02 août 2012

Le Nouvel Observateur 2/08/2012

lenouvelobs_coverLe magazine français Le Nouvel Observateur n°2491, paru le 2 août 2012 consacre un article de 4 pages à Marilyn Monroe (chapitre 4, par François Forestier).
 prix: 3,50  


Marilyn Monroe, ange et démon
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com  

Avec "Le Prince et la Danseuse", le conte de fées de Marilyn Monroe, dont on commémore le 50e anniversaire de la mort, tourne au cauchemar.

lenouvelobs_photo 
Une collection unique de près de 4.000 photographies de Marilyn Monroe, dont certaines jusqu'à présent non publiées, sera exposée en août en Pologne avant d'être mise aux enchères, a indiqué vendredi le quotidien Gazeta Wyborcza. (c) Afp

Marilyn, vêtue d'une robe sombre en velours, le cou orné d'une rangée de perles, descend l'escalier de marbre blanc. C'est une apparition magique. Laurence Olivier la prend par le bras, la mène vers son fauteuil. La conférence de presse pour annoncer le tournage du "Prince et la Danseuse" est prometteuse : Laurence Olivier, le plus grand acteur du monde, et Marilyn Monroe, la femme la plus célèbre du cosmos. Merveilleux casting.
Les journalistes, hypnotisés, demandent à Marilyn : "Vous allez continuer avec l'Actor Studios ?" Elle bat des cils, sa gorge palpite. Elle répond : "Je voudrais me développer de toutes les façons possibles." Silence. Laurence Olivier prend la parole : "Miss Monroe a un talent... Mmm... Extraordinaire pour vous faire croire une minute qu'elle est une petite chose coquine et, la minute suivante, vous convaincre qu'elle est une ravissante idiote", dit-il. Les photographes shootent au niveau du genou, espérant prouver que Marilyn ne porte rien sous sa culotte. L'atmosphère est électrique. Soudain, la bretelle de la robe de Marilyn cède. La salle devient dingue. Marilyn se rajuste, gênée, innocente, rougissante. Une assistante apporte une épingle de nourrice. Marilyn la lui a remise juste avant l'"accident".

"Fais comme si tu étais une bouteille de ketchup"

Depuis qu'elle est tombée sous de l'empire de Lee Strasberg, le gourou de l'Actor Studio, Marilyn s'emploie à devenir une tragédienne. Elle répète Eschyle, martèle Shakespeare, énonce James Joyce. L'épouse de Lee, Paula Strasberg, une sorte de sorcière adipeuse en djellaba noire et éternellement coiffée d'un chapeau de paille, cornaque Marilyn tout le temps, à prix d'or - 1 500 dollars la semaine. Les metteurs en scène deviennent fous, de voir cette ombre sinistre souffler des âneries à l'oreille de la blonde. "Fais comme si tu étais une bouteille de ketchup" ou "imagine une brosse à dents très sale", voilà les indications scéniques de la Strasberg.

Le précédent réalisateur de Marilyn, Joshua Logan, a failli verser dans la rage baveuse, pendant le tournage de "Bus Stop". Maintenant que la star est sa propre productrice, personne ne peut plus la contredire. Elle navigue entre son psy et son médecin, et fait des efforts pathétiques pour plaire à son nouveau mari, Arthur Miller, auteur dramatique en vogue. Lequel est empêtré dans ses déclarations devant la Commission des Activités anti-américaines. Soupçonné d'être communiste, il est invité à balancer des noms, comme son ex-ami Elia Kazan. Il ne le fera pas. Il finaude, se dérobe, a signé une pièce anti-McCarthy, "Les Sorcières de Salem". Cet intellectuel avec cette blonde ? C'est l'union de la Belle et de la Bête, daube la presse.

 lenouvelobs 
  Laurence Olivier à Marilyn : « Soyez sexy. » Catastrophe : c'est exactement ce qu'elle ne veut pas entendre. © DR  

Quand Marilyn et Miller sont arrivés en Angleterre pour « Le Prince et la Danseuse », ils ont été accueillis comme des seigneurs. Flanqués de quatre motards, ils ont été déposés à Parkside House, un manoir géorgien qui jouxte le palais de Windsor. Onze chambres à coucher, un parc privé, une armée de valets, thé à tous les étages. Mais la réception fastueuse masque le mépris de Laurence Olivier pour le maigre talent de dramaturge de Miller. De plus, Olivier est noyé dans les problèmes que lui pose son épouse, la sublime Vivien Leigh, qui le cocufle allégrement avec un autre acteur, Peter Finch, avant de s'offrir, nue sous un manteau de fourrure, au premier passant venu. C'est que lady Olivier a sombré dans une schizophrénie agressive. Sir Laurence, qui doit interpréter le rôle principal et mettre en scène le film, compte sur Marilyn pour redorer son blason. Il est sous le charme, absolument.

