Photos liées au tag 'yves montand'

Voir toutes les photos
31 mai 2022

Isabelle Adjani dans Elle - 19/05/2022

2022-05-19-ELLE-france Elle
n°3987

pays: France
semaine du 19 mai 2022
En couverture: Isabelle Adjani se met dans la peau de Marilyn Monroe façon "Last Sitting" de Bert Stern

> sur le blog le magazine Elle - 19/05/2022


Isabelle Adjani : « À Cannes, on vous place entre blondasses et bombasses »
> en ligne sur  elle.fr

Sur scène, elle dialogue avec Marilyn, à Cannes, elle défendra les films de François Ozon et de Nicolas Bedos. Et, comme à chaque fois, Isabelle Adjani se réinvente jusqu’au vertige. Pour nous, elle rejoue la mythique séance photo signée Bert Stern, en 1962, et se confie le temps d’une rencontre, forcément intense. 

Il y a des rencontres qui tiennent de la magie, des correspondances secrètes… Quand Isabelle Adjani rend hommage à Marilyn Monroe en une de ELLE, l’alchimie est si forte, si évidente, si naturelle qu’aucune retouche n’est nécessaire. Comme si deux copines se retrouvaient en cachette. Isabelle et Norma Jeane, c’est une longue histoire de mots croisés que la première évoque dans un extraordinaire seule en scène, en tournée cet été : « Le Vertige Marilyn ». Mais avant cela, il y a Cannes, le Festival, un autre vertige. Et deux films très différents : celui de François Ozon, « Peter von Kant », hommage à Fassbinder. Et celui de Nicolas Bedos, « Mascarade », « un collier de petits cauchemars de jeunesse », comme il aime à le définir. Dans chacun, Isabelle se joue du cliché de la diva divine et dévorante… et gagne ! Car Isabelle déjoue, aussi. Avec le même sérieux, ce désir de bien faire, ce côté « bon petit soldat » que l’on prêtait à Marilyn, elle répond d’abord à une première salve de questions par mail. Puis, une fois ce travail méticuleux accompli, tard dans la nuit, elle propose de nous retrouver pour un café. Casquette de gavroche, lunettes fumées, « crème » et croissant matinal à portée de main, elle est craquante (et insomniaque ?). 
Mélange d’impertinence nonchalante et de profondeur. Chaque phrase est une piste sur le chemin de la liberté. Et quand elle convoque Cocteau pour parler de femme « interrompue », la formule nous reste longtemps en tête. Adjani est une cérébrale, on ne se refait pas, aimantée par une bonne étoile.

Elle – Vous posez pour nous en Marilyn Monroe: pourquoi ce choix et qu'est-ce qui vous rassemble, toutes les deux ?
Isabelle Adjani – Oh là, là ! Je ne pose pas en Marilyn Monroe, c'est Madonna ou Kim Kardashian qui prennent la pose, non ? [Rires] Moi, je me pose là, en tendre admiratrice, à la veille de l'anniversaire des 60 ans de sa mort. Sur le tournage de "Tout feu tout flamme", de Jean-Paul Rappeneau, avant chaque scène, Yves Montand me serinait que je lui faisais penser à Marilyn ! J'étais très pudique et tout sauf peroxudée, alors je ne comprenais rien à ce qu'il voulait me dire. Je voyais qu'il était ému, mais à l'époque j'ai dû me raconter qu'il se servait de son "aura Marilyn" comme piège à filles ! [Rires] Plus tard, lors d'un shooting pour le magazine "Egoïste", le grand Richard Avedon m'avait mis à même le corps, sur les épaules, la veste en mouton retourné qui avait appartenu à Marilyn et dans laquelle il l'avait photographiée. Mon premier contact physique et mystique avec elle, c'était ça, presque peau à peau... Aujourd'hui, c'est cette longue robe Dior photographiée en 1962 par un autre grand, Bert Stern, et dont je porte la copie conforme à mon tour sur la scène du "Vertige Marilyn", texte d'Olivier Steiner, qui tient du dialogue rêvé entre elle et moi et du poème théâtral. Il imagine qu'il y a eu entre nous, au cours des années, des points de contact, comme des frôlements, des synchronicités, des chuchotements qui auraient fini par tracer un chemin invisible, un lien de sororité, dans mon existence. Et puis, Marilyn n'est jamais allée à Cannes, la Croisette n'a pas eu la chance d'avoir miss Monroe, alors quand ELLE m'a proposé cette série avec Jan Welters pour un spécial Cannes, on a tout de suite eu envie de ce clin d'oeil à l'inoubliable shooting culte de Bert Stern, et ainsi de l'emmener faire un tour au Festival, histoire aussi de me sentir moins seule.
 
