11 mai 2014

Of Women and Their Elegance

Of Women and Their Elegance
Author: Norman Mailer
Photographer: Milton Greene

book-of_women-1Date de sortie: 1980
Relié 288 pages
Langue: anglais

Éditeur: New York: Simon And Schuster
Prix éditeur: (6 Euros d'occasion)
Dimensions: 28,4 x 21,8 x 2,3 cm 
ISBN 10: 067124020X
ISBN 13: 978-0671240202
Ou le commander ? sur amazon.fr 

Description -sur goodreads.com - A fictitious memoir of Marilyn Monroe based on actual events in her life as well as the reminiscences of Milton and Amy Greene. Novel interspersed with numerous photographs of predominately of Marilyn but including other stars and socialites of the era by Milton H. Greene.
“This book, while based on episodes in Marilyn Monroe’s life, and on the reminiscences of Amy and Milton Greene, does not pretend that these are the actual thoughts of Miss Monroe… This magnificent and stunning new book is at once a fictional autobiography and a work of art.”

book-of_women-1a 

Critique -sur marilynmonroe.ca - by David Marshall, extract: In addition to some of the best photos ever taken of Monroe, the book is filled with other major players of the day-- everyone from Marlene Dietrich to Anna Magnani, from Garland to Sophia Loren and Jane Fonda. But of course, the main focus is on Marilyn and even if you’ve seen the images before, what a wonderful treasure to see so many here that had not appeared in Mailer’s “Marilyn”.  (...)
Mailer uses the premise of getting inside Marilyn’s head and coming to an understanding of her by writing as if he were her-- thus the fictional autobiography. Does he succeed? Not in my opinion but again, by this point in his life, Mailer had become nearly a man possessed-- he may never have met her and may not have a clue as to what she was thinking, but he tries. And how can anyone condemn a man for doing basically the same thing all of us do-- try and get a feel of what she was “really” like.


 Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)
Gives your opinion, review or note (/10) 

Posté par ginieland à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2011

Catalogue Taschen Trade Automne / été 2011

taschentrade_coverLe magazine catalogue Taschen Trade des éditions Taschen de Automne / été 2011, contient un article de deux pages pour la promotion du livre Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe

taschentrade_mm 

Posté par ginieland à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 novembre 2011

"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

logo_express_culture"Marilyn était plus belle encore que je l'imaginais!"

Par Géraldine Catalano et Jérôme Dupuis (L'Express), publié le 17/11/2011, en ligne sur l'express.fr

exp813852 
 "Pas mal pour 36 ans, non?", glisse la divine Marilyn Monroe entre deux photos.
Bert Stern

Quelques jours avant sa mort, Marilyn Monroe posait pour Bert Stern. Alors que ces clichés mythiques ressortent aujourd'hui agrémentés de textes de Norman Mailer, le célèbre photographe raconte en exclusivité à L'Express ces heures passées avec la star absolue.

Il est le dernier homme à avoir photographié Marilyn Monroe. C'était le 23 juin 1962, dans une suite de l'hôtel Bel-Air, à Hollywood. Six semaines plus tard, le jour même où ces clichés mythiques allaient paraître dans Vogue, la star des stars était retrouvée morte dans son lit. Bert Stern, 82 ans, photographe célèbre pour avoir réalisé l'affiche acidulée du Lolita de Kubrick, n'a jamais oublié ses trois séances avec Marilyn. Depuis un demi-siècle, il a précieusement gardé ses 2 591 clichés de l'icône blonde. Il les publie aujourd'hui dans un ouvrage exceptionnel - par son format, son luxe, son tirage (1 962 exemplaires) et... son prix (750 euros) - édité par Taschen et complété par des textes, en partie inédits en français, du grand écrivain Norman Mailer. Alors que le documentaire Becoming Bert Stern, signé Shannah Laumeister, sera présenté cette semaine au Festival international du film documentaire d'Amsterdam, en exclusivité pour L'Express, le photographe raconte les dernières heures de Marilyn devant l'objectif.

