03 août 2017

A la TV - Soirée Marilyn sur TCM

gif_tvmarilyn

 Dimanche 6 août 2017 - sur TCM


- à 19h00 -
Documentaire - Love, Marilyn

tv-01-lovemarilyn 
Durée : 103 minutes
Année et origine : 2012, USA
Réalisateur: Liz Garbus
Diffusions: 06 août 19.00|09 août 11.45|15 août 10.00

Lectures par Glenn Close, Adrien Brody ...
Résumé: À travers les lettres et poèmes de la star, Love, Marilyn retrace la personnalité fascinante de Norma Jeane érigée au rang d’Aphrodite du cinéma hollywoodien.


- à 20h45 -
Film - Le Prince et la Danseuse

tv-02-prince 
Durée : 111 minutes
Année et origine : 1957, USA
Réalisateur: Laurence Olivier
Diffusions: 06 août 20.45|09 août 09.50|15 août 08.05

Acteurs: Marilyn Monroe, Laurence Olivier ...
Résumé: En 1911, alors qu'il se trouve en visite officielle à  Londres, le belliqueux Grand-Duc d'un pays des Balkans tombe sous le charme d'une danseuse de cabaret. Face à  Laurence Olivier, considéré comme l'un des plus grands acteurs de tous les temps, Marilyn Monroe irradie tellement dans cette comédie romantique qu'elle parvient à lui voler la plupart des scènes qu'ils partagent à l'écran !


- à 22h40 -
Film - Quand la ville dort

tv-03-asphalt 
 Durée : 107 minutes
Année et origine : 1950, USA
Réalisateur: John Huston
Diffusions: 06 août 22.40|09 août 08.00|15 août 06.15

Acteurs: Sterling Hayden, Louis Calhern, Jean Hagen...
Résumé: Fraîchement sorti de prison, Doc Riedenschneider projette le cambriolage d'une bijouterie. Il recrute Louis, perceur de coffres, le chauffeur Gus, Dix Handley comme homme de main et Emmerich afin de financer l'opération. Le film de John Huston donna naissance à un genre : le « caper movie », ou film de cambriolage.

Posté par ginieland à 13:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 novembre 2015

Enchère "Treasures from the Dream Factory" 11/2015

Bonhams-TCM-2015-Treasures-from-the-Dream-Factory-Auction-Catalog-PDF-Portal-Download  Vente aux enchères 'TMC PRESENTS... TREASURES FROM THE DREAM FACTORY' le 23 novembre 2015 par Bonhams  à New York. Les lots avec leur description sont en consultation libre sur le site de Bohams.


 Lot 2: A Natalie Wood bound screenplay of Scudda Hoo! Scudda Hay!
US$ 700 - 900 - €650 - 840
Twentieth Century-Fox, 1948. Mimeographed manuscript, revised final screenplay by F. Hugh Herbert, 149 pp, February 19, 1947 (with revision pages dated as late as March 4), burgundy leather cover stamped in gilt to upper cover with film's title and "F. Hugh Herbert." Some pages annotated in ink by Wood, who also inscribed her name, character's name address, and phone number on the title page, and some of her dialogue in pencil on the verso of the last page. This was Wood's eighth film, but is better remembered as the movie in which Marilyn Monroe utters her first speaking role.
Bonhams-lot002 


Lot 206: A Marilyn Monroe signed contract for The Asphalt Jungle
US$ 20,000 - 30,000 - €19,000 - 28,000
Document signed ("Marilyn Monroe"), 2 pp, Hollywood, November 29, 1949, a Twentieth Century-Fox/Screen Actors Guild contract "for Free Lance Players," countersigned and dated on the verso beside Monroe's signature, inscribed in ink on the recto, "12-8-49 M. Monroe / J.S.," with additional partial page stapled to verso.
John Huston's film noir The Asphalt Jungle marked one of Marilyn Monroe's most important early, breakthrough roles, as gangster Emmerich's (Louis Calhern's) much younger moll, Angela. At the time, Monroe was virtually unknown and this contract states she received only $300 per week for her work on the film.
9 x 23 in.
 Bonhams-lot206  Bonhams-lot206b 


