10 avril 2022

10/1973, Tatler

Tatler

country: UK
date: 1973, October
content: 1 pages 1/2 article on Marilyn Monroe

1973-10-07-TATLER-UK-p01 

1973-10-07-TATLER-UK-p02 

 pays: Grande-Bretagne
date: october 1973
contenu: article d'1,5 page sur Marilyn Monroe


 In his controversial new book "Marilyn", author Norman Mailer portrays Marilyn Monroe's teen-age years as those of an "early hippie", whose mind was "muddy, drifting, fevered..." But a writer who actually knew Marilyn in those junior high school days, Dorothy Muir, has provided in the exclusive photo-story on these pages, the story of another Marilyn entirely. It is this Marilyn who is shown on a mountain excursion here with Mrs. Muir's son Bob, whom she often dated.

The Real Marilyn Monroe at 13...

A neighbor who knew her opens her family album to show the world these rare, previously unpublished snapshots and tells the truth about the Marilyn Norman Mailer never knew.
by DOROTHY MUIR
Copyright, 1973

There was no Marilyn Monroe in 1938. But that spring, and for a number of years after, Norma Jean Baker was a name I heard often.
She was a new girl at Emerson Junior High School where my son, Bob, was a student.
Norma Jean was carrying too many books and papers, there was a gust of wind, the papers sailed away and Bob retrieved them.
Of course they talked awhile - and everything considered, it is not at all surprising that in a very short time she was introduced into the group of kids he, the elder of the two, had grown up with.

They all spoke of her often, but it was June before I met Norma Jean. It was a beautiful day, a Saturday.
My husband's plans for the day included all of us, but Bob had plans of his own. He and two boy friends were going for a bike - and taking three girls. It had not been long since the boys had scorned girls in favor of a model rallroad set up in a room off our garage. Now, in junior high, girls had suddenly become important. Each had invited someone be considered "extra special."
The boys thought it too much trouble to carry a lunch, but finally agreed to one sandwich each. It wasn't nearly enough, but to a mother, there was no compensation: Hunger would certainly bring them home early.
Thus it was no surprise to hear their drugging footsteps on the drive long before four o'clock. They trooped into my kitchen, tired and hungry, and proceeded to make themselves comfortable on table top and stools as was their customs. That is, all but one did.
THE ONE WAS A stranger to me: A slender girl with delicate features and shoulder-length hair which was a shade dark to qualify as blond. She leaned hard against the wall for a few minutes and then, too tired to stand longer, eased herself down and sat cross-legged on the floor.
Suddenly Bob remerbered his manners and introduced us: "Mom - this is Norma Jean."
She simply said, "Hello," but there was a lovely smile of acknowledgement.
In a few years there would be a multitude who would adore that smile, but, at that moment, she was just a tired little girl.
I have read the book "Norma Jean" and about some of the things Norman Mailer has said about her. All they do is build up the sex angle and how unhappy she was. I don't know where Norman Mailer dug up his facts but what I know, I know from personal experience and my son agrees with me. Norma Jean was a normal teen-ager, full of fun and really enjoying life. My main reason for writing this article was to set the record straight. I don't know what went before or what went after, but she was a sweet kid, and there has been too much downgrading of her.
My impression was that she was shy, possibly thirteen years old, and just a trifle dared at being accepted as a peer by boys and girls who were all at least one year older.
While snacks and quantities of milk were consumed, I learned her last name was Baker and that she lived with an "aunt" and "uncle". Years later I learned the couple, Grace and Erwin (Doc) Goddard, were not actually her relatives.
Norma Jean become a regular in the group for several years and visited our home many times, but about all we ever learned was she was an orphan (father dead, mother hospitalised). Questions regarding her mother's health, she managed to evade. She would laugh and talk without apparent reservation, at the same time carefully avolding anything personal.
We sensed there was something in the past that was painful to think about but, for the time, it appeared she was happy living with Aunt Grace, of whom she was obviously very fond.

IN RECENT YEARS, many articles about Marilyn Monroe refer to her having lived with her Aunt Grace in the 'slum' area of what was then known as Sawtelle, now a part of the great West Los Angeles district. Since our home was there also, I always read these accounts with a certain amount of resentment, and I belive Norma Jean would share my feeling in this regard.
It is true the homes were modest, not manalons, but there were well cared for and mostly owner occupied. I recently drove through the area, and it has not changed very much in appearance. The house where Norma Jean lived with Aunt Grace still stands and its in good repair.
The fact of the matter is, Norma Jean spent her teen years in a very good neighborhood environment with an adult who was just as concerned for her welfare as any parent might be.
It is impossible not to smile when I recall some of the events following the Saturday of the bike. How often, in our living room, the girls tried to teach the boys to dance. "Begin the Beguine" was the popular tune of the day and their favorite. That record almost wore out as the boys tried valiantly to fellow the girls' nimble, not always accurate, dance routines. Those were wonderful fun times for Norma Jean, who appeared happy and carefree. She was a sweet kid we all grew to love very much.
Despite the fact that she was the youngest, she was by far the best dancer. Even with a thirteen-year-old's usual 'awkward' grace, it was clearly evident there was latent talent.

BUT THERE WAS something more important: "It's half snow and half rain, and the rain part is like ice."
She was right. My husband said, "Let's get out of here before we get stuck."
So we piled into the car. The two boys in the rumble seat, with Norma Jean between them, pulled a tarp over their heads to protect then from the ever increasing rainfall.
The road out of the valley was none too good. The car skidded around the many sharp curves. The road was littlered with debris, so we proceeded slowly. Suddenly a large rock, loosened by the snow and rain, came hurtling down the mountain side crashed directly onto the middle of the car's hood, and nearly hit the windshield.