Comment devient-on le dernier homme à photographier Marilyn Monroe?
En juin 1962, j'étais à Rome sur le plateau de Cléopâtre, pour suivre Elizabeth Taylor, lorsque Vogue m'a appelé pour m'annoncer que Marilyn avait accepté de poser pour moi. Elle venait juste de se faire débarquer du tournage de Something's Got to Give par George Cukor [NDLR: pour ses absences répétées]. Le 23 juin, j'ai donc réservé une suite à l'hôtel Bel-Air et fait livrer trois bouteilles de champagne Dom Pérignon 1953, comme me l'avait demandé son agent. Nous avions rendez-vous à midi. Elle n'est arrivée qu'après 15 heures... 

Première impression?
Elle était plus belle encore que je l'imaginais! Plus fine, aussi... Elle avait été opérée de la vésicule biliaire six semaines plus tôt et portait d'ailleurs une cicatrice au bas du ventre. Sa voix, aussi, m'a surpris: normale, moins artificielle ou exagérée que dans ses films. Surtout, Marilyn était incroyablement drôle, simple, créative. Elle s'est à peine maquillée. J'ai d'abord fait d'elle un portrait en noir et blanc à la Garbo. Puis, très vite, elle m'a demandé: "Voulez-vous que je me mette nue?" Je n'ai su que répondre: "Mais quelle bonne idée!" 

Comment expliquez-vous cela?
Je crois tout simplement qu'elle se sentait belle et voulait le montrer. "Pas mal, pour 36 ans, non?" a-t-elle dit entre deux photos. Nous avons utilisé des foulards transparents pour "habiller" un peu sa nudité. J'ai travaillé avec Bardot, Madonna ou Audrey Hepburn, mais Marilyn a vraiment été la plus extraordinaire. Elle buvait le champagne, et j'ai remarqué que son maquilleur ajoutait un peu de vodka dans son verre. Les heures passant, elle est devenue plus provocante encore. Je n'avais pas besoin de lui faire des suggestions, elle inventait les poses toute seule. Nous avons continué jusqu'à 2 heures du matin. 

Mais n'y avait-il pas une certaine tristesse sous cette gaieté?
Sur le coup, je n'ai rien remarqué de tel. Elle était vraiment de bonne humeur et comptait peut-être sur ces photos dans Vogue pour "relancer" sa carrière. Bien sûr, rétrospectivement, je devine une certaine fragilité sur certains clichés, notamment celui où elle porte une petite robe noire et se cache le visage avec les mains. Ce sont d'ailleurs mes préférés. 

Pourtant, Vogue demandera à compléter cette première séance...
Oui, ils ont apprécié le travail, mais cela manquait un peu de mode, pour faire le portfolio dont ils rêvaient. Alors, quelques jours plus tard, nous avons organisé une deuxième séance avec Marilyn. Cette fois-ci, nous avions loué un petit bungalow de l'hôtel et apporté des robes noires de chez Dior. Comme la première fois, elle est arrivée avec deux heures et demie de retard. Cette fois-ci, j'avais commandé du château-lafite... Elle a posé pendant des heures et des heures avec les robes. Et puis, au bout d'un moment, j'ai demandé à l'équipe de sortir. Marilyn s'est enroulée, nue, dans un drap et s'est allongée sur un canapé. J'ai réalisé toute une série de clichés. Puis, elle s'est endormie, sans doute un peu sous l'effet de l'alcool, et je suis sorti.

Que sont devenues toutes ces photos par la suite?
L'agent de Marilyn avait exigé qu'elle puisse avoir un droit de regard sur les clichés. Je lui ai donc envoyé une grande partie des photos en couleurs et toutes les planches-contacts en noir et blanc, dont j'avais conservé les négatifs. Quelques jours plus tard, tout cela m'est revenu: Marilyn avait barré de très nombreuses photos de sa main, au feutre orange. Vogue a ensuite préparé son portfolio, sans sélectionner aucune des photos de nu.

Et puis...
Et puis, une semaine plus tard, j'étais en voiture avec ma fille, à New York. La radio était allumée et, soudain, ils ont annoncé la mort de Marilyn Monroe. J'ai eu un grand choc. J'ai tout de suite cru à la version selon laquelle sa mort était due à un accident, suite à une consommation de médicaments. Je le crois toujours. Vogue a décidé de maintenir le portfolio, qui est sorti quasiment le jour même. 

On a dit que Marilyn Monroe avait tenté de vous téléphoner le jour de sa mort...
Oui, l'un de ses biographes l'a écrit. Je ne sais pas si c'est vrai. Mais, ce qui est sûr, c'est que si je l'avais eue au bout du fil, j'aurais tout fait pour l'aider.  