Lot 207: A Marilyn Monroe suit from Gentlemen Prefer Blondes
US$ 350,000 - 500,000 - €330,000 - 470,000
Twentieth Century-Fox, 1953. Gray wool jacket with cream-colored embroidered linen collar, wired so that it stands, hook-and-eye and black button closure at the center, fitted at the hips, with partial gray crepe lining; together with a matching knee-length pencil skirt with a navy grosgrain waistband and buttons that attach to the jacket (to prevent the skirt from moving when Monroe danced), and a small slit in the back, bearing a bias label inscribed in black ink, "1-69-1194 M. Monroe A-698-40." Monroe, as Lorelei Lee, wears this suit when she and Dorothy (Jane Russell) go shopping in Paris, the hotel refuses them, and they wind up at a sidewalk café, singing "When Love Goes Wrong."
Provenance: Purchased by Debbie Reynolds from Fox in 1971; Butterfield & Butterfield, Entertainment Memorabilia, March 14, 2000, lot 5842.
A 1949 musical based on a novel by Anita Loos, Gentlemen Prefer Blondes was initially purchased by Fox as a vehicle for Betty Grable. However in light of Grable's waning popularity and comparatively high salary (almost ten times Monroe's), studio head Darryl Zanuck decided to cast the starlet Monroe instead, borrowing Jane Russell from RKO to serve as her costar. Gentlemen Prefer Blondes was a massive success and 1953 became Monroe's breakout year. She and Jane Russell put their handprints in cement at Grauman's Chinese Theater to celebrate the film's premiere, Monroe appeared on the cover of Photoplay and received its Fastest Rising Star award, and also appeared on the cover of the inaugural issue of Playboy.
A report by leading costume conservator Cara Varnell is available upon request.
Bonhams-lot207   Bonhams-lot207b   


Lot 208: A Marilyn Monroe red saloon gown from River of No Return
US$ 300,000 - 500,000 - €280,000 - 470,000
Twentieth Century-Fox, 1954. 19th century style saloon gown with a red cotton bodice adorned with large black sequins in a swirling pattern with black sequin trim along the neckline and each of the three shoulder straps, a black satin bustled skirt with matching red cotton trim with black sequins on either side of a high slit, and a yellow silk rose at the hip, bearing a label inscribed in black ink, "1-25-1-4413 A713-06 / M. Monroe"; and a matching pair of red cotton panties with red lace and green ribbon trim, bearing a label inscribed in black ink, "1-25-1-4413 A713-06 / M. Monroe" and a Fox cleaning tag. Monroe wears this dress while singing "One Silver Dollar" in the saloon.
Provenance: Purchased by Debbie Reynolds from Fox in 1971; Butterfield & Butterfield, Entertainment Memorabilia, March 14, 2000, lot 5843.
River of No Return stars Monroe as Kay Weston, a singer in a mining tent city in the Northwestern United States. Matt Calder (Robert Mitchum) arrives there in search of his son Mark and meets Kay, who has been looking after the child. Kay and her fiancé (Rory Calhoun) later set off on a rafting trip to Council City, and Matt rescues them after they run into trouble on the river. River of No Return was directed by Otto Preminger and shot on location in national parks in Canada to take advantage of the beautiful appearance of the landscapes on CinemaScope.
Monroe wears this dress in her first scene of the film. As Robert Mitchum enters the tent and walks around the stage, watching Monroe sing and strum a guitar, neither he nor the audience can take his eyes off of her. The image of Monroe in the dress also appears on the original one sheet poster and features prominently in the other promotional material surrounding the film.
A report by leading costume conservator Cara Varnell is available upon request.
Bonhams-lot208 
Bonhams-lot208b 


Lot 209: Gentlemen Prefer Blondes
US$ 1,000 - 1,500 - €940 - 1,400
Twentieth Century-Fox, 1953. Three sheet poster, linen-backed. A vibrant poster with outstanding portraits of stars Marilyn Monroe and Jane Russell.
41 x 81 in.
Bonhams-lot209  


Lot 213: An original title for River of No Return
US$ 1,200 - 1,400 - €1,100 - 1,300
Twentieth Century-Fox, 1954. Carved wood, reading "River of / No Return." Created by Pacific Title for the film's opening credits but not used. River of No Return, a Western set in the Pacific Northwest in the 19th century, was directed by Otto Preminger and starred Marilyn Monroe and Robert Mitchum.
36 x 14 3/4 in.
Bonhams-lot213  