Betty and I screamed, but the boys and Norma Jean were unaware of what had happened. While we sat numb with shock, we heard Norma Jean giggle, completely unaware of how close she had come to being killed. Just the slightest increase in the car's speed and the rock would have struck her instead of the hood. But was Norma Jean frightened when we told her ? Possibly so, but her reply was typical "teen-age".

"My head's too hard. That old rock would have bounced right off and wouldn't have left a dent."
I recall with pleasure another time in May of 1940. The desert wild flowers were especially beautiful that year, and Bob suggested we all go on a picnic and see them. Again he invited Norma Jean, Betty and Bill.
Quite by accident we came across a small deserted town - a doten or so buildings - weather-beaten and dilapidated. There was also the remains of and old jail, and of course the kids had to go inside and poke about in the rubble. When they came out, I took their picture while they stood in the doorway.
"I don't think we should have our picture taken, we're parobed prisoners and should be very careful," said Norma Jean. Her tone of voice was so solemn and her portrayal so perfect that we all burst into laughter.
After roaming about the desert for hours, sometimes in the car but mostly on foot, we finally spread a blanket on the sand and sat down to rest and eat.

WE TALKED AND LAUGHED a lot. I don't remember Norma Jean ever in a happier mood.
She was simply effervescent - the life of the party.
In late afternoon we picked bouquets of wild flowers to take home. She held hers as carefully as she might have held an infant and, with the adult sincerely she often displayed, said, "No two flowers alike - I never saw anything so lovely."
Shortly after the trip to the desert, Norma Jean stopped coming to our home. Bob said she was dating 'some old guy'. Later I learned this was Jim Dougherty, who was indeed four years her senior. That was the last I heard of Norma Jean until September of 1942, when I learned that she had been married to Dougherty, in June.
That fall, Bob chanced to meet her on Santa Monica Boulevard. Nothing could do but tell him to go home with her; she said Aunt Grace would be disappointed if he didn't.
It turned out that she and Jim happened to be visiting Aunt Grace that day. It was the only time Bob ever met Jim Dougherty, but he liked him and said Norma Jean and Jim seemed happy together.
In 1946, after his discharge from the Army, Bob again met Norma Jean, now 20. This time, it was in Van Nuys, where she was living. He declined an invitation to dinner when he learned Jim was overseas. Later, when telling about the meeting, he found it difficult to assess his impression of Norma Jean.
She was changed, prettier - actually beautiful, but something was lacking. It was as if she had been trying to cover up and was acting a part in order to do so - she was a bit too vivacious for real.
Norma Jean did say she was doing some modeling; but there was much talk, too, about an effort she was making to get into the movies.
Indeed, the day finally came when I opened a magazine to see a beautiful blond smiling at me from the printed page. Beneath was the caption: "Marilyn Monroe, Filmdom's lastes find." It was not cheesecake but a strictly glamour pose, and the photographer undoubtedly was proud of the result for it was truly a very beautiful picture.
I studied it carefully. There was just a bit of Norma Jean hidden there, but what had they done to her ? The sweet young girl we had known was gone, and I felt an unexplainable foreboding. It was as though the picture, even Marilyn Monroe, did not exist. Only Norma Jean was real, and she had gone away never to return.


traduction

Dans son nouveau livre controversé "Marilyn", l'auteur Norman Mailer décrit les années d'adolescence de Marilyn Monroe comme celles d'une "hippie précoce", dont l'esprit était "boueux, à la dérive, fiévreux..." Mais une écrivaine qui a réellement connu Marilyn pendant ses années de collège, Dorothy Muir, fourni à travers le reportage photo exclusif sur ces pages, l'histoire entière d'une autre Marilyn. C'est cette Marilyn qui est montrée ici lors d'une excursion en montagne avec le fils de Mme Muir, Bob, avec qui elle sortait souvent.

La vraie Marilyn Monroe à 13 ans...

Une voisine qui la connaissait ouvre son album de famille pour montrer au monde ces rares clichés inédits et raconte la vérité sur la Marilyn que Norman Mailer n'a jamais connue.
par DOROTHY MUIR
Droit d'auteur, 1973

Il n'y avait pas de Marilyn Monroe en 1938. Mais ce printemps-là, et pendant plusieurs années après, Norma Jean Baker était un nom que j'ai souvent entendu.
C'était une nouvelle venue de l'école Emerson Junior High School où mon fils, Bob, était étudiant.
Norma Jean transportait trop de livres et de papiers, il y a eu une rafale de vent, les papiers se sont envolés et Bob les a récupérés.
Bien sûr, ils ont discuté un moment - et tout compte fait, il n'est pas du tout surprenant qu'en très peu de temps, elle ait été introduite dans le groupe d'enfants avec lesquels lui, l'aîné des deux, avait grandi.