Vue par Norman Mailer : "Un cyclone de beauté ambulante"

"Comme elle était également une star de cinéma - et une star habitée par la manie du secret la plus obstinée et la candeur la plus flamboyante, une arrogance hautement conflictuelle et un complexe d'infériorité torrentiel -, une grande philosophe populiste - comme elle aimait l'humble travailleur... - et la plus tyrannique des compagnes sentimentales, une reine des castratrices capable de verser des larmes sur un vairon mourant, une amante des livres qui ne lisait pas, une artiste inflexible et fière qui, si le besoin s'en faisait sentir, était prête à enfourcher la publicité avec plus d'empressement qu'une putain n'aurait comblé un bon client, une giclée féminine d'ironie et d'énergie sensible à qui il arrivait de se traîner comme une limace pendant des jours et des jours de spleen comateux, une femme-enfant mais aussi une actrice en mesure de déclencher une émeute en laissant tomber l'un de ses gants à une première, une fontaine de charme et une impossible casse-pieds, un cyclone de beauté ambulante quand elle était habillée pour plaire mais une souillon déprimante à ses pires moments - qui sentait mauvais, en plus! -, une géante et une naine de l'affect, une bonne vivante et à la fois une abjecte hyène mortifère qui s'hébétait de substances chimiques, un four sexuel dont le feu était apparemment allumé - elle gardait son soutien-gorge au lit -, elle, Marilyn, était plus ou moins l'armide (1) de glace qui nous hantait tous."

(1) Séductrice d'une grande beauté, du nom d'une héroïne de La Jérusalem délivrée, du Tasse. 

Posté par ginieland à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 septembre 2011

Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe

Norman Mailer, Bert Stern: Marilyn Monroe
 
Biographie Photographies - Edition limitée en 1962 exemplaires
Auteurs: Norman Mailer, Bert Stern

book_normanmailer_cover1Date de sortie: octobre 2011
Broché 278 pages
Langue: anglais

Éditeur: Taschen
ISBN: 978-3-8365-1185-8
Prix éditeur: 750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen 

Présentation de l'éditeur: "Ce livre est en réalité deux livres. C’est à la fois une biographie et une rétrospective picturale d’une actrice qui aura sans doute vécu sa plus grande histoire d’amour avec l’objectif des appareils photos." Commentaire de Norman Mailer en 1973 dans sa biographie, Marilyn.
TASCHEN a réuni le texte originel de Mailer et les photographies prises par Bert Stern lors de la légendaire Last Sitting, considérée comme la séance de photos les plus intimes jamais prises de Marilyn, pour créer un hommage à l’image d’une femme, qui, au moment de sa mort, en 1962, évoquait dans le monde entier et pour toute une génération le symbole absolu du glamour et de l’érotisme. Mais si son public l’adorait, sa vie privée restait celle d’une petite fille perdue, recherchant éperdument amour et sécurité. La Marilyn de Mailer est magnifique, tragique et complexe. Alors qu’il retrace la vie de l’actrice, – de son enfance déprimante, ses premières années difficiles, à sa consécration, sa vie romantique en dents de scie, jusqu’aux circonstances mystérieuses de son décès, – elle apparaît comme symbole de l’étrange décennie pendant laquelle elle a régné sans partage sur Hollywood.

Ce livre, conçu par Lawrence Schiller, collaborateur de Mailer sur cinq de ses livres, associe l’imposant texte de l’auteur aux photos de Stern capturant Marilyn à 36 ans. Photographiée pour le magazine Vogue à l’hôtel Bel-Air, Marilyn ne s’était jamais livrée de manière si intime, jamais révélée aussi belle. Trois semaines plus tard, elle était morte. À travers cette synthèse d’un classique de la littérature et d’une séance photo légendaire, Mailer et Stern lèvent le voile entourant Marilyn – femme, star, sex-symbol, – offrant un regard privilégié sur une icône dont la personnalité véritable demeure, énigmatique.

book_normanmailer_cover 

Limité à un total de 1.962 exemplaires numérotés et signés par Bert Stern, ce livre est disponible en édition collector (Nos. 1 à 1.712), ainsi qu’en deux éditions de luxe de 125 exemplaires chacune (Nos. 1.713 à 1.962).

