux ? Le bonheur ! Vouloir devenir une vraie actrice, tout cela demande beaucoup d'effort et de temps.

Georges Belmont: J'imagine que ce portrait de la Duse, au mur, n'est pas ici pour rien ?

Marilyn Monroe: Non. J'ai une grande tendresse pour elle. A cause de sa vie, comme femme et comme actrice. Comment dire ?... Elle n'a jamais fait de concession, dans un cas comme dans l'autre.
Personnellement, quand il m'arrive de réussir quelque chose dans mon métier, j'ai le sentiment de toucher à ce qu'on appelle le sommet du bonheur. Mais ce ne sont que des moments ! Je ne suis pas heureuse, comme ça, en général. Si je suis quelque chose, en général, ce serait plutôt misérable comme un chien ! Mes deux vies, professionelle et privée, me sont si personnelles, sont si étroitement liées, que je ne peux les séparer: l'une réagit constamment sur l'autre.
L'ennui dans mon cas, je pense, c'est que je voudrais tant être merveilleuse ! Je sais que cela fera rire certains, mais c'est vrai. Une fois, à New York, mon avocat me parlait d'histoires d'argent, en déployant une patience d'ange pour m'expliquer ça. A la fin je lui ai dit: "Je n'y comprend rien et je m'en moque. Je sais seulement que je voudrais être merveilleuse!". Dites cela à un homme de loi, il vous croira folle.
Il y a un livre du poète Rainer Maria Rilke qui m'a beaucoup aidée: 'Lettres à un jeune poète'. Sans lui, peut-être croirais-je par moments que je suis folle. Quand un artiste... je m'excuse, mais je considère que je suis presque une artiste, et là encore, on rira sans doute; c'est pourquoi je m'excuse... quand un artiste recherche à tout prix la vérité, il a parfois la sensation de frôler la folie. Mais ce n'est pas vraiment la folie. C'est seulement qu'on s'efforce de faire sortir ce qu'on a de plus vrai en soi-même; et croyez-moi, c'est dur. Il y a des jours où l'on se dit: "Sois vraie, c'est tout !", et ça ne sort pas. Et d'autres jours, c'est si simple !
J'ai toujours eu le sentiment secret de ne pas être absolument sincère. Tout le monde sent cela, de temps à autre, je suppose. Mais dans mon cas, cela va loin parfois... jusqu'à penser que, foncièrement, je ne suis qu'un monstre de fabrication. Lee Strasberg, le directeur de l'Actors Studio me répète souvent: "...Pourquoi es-tu si mécontente de toi-même ?" Et il ajoute: "Après tout, tu es un être humain !" Et moi je lui réponds: "Oui, mais j'ai l'impression que je dois être plus que cela." - "Non!" me dit-il alors. "C'est cela que tu essaies de faire en ce moment ?" - "Il faut bien que j'entre dans la peau du personnage, non ?!" Et il répète encore : "Non ! Tu es un être humain. Pars de toi-même !" La première fois qu'il m'a sorti cela, j'ai crié : "De MOI?" Et il a répondu : "Oui! De TOI !!".
Après Arthur, Lee est probablement celui qui a le plus changé ma vie. C'est pourquoi j'aime tant aller à l'Actors Studio. A New York, j'y vais régulièrement. Je n'ai qu'une envie: faire de mon mieux, toujours, à tout instant. Sur le plateau, dès que la caméra se déclenche, je veux être parfaite, aussi parfaite que possible, jusqu'au bout. Quand j'étais à l'usine, le samedi soir, j'allais au cinéma. C'était le seul moment où je pouvais me distraire, rire, être moi-même. Alors, si le film était mauvais, quelle déception ! Toute la semaine, j'avais attendu et travaillé dur pour me payer cela. Si les acteurs me paraissaient jouer par-dessous la jambe, je sortais déçue comme si l'on m'avait trahie. Que me resterait-il pendant toute une semaine ? C'est pourquoi, aujourd'hui, quand je travaille, je songe toujours à ceux qui travaillent aussi pour pouvoir aligner leur argent au guichet dans l'espoir de s'amuser. Ce que pensent les producteurs et le metteur en scéne, cela m'est assez égal: mais pas ce que penseront les gens en voyant le film. Un jour, j'ai essayé d'expliquer ça à M. Zanuck...
L'amour et le travail sont les seules choses vraies qui nous arrivent dans la vie. Ils font la paire; sinon, c'est boiteux. D'ailleurs, le travail même est une forme d'amour. A l'usine j'ai dit que je me dépêchais d'expédier mon travail parce que c'était fastidieux; mais je me rappelle que, malgré tout, je mettais un point d'honneur à le faire exactement, aussi parfaitement que possible. Et si je rêvais de l'amour, c'était aussi comme d'une chose qui doit être la plus parfaite possible. Quand j'ai épousé Joe DiMaggio, en 1954, il ne jouait déjà plus au base-ball, mais c'était un merveilleux athlète et un être d'une grande sensiblité. Fils d'immigrants italiens, il avait eu une jeunesse difficile. Nous nous comprenions donc assez bien. Ce fut la base de notre mariage. Mais je dis assez bien. Et pour cela ce fut un échec. C'était fini au bout de neuf mois, malheureusement. Je mets le même point d'honneur à mes sentiments qu'à mon travail. Peut-être est-ce pourquoi je suis impétueuse et exclusive. J'aime bien les gens. Et quand j'aime, je pousse l'exclusivité jusqu'à ne plus avoir qu'une seule idée en tête ! Surtout, j'ai envi d'être traitée humainement.
La première fois que j'ai vu Arthur Miller, c'était sur un plateau et je pleurais. Je jouais dans un film 'As young as you feel', et il passait dans les studios avec Elia Kazan. Je pleurais à cause d'une amie dont je venais d'apprendre la mort. On nous présenta. Je voyais tout dans un brouillard. C'était en 1951. Je restai quatre ans sans le revoir, après cela. Nous nous écrivions et il m'envoya une liste de livres à lire. Mais je me rappelle que, constamment, je songeais qu'il me verrait peut-être dans un film... on passerait deux films, ce soir là, et peut-être serais-je dans un et me verrait-il. Alors, quand je travaillais, je faisais encore plus de mon mieux... Je ne sais comment décrire cela. Je l'aimais, depuis le premier jour. Voilà, c'est tout. Jamais je n'oublierai qu'il dit, ce jour là, qu'à son avis, je devrais faire du théâtre et que les gens autour de nous, sur le plateau, rirent en l'entendant. Mais il répéta: "Non, non, c'est très sérieux." Et le ton, son attitude, les circonstances, firent que je sentis en lui un être profondément humain et sensible, et qui m'avait traitée comme une personne humaine et sensible, moi aussi. C'est le mieux que je puisse dire. Mais c'est le plus important. Depuis notre mariage, quand je ne tourne pas, nous menons une vie tranquille et heureuse à New York, et plus encore dans notre maison du Connecticut pendant les week-ends. Mon mari aime travailler tôt le matin. Il se lève en général à 6 heures. Il se repose ensuite dans la journée en faisant la sieste. Comme l'appartement n'est pas grand, j'ai fait insonoriser son bureau. Il a besoin de solitude totale quand il travaille. Moi, je me lève à 8h30 et quelques. Nous avons une excellente cuisinière. Parfois, en attendant mon petit-déjeuner, je vais promener mon chien Hugo. mais quand la cuisinière est de sortie, je me lève plus tôt et je prépare le petit déjeuner pour mon mari; car je trouve qu'un homme ne doit pas s'occuper de ses repas. Je suis très vieux jeu à bien des égards. Je trouve aussi qu'un homme ne doit jamais porter à la main ce qui appartient en propre à la femme, souliers à hauts talons, sac, etc. Il m'arrive de cacher un peigne dans la poche de mon mari, mais c'est tout.
Après le petit déjeuner, je prends un bain, pour changer des jours de travail où je me lève si tôt, parfois à 6h ou 5h du matin, que je dois prendre deux douches, une chaude et une froide pour me secouer. A New York, j'aime à me tremper dans mon bain en lisant les journaux et écoutant des disques. Après, j'enfile une jupe, une blouse, des souliers plats et une veste de polo et, le mardi et le vendredi, je vais à l'Actors Studios, à 11h, ou les autres jours aux cours privés de Lee Strasberg. Je rentre pour le déjeuner, que nous prenons d'habitude ensemble, comme le dîner. Nous écoutons des disques en mangeant. Mon mari aime comme moi la musique classique. Ou le jazz s'il est excellent, bien que nous réservions plutôt cela aux soirées où nous avons des amis qui aiment danser. Souvent, Arthur se remet au travail après sa sieste. Je trouve toujours à m'occuper pendant ce temps. Il a deux enfants de son premier mariage et je m'efforce d'être une bonne belle-mère. Et il y a à faire dans l'appartement. J'aime faire la cuisine, pas tellement à la ville où l'on est trop bousculé, mais à la campagne pour le week-end. Je fais du très bon pain, et les nouilles aussi très bien. Rouler, sécher, la cuisson et la sauce. Ce sont mes deux spécialités. Mais j'aime également inventer... J'adore les assaisonnements ! L'ail ! Souvent, j'en mets de trop pour le goût des autres.
Il arrive que les acteurs avec qui j'étudie une scène pour les cours de Strasberg viennent à la maison, le matin ou l'après-midi et je leur prépare un petit-déjeuner ou le thé... Bref, les journées sont assez remplies. Mais toujours, j'ai soin d'être libre avant le dîner, pour mon mari. Aprés le dîner, parfois nous allons au théâtre ou au cinéma, ou des amis viennent, ou nous allons chez des amis. Mais très souvent, nous restons tout simplement à la maison, tous les deux, à écouter de la musique, parler ou lire. Ou encore, nous marchons dans les rues ou dans Central Park. Nous adorons marcher. Il n'y a pas de routine fixe dans notre vie. Il y a bien des moments où j'aimerai être plus organisée, faire certaines choses à certaines heures etc. Mais mon mari dit que comme ça, au moins, on ne s'ennuie pas ! Alors, tout va bien. Et puis, personellement, les choses ne m'ennuient jamais. Ce qui m'ennuient, ce sont les gens qui s'ennuient. J'aime beaucoup les gens; pourtant, parfois, je me demande si je suis vraiment sociable. La solitude ne me pèse pas. Cela m'est égal d'être seule. Même, j'aime cela. C'est un repos. Cela permet de prendre plus possession de soi-même, de se rafraîchir. Je crois qu'il y a deux aspects dans tout être humain; du moins, c'est ce que je sens dans mon cas. On a envie d'être seul, et en même temps, envie d'être ensemble. C'est un vrai conflit. J'y suis sensible à un point suraigu. C'est pourquoi, j'aime tant mon travail. Quand j'en suis contente, naturellement je me sens plus gaie, plus sociable. Quand ça ne va pas, j'ai envie d'être seule. Et c'est la même chose dans ma vie...