Tandis que Miller se met à écrire une adaptation de l'une de ses pièces, Marilyn se rend à l'essayage. Elle est dans son état non-Marilyn : blême, le cheveu gras, le regard égaré. Laurence Olivier est stupéfait. Derrière elle, à trois pas, Paula Strasberg. La magie s'effrite instantanément. On débarbouille l'actrice, on la maquille, on l'éclaire. Ouf, c'est réparé. Le conte de fées entre le grand-duc Charles de Carpathie et la danseuse Elsie, surnommée The Coconut Girl, peut commencer. Mince histoire d'amour, dans la tradition des pâtisseries viennoises - tout repose sur la légèreté, la drôlerie, la vivacité. C'est ce que Laurence Olivier essaie d'expliquer à Marilyn. Celle-ci le regarde comme une huître morte. Paula Strasberg murmure à l'oreille de l'actrice. Sir Laurence se contient pour ne pas faire expulser cette Carabosse. Le 30 juillet 1956, le tournage débute. Marilyn arrive une heure en retard. Le deuxième jour, deux heures. Le troisième… Les acteurs anglais sont ponctuels, connaissent leur texte, n'ont pas besoin de se chauffer comme les derviches de l'Actors Studio. Laurence Olivier se consume de colère. Marilyn, elle, pense qu'au contact de ce shakespearien renommé un peu de son éclat va déteindre sur elle. C'est son obsession. Le soir, avec Arthur Miller, elle ne songe qu'à sortir de son rôle de bimbo. Son mari l'observe avec dépit : il a épousé la plus belle créature du monde, il se retrouve avec une névrosée bourrée de pilules, torturée par son image, dévorée d'angoisse, agressive, agaçante. Il espérait être avec Marilyn, il est avec la Poison.

Laurence Olivier, costumé en aristocrate d'opérette, se tourne vers Marilyn et, juste avant que la caméra ne se mette en marche, lui dit : « Soyez sexy. » Catastrophe : c'est exactement ce qu'elle ne veut pas entendre. Elle est donc utilisée, une fois de plus, pour sa sensualité ? Pas pour son talent ? Elle fuit, s'enferme dans sa loge, appelle Lee Strasberg à New York, pleure la nuit, tempête dans les onze chambres à coucher, rage. On s'est moqué d'elle. Miller se cache la tête sous l'oreiller. Elle ouvre le carnet de notes de son mari, lit : « J'ai pensé avoir épousé un ange, je me suis trompé. » Là, Marilyn craque complètement. Elle a déjà été abandonnée par son père, par sa mère, par son producteur, par ses deux premiers maris. On la laisse tomber une fois de plus ? Miller repart aux Etats-Unis, pour apparaître devant les inquisiteurs. Marilyn avale des poignées d'anxiolytiques et boit du champagne. Puis elle couche avec le gentil assistant, Colin Clark, qui fera de cette aventure un livre - non, deux. En attendant, Laurence Olivier se retrouve avec deux folles : sa femme, qui vient de faire une fausse couche, et son actrice, qui est camée. Quand Arthur Miller revient, il fait grand cas de se montrer à la première londonienne de sa pièce « Vu du pont ». Il demande sa carte de membre du Comedy Club, devant les photographes. Pour ce faire, il doit certifier qu'il est éligible et que sa femme n'est pas « indésirable ». Il certifie énormément.

Lee Strasberg arrive au studio. Il lui est interdit d'entrer, il reste à la grille. Sa femme, qu'Olivier surnomme « The Beast », tempête. Marilyn plonge dans un marécage opiacé. Son look se détériore. Elle ne se souvient plus de son texte. Le directeur photo, Jack Cardiff, qui a travaillé avec Huston sur « African Queen » et avec le tandem Michael Powell-Emeric Pressburger, fait tout pour camoufler les dégâts. Par moments, Marilyn retrouve son éclat, sa vivacité, sa fraîcheur. Puis elle retombe dans une aboulie pâteuse, et déserte le plateau le lendemain. Ravie, elle écoute Lee Strasberg lui expliquer qu'elle est géniale, que Laurence Olivier est un acteur surestimé, qu'elle n'est pas jugée à sa vraie valeur. Son mari pense qu'elle est une « pute emmerdante », dit-elle à Strasberg. Arthur Miller rétorque que c'est faux, et que les Strasberg sont des serpents venimeux. L'ambiance est bien pourrie. Pour alléger, Miller emmène Marilyn à Stratford-upon-Avon, visiter le lieu de naissance de Shakespeare. La presse anglaise note que le couple fait chambre à part, désormais. Un adolescent enamouré campe devant le manoir, jour après jour, une fleur à la main. Finalement, Marilyn sort, lui adresse quelques mots et le remercie pour la belle rose. Puis elle l'embrasse sur la bouche. Un demi-siècle plus tard, le vieil homme est encore émerveillé.

