24 janvier 2013

Gif Creation (10) - The Misfits Doll

art_gif_mm

Posté par ginieland à 12:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2013

Gif The Misfits (4) - by car

gif_misfits_car 

Posté par ginieland à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 novembre 2012

Profiles in History 15/12/2012: documents et objets

Profiles in History: Documents et Photos inédites aux enchères
profilesinhistory_catalogue_coverPartie 1/ Vente aux enchères organisée par Profiles in History. Le site de vente aux enchères ArtFact propose de nombreux lots aux enchères concernant Marilyn Monroe. On y retrouve des objets divers à l'effigie de la star (puzzle, tableaux...), des documents écrits (lettres, chèques, autographes signés par Marilyn), et des photographies, dont certaines totalement inédites; les lots sont présentés sur le site jusqu'au 29 novembre 2012 et la vente s'effectuera les 15 et 16 décembre 2012. Voici les lots sur les documents papiers et les divers objets:

> Documents écrits <

> Autographe (lot 119) 
"To Kirk, Best Luck Always, Marilyn Monroe
Le photographe Kirk Crivello a obtenu cette photo signée en rencontrant Marilyn au Mocambo nighclub de Hollywood en 1951.
lot119_H3882_L40408943

> Autographe (lot 417) 
"To Teddy, From all I hear you sound - nice! Marilyn Monroe"
lot417_H3257_L40281864  

> Lettre 2 pages de Marilyn à Norman Rosten (lot 189)
non datée (circa 1954-55)
 lot189_H3257_L40185531  mm_letter_to_rosten-waldorf2 

Marilyn Monroe écrit à son ami proche à propos de sa dépressione et son désir d'avoir un enfant (et seulement un garçon plutôt qu'une fille, tel un désir "freudien"):
Dear Norman, It feels a little funny to be writing the name Norman since my own name is Norma and it feels like I’m writing my own name almost, However--
First, thanks for letting Sam and me visit you and Hedda last Saturday.  It was nice.  I enjoyed meeting your wife - she seemed so warm to me. Thanks the most for your book of poetry--with which I spent all Sunday morning in bed with. It touched me - I use to think if I had ever had a child I would have wanted only a son, but after reading  - Songs for Patricia - I know I would have loved a little girl just as much but maybe the former feeling was only Freudian for something...anyway Frued [sic]
I use to write poetry sometimes but usually I was very depressed at those times and the few (about two) people said that it depressed them, in fact one cried but it was an old friend I’d known for years.  So anyway thanks. And my best to Hedda & Patricia and you--  Marilyn M.”

> Lettre 3 pages de DiMaggio à Marilyn (lot 292)
du 15 juillet 1952
lot292_H3257_L40183716 lot292_H3257_L40183717 

Dear Marilyn, I just got through talking with you--and I don’t know what else to say than I have already said. However, it bothers me (call it guilt or what have you) to think about what happened the day I left for New York. I definately [sic] am punishing myself. I have always felt that I’ve been able to ‘take’ it, but in this particular instance, I find myself rather cold. It annoys me no end to think that I have ‘bit’ your feelings: you of all people, would be the last one I’d hurt! It has never been my nature to do that to anyone, and I’m certainly not going to start now. I’d rather take an ‘airship’--bow out gracefully is what I mean--rather than give you any misieres [sic; i.e., plural of misery], and please don’t get the idea I am saying these things because I want things to change -on the contrary, I have among other things great respect for you. For the time that I know you--you have done nothing but good--for me and some of your acquaintances--you have done nothing but take the worse of things when other people are involved in rough spots, and in our mild mannered way, people have taken advantage of you. I know all these things about you, and a lot more. I guess I could also mention how much you try, in everything that you do. Especially when you were here and went shopping just to please me. So you see Marilyn, I appreciate you as a real, solid, human soul, with tremendous inner feelings.
What you have already read has been put mildly and very brief.
I am handing you the ‘deck’ of cards now--you schuffle [sic] them and deal; all I ask is you forgive me. Love Joe.

> Chèque de $138.25 à City Collector (lot 75)
du 14 octobre 1959
lot75_H3331_L39990712  

> Chèque de $14.25 à Colonial Trust Company (lot 76)
du 28 octobre 1960
lot76_H3331_L39990711 

> Autographe Dimaggio & Marilyn (lot 1240)
de 1954
"Best wishes, Joe DiMaggio" / "Love & Kisses, Marilyn Monroe
lot1240_H4129_L40420483 

> Photos d'école signée par Norma Jeane (lot 1241)
de 1941 Ralph Waldo Emerson Junior High School
"To a swell, nice & perfect girl[?], Norma Jeane Baker."
lot1241_H4129_L40420471 lot1241_H4129_L40420473 
lot1241_H4129_L40420475

> Script 'The Misfits' de Clark Gable (lot 329)
Gable a donné son scrpt à Arthur Rosson le dernier jour de tournage
lot329_H3257_L40281685
 lot329_H3257_L40281686


> Objets divers <

> Caméra 'Mitchell BNC #206' pour The Misfits (lot 418) 
(Seven Arts Prod., 1961)
This Mitchell BNC #206 was used as the principal first unit camera on Marilyn Monroe's final completed film The Misfits.

lot418_H3257_L40281871lot418_H3257_L40281877lot418_H3257_L40281876
lot418_H3257_L40281872
lot418_H3257_L40281873lot418_H3257_L40281874

29 novembre 2012

Profiles in History 15/12/2012: photos

Profiles in History: Documents et Photos inédites aux enchères
profilesinhistory_catalogue_coverPartie 2/
Vente aux enchères organisée par Profiles in History.
Le site de vente aux enchères ArtFact propose de nombreux lots aux enchères concernant Marilyn Monroe. On y retrouve des obejts divers à l'effigie de la star (puzzle, tableaux...), des documents écrits (lettres, chèques, autographes signés par Marilyn), et surtout, des photographies, dont certaines totalement inédites; les lots sont présentés sur le site jusqu'au 29 novembre 2012 et la vente s'effectuera les 15 et 16 décembre 2012. Sur le site, faîtes une simple recherche "marilyn monroe" pour découvrir ces merveilleux lots que je vous propose ci-dessous:

> Photographies < 

> Photo "Distortion" de Weegee (lot 236)
lot236_H0132_L40260368 

> par Sam Shaw (lot 237):
lot237_H0132_L40260369 

> par Andre De Dienes (lots 238, 132, 133):
lot238_H0132_L40260370 lot132_H3257_L40281252 lot132_H3257_L40281253
lot133_H3257_L40281248 lot133_H3257_L40281250 