Georges Belmont: En sorte que, pour résumer, si je vous demande quelle impression cela fait d'être Marilyn Monroe, à ce stade de votre vie, que direz-vous?

Marilyn Monroe: Quelle impression cela vous fait-il d'être vous?

Georges Belmont: Parfois je suis content du monde et de moi-même. Parfois, non.

Marilyn Monroe: Et vous êtes heureux comme ça?

Georges Belmont: Ma foi, oui.

Marilyn Monroe: Eh bien, moi aussi. Et comme j'ai trente quatre ans et encore quelques années devant moi, j'éspère, cela me laisse le temps de travailler à devenir meilleure et plus heureuse dans mon métier comme dans ma vie privée. C'est ma seule ambition. Peut-être y mettrais-je le temps, car je suis lente; et je ne veux pas dire par là que ce soit le plus sûr moyen. Mais c'est le seul que je connaisse et qui me donne le sentiment que la vie, après tout, n'est pas sans espoir. 

30 mars 2013

28/03/1959 Première Some Like It Hot

Le 28 mars 1959 se tient la première de "Some Like It Hot" ("Certains l'aiment chaud"), au Lowe’s Capitol Theater, un cinéma de Broadway, à New York. Marilyn Monroe y participe avec son mari Arthur Miller. Toute de blanc vêtue, avec une robe à strass, elle est plus resplendissante que jamais. 
Photographies de Lee Lockwood, Paul Slade, Bob Henriques, Paul Schumach et Henri Dauman.
On March 28, 1959 is the premiere of "Some Like It Hot" at Lowe's Capitol Theater, a Broadway cinema in New York. Marilyn Monroe arrives with her husband Arthur Miller. Dressed all in white, with a rhinestone dress, she is brighter than ever.
After, Marilyn and Arthur go to 135 Central Park West for the Lee and Paula Strasberg hosted post-premiere party following the showing of the movie.
Photographs by Lee Lockwood, Paul Slade, Bob Henriques and Henri Dauman.

1959_03_29_ny_slih_premiere_01_1  
1959_03_29_ny_slih_premiere_01_2_by_lee_lockwood_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_01_3 1959_03_29_ny_slih_premiere_01_4
1959_03_29_ny_slih_premiere_01_5 1959_03_29_ny_slih_premiere_01_6 1959_03_29_ny_slih_premiere_01_5a
1959_03_29_ny_slih_premiere_02_1_by_bob_henriques_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_02_2_by_paul_slade_1
1959_03_29_ny_slih_premiere_03_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_03_2_by_henri_dauman_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_03_2_by_henri_dauman_1a
1959_03_29_ny_slih_premiere_03_3 1959_03_29_ny_slih_premiere_03_4 1959_03_29_ny_slih_premiere_03_4a
1959_03_29_ny_slih_premiere_03_5_by_bob_henriques_1  245781_0 
1959_03_29_ny_slih_premiere_04_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_3_by_paul_slade_1
1959_03_29_ny_slih_premiere_04_2 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_3_by_paul_slade_2 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_3_by_paul_slade_3
1959_03_29_ny_slih_premiere_04_4_by_lee_lockwood_2 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_4_by_lee_lockwood_3 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_5
1959_03_29_ny_slih_premiere_04_4_by_lee_lockwood_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_04_6
1959_03_29_ny_slih_premiere_05_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_05_2 1959_03_29_ny_slih_premiere_05_3
1959_03_29_ny_slih_premiere_05_4 245778_0 1959_03_29_ny_slih_premiere_05_5 
1959_03_29_ny_slih_premiere_06_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_06_1a 1959_03_29_ny_slih_premiere_06_2  
1959  lot528-220490_0  1959-03-prem_slih 
1959_03_29_ny_slih_premiere_07_1 1959-slih_prem film_slih_premiere_jack_lemmon 
245779_0  245780_0 
1959_03_29_ny_slih_premiere_07_2
1959_03_29_ny_slih_premiere_07_3 1959_03_29_ny_slih_premiere_lemmon_1

> Planche Contact
1959_03_29_ny_slih_premiere_contact_1

> Snapshots
lot530-220493_0 


> photographie de Paul Schmach
lot985-202987_0  

> photographie de Manfred Kreiner
lot984-202986_0 


Après la première, Marilyn et Arthur se rendent chez Lee et Paula Strasberg qui ont organisé une fête dans leur appartement au 135 Central Park West.