De fable charmante, « le Prince et la Danseuse » vire au cauchemar. Quand Laurence Olivier demande à Marilyn de se déplacer pour être dans l'axe de la caméra, celle-ci rétorque : « Vous ne me voyez pas. Pas la peine d'être ici, alors », et elle s'en va. Milton Greene, l'associé de Marilyn, ex-photographe devenu producteur, s'alarme de la note de téléphone (la psychanalyse longue distance, c'est cher), des retards, du budget qui explose. Un jour que Marilyn attend avec Paula dans sa loge, l'assistant fait savoir au metteur en scène que la star est prête. Il entend Laurence Olivier, gentleman exquis, pair du royaume, dire  : « Qu'elle aille se faire foutre. » Et Marilyn recommence ses caprices : alors que l'équipe attend, elle commande des robes, des chaussures, des ensembles. Le 29 octobre, elle est officiellement présentée à la reine, devant laquelle elle fait une jolie révérence, en robe lamée or, bretelles de topazes. Sur les clichés, Sa Majesté regarde avec curiosité le décolleté très ajusté de sa voisine de palier. Mais peut-être jauge-t-elle les topazes…

Le tournage s'achève en novembre, avec onze jours de retard. Avant de rentrer aux Etats-Unis, où Arthur Miller a finalement été très légèrement condamné pour avoir « manifesté du mépris pour la cour » et non pour ses opinions de gauche, le couple se rend à une soirée, pour rencontrer deux acteurs français : Simone Signoret et Yves Montand. Deux ans plus tard, Marilyn tournera « Le Milliardaire » avec ce dernier. Le 13 juin 1957, « le Prince et la Danseuse » sort au Radio City Music Hall, l'une des plus belles salles de New York. A cette occasion, Marilyn, apparemment heureuse, décrit à la presse la petite maison au bord de la mer où elle passe ses vacances avec son mari, « juste assez grande pour nous et des enfants », et, au détour d'une interview, dit : « La seule chose dont j'aie peur, c'est de moi-même. » Elle a raison : sa consommation de pilules s'accroît, ses absences aussi. Bientôt, elle sera internée. Mais, pendant le tournage du « Prince et la Danseuse », un événement mondain a eu lieu : Grace Kelly est devenue princesse de Monaco. Or, il y a un an, c'est Marilyn qui a été approchée pour être l'élue. Elle a simplement répondu : « Monaco ? C'est où, ça ? » Elle a failli vivre l'histoire du « Prince et la Danseuse », en vrai. Bientôt, le destin va lui offrir une deuxième chance, un deuxième prince : JFK. Elle rêvera de devenir première dame. A l'époque, pas question d'être la « first girl-friend ».

Le plus étonnant, c'est que le film de Laurence Olivier, s'il est fade et mou, n'existe que par la présence de Marilyn. Les orages, les angoisses, l'amertume, rien ne transparaît : Marilyn est lumineuse, parfois un peu rêveuse, mais si sexy, si touchante, on ne voit qu'elle. Le « plus grand acteur du monde », à côté, est aussi sensuel qu'un ravier à margarine. Il a de la prestance, de l'allure, du style, mais il est déplacé. Il voudrait être Cary Grant, il n'est que l'ombre de sa manchette. Marilyn va bientôt tourner son chef-d'oeuvre absolu : « Certains l'aiment chaud ». C'est là que Tony Curtis, exaspéré, déclarera : « Embrasser Marilyn, c'est comme embrasser Hitler », comparaison discutable mais pittoresque. Surtout, l'espoir de fonder un foyer va fondre comme un glacier sous réchauffement climatique. Déjà, Arthur Miller s'éloigne. Le jour de leur mariage, il a offert à sa fiancée un bracelet en or. Avec ces mots : « A à M, juin 1956. Maintenant et à jamais. »

Le bonheur ? Jamais.

