Photos liées au tag 'magazines français'

Voir toutes les photos
19 novembre 2022

Blog - Marilyn Cover Girl

Marilyn Cover Girl - en français & anglais

Marilyn Cover Girl
Clic sur l'image ci-dessus pour aller sur le site
Click on the image above to go to the site

Un nouveau blog apparu depuis peu sur le web qui se concentre sur les couvertures de magazines avec Marilyn Monroe. D'une navigation aisée par le classement en catégories, vous y retrouverez toutes les couvertures de magazines classées par années; ainsi que des albums photos par type de magazines et d'autres rubriques à thèmes comme le classement par photographes. Un blog ambitieux et riche en images, dont le thème de Marilyn en couverture de magazines reste inépuisable, tellement elle reste l'une des personnalités les plus mises en couvertures à travers toute la presse du monde entier.

A new blog recently appeared on the web that focuses on magazine covers with Marilyn Monroe. Of an easy navigation by the classification in categories, you will find there all the covers of magazines classified by years; as well as photo albums by type of magazines and other themed sections such as classification by photographers. An ambitious blog, rich in images, whose theme of Marilyn on magazine covers remains inexhaustible, so much does she remain one of the most covered personalities throughout the press all over the world.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 novembre 2022

Agenda Calendrier 2023 Marilyn Monroe

2023-cal-mm1 Agenda Calendrier 2023
Marilyn Monroe
"Une icône"
n° 01

pays: France
parution le 29 octobre 2022
prix: 9,99 €

24 photos (2 pages pour 1 mois) avec 1 anecdote sur chaque page
format magazine
En vente chez votre marchand de journaux
site web César Editions 


2023-cal-mm2 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 octobre 2022

Elle, 27/10/2022

2022-10-27-elle-cover Elle
n° 4 010

pays: France
hebdomadaire
parution le 27 octobre 2022
prix: 2,80 €

Article intérieur de 4 pages interview de Joyce Carol Oates, auteure de "Blonde"

2022-10-27-elle-p12  

- article -
2022-10-27-elle-p90  2022-10-27-elle-p91 
2022-10-27-elle-p92  2022-10-27-elle-p94  


Joyce Carol Oates : rencontre avec celle qui connaît l'Amérique mieux que personne
> en ligne sur elle.fr 

Alors que « Blonde », son roman culte sur Marilyn Monroe, vient d'être adapté à l'écran, l'écrivaine signe « Respire... », un nouveau texte subtil et mélancolique sur la perte de l'être aimé. Rencontre avec celle qui sonde les États-Unis mieux que personne.

En arrivant chez Joyce Carol Oates, on ne peut s’empêcher de penser à son héroïne préférée : Alice au pays des merveilles. Elle vit aux États-Unis, près de l’université de Princeton (New Jersey), où, à 84 ans, elle enseigne encore l’écriture. En son royaume sauvage et sans réseau règnent le silence et les animaux. Contrairement au lapin du livre de Lewis Carroll, nous sommes en avance en cet après-midi de septembre. Et nous avons de la chance. Le temps se suspend. Des coqs en fer forgé bordent l’allée de sa maison, au bout de laquelle ce n’est pas Oates qui nous accueille, mais trois biches. Une atmosphère féerique, miroir inversé de son œuvre – composée de romans, d’essais, de nouvelles, de pièces de théâtre, de poèmes... – reflétant l’histoire violente de l’Amérique. Prolifique, observatrice irremplaçable, Oates est devenue, avec « Les Chutes », « Fille noire, fille blanche » ou « Nous étions les Mulvaney », la sentinelle des divisions politiques, économiques et raciales qui agitent son pays. En sirotant un Coca Light, elle évoque à la fois la menace qui pèse contre le droit à l’avortement, qu’elle étudie dans « Un Livre de martyrs américains », la vie de Marilyn Monroe, romancée dans « Blonde », ou son amour pour ses chats, qui nous frôlent tout au long de l’interview. Elle l’affirme, d’ailleurs : « Les animaux sont plus fiables que les humains. » Et les morts plus bavards que les vivants. Entre deux souvenirs, la voici qui nous entraîne à travers les pièces colorées de sa maison : « J’ai quelque chose à vous montrer. » Sur la commode d’un salon, un portrait d’elle, peint par Gloria Vanderbilt, amie chère et figure new-yorkaise, meurtrie, elle aussi, par le deuil. Aux murs d’un corridor menant à l’étage, les paysages photographiés par Charlie, son second mari, mort en 2019. Dans ce sanctuaire intime et vitré, Joyce Carol Oates examine inlassablement les tourments du présent. En nous raccompagnant, elle remarque un oiseau- mouche virevoltant au-dessus de nos têtes : « Ces petits oiseaux sont un signe d’espoir, vous le saviez ? »