Lot 214: A Bert Stern photograph of Marilyn Monroe
US$ 1,000 - 1,500 - €940 - 1,400
C-print signed ("Bert Stern") in green ink at lower right, and numbered 27/250. New York: Sherwood Atelier, 1978. Celebrity photographer Bert Stern is intimately linked with Monroe by the 2,500 photographs he took of her for Vogue less than two months before her untimely death. Stern later compiled those photographs for his book The Last Sitting, and this photograph was printed as part of a portfolio of ten prints in 1978. This sultry close-up of Monroe is a classic example of her vamping for Stern's camera.
Sheet: 20 x 24 in.; image: 19 7/8 x 19 7/8 in.
Bonhams-lot214 


Lot 215: A Marilyn Monroe signed U.S. Dept. of Defense identification card
US$ 10,000 - 15,000 - €9,400 - 14,000
Card serial no. 129279, undated, signed ("Norma Jeane DiMaggio"), inscribed under the signature by the military policeman who issued the ID, with "VOID" across the body of the document. On the verso of the card, Monroe has stamped her fingerprints in black ink. Accompanied by a press photograph of Monroe visiting the Tokyo Army Hospital on February 5, 1954.
This is the file copy of the ID card issued to Marilyn Monroe during her famous visit to entertain the American soldiers in Korea. Monroe had just married Joe DiMaggio on January 14 of that year, and they traveled to Japan for their honeymoon. She received this ID card from the US Army Provost Marshall's Office in Tokyo before flying to Korea. Monroe performed in ten shows over four days before a total audience of 100,000 soldiers.
In 2008, Bonhams sold Monroe's copy of this ID card, with the date February 8, 1954, the preceding serial number of 128278 and an identical inscription from the MP on duty, for $57,000.
Provenance: Accompanied by a notarized letter of provenance from the consignor, describing how he purchased the ID card from the estate of one of the military policemen on duty that day.
3 5/8 x 2 3/8 in.
Bonhams-lot215  Bonhams-lot215b Bonhams-lot215c 


Lot 218: A revised final screenplay of Let's Make Love
US$ 500 - 700 - €470 - 650
Twentieth Century-Fox, 1960. Mimeographed manuscript, revised final screenplay by Norman Krasna, 162 pp, December 20, 1959 (with revision pages as late as January 11, 1960), bound in brads in yellow Twentieth Century-Fox wrappers printed "Revised Shooting Final," with some notations in pencil to upper cover.
George Cukor's Let's Make Love was Marilyn Monroe's penultimate completed film role. Yves Montand stars as a man impersonating an actor impersonating himself in a play costarring actress Amanda Dell (Monroe). The finished film runs 119 minutes, which indicates that various scenes were probably deleted from this lengthy script. Monroe's then-husband Arthur Miller and Hal Kanter also contributed to the screenplay.
Bonhams-lot218 


Lot 219: A large collection of rare contact sheets of Marilyn Monroe in Let's Make Love
US$ 50,000 - 80,000 - €47,000 - 75,000
Twentieth Century-Fox, 1960. 134 contact sheets, in two sets bound at tops in clasps (one set totaling one-hundred and twenty-one sheets; the other, thirteen), each with twenty (though sometimes less) 2 3/4 x 1 3/4 in. black and white photographs, "Approved Set" inscribed on first sheet of smaller set in permanent marker, Advertising Code Administration "Approved" and "Disapproved" stamps on versos with dates in green and red ink, housed in a Kodak Photographic Paper box inscribed, "Monroe / Somethings [sic] Got to Give" (though the photographs are from Let's Make Love).
Taken throughout the production of Marilyn Monroe's penultimate film, there are approximately 2,700 individual black and white images in this collection. Monroe is pictured in almost every shot, though her costars Yves Montand, Tony Randall, Gene Kelly, Bing Crosby, and others are also prominently featured, as is director George Cukor. Most of the photographs were taken during filming, but there are also many candid, behind-the-scenes images. Monroe herself went through the contact sheets and crossed out dozens of images she didn't like, using a thick black or red ink pen, and sometimes crossing herself out so thoroughly that she couldn't be seen at all. Thankfully, she left hundreds of shots untouched.
11 x 14 in.