Lire l'intégralité de l'article de François Forestier, "Marilyn, ange et démon", dans "le Nouvel Observateur" du 2 août 2012.
sur le site  cinema.nouvelobs.com   


Marilyn : « Merci de m'aider à sauver ma vie »
le 4/08/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

lenouvelobs_ecrits
 © KOBAL-AFP-© DR  

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star - mandaté par la famille Strasberg - nous offre un document rare. Aujourd'hui, une lettre inédite à Lee Strasberg

Durant les premiers mois de 1956, Marilyn Monroe, désormais new-yorkaise, quitte sa nouvelle ville d'adoption pour se rendre sur le tournage de « Bus Stop ». Elle rentre d'abord à Hollywood, après plus d'un an d'absence, puis se rend à Phoenix (Arizona) et à Sun Valley (Idaho), avant de revenir à Los Angeles où elle réside au luxueux hôtel Chateau Marmont, sur Sunset Boulevard (elle y retrouve Arthur Miller, pour des amours encore clandestines à ce moment-là). Le réalisateur de « Bus Stop », Joshua Logan, était incertain au départ sur le choix de Marilyn et s'était renseigné auprès de Lee Strasberg, qui l'avait chaleureusement recommandée, convaincu de l'énorme talent d'actrice de celle que les studios de Hollywood s'efforçaient d'enfermer dans un rôle de blonde sexy et superficielle. Elle tenait ainsi l'occasion de démontrer son talent, avec un beau rôle complexe, dirigée par un cinéaste de talent.

Quatorze mois plus tôt, en décembre 1954, alors que le monde du cinéma la reconnaissait enfin comme une star en l'honorant d'un grand dîner de gala après les énormes succès, coup sur coup, de « Niagara », « Les hommes préfèrent les blondes » et « Comment épouser un millionnaire », elle avait quitté la Côte Ouest pour se rendre à New York, à la fois pour y fonder une société de production cinématographique (avec le photographe Milton Greene) et pour suivre les cours de Lee Strasberg à l'Actors Studio. La décision de ce déplacement est vertigineuse, et exceptionnelle : aucune star n'a jamais renoncé à l'éclat de la gloire pour aller se perfectionner sur les bancs d'une école, fût-elle hautement prestigieuse.

Ce choix, au demeurant, ne manque pas de cohérence. En effet, la formation de Marilyn au métier de comédienne s'est toujours faite sous les auspices du grand maître russe, Stanislavski. Ce choix est dû au départ à un certain hasard, lorsque la Columbia donne comme coach à sa starlette Natasha Lytess, formée à cette tendance de l'art dramatique. Cela relève ensuite d'une vraie décision, quand Marilyn va suivre l'enseignement de Michael Tchekhov, le neveu d'Anton, lui aussi apôtre de Stanislavski. Et c'est donc en bonne logique que Marilyn se rend à New York auprès de Lee Strasberg, un des fondateurs de l'Actors Studio, dont la « méthode » consiste à se fondre totalement dans le personnage, à s'imprégner de ses goûts, de ses réflexes, de sa façon de vivre et de sentir (en complément, Lee Strasberg encourageait ses étudiants à entreprendre une psychanalyse, ce que fit Marilyn dès les premiers mois de 1955). De fait, le génie de Marilyn tenait à ce qu'elle ne jouait pas, mais qu'elle était - à l'écran comme sur les photos. Dans son livre « Tu vois, je n'ai pas oublié », Montand ne dit pas autre chose : « Marilyn était un être d'exception dans la mesure où c'était sa lumière intérieure qui lapropulsait à l'avant-scène, devant les projecteurs. Si tu crois en Dieu, tu peux dire que c'est Dieu seul qui produit une lumière pareille, une lumière que ne maîtrise pas celui qu'elle habite… Marilyn soufrait de ne pas être une actrice reconnue, mais ce n'était pas véritablement une actrice : elle se situait bien au-delà du jeu. »

Dans les coulisses de « Bus Stop » se joue un petit drame. Natasha Lytess n'est plus là, elle a été évincée par Paula Strasberg, la femme de Lee, qui sera le coach de studio de Marilyn jusqu'à la fin, au grand dam parfois de célèbres réalisateurs (George Cukor, John Huston) supportant mal cette double commande où le commentaire sur les scènes tournées et la nécessité de les refaire ou non appartenait davantage à Paula qu'à eux-mêmes.

Ce qui est sûr, c'est que Lee Strasberg a joué un rôle déterminant dans la vie et la carrière de Marilyn. Il a d'emblée cru en elle, qu'il considérait comme une nouvelle Duse, promise à une étincelante carrière sur les planches. Il avait compris que ses peurs et sa fragilité devaient devenir sa force, et que seules la technique et la discipline pourraient lui permettre d'exprimer son fragile équilibre au bord de l'abîme. Marilyn se sentait enfin comprise.