BLONDE-roman  ELLE. Vingt-deux ans après sa parution, « Blonde », votre biofiction sur Marilyn Monroe, est devenu un film Netflix. Qu’avez-vous pensé de son adaptation ?

Joyce Carol Oates. Je pense qu’elle est à la fois puissante et dévastatrice. Andrew Dominik, le réalisateur, a choisi de mettre Marilyn au cœur de chaque scène, si bien qu’à chaque minute l’on ressent sa souffrance, ses hallucinations, son malheur et sa peur. Le spectateur peut s’identifier à elle. Lorsque j’ai écrit « Blonde », j’avais fait le choix d’adopter le point de vue de Norma Jeane Baker, la femme dissimulée derrière la star, celle qu’elle était depuis l’enfance. Elle est restée cette fille-là jusqu’à la fin de sa vie. J’ai trouvé Ana de Armas absolument remarquable, sachant transmettre la vulnérabilité extrême de Marilyn, son innocence mais aussi son intelligence, qui seront balayées par les forces patriarcales.

ELLE. Comment expliquer encore notre fascination pour son drame, sa beauté, son image ?

J.C.O. Si elle reste une figure iconique, probablement plus emblématique qu’Elizabeth Taylor ou Ava Gardner, c’est parce qu’elle était une victime. Les gens se reconnaissent dans sa détermination, dans sa lutte acharnée pour réussir, qui fut vaine. Même ses films ne lui ont pas permis de gagner beaucoup d’argent. Marilyn a toujours été sous-estimée et incomprise.
Je vois un parallèle entre son destin et celui d’Elvis Presley. Tous deux étaient divinement beaux, incroyablement talentueux, portés par une grande ambition. Tous deux ont été fauchés par la mort si jeunes, elle à 36 ans, lui à 42. Il y a une beauté étrange dans leur tragédie. On aimerait les garder pour toujours, à travers la culture. Ils ont l’air tellement vivants, vous ne trouvez pas ?

(extrait du passage lié à Marilyn Monroe - le reste de l'interview en ligne et dans le Elle n° 4010)


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text Elle

Posté par ginieland à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 octobre 2022

Vanity Fair France 10/2022

2022-09-28-VF-cover Vanity Fair
n° 105

pays: France

mensuel octobre 2022
parution le 28 septembre 2022
prix: 4,50 €

Article intérieur de 6 pages intitulé "Passion Marilyn": Sébastien Cauchon a rencontré James Collins, un fan de la bande des "Monroe Six"

- article -
2022-09-28-VF-p116-117 
2022-09-28-VF-p118-119 
2022-09-28-VF-p120-121 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

13 septembre 2022

Teaser, 09/2022

2022-09-09-teaser-france Teaser
n°115

pays: France

mensuel - mois de Septembre 2022
paru le 09 septembre 2022
prix: 5,90 €

Article intérieur de 2 pages sur la critique du film
+
10 pages sur la génèse du film "Blonde, Quinze ans de réflexion"

- sommaire -
2022-09-09-teaser-france-p04  

- critique -
2022-09-09-teaser-france-p26-27  

- article -
2022-09-09-teaser-france-p52-53 
2022-09-09-teaser-france-p54-55 
2022-09-09-teaser-france-p56-57 
2022-09-09-teaser-france-p58-59 
2022-09-09-teaser-france-p60-61  

- magazine proposé avec 2 couvertues différentes
couverture alternative: le film "Athena" -
2022-09-09-teaser-france-cover2  


BLONDE : chronique
> Par Aurélien Allin ; en ligne sur cinemateaser.com 

teaser-Blonde-Bandeau  

Andrew Dominik parfait son entreprise d’observation de figures réelles par la fiction et invite le spectateur à une proposition de cinéma sensorielle, subjective et expérientielle, pour qui le mot chef-d’œuvre semble avoir été inventé.