Ils parlaient tous souvent d'elle, mais c'était en juin avant que je rencontre Norma Jean. C'était une belle journée, un samedi.
Les plans de mon mari pour la journée nous incluaient tous, mais Bob avait ses propres plans. Lui et deux de ses copains allaient faire du vélo - et y emmenaient trois filles. Il n'y avait pas longtemps que les garçons avaient méprisé les filles en faveur d'un modèle de chemin de fer installé dans une pièce à côté de notre garage. Maintenant, au collège, les filles étaient soudainement devenues importantes. Chacun avait invité quelqu'un à être considéré comme "extra spécial".
Les garçons pensaient que c'était trop difficile de porter un déjeuner, mais ont finalement accepté un sandwich chacun. Ce n'était pas suffisant, mais pour une mère, il n'y avait aucune compensation : la faim les ramènerait certainement à la maison plus tôt.
Ce n'était donc pas une surprise d'entendre leurs pas de drogue sur l'allée bien avant quatre heures. Ils sont entrés dans ma cuisine, fatigués et affamés, et ont commencé à s'installer confortablement sur la table et les tabourets, comme c'était leur coutume. Autrement dit, tous se sont installés sauf une personne.
CELLE-CI ÉTAIT UNE INCONNUE POUR MOI : Une fille mince aux traits délicats et aux cheveux mi-longs qui étaient d'une teinte foncée pour être qualifiée de blonde. Elle s'appuya durement contre le mur pendant quelques minutes puis, trop fatiguée pour rester debout plus longtemps, se laissa tomber et s'assit en tailleur sur le sol.
Tout à coup, Bob s'est souvenu de ses manières et nous a présenté : "Maman, c'est Norma Jean."
Elle a simplement dit "Bonjour", mais il y avait un joli sourire de reconnaissance.
Quelques temps après, il y aura une foule qui adorera ce sourire, mais, à ce moment-là, elle n'était qu'une petite fille fatiguée.
J'ai lu le livre "Norma Jean" et certaines des choses que Norman Mailer a dites à son sujet. Tout ce qu'ils font, c'est développer l'angle sexuel et à quel point elle était malheureuse. Je ne sais pas où Norman Mailer a déterré ses faits mais ce que je sais, je le sais par expérience personnelle et mon fils est d'accord avec moi. Norma Jean était une adolescente normale, pleine de joie et appréciant vraiment la vie. Ma principale raison d'écrire cet article était de remettre les pendules à l'heure. Je ne sais pas ce qui s'est passé avant ou ce qui s'est passé après, mais c'était une gentille enfant, et il y a eu trop de déclassement sur elle.
J'avais l'impression qu'elle était timide, peut-être âgée de treize ans, et qu'elle osait à peine se faire accepter comme pair par des garçons et des filles qui avaient tous au moins un an de plus.
Alors que des collations et des quantités de lait étaient consommées, j'ai appris que son nom de famille était Baker et qu'elle vivait avec une « tante » et un « oncle ». Des années plus tard, j'ai appris que le couple, Grace et Erwin (Doc) Goddard, n'était pas vraiment de sa famille.
Norma Jean est devenue une habituée du groupe pendant plusieurs années et est venue dans notre maison à plusieurs reprises, mais tout ce que nous avons appris, c'est qu'elle était orpheline (père décédé, mère hospitalisée). Les questions concernant la santé de sa mère, elle réussissait à les éluder. Elle riait et parlait sans réserve apparente, tout en évitant soigneusement tout ce qui était personnel.
Nous avons senti qu'il y avait quelque chose de son passé dont il était douloureux d'y penser mais, pour le moment, il semblait qu'elle était heureuse de vivre avec tante Grace, qu'elle aimait manifestement beaucoup.

CES DERNIÈRES ANNÉES, de nombreux articles sur Marilyn Monroe mentionnent qu'elle a vécu avec sa tante Grace dans le quartier des "bidonvilles" de ce qui était alors connu sous le nom de Sawtelle, qui fait maintenant partie du grand quartier ouest de Los Angeles. Comme notre maison était là aussi, j'ai toujours lu ces récits avec un certain ressentiment, et je pense que Norma Jean partagerait mon sentiment à cet égard.
Il est vrai que les maisons étaient modestes, mais elles étaient bien entretenues et principalement occupées par leur propriétaire. J'ai récemment traversé la région en voiture et leur apparence n'ont pas beaucoup changée. La maison où Norma Jean vivait avec tante Grace est toujours là et en bon état. Le fait est que Norma Jean a passé son adolescence dans un très bon environnement de quartier de voisinage avec une adulte qui était toute aussi soucieuse de son bien-être que n'importe quel parent.
Il est impossible de ne pas sourire en évoquant certains des événements qui ont suivi le samedi du vélo. Combien de fois, dans notre salon, les filles ont essayé d'apprendre aux garçons à danser. "Begin the Beguine" était l'air populaire du moment et leur préféré. Ce disque a failli s'épuiser alors que les garçons essayaient vaillamment d'imiter les routines de danse agiles, pas toujours précises, des filles. Ce furent de merveilleux moments de plaisir pour Norma Jean, qui semblait heureuse et insouciante. C'était une enfant adorable que nous avons tous appris à aimer beaucoup.
Malgré le fait qu'elle était la plus jeune, elle était de loin la meilleure danseuse. Même avec la grâce «maladroite» habituelle d'une adolescente de treize ans, il était clairement évident qu'il y avait un talent latent.

MAIS IL Y AVAIT quelque chose de plus important : "C'est moitié neige et moitié pluie, et la partie pluie est comme de la glace."
Elle avait raison. Mon mari a dit : "Sortons d'ici avant que nous soyons coincés."
Nous nous sommes donc entassés dans la voiture. Les deux garçons dans le siège du grondement, avec Norma Jean entre eux, ont tiré une bâche sur leurs têtes pour se protéger des pluies toujours croissantes.
La route hors de la vallée n'était pas trop bonne. La voiture a dérapé dans les nombreux virages serrés. La route était un peu couverte de débris, nous avons donc procédé lentement. Soudain, un gros rocher, desserré par la neige et la pluie, est descendu du flanc de la montagne, et s'est écrasé directement au milieu du capot de la voiture et a presque heurté le pare-brise.

Betty et moi avons crié, mais les garçons et Norma Jean ignoraient ce qui s'était passé. Alors que nous étions assis engourdis par le choc, nous avons entendu Norma Jean glousser, complètement inconsciente à quel point elle avait été sur le point d'être tuée. La moindre augmentation de la vitesse de la voiture, et le rocher l'aurait frappée à la place du capot. Mais Norma Jean a-t-elle eu peur quand on lui a dit ? C'est possible, mais sa réponse était typiquement « adolescente ».