Ce brouillon de lettre sur papier à en-tête du Chateau Marmont aurait dû figurer dans « Fragments ». Il se trouve simplement qu'il était classé par erreur dans les courriers reçus par Marilyn (des archives qui feront l'objet d'un gros volume à paraître en automne 2013 aux éditions du Seuil), et n'a été découvert que quelques mois après la publication des écrits intimes. Il m'a paru qu'en cette date anniversaire il était légitime de faire paraître le texte dans « le Nouvel Observateur », qui avait consacré sa couverture à Marilyn lors de la sortie de « Fragments », en octobre 2010, ce qui permettra à chacun de glisser les deux pages ici présentes dans le livre, comme un précieux complément. Je suis, à titre personnel, évidemment touché par cette lettre où Marilyn se compare à « un poisson hors de l'eau » (ce qu'elle était en effet, perdue parmi la foule des cyniques), le titre d'un de mes romans…

La lettre de Marilyn à Lee Strasberg

Cher Lee,

Si je n'avais pas trouvé le moyen de me mettre au travail je serais (comme je l'ai toujours été depuis que j'ai une conscience) un poisson hors de l'eau - agitée et rêvant (à des choses impalpables auxquelles je n'ai pas accès) et cent fois plus nerveuse, et totalement désespérée. Je reste mal organisée - mais j'entrevois même légèrement mes responsabilités pour moi-même et pour les autres qui m'ont aidée et même ceux qui m'ont abîmée et qui sont tous mes autres moi-même, dans ce que j'endure, ce que par miracle je parviens à faire. Mais Lee, pourquoi est-ce que ça doit être si douloureux ? sauf que j'éprouve plus fortement que jamais à quel point l'être humain est dans la survie.

J'essaye d'être même plus sociable que je l'ai jamais été mais les gens semblent prendre cela à tort pour une sorte de [mot manquant] et pour une faiblesse revendiquée qui et comme les poulets - qui donnent des coups de bec à ceux qui sont malades et s'affaiblissent - jusqu'à ce que je sente que je vais tout lâcher et mourir - par leur faute et surtout par la mienne - je suis certaine que tout ceci semble absurde - mais je vous remercie de votre patience. Et de laisser Paula à mes côtés - elle m'aide - même parfois elle a la bonne idée - ainsi je peux parler avec elle et parfois avoir l'espoir de m'identifier à sa présence féminine et chaleureuse alors que toutes les autres personnes avec qui je parle se mettent à penser que je débloque et leur grande inquiétude - semble me terrifier - la crainte qu'ils aient raison avec leur inquiétude.

Merci, merci, merci de m'aider à sauver ma vie.

Peut-être que je ne serai jamais capable de faire ce que je veux faire - mais au moins j'ai de l'espoir. Je ne sais pas comment je joue - je sais juste que je peux rester concentrée, au moins une partie du temps - et que les exercices que j'ai appris en cours peuvent toujours marcher à condition que je les convoque franchement.

Merci.

Amitié

M

Mon amitié à Suzie et Johnnie

(*)Susan et John, les deux enfants de Lee et Paula Strasberg.

27 mars 2012

Scarlett Johansson : bientôt dans la peau de Marilyn ?

Scarlett Johansson : bientôt dans la peau de Marilyn ?
Article publié le 24/03/2012
en ligne sur voici.fr

scarlettjohansson1

Après Claude François, c’est au tour d’Yves Montand de venir pousser la chansonnette au cinéma. Scarlett Johansson pourrait faire partie de l’aventure.

Il n’y a pas qu’en politique qu’il y a compétition. Dans un autre domaine, la concurrence est tout aussi rude. Au cinéma, par exemple. Dans le biopic à venir consacré à Yves Montand, le poste de Marilyn Monroe est à pourvoir. Inutile d’envoyer vos photos et CV, Jean-Louis Livi (neveu du chanteur) a annoncé qu’il imaginait une star internationale pour incarner la Marilyn de son film.
Cette dernière avait eu une relation avec Yves Montand au début des années soixante.

Jean-Louis Livi fait un peu plus qu’imaginer vu qu’il a carrément donné des noms : Scarlett Johansonn ou Naomi Watts. On ne peut pas dire qu’il aille choisir les plus moches, hein ?
Petit détail qui a toute son importante : il semblerait que les deux intéressées ne soient pas encore au courant. Si elles lisent la presse, elles le seront toutefois très prochainement.

Scarlett Johansonn ou Naomi Watts. C'est sûr qu'une star d’Hollywood ferait très bien au casting. Dans ce biopic, Yves Montand sera joué par Thierry Neuvic. Céline Sallette, alias Simone Signoret, lui donnera la réplique.
Etant donné que Naomi Watts va bientôt incarner Lady Diana sur grand écran, ça serait chouette de sa part de laisser la place de Marilyn à la pulpeuse Scarlett…

Posté par ginieland à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2012

Paris Match 23/01/1960

mag_paris_match_1960_01_23_coverLe magazine Paris Match n°563, du 23 janvier 1960, consacrait un article de 2 pages sur le tournage du Milliardaire, intitulé "Marilyn: je choisis Montand".

mag_paris_match_1960_01_23_p1 mag_paris_match_1960_01_23_p2

Posté par ginieland à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mars 2012

Modern Screen Février 1961

mag_modern_screen_1961_february_coverLe magazine américain Modern Screen, de février 1961, consacrait un article à Marilyn Monroe intitulé "Arthur Miller's Remembrances of Marilyn".

mag_modern_screen_1961_february_p1 mag_modern_screen_1961_february_p2
mag_modern_screen_1961_february_p3 mag_modern_screen_1961_february_p4

Posté par ginieland à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2012

Sondage: Votre couple préféré ?