> Photographie de James Haspiel
1959_03_29_ny_slih_premiere_car_01_by_james_haspiel_1 

> Marilyn et Arthur arrivent chez les Strasberg
1959_03_29_ny_slih_premiere_car_02_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_car_02_2 1959_03_29_ny_slih_premiere_car_03_1
1959_03_29_ny_slih_premiere_car_candids_1 
1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_01_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_02_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_03_1 
1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_04_1 1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_04_1a 1959_marilynmonroe_somelikeithotpremiere3 1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_04_2
1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_04_3 1959_03_29_ny_slih_premiere_party_strasberg_04_3c


> La robe vendue par Christies
1959_03_29_ny_slih_premiere_dress_1  
1959_03_29_ny_slih_premiere_dress_selling_107 


>>  photo de presse
1959_03_29_ny_slih_premiere_press_1 


>>  captures
cap_slih_prem_01_01 cap_slih_prem_01_02 cap_slih_prem_01_03  
cap_slih_prem_01_04 cap_slih_prem_01_05 cap_slih_prem_01_06
cap_slih_prem_01_07 cap_slih_prem_01_08 cap_slih_prem_01_09
cap_slih_prem_01_10 cap_slih_prem_01_11 cap_slih_prem_01_12
cap_slih_prem_01_13 cap_slih_prem_01_14
cap_slih_prem_02_01 cap_slih_prem_02_02 cap_slih_prem_02_03
cap_slih_prem_02_04 cap_slih_prem_02_05 cap_slih_prem_02_06
cap_slih_prem_03_01 cap_slih_prem_03_02 cap_slih_prem_03_03

 >> vidéo 1

  >> vidéo 2
  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

05 août 2012

Marilyn Monroe, tout est à vendre

lemondelogoMarilyn Monroe, tout est à vendre
le 2/08/2012
Par Frédéric Joignot, envoyé spécial à New York
en ligne
sur lemonde.fr

lemonde_02 lemonde_01
A gauche : Joe DiMaggio, le second mari de Marilyn, est absent du testament de la star.
A droite : les psychanalystes Dorothy Burlingham, Mariane Kris - qui obtient 25 % de la succession - et Anna Freud, dans les années 1970.
FREUD MUSEUM, LONDON | BETTMANN/CORBIS.

Marilyn Monroe rédige son testament le 14 janvier 1961, à 34 ans, à une période douloureuse de sa vie. Elle vient d'annoncer son divorce avec l'écrivain Arthur Miller. Le tournage des Désaxés, de John Huston, a été une épreuve : elle se disputait sans cesse avec son mari, prenait des barbituriques à haute dose. L'année précédente, Le Milliardaire, une comédie de George Cukor, avec Yves Montand, a fait un flop.

Certains journaux la disent finie. L'actrice s'est installée à New York pour suivre à nouveau les cours de théâtre de Lee Strasberg à l'Actors Studio. Le maître des lieux, qui a formé Marlon Brando, Montgomery Clift, James Dean ou Dustin Hoffman, et dont l'épouse, Paula, est devenue le coach de Marilyn, propose de la diriger dans Rain, un téléfilm pour la NBC adapté d'un roman de Somerset Maugham. Marilyn se prépare, écrit à Maugham pour approfondir son rôle. En attendant, désespérée par sa rupture avec Miller, elle consulte chaque jour sa psychanalyste, Marianne Kris.

lemonde_03
 Marilyn Monroe, entourée de l'artiste Sammy Davis Jr et du photographe Milton Greene, dont elle était proche, en décembre 1954.
| BETTMANN/CORBIS

Voilà pourquoi, peut-être, elle lègue alors, après distribution de sommes en liquide à ses proches et à sa demi-soeur Berniece Miracle, 50 % de ses biens, revenus et droits à Lee Strasberg, son mentor. 25 % vont à Marianne Kris, afin qu'elle "les emploie à faire avancer le travail de tout groupe ou institution psychiatrique de son choix". Les 25 % restants ou, au choix, 40 000 dollars, reviennent à sa secrétaire, May Reis. Sinon, n'ayant pas eu d'enfant et son père l'ayant abandonnée, elle laisse 5 000 dollars par an "pour l'entretien et le soutien financier" de sa mère, Gladys Baker, internée dans un hôpital psychiatrique.

Ce testament est contesté aussitôt après sa mort. La conseillère financière de Marilyn Monroe, Inez Melson, qui ne reçoit rien, affirme, en octobre 1962, que l'actrice était "sous l'influence invalidante" des Strasberg et de son analyste. Mais elle est déboutée par le juge Samuel Di Falco, qui entérine le testament.

Aujourd'hui encore, sur le site Marilynmonroe.family.com, ses cousins parlent d'une manipulation de ses dernières volontés par ses proches, alors qu'elle était au plus mal. Plusieurs de ses biographes soutiennent qu'elle allait les modifier, au vu des événements qui ont suivi...

lemonde_04
Lee Strasberg et Marilyn Monroe
PETER BASCH 

En février 1961, le projet Rain avec Lee Strasberg s'écroule. Effondrée, l'actrice s'assomme aux barbituriques. Craignant qu'elle ne se suicide, Marianne Kris la fait admettre à la Payne Whitney Clinic, à Manhattan, où elle est placée en cellule de sécurité. Quand elle constate qu'elle est enfermée, Marilyn Monroe fait une crise de désespoir, casse une fenêtre, demande à sortir. Les médecins la menacent de la camisole de force. Elle fait passer un message à Lee Strasberg par une infirmière : "Le Dr Kris m'a fait enfermer sous la surveillance de deux imbéciles (...). Je suis enfermée avec les cinglés. Je suis sûre de finir comme eux si ce cauchemar se poursuit. Je vous en supplie, aidez-moi." Mais c'est l'ancien joueur de baseball Joe DiMaggio, son deuxième mari, qui, joint par Marilyn, la fait libérer. Il la place dans un centre ouvert, reste près d'elle. Selon Donald Spoto, son biographe le plus sérieux, ils envisageaient de se remarier.

Après cet épisode, l'actrice ne demandera plus jamais l'aide de Marianne Kris et, d'après plusieurs sources, elle fit savoir à son avocat, Milton Rudin, qu'elle souhaitait modifier son testament. Voilà pourquoi beaucoup s'étonnent que la psychanalyste hérite, que Joe DiMaggio, de retour dans sa vie, n'ait rien ou encore que Lee Strasberg reçoive la majeure partie de l'héritage. Selon Patricia Bosworth, du magazine Vanity Fair, Marilyn aurait confié la veille de sa mort au photographe Milton Greene, longtemps son ami et manager, qu'elle pensait que les Strasberg la manipulaient.

Marilyn Monroe décède dans la nuit du samedi 4 août 1962 d'un empoisonnement aigu aux barbituriques. Elle a 36 ans. En dehors de ses droits et royalties, ses biens sont estimés à 92 781 dollars. Ils sont distribués comme le stipule son testament. Ses effets personnels sont pieusement conservées par les Strasberg, qui pensent que ceux-ci rejoindront un jour un musée du cinéma.

Quand, en 1982, Lee Strasberg meurt, sa veuve et seconde femme, Anna, qui n'a jamais connu Marilyn, se retrouve à la tête du Lee Strasberg Theater Institute fondé par son mari, et de la majeure partie de l'héritage Monroe. Peu connue du grand public, Anna Strasberg s'érige aussitôt en stratège de l'exploitation de la marque et de l'image Marilyn Monroe. D'après Nathan Koppel, expert financier au Wall Street Journal, elle "lance son entreprise de licences et de publicité quelques mois à peine après la mort de son mari".

lemonde_05
Anna Strasberg, l'héritière, qui n'a jamais connu Marilyn Monroe, fait la promotion du livre « Fragments », à Francfort, en Allemagne, en 2010. EPA/CORBIS | ULI DECK/

Il faut comprendre qu'en ces années 1980, les budgets de communication des marques explosent. Elles cherchent des égéries, des icônes, des stars avec lesquelles s'associer. Marilyn Monroe est l'une d'elles. Anna Strasberg comprend vite que les royalties de l'actrice sont peu lucratives au regard de ce que pourraient rapporter ses droits à l'image. Les artistes eux-mêmes se sont inspirés de l'icône Marilyn Monroe. En 1954, Willem De Kooning peint une Marilyn aux traits déformés. En 1965, Richard Hamilton exécute My Marilyn, un collage photos. En 1967, c'est au tour d'Andy Warhol de produire plusieurs sérigraphies qui seront vendues dans le monde entier. En 1971, Salvador Dali réalise une lithographie intitulée Mae West, Marilyn Monroe, Mao. En 1982, la photographe américaine Cindy Sherman s'autoportraitise en Marilyn à peine maquillée...

Durant les années qui suivent, de fructueux contrats pleuvent. Les grands magasins Bloomingdale's ouvrent une boutique "Marilyn Monroe" à New York, Absolut Vodka lance un spot de télévision, la société de cosmétiques Revlon récupère son image, un clip pour le parfum Chanel no5 est tourné, même la griffe Nike s'accapare Marilyn sur ses baskets. D'après le Wall Street Journal, la marque "Marilyn Monroe" rapporte 7,6 millions de dollars à Anna Strasberg entre 1983 et 1993.