À son meilleur, le cinéma est pure empathie, dans sa définition la plus littérale : il dépasse la simple compréhension et propulse le spectateur dans le cœur, la tête et les pompes d’un personnage. Il parvient à en détailler et à en partager intimement la spécificité, la singularité et la subjectivité. Le roman « Blonde » de Joyce Carol Oates, dont « la synecdoque [était] le principe », se plongeait déjà dans la subjectivité de Marilyn Monroe. Il usait de la fiction pour remodeler le mythe afin d’en faire jaillir une vérité humaine fragmentaire plus que biographique. Son adaptation par Andrew Dominik décuple cet effet empathique, peut-être parce qu’un film ne connaît pas les interruptions de la lecture et que le cinéma synthétise diverses formes d’Art – peinture, photographie, musique ou littérature. BLONDE s’impose ainsi instantanément en bulle sonore et visuelle, sensorielle, expérientielle, où Marilyn plonge ses yeux dans ceux du spectateur pour un tête-à-tête de 2h47 entre confession et soliloque, entre rêve et cauchemar.

« You will have to shoot around her » (« Vous allez devoir tourner sans elle »), hurle Monroe en quittant le plateau de CERTAINS L’AIMENT CHAUD. Andrew Dominik fait exactement le contraire : dans BLONDE, rien ni personne n’existe à part Marilyn, autour de Marilyn. Seuls comptent ses sentiments, son visage, son corps, ses traumas et comment ceux-ci influencent son existence. Pour ainsi mettre en scène ce qu’elle ressent, pense, vit et imagine, le cinéaste s’appuie tout d’abord sur Ana de Armas, dont la ressemblance et le mimétisme ne sont que la partie émergée, presque réductrice, d’une prestation remarquable de nuances, capable de joindre dans un même mouvement la puissance à la fragilité. Il construit aussi un puzzle formel à la fois soigneusement réfléchi et aux atours d’aléatoire. Les cadres, pour la plupart resserrés, enferment Marilyn dans son image – tout le film est d’ailleurs inspiré de photographies et images d’époque, effet saisissant de voir tout un inconscient collectif visuel prendre vie, loin de toute reconstitution académique. Flou des arrière-plans, vignettage, aberrations : tout, dans la splendide photo de Chayse Irvin, vient obstruer « l’autour ». Lorsque les cadres respirent davantage, la ligne d’intimité qui relie le spectateur à Monroe se distend, comme si l’on perdait peu à peu l’actrice. Chaque plan plus large hurle ainsi sa solitude – Marilyn, seule dans la foule d’une salle de cinéma où le tout-Hollywood l’admire à l’écran ; seule face à une foule rugissante qui l’observe filmer la scène de la grille soufflante de SEPT ANS DE RÉFLEXION. Par de constants passages de la couleur au noir et blanc ou par d’incessants changements de ratios, BLONDE saute sans transition de la proximité du banal à l’iconique image cinéma, Marilyn n’existant jamais vraiment uniquement dans l’une ou l’autre, les deux sphères constamment poreuses. Andrew Dominik atteint ici une maîtrise absolue de son langage, jouant autant d’une foule d’images marquantes, choquantes ou évocatrices, que de la puissance du hors champ. Rares sont les films qui évitent aussi scrupuleusement les plans d’exposition et refusent avec autant d’efficacité le contre-champ. Rares aussi sont les cinéastes embrassant avec autant de passion le mauvais goût pour toucher à la subjectivité de leur protagoniste – des draps qui se transforment en chutes du Niagara ; des étoiles en spermatozoïdes.