"Ma tête est trop dure. Ce vieux rocher aurait rebondi et n'aurait pas laissé de bosses."
Je me souviens avec plaisir d'une autre fois en mai 1940. Les fleurs sauvages du désert étaient particulièrement belles cette année-là, et Bob a suggéré que nous allions tous en pique-nique et les voir. Encore une fois, il a invité Norma Jean, Betty et Bill.
Tout à fait par hasard, nous sommes tombés sur une petite ville déserte - une douzaine de bâtiments - battue par les intempéries et délabrée. Il y avait aussi les restes d'une ancienne prison, et bien sûr les enfants devaient y entrer et fouiner dans les décombres. Quand ils sont sortis, j'ai les ai pris en photo alors qu'ils se tenaient dans l'embrasure de la porte.
"Je ne pense pas que nous devrions nous faire prendre en photo, nous sommes des prisonniers parobés et nous devons être très prudents", a déclaré Norma Jean. Son ton de voix était si solennel et son portrait si parfait que nous avons tous éclaté de rire.
Après avoir erré dans le désert pendant des heures, parfois en voiture mais surtout à pied, nous avons finalement étalé une couverture sur le sable et nous nous sommes assis pour nous reposer et manger.

NOUS AVONS BEAUCOUP PARLÉ ET RI. Je ne me souviens pas que Norma Jean ait jamais été de meilleure humeur. Elle était tout simplement effervescente - la vie de la fête. En fin d'après-midi, nous avons cueilli des bouquets de fleurs sauvages à emporter à la maison. Elle tenait la sienne avec autant de soin qu'elle aurait pu tenir un bébé et, avec la sincérité d'une adulte qu'elle affichait souvent, dit : "Il n'y a pas deux fleurs pareilles - je n'ai jamais rien vu d'aussi beau."
Peu de temps après le voyage dans le désert, Norma Jean a cessé de venir chez nous. Bob a dit qu'elle sortait avec "un gars plus vieux". Plus tard, j'ai appris qu'il s'agissait de Jim Dougherty, qui était en effet de quatre ans son aîné. Ce fut la dernière fois que j'entendis parler de Norma Jean jusqu'en septembre 1942, quand j'appris qu'elle avait été mariée à Dougherty, en juin.
Cet automne-là, Bob a eu la chance de la rencontrer sur Santa Monica Boulevard. Rien d'autre à faire que de lui dire de rentrer chez elle avec elle ; elle a dit que tante Grace serait déçue s'il ne le faisait pas.
Il s'est avéré qu'elle et Jim rendaient visite à tante Grace ce jour-là. C'était la seule fois où Bob rencontrait Jim Dougherty, mais il l'aimait bien et dit que Norma Jean et Jim semblaient heureux ensemble. En 1946, après sa libération de l'armée, Bob rencontre à nouveau Norma Jean, âgée alors de 20 ans. Cette fois là, c'était à Van Nuys, où elle habitait. Il a décliné une invitation à dîner quand il a appris que Jim était à l'étranger. Plus tard, en racontant la rencontre, il eut du mal à évaluer son impression sur Norma Jean.
Elle avait changée, était plus jolie - en fait belle, mais il manquait quelque chose. C'était comme si elle avait essayé de se couvrir et jouait un rôle pour le faire - elle était un peu trop vive pour de vrai. Norma Jean a dit qu'elle faisait du mannequinat; mais on parlait aussi beaucoup d'un effort qu'elle faisait pour entrer dans le cinéma.
En effet, le jour est enfin venu où j'ai ouvert un magazine pour voir une belle blonde me sourire depuis la page imprimée. En dessous se trouvait la légende : "Marilyn Monroe, la dernière trouvaille de l'industrie du cinéma." Ce n'était pas une image de pin-up mais une pose strictement glamour, et le photographe était sans aucun doute fier du résultat car c'était vraiment une très belle photo.
Je l'ai étudié attentivement. Il y avait juste un peu de Norma Jean caché là, mais qu'est-ce qu'ils lui avaient fait ? La douce jeune fille que nous avions connue était partie, et j'ai ressenti un pressentiment inexplicable. C'était comme si l'image, même Marilyn Monroe, n'existait pas. Seule Norma Jean était réelle, et elle était partie pour ne jamais revenir.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

09 août 2019

Histoire de folles rumeurs. Marilyn Monroe assassinée

Histoire de folles rumeurs. Marilyn Monroe assassinée
05/08/2019 |
en ligne sur francetvinfo.fr

La vie de l'actrice a été compliquée, l'explication de sa mort l'est également.

Personne n’a jamais mis en cause le fait que Marilyn Monroe soit morte le 5 août 1962 à Brentwood, Los Angeles, Californie, à l’âge de 32 ans. Mais à peine quelques jours après l’annonce du probable suicide de la comédienne, la rumeur d’un assassinat commence à prendre corps. 35 minutes, c’est la durée entre la constatation du décès par le médecin de Marilyn et l’arrivée de la police. Pas une éternité, mais un laps de temps particulièrement long dans lequel s’est engouffré... le doute.

19808021 

Marilyn est morte depuis plusieurs heures déjà lorsque sa gouvernante la découvre sans vie dans son lit au milieu de la nuit. Un probable suicide est rapidement évoqué, consécutif à l'absorption de très nombreuses capsules de Nembutal, un puissant barbiturique, dont on ne retrouva pourtant pas la trace dans l’estomac lors de l’autopsie. Mais pourquoi la gouvernante était-elle en train de nettoyer les draps du lit de Marilyn quand le sergent Jack Clemmons entra dans la chambre à 4h25 du matin. S’agissait-il de nettoyer les traces d’un lavement décidé par le psychiatre de Marilyn et qui aurait en réalité causé la mort ? S’agissait-il de nettoyer d’autres traces, celles d’un meurtre ? La machine à rumeur est lancée. Elle repose comme toujours sur la sidération face à la mort d’une icône. Mais il y a aussi des faits plus rationnels : pourquoi se donner la mort moins d’une semaine après avoir remporté un bras de fer avec Fox qui avait accepté de revoir son contrat à la hausse ?