 QUELLE IMAGE GARDER DE MARILYN ?

Dès lors, comment continuer à faire fructifier cette manne jouant sur l'image et la légende de l'actrice ? Quels souvenirs l'actrice laisse-t-elle dans les mémoires ? Comment la présenter dans des publicités ou sur des produits commerciaux ? Quelle Marilyn Monroe est la plus vendeuse ? La blonde allumeuse de ses débuts ? La star glamour venue souhaiter, le 19 mai 1962, bon anniversaire au président John F. Kennedy, son amant ? Ou l'actrice inquiète de l'Actors Studio ?

Lawrence Schiller, 76 ans, a photographié Marilyn nue sur le bord de la piscine lors du tournage du film Something's Got to Give, abandonné en 1962. Selon lui, "le grand public aime le personnage "Marilyn", la blonde sexy et faussement ingénue que Monroe a inventée de toutes pièces. Quand elle a décidé de poser nue, je lui ai dit : "Vous êtes célèbre, vous allez me rendre célèbre." Elle m'a répondu : "Ne soyez pas insolent, les photographes se remplacent facilement." Pour chaque photo, elle devenait Marilyn, avec son sourire lumineux, sa féminité irrésistible. Ensuite, elle demandait à voir tous les tirages et en éliminait les trois quarts". Pour Schiller, Marilyn Monroe "jouait son va-tout" en posant nue. La Fox voulait la licencier, Liz Taylor était mieux payée qu'elle. "On découvre combien elle est encore belle. Pourquoi personne n'oublie-t-il Marilyn Monroe ? Elle a créé sa propre icône. Elle savait prendre la lumière comme aucune autre star."

lemonde_06
 Un exemplaire du premier numéro du magazine « Playboy » (1953) - avec, en couverture, Marilyn Monroe photographiée par Milton Greene - s'est vendu 31 070 dollars en 2010. | PLAYBOY

Les photos au bord de la piscine ont consacré Marilyn comme la bombe platine à la chair nacrée qui efface Lana Turner et Jean Harlow. C'est cette Marilyn-là qu'Anna Strasberg va vendre en série dans les années 1990. En 1996, elle s'associe avec Mark Roesler, le PDG de CMG Worlwide - qui gère les droits intellectuels pour utiliser des photos de célébrités. L'homme s'est fait connaître dans les années 1980 en envoyant des détectives privés rechercher les familles des stars décédées. C'est ainsi qu'il a récupéré les droits de Bette Davis, James Dean, Ava Gardner, Robert Mitchum, Gene Tierney, Ingrid Bergman, Jane Mansfield, Jane Russell... Il a emporté le marché Marilyn Monroe en promettant à Anna Strasberg 1,1 million de dollars de gains annuels en licences.

Les années suivantes, 700 contrats industriels et publicitaires utilisant l'image de Marilyn sont signés, jouant sur son sex-appeal. La star est représentée, souvent en petite tenue, sur des centaines de milliers d'objets et gadgets de toutes sortes. Mugs, cendriers, stylos, briquets, jetons de casino, vaisselle, literie, lingerie, tee-shirts, sacs, meubles, poupées, queues de billard, stores, tablettes de chocolat, bouteilles de vin (le "Marilyn merlot", le "sauvignon Blonde"). Parfois, c'est n'importe quoi. Une ligne de vêtements roses pour animaux a pour slogan "Les diamants sont les meilleurs amis du chien", des préservatifs à l'effigie de Marilyn sont mis en vente...

Paul Morizet, de Greenlight - filiale de la banque d'images Corbis -, croit, qu'à force, Anna Strasberg a dégradé l'image de la star. Il s'est occupé du film publicitaire Dior tourné, en 2011, par Jean-Jacques Annaud au château de Versailles avec Charlize Théron. Des doubles de Grace Kelly, Marlène Dietrich et Marilyn Monroe y apparaissent quelques secondes. "Nous gérons les images de Steve Mc Queen et Maria Callas. Il est décisif de ne pas galvauder la symbolique d'une star disparue. Le problème, avec Marilyn Monroe, c'est que son image a été trop vendue dans des produits bas de gamme. Elle a beaucoup perdu en image de marque. Résultat, une star vivante vaut beaucoup plus cher qu'elle. Elle ne reprend une valeur publicitaire que depuis deux ans", dit-il.

Si l'image de l'actrice est écornée, les licences la concernant rapportent gros. Entre 1996 et 2000, selon le Wall Street Journal, Anna Strasberg reçoit 7,5 millions de dollars de la CMG. C'est l'époque, écrit le journal économique, où "Anna Strasberg pense et gère l'image de Mme Monroe dès qu'elle se réveille". Elle cherche à récupérer les droits qui lui manquent, les 25 % légués à Marianne Kris. Avant de mourir, en 1980, la psychanalyste les a transmis à l'Anna Freud Centre de Londres, une clinique psychiatrique qui se servira de cet argent pour créer une unité thérapeutique "Marilyn Monroe" pour enfants en difficulté. Anna Strasberg va tenter, en vain, de racheter ces parts.

En 1999, l'héritière arrondit son pactole en mettant aux enchères les affaires personnelles de l'actrice chez Christie's, à New York. La vente de ses effets, près de 1 000 pièces, ses livres, ses meubles, ses robes rapportent 13,4 millions de dollars, quadruplant les estimations. Cette vente aux enchères a heurté beaucoup de gens. Les héritiers des grands photographes de Marilyn, ceux qui ont popularisé son image (Milton Greene, Tom Kelley, Sam Shaw) se disent choqués, et dénoncent l'âpreté au gain d'Anna Strasberg ainsi que la dégradation de l'image de Monroe.

lemonde_07
 La robe blanche que la star portait dans « Sept ans de réflexion », de Billy Wilder, en 1955, s'est vendue 4,6 millions de dollars, à Berverly Hills, le 18 juin 2011. | REX FEATURES/SIPA 

Au départ pourtant, la plupart d'entre eux apprécient les contrats de licence, en signent eux-mêmes, profitant de la manne. Selon The Wall Street Journal, Larry Shaw, fils de Sam, a amassé 100 000 dollars par an dans les années 1990 grâce aux droits de publicité sur Marilyn. De même, Tom Kelley Junior, dont le père a fait, en 1949, le premier nu de Marilyn (payé 50 dollars), a perçu 300 000 dollars. Les choses se gâtent dans les années 2000, lorsqu'Anna Strasberg s'arroge l'essentiel des dividendes. Joshua Greene, le fils de Milton, a déclaré au quotidien britannique The Telegraph : "Anna Strasberg et la CMG étaient seulement intéressés par l'argent. Au lieu de travailler avec nous, ils nous ont attaqués en tant que photographes, prenant 90 % des accords de licence. Nous avons même dû nous battre pour que les photos soient correctement créditées." Mark Roesler, de CMG, tout comme le service communication de l'entreprise, ont refusé de répondre à nos questions sur ces critiques.

Excédés, les trois héritiers des photographes Greene, Kelley et Shaw déposent, début 2007, un recours commun pour remettre en cause la propriété de l'image de l'actrice par Anna Strasberg. Pour cela, ils vont jouer sur les contradictions du droit américain. Selon leurs avocats, quand Marilyn Monroe homologue son testament, en janvier 1961, elle habite Manhattan. Or, aux Etats-Unis, les droits de publicité constituent un véritable maquis juridique. Dans l'Etat de New York, les descendants d'une célébrité n'ont pas le droit d'en hériter. Autrement dit, si la Marilyn de 1961 était jugée "résidente new-yorkaise" par une cour, ses droits de publicité après sa mort seraient nuls et non avenus. Anna Strasberg n'aurait pas le droit de les exploiter.

L'avocat adverse, Me Wegner, riposte fin 2007. A son décès, Marilyn Monroe se considérait comme californienne. Or, en Californie, la loi reconnaît la cession post mortem pour toute star décédée depuis 1938. Conclusion : Marilyn Monroe pouvait céder ses droits de publicité aux Strasberg.