Absolument fidèle au roman de Joyce Carol Oates alors qu’il en élague des parties entières (l’orphelinat, le premier mari, le tournage des DÉSAXÉS ou du PRINCE ET LA DANSEUSE…) et use d’ellipses brutales ainsi que d’allers-retours temporels, BLONDE recrée puis réinvente la réalité par la fiction. D’aucuns jugeront l’entreprise problématique. Mais comment pourrait-il en être autrement, puisque BLONDE cherche à figurer et partager un ressenti forcément trop intime et trop subjectif pour s’embarrasser du factuel ? La confusion entre fiction et réalité infuse en Marilyn-même, qui alimente notamment son audition pour TROUBLEZ-MOI CE SOIR de souvenirs personnels. Ce qu’entreprend BLONDE n’a rien à voir avec une exactitude historique mais tout avec une réalité humaine, où l’on accède à une vérité de Marilyn parmi d’autres. Celle-ci, tour à tour bouleversante, captivante, repoussante ou révoltante, raconte le rêve hollywoodien, ses fantasmes éculés de perfection, la concupiscence toxique qui en découle. Dans ce songe-cauchemar, Marilyn apparaît autant bloquée sur des rails qui lui refusent tout libre arbitre, que maîtresse de sa seule solution de repli : l’autodestruction. Au point que, lors de quelques saillies particulièrement éloquentes, BLONDE bascule de l’onirisme au film d’horreur, des bébés hurlent dans des tiroirs, des visages se déforment, des silhouettes hantent les ombres. Là, comme dans la synecdoque chère à Joyce Carol Oates, de la silhouette de l’icône émerge celle d’une femme et, derrière elle, celle de millions d’autres. BLONDE n’a peut-être pas le tampon d’authenticité de la biographie. Il a mieux : celui du très grand cinéma.

D’Andrew Dominik. Avec Ana de Armas, Adrien Brody, Bobby Cannavale, Xavier Samuel, Julianne Nicholson. États-Unis. 2h47. Sur Netflix le 28 septembre
Note: 5 étoiles sur 5


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text Teaser.

10 septembre 2022

Point de Vue, 07/09/2022

2022-09-07-point_de_vue-france Point de Vue
n°3864

pays: France

hebdomadaire: semaine du 07 au 13 septembre
paru le 07 septembre 2022
prix: 3,20 €

Article intérieur de 4 pages sur le film "BLONDE": "Deauville préfère les blondes !"
+ double page mots fléchés (1 photo).

- article -
2022-09-07-point_de_vue-france-p44-45 
2022-09-07-point_de_vue-france-p46-47 
2022-09-07-point_de_vue-france-p76-77 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 août 2022

Première, 09/2022

2022-09-premiere-france-cover Première
n°532

pays: France

mensuel: mois de septembre 2022
paru le 24 août 2022
prix: 5,50 €

Article intérieur de 6 pages sur le film "BLONDE" production Netflix: "Blonde obsession". 

- article -
2022-09-premiere-france-p48  2022-09-premiere-france-p49 
2022-09-premiere-france-p50  2022-09-premiere-france-p51  
2022-09-premiere-france-p52  2022-09-premiere-france-p53 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

06 août 2022

Le Figaro 06/08/2022

2022-08-06-le_figaro-france Le Figaro
n°806

pays: France

quotidien du 06 août 2022
prix: 3,20 €

- Portrait de Marilyn Monroe en série de 6 épisodes; soit à suivre du 01er au 06 août 2022 dans le journal.
Dans cette édition, 6ème et dernière partie.

Article intérieur de 1 page: "Marilyn, éternelle icône". 

- article -

2022-08-06-le_figaro-france-p21  


Marilyn Monroe racontée par Éric Neuhoff: une éternelle icône
> Par Eric Neuhoff ; en ligne sur lefigaro.fr
 

LES VISAGES DE MARILYN (5/6) -  Soixante ans après sa mort, la star reste une référence pour la mode. Les objets à son effigie sont légion et ses photos s’arrachent. Mais le cinéma n’a pas surexploité son histoire.

lefigaro6 
Marilyn Monroe en 1953.
www.bridgemanimages.com/ Bridgeman Images

Il y a soixante ans disparaissait l’héroïne de Certains l’aiment chaud. De Norma Jeane, la pin-up pour calendrier à l’icône peinte par Andy Warhol, en passant par la star de Hollywood, ses multiples facettes ont forgé pour toujours l’image de Marilyn Monroe. Travelling arrière.