Accident ou Assassinat ?

Pourquoi se donner la mort alors qu’elle disait vouloir repartir sur de bonnes bases, sans son psychiatre, en se remariant avec Jo DiMaggio, et quatre jours avant un rendez-vous de travail pour préparer un nouveau rôle, une comédie musicale avec Frank Sinatra ? Oubliant que l’on ne retrouve pas forcément la trace des barbituriques dans l’estomac, les tenants de la rumeur ont oscillé entre l’accident et l’assassinat. Un assassinat commandité par John F. Kennedy, par son frère Bobby, par Fidel Castro ou par la mafia. En 1973, le journaliste et romancier Norman Mailer publie son livre sur Marilyn, qui fera beaucoup pour la rumeur, et dont on entend parfaitement ici le mécanisme de la propagation.

Quelques mois plus tard sur le plateau de "60 minutes", le même Norman Mailer avouera qu’il avait imaginé un assassinat commandité par Robert Kennedy pour vendre beaucoup de livre. "J’avais besoin d’argent", explique-t-il. Le succès de ce livre fut en effet phénoménal. Il reste aujourd’hui un mystère qui entoure la mort de Marilyn. Ce mystère se résume en une question : a-t-elle voulu ou non se donner la mort ?


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 mai 2014

Of Women and Their Elegance

Of Women and Their Elegance
Author: Norman Mailer
Photographer: Milton Greene

book-of_women-1Date de sortie: 1980
Relié 288 pages
Langue: anglais

Éditeur: New York: Simon And Schuster
Prix éditeur: (6 Euros d'occasion)
Dimensions: 28,4 x 21,8 x 2,3 cm 
ISBN 10: 067124020X
ISBN 13: 978-0671240202
Ou le commander ? sur amazon.fr 

Description -sur goodreads.com - A fictitious memoir of Marilyn Monroe based on actual events in her life as well as the reminiscences of Milton and Amy Greene. Novel interspersed with numerous photographs of predominately of Marilyn but including other stars and socialites of the era by Milton H. Greene.
“This book, while based on episodes in Marilyn Monroe’s life, and on the reminiscences of Amy and Milton Greene, does not pretend that these are the actual thoughts of Miss Monroe… This magnificent and stunning new book is at once a fictional autobiography and a work of art.”

book-of_women-1a 

Critique -sur marilynmonroe.ca - by David Marshall, extract: In addition to some of the best photos ever taken of Monroe, the book is filled with other major players of the day-- everyone from Marlene Dietrich to Anna Magnani, from Garland to Sophia Loren and Jane Fonda. But of course, the main focus is on Marilyn and even if you’ve seen the images before, what a wonderful treasure to see so many here that had not appeared in Mailer’s “Marilyn”.  (...)
Mailer uses the premise of getting inside Marilyn’s head and coming to an understanding of her by writing as if he were her-- thus the fictional autobiography. Does he succeed? Not in my opinion but again, by this point in his life, Mailer had become nearly a man possessed-- he may never have met her and may not have a clue as to what she was thinking, but he tries. And how can anyone condemn a man for doing basically the same thing all of us do-- try and get a feel of what she was “really” like.


 Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)
Gives your opinion, review or note (/10) 

Posté par ginieland à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 novembre 2011

Catalogue Taschen Trade Automne / été 2011

taschentrade_coverLe magazine catalogue Taschen Trade des éditions Taschen de Automne / été 2011, contient un article de deux pages pour la promotion du livre Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe

taschentrade_mm 

Posté par ginieland à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 novembre 2011

"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

logo_express_culture"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

Par Géraldine Catalano et Jérôme Dupuis (L'Express), publié le 17/11/2011, en ligne sur l'express.fr

exp813852 
 "Pas mal pour 36 ans, non?", glisse la divine Marilyn Monroe entre deux photos.
Bert Stern

Quelques jours avant sa mort, Marilyn Monroe posait pour Bert Stern. Alors que ces clichés mythiques ressortent aujourd'hui agrémentés de textes de Norman Mailer, le célèbre photographe raconte en exclusivité à L'Express ces heures passées avec la star absolue.

Il est le dernier homme à avoir photographié Marilyn Monroe. C'était le 23 juin 1962, dans une suite de l'hôtel Bel-Air, à Hollywood. Six semaines plus tard, le jour même où ces clichés mythiques allaient paraître dans Vogue, la star des stars était retrouvée morte dans son lit. Bert Stern, 82 ans, photographe célèbre pour avoir réalisé l'affiche acidulée du Lolita de Kubrick, n'a jamais oublié ses trois séances avec Marilyn. Depuis un demi-siècle, il a précieusement gardé ses 2 591 clichés de l'icône blonde. Il les publie aujourd'hui dans un ouvrage exceptionnel - par son format, son luxe, son tirage (1 962 exemplaires) et... son prix (750 euros) - édité par Taschen et complété par des textes, en partie inédits en français, du grand écrivain Norman Mailer. Alors que le documentaire Becoming Bert Stern, signé Shannah Laumeister, sera présenté cette semaine au Festival international du film documentaire d'Amsterdam, en exclusivité pour L'Express, le photographe raconte les dernières heures de Marilyn devant l'objectif.