Quel est votre couple préféré ?

Entre ces deux monstres sacrés, ces deux grands acteurs,
qui ont été "amants" de Marilyn, quel est votre préféré ? 

Posté par ginieland à 13:52 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2012

Paris Match 20/02/1960

mag_paris_match_1960_02_20_num567_coverLe magazine Paris Match n°567, du 20 février 1960, consacrait un article de 11 pages sur la relation entre Marilyn Monroe et Yves Montand sur le tournage de Le Millardaire; dans un article intitulé "L'amour la guettait derrière des lunettes". Article de Stéphane Groueff.

mag_paris_match_1960_02_20_num567_p1 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p2
mag_paris_match_1960_02_20_num567_p3 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p4 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p5 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p6
mag_paris_match_1960_02_20_num567_p7 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p8 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p9
mag_paris_match_1960_02_20_num567_p10 mag_paris_match_1960_02_20_num567_p11

31 janvier 2012

Look July 5, 1960

mag_LOOK5JUL1960coverLe magazine américain Look du 5 juillet 1960consacrait sa couverture à Marilyn Monroe et Yves Montand et un article intitulé "Marilyn meets Montand". 

mag_LOOK5JUL1960p mag_LOOK5JUL1960p mag_LOOK5JUL1960p mag_LOOK5JUL1960p mag_LOOK5JUL1960p 

Posté par ginieland à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2011

Yves Montand : Il y a ceux qui rêvent...

Yves Montand :
Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts,
et ceux qui vivent les yeux fermés
Auteurs: Carole Amiel, Valentin Livi

yvesmontandDate de sortie: 13 octobre 2011
Relié 184 pages
Langue: français

Éditeur: Michel Lafon
ISBN-10: 2749914639
ISBN-13:
978-2749914633
Prix éditeur: 29,95 Euros
Ou le commander ? sur amazon.fr

Présentation de l'éditeur:  Le 9 novembre 1991, Yves Montand disparaissait vingt ans plus tard, Carole Amiel, sa dernière compagne, et Valentin Livi, leur fils, lui rendent hommage. Issu d'une famille ouvrière et militante qui a fui l'Italie fasciste, Yves Montand, né Ivo Livi, a puisé dans ses racines toute sa vie durant. C'est sans doute ce qui lui a donné la force de se dépasser, d'atteindre ses rêves de chanson et de cinéma, sans jamais perdre sa foi en l'homme résistant. Des cabarets de music-hall de Marseille à l'Olympia puis au Metropolitan Opera à New York, Montand dévoile un jeu de scène incroyable. Au cinéma, il mettra son talent au service des plus grands : Costa-Gavras, Alain Corneau, Claude Sautet, Claude Berri, Jean-Paul Rappeneau... pour les réalisateurs ; Romy Schneider, Marilyn Monroe, Gérard Depardieu, Louis de Funès... pour les actrices et acteurs. Montand savait tout jouer, de la comédie au film politique, toujours avec la même intensité. Personne n'a oublié son engagement social, empreint de coups de gueule, de ferveur et de lucidité ; il était de tous les combats, notamment au côté de sa femme, Simone Signoret, avec laquelle il forma un couple mythique. Joyeux égocentrique, perfectionniste, rayonnant, intact pour son public, intime en papa ébloui, c'est ainsi que Carole, Valentin et de nombreux proches et amis qui témoignent dans ce livre font revivre la légende Montand.