> par Allan Grant (lot 292):
lot292_H0132_L40260427

> par Bert Stern (lots 348, 349, 874, 878):
lot348_H0132_L40260502 lot349_H0132_L40260503
lot349_H0132_L40260504 lot874_H2610_L40210156 lot878_H2610_L40210147 

> par George S. Zimbel (lot 1235):
lot1235_H0587_L40221578 

> par Jean Howard (lots 112, 136, 137, 138, 139, 140):
lot112_H3257_L40282206 lot136_H3257_L40281265 lot137_H3257_L40281264 
lot138_H3257_L40281277 lot139_H3257_L40281276 lot140_H3257_L40281212

> par John Florea (lot 144, 147, 148, 150, 151, 152, 153,
154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165):
lot144_H3257_L40281187 lot144_H3257_L40281188 lot144_H3257_L40281191 
lot144_H3257_L40281189 lot144_H3257_L40281190
lot144_H3257_L40281193 lot144_H3257_L40281194
lot145_H3257_L40281197 lot145_H3257_L40281198 lot153_H3257_L40282318
lot145_H3257_L40281199 lot145_H3257_L40281201 lot152_H3257_L40282320 
lot149_H3257_L40281246 lot148_H3257_L40281237 lot144_H3257_L40281196
lot147_H3257_L40281181 lot148_H3257_L40281236
 lot150_H3257_L40282311 lot150_H3257_L40282312
lot150_H3257_L40282313 lot150_H3257_L40282314
lot151_H3257_L40282307 lot151_H3257_L40282308
lot151_H3257_L40282309 lot151_H3257_L40282310
lot152_H3257_L40282322 lot152_H3257_L40282323 lot153_H3257_L40282316 
lot152_H3257_L40282319 lot153_H3257_L40282317 lot154_H3257_L40282331 
lot154_H3257_L40282328 lot156_H3257_L40282338
lot154_H3257_L40282329 lot154_H3257_L40282330
lot155_H3257_L40282325 lot155_H3257_L40282326 lot155_H3257_L40282327
lot156_H3257_L40282337 lot156_H3257_L40282339 
lot157_H3257_L40282332 lot157_H3257_L40282333 lot157_H3257_L40282334 
lot157_H3257_L40282335 lot158_H3257_L40282349 lot158_H3257_L40282351
lot157_H3257_L40282336 lot159_H3257_L40282340 
lot159_H3257_L40282341 lot159_H3257_L40282342 lot159_H3257_L40282343
lot158_H3257_L40282346 lot158_H3257_L40282347 lot158_H3257_L40282345

lot160_H3257_L40282030 lot160_H3257_L40282031
lot160_H3257_L40282032 lot160_H3257_L40282033 lot161_H3257_L40282037
lot161_H3257_L40282034 lot161_H3257_L40282035 lot161_H3257_L40282036
lot162_H3257_L40282038 lot162_H3257_L40282039 
lot162_H3257_L40282040 lot162_H3257_L40282042
lot163_H3257_L40282043 lot163_H3257_L40282044 lot163_H3257_L40282045
lot164_H3257_L40282014 lot164_H3257_L40282016
lot165_H3257_L40282017 lot165_H3257_L40282019

> par Ed Cronenweth (lot 149):
lot149_H3257_L40281245

> Diverses photos (lot 147, 412, 413, 414, 877):
lot147_H3257_L40281183 
lot412_H3257_L40281868 lot413_H3257_L40281869 lot413_H3257_L40281870 
lot414_H3257_L40281858 lot414_H3257_L40281859 lot414_H3257_L40281860
lot877_H2610_L40210154

> Divers films (lots 45, 134, 135, 141, 148, 416):
lot45_H3331_L39991046 lot134_H3257_L40281272 lot134_H3257_L40281273 
lot134_H3257_L40281274 lot134_H3257_L40281275 lot416_H3257_L40281863

lot135_H3257_L40281267 lot135_H3257_L40281268 lot135_H3257_L40281269

lot135_H3257_L40281270 lot141_H3257_L40281213 lot141_H3257_L40281214
lot141_H3257_L40281215 lot141_H3257_L40281216 lot141_H3257_L40281217 
lot141_H3257_L40281219 lot141_H3257_L40281220 lot141_H3257_L40281221
lot141_H3257_L40281222 lot141_H3257_L40281223 lot141_H3257_L40281224
lot141_H3257_L40281225 lot141_H3257_L40281227 lot141_H3257_L40281228
lot141_H3257_L40281229 lot141_H3257_L40281230 lot141_H3257_L40281231
lot141_H3257_L40281232 lot141_H3257_L40281233 lot141_H3257_L40281235
lot148_H3257_L40281239 lot148_H3257_L40281240 lot148_H3257_L40281244 
lot148_H3257_L40281241 lot148_H3257_L40281242 lot148_H3257_L40281243

31 octobre 2012

Gif The Misfits (3) - placard

Dans le placard de Roslyn: des photos de Marilyn !

gif_misf_placard

Posté par ginieland à 12:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2012

Julien's Auction 11/2012 - The Misfits

lot n°587: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
     A group of five negatives of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The five images in this lot show Monroe on the set with various cast and crew members, including one photograph with Arthur Miller. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches each
Estimate: $1 000 - $2 000
lot587 lot587a lot587b
lot587d lot587e lot587f
lot587c lot587g lot587h


lot n°588: MARILYN MONROE AND CLARK GABLE STILL
       A black and white photograph of Marilyn Monroe and Clark Gable on location during the filming of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). Stamped "Propiedad de Tito Franco" with production information on verso.
6 1/2 by 9 1/2 inches
Estimate: $200 - $300
lot588


lot n°589: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
     A group of four negatives of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The four images in this lot show Monroe on the set wearing a bathing suit and towel with her hairdresser and other crew. Together with a black and white photograph of Monroe on the set. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot589 lot589a lot589b
lot589c lot589d
lot589e lot589f


lot n°590: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
      A negative of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photograph offered here was taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The image in this lot shows Monroe seated on the ground with various cast and crew members behind her. Rights to this image will be transferred to the winning bidder.
Negative, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot590 lot590a


lot n°591: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
     A group of three negatives of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits, written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The three images in this lot show Monroe on horseback. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot591 lot591a lot591b
lot591c lot591d lot591e


lot n°592: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
     Two negatives of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The two images in this lot show Monroe wearing sunglasses on the set with various cast and crew members. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot592 lot592a lot592b


lot n°593: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
    A negative of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photograph offered here was taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The image in this lot shows Monroe seated among cameras on the set wearing jeans and cowboy boots. Rights to this image will be transferred to the winning bidder.
Negative, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot593 lot593a


lot n°594: MARILYN MONROE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
   Two negatives of Marilyn Monroe on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits , written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The two images in this lot show Monroe in a bikini walking on the sand and coming out of the water. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot594 lot594a lot594b


 lot n°595: MARILYN MONROE AND CLARK GABLE THE MISFITS NEGATIVES AND COPYRIGHT
   A group of 38 negatives of Marilyn Monroe, Clark Gable, and others on the set of The Misfits (United Artists/Seven Arts Productions, 1961). The Misfits, written by Monroe's then husband, Arthur Miller, was directed by John Huston and starred Monroe, Clark Gable, and Montgomery Clift. It was the final completed film appearance for both Gable and Monroe. The photographs offered here were taken on the Nevada set of the film by Thomas Kaminski. The images in this lot show Monroe, Gable, and other cast and crew on the set and filming various scenes, including one with horses. Together with five contact sheets of these images. Rights to these images will be transferred to the winning bidder.
Negatives, 2 1/4 by 2 1/4 inches
Estimate: $1 000 - $2 000
lot595 lot595a lot595b lot595c
lot595d lot595e lot595f lot595g
lot595h lot595i lot595j lot595k
lot595l lot595m lot595n lot595o
lot595p lot595q lot595r
lot595s lot595t
lot595u lot595v lot595w

27 août 2012

Novembre 1960 Portraits pour The Misfits

Les désaxés
Photos Promotionelles 

Après la fin du tournage des Misfits (10 jours supplémentaires avaient été prévus en studio, du 24 octobre au 4 novembre 1960), Marilyn Monroe fixa la date pour des prises de vues en studio avec Eve Arnold; la séance photos eut lieu à Los Angeles le week-end suivant le tournage de la dernière scène du film -soit le 5 ou 6 novembre 1960. Bien qu'une multitude de photos avaient été prises sur le tournage des Misfits, les producteurs avaient besoin de portraits en studio de Marilyn Monroe pour les couvertures de magazines qui les sollicitaient. La photographe Eve Arnold avait reçu la permission des studios d'utiliser leurs locaux, ainsi qu'un technicien éclairagiste pour l'aider. Le producteur avait envoyé une caisse de champagne et un kilo de caviar; et Eve Arnold avait apporté des fleurs et des disques de Sinatra.

Marilyn Monroe arriva une heure en retard (ce qui était plutôt un exploit, car ses retards étaient souvent bien plus longs).
Marilyn était venue accompagnée de sa 'bande': Agnès Flanagan (sa coiffeuse), Bunny Gardel (maquilleur corps), May Reis (sa secrétaire), Pat Newcomb (son attachée de presse), Shirlee Strahm (costumière), Rudy Kautsky (son chauffeur) et 'Whitey' Snyder (son maquilleur).
Pendant que Snyder finissait son maquillage, Marilyn jeta un regard sur tout ce qui avait été prévu pour lui faire plaisir (le champagne, la caviar, les fleurs...) et elle dit à Whitey: "Whitey, tu te souviens de notre première séance photo? Il n'y avait que toi et moi, mais nous étions à l'époque pleins d'espoirs."
On apporta à Marilyn les bouteilles de champagne, et tout le monde se joignit dans sa loge pour lui porter un toast. En regardant dans le miroir, Marilyn leva son verre de champagne.

ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_1 ph_arnold_loge_avec_agnes_flanagan_2

La mode était au 'jax slacks', des pantalons moulants avec une fermeture éclair dans le dos. Marilyn prenait plaisir à aller et venir dans sa loge avec la fermeture ouverte. Lorsque Eve Arnold s'apprêtait à photographier Marilyn de cette manière, son attachée de presse Pat Newcomb surgissait pour refermer la fermeture éclair puis elle repartait et Marilyn redescendait alors la fermeture et Pat revenait à nouveau. Cela dura un moment, sans que personne ne prononça de paroles.

ph_arnold_loge_010_1 ph_arnold_loge_020_1

La costumière Shirlee Strahm avait apporté des costumes du film The Misfits, mais aussi des vêtements personnels de Marilyn. Pour les photos, Marilyn pose avec un bikini à 300 Dollars et une combinaison à 700 Dollars, qu'elle porte tous les deux dans le film. 
Le corps de Marilyn a été entièrement maquillé. Le maquillage est long et fastidieux car le maquilleur ombre certaines parties du corps et met d'autres en lumière. Eve Arnold raconte que lorsque Marilyn sorta enfin de sa loge: "Tout était impeccable: les cheveux, le visage, le corps, les ongles des mains et des pieds. Son entourage applaudit."
Il avait fallu à Marilyn entre trois et quatre heures pour se préparer. Mais le travail photographique se fit ensuite rapidement.
Il y avait une bonne ambiance dans le studio et une bonne humeur faite de joie et de rire.

Avant de commencer la séance, Eve Arnold demanda à Marilyn: "A quoi aimerais-tu ressembler? Qu'aimerais-tu être ?",
et Marilyn de répondre: "La Vénus de Botticelli". 

> The Venus Sitting
ph_arnold_venus_010_1 
ph_arnold_venus_020_1 ph_arnold_venus_030_1 ph_arnold_venus_032_1
ph_arnold_venus_030_1b ph_arnold_venus_032_1a ph_arnold_venus_040_1
ph_arnold_venus_041_1 ph_arnold_venus_050_1 ph_arnold_venus_060_1 
ph_arnold_venus_050_1a ph_arnold_venus_051_1
ph_arnold_venus_060_1a 


> The Black Boa Sitting 
ph_arnold_boa_wb_010_1 ph_arnold_boa_wb_011_1 
ph_arnold_boa_wb_012_1 ph_arnold_boa_col_010_1


 > The Bed Sitting
ph_arnold_bed_col_010_1 ph_arnold_bed_col_011_1 ph_arnold_bed_col_012_1
ph_arnold_bed_col_010_1a ph_arnold_bed_wb_010_1a ph_arnold_bed_col_020_1 ph_arnold_bed_col_021_1
ph_arnold_bed_wb_020_1 ph_arnold_bed_wb_020_2  

I remember we laughed a lot, particularly at the end, when I found that although I had had a white paper cone built around us for greater privacy and concentration, the crew had cut eyeholes in the paper and had been watching us all afternoon, supporting her with approving eyes. She had, of course, seen them, and was performing for them, making love to my camera–or really making love to herself–but playing to her public. Being photographed was being caressed and appreciated in a very safe way. She had loved the day and kept repeating that these were the best circumstances under which she had ever worked.
– Eve Arnold, Marilyn Monroe: An Appreciation (Knopf, 1987)


   > The Chair Sitting (nude)
ph_arnold_chair_nude_col_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_010_1 ph_arnold_chair_nude_wb_011_1


> The Chair Sitting (gown)
ph_arnold_chair_gown_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_010_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_011_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_012_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_020_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_021_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_022_1a ph_arnold_chair_gown_mirror_030_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_031_1
 ph_arnold_chair_gown_mirror_040_1 
1960-eve_arnold_photo ph_arnold_chair_gown_mirror_041_1
ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1 ph_arnold_chair_gown_mirror_050_1a


> The Armchair Sitting
ph_arnold_gown_champagne_010_1 ph_arnold_gown_champagne_010_1a ph_arnold_gown_champagne_010_2
ph_arnold_gown_champagne_020_1
by_arnold ph_arnold_gown_champagne_040_1
ph_arnold_gown_010_1 ph_arnold_gown_010_2 ph_arnold_gown_011_1a
ph_arnold_gown_012_1 ph_arnold_gown_012_1a ph_arnold_gown_013_1
ph_arnold_gown_014_1 ph_arnold_gown_015_1 ph_arnold_gown_015_1a
ph_arnold_gown_020_1 ph_arnold_gown_021_1 1960_pub_misf ph_arnold_gown_022_1
ph_arnold_gown_021_1b ph_arnold_gown_023_1 ph_arnold_gown_024_1


>> couvertures de magazine 
ph_arnold_mag_sie_c4 ph_arnold_mag_thewestmag ph_arnold_mag_jours_de_france_1961_02_18_cover


>> source:
livre "Marilyn Monroe Eve Arnold", Ed. La Martinière

10 août 2012

Le Nouvel Observateur 9/08/2012

lenouvelobs_coverLe magazine français Le Nouvel Observateur n°2492, paru le 9 août 2012 consacre un article de 5 pages à Marilyn Monroe (chapitre 5, par François Forestier).
 prix: 3,50 

lenouvelobs_p1_2 lenouvelobs_p3_4 
lenouvelobs_p5 


Chapitre 5 : le dernier film de Marilyn
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com  

lenouvelobs_chap5
 Le tournage des « Misfists » s'achève dans l'amertume. Le 16 novembre, Gable meurt d'une crise cardiaque. Pour tous, c'est Marilyn qui est coupable… © DR  

Avec « The Misfits », de John Huston (1961), Marilyn Monroe quitte le cinéma et entre dans la folie.

Marilyn est déchaînée. Une haine noire sourd d'elle. Elle humilie constamment son mari. Elle lui fait porter son café. Elle refuse d'apprendre ses répliques. Elle demande qu'il récrive le scénario. Elle fait savoir publiquement qu'elle vient d'avoir une aventure avec Yves Montand, sur le tournage du « Milliardaire ». Arthur Miller, abattu, reste devant sa machine à écrire, et, par la fenêtre, contemple les montagnes dans le désert du Nevada. Des bouffées de vent apportent des nuages de poussière et les petits buissons d'alfafa roulent sur la terre violette, brûlée par le soleil. L'eau de Pyramid Lake s'évapore en brouillant la lumière. Il fait une chaleur folle : 55 degrés. L'apparence d'innocence, le masque de fragilité de Marilyn sont tombés : il ne reste plus qu'une harpie vulgaire, au vocabulaire de harengère et à l'allure d'une virago. Derrière Marilyn, la Gorgone.

Flash-back. Arthur Miller a eu l'idée des « Misfits » deux ans avant, lors du tournage du « Prince et la Danseuse ». A Londres, il a couché sur le papier l'histoire de deux cow-boys réduits à chasser des mustangs sauvages pour les vendre comme chair à Canigou. Dans les derniers espaces libres, ces survivants d'une autre époque prennent les chevaux au lasso et savent que ces palominos vont devenir de la pâtée pour chiens. Gay et Guido croisent sur leur chemin un autre homme, Perce, et un triangle amoureux s'installe avec la belle Roslyn, qui a toujours été traquée par les hommes comme ces chevaux… Dans l'esprit d'Arthur Miller, ce scénario est un cadeau d'amour pour Marilyn. Du moins, en 1957 : à ses yeux, alors, elle était une victime, une innocente éternellement abusée par les hommes, toujours utilisée comme objet sexuel. Mais, deux ans plus tard, son regard a changé : Marilyn est un monstre, Miller le voit bien. Elle manipule les gens, joue avec les sentiments, couche pour faire mal ; elle détruit, elle cingle. Il n'y a plus aucune douceur en elle. Les gens sont émus par sa vulnérabilité ? En fait, elle est aussi vulnérable qu'une écharde en Téfon. D'ailleurs, quand Miller lui a fait lire le script, elle l'a trouvé bête, sans intérêt et, c'est clair, elle ne tournera pas ce… ce… ce machin, mi-western, mi-drame.

1959. Les mois ont passé. Marilyn s'enfonce dans son paradis artificiel : elle prend une douzaine de pilules le soir. Autant pour se réveiller, avec un bloody mary. Elle dort nue dans un lit bouchonné, et son chien s'oublie sur les disques de Frank Sinatra qui traînent partout. Elle refuse de tourner le remake de « l'Ange bleu » avec Spencer Tracy. Elle se moque d'Arthur Miller, qui n'arrive pas à vendre son scénario aux producteurs. Elle refuse d'intervenir auprès de John Huston que Miller aimerait contacter. Après tout, elle a tourné avec Huston « Quand la ville dort », elle le connaît. Mais le cinéaste la connaît aussi : il sait qu'elle a été call-girl, qu'elle n'est qu'une « pauvre fille » abîmée et abrutie par les drogues, il la tient en médiocre estime. Il est au courant des deux overdoses qu'elle vient de faire, avant d'être sauvée au dernier moment. Finalement, quand Miller remet le scénario à Huston, celui-ci aime. Il ne craint qu'une chose : la folie de Marilyn. Et ses retards chroniques. Pourtant, récemment, elle a fait un effort : pour accueillir Nikita Khrouchtchev, président du Conseil des Ministres de l'URSS, lors de sa visite aux Etats-Unis et à Disneyland, elle a été à l'heure. Billy Wilder, qui vient de souffrir mille morts pendant le tournage de « Certains l'aiment chaud » à cause des absences de sa star, remarque immédiatement : « C'est Khrouchtchev qui doit mettre en scène le prochain film de Marilyn. »

John Huston contacte d'abord Robert Mitchum. Celui-ci lit « The Misfits », n'y comprend rien et donne comme consigne : « Dites à Huston que je suis mort. » Clark Gable, pressenti, est plus malléable. Il accepte. Marilyn est ravie, elle a toujours pensé qu'il aurait pu être son père de rêve. Si beau, si viril, le king Gable… Montgomery Clift, à peine remis d'un accident terrible qui l'a défiguré, bourré d'alcool et d'analgésiques, obtient le rôle de Perce, le cow-boy solitaire. Le tournage est fixé au 18 juillet 1960, non loin de Reno, Nevada. Trois jours plus tôt, la Convention du Parti démocrate a désigné JFK comme candidat officiel, au grand plaisir de Marilyn. Dans le désert, la production s'installe, avec parasols, réserves d'eau, génératrices. La star, dans sa caravane, répète avec Paula Strasberg, l'âme damnée de Marilyn, qui exaspère tout le monde en traînant derrière l'actrice comme une tique grasse. Lee Strasberg, le prophète de l'Actors Studio, arrive et s'habille immédiatement en cow-boy d'opérette. Son Stetson est plus grand que lui. Il refuse d'intervenir pour calmer Marilyn. Il n'est là que pour la persuader de jouer dans un film dont il a le projet, « Rain », d'après Somerset Maugham. Huston, découragé, va jouer son cachet au casino et, au petit matin, tombe dans le lit de sa maîtresse, Marietta Tree, une militante de gauche. Marilyn jette les vêtements d'Arthur Miller dans la poussière, le vire de sa caravane, le plante là, au vu et au su de tous. Et elle rejoint secrètement JFK au Cal Neva, un hôtel de la mafia dans lequel Joe Kennedy, le père du futur président, possède des actions, conjointement avec Sam Giancana, le parrain de Chicago. Peut-être Marilyn est-elle heureuse, pour quelques heures, sur la terrasse de l'un des bungalows du Cal Neva, au bord du lac Tahoe…

Jour après jour, Marilyn est en retard. Sous un soleil de plomb, l'équipe attend. Clark Gable, qui se sent mal, tempête. Il s'en prend à « Monty » Clift, qui est venu avec son amant. Quand il le traite de tapette, l'autre lui répond : « C'est celui qui dit qui en est. » Il ravive ainsi un passé ignoré : Clark Gable, l'idole des femmes, a débuté à Hollywood en accordant ses faveurs à des homosexuels réputés. Du coup, Gable se tait. L'ambiance est terrible. Une photographe autrichienne au visage de garçon traîne : rien n'échappe à Inge Morath, qui a traversé la fin de la guerre dans un camp de prisonniers ukrainiens. Elle voit, comme tous, que Marilyn n'a plus de regard. Ses yeux sont vitreux : elle prend au moins vingt pilules de Nembutal et des injections d'Amytal, deux barbituriques très dangereux, prescrits par le psy de Marilyn, Ralph Greenson, qui a jeté depuis longtemps aux orties son éthique professionnelle. Sa cliente rate ses scènes, puis s'enferme dans sa caravane et braille contre Mller. Paula Strasberg, pour 3 000 dollars par semaine, se contente de lire « Comment gagner au Craps » dans ces moments-là, et se bourre aussi d'analgésiques. Elle a un cancer des os. Lee, son mari, s'en va.

Au beau milieu du tournage, les montagnes, au loin, s'enflamment. Un incendie ravage la Sierra Nevada, les lignes téléphoniques et électriques sont coupées, la climatisation est en panne, la ville entière est plongée dans le noir. Marilyn s'assied et boit du champagne en contemplant le rougeoiement de l'horizon. Au dernier étage du Mapes Hotel, une fenêtre reste allumée : Arthur Miller a pris soin de faire brancher sa chambre sur un générateur de la production. Il récrit son scénario, jugé trop long, trop lent. Il n'arrive pas à trouver le point nodal de son « western moderne ». Il ne le trouvera jamais. Le feu éteint, Marilyn essaie de reprendre. Elle titube. Huston décide de l'envoyer subir une cure de désintoxication. Le tournage est interrompu.

Dix jours plus tard, Marilyn, bourrée de vitamines, revient, apparemment en forme. Huston commence par une scène difficile, où Roslyn est couchée dans un lit, et Gay (Clark Gable, en l'occurrence bien nommé), assis, dialogue avec elle. Une prise : ratée. Une autre prise : ratée. Sept prises sont jetées à la poubelle, car Marilyn savonne son texte. En désespoir de cause, elle a recours au plus vieux truc du monde : au beau milieu de la scène, elle fait glisser le drap et révèle un sein nu. Huston, dédaigneux : « Remballe ça, Marilyn. On connaît. » Elle se retire dans sa chambre, vexée. Elle reprend des pilules. Elle ne se lave plus. Arthur Miller change d'hôtel. John Huston règle ses dettes de jeu, se soûle copieusement, participe à une course de chameaux, lit le scénario de 800 pages de son prochain film, « Freud, passions secrètes », et le jette. Décidément, Jean-Paul Sartre, l'auteur de ce pensum, qui fonctionne aux « uppers » (amphétamines), ne sait pas écrire pour le cinéma, se dit Huston. Le tournage des « Misfits » s'achève dans l'amertume. Gable repart au plus vite retrouver sa femme enceinte. Il ne verra pas son enfant naître : le 16 novembre, il meurt d'une crise cardiaque foudroyante. Pour tous, c'est Marilyn qui est coupable. Elle s'enfuit au Mexique, pour divorcer loin des gazettes indiscrètes. Elle en profite pour rendre visite à Frederick Vanderbilt Field, un héritier fauché, membre du Parti communiste. Le FBI se met en alerte rouge. Elle est espionnée constamment. D'autant plus qu'elle fréquente JFK, l'ennemi juré de John Edgar Hoover, qui constitue un solide dossier pour faire chanter le futur président des Etats-Unis. Marilyn regrette le chien d'Arthur Miller, Hugo, un vieux basset lent. Elle partageait avec lui ses coupes de champagne, et le chien s'endormait en pétant.

Noël arrive. Marilyn passe la soirée avec les Strasberg, puis, seule, s'abandonne au désespoir : « Je suis Marilyn, Marilyn, Marilyn », répète-t-elle. Elle veut être une autre. Elle appelle son ancien mari, Joe DiMaggio. Il lui a envoyé des fleurs. Ils passent le 25 décembre ensemble, la main dans la main. Le 31 janvier 1961, la première de « The Misfits » a lieu à New York. Marilyn apparaît. Elle est l'ombre d'elle-même. Arthur Miller est là, avec celle qui deviendra sa femme, la photographe autrichienne. Inge Morath et Arthur Miller vont rester unis pendant quarante ans, jusqu'à la fin. Il écrira un livre triste, sur ce tournage, intitulé : « la Fin du film ». On peut y lire : « La vie, la joie de vivre n'est plus qu'une poussière pétrie par la haine la plus ordinaire. » Le public et la critique sont très tièdes, devant « The Misfits », oeuvre entre deux genres, insaisissable, longue et… en noir et blanc.

C'est le dernier film de Marilyn Monroe. Un mois plus tard, elle est internée. 


« Dear Mister Montand… »
le 12/08/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

dearmrmontand 
 © DR / © Bruce Davidson-Magnum  

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star nous offre un document rare. Aujourd'hui, une lettre adressée à Yves Montand, avec qui elle eut une brève et puissante histoire d'amour.

Le 21 septembre 1959, Marilyn Monroe se rend au Henry Miller's Theater, à Broadway, pour la première du one-manshow d'Yves Montand, un spectacle qui va connaître un énorme succès auprès du public new-yorkais. Arthur Miller étant retenu par l'écriture d'une nouvelle version des « Misfits » à rendre d'urgence, elle est accompagnée par Montgomery Clift, un de ses futurs partenaires dans le film à venir de John Huston.

Le ton de la lettre qu'elle dicte trois jours plus tard à sa secrétaire est à la fois prudent et chaleureux. Elle est adressée à l'Algonquin Hotel, où réside Montand. On ne sait si le mot « escort » se réfère à Montgomery Clift ou s'il désigne des gardes du corps. Cela ressemble en tout cas à une formalité, les excuses obligées pour un rendez-vous manqué, mais tout autant à une façon de prendre date. La séduction a-t-elle déjà opéré ? Quelques mois plus tard, Marilyn devait déclarer à la presse : « Avec Marlon Brando, et juste après mon mari, Yves Montand est l'homme le plus séduisant que j'aie rencontré. » La loyauté conjugale portée à son terme.

Le couple Miller-Monroe retournera ensemble voir Montand sur les planches quelques jours plus tard, et c'est Arthur (lié à Montand et Simone Signoret depuis que le couple avait interprété une mise en scène des « Sorcières de Salem », en 1956) qui insistera pour que le rôle de Jean-Marc Clément dans « Le Milliardaire » soit confié au chansonnier et acteur français, malgré ses piètres capacités dans la langue anglaise qui lui inspirèrent, à ses propres dires, une terreur au moins équivalente à celle qui s'emparait de Marilyn au moment d'apparaître devant les caméras. Gregory Peck, initialement pressenti, ayant fait défaut, la Fox accepte sans gaieté de coeur cette substitution, pour un film dont le scénario est de toute façon peu prometteur (Arthur Miller a dû y mettre la main, pour améliorer ce qui pouvait l'être).

Le tournage de « Let's Make Love » (titre autrement évocateur que « le Milliardaire »…) démarre le 9 novembre 1959, mais connaît de nombreuses interruptions, et prendra son véritable envol au printemps 1960. Marilyn et Montand se retrouvent bientôt seuls dans leurs bungalows du très chic Beverly Hills Hotel, et une puissante histoire d'amour se noue entre eux, qui confère peut-être ses rares moments de magie au film. Cette relation clandestine est vite connue des échotiers, dont des espions sont traditionnellement planqués dans les jardins de l'hôtel. Les époux trompés réagiront avec calme et dignité, et l'affaire cessera avec le départ d'Yves Montand vers l'Europe et le Japon.

En été 1960, peu après la fin de l'idylle, et au sortir d'une courte hospitalisation intervenue durant le tournage très tourmenté des « Misfits », Marilyn écrit une lettre à Lester Markel, responsable de l'édition dominicale du « New York Times », pour lui suggérer de consacrer un long article à Yves Montand, « non seulement un bon acteur, un merveilleux chanteur et danseur plein de charme, mais aussi un des hommes les plus attrayants qui soient » (brouillon de lettre à paraître dans le volume issu de l'intégralité des archives que les Editions du Seuil publieront en automne 2013).
Yves Montand, lui, fut parfois condescendant (et non dépourvu d'un certain machisme) dans sa description de l'idylle qui le lia à Marilyn.

On ne sait pas très bien ce que Marilyn ressentit quand l'oscar de la meilleure actrice fut attribué à Simone Signoret pour son rôle dans « Room at the Top » de Jack Clayton. En tous les cas, et pour s'en tenir à une preuve tangible, elle garde une beau souvenir de son aventure, puisqu'elle écrit, dans le post-scriptum d'une longue lettre adressée le 1er mars 1961 à son psychanalyste de Hollywood, le Dr Ralph Greenson : « From Yves I have heard nothing - but I don't mind since I have such a strong, tender, wonderful Memory » (« D'Yves je n'ai aucune nouvelle, mais cela m'est égal. J'en ai un souvenir fort, tendre, merveilleux »). Les femmes ont parfois plus d'élégance dans leurs souvenirs que les hommes…

15 juillet 2012

Wallpaper The Misfits (2)

Joli wallpaper de Kevin
> voir son site roseloomis.com 

wp_misfits

Posté par ginieland à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juillet 2012

Marilyn sous toutes les coutures

Marilyn sous toutes les coutures.
Publié le 11/07/2012,
en ligne
sur cinebel.be

Sa carrière à travers ses films, à revoir à Cinematek...
marilyn_sous_toutes_les_coutures__1342007257176Le 5 août prochain, on commémorera le cinquantième anniversaire de la mort de Marilyn Monroe, disparue prématurément à l’âge de 36 ans. Cinematek entame, ce 11 juillet, une rétrospective de sa filmographie complète qui se prolongera jusqu’au 28 août. L’occasion pour les cinéphiles, les amateurs ou ceux qui auraient passé le demi-siècle écoulé dans les grottes de Han, de (re)voir sur grand écran une icône absolue du mythe hollywoodien.

Ladies of the Chorus (Les Reines du music-hall) de Phil Karlson (1948)
11/7 à 20h ; 13/7 à 18h
D’abord mannequin, Norma Jean Baker est repérée par le milliardaire Howard Hughes et signe son premier contrat avec la 20th Century Fox en 1947, à vingt ans. Elle devient Marilyn Monroe (Marilyn en référence à l’actrice Marilyn Miller, Monroe étant le patronyme de sa mère). Après quelques apparitions mineures, souvent non créditées, elle passe sous contrat à la Columbia, où elle tourne cette comédie musicale aujourd’hui oubliée. Le film sera un échec et son contrat ne sera pas renouvelé. Mais il donne pourtant, avec le recul, un premier indice de son charme et de ses talents de chanteuse et de danseuse.