Comment devient-on le dernier homme à photographier Marilyn Monroe?
En juin 1962, j'étais à Rome sur le plateau de Cléopâtre, pour suivre Elizabeth Taylor, lorsque Vogue m'a appelé pour m'annoncer que Marilyn avait accepté de poser pour moi. Elle venait juste de se faire débarquer du tournage de Something's Got to Give par George Cukor [NDLR: pour ses absences répétées]. Le 23 juin, j'ai donc réservé une suite à l'hôtel Bel-Air et fait livrer trois bouteilles de champagne Dom Pérignon 1953, comme me l'avait demandé son agent. Nous avions rendez-vous à midi. Elle n'est arrivée qu'après 15 heures... 

Première impression?
Elle était plus belle encore que je l'imaginais! Plus fine, aussi... Elle avait été opérée de la vésicule biliaire six semaines plus tôt et portait d'ailleurs une cicatrice au bas du ventre. Sa voix, aussi, m'a surpris: normale, moins artificielle ou exagérée que dans ses films. Surtout, Marilyn était incroyablement drôle, simple, créative. Elle s'est à peine maquillée. J'ai d'abord fait d'elle un portrait en noir et blanc à la Garbo. Puis, très vite, elle m'a demandé: "Voulez-vous que je me mette nue?" Je n'ai su que répondre: "Mais quelle bonne idée!" 

Comment expliquez-vous cela?
Je crois tout simplement qu'elle se sentait belle et voulait le montrer. "Pas mal, pour 36 ans, non?" a-t-elle dit entre deux photos. Nous avons utilisé des foulards transparents pour "habiller" un peu sa nudité. J'ai travaillé avec Bardot, Madonna ou Audrey Hepburn, mais Marilyn a vraiment été la plus extraordinaire. Elle buvait le champagne, et j'ai remarqué que son maquilleur ajoutait un peu de vodka dans son verre. Les heures passant, elle est devenue plus provocante encore. Je n'avais pas besoin de lui faire des suggestions, elle inventait les poses toute seule. Nous avons continué jusqu'à 2 heures du matin. 

Mais n'y avait-il pas une certaine tristesse sous cette gaieté?
Sur le coup, je n'ai rien remarqué de tel. Elle était vraiment de bonne humeur et comptait peut-être sur ces photos dans Vogue pour "relancer" sa carrière. Bien sûr, rétrospectivement, je devine une certaine fragilité sur certains clichés, notamment celui où elle porte une petite robe noire et se cache le visage avec les mains. Ce sont d'ailleurs mes préférés. 

Pourtant, Vogue demandera à compléter cette première séance...
Oui, ils ont apprécié le travail, mais cela manquait un peu de mode, pour faire le portfolio dont ils rêvaient. Alors, quelques jours plus tard, nous avons organisé une deuxième séance avec Marilyn. Cette fois-ci, nous avions loué un petit bungalow de l'hôtel et apporté des robes noires de chez Dior. Comme la première fois, elle est arrivée avec deux heures et demie de retard. Cette fois-ci, j'avais commandé du château-lafite... Elle a posé pendant des heures et des heures avec les robes. Et puis, au bout d'un moment, j'ai demandé à l'équipe de sortir. Marilyn s'est enroulée, nue, dans un drap et s'est allongée sur un canapé. J'ai réalisé toute une série de clichés. Puis, elle s'est endormie, sans doute un peu sous l'effet de l'alcool, et je suis sorti.

Que sont devenues toutes ces photos par la suite?
L'agent de Marilyn avait exigé qu'elle puisse avoir un droit de regard sur les clichés. Je lui ai donc envoyé une grande partie des photos en couleurs et toutes les planches-contacts en noir et blanc, dont j'avais conservé les négatifs. Quelques jours plus tard, tout cela m'est revenu: Marilyn avait barré de très nombreuses photos de sa main, au feutre orange. Vogue a ensuite préparé son portfolio, sans sélectionner aucune des photos de nu.

Et puis...
Et puis, une semaine plus tard, j'étais en voiture avec ma fille, à New York. La radio était allumée et, soudain, ils ont annoncé la mort de Marilyn Monroe. J'ai eu un grand choc. J'ai tout de suite cru à la version selon laquelle sa mort était due à un accident, suite à une consommation de médicaments. Je le crois toujours. Vogue a décidé de maintenir le portfolio, qui est sorti quasiment le jour même. 

On a dit que Marilyn Monroe avait tenté de vous téléphoner le jour de sa mort...
Oui, l'un de ses biographes l'a écrit. Je ne sais pas si c'est vrai. Mais, ce qui est sûr, c'est que si je l'avais eue au bout du fil, j'aurais tout fait pour l'aider.  


Vue par Norman Mailer : "Un cyclone de beauté ambulante"

"Comme elle était également une star de cinéma - et une star habitée par la manie du secret la plus obstinée et la candeur la plus flamboyante, une arrogance hautement conflictuelle et un complexe d'infériorité torrentiel -, une grande philosophe populiste - comme elle aimait l'humble travailleur... - et la plus tyrannique des compagnes sentimentales, une reine des castratrices capable de verser des larmes sur un vairon mourant, une amante des livres qui ne lisait pas, une artiste inflexible et fière qui, si le besoin s'en faisait sentir, était prête à enfourcher la publicité avec plus d'empressement qu'une putain n'aurait comblé un bon client, une giclée féminine d'ironie et d'énergie sensible à qui il arrivait de se traîner comme une limace pendant des jours et des jours de spleen comateux, une femme-enfant mais aussi une actrice en mesure de déclencher une émeute en laissant tomber l'un de ses gants à une première, une fontaine de charme et une impossible casse-pieds, un cyclone de beauté ambulante quand elle était habillée pour plaire mais une souillon déprimante à ses pires moments - qui sentait mauvais, en plus! -, une géante et une naine de l'affect, une bonne vivante et à la fois une abjecte hyène mortifère qui s'hébétait de substances chimiques, un four sexuel dont le feu était apparemment allumé - elle gardait son soutien-gorge au lit -, elle, Marilyn, était plus ou moins l'armide (1) de glace qui nous hantait tous."