En septembre 2008, la cour de district de New York a reconnu la demande des photographes lésés, qu'elle a libérés de la tutelle d'Anna Strasberg et de la CMG. Les titulaires de licence peuvent désormais traiter directement avec eux. Mark Roesler, le PDG de la CMG, qui a perdu là un marché décisif - Forbes Magazine estime à 7 millions de dollars les droits photographiques versés pour Marilyn en licences -, a parlé d'"une décision ridicule", et a fait appel. Ce procès a coûté très cher à toutes les parties. Selon The New York Times, Anna Strasberg a investi 100 000 dollars pour tenter de faire modifier la législation sur les droits de publicité à Albany, capitale de l'Etat de New York. Elle a été condamnée à 200 000 dollars d'amende dans un tribunal de Manhattan pour "manigances inacceptables".

Poussons à présent la porte du Lee Strasberg Theater Institute, un petit édifice peint de couleurs vives sur la 15e Rue, à New York. "Mme Anna Strasberg ? Non, elle n'est pas là. Mais je vais voir si la directrice, Victoria Krane, peut vous recevoir." A deux pas de la réception, on découvre un émouvant petit "Marilyn Monroe Theater" où les étudiants d'art dramatique répètent - ils aiment l'actrice de Niagara (1953) et Troublez-moi ce soir (1952), la Marilyn criminelle et malsaine qu'elle jouait si bien, aussi ! Dès qu'elle apprend que je cherche à joindre sa patronne, Victoria Krane décline tout entretien. J'insiste. Les jours suivants, je reçois deux mails secs. Tous deux m'indiquent qu'Anna Strasberg sera absente de New York jusqu'en septembre. Inutile de chercher à la rencontrer.

C'est Paul Newman qui a présenté Anna Mizrahi, 28 ans, une jolie actrice de Broadway montée à Hollywood, à Lee Strasberg, 66 ans, en 1967. Un an plus tard, ils se marient, et s'installent dans une belle maison à Brentwood, Los Angeles. Deux enfants naissent bientôt, Adam et David. L'actrice Susan Strasberg, la fille de Lee et de Paula, dans des Mémoires non publiés dont Vanity Fair a donné des extraits, parle d'une période heureuse - beaucoup d'acteurs passaient chez eux, Al Pacino était l'ami de la famille. Mais des dissensions naissent bientôt à propos de la gestion des instituts Strasberg. Le premier fils de Lee, Johnny, s'occupe de celui de New York. En 1978, il demande à toucher des dividendes de l'affaire. Son père et Anna Strasberg refusent. Elle le juge incompétent, refuse de le rencontrer. Johnny quitte l'institut. En juin 2003, il déclare à Vanity Fair : "Nous étions devenus deux familles, celle d'Anna et la nôtre."

Quand, en février 1982, Lee Strasberg meurt d'une crise cardiaque au Radio City Music Hall, l'essentiel de son héritage revient à Anna et à ses enfants. Johnny et Susan ont été déshérités. Les années qui suivent, Anna Strasberg prend la direction des instituts et récupère, après une bataille juridique, toutes les archives de l'Actors Studio. En 1988, elle viendra en aide à Susan et à sa fille Jenny, quand elles se trouveront sans argent. Susan demandera 1 % de la succession Monroe. En vain. Dans Vanity Fair, Anna Strasberg déclare : "Toute histoire a toujours deux versants."

Un écrivain et éditeur français, Bernard Comment, qui dirige la collection "Fiction & Cie" des éditions du Seuil, a rencontrée plusieurs fois Anna Strasberg. Il présente l'autre versant, parle d'une vieille femme cultivée, pleine d'humour, très élégante, attachée à préserver l'art dramatique de son mari, et relativise sa réputation de férocité en affaires. La manière dont elle l'a choisi pour publier le livre Fragments (Seuil, 2010), composé à partir des carnets intimes de Marilyn Monroe, en témoigne.

En octobre 2008, invité par le rocker Lou Reed - qu'il a publié au Seuil - à un dîner privé de collectionneurs d'art, Bernard Comment se voit aborder par un proche d'Anna Strasberg. Elle aurait découvert des textes de Marilyn qu'elle aimerait montrer à un éditeur "littéraire". Deux mois plus tard, l'écrivain arrive avec vingt minutes de retard dans un grand appartement new-yorkais. Anna Strasberg, 68 ans, moque gentiment son retard - elle le compare à Marilyn - et lui présente sept ou huit textes de l'actrice. "Je ne pouvais pas les toucher, j'ai eu à peine le temps de lire quelques extraits. Je repère qu'il y a un poème, des pleines pages, des notes... Je lui dis qu'il faudrait réaliser un livre d'auteur, signé, pas un "beau livre"..." Puis il précise aussitôt qu'il n'a pas d'argent. Enfin, très peu. Contre toute attente, Anna Strasberg se montre satisfaite. "Elle m'a dit qu'elle attendait depuis des années qu'on lui tienne un tel discours. Elle voulait avant tout mettre en valeur ce trésor. Un grand éditeur de presse américain était venu la trouver avant moi. Voyant les textes, il avait fait glisser un chèque en blanc sur la table. Elle avait décliné l'offre."

Dans les mois qui suivent, Bernard Comment revient plusieurs fois à New York pour travailler sur le futur livre. Finalement, l'ouvrage est accepté, les droits vendus. "Nous sommes loin d'une somme à six chiffres, dit-il. Ce qui est dérisoire." Il ajoute qu'Anna Strasberg lui a demandé des listes d'éditeurs littéraires dans toute l'Europe. Elle a demandé à chacun d'entre eux une lettre de motivation.

En France, selon l'éditeur, Fragments s'est vendu à 100 000 exemplaires. Autant en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis. Le livre nous fait découvrir une Marilyn triste, doutant d'elle-même. Elle écrit : "Mon travail est le seul espoir fiable que j'ai", ajoutant : "Seule !!!!! Je suis seule. Je suis toujours seule quoi qu'il arrive." Plus loin encore : "Je sais que je ne serai jamais heureuse, mais je peux être gaie !" L'écrivain Antonio Tabucchi, qui préface Fragments, parle d'une "Joconde" contemporaine, précisant : "A l'intérieur de ce corps vivait l'âme d'une intellectuelle et poète dont personne n'avait le soupçon." Ces textes bouleversants retournent complètement l'image de la starlette écervelée.

Selon Bernard Comment, c'est ce que voulait Anna Strasberg. Au cours de leurs discussions, elle a laissé transparaître qu'elle avait été dépassée par cet héritage. Il lui fallait, pour conserver les affaires de Marilyn, louer des garde-meubles climatisés, prendre des assurances exorbitantes. Elle ne pouvait pas contrôler les millions d'objets qui ont déferlé sur le marché. Plusieurs fois, elle a essayé. Quand Larry Shaw, le fils du photographe, a dénoncé un téléphone gadget où la robe de Marilyn se soulevait à chaque sonnerie, elle a contacté l'industriel pour protester. On lui a dit que la statuette portait une culotte. Que faire ? Anna Strasberg devait encore maintenir en vie les écoles de New York et de Los Angeles, l'héritage de son mari, où plusieurs générations d'acteurs ont appris "la méthode" héritée de l'Actors Studio : Alec Baldwin, Laura Dern, Matt Dillon, Bridget Fonda, Ray Liotta, Robert de Niro, Mickey Rourke, Uma Thurman, Christopher Walken. Sans compter le financement des nombreuses bourses que l'institut a distribuées.


lemonde_08
 Dans les années 1990, 700 contrats de licences sont signés pour utiliser l'image de la star. | DR


En janvier 2011, à 73 ans, lasse des procès à répétitions, Anna Strasberg a rompu son contrat avec CMG Worldwide pour vendre la quasi-totalité de ses droits sur Marilyn à une nouvelle société, Authentic Brand Group (ABG). La négociation a duré six mois. La presse économique américaine a avancé deux prix : 25 et 50 millions de dollars. Un dirigeant d'ABG, James Salter, a déclaré au New York Post : "Nous voulons en finir avec les babioles et le trash." Le choix sera celui de "l'élégance, l'élégance, l'élégance", même s'il précise : "Marilyn était une femme élégante, mais elle n'était pas droite comme un crayon."