On ne voulait pas voir ça. Quatre-vingt-seize ans. C’est l’âge qu’aurait eu Marilyn Monroe si un dieu malin n’en avait pas décidé autrement. Elle s’est envolée avec sa beauté presque intacte, ses souhaits inachevés, ses espoirs en lambeaux, ses souvenirs d’enfance insondables. C’est mieux comme ça. Le septième art préfère les morts. Imagine-t-on James Dean chauve et bedonnant, un déambulateur ayant succédé à la Porsche 550 Spyder? La légende se gagne dans un bruit de tôle froissée sur la route de Salinas ou dans l’odeur moite d’une chambre californienne aux draps chiffonnés.

On ne disparaît pas aussi vite des radars quand on a été scruté sous tous les angles. Les tabloïds s’en mêlent. Les théories les plus farfelues…

La suite de l'article est réservé aux abonnés et/ou dans le Figaro du 06/08/2022


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2022

Le Figaro 05/08/2022

 2022-08-05-le_figaro-franceLe Figaro
n°805

pays: France

quotidien du 05 août 2022
prix: 3,20 €

- Portrait de Marilyn Monroe en série de 6 épisodes; soit à suivre du 01er au 06 août 2022 dans le journal.
Dans cette édition, 5ème partie.

Article intérieur de 1 page: "Marilyn, la mort lui va si mal". 

- article -
2022-08-05-le_figaro-france-p21 


Marilyn Monroe racontée par Éric Neuhoff: Il y a 60 ans disparaissait Marilyn Monroe
> Par Eric Neuhoff ; en ligne sur lefigaro.fr
 

LES VISAGES DE MARILYN (5/6) - Dans la nuit du 4 au 5 août 1962, la star est retrouvée inanimée, à 36 ans. «Suicide probable» dû à un mélange de gin et de barbituriques. Mais la thèse de l’assassinat circule.

lefigaro-5 
Marilyn Monroe sur le tournage de Something’s Got to Give, son dernier film, resté inachevé.
Archives du 7eme Art/Photo12 via AFP

Il y a 60 ans disparaissait l’héroïne de Certains l’aiment chaud. De Norma Jeane, la pin-up pour calendrier, à l’icône peinte par Andy Warhol, en passant par la star de Hollywood, ses multiples facettes ont forgé pour toujours l’image de Marilyn Monroe. Travelling arrière.

C’est un danger public. Face à elle, les maris perdent la tête. Cela trouble la paix des ménages, sape le moral de la nation. Ses frasques avec les Kennedy menacent la sécurité de l’État. Il paraît qu’elle tient un journal. La dose de médicaments qu’elle ingurgite est gargantuesque. Elle devient un problème. Déjà, une maîtresse qui insiste un peu trop, c’est gênant. Une star mondiale qui ne comprend pas qu’elle doit rester dans le placard, c’est carrément la plaie. Le FBI s’en mêle. Hoover la met sur écoutes. La guerre froide bat son plein.

Marilyn dévorait les classiques - admirer la photo où elle est plongée dans Ulysse. Elle ne lit plus rien, sauf peut-être Harold Robbins. Elle coule. Dans un état second, elle gribouille…

La suite de l'article est réservé aux abonnés et/ou dans le Figaro du 05/08/2022


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 août 2022

Collectionneur & Chineur 04/08/2022

2022-08-04-collectionneur_et_chineur-france Collectionneur & Chineur
n°370

pays: France
parution le 04 août 2022
Quinzaine du 04 au 17 août 2022
Bimensuel, disponible le 1er et 3ème jeudi du mois
prix: 3,90 €

Site web collectionneur-chineur.fr

Marilyn Monroe en couverture: "Éternelle Marilyn, souvenirs d'une étoile..."

Article de 5 pages : une biographie et ilustrations par divers objets de collection


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,