Autre hommage à Marilyn sur ces photos, vous portez des bijoux en mode "Diamonds are a Girl's best friend"...
Oui, il s'agit de la marque Courbet, qui s'est donné pour mission de réinventer la joaillerie en respectant l'environnement. J'ai été touchée au coeur par leur procédé de création de diamants, en laboratoire de haute technologie, parce que ce sont de véritables diamants aux mêmes qualités précieuses de pureté et de transparence que ceux extraits des entraielles de la terre, de ces monstrueux cratères qui bousillent l'environnement. Marilyn aurait adoré les avoir comme amis, elle qui aimait la nature. C'est mon instinct.

Quand on pense à Marilyn Monroe, on pense star, sex-symbol, mais aussi solitude, failles de l'enfance, viol de l'intimité... Est-ce que cela vous parle ? Avez-vous parfois l'impression d'être une survivante, d'avoir survécu à ce métier ?
Chez toutes les actrices dont je me sens proche, les failes de l'enfance ont creusé un désir profond, un besoin vital d'être autre. Passer de survivante à "revivante", je crois que c'est ce qu'elles font, c'est ce que j'ai fait, c'est ce qu'a fait Norma Jeane en créant Marilyn Monroe. Les épreuves ne sont pas évitées, mais je crois, moi, en une étoile qui veille et qui permet d'avancer dans la nuit noire. Une étoile faite d'amour, d'esprit, de sang, du big bang de notre naissance. Et même morte, sa lumière continue de voyager et de nous parvenir.

Qu'est-ce qui l'a tuée, selon vous ?
Arthur Miller ? Les lavements aux barbituriques ? Robert Kennedy ? La mort ! Ce qui a tué Marilyn ? La mort. Pour vivre de tout son être, Marilyn elle-même a construit la légende qu'elle est devenue, puis, comme le disait Pasolini, elle s'est "abandonnée à son destin de mort".

le reste de l'article réservé aux abonnés de elle.fr


Traduction de l'article et de l'interview - in english:

Isabelle Adjani: “In Cannes, you are placed between blondes and hotties”

On stage, she dialogues with Marilyn, in Cannes, she will defend the films of François Ozon and Nicolas Bedos. And, as always, Isabelle Adjani reinvents herself to the point of vertigo. For us, she replays the mythical photo shoot signed Bert Stern, in 1962, and confides in the time of a meeting, necessarily intense.

There are encounters that take on magic, secret correspondence… When Isabelle Adjani pays homage to Marilyn Monroe on cover of ELLE, the alchemy is so strong, so obvious, so natural that no photo editing is necessary. As if two girlfriends were meeting in secret. Isabelle and Norma Jeane, it's a long story of crosswords that the first evokes in an extraordinary single on stage, on tour this summer: "Le Vertige Marilyn". But before that, there is Cannes, the Festival, another vertigo. And two very different films: that of François Ozon, “Peter von Kant”, a tribute to Fassbinder. And that of Nicolas Bedos, "Mascarade", "a necklace of little nightmares of youth", as he likes to define it. In each, Isabelle plays with the cliché of the divine and devouring diva... and wins! Because Isabelle thwarts, too. With the same seriousness, this desire to do well, this "good little soldier" side that we attributed to Marilyn, she first answers a first round of questions by email. Then, once this meticulous work is done, late at night, she offers to meet us for a coffee. Newsboy cap, sunglasses, "cream" and a morning croissant at hand, she is adorable (and insomniac?).
Mixture of nonchalant impertinence and depth. Each sentence is a track on the way to freedom. And when she summons Cocteau to speak of an “interrupted” woman, the formula remains in our minds for a long time. Adjani is cerebral, you can't get over it, magnetized by a lucky star.

Elle – You pose for us as Marilyn Monroe: why this choice and what unites you two?
Isabelle Adjani – Oh dear! I'm not posing as Marilyn Monroe, it's Madonna or Kim Kardashian posing, right? [Laughs] I sit there, as a tender admirer, on the eve of the 60th anniversary of his death. On the set of Jean-Paul Rappeneau's "Tout feu tout flamme", before each scene, Yves Montand told me that I reminded him of Marilyn! I was very modest and anything but peroxide, so I didn't understand what he wanted to tell me. I could see that he was moved, but at the time I had to tell myself that he was using his "Marilyn aura" as a girl trap! [Laughs] Later, during a shoot for the magazine "Egoïste", the great Richard Avedon had put on my body, on my shoulders, the shearling jacket that had belonged to Marilyn and in which he had photographed her. My first physical and mystical contact with her was that, almost skin to skin... Today, it's this long Dior dress photographed in 1962 by another great, Bert Stern, and of which I'm wearing an exact copy my turn on the stage of "Vertige Marilyn", a text by Olivier Steiner, which is a dream dialogue between her and me and a theatrical poem. He imagines that there have been points of contact between us over the years, such as brushings, synchronicities, whispers that would have ended up tracing an invisible path, a bond of sisterhood, in my existence. And then, Marilyn never went to Cannes, the Croisette didn't have the chance to have Miss Monroe, so when ELLE offered me this series with Jan Welters for a Cannes special, we immediately had want this nod to Bert Stern's unforgettable cult shoot, and thus take him for a ride to the Festival, also to make me feel less alone.

Another tribute to Marilyn in these photos, you are wearing jewels in "Diamonds are a Girl's best friend" style...
Yes, it's the Courbet brand, which has made it its mission to reinvent jewelry while respecting the environment. I was touched to the heart by their process of creating diamonds, in a high-tech laboratory, because they are real diamonds with the same precious qualities of purity and transparency as those extracted from the entraielles of the earth, from these monstrous craters that mess up the environment. Marilyn would have loved to have them as friends, she who loved nature. It's my instinct.

When we think of Marilyn Monroe, we think of star, sex symbol, but also loneliness, childhood flaws, violation of intimacy... Does that speak to you? Do you sometimes feel like a survivor, of having survived to this job?
In all the actresses I feel close to, the faults of childhood have dug a deep desire, a vital need to be different. Going from survivor to "reviving", I think that's what they do, that's what I did, that's what Norma Jeane did by creating Marilyn Monroe. Trials are not avoided, but I believe in a star that keeps watch and allows us to move forward in the dark night. A star made of love, of spirit, of blood, of the big bang of our birth. And even dead, her light continues to travel and reach us.

What do you think killed her?
Arthur Miller? Barbiturate enemas? Robert Kennedy? The death ! What killed Marilyn? The death. To live with all her being, Marilyn herself built the legend she became, then, as Pasolini said, she "surrendered to her destiny of death".

the rest of the article reserved for subscribers of elle.fr


Séance photos

Photographe ©Jan Welters
Mise en beauté Dior par Maria Olsson.
Coupe et coiffure Cédric Chami avec les produits Davines.
Stylisme déco Samantha Marchesani.

isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-2  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-3  
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-5  
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-3  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-4  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-3-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-2 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-6 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text Elle

14 octobre 2021

Yves Montand - La force du destin

Yves Montand - La force du destin
Auteurs: Carole Amiel, Luc Larriba
Préface de Valentin Livi

 Book-YMPrix éditeur : 34,90 Euros
Date de sortie : 07 octobre 2021
208 pages
taille
25,5 x 29,1 x 2,1 cm
Langue : français
Éditeur : La Martinière
ISBN 10 : 2732494038
ISBN 13: 978-2732494036

Ou le trouver ? le site de l'éditeur La Martiniere et en commande sur amazon

Description - par l'éditeur: 2021 célébrera le centenaire de la naissance d’Yves Montand, et le trentième anniversaire de sa disparition.
Par son parcours et sa personnalité, il incarne une image de la France. Immigré italien, arrivé à Marseille au début des années 1920, Montand partira de rien pour devenir une personnalité majeure du xxe siècle.
Artiste de music-hall complet, révélé au public par la chanson, Montand va assouvir ses rêves d’enfant en devenant l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français et une star mondiale de la chanson. Capable de passer avec aisance de L’Aveuà La Folie des Grandeurs, du Cercle rouge à César et Rosalie ; au fait de sa gloire sur un grand écran, Montand n’abandonnera pas pour autant la chanson et restera l’un des rares interprètes à se produire dans des salles combles, que ce soit en France ou au Brésil, au Japon ou aux États-Unis. Au cinéma ou à travers les textes de ses chansons, il n’aura de cesse de passer d’un registre à un autre, avec toujours la même passion.
Un destin hors du commun pour une personnalité hors norme. Sa réussite est le fruit d’un labeur méticuleux et l’exploitation de ses propres inquiétudes : bien faire et faire que l’autre soit bien. Yves Montand ne peut rester silencieux et impassible face aux changements qui s’opèrent dans le monde. Il ne cessera de s’interroger et d’interroger afin de savoir ce qui est le mieux.
C’est l’histoire d’Ivo Livi, devenu Yves Montand, que nous racontent Carole Amiel et Luc Larriba. On entendra bien sûr la voix de Montand et de nombreux témoignages de personnalités l’ayant connu ou ayant travaillé avec lui : Jean-Loup Dabadie, Costa-Gavras, Jean-Paul Rappeneau, Philippe Labro, Bernard Kouchner, Line Renaud, Françoise Hardy, Mathilda May, Ludmila Mikaël, Patrick Bruel, Jean-Louis Livi (son neveu et agent), Antoine Duléry, Michel Jonasz, Michel Sardou…


- extraits -
Publication d'écrits inédits de Marilyn à Montand

Book-YM-p001 
Book-YM-p1  Book-YM-p3 
  Book-YM-p2 


Vous avez le livre ? Do you have the book ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note
Give your opinion, and a note (/10)