> extraits pages
 book_normanmailer_page01_1 book_normanmailer_page01_2 book_normanmailer_page01_3
book_normanmailer_page01_4 book_normanmailer_page01_5  book_normanmailer_page01_6 
book_normanmailer_page01_7 book_normanmailer_page01_8 book_normanmailer_page1
 book_normanmailer_page2 book_normanmailer_page3 book_normanmailer_page4
book_normanmailer_page5 book_normanmailer_page6 book_normanmailer_page7
book_normanmailer_page8 book_normanmailer_page9 book_normanmailer_page10
book_normanmailer_page11  book_normanmailer_page12 book_normanmailer_page13
book_normanmailer_page14 book_normanmailer_page15 book_normanmailer_page16

À propos de l'auteur:
Norman Mailer fut l’un des plus grands écrivains, l’un des plus marquants du XXe siècle et l’une des figure littéraires les plus célèbres et les plus controversées des États-Unis. L’auteur à succès d’une douzaine de romans et de 20 œuvres non fictionnelles a également composé des pièces de théâtre, des scénarios, des mini-feuilletons pour la télévision, des centaines d’essais, deux recueils de poésie et un de nouvelles. Cet écrivain qui a remporté deux fois le Prix Pulitzer a vécu à Brooklyn, New York et Provincetown.

À propos du photographe:
Bert Stern (né en 1929) fait partie des plus grands photographes de portrait des États-Unis. Dans les années 1960, il a livré plus de 200 pages par an pour Vogue et réalisé de nombreuses campagnes de publicité importantes pour la presse comme pour la télévision. Il est surtout connu pour ses publicités papier révolutionnaires pour Smirnoff, ainsi que sa séance photo avec Marilyn Monroe, à peine six semaines avant sa mort. Stern vit et travaille à New York. 


Édition de luxe A  — Nos 1.713 à 1.836
de 125 exemplaires: Livre signé par Stern,
accompagné de l'impression pigmentée également signée
par le photographe: Striped Scarf ("Foulard rayé"), 1962

30 x 40 cm
 Prix éditeur: 1750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen   

book_editiondeluxeA 


Édition de luxe B  — Nos 1.837-1.962 
de 125 exemplaires: Livre signé par Stern,
accompagnée de l'impression pigmentée également signée
par le photographe: Contact Sheet, 1962.
30 x 40 cm (12 x 16 in.)
 
Prix éditeur:1750 Euros
Ou le commander ? sur le site de l'éditeur taschen
book_editiondeluxeB 

Posté par ginieland à 15:17 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 février 2011

Docu TV - Life after Death

Marilyn Monroe:
Life after Death
 
docu_life_after_death_cap1

Année: 1994
Réalisé par Gordon Freedman
Pays: USA
Durée: 50 minutes

docu_life_after_death_allan_snyder docu_life_after_death_amy_greene_1 docu_life_after_death_bus_stop

Documentaire sur la vie et la mort de Marilyn Monroe avec des images d'archives et de nombreuses interviews: Whitey Snyder (maquilleur), Susan Straberg (actrice), Amy Greene (femme de Milton Greene), Douglas Kirkland (photographe), Hugh Hefner (patron de Playboy), Susan Bernard (fille de Bruno Bernard), Norman Mailer, Liz Smith, Leon Katz, Alan Abbott, Susan Griffiths, James Haspiel, John Miner, Robert Slatzer, Donald Spoto, Joan Greenson...
>> Fiche du docu sur imdb 