Bonhams-lot219
Bonhams-lot219b 

29 septembre 2013

10/12/1949 Tournage d'Asphalt Jungle

Le 10 décembre 1949, Marilyn Monroe tourne une scène du film "Quand la ville dort".
On December, 10, 1949, Marilyn Monroe shooting a scene of the film "The Asphalt Jungle".

film_ap_tournage_10decembre1949  MONROE__MARILYN_-_1949_ASPHALT_JUNGLE156 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 juillet 2012

Le Nouvel Observateur 12/07/2012

lenouvelobs_12juillet_num2488Le magazine français Le Nouvel Observateur n°2488, paru le 12 juillet 2012 consacre un article de 5 pages à Marilyn Monroe (chapitre 1, par François Forestier).
 prix: 3,50  

lenouvelobs_12juillet_num2488_som 
lenouvelobs_12juillet_num2488_p1 lenouvelobs_12juillet_num2488_p2 
lenouvelobs_12juillet_num2488_p3 lenouvelobs_12juillet_num2488_p4 lenouvelobs_12juillet_num2488_p5


Chapitre 1 : Une bimbo nommée désir 
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com

lenouvelobs_12juillet_pic 

Avec « Quand la ville dort », de John Huston (1950), Marilyn Monroe, dont on célèbre le 50e anniversaire de la mort, faisait ses vrais débuts au cinéma…

Marilyn, lovée sur un canapé, se déplie, se déploie, se lève, s'étire voluptueusement et s'avance, dans un clair-obscur suggestif. Féline et innocente, gamine et dangereuse, elle demande : « C'est quoi, l'idée, de me regarder comme ça, oncle Lon ? » L'idée ? Elle est évidente sur le visage du bon tonton, nettement plus âgé que sa pensionnaire. Il l'embrasse, lui souhaite bonne nuit, et elle s'en va, ondulante, ravie et lasse d'être une fille entretenue. Elle sort du salon, du cadre, et, bientôt, de la vie de l'oncle Lon. Elle entre dans la légende. La scène dure soixante-quinze secondes.

Dans « Quand la ville dort », justement, personne ne dort. Les truands complotent, la police patauge, la cité bouillonne, les filles allument les clients et Marilyn danse devant un juke-box, tandis qu'un homme va mourir dans un pré en regardant un cheval bai. Le film est inoubliable. John Huston, le réalisateur, s'en souvenait avec malice, trente-quatre ans plus tard : « Je n'étais pas convaincu par Marilyn, au début… Elle me paraissait… trop… trop… » Evidemment : elle était venue pour le casting en robe décolletée, moulante, vêtue comme une houri, persuadée d'arracher le rôle par sa seule sensualité.

Las ! C'était mal connaître Huston, ex-boxeur, bagarreur, buveur, joueur, dur à cuire, tombeur, grande gueule, amateur de chevaux et de cigares. Les effets de hanches lui déplaisaient. Les vues plongeantes sur la « gorge de la vallée » le laissaient indifférent. Il aimait les Irlandaises, les filles avec du répondant, pas les vahinés. Il regarda la bimbo, et chercha ailleurs. L'un des financiers du studio, plus sensible au charme des blondes, le convainquit de prendre Marilyn, faute de quoi il ferait saisir les pur-sang de Huston, pour dettes impayées. Deux minutes plus tard, le cinéaste acceptait Marilyn. « Je ne l'ai pas regretté », disait-il, une tequila ananas à la main, dans sa maison de Mismaloya, non loin de Puerto Vallarta, au Mexique, en regardant la mer. « C'était une présence exceptionnelle… brillante sur l'écran. » Puis, en agitant les glaçons dans son verre : « Mais c'était une pauvre fille, oui, une pauvre fille. »

Pauvre fille, certes. Née dans une famille folle, élevée dans des foyers d'accueil, tripotée par des pères de substitution, violée par les mêmes, Norma Jeane Mortenson se souvenait d'une enfance passée à fuir les mains des hommes, et d'une photo de Clark Gable, son papa de rêve, son idole lointaine. Elle avait traversé une partie de la guerre à travailler dans une usine de parachutes, vêtue d'une salopette dont la seule qualité était d'« agir comme une cape rouge devant le taureau ». Traduisez : la salopette mettait le feu aux joues des ouvriers de l'usine Radioplane Munitions. Elle aurait pu mettre le feu aux poudres.