Posté par ginieland à 19:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

TV - Montand est à nous

gif_tvmarilyn

Jeudi 14 octobre 2021 - 21h05 - sur France 3
Disponible sur le replay de francetv

Documentaire - Montand est à nous

Réalisation: Yves Jeuland.
Année: 2021.
Durée : 1h45min

MONTAND-TV  

A l'occasion des 30 ans de la disparition d'Yves Montand, ce documentaire sélectionné au Festival de Cannes en 2021 dans "Cannes Classics" raconte la vie de cet acteur emblématique du cinéma français. Immigré italien fasciné par l'Amérique, le jeune Ivo Livi rêvait d'être Fred Astaire ou Gary Cooper. De l'Alcazar de Marseille au Metropolitan Opera de New-York, il deviendra Yves Montand. Chanteur, comédien et artiste engagé, jamais avare de coups de coeurs et, de coups de gueule, il ravira le public non seulement en France, mais aussi outre-Atlantique. Yves Jeuland et Vincent Josse dressent le portrait de leur héros. 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Des écrits inédits de Marilyn à Yves Montand

Yves Montand amoureux de Marilyn Monroe : ces messages jamais publiés qui refont surface
12/10/2021 | par Julia Solans -
en ligne sur gala.fr

Alors marié à Simone Signoret, Yves Montand a vécu une brève romance avec Marilyn Monroe au début des années 1960. Sa dernière épouse, Carole Amiel, a dévoilé des lettres échangées entre les deux amants dans une biographie tout juste sortie.

Le 13 octobre 2021, Yves Montand aurait fêté son 100e anniversaire. Pour l'occasion, la dernière épouse du chanteur a publié sa biographie intitulée Yves Montand, la force du destin. Carole Amiel souhaite notamment faire découvrir la star française aux jeunes générations et montrer l'ampleur de sa célébrité depuis les années 1950. Dans un long entretien accordé au Parisien ce mardi 12 octobre, elle est revenue sur la mythique liaison entre le comédien et Marilyn Monroe. Après son décès le 9 novembre 1991, la veuve de l'acteur a découvert de nombreuses lettres entre les deux amants dont "un dessin de couple sous la couette". Pour la première fois, ces lettres sont dévoilées dans la nouvelle biographie.

"Nous avons retrouvé les messages quand nous avons fait ensemble le tri dans son ancien appartement du 15, place Dauphine. Nous vivions au numéro 27", a raconté Carole Amiel. À cette époque, Yves Montand était en couple avec Simone Signoret et cette liaison secrète aux côtés de la célèbre Américaine avait fait scandale. Pourtant, la grand-mère de Benjamin Castaldi ne paraissait pas troublée par cette histoire : "Vous connaissez beaucoup d’hommes qui resteraient insensibles en ayant Marilyn dans leurs bras ?", aurait-elle plaisanté lors d'une interview. La dernière épouse du chanteur a également révélé une autre lettre d'une femme tout aussi légendaire : "Il y a aussi une lettre de Piaf, ou des notes tout aussi révélatrices de sa personnalité", a-t-elle déclaré.

C'est après le décès de Simone Signoret que la star française a fait la rencontre de Carole Amiel, alors assistance sur le tournage de Manon des sources. Elle sera son dernier amour mais également la mère de son unique enfant, Valentin. Malheureusement, le jeune garçon est seulement âgé de trois ans lorsque le comédien meurt d'un infarctus à 70 ans. "Je suis fière et heureuse de son parcours, même si l’absence de père s'est fait ressentir quand il a été papa", a-t-elle témoigné. Aujourd'hui âgé de 33 ans, le fils de l'emblématique acteur a fondé une "école de jeux vidéo en 3D" à Montpellier selon les explications de sa mère.


Dans la presse

Jours de France, 12/10/2021 - FRANCE
2021-10-12-JDF 


 En librairie

Yves Montand, la force du destin, de Carole Amiel
sorti le 07/10/2021

Book-YM  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2021

TV - Ivo Livi, dit Yves Montand

gif_tvmarilyn

Lundi 11 octobre 2021 - 23h15 - sur Paris Premiere

Documentaire - Ivo Livi, dit Yves Montand

Réalisation: Patrick Rotman.
Année: 2011.
Durée : 115 minutes

ivo-livi-dit-yves-montand 

La vie de Montand est faite de beaucoup de vies qui s’entremêlent : l’ascension d’un petit immigré italien qui devient une star internationale, l’extraordinaire carrière au music-hall, les dizaines de rôles sur le grand écran, la rencontre avec des femmes qui sont elles-mêmes des mythes : Signoret, Piaf, Marilyn, l’engagement enfin dans les combats de son siècle.
À travers cette vie d’un acteur de son siècle, où tant de rôles se superposent et le suivent dans les méandres de son existence, c’est au fond retrouver notre histoire.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mars 2021