> partie 1

> partie 2

> partie 3

> partie 4
 

Enregistrer

10 novembre 2007

Décès de l'écrivain Norman Mailer

norman_mailer_1

Norman Mailer est décédé samedi 10 novembre à New York, à l'âge de 84 ans, des suites d'une insuffisance rénale, à déclaré J. Michael Lennon, biographe officiel et exécuteur testamentaire de l'écrivain.
Romancier, journaliste, essayiste, biographe, poète, metteur en scène, scénariste, acteur de cinéma à l'occasion, candidat à la mairie de New York en 1969, chantre de la contre-culture américaine des années '50 et '60, auteur d'une quarantaine d'ouvrages, lauréat du National Book Award et du Prix Pulitzer, marié six fois et père de neuf enfants, Norman Mailer a longtemps été considéré comme "l'enfant terrible de la littérature américaine" et a dominé la scène intellectuelle de son pays pendant toute la deuxième moitié du XXe siècle.
Né le 31 janvier 1923 à Long Branch (New Jersey) dans une famille de la petite bourgeoisie juive, Norman Mailer a suivi des études d'ingénieur aéronautique à Harvard avant de se consacrer très tôt à la littérature. Mobilisé dans l'US Navy début 1944, il a vécu la fin de la guerre en combattant dans le Pacifique. À son retour en 1946, après un bref séjour d'études à La Sorbonne à Paris, il entame l'écriture d'un premier roman très réaliste inspiré par son expérience de la guerre, Les Nus et les Morts, qui sera publié en 1948. Ce livre lui apportera la gloire dès l'âge de 25 ans et il ne cessera plus de publier, délivrant une oeuvre puissante sur l'Amérique contemporaine et ses mythes. Norman Mailer n'hésite pas aussi à mélanger les genres et à susciter des controverses, comme par exemple pour sa "biographie" de Marilyn Monroe ou son Évangile selon le fils (1996) où il fait parler Marilyn Monroe et Jésus-Christ à la première personne du singulier. On lui doit entre autres Rivage de barbarie (1951), Nègre blanc (1956), Publicités pour moi-même (1959), Un rêve américain (1965), Pourquoi sommes-nous au Vietnam ? (1967), Les armées de la nuit (Prix Pulitzer 1969), Bivouac sur la lune (1970), Prisonnier du sexe (1971), Marilyn (1973), Le chant du bourreau (prix Pulitzer 1980), La Nuit des temps (1983), Les vrais durs ne dansent pas (1984), Harlot et son fantôme (1991), Oswald, Un mystère américain (1995), L'Amérique, Essais, reportages, ruminations (1999), Le Combat du siècle (2000), Pourquoi sommes-nous en guerre ? (2003) et Portrait de Picasso en jeune homme (2004). Son dernier roman, Un château en forêt, Le fantôme d'Hitler (2007), est le récit de la jeunesse d'Adolf Hitler raconté par un démon employé de Satan. Tout en reconnaissant lui-même que certains de ses livres n'ont pas résisté au temps, Norman Mailer était cependant très fier de Les Nus et les Morts et de Harlot et son fantôme, une vaste fiction sur la CIA.
Bagarreur et boxeur, véritable râleur professionnel, adorant la provocation, Norman Mailer a été emprisonné à plusieurs reprises dans les années soixante pour rixes, mais aussi en 1967 pour son engagement politique, après avoir dénoncé l'engagement américain au Vietnam. L'écrivain s'est fait de nombreux ennemis, en particulier chez les féministes, pour ses propos souvent très politiquement incorrects sur les relations entre les hommes et les femmes. Il sera traité de "dernier cochon mâle chauvin" par Kate Millet, l'une des principales figures du féminisme américain. Les coups de couteau portés à sa seconde épouse, Adèle, en 1962, lors d'une crise d'ébriété, ne feront rien pour arranger les choses. Lui qui était à l'époque l'une des personnalités intellectuelles les plus en vue, notamment pour avoir créé au milieu des années cinquante le célèbre hebdomadaire de gauche The Village Voice, fut placé en observation dans un asile psychiatrique pendant quinze jours.
Chroniqueur et observateur lucide du monde contemporain, Norman Mailer avouait être dans un "état de pessimisme intellectuel profond" et n'était pas tendre avec ses compatriotes. "Il me semble que l'Amérique est devenue bien plus laide ces dernières années", déclarait il y a peu l'écrivain, faisant notamment allusion à l'Amérique de George W. Bush.

>> source: article sur La République des Lettres 

***Pour info***
Norman Mailer n'a jamais rencontré Marilyn car lorsqu'il avait voulu la rencontrer la première fois en 1955, Marilyn avait refusé de le voir. Mailer vivait pourtant dans le même immeuble qu' Arthur Miller (le mari de Marilyn) à Brooklyn et il avait une propriété près de celle des Miller à Roxbury, Connecticut. Miller raconte d'ailleurs que Marilyn avait invité Mailer à une fête en sachant pertinemment qu'il était indisponible.
>> source: Livre Adam Victor

Posté par ginieland à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :