03 juin 2010

02/02/1944 - Lettre de Norma Jeane à Berniece

1944-02-02-Letter_from_NJ_to_Berniece-photo-1  Lettre de 3 pages du 2 février 1944, écrite par Norma Jeane Dougherty (Marilyn Monroe) qui vit à Catalina Island, à sa demie-soeur Berniece Miracle (qui vit à Détroit).
Elles connaissent l'existence l'une de l'autre depuis l'année 1938 et correspondent par lettres, s'échangeant parfois des photographies - comme ici, Norma Jeane remercie Berniece pour la photo d'elle et son mari Paris Miracle envoyée dans sa précédente lettre; elles ne se sont jamais encore rencontrées (cette rencontre se fera à l'automne 1944).
On ressent une grande joie de la part de Norma Jeane d'avoir une soeur: elle a notamment exposé en évidence la photographie de Berniece et Paris dans son appartement et déclare être fière d'expliquer aux gens qu'il s'agit de sa soeur. Elle compare aussi leur ressemblance physique avec leur mère. Et elle voudrait même qu'ils viennent s'installer en Californie, tentant d'inciter Berniece à y réfléchir par l'argument que Paris pourrait intégrer la Marine marchande (comme Jim Dougherty).
Le plus touchant est aussi un souvenir dont elle se remémore de son enfance avec leur mère -Gladys- qui l'avait emmené au Casino de Catalina quand elle avait sept ans; mais aussi, à travers cette anecdote, l'irresponsabilité de Gladys qui avait alors laissé la petite Norma Jeane dans un coin du dancing pendant qu'elle s'amusait.

3-page letter dated February 2, 1944, written by Norma Jeane Dougherty who lives in Catalina Island, to her half-sister Berniece Miracle (who lives in Detroit).
They have known of each other's existence since 1938 and correspond by letter, sometimes exchanging photographs - as here, Norma Jeane thanks Berniece for the photo of her and her husband Paris Miracle sent in her previous letter; they have never yet met (this meeting will take place in the fall of 1944).
A great joy on the part of Norma Jeane to have a sister can be felt: she has notably exposed the photograph of Berniece and Paris in evidence in her apartment and declares to be proud to explain to people that it is her sister on it. She also compares their physical resemblance to their mother. And she would even like them to come and settle in California, trying to encourage Berniece to think about it by the argument that Paris could integrate the Merchant Marine (like Jim Dougherty).
The most touching is also a memory she recalls from her childhood with their mother -Gladys- who had taken her to the Catalina Casino when she was seven years old; but also, through this anecdote, the irresponsibility of Gladys who had then left little Norma Jeane in a corner of the dance hall while she was having fun.

1944-02-02-Letter_from_NJ_to_Berniece-1  1944-02-02-Letter_from_NJ_to_Berniece-2  1944-02-02-Letter_from_NJ_to_Berniece-3 

Traduction de la lettre:
Chère Berniece,
Je te remercie beaucoup pour la photo que tu m'as envoyé de toi avec Paris que j'ai reçu à la période de Noël. Je suis incapable de dire à quel point tu ressembles tellement à notre mère. J'étais tellement surprise, sans voix.
Les yeux de notre mère ne sont pas aussi foncés que les tiens mais tout le reste est vraiment pareils. Je ne savais pas non plus que Paris était aussi beau. Tante Ana dit qu'elle pourrait voir une légère ressemblance entre toi et moi et que tu ressemblais plus à notre mère que moi.
Pour ma part, j'ai les yeux de maman, ainsi que le front et la plantation de cheveux, mais tout le reste est comme mon père.
Mon mari Jimmy est dans le service maritime. Le service maritime entraîne les hommes à intégrer la marine marchande. Il a un poste à Catalina Island et je l'ai suivi. Jimmy ne voulait pas rentrer dans l'armée donc il a rejoint ce service dans lequel il fait parti maintenant du personnel, il est instructeur d'entraînement physique.
Je ne sais pas si tu as déjà entendu parler de Catalina Island, situé à l'est, c'était (en temps de paix) une très belle station balnéaire pour les vacances d'été et c'est situé à près de 30 miles de Los Angeles .
Ma mère m'y avait emmené pour l'été quand j'avais à peu près sept ans. Je me souviens avoir été au Casino et d'avoir été au dancing avec elle. Bien sûr je n'avais pas dansé, mais elle m'avait laissé m'assoir dans un coin pour la regarder et je me souviens que c'était peu de temps après l'heure d'aller dormir.
Bref, tout ça pour dire que pour la période de Noël, le service maritime a organisé un dancing dans le même casino et moi et Jimmy, nous y sommes allés. Ce fut l'un des plus amusant sentiment que de dancer sur le même sol plus de dix ans après, je veux dire que d'être assez âgée et tout ça, c'est difficile de t'expliquer le sentiment que j'ai ressenti. A ce propos, tu ne te souviens pas du tout de notre mère ?
Nous voyageons par bateau de l'île à la terre ferme à bord du "USS Avalon" et quel bateau! A chaque fois, j'ai été malade. Ils avaient ce même bateau sur les grands lacs il y a des années de ça, il avait chaviré, donc il a été réparé et amené ici et il peut se balancer et rouler sur l'eau quand il part en mer. Bien sûr ce n'est pas aussi tranquille comme sur terre comme je l'ai dit mais je peux apparemment être très malade quand je le prends.
Je souhaite vivement que toi, Paris et Mona Rae pourraient venir passer quelques temps ici. Je sais qu'une fois que tu auras mis un pied ici, tu ne voudras plus partir, c'est tout du moins ce que la plupart des gens disent. Et j'aimerai tellement vous voir tous, et je sais que mère l'aimerait aussi. Si Paris a toujours aussi peur d'être appelé sous les drapeaux, eh bien vous pourrez tous venir vous installer en Californie et là Paris pourrait rejoindre le service maritime et de devenir un employé du personnel et toi et le bébé seraient ensemble avec lui. Bien sûr c'est juste une idée mais j'éspère que tu y réfléchiras. Tu sais, le service maritime est très différent des autres services comme ceux de l'armée, de la marine etc. Une personne peut se désincrire honorablement de sa propre initiative et peut partir pour aller faire ce dont il lui semble de plaire. Bien sûr il devra porter un uniforme. Leurs uniformes ressemblent beaucoup à ceux de la Marine et des gardes côtes mais en plus joli je trouve.
J'éspère vraiment que tu m'écriras et que tu me raconteras pleins de choses sur toi. Je sais que je n'avais pas très bien poursuivie ma correspondance par le passé, mais j'ai la ferme intention de le faire bien dans le futur donc s'il te plaît écris moi et laisse moi savoir comment tu vas.
Avec Beaucoup d'Amour,
Norma Jeane.
P.S: Merci encore pour la photo, je l'ai mise sur l'étagère de la salle de séjour et toutes les personnes qui la voient me disent: "Qui est ce joli couple?" et bien sûr j'explique fièrement que c'est ma soeur avec son mari.
Quel âge a Mona Rae maintenant ? Je n'oublierai pas d'écrire.
Avec Amour,
Norma Jeane.

Letter transcription:
Dear Berniece,
I want to thank you so much for the picture of you and Paris that I received at Christmas time. I just can't tell you how much you look like mother. I was so surprised, I could hardly speak.
Mothers eyes aren't as dark as yours but your other features are very much the same. Also, I had no idea that Paris was so nice looking. Aunt Grace said that she could see a slight resemblence between you and I and that you looked more like my mother than I did.
I have me mother eyes and forehead and hairline but the rest of me is like my dad.
Jimmie, my husband, is in the Maritime Service.
The Maritime service trains men for the Merchant Marines. He is stationed at Catalina Island and I am here with him. Jimmie didn't want to go into the army so he joined this service and is now on personal ; he is a physical training instructor.
I don't know if you have ever heard of Catalina Island, being from the East, but it was (in peace time) a very beautiful summer resort its and island out have all by itself, about 30 miles from L.A. Harbor.
My mother brought me over for the summer when I was about seven yr old. I remember going to the Casino to a dance with her, of course I didn't dance, but she let me sit on the side and watch her, and I remember it was way after my bedtime too.
But anyway, what I'm getting at is that at Christmas time, the Maritimes service held a big dance at the same Casino and Jimmie and I went. It was the funniest feeling to be dancing on that same floor ten yrs later, I mean being old enough and everything. Oh it hard to explain to you the feeling I had. By the way, do you remember Mother at all ?
We travel by boat from the Island to the mainland on the "USS Avalon" and oh what a boat ! I get sea sick every time. They had that same boat on the great lakes years ago and the darn thine capsided so they fixed it up and brought it down here and oh can she rock and roll when she gets out to sea. Of course it isn't quite as bad as I say it is I guess but I can seemingly get quite sick on it.
I do wish so that you, Paris and Mona Rae could come out here for a little while anyway. I know that once you did get out here you wouldn't want to leave, at least thats what most people say. And I do want to see you all so very much and I know mother would too. If Paris is ever afraid of being drafted well you all could move to California and then Paris could join the Maritime Service and go on Personal and then have you and the baby with him. Of course that is just an idea but I wish you would think about it. You see, the Maritime Service is very different from any other service such as the Army, Navy, etc A person can disenroll honorably on his own accord and can go about and do pretty much the way he pleases. Of course he has to wear a uniform. Theu=ir uniforms are very much like the Navy and Coast Guards only nicer, I think.
I do hope you will write to me and tell me about yourself. I know I haven't kept up my correspondance in past very well, but I intend to do so in the future so please do write me and let me know how you are.
With Much Love,
Norma Jeane
P.S. Thank you again for the Picture. I have it sitting on top of my book shelve in the living room and everyone who enters ask, "Whos that nice looking couple ?" and of course, I explain proudly that is my sister and her husband.
How old is Mona Rae now ? Don't forget to write.
Loves
NJ


Photographie de Berniece et Paris Miracle
dont fait référence Norma Jeane dans sa lettre

1944-02-02-Letter_from_NJ_to_Berniece-photo-2  

Photograph of Berniece and Paris Miracle
on which refer Norma Jeane in her letter


source Lettre vendue en 2019 aux enchères Julien's  The Personal Property Of Goodman Basil Espy III


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

02 juin 2010

Automne 1944, Detroit - Norma Jeane rencontre Berniece

L'automne 1944, Norma Jeane part en voyage pour rendre visite à ses proches; elle se rend d'abord dans le Tennessee à Huntington pour revoir Bebe Goddard, puis dans le Michigan à Détroit pour rencontrer sa demie-soeur Berniece Miracle: mariée à Paris Miracle, ils ont une fille, Mona Rae; Niobe, la soeur de Paris, vivent avec eux.

In the fall of 1944, Norma Jeane goes on a trip to visit her relatives; she goes first to Tennessee in Huntington to see Bebe Goddard, then in Michigan to Detroit to meet her half-sister Berniece Miracle: married in Paris Miracle, they have a daughter, Mona Rae; Niobe, Paris's sister, lives with them.


Tout commence par la venue de Grace Mc Kee et de son mari Doc Goddard à Détroit courant l'année 1944. Berniece Miracle et son mari Paris Miracle rencontrent Grace et son mari pour un dîner au Cadillac Hotel. C'est la première fois qu'elles se voient, après avoir échangées des lettres pendant plusieurs années. Grace lui révèle l'enfance de Norma Jeane et lui parle beaucoup de leur mère Gladys.
Suite à cette recontre qui a fait une forte impression auprès des deux femmes, Grace décide que le temps est venu pour Norma Jeane de rencontrer sa soeur: elle écrit donc à Berniece que Norma Jeane peut venir à Détroit. Comme la venue de Norma Jeane se ferait sur une période indéterminée et que Berniece et Paris hébergeaient déjà Niobe (la soeur de Paris) sur le canapé, ils achètent un lit de l'armée pour coucher Norma Jeane.

Puis Berniece et Norma Jeane s'écrivent à leur tour pour convenir du rendez-vous de rencontre: la date, l'heure, et la tenue qu'elle portera pour qu'ils la reconnaissent (un ensemble tailleur en laine de couleur bleu cobalt et un chapeau en forme de coeur sur le rebord).
C'est à l'automne 1944 - (fin septembre / début octobre, il n'y a pas de dates précises sur sa venue ni sur la durée de son séjour; elle restera jusqu'à fin octobre, passant les derniers jours du mois d'octobre à Chicago avec Grace Goddard) - que Norma Jeane Dougherty arrive à Détroit: Berniece, son mari Paris Miracle et la soeur de celui-ci Niobe, ainsi que leur petite Mona Rae, âgée de 5 ans, attendent sur le quai de la gare et reconnaissent immédiatement Norma Jeane, tel le racontera Berniece:
"Je me souviens d'avoir attendu à la gare de Detroit que Marilyn apparaisse pour la première fois - bien sûr, elle était alors toujours Norma Jeane. Nous nous étions écrit au fil des années et avions échangé des photos, mais nous ne nous étions jamais rencontrées face à face. Elle m'avait dit qu'elle porterait un costume bleu cobalt et un chapeau avec un bord en forme de cœur, mais j'avais peur de ne pas la reconnaître lorsqu'elle descendrait du train."
"Eh bien, il n'y avait aucune chance de la manquer ! Elle s'est démarquée immédiatement de tous les autres passagers, si grande et jolie et fraîche, une fille magnifique. Nous étions ravies de nous rencontrer enfin, et nous ne pouvions pas arrêter de nous regarder. Nous avions les mêmes cheveux blonds foncés avec une pointe de veuve (nb: pointe en forme de V de la ligne des cheveux au front), la même bouche, mais nos yeux étaient différents - les miens sont bruns et ceux de Norma Jeane étaient bleus comme ceux de notre mère. J'étais si heureuse d'avoir une sœur. Et si fière."
La petite Mona Rae, âgée de 5 ans, se souvient que Norma Jeane "sentait bon", lui faisant "pleins de câlins".
Elles s'embrassent, pleurent et rient. Pour Berniece, les photos que Norma Jeane lui avaient envoyées d'elle sont loin de la réalité: sa beauté est naturelle, d'une fraîcheur éclatante. Elle rougit légèrement, son sourire est spontané, ses cheveux sont ondulés et entourent un visage de porcelaine aux traits fins et réguliers; elle est mince et non voluptueuse (telle est la sensation décrite par Berniece quand elle s'est remémorée leur rencontre).
Ils font la route de la gare à leur appartement 3 pièces - situé dans le quartier Polonais de Detroit - dans la Pontiac bleue de Paris: Berniece, Mona Rae et Norma Jeane assises à l'arrière, se serrant dans les bras et s'observant.
Norma Jeane s'accomode de l'hébergement, expliquant même à Berniece que quand elle était bébé, leur mère la couchait dans un tiroir.
Puis elles passent la soirée à s'observer physiquement, comparant même leurs pieds identiques (Berniece, Norma Jeane et même Mona Rae ont cette particularité d'avoir le 2ème orteil le plus grand du pied).
Berniece fait découvrir à Norma Jeane une photographie de leur mère Gladys quand elle était jeune (avant la vingtaine) et Berniece de demander à Norma Jeane comment est leur mère à ce jour; Norma Jeane répond qu'elle est toujours jolie, mais ne sourit jamais. Elle lui a rendu visite à l'institution avec Grace, mais ne la reconnait plus; elle explique à Berniece qu'elle ne considère pas Gladys comme sa mère, mais plutôt Grace et même Tante Ana, comme des mères pour elle.

Berniece, Paris et Niobe continuent à travailler pendant le séjour de Norma Jeane chez eux; ils n'ont que quelques journées de libres.
Norma Jeane propose d'emblée d'aider à tenir le foyer en faisant la cuisine (notamment sa spécialité des petits pois carottes car elle adore le mélange des couleurs des deux).

Parmi les sujets de discussion entre les deux soeurs:
-Elles discutent de leur mère, du père de Berniece, de leur frère Jack (Robert Kermit, décédé d'une tuberculose osseuse à 14 ans), de leur enfance; Norma Jeane parlera même du piano blanc que Gladys possédait et racheté ensuite par Tante Ana.
-Elles se trouvent des points communs (le chant et la danse).
-Norma Jeane tente à plusieurs reprises de convaincre Paris de s'engager dans la Marine marchande, comme son mari Jim Dougherty, dans le but que Berniece et Paris viennent la rapprocher et s'installer en Californie. Elle suggère même l'idée à Paris que Jim peut le pistonner pour intégrer l'usine de Lockheed Aircraft, où Jim était superviseur avant de s'engager dans la Marine.


 It all starts when Grace McKee and her husband Doc Goddard comes to Detroit in 1944. Berniece & her husband Paris Miracle meet Grace and her husband for a dinner at the Cadillac Hotel. This is the first time they have seen each other, after having exchanged letters for several years. Grace reveals Norma Jeane's childhood to her and talks her a lot about their mother Gladys.
Following this meeting which made a strong impression on the two women, Grace decides that the time has come for Norma Jeane to meet her sister: she therefore writes to Berniece that Norma Jeane can come to Detroit. As Norma Jeane's coming would be for an indefinite period and Berniece and Paris were already hosting Niobe (Paris's sister) on the couch, they buy an army bed to sleep Norma Jeane.

Then Berniece and Norma Jeane write to each other to agree on the meeting: the date, the time, and the outfit she will wear so that they recognize her (a cobalt blue wool suit and a hat with a heart shaped dip in the brim).
It is in the fall of 1944 - (late September / early October,there are no specific dates on her arrival or the duration of her stay; she will stay until the end of October, spending the last days of October in Chicago with Grace Goddard) - that Norma Jeane Dougherty arrive in Detroit: Berniece, her husband Paris Miracle and his sister Niobe, as well as their little daughter of  5-year-old Mona Rae, are waiting on the station platform and immediately recognize Norma Jeane, as will tell Berniece:
"I remember waiting at the train station in Detroit for Marilyn to appear that first time - of course, then she was still Norma Jeane. We had been writing to each other over the years and had exchanged pictures, but we had never met face to face. She'd told me she'd be wearing a cobalt blue suit and a hat with a heart shaped brim, but I worried that I wouldn't recognize her when she stepped off the train."
"Well, there was no chance to missing her ! She stood out immediately from all the rest of the passengers, so tall and pretty and fresh, a gorgeous girl. We were excited to finally meet, and we couldn't stop staring to each other. We hed the same dark blond hair with a widow's peak, the same mouth, but our eyes were different - mine are brown and Norma Jeane's were blue like our mother's. I was so happy to have a sister. And so proud."
Five-year-old Mona Rae remembers Norma Jeane "smelling good", giving her "lots of hugs".
They kiss, cry and laugh. For Berniece, the photos that Norma Jeane had sent her of her are far from reality: her beauty is natural, radiantly fresh. She blushes slightly, her smile is spontaneous, her hair is wavy and surrounds a porcelain face with fine and regular features; she is thin and not voluptuous (such is the sensation written by Berniece when she recalled their meeting).
They drive from the station to their 3-room apartment - located in the Polish district of Detroit - in the blue Pontiac of Paris: Berniece, Mona Rae and Norma Jeane sitting in the back, hugging and observing each other.
Norma Jeane makes do with the accommodation, even explaining to Berniece that when she was a baby, their mother slept her in a drawer.
Then they spend the evening observing each other physically, even comparing their identical feet (Berniece, Norma Jeane and even Mona Rae have the particularity of having the 2nd largest toe of the foot).
Berniece shows to Norma Jeane a photography of their mother Gladys when she was young (before her twenties) and Berniece to ask Norma Jeane how their mother is to this day; Norma Jeane replies that she is always pretty, but never smiles. She visited her at the institution with Grace, but no longer recognizes her; she explains to Berniece that she doesn't consider Gladys as her mother, but rather Grace and even Aunt Ana, as mothers to her.


Berniece, Paris, and Niobe continue to go to work during Norma Jeane's stay with them;
they only have a few free days. Norma Jeane immediately offers to help keep the household by cooking (especially her specialty of peas and carrots because she loves the mix of colors of the two).

Among the topics of discussion between the two sisters:
- They discuss on their mother, on Berniece's father, on their brother Jack (Robert Kermit, who died of bone tuberculosis at 14), their childhood; Norma Jeane will even talk about the white piano that Gladys owned and later bought by Aunt Ana.
- They find common points (singing and dancing). 
-Norma Jeane tries several times to convince Paris to join the Merchant Marine, like her husband Jim Dougherty, with the aim that Berniece and Paris come to bring her closer and settle in California. She even suggests the idea to Paris that Jim can boost him to join the Lockheed Aircraft factory, where Jim was a supervisor before joining the Marine.


 - DETROIT -


Pendant son séjour, Norma Jeane découvre la ville de Détroit (le centre-ville, les immeubles, les parcs).

During her stay, Norma Jeane discovers the city of Detroit (the city center, the buildings, the parks).

- Norma Jeane, Berniece, Mona Rae Miracle -
1944-10s-detroit-NJ_Berniece_MonaRae-1c 
1944-10s-detroit-NJ_Berniece_MonaRae-1a1  1944-10s-detroit-NJ_Berniece_MonaRae-1a2  1944-10s-detroit-NJ_Berniece_MonaRae-1b 

- Norma Jeane, Paris Miracle, Berniece -
1944-10s-detroit-NJ_Paris_Berniece-1b 
1944-10s-detroit-NJ_Paris_Berniece-1a1  1944-10s-detroit-NJ_Paris_Berniece-1a2  1944-10s-detroit-NJ_Paris_Berniece-1a3 


1944-10s-detroit-Mona_Rae_Miracle-1  Norma Jeane donne des conseils de pose à Mona Rae pour être photographiée:
"Ne te tiens pas droite. Incline la tête sur le côté, fais un sourire idiot. Plie un genou pour avoir l'air un peu courbée... voilà, chérie, c'est mignon".

Norma Jeane gives Mona Rae posing advices to be photographied:
"Don't stand straight. Tilt your head to the side, make a silly smile. Bend one knee so you look a little curvy... there you go honey – that’s cute."


- CANADA -


Il vont aussi au Canada, situé juste en face de la rivière (c'est Paris, le mari de Berniece, qui avait planifié toutes les ballades touristiques).

They're going also to Canada, located just across the river (it is Paris, Berniece's husband, who has planned all the tourist ballads).

- Norma Jeane & Berniece -
1944-10s-canada-NJ_Berniece-010-1b 
1944-10s-canada-NJ_Berniece-010-1  1944-10s-canada-NJ_Berniece-010-1a  1944-10s-canada-NJ_Berniece-020-1 
1944-10s-canada-NJ_Berniece-020-1a 

- Berniece, Norma Jeane & Niobe -
1944-10s-canada-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-010-1b 
1944-10s-canada-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-010-1  1944-10s-canada-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-010-1a 

Ils visitent le parc d'oiseaux (Miner's Bird Sanctuary) à Kingsville, dans l'Ontario, au Canada. Norma Jeane est très excitée par ce lieu très coloré (avec des plantes de toutes les couleurs) et le fait d'être avec sa soeur: "Pouvons-nous prendre des photos ici ? Pouvez-vous le croire - c'est la première fois que je quitte les États-Unis ! Prenons une photo de nous pendant que nous sommes au Canada !"

They visit the Miner's Bird Sanctuary in Kingsville, Ontario, Canada. Norma Jeane is very excited by this very colorful place (with plants of all colors) and being with her sister: "Can we take pictures here? Can you believe it - this is my first time out of the United States! Let's take a picture of us while we're in Canada!"

- Norma Jeane, Berniece & Niobe -
1944-10s-canada-kingsville-Miner_s_Bird_Sanctuary-NJ_Berniece-1-1a 
1944-10s-canada-kingsville-Miner_s_Bird_Sanctuary-NJ_Berniece-1-1  1944-10s-canada-kingsville-Miner_s_Bird_Sanctuary-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-1-1  1944-10s-canada-kingsville-Miner_s_Bird_Sanctuary-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-1-1a 
1944-10s-canada-kingsville-Miner_s_Bird_Sanctuary-NJ_Berniece_and_SisterInLawNiobeMiracle-1-1c  


source
Livre de Berniece & Mona Rae Miracle My Sister Marilyn

Article "My auntie Marilyn Monroe" sur Mirror


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.