Benjamin Castaldi rend hommage à ses grands-parents

livre-montand_signoret  Un livre - Benjamin Castaldi, a publié un livre "Je vous ai tant aimés" où il évoque la carrière et la vie intime de sa grand-mère Simone Signoret et d'Yves Montand (-sorti le 10 février 2021 aux Editions du Rocher voir sur amazon)

Dans une interview donnée à Ici Paris (dont on retrouve des extraits sur Pure People), il commente le coup de foudre entre Signoret et Montand: "Je ne vois pas d'autre terme. Il y a eu comme une attirance électromagnétique entre les deux (...) Pourtant Montand n'était pas enclin à tomber amoureux. Il sortait de sa relation avec Edith Piaf, il était brisé." Simone quitte son mari Yves Allégret, le père de Catherine (la mère de Benjamin) pour épouser Montand en 1951; Benjamin explique que leur histoire d'amour "s'est transformée au fil du temps" : "Je garde le souvenir d'eux extrêmement tendres à la fin de la vie de Simone [décédée en 1985, NDLR]."
Le couple a vécu des hauts et des bas... le coup de canif dans leur relation prenant son point culminant avec la relation que Montand a entretenu avec Marilyn Monroe, pendant le tournage du film Le Milliardaire en 1960: "Simone n'a rien vu venir. Elle n'a même pas mesuré que ça pouvait arriver", confie Benjamin Castaldi. Surtout que Simone est "très copine" avec Marilyn, et l'a même "aimée sincèrement" : "On ne l'imagine pas passer ses journées à faire les boutiques en plein Beverly Hills et se faire des colorations avec Marilyn Monroe. Pourtant, c'est du vécu !"
D'autant que cette liaison est révélée médiatiquement et Simone Signoret devient "la cocue la plus célèbre du monde"; Benjamin commente: "L'humiliation est publique. J'ai moi-même été dans cette situation, et je peux vous dire que ça fait mal... D'ailleurs, sa phrase "Vous connaissez beaucoup d'hommes qui n'auraient pas succombé à Marilyn', est pour moi une posture. Une façon de ne pas perdre la face."
Mais le couple fait face ensemble: Montant ne quitte pas Simone et inversement, Simone reste avec Montand; Benjamin Catsaldi de dire: "Au fond d'elle-même, elle sait qu'il n'est pas amoureux de Marilyn. Sinon il ne serait jamais rentré". Mais Simone "a mis du temps à cicatriser" et n'a plus jamais été la même, puisqu'elle "s'est libérée du fait qu'elle n'avait plus à rester la femme sublime dont Montand était tombé amoureux. Ont commencé sa prise de poids, son laisser-aller et son penchant pour le Jack Daniel's (...). Je crois que ça a permis à Simone de devancer l'appel de l'âge et que ça a façonné la suite de sa carrière", explique Benjamin.


Une pièce de théatre - Pendant le confinement, Benjamin Castaldi a écrit une pièce avec Eric-Emmanuel Schmitt qui s'appelle "Bungalow 21", qui met en scène les deux couples Simone Signoret - Yves Montand et Marilyn Monroe - Arthur Miller. Prévu pour 2022, le casting est actuellement en cours et des rumeurs circulent déjà (info du site rtl): Sophie Marceau pour jouer Signoret et Scarlett Johansson dans le rôle de Marilyn !  Benjamin Castaldi de commenter: "Je pense que ça va surprendre. C'est un huis clos, c'est un thriller amoureux incroyable. C'est uniquement les quatre mois à Los Angeles (...) je pense qu'on ne s'est pas raté [avec Éric-Emmanuel Schmidt]"
Le bungalow 21 est celui qu'occupaient Marilyn Monroe et Arthur Miller dans l'hôtel de Bervely Hills, pendant le tournage du Milliardaire; voisin du bungalow 20 occupé par Yves Montand et Simone Signoret.


>> Extraits de l'article sur le site du magazine Suisse L'Illustré:

Benjamin Castaldi et le bungalow 20 du Beverly Hills Hotel

benjamin_castaldi  

«En 1992, j’ai 22 ans et je décide de partir à Los Angeles afin de réunir symboliquement ma grand-mère, Simone Signoret, et Yves Montand, le père adoptif de Catherine Allégret, ma mère. A Hollywood, j’ai pris rendez-vous avec le maire afin de pouvoir faire inscrire leur nom sur une étoile du Walk of Fame. Je n’ai encore jamais fait de télévision et je suis un parfait inconnu.»
«Pris de nostalgie, j’ai décidé, comme eux dans les années 1960, de descendre au Beverly Hills Hotel. A la réception, on m’annonce que l’on m’a surclassé: j’ai droit à un bungalow. C’est super ! On m’a attribué le numéro 20. Et là, à peine ai-je franchi le seuil de la porte que je suis saisi d’une impression de déjà-vu. Je connais ce lieu et tous ses recoins, sans y avoir jamais mis les pieds… Dans la nuit, j’appelle ma mère et je lui demande: «Dans quelle chambre ont-ils séjourné?» Elle vérifie, me rappelle et me répond en pleurs: «Au 20, comme toi.» Folle coïncidence! (...) Le bungalow 21, juste à côté, était occupé par un autre couple légendaire: l’icône Marilyn Monroe et son mari, l’écrivain Arthur Miller. Les deux couples dînaient ensemble tous les soirs.»
«Par extraordinaire, le responsable de la piscine de l’hôtel est resté le même. Trois décennies plus tard, il me décrit Signoret et Marilyn, copines, au bord du bassin. La star américaine, connue pour ses sautes d’humeur, s’enfermait dans sa chambre et n’en sortait que rarement. Montand, lui, avait ressenti le besoin de me raconter son aventure avec elle, l’année de mes 18 ans. Ils avaient tourné dans «Le milliardaire» en 1960; c’est elle qui l’avait imposé aux studios hollywoodiens.»
«Malgré leur aventure, née un soir de solitude dans la chambre du 21 – Arthur Miller et Simone Signoret étaient repartis – il n’a jamais eu l’intention de quitter ma grand-mère. Marilyn, en revanche, fantasque et dépressive, voulait refaire sa vie avec lui. Son mariage partait à vau-l’eau. Elle retrouvait en Montand l’incarnation de sa précédente union avec le champion de baseball Joe DiMaggio. Leur élégance et leur ressemblance physique sont frappantes. Lorsque, à l’époque, il donnait des interviews, Montand refusait de parler de Marilyn, gêné d’avoir tant fait souffrir celle qu’il avait trompée aux yeux du monde entier. Dans le couple Signoret-Montand, il y eut un avant et un après.»


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 décembre 2020

TV - Signoret et Montand, Monroe et Miller : Deux couples à Hollywood

gif_tvmarilyn

Lundi 07 décembre 2020 - à 21h05 - France 3
Disponible en replay jusqu'au 14/12/2020

Documentaire:  Signoret et Montand,
Monroe et Miller :
Deux couples à Hollywood

DOCU-deux_couples_a_hollywood-title-cap1 

Réalisation: Sylvain Bergère
Pays: France
Année: 2020
Durée: 1h 45min
Résumé: En 1960, Yves Montand a triomphé à Broadway et sur les plus belles scènes américaines et Simone Signoret se prépare à recevoir un Oscar. De leur côté, Arthur Miller est un dramaturge reconnu et Marilyn Monroe, une star mondialement connue. Les deux couples, au sommet de leur art, s’apprêtent à partager leur quotidien à Hollywood, car Monroe et Montand vont tourner ensemble dans « Le Milliardaire », un film de George Cukor. Les quatre stars sont des idéalistes et croient en monde meilleur, mais l’adultère et la machine hollywoodienne vont briser leurs rêves.

captures de la Bande Annonce

DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap01  DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap02  DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap03 
DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap06 
DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap04  DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap05  DOCU-deux_couples_a_hollywood-bande_annonce-cap07 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Yves Montand et Marilyn Monroe : les secrets d'une romance passionnée

Yves Montand et Marilyn Monroe : les secrets d'une romance passionnée
07/12/2020 | par Thomas Colpaert -
en ligne sur programme-tv.net

mm_yves 

Au printemps 1960, Yves Montand et Marilyn Monroe tournent ensemble Le Milliardaire. Mariés et stars dans leur pays, tous deux entament une étonnante liaison, détaillée dans le documentaire Signoret et Montand, Monroe et Miller : deux couples à Hollywood.

C'est l'histoire de deux stars, deux immenses talents regrettés. En France comme aux Etats-Unis, Yves Montand et Marilyn Monroe ont laissé une trace indélébile. Le premier dans des rôles aussi variés que La Folie des grandeurs, où il doit résister au charme ravageur d'Alice Sapritch, ou le diptyque évènement  Jean de Florette - Manon des sources ,films cultes des années 80 adaptés de l'oeuvre de Marcel Pagnol. La seconde icône éternelle, glamour dans Certains l'aiment chaud , impressionnante dans Les Désaxés, film maudit entré dans la légende. Deux personnalités fortes, dont la rencontre, détaillée dans le documentaire Signoret et Montand, Monroe et Miller : deux couples à Hollywood diffusé sur France 3, a fait des étincelles.