Dans les bureaux d'ABG, à New York, d'immenses photos de Marilyn habillent les murs. Le responsable du marketing, Nick Woodhouse, 35 ans, explique la nouvelle stratégie : "Nous pensons que Marilyn n'était pas à sa place. Elle était au-dessous de ses capacités comme icône glamour. Nous travaillons à lancer une joaillerie Marilyn, comme a commencé à le faire Chopard à Cannes, des parfums, de la lingerie, de la mode Marilyn... Dolce & Gabbana a développé des tee-shirts à 200 dollars ainsi qu'une ligne de cosmétiques où Scarlett Johansson pose en Marilyn."

La nouvelle Marilyn Monroe vaut-elle cher ? "C'est une marque premium". Vont-ils continuer à vendre des gadgets ? "Nous ne voulons plus de vulgarité. Mais l'extraordinaire avec Marilyn, c'est qu'elle séduit autant les camionneurs que l'élite, de Tokyo à Vancouver. Nous allons développer des campagnes haut de gamme mais aussi plus populaires. Nous venons de lancer sa page Facebook. Elle rassemble déjà plus de trois millions de fans."

lemonde_09
Megan Hilty et Katharine McPhee, les deux actrices aspirant au rôle de Marilyn dans la série américaine « Smash » (TF1). | DREAMWORKS TV/STORYLINE ENTERTAINMENT/UMS/THE KOBAL COLL./AFP

Pour convaincre ses futurs clients, Nick Woodhouse a rassemblé l'actualité récente consacrée à la star. C'est impressionnant... Elle souffle une bougie sur l'affiche du dernier Festival de Cannes. Elle inspire le film My Week With Marilyn, de Simon Curtis, sorti en avril. Brad Pitt confirme vouloir produire Blonde avec Naomi Watts, un film tiré du roman de Joyce Carol Oates (2000). Steven Spielberg et la chaîne NBC ont lancé le feuilleton télévisé "Smash", diffusé sur TF1 en juillet, qui raconte la création d'une comédie musicale d'après la vie de Marilyn. Angelina Jolie a été pressentie pour l'interpréter aux côtés de George Clooney dans Maf the Dog, tiré du roman d'Andrew O'Hagan's ("Maf" ou "Mafia" est le nom du chien offert par Franck Sinatra à Marilyn).
Le distributeur américain Entertainment One prépare une série d'émissions de télé-réalité sous le titre "Finding Marilyn" ("Chercher la nouvelle Marilyn").

Après avoir occupé les couvertures des magazines pour le 50e anniversaire de sa mort, Marilyn Monroe continue d'inspirer livres, films, séries et shows. Pourquoi nous séduit-elle toujours ? Nous émeut-elle encore ? Edgar Morin a magistralement analysé, dans Les Stars (Seuil, 1972), comment Marilyn Monroe est devenue "la première star au-delà du star-system", l'actrice désemparée dont les échecs artistiques, le mal-être et la mort brutale déchirent le mythe d'un Hollywood de rêve.

Aujourd'hui, des studios réfléchissent à une "virtual Marilyn" en 3D, un hologramme permettant de lui faire jouer de nouveaux rôles. Le fantôme de Marilyn Monroe n'a pas fini de nous hanter.

02 août 2012

Le Nouvel Observateur 2/08/2012

lenouvelobs_coverLe magazine français Le Nouvel Observateur n°2491, paru le 2 août 2012 consacre un article de 4 pages à Marilyn Monroe (chapitre 4, par François Forestier).
 prix: 3,50  


Marilyn Monroe, ange et démon
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com  

Avec "Le Prince et la Danseuse", le conte de fées de Marilyn Monroe, dont on commémore le 50e anniversaire de la mort, tourne au cauchemar.

lenouvelobs_photo 
Une collection unique de près de 4.000 photographies de Marilyn Monroe, dont certaines jusqu'à présent non publiées, sera exposée en août en Pologne avant d'être mise aux enchères, a indiqué vendredi le quotidien Gazeta Wyborcza. (c) Afp

Marilyn, vêtue d'une robe sombre en velours, le cou orné d'une rangée de perles, descend l'escalier de marbre blanc. C'est une apparition magique. Laurence Olivier la prend par le bras, la mène vers son fauteuil. La conférence de presse pour annoncer le tournage du "Prince et la Danseuse" est prometteuse : Laurence Olivier, le plus grand acteur du monde, et Marilyn Monroe, la femme la plus célèbre du cosmos. Merveilleux casting.
Les journalistes, hypnotisés, demandent à Marilyn : "Vous allez continuer avec l'Actor Studios ?" Elle bat des cils, sa gorge palpite. Elle répond : "Je voudrais me développer de toutes les façons possibles." Silence. Laurence Olivier prend la parole : "Miss Monroe a un talent... Mmm... Extraordinaire pour vous faire croire une minute qu'elle est une petite chose coquine et, la minute suivante, vous convaincre qu'elle est une ravissante idiote", dit-il. Les photographes shootent au niveau du genou, espérant prouver que Marilyn ne porte rien sous sa culotte. L'atmosphère est électrique. Soudain, la bretelle de la robe de Marilyn cède. La salle devient dingue. Marilyn se rajuste, gênée, innocente, rougissante. Une assistante apporte une épingle de nourrice. Marilyn la lui a remise juste avant l'"accident".

"Fais comme si tu étais une bouteille de ketchup"

Depuis qu'elle est tombée sous de l'empire de Lee Strasberg, le gourou de l'Actor Studio, Marilyn s'emploie à devenir une tragédienne. Elle répète Eschyle, martèle Shakespeare, énonce James Joyce. L'épouse de Lee, Paula Strasberg, une sorte de sorcière adipeuse en djellaba noire et éternellement coiffée d'un chapeau de paille, cornaque Marilyn tout le temps, à prix d'or - 1 500 dollars la semaine. Les metteurs en scène deviennent fous, de voir cette ombre sinistre souffler des âneries à l'oreille de la blonde. "Fais comme si tu étais une bouteille de ketchup" ou "imagine une brosse à dents très sale", voilà les indications scéniques de la Strasberg.

Le précédent réalisateur de Marilyn, Joshua Logan, a failli verser dans la rage baveuse, pendant le tournage de "Bus Stop". Maintenant que la star est sa propre productrice, personne ne peut plus la contredire. Elle navigue entre son psy et son médecin, et fait des efforts pathétiques pour plaire à son nouveau mari, Arthur Miller, auteur dramatique en vogue. Lequel est empêtré dans ses déclarations devant la Commission des Activités anti-américaines. Soupçonné d'être communiste, il est invité à balancer des noms, comme son ex-ami Elia Kazan. Il ne le fera pas. Il finaude, se dérobe, a signé une pièce anti-McCarthy, "Les Sorcières de Salem". Cet intellectuel avec cette blonde ? C'est l'union de la Belle et de la Bête, daube la presse.

 lenouvelobs 
  Laurence Olivier à Marilyn : « Soyez sexy. » Catastrophe : c'est exactement ce qu'elle ne veut pas entendre. © DR  

Quand Marilyn et Miller sont arrivés en Angleterre pour « Le Prince et la Danseuse », ils ont été accueillis comme des seigneurs. Flanqués de quatre motards, ils ont été déposés à Parkside House, un manoir géorgien qui jouxte le palais de Windsor. Onze chambres à coucher, un parc privé, une armée de valets, thé à tous les étages. Mais la réception fastueuse masque le mépris de Laurence Olivier pour le maigre talent de dramaturge de Miller. De plus, Olivier est noyé dans les problèmes que lui pose son épouse, la sublime Vivien Leigh, qui le cocufle allégrement avec un autre acteur, Peter Finch, avant de s'offrir, nue sous un manteau de fourrure, au premier passant venu. C'est que lady Olivier a sombré dans une schizophrénie agressive. Sir Laurence, qui doit interpréter le rôle principal et mettre en scène le film, compte sur Marilyn pour redorer son blason. Il est sous le charme, absolument.

Tandis que Miller se met à écrire une adaptation de l'une de ses pièces, Marilyn se rend à l'essayage. Elle est dans son état non-Marilyn : blême, le cheveu gras, le regard égaré. Laurence Olivier est stupéfait. Derrière elle, à trois pas, Paula Strasberg. La magie s'effrite instantanément. On débarbouille l'actrice, on la maquille, on l'éclaire. Ouf, c'est réparé. Le conte de fées entre le grand-duc Charles de Carpathie et la danseuse Elsie, surnommée The Coconut Girl, peut commencer. Mince histoire d'amour, dans la tradition des pâtisseries viennoises - tout repose sur la légèreté, la drôlerie, la vivacité. C'est ce que Laurence Olivier essaie d'expliquer à Marilyn. Celle-ci le regarde comme une huître morte. Paula Strasberg murmure à l'oreille de l'actrice. Sir Laurence se contient pour ne pas faire expulser cette Carabosse. Le 30 juillet 1956, le tournage débute. Marilyn arrive une heure en retard. Le deuxième jour, deux heures. Le troisième… Les acteurs anglais sont ponctuels, connaissent leur texte, n'ont pas besoin de se chauffer comme les derviches de l'Actors Studio. Laurence Olivier se consume de colère. Marilyn, elle, pense qu'au contact de ce shakespearien renommé un peu de son éclat va déteindre sur elle. C'est son obsession. Le soir, avec Arthur Miller, elle ne songe qu'à sortir de son rôle de bimbo. Son mari l'observe avec dépit : il a épousé la plus belle créature du monde, il se retrouve avec une névrosée bourrée de pilules, torturée par son image, dévorée d'angoisse, agressive, agaçante. Il espérait être avec Marilyn, il est avec la Poison.

Laurence Olivier, costumé en aristocrate d'opérette, se tourne vers Marilyn et, juste avant que la caméra ne se mette en marche, lui dit : « Soyez sexy. » Catastrophe : c'est exactement ce qu'elle ne veut pas entendre. Elle est donc utilisée, une fois de plus, pour sa sensualité ? Pas pour son talent ? Elle fuit, s'enferme dans sa loge, appelle Lee Strasberg à New York, pleure la nuit, tempête dans les onze chambres à coucher, rage. On s'est moqué d'elle. Miller se cache la tête sous l'oreiller. Elle ouvre le carnet de notes de son mari, lit : « J'ai pensé avoir épousé un ange, je me suis trompé. » Là, Marilyn craque complètement. Elle a déjà été abandonnée par son père, par sa mère, par son producteur, par ses deux premiers maris. On la laisse tomber une fois de plus ? Miller repart aux Etats-Unis, pour apparaître devant les inquisiteurs. Marilyn avale des poignées d'anxiolytiques et boit du champagne. Puis elle couche avec le gentil assistant, Colin Clark, qui fera de cette aventure un livre - non, deux. En attendant, Laurence Olivier se retrouve avec deux folles : sa femme, qui vient de faire une fausse couche, et son actrice, qui est camée. Quand Arthur Miller revient, il fait grand cas de se montrer à la première londonienne de sa pièce « Vu du pont ». Il demande sa carte de membre du Comedy Club, devant les photographes. Pour ce faire, il doit certifier qu'il est éligible et que sa femme n'est pas « indésirable ». Il certifie énormément.

Lee Strasberg arrive au studio. Il lui est interdit d'entrer, il reste à la grille. Sa femme, qu'Olivier surnomme « The Beast », tempête. Marilyn plonge dans un marécage opiacé. Son look se détériore. Elle ne se souvient plus de son texte. Le directeur photo, Jack Cardiff, qui a travaillé avec Huston sur « African Queen » et avec le tandem Michael Powell-Emeric Pressburger, fait tout pour camoufler les dégâts. Par moments, Marilyn retrouve son éclat, sa vivacité, sa fraîcheur. Puis elle retombe dans une aboulie pâteuse, et déserte le plateau le lendemain. Ravie, elle écoute Lee Strasberg lui expliquer qu'elle est géniale, que Laurence Olivier est un acteur surestimé, qu'elle n'est pas jugée à sa vraie valeur. Son mari pense qu'elle est une « pute emmerdante », dit-elle à Strasberg. Arthur Miller rétorque que c'est faux, et que les Strasberg sont des serpents venimeux. L'ambiance est bien pourrie. Pour alléger, Miller emmène Marilyn à Stratford-upon-Avon, visiter le lieu de naissance de Shakespeare. La presse anglaise note que le couple fait chambre à part, désormais. Un adolescent enamouré campe devant le manoir, jour après jour, une fleur à la main. Finalement, Marilyn sort, lui adresse quelques mots et le remercie pour la belle rose. Puis elle l'embrasse sur la bouche. Un demi-siècle plus tard, le vieil homme est encore émerveillé.

De fable charmante, « le Prince et la Danseuse » vire au cauchemar. Quand Laurence Olivier demande à Marilyn de se déplacer pour être dans l'axe de la caméra, celle-ci rétorque : « Vous ne me voyez pas. Pas la peine d'être ici, alors », et elle s'en va. Milton Greene, l'associé de Marilyn, ex-photographe devenu producteur, s'alarme de la note de téléphone (la psychanalyse longue distance, c'est cher), des retards, du budget qui explose. Un jour que Marilyn attend avec Paula dans sa loge, l'assistant fait savoir au metteur en scène que la star est prête. Il entend Laurence Olivier, gentleman exquis, pair du royaume, dire  : « Qu'elle aille se faire foutre. » Et Marilyn recommence ses caprices : alors que l'équipe attend, elle commande des robes, des chaussures, des ensembles. Le 29 octobre, elle est officiellement présentée à la reine, devant laquelle elle fait une jolie révérence, en robe lamée or, bretelles de topazes. Sur les clichés, Sa Majesté regarde avec curiosité le décolleté très ajusté de sa voisine de palier. Mais peut-être jauge-t-elle les topazes…

Le tournage s'achève en novembre, avec onze jours de retard. Avant de rentrer aux Etats-Unis, où Arthur Miller a finalement été très légèrement condamné pour avoir « manifesté du mépris pour la cour » et non pour ses opinions de gauche, le couple se rend à une soirée, pour rencontrer deux acteurs français : Simone Signoret et Yves Montand. Deux ans plus tard, Marilyn tournera « Le Milliardaire » avec ce dernier. Le 13 juin 1957, « le Prince et la Danseuse » sort au Radio City Music Hall, l'une des plus belles salles de New York. A cette occasion, Marilyn, apparemment heureuse, décrit à la presse la petite maison au bord de la mer où elle passe ses vacances avec son mari, « juste assez grande pour nous et des enfants », et, au détour d'une interview, dit : « La seule chose dont j'aie peur, c'est de moi-même. » Elle a raison : sa consommation de pilules s'accroît, ses absences aussi. Bientôt, elle sera internée. Mais, pendant le tournage du « Prince et la Danseuse », un événement mondain a eu lieu : Grace Kelly est devenue princesse de Monaco. Or, il y a un an, c'est Marilyn qui a été approchée pour être l'élue. Elle a simplement répondu : « Monaco ? C'est où, ça ? » Elle a failli vivre l'histoire du « Prince et la Danseuse », en vrai. Bientôt, le destin va lui offrir une deuxième chance, un deuxième prince : JFK. Elle rêvera de devenir première dame. A l'époque, pas question d'être la « first girl-friend ».

Le plus étonnant, c'est que le film de Laurence Olivier, s'il est fade et mou, n'existe que par la présence de Marilyn. Les orages, les angoisses, l'amertume, rien ne transparaît : Marilyn est lumineuse, parfois un peu rêveuse, mais si sexy, si touchante, on ne voit qu'elle. Le « plus grand acteur du monde », à côté, est aussi sensuel qu'un ravier à margarine. Il a de la prestance, de l'allure, du style, mais il est déplacé. Il voudrait être Cary Grant, il n'est que l'ombre de sa manchette. Marilyn va bientôt tourner son chef-d'oeuvre absolu : « Certains l'aiment chaud ». C'est là que Tony Curtis, exaspéré, déclarera : « Embrasser Marilyn, c'est comme embrasser Hitler », comparaison discutable mais pittoresque. Surtout, l'espoir de fonder un foyer va fondre comme un glacier sous réchauffement climatique. Déjà, Arthur Miller s'éloigne. Le jour de leur mariage, il a offert à sa fiancée un bracelet en or. Avec ces mots : « A à M, juin 1956. Maintenant et à jamais. »

Le bonheur ? Jamais.