N.B:  Le livre comporte tout un chapitre sur le film du Milliardaire et de la liaison entre Montantd et Marilyn Monroe; avec des lettres inédites de Marilyn Monroe écrites à Yves Montand, et une photographie jamais publiée de Marilyn pendant le tournage du Millardaire, dédicacée pour Montand avec cette légende:
Photo inédite de Marilyn qu'elle dédicace à Montand "Cher Monsieur you teach me "it's to easy to be sad". So they make me mad. Je t'aime, Marilyn." (Cher Monsieur, tu m'as dit "il est trop facile d'être triste". Alors ils me rendaient folle. Je t'aime, Marilyn). Marilyn appelait toujours Montand Monsieur.

book_montand

Posté par ginieland à 18:39 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 novembre 2011

A la TV - Soirée Yves Montand

gif_tvmarilyn

Mardi 8 novembre 2011 - 20h35 - sur France 2
Documentaire suivi du film César et Rosalie

Documentaire - Ivo Livi, dit Yves Montand

Réalisation: Patrick Rotman.
Année: 2011.
Durée : 115 minutes

ivo_liviYves Montand disparaît le 9 novembre 1991, il y a vingt ans. La vie d'Yves Montand est faite de vies qui s'entremêlent : l'ascension d'un petit immigré italien qui devient une star internationale, l'extraordinaire carrière au music-hall, les dizaines de rôles sur grand écran, la rencontre avec des femmes qui sont elles-mêmes des mythes : Signoret, Piaf, Marilyn, l'engagement enfin dans les combats de son siècle. Faire un film sur Montand, c'est au fond parcourir un incroyable voyage depuis les collines de sa Toscane natale jusqu'aux cintres du Metropolitan Opera de New York.
NB: Pour avoir vu la bande-annonce du documentaire, on y verra des images de Marilyn et Yves à la fête de présentation de Let's Make Love. L'idylle entre Yves et Marilyn sera évidemment évoquée.

Posté par ginieland à 14:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 octobre 2011

Love Me Frenchie

Love Me Frenchie

Article publié le 7 mars 2011
par Peggy Frey
en ligne sur madame.lefigaro.fr

Olivier Martinez, Vincent Cassel, Tony Parker : le french lover se lance à la reconquête de Hollywood

yves_montant_marilyn_monroe_0Le jour où Montand a fait chavirer Marilyn, le charme du mâle hexagonal a gagné ses lettres de hotness. Après une petite traversée du désert, voilà que le french lover se lance à la reconquête de Hollywood. Résultat : l’amoureux tricolore décroche les étoiles... Étude de cas.

C’est une renaissance. Le F.L.I. (French lover international) est à nouveau en selle, le mâle made in France n’en finit plus de multiplier les conquêtes aux États-Unis. Dernière en date, et pas des moindres, celle du chorégraphe Benjamin Millepied. Natalie Portman se disait difficile en amour, il faut croire qu’il fallait au moins un French lover pour faire chavirer son cœur. Et comme cette perfectionniste-née ne fait jamais rien à moitié, elle attend un bébé pour le printemps. Peu avant lui, Louis-Marie de Castelbajac attirait dans ses filets l’indomptable Dita Von Teese.

Pas de doute, l’ami Frenchie retrouve enfin ses lettres de noblesse et ne vole plus ce titre tant convoité de « French lover » (« amant français »). Comme la French touch, le French kiss et les French fries, il fait partie de notre ADN, composant essentiel de notre orgueilleuse identité nationale et excellent produit d’exportation. Au siècle dernier, au tournant des années 50-60, il y a eu Yves Montand et Marilyn Monroe, Jean-Pierre Aumont et Grace Kelly, Alain Delon et Romy Schneider, puis... plus rien ! Calme plat ! La traversée du désert ! Le bellâtre tricolore s’endort tranquillement sur ses lauriers au point de se faire oublier. « C’était pour mieux revenir ! affirme Vincent Grégoire, détecteur de tendances chez Nelly Rodi. Cette dernière décennie, on assiste à un vrai come-back du French lover. » D’abord, il vient s’inscrire dans le mythe général concernant la France. Chez nos voisins, quels qu’ils soient, la French touch fait beaucoup parler : Paris reste la capitale de l’amour et de la mode, la Française possède une taille de guêpe, la cuisine est à tomber. Le French lover fait partie du décor, il fait rêver. Ensuite, il a tout bon ! Il est moins macho que l’Italien, moins coincé que l’Anglais, plus cultivé que l’Américain, moins caliente que l’Espagnol, mieux élevé que le Russe. Ajoutez à la liste un léger côté bad boy, et nous y sommes. Sans oublier qu’il serait un amant exceptionnel...

À Hollywood, du coup, le French lover reprend aussi du poil de la bête. Il n’y a pas que Javier Bardem pour représenter l’Europe. L’industrie du cinéma lui donne à nouveau crédit. Enfin ! Car il est bien loin, le temps des Charles Boyer, Louis Jourdan et autre Maurice Chevalier.

Made in France
La parfaite incarnation du French lover 2011 ? « Guillaume Canet ! tranche Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes. Il incarne à lui seul ce mythe à la française. Il possède le physique, l’intelligence, le talent et le charme. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il joue un French lover aux côtés de Keira Knightley dans Last Night. » Guillaume Canet French lover ? D’accord, mais alors un French lover low profile. Car ce spécimen est à géométrie variable : un French lover peut en cacher un autre... La preuve par cinq.