Yves Montand - Simone Signoret, Marilyn Monroe - Arthur Miller : deux couples qui se rapprochent

C'est à la fin des années 50 que les deux acteurs se rapprochent l'un de l'autre. Ou plus précisément leurs couples. Yves Montand est en effet marié depuis près de dix ans à Simone Signoret, interprète inoubliable de Casque d'Or (1952). Marilyn Monroe de son côté s'est unie en 1956 avec le dramaturge Arthur Miller, auteur des Sorcières de Salem et de Mort d'un commis voyageur. La rencontre se passe en 1959, alors qu'Yves Montand, également chanteur, donne une représentation à Broadway. Présente dans la salle, Marilyn est conquise par ce frenchy, et organise un dîner à quatre. Les deux couples s'entendent à merveille, différents et pourtants semblables dans leur sensibilité artistique, mais également leurs opinions politiques, ancrés à gauche. L'occasion est belle pour Yves Montand, qui rêve de faire carrière à Hollywood, de partager l'affiche d'un film avec Marilyn Monroe. Ce sera un an plus tard, dans Le Milliardaire (Let's make love en version originale).

Un premier baiser "tendre, superbe" entre Yves Montand et Marilyn Monroe

Au printemps 1960, les deux couples s'installent côte à côte dans le Beverly Hills Hotel et cohabitent presque ensemble pendant plusieurs mois. Fin avril, Yves Montand et Marilyn Monroe se retrouvent plusieurs semaines seuls, Simone Signoret étant repartie travailler en Europe alors que le couple que la comédienne forment avec Arthur Miller bat de l'aile. La simple complicité amicale et de travail les deux partenaires à l'écran se transforme en relation amoureuse. "Mes lèvres dérapent, je suis à moitié sonné", raconte Yves Montand à propos de leur premier baiser, "tendre, superbe". L'idylle dure plusieurs semaines et au bout d'un mois, la presse américaine révèle l'affaire, au grand dam de Simone Signoret, oscarisée l'année précédente pour Les Chemins de la haute ville. Si Marilyn Monroe n'a jamais parlé de cette romance, Yves Montand l'a évoquée par des mots détournés lors de plusieurs entretiens. Leur histoire se termine à la fin du tournage du Milliardaire.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2020

14/04/1960, Sur le tournage de "Let's Make Love"

Le 14 avril 1960, Marilyn Monroe (en body noir) tourne une scène du film "Le Milliardaire".

On April, 14, 1960, Marilyn Monroe (in black body) shoots a scene of "Let's Make Love".


Photographies de Richard C. Miller

1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-021-1  1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-022-1  1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-030-1 
1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-010-1 
1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-1  1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-2  1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-3 

Marilyn Monroe, Yves Montand & George Cukor
1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-with_cukor_montand-1  1960-04-14-lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-020-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 juillet 2020

Photos de Let's Make Love 1

Le Milliardaire
Photos scène 1

Chanson / Song
"My Heart Belongs to Daddy"


Amanda Dell (Marilyn Monroe) en pull torsadé

lml-sc01-film1-pull-010-1 lml-sc01-film1-pull-011-2 lml-sc01-film1-pull-011-3 
lml-sc01-film1-pull-012-1  lml-sc01-film1-pull-011-1  lml-sc01-film1-pull-012-2a 
lml-sc01-film1-pull-013-1 lml-sc01-film1-pull-020-2 lml-sc01-film1-pull-022-2 
lml-sc01-film1-pull-kodak-p06 lml-sc01-film1-pull-kodak-p07 lml-sc01-film1-pull-kodak-p08 
lml-sc01-film1-pull-kodak-p09  lml-sc01-film1-pull-kodak-p10  lml-sc01-film1-pull-kodak-p11 
lml-sc01-film1-pull-kodak-p12  lml-sc01-film1-pull-kodak-p13 

lml-sc01-film1-pull-kodak-p14 lml-sc01-film1-pull-kodak-p15 lml-sc01-film1-pull-kodak-p16 
lml-sc01-film1-pull-021-1-by_LJ_Willinger-1  lml-sc01-film1-pull-021-2 
lml-sc01-film1-pull-022-1-by_rinhart-1  lml-sc01-film1-pull-023-1 
lml-sc01-film1-pull-022-1-by_rinhart-1a  lml-sc01-film1-pull-023-1a  lml-sc01-film1-pull-024-2 
lml-sc01-film1-pull-024-1  lml-sc01-film1-pull-026-1-by_john_bryson-1  lml-sc01-film1-pull-026-2 
lml-sc01-film1-pull-kodak-p17  lml-sc01-film1-pull-kodak-p18 
lml-sc01-film1-pull-kodak-p19 lml-sc01-film1-pull-kodak-p20 lml-sc01-film1-pull-kodak-p21 
lml-sc01-film1-pull-025-1  lml-sc01-film1-pull-025-2by_bryson_john_1  lml-sc01-film1-pull-031-1 
  lml-sc01-film1-pull-030-1  lml-sc01-film1-pull-030-1a 
lml-sc01-film1-pull-030-2 lml-sc01-film1-pull-030-3 lml-sc01-film1-pull-030-4 
lml-sc01-film1-pull-030-4a  lml-sc01-film1-pull-030-5  lml-sc01-film1-pull-030-5a 
lml-sc01-film1-pull-032-1 lml-sc01-film1-pull-032-2 lml-sc01-film1-pull-032-3 
lml-sc01-film1-pull-032-3-by_john_bryson-1  lml-sc01-film1-pull-034-2-mag_le_ore-1960-09 
lml-sc01-film1-pull-032-4  lml-sc01-film1-pull-033-1  lml-sc01-film1-pull-034-1 
lml-sc01-film1-pull-034-3 lml-sc01-film1-pull-035-1 lml-sc01-film1-pull-035-2 
lml-sc01-film1-pull-035-3 lml-sc01-film1-pull-035-5-by_john_bryson-1 lml-sc01-film1-pull-035-6 
lml-sc01-film1-pull-035-4  lml-sc01-film1-pull-040-2  lml-sc01-film1-pull-040-3 
lml-sc01-film1-pull-040-1  lml-sc01-film1-pull-040-2a  lml-sc01-film1-pull-041-1-by_John_Bryson-1 
lml-sc01-film1-pull-041-2 lml-sc01-film1-pull-041-3 lml-sc01-film1-pull-041-4 
lml-sc01-film1-pull-041-5-by_bryson-1  lml-sc01-film1-pull-041-6-by_John_Bryson-1  lml-sc01-film1-pull-050-1 
lml-sc01-film1-pull-051-1-by_John_Bryson-1  lml-sc01-film1-pull-060-1 
lml-sc01-film1-pull-061-1-by_John_Bryson-1  lml-sc01-film1-pull-061-2 


- divers -

lml-sc01-film1-pull-various-faces-1 
lml-sc01-film1-pull-various-01  lml-sc01-film1-pull-various-02  lml-sc01-film1-pull-various-03 
lml-sc01-film1-pull-various-montage-1 


Amanda Dell (Marilyn Monroe) en body noir

lml-sc01-film2-body-010-1-by_nat_dallinger-1  lml-sc01-film2-body-011-1a  lml-sc01-film2-body-011-2a 
lml-sc01-film2-body-011-2  lml-sc01-film2-body-011-3 lml-sc01-film2-body-012-1 
lml-sc01-film2-body-013-1-by_nat_dallinger-1  lml-sc01-film2-body-014-1-by_john_bryson-1 
lml-sc01-film2-body-015-1  lml-sc01-film2-body-015-1   lml-sc01-film2-body-015-2-by_john_bryson-1a 
lml-sc01-film2-body-020-1  lml-sc01-film2-body-020-2 
lml-sc01-film2-body-021-1  lml-sc01-film2-body-021-2 
lml-sc01-film2-body-022-1  lml-sc01-film2-body-035-1  

lml-sc01-film2-body-035-1a  lml-sc01-film2-body-036-1  lml-sc01-film2-body-040-4a 
lml-sc01-film2-body-040-2b  lml-sc01-film2-body-040-3  lml-sc01-film2-body-040-3a 
lml-sc01-film2-body-040-4b  


- Marilyn pose avec les danseurs -

lml-sc01-film2-body-030-1  lml-sc01-film2-body-030-2  lml-sc01-film2-body-030-2a 
lml-sc01-film2-body-030-3  lml-sc01-film2-body-031-1  lml-sc01-film2-body-031-2 
 lml-sc01-film2-body-032-1  lml-sc01-film2-body-032-2  lml-sc01-film2-body-032-3 
lml-sc01-film2-body-033-1  lml-sc01-film2-body-034-1 


Jean-Marc Clement (Yves Montand)

lml-sc01-film2-body-various-montand-1  


photographies de L.J  Willinger

lml-sc01-film1-pull-021-1-by_LJ_Willinger-1 


photographies de John Bryson

lml-sc01-film1-pull-025-2by_bryson_john_1 
lml-sc01-film1-pull-026-1-by_john_bryson-1   lml-sc01-film1-pull-032-3-by_john_bryson-1   lml-sc01-film1-pull-035-5-by_john_bryson-1   
lml-sc01-film1-pull-041-1-by_John_Bryson-1  lml-sc01-film1-pull-041-6-by_John_Bryson-1a  lml-sc01-film1-pull-061-1-by_John_Bryson-1 
lml-sc01-film2-body-014-1-by_john_bryson-1  lml-sc01-film2-body-015-2-by_john_bryson-1  


photographies de Nat Dillinger

lml-sc01-film2-body-010-1-by_nat_dallinger-1  lml-sc01-film2-body-013-1-by_nat_dallinger-1  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.