Lire l'intégralité de l'article de François Forestier, "Marilyn, ange et démon", dans "le Nouvel Observateur" du 2 août 2012.
sur le site  cinema.nouvelobs.com   


Marilyn : « Merci de m'aider à sauver ma vie »
le 4/08/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

lenouvelobs_ecrits
 © KOBAL-AFP-© DR  

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star - mandaté par la famille Strasberg - nous offre un document rare. Aujourd'hui, une lettre inédite à Lee Strasberg

Durant les premiers mois de 1956, Marilyn Monroe, désormais new-yorkaise, quitte sa nouvelle ville d'adoption pour se rendre sur le tournage de « Bus Stop ». Elle rentre d'abord à Hollywood, après plus d'un an d'absence, puis se rend à Phoenix (Arizona) et à Sun Valley (Idaho), avant de revenir à Los Angeles où elle réside au luxueux hôtel Chateau Marmont, sur Sunset Boulevard (elle y retrouve Arthur Miller, pour des amours encore clandestines à ce moment-là). Le réalisateur de « Bus Stop », Joshua Logan, était incertain au départ sur le choix de Marilyn et s'était renseigné auprès de Lee Strasberg, qui l'avait chaleureusement recommandée, convaincu de l'énorme talent d'actrice de celle que les studios de Hollywood s'efforçaient d'enfermer dans un rôle de blonde sexy et superficielle. Elle tenait ainsi l'occasion de démontrer son talent, avec un beau rôle complexe, dirigée par un cinéaste de talent.

Quatorze mois plus tôt, en décembre 1954, alors que le monde du cinéma la reconnaissait enfin comme une star en l'honorant d'un grand dîner de gala après les énormes succès, coup sur coup, de « Niagara », « Les hommes préfèrent les blondes » et « Comment épouser un millionnaire », elle avait quitté la Côte Ouest pour se rendre à New York, à la fois pour y fonder une société de production cinématographique (avec le photographe Milton Greene) et pour suivre les cours de Lee Strasberg à l'Actors Studio. La décision de ce déplacement est vertigineuse, et exceptionnelle : aucune star n'a jamais renoncé à l'éclat de la gloire pour aller se perfectionner sur les bancs d'une école, fût-elle hautement prestigieuse.

Ce choix, au demeurant, ne manque pas de cohérence. En effet, la formation de Marilyn au métier de comédienne s'est toujours faite sous les auspices du grand maître russe, Stanislavski. Ce choix est dû au départ à un certain hasard, lorsque la Columbia donne comme coach à sa starlette Natasha Lytess, formée à cette tendance de l'art dramatique. Cela relève ensuite d'une vraie décision, quand Marilyn va suivre l'enseignement de Michael Tchekhov, le neveu d'Anton, lui aussi apôtre de Stanislavski. Et c'est donc en bonne logique que Marilyn se rend à New York auprès de Lee Strasberg, un des fondateurs de l'Actors Studio, dont la « méthode » consiste à se fondre totalement dans le personnage, à s'imprégner de ses goûts, de ses réflexes, de sa façon de vivre et de sentir (en complément, Lee Strasberg encourageait ses étudiants à entreprendre une psychanalyse, ce que fit Marilyn dès les premiers mois de 1955). De fait, le génie de Marilyn tenait à ce qu'elle ne jouait pas, mais qu'elle était - à l'écran comme sur les photos. Dans son livre « Tu vois, je n'ai pas oublié », Montand ne dit pas autre chose : « Marilyn était un être d'exception dans la mesure où c'était sa lumière intérieure qui lapropulsait à l'avant-scène, devant les projecteurs. Si tu crois en Dieu, tu peux dire que c'est Dieu seul qui produit une lumière pareille, une lumière que ne maîtrise pas celui qu'elle habite… Marilyn soufrait de ne pas être une actrice reconnue, mais ce n'était pas véritablement une actrice : elle se situait bien au-delà du jeu. »

Dans les coulisses de « Bus Stop » se joue un petit drame. Natasha Lytess n'est plus là, elle a été évincée par Paula Strasberg, la femme de Lee, qui sera le coach de studio de Marilyn jusqu'à la fin, au grand dam parfois de célèbres réalisateurs (George Cukor, John Huston) supportant mal cette double commande où le commentaire sur les scènes tournées et la nécessité de les refaire ou non appartenait davantage à Paula qu'à eux-mêmes.

Ce qui est sûr, c'est que Lee Strasberg a joué un rôle déterminant dans la vie et la carrière de Marilyn. Il a d'emblée cru en elle, qu'il considérait comme une nouvelle Duse, promise à une étincelante carrière sur les planches. Il avait compris que ses peurs et sa fragilité devaient devenir sa force, et que seules la technique et la discipline pourraient lui permettre d'exprimer son fragile équilibre au bord de l'abîme. Marilyn se sentait enfin comprise.

Ce brouillon de lettre sur papier à en-tête du Chateau Marmont aurait dû figurer dans « Fragments ». Il se trouve simplement qu'il était classé par erreur dans les courriers reçus par Marilyn (des archives qui feront l'objet d'un gros volume à paraître en automne 2013 aux éditions du Seuil), et n'a été découvert que quelques mois après la publication des écrits intimes. Il m'a paru qu'en cette date anniversaire il était légitime de faire paraître le texte dans « le Nouvel Observateur », qui avait consacré sa couverture à Marilyn lors de la sortie de « Fragments », en octobre 2010, ce qui permettra à chacun de glisser les deux pages ici présentes dans le livre, comme un précieux complément. Je suis, à titre personnel, évidemment touché par cette lettre où Marilyn se compare à « un poisson hors de l'eau » (ce qu'elle était en effet, perdue parmi la foule des cyniques), le titre d'un de mes romans…

La lettre de Marilyn à Lee Strasberg

Cher Lee,

Si je n'avais pas trouvé le moyen de me mettre au travail je serais (comme je l'ai toujours été depuis que j'ai une conscience) un poisson hors de l'eau - agitée et rêvant (à des choses impalpables auxquelles je n'ai pas accès) et cent fois plus nerveuse, et totalement désespérée. Je reste mal organisée - mais j'entrevois même légèrement mes responsabilités pour moi-même et pour les autres qui m'ont aidée et même ceux qui m'ont abîmée et qui sont tous mes autres moi-même, dans ce que j'endure, ce que par miracle je parviens à faire. Mais Lee, pourquoi est-ce que ça doit être si douloureux ? sauf que j'éprouve plus fortement que jamais à quel point l'être humain est dans la survie.

J'essaye d'être même plus sociable que je l'ai jamais été mais les gens semblent prendre cela à tort pour une sorte de [mot manquant] et pour une faiblesse revendiquée qui et comme les poulets - qui donnent des coups de bec à ceux qui sont malades et s'affaiblissent - jusqu'à ce que je sente que je vais tout lâcher et mourir - par leur faute et surtout par la mienne - je suis certaine que tout ceci semble absurde - mais je vous remercie de votre patience. Et de laisser Paula à mes côtés - elle m'aide - même parfois elle a la bonne idée - ainsi je peux parler avec elle et parfois avoir l'espoir de m'identifier à sa présence féminine et chaleureuse alors que toutes les autres personnes avec qui je parle se mettent à penser que je débloque et leur grande inquiétude - semble me terrifier - la crainte qu'ils aient raison avec leur inquiétude.

Merci, merci, merci de m'aider à sauver ma vie.

Peut-être que je ne serai jamais capable de faire ce que je veux faire - mais au moins j'ai de l'espoir. Je ne sais pas comment je joue - je sais juste que je peux rester concentrée, au moins une partie du temps - et que les exercices que j'ai appris en cours peuvent toujours marcher à condition que je les convoque franchement.

Merci.

Amitié

M

Mon amitié à Suzie et Johnnie

(*)Susan et John, les deux enfants de Lee et Paula Strasberg.