1. Olivier Martinez : le hussard viril
olivier_martinezEn France, on aurait tendance à le prendre pour un velléitaire perdu de vue. Aux États-Unis, c’est « le » French lover par excellence ! Son palmarès en témoigne : après avoir charmé Juliette Binoche, Olivier tente sa chance à Hollywood. À défaut de faire décoller sa carrière (on oublie même qu’il a reçu le César du Meilleur Espoir masculin pour Petit Paul), il s’est forgé une image de joli cœur à la française, serial lover qui les fait toutes chavirer : Mira Sorvino (ex-miss Tarantino), Kylie Minogue, Michelle Rodriguez, Elsa Pataky et enfin Halle Berry, la dernière à avoir craqué. Pourquoi tant d’amour ? Olivier incarnerait la virilité à l’état pur. Il respire la testostérone et incarne même l’image du parfum L’Homme pour YSL. De plus, il possède ce petit supplément d’âme qui le rend irrésistible : l’animal est loyal, il l’a prouvé en tenant la main de son ex, Kylie Minogue, pendant son traitement contre son cancer du sein. Conclusion ? L’essayer, c’est l’adopter.

2. Thomas Mars : le french chic type
Jean, chemise écossaise, Converse élimées..., le leader du groupe Phoenix est la preuve vivante que l’on peut être un French lover sans en faire des tonnes. Son truc ? La sobriété, les bonnes manières : monsieur est un Versaillais pure souche. Il n’en fallait pas moins pour séduire l’énigmatique Sofia Coppola, autre icône low profile. Ils se sont rencontrés en 1999 sur le tournage de Virgin Suicides, dont Phoenix signait la bande originale, mais sont ensemble depuis 2005. Installés à Paris, dans le 7e arrondissement, ils élèvent deux petites filles et forment le couple le plus bobo-arty du moment. En parfait gentleman, Thomas n’hésite pas à troquer sa panoplie d’« adulescent » contre un smoking pour accompagner sa belle sur les tapis rouges. Zéro fausse note.  

3. Louis-Marie de Castelbajac : le pin-up boy
louismari_julie_61928170_600Tel père, tel fils ! Louis-Marie de Castelbajac incarne l’élégance parisienne comme personne. Il oscille entre le look de dandy ultra-propret et celui de minet over-gominé. Le mix est réussi : il émane de ce gentleman nouvelle génération une délicatesse et une douceur assez étonnantes, quasi désuètes. On aurait presque envie de toucher pour voir s’il ne viendrait pas d’un autre temps... Est-ce son look ultra-léché ou son goût pour la littérature romanesque qui a séduit Dita Von Teese, reine incontestée de l’effeuillage rétro ? Pour succéder à l’ovni Marilyn Manson, Dita était sans aucun doute en quête de contraste avec Louis-Marie. Question vintage, mademoiselle est servie. 

4. Vincent Cassel : le french rebelle
Il impose le respect et incarne une forme de French lover légèrement en marge, rebelle totalement intégré dans le système, aussi à l’aise à Hollywood (il triomphe dans Black Swan) que dans les quartiers chauds de Bahia, le Brésil étant son pays d’élection. Vincent Cassel joue peut-être aux côtés des plus grands, mais il reste fidèle à ses premières amours. Pas question de quitter Ménilmontant, pas question de lâcher son scooter, pas question de troquer son look streetwear chic pour un uniforme plus soft, même si le tuxedo lui va fort bien. Vincent reste Vincent. Homme de défi et forte tête, il préfère bien évidemment l’attrait d’une belle Italienne à celui plus suave d’une blonde Américaine. Avec la bomba Monica, ils forment le couple le plus ultra-glam du red carpet et sont, en parallèle, les parents sans problème de Léonie (9 mois) et Deva (6 ans). Chapeau bas !

5. Tony Parker : le french goujat ?
C’est un peu la bête noire du moment. Bon, débonnaire et loyal French lover pendant des années, Tony Parker vient d’être brutalement rétrogradé au rang de « French goujat » par la presse américaine. Le basketteur, mégastar en Amérique, marié à la plus sexy des desperate housewives, Eva Longoria, pris en flagrant délit de « sexto » ? Franchement, Tony aurait pu mieux faire, c’est indigne d’un French lover ! Pas de quartier, le géant naïf s’est fait immédiatement remercier par Eva, la Latine à cheval sur les principes. On regrette un peu ce pas de côté dont on connaît mal les détails, Eva n’étant pas la moins fûtée du couple. Une chose est acquise : le French lover n’a pas droit à l’erreur !

Posté par ginieland à 13:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,