(1) Séductrice d'une grande beauté, du nom d'une héroïne de La Jérusalem délivrée, du Tasse. 

Posté par ginieland à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 septembre 2011

Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe

Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe
 
Biographie Photographies - Edition limitée en 1962 exemplaires
Auteurs: Norman Mailer, Bert Stern

book_normanmailer_cover1Date de sortie: octobre 2011
Broché 278 pages
Langue: anglais

Éditeur: Taschen
ISBN: 978-3-8365-1185-8
Prix éditeur: 750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen 

Présentation de l'éditeur: "Ce livre est en réalité deux livres. C’est à la fois une biographie et une rétrospective picturale d’une actrice qui aura sans doute vécu sa plus grande histoire d’amour avec l’objectif des appareils photos." Commentaire de Norman Mailer en 1973 dans sa biographie, Marilyn.
TASCHEN a réuni le texte originel de Mailer et les photographies prises par Bert Stern lors de la légendaire Last Sitting, considérée comme la séance de photos les plus intimes jamais prises de Marilyn, pour créer un hommage à l’image d’une femme, qui, au moment de sa mort, en 1962, évoquait dans le monde entier et pour toute une génération le symbole absolu du glamour et de l’érotisme. Mais si son public l’adorait, sa vie privée restait celle d’une petite fille perdue, recherchant éperdument amour et sécurité. La Marilyn de Mailer est magnifique, tragique et complexe. Alors qu’il retrace la vie de l’actrice, – de son enfance déprimante, ses premières années difficiles, à sa consécration, sa vie romantique en dents de scie, jusqu’aux circonstances mystérieuses de son décès, – elle apparaît comme symbole de l’étrange décennie pendant laquelle elle a régné sans partage sur Hollywood.

Ce livre, conçu par Lawrence Schiller, collaborateur de Mailer sur cinq de ses livres, associe l’imposant texte de l’auteur aux photos de Stern capturant Marilyn à 36 ans. Photographiée pour le magazine Vogue à l’hôtel Bel-Air, Marilyn ne s’était jamais livrée de manière si intime, jamais révélée aussi belle. Trois semaines plus tard, elle était morte. À travers cette synthèse d’un classique de la littérature et d’une séance photo légendaire, Mailer et Stern lèvent le voile entourant Marilyn – femme, star, sex-symbol, – offrant un regard privilégié sur une icône dont la personnalité véritable demeure, énigmatique.

book_normanmailer_cover 

Limité à un total de 1.962 exemplaires numérotés et signés par Bert Stern, ce livre est disponible en édition collector (Nos. 1 à 1.712), ainsi qu’en deux éditions de luxe de 125 exemplaires chacune (Nos. 1.713 à 1.962).

> extraits pages
 book_normanmailer_page01_1 book_normanmailer_page01_2 book_normanmailer_page01_3
book_normanmailer_page01_4 book_normanmailer_page01_5  book_normanmailer_page01_6 
book_normanmailer_page01_7 book_normanmailer_page01_8 book_normanmailer_page1
 book_normanmailer_page2 book_normanmailer_page3 book_normanmailer_page4
book_normanmailer_page5 book_normanmailer_page6 book_normanmailer_page7
book_normanmailer_page8 book_normanmailer_page9 book_normanmailer_page10
book_normanmailer_page11  book_normanmailer_page12 book_normanmailer_page13
book_normanmailer_page14 book_normanmailer_page15 book_normanmailer_page16

À propos de l'auteur:
Norman Mailer fut l’un des plus grands écrivains, l’un des plus marquants du XXe siècle et l’une des figure littéraires les plus célèbres et les plus controversées des États-Unis. L’auteur à succès d’une douzaine de romans et de 20 œuvres non fictionnelles a également composé des pièces de théâtre, des scénarios, des mini-feuilletons pour la télévision, des centaines d’essais, deux recueils de poésie et un de nouvelles. Cet écrivain qui a remporté deux fois le Prix Pulitzer a vécu à Brooklyn, New York et Provincetown.

À propos du photographe:
Bert Stern (né en 1929) fait partie des plus grands photographes de portrait des États-Unis. Dans les années 1960, il a livré plus de 200 pages par an pour Vogue et réalisé de nombreuses campagnes de publicité importantes pour la presse comme pour la télévision. Il est surtout connu pour ses publicités papier révolutionnaires pour Smirnoff, ainsi que sa séance photo avec Marilyn Monroe, à peine six semaines avant sa mort. Stern vit et travaille à New York. 


Édition de luxe A  — Nos 1.713 à 1.836
de 125 exemplaires: Livre signé par Stern,
accompagné de l'impression pigmentée également signée
par le photographe: Striped Scarf ("Foulard rayé"), 1962

30 x 40 cm
 Prix éditeur: 1750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen   

book_editiondeluxeA 


Édition de luxe B  — Nos 1.837-1.962 
de 125 exemplaires: Livre signé par Stern,
accompagnée de l'impression pigmentée également signée
par le photographe: Contact Sheet, 1962.
30 x 40 cm (12 x 16 in.)
 