Love Happy (La Chasse au trésor) de David Miller (1949)
15/7 à 19h
Marilyn Monroe n’apparaît que dans une scène de ce qui sera la dernière comédie des Marx Brothers. Son magnétisme est tel que les producteurs du film utiliseront l’actrice des mois durant pour faire la promotion du film. Johnny Hyde, agent à la William Morris Agency, la remarque : il accepte de la représenter (et devient son amant) et lui obtient un second rôle de Lolita fatale dans “Asphal Jungle (Quand la ville dort, 1950)" de John Huston (17/7 à 19h), où elle va taper dans l’œil de la critique.

All about Eve (Eve) de Joseph L. Mankiewicz (1950)
21/7 à 18h45 ; 25/7 à 16h45
Joseph L. Mankiewicz, qui a vu Marilyn dans “Quand la ville dort”, l’engage pour jouer dans “All about Eve” face à Bette Davis. Le premier article de fond sur elle paraît sous le titre “How a star is born ?” (“Comment naît une vedette ?”). Sentant sa cote monter, l’actrice renégocie un contrat de sept ans avec la 20th Century Fox. Elle s’inscrit à l’Université de Californie à Los Angeles où elle étudie la littérature et l’art. Elle apparaît pour la première fois à la cérémonie des oscars, pour remettre le prix du meilleur son. En 1951, sur le tournage de “As Young As You Feel (Rendez-moi ma femme)” de Harmon Jones (23/7 à 20h ; 29/7 à 18h), elle rencontre l’écrivain Arthur Miller.

Monkey Business (Chérie, je me sens rajeunir) de Howard Hawks (1952)
7/8 à 21h
Marilyn Monroe joue dans pas moins de cinq films en 1952, dont “Clash by Night (Le Démon s’éveille la nuit, 1952)” de Fritz Lang (1/8 à 19h), un drame flirtant avec le film noir, avec Barbara Stanwyck. Mais on retient surtout de cette année-là “Monkey Business” d’Howard Hawks, comédie où elle apparaît pour la première fois en blonde platine, face à Cary Grant et Ginger Rogers. Son image de sex symbol s’installe, notamment suite au calendrier, qui deviendra célèbre, où elle apparaît nue (elle manquait encore de ressource financière). Dans la foulée, la bande-annonce de “Troublez-moi ce soir” (1952), drame mineur de Roy Ward Baker (3/8 à 19h) la qualifie d’“entièrement femme, entièrement actrice”. Un double statut qui va lui coller à la peau.

Niagara de Henry Hathaway (1952)
10/8 à 19h
Bien que l’estimant peu, le producteur Darryl F. Zanuck engage Marilyn pour “Niagara”, à cause de son potentiel commercial. Ce rôle de femme fatale désirant faire assassiner son mari (Jospeh Cotten) va devenir mythique et asseoir la réputation de Marilyn. La critique louera sa performance comme “ouvertement sexuelle”.

Gentlemen Prefer Blondes (Les Hommes préfèrent les blondes) de Howard Hawks (1953)
12/8 à 19h; 15/08 à 17h
Une robe fourreau rose, un collier de diamants et une haie de prétendants en smoking : la chorégraphie de “Diamonds are a girl’s best friends” est passée à la postérité. Dans cette comédie musicale (la seule de Hawks) où elle rempile dans son rôle d’ingénue décolorée et matérialiste (comme s’en souviendra Madonna), Marilyn ne touche pourtant que 18 000 dollars par semaine (sa partenaire Jane Russell en touche 400 000 au total). Sa popularité ne cesse pourtant d’augmenter, avec des films comme “Comment épouser un millionnaire” (1953) de Jean Negulesco (14/8 à 19h) ou “La Rivière sans retour” (1954) d’Otto Preminger (absent de la rétrospective.) – au tournage agité sur lequel Robert Mitchum devra jouer le médiateur entre Marilyn et le réalisateur.

The Seven Years Itch (Sept ans de réflexion) de Billy Wilder (1955)
19/8 à 19h15 ; 23/8 à 17h
Un an auparavant, Marilyn a rencontré sur le tournage de “La Joyeuse Parade” de Walter Lang (18/2 à 16h45) Paula Strasberg, épouse de Lee, le fondateur de l’Actor’s Studio. Ce dernier accepte de la prendre comme élève. “J’ai travaillé avec des centaines d’acteurs et actrices, et il n’y en a que deux qui sont bien meilleurs que les autres. Le premier est Marlon Brando, et le deuxième Marilyn Monroe”, dira-t-il. “Sept ans de réflexion” consacre l’actrice, qui y trouve sa scène la plus célèbre – et l’une des plus fameuses du cinéma : celle où sa robe immaculée est soulevée par le courant d’air d’une bouche d’aération.

Bus Stop de Josuah Logan (1956)
20/8 à 21h
“Sept ans de réflexion” ayant récolté huit millions de dollars, Marilyn renégocie son contrat avec la 20th Century Fox : 100 000 dollars par film, un droit de regard sur le scénario et le metteur en scène. Elle est désormais accompagnée sur le plateau de Paula Strasberg, sur laquelle elle se repose entièrement pour son interprétation. Si la méthode fut un enfer pour les réalisateurs, elle fut payante pour la comédienne : ce rôle de chanteuse country écervelée reste une de performances les plus remarquables.

Some Like It Hot (Certains l’aiment chaud) de Billy Wilder (1959)
24/8 à 21h15 ; 25/8 à 16h45
Même si ses relations avec Billy Wilder n’ont pas été simples, Marilyn Monroe rejoue pour lui une croqueuse d’hommes (et de milliardaires). Rien ne transparaît à l’écran, dans cette comédie enjouée et mythique, avec Tony Curtis et Jack Lemmon, des difficultés et tensions du tournage. L’actrice, chroniquement en retard, était capricieuse et dépendait maladivement de Paula Strasberg. Le film fut un énorme succès populaire et demeure le chef-d’œuvre comique de la carrière de Wilder.

Let’s Make Love (Le Milliardaire) de George Cukor (1960)
26/08 à 16h45
Un film maudit : insatisfaite du scénario, Marilyn le fit réécrire par Arthur Miller. Du coup, Gregory Peck, prévu pour le premier rôle masculin, se désiste, avant Cary Grant, Charlton Heston ou Rock Hudson. C’est finalement Yves Montand qui l’accepte. Tournage à nouveau difficile avec des désaccords entre Marilyn et Cukor et de l’attrait de ce dernier, homosexuel, pour Montand. L’échec critique et commercial du film n’était pourtant pas totalement justifié.

The Misfits (Les Désaxés) de John Huston (1961)
28/8 à 21h
Sur scénario d’Arthur Miller, une ode sur la disparition de la vie nomade des cow-boys américains. Clark Gable, malade, décédera peu après le tournage. Dépressive, sous dépendance de l’alcool et des médicaments, Marilyn ne sait pas encore que ce sera sa dernière apparition à l’écran. Le destin des deux comédiens ne rend que plus poignante leur interprétation avec le recul. Sans oublier celles, tout aussi remarquable, de leurs partenaires Montgomery Clift et Eli Wallach.

... et à travers sa garde robe

Les Hommes préfèrent les blondes (1953)
Ou comment Marilyn donne raison au titre du film
tag_mm_gpb_travillaÀ l’occasion de ce film, William Travilla eut fort à faire : il devait imaginer des costumes fantastiques qui devaient aller aussi bien à la première tête d’affiche, la brune – la grande et musculeuse Jane Russell –, qu’à la blondinette – la pulpeuse mais plus petite Marilyn. Ce à quoi il parvint. Dans la scène d’ouverture, où l’on voit Marilyn et Jane Russell chantonner “Girls from Little Rock”, elles apparaissent toutes deux parées de la même manière, moulées dans un fourreau rouge pailleté et largement échancré sur la jambe, échancrure fermée par un bijou massif qui fait glisser l’œil jusqu’en haut de la cuisse. À l’époque, Travilla est pourtant sous l’œil de la censure hollywoodienne, des plus puritaines, qui surveille à coups de mètre mesureur la distance idoine entre deux acteurs de sexe opposé, ou encore l’ouverture d’un décolleté. Malin, Travilla va faire descendre jusqu’à la taille ce décoletté pailleté, en l’habillant subtilement d’une étoffe chair qui suffit à calmer les censeurs. Ou à les hypnotiser, sait-on jamais. À regarder de près les costumes du film, il semble que l’anatomie féminine de Marilyn n’ait pas de secret pour Travilla. Dans la fameuse scène des bijoux, où la coquette Marilyn nous raconte avec ingénuité qu’elle préfère aux hommes “Tiffany et Carttttier”, elle se fend d’un tour de chant endiablé dans une robe bustier aux plis savants, qui ne bouge pas d’un iota, malgré ses sautillements. Prodige ? Solution B, pour tout dire. Initialement, la toilette imaginée par Travilla était un body en résilles, incrustées de bijoux, posées, çà et là, pour cacher la pudeur de la Marilyn. Un costume extrêmement aguicheur (depuis le postérieur bombé, tombait une queue en velours recouverte de brillants) que la Fox refusa tout net, à un moment où Marilyn était en plein tourment médiatique. La presse ressortait alors des photos de nus faites quelques années auparavant par la starlette encore en devenir – pour lui permettre à l’époque de... sortir sa voiture de fourrière. Bref. Il fallut donc repenser quelque chose de sobre, Howard Hawks, réalisateur, indiquant que dans son film, on ne vendrait pas le corps de Marilyn ! En quelques jours, la robe rose fut imaginée, construite en plusieurs couches (et extrêmement corsetée) et ce, afin que rien ne fut vu qui ne devait être montré.   

 
Sept ans de réflexion (1955)
Une robe qui n’arrange pas les démangeaisons
tag_mm_syi_travillaLes traductions de titre de films sont parfois trompeuses, le “Sept Ans de réflexion” de Billy Wilder a un titre original plus imagé, “la démangeaison de la 7e année”, ou comment résister à la tentation adultère avec sa jolie voisine, après sept années d’union dans les liens sacrés du mariage. Une question qui se pose de manière d’autant plus criante quand la voisine est Marilyn, habillée de sa robe ivoire qui se soulève sous les vapeurs du métro. La scène est presque plus connue que le film et la plastique de Marilyn n’y est pas étrangère, tout juste sublimée par une robe “plissé soleil”, signée de nouveau Travilla. William Travilla avait déjà dessiné pour Marilyn ce genre de robe “plissé soleil”, qui fait mouche. C’était un modèle en lamé or dessiné pour usage dans le film “Les Hommes préfèrent les blondes”, robe qui passa seulement quelques secondes à l’écran, la censure la trouvant trop suggestive. (Et pour cause, elle était portée sans sous-vêtements et avait été cousue directement sur l’actrice, pour être parfaitement ajustée).In fine, la légende et les photos prises sur le plateau racontent que, pour cette scène de “Sept ans de réflexion” où la robe se soulève opportunément, Marilyn mobilisa toute l’équipe du film, pour vérifier que tout se passait comme il faut.  

Comment épouser un millionnaire ? (1953)
La technologie Cinémascope, pas que des avantages !
tag_mm_htmEn 1953, toujours, Marilyn explore encore son rôle d’ingénue rigolote dans une comédie dont toutes les filles à marier devraient se tenir informées : “Comment épouser un millionnaire ?” Aux côtés de Lauren Bacall et de Betty Grable, elle joue une jeune femme en veine d’un bon mariage, mais qui ne sait trancher entre raison et sentiments. Dans ce film très girly, elle joue cette coquette myope, bombe de sensualité qui s’ignore. L’histoire des costumes de ce film nous rappelle cependant que Marilyn savait précisément ce qu’elle voulait, loin de la naïveté qu’on lui attribue souvent. Le film est le premier à être tourné en Cinémascope, c’est d’ailleurs pour cela que le studio s’est entouré de ces trois jolies blondes, pour assurer réussite à la pellicule. Mais cette technique, qui use d’écrans plus larges, tasse l’image, et fait craindre à Marilyn d’apparaître “rondouillette”. Elle refuse donc de porter les toilettes aux jupes élargies (façon New Look de Dior) de l’époque. Et Travilla imagine pour elle des toilettes seyantes, dont ce maillot de bain vermillon aux sandales assorties ou encore cette robe fourreau dahlia, que l’on voit sous toutes les coutures dans la fameuse scène où Marilyn va se repoudrer le nez chez les dames, une occasion pour elle de faire le point avec ces deux acolytes, en rendez-vous galant également. Si Lauren Bacall, dans ses écrits, garde un ton condescendant vis-à-vis de sa collaboration avec Marilyn, Betty Grable fut plus amicale, même s’il ne fait pas de doute que, dans ce film, Marilyn n’eut de cesse de passer pour la plus lumineuse. Le jour de la première du film, elle arriva dans un fourreau en dentelle piqueté de brillants, et rien en dessous évidemment.

Cycle Marilyn Monroe jusqu’au 28 août à Cinematek, 9 rue Baron Horta, Bruxelles (www.cinematek.be)