C'est Ben Lyon, l'acteur de « Hell's Angels », le film de Howard Hughes, qui la repéra, lui trouva un nom, et lui présenta le milliardaire cinglé. Celui-ci, passionné par le volume mammaire de ses protégées - il fut l'inventeur du soutien-gorge de Jane Russell, qui n'en avait nul besoin - prit la petite blonde en belle amitié. Puis l'oublia très vite. Pour trouver son indépendance, Marilyn, en chemin, s'était mariée. Avec simplicité, elle était devenue l'épouse du fils d'une voisine, Jim Dougherty, lequel ne tarda guère à partir en mer, pour se battre contre les Japonais. Seule - pas pour longtemps -, Marilyn passa des soirées à écouter les chansons de Frank Sinatra : « For Me and My Gal », « Black Magic », « Night and Day ». Son père avait pris la poudre d'escampette. Sa mère était internée, après de multiples tentatives de suicide. Norma Jeane ne savait rien faire, sinon créer le désir des hommes. Elle devint Marilyn, qui, elle, sut prendre la lumière comme personne.

Regardez les photos : cet éclat, cette peau, ce visage… Le malheur caché qu'on lit dans les yeux, le sourire mélancolique qui dit : « Aimez-moi », le nez mutin, le corps fabriqué pour le plaisir… Jamais, dans l'histoire du cinéma, il n'y eut ce mélange explosif, à haute combustion : l'innocence et la volupté, la promesse de la débauche et l'assurance de la pureté. Chaque homme, devant Marilyn, se sent obligé de la protéger. Chaque femme, face à elle, se sent contrainte de la dorloter. Quand Marilyn bat des cils, le coeur des durs s'agrandit. Quand elle se penche pour rattacher un bas, ce n'est plus le coeur qui est en extrasystole. Elle est un rêve d'érotisme, une promesse de douceur. Il y a de la magie chez cette femme, une sorte de rayonnement que seule la caméra capte. Dans la vie, elle est simplement jolie. A l'écran ou en photo, elle est sublime. Toute l'image est aspirée par elle, chaque pixel est contaminé par l'effet Marilyn. Elle éclipse ses partenaires, éteint la statue de la Liberté, mange la pellicule. Elle suscite le désir et la pitié, cocktail fissile. Marilyn, c'est la blonde atomique du cinéma.

L'année qui a précédé le tournage de « Quand la ville dort », elle a posé nue pour le photographe Tom Kelley accessoirement membre du jury de Miss Univers. Pour 50 dollars, elle a offert son corps, allongée de trois quarts, et fait rêver tous les camionneurs. Puis elle a joué dans un film mou des Marx Brothers, « La Pêche au trésor », titre qui décrit exactement l'ambition de sa vie. Ben Lyon, le recruteur de Howard Hughes, l'a envoyée rencontrer les patrons des studios : il lui a fait une lettre de recommandation. Un peu étonnée, Marilyn a vu les producers lire le petit mot, contourner le bureau, défaire leur braguette. Sans discuter, elle a joué un air de flûte enchantée, à chaque fois. Plus tard, on apprendra que la lettre était succinte : « Cette fille fait des pipes du tonnerre. » Abusée, comme d'habitude. Hollywood, a-t-elle compris, est une machine à broyer. Puis elle a été prise en main par un petit imprésario, Johnny Hyde. Celui-ci fut son ange gardien, son directeur de conscience, son gentil organisateur. Il était minuscule, marié, père de famille, et malade du coeur. De son vrai nom Ivan Haidabura, ce mini-Russe avait trente et un ans de plus qu'elle ; elle avait vingt centimètres de plus que lui.

Il lui fit refaire le nez, le menton, les seins, les dents et insista pour qu'elle lise Proust. Il voulut l'épouser. Elle refusa. Johnny Hyde lui obtint le rôle de Miss Caswell, une intrigante, dans « Eve », beau film de Mankiewicz. Le réalisateur utilisa Marilyn, ne vit en elle qu'une lorette écervelée, et, l'apercevant sur le plateau avec « Lettres à un jeune poète » de Rilke, il se borna à sourire, un peu apitoyé. Comme le dit avec une pointe de sarcasme George Sanders, l'acteur principal d'« Eve » : « En la présence de Marilyn, il était difficile de se concentrer. » Puis, plus tard, il constata qu'« elle n'était pas une solitaire. Elle était juste « seule" ». Mankiewicz la qualifia de « diplômée de l'école de théâtre de Copacabana », quelque chose comme « licenciée de l'université de Pigalle », disons. Ce n'était pas mal trouvé. Ses amis du cours de théâtre (le vrai) admiraient son port du blue-jean. Marilyn, en attendant des rôles plus consistants, s'installa chez sa répétitrice, Natasha Lytess, une grande asperge autoritaire. Elle vint, accompagnée de son chihuahua qui s'oubliait partout. Les visiteurs marchaient dans les merdes. Marilyn n'y voyait aucun inconvénient. On était à Hollywood.

Marilyn se mit en quête d'un rôle. Johnny Hyde vint à mourir, désolé de ne rien léguer à cette fille si gentille, si… tentante. Son coeur russe céda, c'était dans la logique des choses. Il lui avait dit : « Si je meurs, tiens-moi danstesbras, et je revivrai. » Elle le fit, une demi-heure durant. Mais Johnny Hyde était bien parti, il ne revint pas. Les témoins de cet enlacement avec un cadavre pensèrent que la fille était folle. La famille mit une interdiction absolue à la présence de Marilyn aux funérailles. Celle-ci s'acheta une petite robe noire, et avala des pilules roses, blanches, bleues. Natasha Lytess consola la jeune actrice 24 ans - et corrigea son articulation. « La moindre remarque, c'était comme un coup de couteau, pour elle. Elle avait l'impression qu'on lui faisait des reproches terribles. »

Marilyn passa dans des films sans importance, et fit une publicité pour Royal Triton Gasoline, la pompe à essence en main. Un acteur débutant, joli garçon, fils d'une fausse lady folle à lier - laquelle avait été inséminée par son docteur avec une cuillère à confiture - et d'un gentleman anglais qui s'était suicidé, écrasé par la harpie, la séduisit. Il se nommait Peter Lawford, il était courtois et drôle, un peu fade, mais tellement charmant ! Marilyn l'invita dans sa chambre, Lawford posa le pied dans une crotte de chien et tourna les talons. Il allait devenir le beau-frère de John Fitzgerald Kennedy, et servir de rabatteur au président des Etats-Unis. Pour Marilyn, ce fut un rôle grandiose : favorite du roi.

Un peu déboussolée au début des années 1950, Marilyn rencontra Pat De Cicco, avocat véreux, maquereau, ami de Howard Hughes et mafieux probable. Il la casa dans l'écurie de Joseph Schenck, producteur au visage sévère d'empereur romain, né en Russie, beau-frère de Buster Keaton. Schenck était en business avec les gangsters de Hollywood et avait été condamné à un an de prison pour avoir détourné de l'argent et soudoyé un syndicat. Président des Artistes Associés, il était véreux, oui, mais qui ne l'était pas ? Il intégra Marilyn dans son harem tarifé. Elle servait des boissons fraîches aux invités, leur tenait compagnie quand ils jouaient aux cartes, et les accompagnait dans leur lit. Elia Kazan, de passage, en profita, puis la plaignit. C'était bien dans sa manière de faux-cul.

Il partit tourner « Viva Zapata ! », son récit quasiment autobiographique. Kazan se voyait comme le personnage de la fin, entouré d'ennemis, incompris, tiré à vue - il ne tarda pas à se couler dans le rôle de victime hautaine, en se transformant en abjecte balance devant la Commission des Activités anti-américaines. En attendant, dès que sa femme fut partie du plateau, il fit venir Marilyn, son petit « dessert ». Elle resta au bord du Rio Grande quelques jours, coucha avec Marlon Brando, et repartit. Kazan travaillait alors sur un sujet noir, la corruption sur les quais. Son scénariste, Arthur Miller, remarqua Marilyn. Il écrivit plus tard : « Il émanait d'elle quelque chose comme de la douleur. » Sur le moment, il l'évita, redoutant sa « voracité infantile ». Elle illuminait, dit-il, « une vaste plaine de ténèbres ». Il allait l'épouser, bien plus tard.

« Quand la ville dort » sortit sur les écrans, et « Eve » aussi. La 20th Century Fox, dirigée par l'arrogant Darryl Zanuck, prit Marilyn sous contrat. Zanuck la testa dans son bureau. Juste avant, Marilyn tenta de voir celui qu'elle croyait être son vrai père, devenu fermier. Marié, père de famille, il refusa de la voir. Marilyn se mit à exister sous les projecteurs, redevenant Norma Jeane le soir. Belle le jour, souillon la nuit. Maquillée devant les photographes, malpropre chez elle. Actrice en attente d'un emploi, girl à vendre chez Joe Schenck. Trois ans après « Quand la ville dort », elle allait devenir star, et monter au firmament. Ce fut son bonheur et sa damnation. Marilyn, si belle, si fragile, si… Seule, absolument.


Marilyn : « Merci de m'aider à sauver ma vie »
le 16/07/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com 

lenouvelobs1

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star - mandaté par la famille Strasberg - nous offre des documents rares. Aujourd'hui, un poème sur les ponts.

En janvier 2009, lorsque je me rends à New York pour le premier rendez-vous avec les ayants droit de Marilyn Monroe, je m'attends à des bureaux ultramodernes, dans un building de la Skyline. Au lieu de quoi je me retrouve dans un bel appartement ancien de l'Upper West Side, tapissé de livres, photos et affiches, avec une magnifique vue sur Central Park. C'est ici qu'a vécu Lee Strasberg, le mythique fondateur de l'Actors Studio, et Marilyn y passa de nombreuses nuits, à essayer d'écraser ses angoisses, comme des mégots, dans un verre de champagne ou d'eau. Je suis en retard de vingt minutes, le trafic pour venir de Greenwich Village, et un peu de désinvolture française sans doute. Stanley Buchthal, qui a fixé la rencontre, est furieux sous son masque aimable. Anna Strasberg, elle, m'accueille avec beaucoup de chaleur.

La conversation démarre et bientôt elle raconte une anecdote en me regardant droit dans les yeux : quand Marilyn avait demandé à Lee Strasberg de pouvoir travailler avec lui, en cours privés, il lui avait d'abord répondu négativement, sous le prétexte qu'elle était toujours en retard, et comme elle lui avouait son incapacité absolue à être à l'heure, il lui donna le simple conseil d'arriver… en avance. A bon entendeur.

Au deuxième rendez-vous, je suis donc arrivé vingt minutes trop tôt pour déposer en signe annonciateur un grand bouquet de pivoines - qui allaient se révéler être les fleurs préférées d'Anna Strasberg. La confiance était établie.

Lors de la rencontre initiale, je n'avais vu, rapidement, que quatre ou cinq documents, extraits de chemises en plastique contenues dans un épais classeur. Et le premier texte que j'ai eu sous les yeux, c'était le poème sur les ponts. A vrai dire, je me disais qu'on allait me montrer des écrits sans intérêt, ou sans autre intérêt que celui d'être de la main de Marilyn. Mais devant ce petit poème en prose, avec ses ratures, avec sa profondeur et son balancement, j'ai tout de suite eu la conviction qu'il s'agissait de tout autre chose, et que j'allais découvrir un véritable trésor : une exploration des gouffres, une tension extrême vers la vérité et la sincérité, un enregistrement « en direct » des secousses d'une âme.

Le pont est un thème important dans la littérature américaine, comme un emblème de la capacité à relier les deux rives d'un fleuve, ou peut-être, fantasmatiquement, les deux côtes d'un continent. Quelques uns sont mythiques, dont le Brooklyn Bridge, que Marilyn emprunta souvent dans les premiers temps de sa nouvelle vie à Manhattan, pour aller dans les hauteurs de Brooklyn où vivait notamment Norman Rosten, un poète talentueux devenu bien vite un ami proche et qui allait beaucoup l'encourager dans l'écriture (elle lui avait soumis quelques feuillets), et où elle allait ensuite développer son idylle avec Arthur Miller.

Il y a ici d'emblée une aspiration à la mort, au suicide, et la tentation d'aller sur un grand pont majestueux pour escalader le parapet et se jeter à l'eau. Mais précisément, la beauté du célèbre pont l'arrête dans son élan, et réflexion faite elle se rend compte que chaque pont est beau à sa façon, peut-être dans cette capacité de liaison et d'union qui toute sa vie fit tant défaut à Marilyn.

Peut-être est-ce l'effet de la découverte, de la primeur, mais ce texte a toujours eu ma préférence entre tous ceux écrits par Marilyn. Il esquisse en quelques lignes tout un drame intérieur, des mouvements contradictoires, l'appel de la mort et le triomphe de l'instinct vital. On y retrouve Marilyn Monroe telle qu'en elle-même, à la fois radieuse et désespérée, impulsive et réfléchie, doutant de soi jusqu'à l'anéantissement et habitée par un formidable appétit de vie.

Le poème de Marilyn :

« Oh comme j'aimerais être morte… »

Oh comme j'aimerais être morte - absolument non existante partie loin d'ici - de partout mais comment le ferais-je Il y a toujours des ponts - le pont de Brooklyn Mais j'aime ce pont (de là tout est si beau et l'air est si pur) lorsqu'on y marche cela semble paisible même avec toutes ces voitures qui vont comme des folles en dessous. Donc il faudrait que ce soit un autre pont un pont moche et sans vue sauf que j'aime chaque pont en particulier - il y a quelque chose en eux et d'ailleurs je n'ai jamais vu un pont moche

(traduction de Tiphaine Samoyault)

14 décembre 2011

Wallpaper Profil de Marilyn

wp_Marilyn_Monroe_Wallpaper_150 

  > du site hdwallpapersdesktop

Posté par ginieland à 14:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


26 février 2011

Mon Film Quand la ville dort

mag_Monfilm2452_5_1951rectoLe magazine de films romancés Mon Film n°245 paru le 2 mai 1951, avec en couverture Jeane Hagen, consacre son numéro au film Quand la ville dort.

mag_Monfilm2452_5_1951page3 mag_Monfilm2452_5_1951page4 mag_Monfilm2452_5_1951page5 mag_Monfilm2452_5_1951page6 mag_Monfilm2452_5_1951page7 mag_Monfilm2452_5_1951page10 mag_Monfilm2452_5_1951page11mag_Monfilm2452_5_1951page12 mag_Monfilm2452_5_1951page13 mag_Monfilm2452_5_1951page14

Posté par ginieland à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2010

1950 Marilyn en robe noire par Bob Beerman

Poses en studio de Marilyn Monroe en 1950
Photographies de
Bob Beerman

ph_BobBeerman_1950 ph_bob_5587582 ph_BobBeerman_1950_3

Marilyn porte la robe en velours du film The Asphalt Jungle
photographiée ici chez
Johnny Hyde
img916 ph_edclar_tk218675_large 1950_Marilyn_00710_020_byEdClark_1
 1950_Marilyn_00710_010_byEdClark_1  1950-50  1950_Marilyn_00720_010_byEdClark_1

Posté par ginieland à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2008

Fiche du film The Asphalt Jungle

>> Sur le web:
- fiche sur imdb (en anglais)
- tout sur le film sur allociné (en français)
- infos sur le film sur le wikipedia français
- infos sur le film sur cinemovies (en français)
- infos et analyse du film sur filmsite (en anglais)
- critique du film sur TheNewYorkTimes (en anglais)
- infos, critique et photos du film sur DarkCity (en français)
- infos, photos et critique sur filmsdefrance (en anglais)
- - analyse du film & captures sur FilmTrip (en anglais)
- analyse du DVD & captures sur Dvdrama (en français)
- petite analyse du DVD sur DvdCritiques (en français)

Posté par ginieland à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les Affiches de The Asphalt Jungle

Quand la ville dort 
 Les Affiches  

film_asphalt_jungle_aff_MPW_22967

Les Affiches Ciné & Cartes lobby, dvd & vhs
à travers le monde

film_asphalt_jungle_aff_usa_01_1 film_asphalt_jungle_aff_usa_02_1
1950_AsphaltJungle_Affiche_USA_040 film_AsphaltJungle2 
film_asphalt_jungle_aff_usa_03_1 1950_AsphaltJungle_Affiche_USA_020wb 1950_AsphaltJungle_Affiche_USA_021 1950_AsphaltJungle_Affiche_USA_030 film_asphalt_jungle_aff_usa_04_1
film_asphalt_jungle_aff_usa_lobby_1 film_asphalt_jungle_aff_usa_lobby_2 film-ap-aff-1 
1950_AsphaltJungle_Affiche_USA_050
film_asphalt_jungle_aff_usa_05_1 film_asphalt_jungle_aff_usa_05_2 film_asphalt_jungle_aff_usa_05_3 film_asphalt_jungle_aff_dvd_1_1
film_asphalt_jungle_aff_fr_01 film_asphalt_jungle_aff_fr_02 film_asphalt_jungle_aff_allemagne_01 film_asphalt_jungle_aff_italie_01
film_asphalt_jungle_aff_espagne_1 film_asphalt_jungle_aff_espagne_2 film_asphalt_jungle_aff_espagne_3 film_ap_aff_2aj83

>> Source web: de superbes affiches sur metropoliglobal

Posté par ginieland à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

video bande annonce The Asphalt Jungle

The Asphalt jungle
Vidéo Bande Annonce

Bande annonce américaine du film The Asphalt Jungle


Posté par ginieland à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,