Prix éditeur:1750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen
book_editiondeluxeB 

Posté par ginieland à 15:17 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 février 2011

Docu TV - Life after Death

Marilyn Monroe:
Life after Death
 
docu_life_after_death_cap1

Année: 1994
Réalisé par Gordon Freedman
Pays: USA
Durée: 50 minutes

docu_life_after_death_allan_snyder docu_life_after_death_amy_greene_1 docu_life_after_death_bus_stop

Documentaire sur la vie et la mort de Marilyn Monroe avec des images d'archives et de nombreuses interviews: Whitey Snyder (maquilleur), Susan Straberg (actrice), Amy Greene (femme de Milton Greene), Douglas Kirkland (photographe), Hugh Hefner (patron de Playboy), Susan Bernard (fille de Bruno Bernard), Norman Mailer, Liz Smith, Leon Katz, Alan Abbott, Susan Griffiths, James Haspiel, John Miner, Robert Slatzer, Donald Spoto, Joan Greenson...
>> Fiche du docu sur imdb 

> partie 1

> partie 2

> partie 3

> partie 4
 

Enregistrer

10 novembre 2007

Décès de l'écrivain Norman Mailer

norman_mailer_1

Norman Mailer est décédé samedi 10 novembre à New York, à l'âge de 84 ans, des suites d'une insuffisance rénale, à déclaré J. Michael Lennon, biographe officiel et exécuteur testamentaire de l'écrivain.
Romancier, journaliste, essayiste, biographe, poète, metteur en scène, scénariste, acteur de cinéma à l'occasion, candidat à la mairie de New York en 1969, chantre de la contre-culture américaine des années '50 et '60, auteur d'une quarantaine d'ouvrages, lauréat du National Book Award et du Prix Pulitzer, marié six fois et père de neuf enfants, Norman Mailer a longtemps été considéré comme "l'enfant terrible de la littérature américaine" et a dominé la scène intellectuelle de son pays pendant toute la deuxième moitié du XXe siècle.
Né le 31 janvier 1923 à Long Branch (New Jersey) dans une famille de la petite bourgeoisie juive, Norman Mailer a suivi des études d'ingénieur aéronautique à Harvard avant de se consacrer très tôt à la littérature. Mobilisé dans l'US Navy début 1944, il a vécu la fin de la guerre en combattant dans le Pacifique. À son retour en 1946, après un bref séjour d'études à La Sorbonne à Paris, il entame l'écriture d'un premier roman très réaliste inspiré par son expérience de la guerre, Les Nus et les Morts, qui sera publié en 1948. Ce livre lui apportera la gloire dès l'âge de 25 ans et il ne cessera plus de publier, délivrant une oeuvre puissante sur l'Amérique contemporaine et ses mythes. Norman Mailer n'hésite pas aussi à mélanger les genres et à susciter des controverses, comme par exemple pour sa "biographie" de Marilyn Monroe ou son Évangile selon le fils (1996) où il fait parler Marilyn Monroe et Jésus-Christ à la première personne du singulier. On lui doit entre autres Rivage de barbarie (1951), Nègre blanc (1956), Publicités pour moi-même (1959), Un rêve américain (1965), Pourquoi sommes-nous au Vietnam ? (1967), Les armées de la nuit (Prix Pulitzer 1969), Bivouac sur la lune (1970), Prisonnier du sexe (1971), Marilyn (1973), Le chant du bourreau (prix Pulitzer 1980), La Nuit des temps (1983), Les vrais durs ne dansent pas (1984), Harlot et son fantôme (1991), Oswald, Un mystère américain (1995), L'Amérique, Essais, reportages, ruminations (1999), Le Combat du siècle (2000), Pourquoi sommes-nous en guerre ? (2003) et Portrait de Picasso en jeune homme (2004). Son dernier roman, Un château en forêt, Le fantôme d'Hitler (2007), est le récit de la jeunesse d'Adolf Hitler raconté par un démon employé de Satan. Tout en reconnaissant lui-même que certains de ses livres n'ont pas résisté au temps, Norman Mailer était cependant très fier de Les Nus et les Morts et de Harlot et son fantôme, une vaste fiction sur la CIA.
Bagarreur et boxeur, véritable râleur professionnel, adorant la provocation, Norman Mailer a été emprisonné à plusieurs reprises dans les années soixante pour rixes, mais aussi en 1967 pour son engagement politique, après avoir dénoncé l'engagement américain au Vietnam. L'écrivain s'est fait de nombreux ennemis, en particulier chez les féministes, pour ses propos souvent très politiquement incorrects sur les relations entre les hommes et les femmes. Il sera traité de "dernier cochon mâle chauvin" par Kate Millet, l'une des principales figures du féminisme américain. Les coups de couteau portés à sa seconde épouse, Adèle, en 1962, lors d'une crise d'ébriété, ne feront rien pour arranger les choses. Lui qui était à l'époque l'une des personnalités intellectuelles les plus en vue, notamment pour avoir créé au milieu des années cinquante le célèbre hebdomadaire de gauche The Village Voice, fut placé en observation dans un asile psychiatrique pendant quinze jours.
Chroniqueur et observateur lucide du monde contemporain, Norman Mailer avouait être dans un "état de pessimisme intellectuel profond" et n'était pas tendre avec ses compatriotes. "Il me semble que l'Amérique est devenue bien plus laide ces dernières années", déclarait il y a peu l'écrivain, faisant notamment allusion à l'Amérique de George W. Bush.

>> source: article sur La République des Lettres 

***Pour info***
Norman Mailer n'a jamais rencontré Marilyn car lorsqu'il avait voulu la rencontrer la première fois en 1955, Marilyn avait refusé de le voir. Mailer vivait pourtant dans le même immeuble qu' Arthur Miller (le mari de Marilyn) à Brooklyn et il avait une propriété près de celle des Miller à Roxbury, Connecticut. Miller raconte d'ailleurs que Marilyn avait invité Mailer à une fête en sachant pertinemment qu'il était indisponible.
>> source: Livre Adam Victor

Posté par ginieland à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :