14 novembre 2014

Property from the life and career of MM - 12/2014 - Photos


Photographies


Lot 692: MARILYN MONROE SIGNED 1941 SCHOOL PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe signed vintage original 1941 panoramic photograph from Ralph Waldo Emerson Jr. High School. Monroe can be seen in the seventh row from the bottom and the 15th person from the right. Inscribed by the future Marilyn Monroe, among other classmates, on verso, “To a swell, nice & perfect girl Norma Jeane Baker” with “41” possibly written below her name. The image was originally owned by Norma Jeane’s classmate, Joan Boggs, to whom the inscriptions are written.
8 by 24 3/4 inches
Winning bid:$2,560 - Estimate: $2,000 - $4,000
juliens-mmauction2014-lot692a 
juliens-mmauction2014-lot692b  juliens-mmauction2014-lot692c


Lot 693: GINGER ROGERS INSCRIBED PHOTOGRAPH TO NORMA JEANE BAKER
 A vintage black and white RKO studio publicity photograph of Ginger Rogers inscribed, "To Norma Jean Baker Sincerely Ginger Rogers 1937." In 1937 the eleven-year old Norma Jean was living with Grace McGee, a friend of Monroe's mother and a film cutter at RKO. It is possible that McGee arranged for the signing of this photograph for the young Marilyn Monroe. Monroe went on to co-star with Rogers in Monkey Business (20th Century Fox, 1952) fifteen years after this photograph was signed.
10 by 8 inches
Winning bid:$1,920 - Estimate: $800 - $1,200
juliens-mmauction2014-lot693a juliens-mmauction2014-lot693b 


Lot 694: MARILYN MONROE WEDDING IMAGE SIGNED BY JAMES DOUGHERTY
 An image of Marilyn Monroe on her wedding day with first husband James Dougherty taken from a book. Inscribed and signed by Dougherty in blue ink. Attached to three other book pages of letters written by Monroe to Grace Goodard. This image can be found in the biography Marilyn: The Passion and the Paradox by Lois Banner (New York: Bloomsbury, 2012).
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
11 1/4 by 8 1/2 inches
Winning bid:$448 - Estimate: $200 - $300
juliens-mmauction2014-lot694a juliens-mmauction2014-lot694b 


 Lot 710: MARILYN MONROE AND JOE KIRKWOOD PHOTOGRAPH
 A black and white original vintage photograph of Marilyn Monroe with actor and golfer Joe Kirkwood Jr. marked on verso in pencil with the actress and actors' names. This image can be found in the biography Marilyn: The Passion and the Paradox by Lois Banner (New York: Bloomsbury, 2012).
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
4 by 5 inches
Winning bid:$375 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot710 


Lot 711: MARILYN MONROE ORIGINAL 1948 FOX STUDIOS PERFORMANCE PHOTOGRAPHS
 A collection of five black and white original vintage photographs showing Marilyn Monroe in the Fox Studios employee stage show "Strictly for Kicks" in 1948. Accompanied by two copies of the April 1948 "Action" newsletter featuring an article on the production that includes photographs and mentions of Monroe. One of the photographs can be seen in the biography Marilyn: The Passion and the Paradox by Lois Banner (New York: Bloomsbury, 2012).
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
5 by 4 inches
Winning bid:$1,024 - Estimate: $500 - $700
juliens-mmauction2014-lot711a juliens-mmauction2014-lot711b juliens-mmauction2014-lot711c


Lot 713: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage original photograph taken by Frank Powolny circa 1950.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid:$768 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot713 


Lot 714: MARILYN MONROE LASZLO WILLINGER VINTAGE PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage original black and white publicity photograph taken by Laszlo Willinger for the film All About Eve (20th Century, 1950).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
 Winning bid:$4,062.50 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot714 


 Lot 716: MARILYN MONROE 1951 PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage original photograph taken by Phil Burchman circa 1951. Believed to be taken for 20th Century Fox publicity photographs. Marked at lower right "F999-S-259."
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
5 by 4 inches
 Winning bid:$768 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot716 


 Lot 717: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage original black and white photograph circa 1950.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid:$640 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot717


 Lot 719: MARILYN MONROE VINTAGE PUBLICITY IMAGE
 A black and white publicity image of Marilyn Monroe taken by Frank Powolny and used to publicize the film How to Marry a Millionaire (20th Century, 1953). The image is spuriously stamped on the back as being copyrighted by Robert F. Slatzer.
9 1/2 by 8 inches
Winning bid:$1,562.50 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot719a  juliens-mmauction2014-lot719b


Lot 721: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage black and white photograph.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid:$2,812.50 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot721 


 Lot 724: MARILYN MONROE CAMEL COAT SITTING PHOTOGRAPHS
 A pair of vintage photographs of Marilyn Monroe taken by Milton Greene in 1953. Each stamped on verso "Reproduction Forbidden."
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
7 by 5 inches
 Winning bid:$1,875 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot724a juliens-mmauction2014-lot724b 


 Lot 726: MARILYN MONROE PUBLICITY PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage studio publicity photograph for the film How To Marry a Millionaire (20th Century, 1953).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
 Winning bid:$1,600 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot726 


 Lot 729: MARILYN MONROE GENTLEMEN PREFER BLONDES PUBLICITY IMAGE
 A Marilyn Monroe vintage black and white studio publicity photograph for the film Gentlemen Prefer Blondes (20th Century, 1953).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid: $576 - Estimate: $200 - $400
juliens-mmauction2014-lot729 


Lot 730: MARILYN MONROE GENTLEMEN PREFER BLONDES PUBLICITY IMAGE
 A Marilyn Monroe vintage black and white studio publicity photograph for the film Gentlemen Prefer Blondes (20th Century, 1953).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid: $448 - Estimate: $200 - $400
juliens-mmauction2014-lot730 


 Lot 740: JOE DiMAGGIO PUBLICITY PHOTOGRAPH
 A vintage black and white image of Joe DiMaggio signing a baseball.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
 Winning bid: $448 - Estimate: $150 - $300
juliens-mmauction2014-lot740 


Lot 741: MARILYN MONROE 1954 HONEYMOON PHOTOGRAPHS
 A pair of vintage original black and white photographs of Marilyn Monroe in Japan while on her honeymoon with Joe DiMaggio in 1954. DiMaggio can be seen in partial profile in the lower left of one image.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
4 1/4 by 6 inches
 Winning bid: $384 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot741 


Lot 742: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPHS
 A group of three vintage original black and white photographs of Marilyn Monroe at the Honolulu International airport in Hawaii during her honeymoon with Joe DiMaggio in 1954. The photographs were taken by a photographer who was tipped off that Monroe and DiMaggio were waiting in a secluded area of the airport. He and a friend, who was stationed in Hawaii with the Navy, went to photograph the newlyweds. The photographer gave the photographs he could not use to the friend, who kept them in his photo book of his time during the war and later sold the photographs at auction. Presumably, these photographs were never released for print. Monroe's thumb is bandaged, and some have accused DiMaggio of inflicting the injury. One of the images can be found in the biography Marilyn: The Passion and the Paradox by Lois Banner (New York: Bloomsbury, 2012).
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
and Lot 766, "Hollywood Legends," Julien's Auctions, Las Vegas, June 26, 2010
Largest, 9 1/2 by 7 1/2 inches
Winning bid: $1,875 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot742a 
juliens-mmauction2014-lot742b juliens-mmauction2014-lot742c 


Lot 744: MARILYN MONROE KOREA CONTACT SHEETS
 A group of seven contact sheets and one half sheet from Marilyn Monroe’s 1954 visit to Korea to entertain American troops. The black and white sheets show Monroe on stage, signing autographs, posing with servicemen, and behind a changing curtain in addition to images of the servicemen in the audience. Photographer unknown. Sheets marked on verso with numeric notations.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
8 by 10 inches
Winning bid: $1,562.50 - Estimate: $600 - $800
juliens-mmauction2014-lot744 


Lot 745: MARILYN MONROE KOREA VISIT PHOTOGRAPHS
 A group of four vintage original black and white photographs of Marilyn Monroe dining with troops in Korea in 1954. Also present is an image of a band performing on stage.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
5 by 7 inches
Winning bid: $500 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot745 


Lot 746: MARILYN MONROE 1954 KOREA VISIT PHOTOGRAPHS
 A group of four original vintage photographs of Marilyn Monroe visiting troops in Korea. Three show Monroe at servicemen’s bedside. Each has carbon copied information snipes and credits on verso from the United States Signal Corps.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
5 by 7 inches
Winning bid: $625 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot746


 Lot 751: MARILYN MONROE AND JOE DiMAGGIO PHOTOGRAPH CUT IN HALF
 An original vintage photograph of Marilyn Monroe and Joe DiMaggio taken while on their honeymoon in Japan. The photograph has been cut in half directly between the couple.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
Each half, 4 1/4 by 3 1/8 inches
 Winning bid:$1,280 - Estimate: $600 - $800
juliens-mmauction2014-lot751 


Lot 756: MARILYN MONROE RIVER OF NO RETURN PHOTOGRAPHS
 A pair of vintage candid images of Marilyn Monroe on the set of River of No Return (20th Century, 1954). Both images are believed to have been taken by Milton Greene; only one of the images bear his stamp on verso. Both photographs are stamped "Reproduction Forbidden."
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
7 by 5 inches
Winning bid:$576 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot756a  juliens-mmauction2014-lot756b 


Lot 762: MARILYN MONROE BEMENT CENTENNIAL RIBBON
 A Marilyn Monroe beard contest judge ribbon and photograph from the 1955 Bement Centennial. The white ribbon with gold tone print reads "Bement/ Centennial/ Official/ 1855-1955." Cardstock affixed to the top of the ribbon reads "Marilyn Monroe." Accompanied by a vintage black and white photograph of Monroe at the event. Stamped on verso "News Gazette/ Photograph," with photocopies of articles about the event. Monroe attended the Centennial celebration and served as a judge in the beard contest, among other activities, after a resident assisted her in paying a hotel bill in exchange for her appearance. Originally from the estate of Peter Leonardi. The image can be found in the biography Marilyn : The Passion and the Paradox by Lois Banner (New York: Bloomsbury, 2012).
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
and Lot 718, "Julien's Summer Sale," Julien's Auctions, Las Vegas, June 26, 2009
Winning bid: $640 - Estimate: $600 - $800
juliens-mmauction2014-lot762a juliens-mmauction2014-lot762b
juliens-mmauction2014-lot762c


Lot 765: MARILYN MONROE CECIL BEATON PHOTOGRAPH
 A black and white vintage photograph of Marilyn Monroe taken by Cecil Beaton in 1956. The photograph is mounted to board.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
9 by 9 inches
Winning bid: $3,840 - Estimate: $1,000 - $2,000
juliens-mmauction2014-lot765


Lot 766: MARILYN MONROE SECRETARIALLY SIGNED PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe secretarially signed photograph accompanied by transmittal envelope. It appears the photograph was mailed out from Marilyn Monroe Productions to Bogota, Columbia, and returned.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid: $11,250 - Estimate: $200 - $400
juliens-mmauction2014-lot766a  juliens-mmauction2014-lot766b


 Lot 772: MARILYN MONROE MILTON GREENE CONTACT SHEET
 A contact sheet of 24 images of Marilyn Monroe taken by Milton Greene during a 1953 photoshoot on the Twentieth Century-Fox backlot. Monroe was shot by Greene preparing for the shoot (some images include Greene) and in a peasant costume worn by Jennifer Jones in Song of Bernadette (20th Century, 1943). Photographer's stamp and numeric note on verso.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
8 by 10 inches
Winning bid: $896 - Estimate: $400 - $600 
juliens-mmauction2014-lot772  


Lot 780: MARILYN MONROE MILTON GREENE VINTAGE PHOTOGRAPH
 An original vintage photograph of Marilyn Monroe taken by Milton Greene. Monroe is dressed as her character Chérie from the film Bus Stop (20th Century, 1956).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
 Winning bid: $1,125 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot780 


Lot 781: MARILYN MONROE MILTON GREENE VINTAGE PHOTOGRAPH
 An original vintage photograph of Marilyn Monroe taken by Milton Greene. Monroe is dressed as her character Chérie from the film Bus Stop (20th Century, 1956).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid: $1,600 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot781


Lot 782: MARILYN MONROE VINTAGE BUS STOP PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe vintage black and white photograph taken on the set of the film Bus Stop (20th Century, 1956).
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
Winning bid: $1,024 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot782 


Lots 787/788: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPH
 A vintage photograph of Marilyn Monroe printed with two images of Monroe. Believed to have been taken by Sam Shaw circa 1958. The image shows Monroe in her New York apartment in front of her piano.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
8 by 10 inches
Lot 787: Winning bid:$640 - Estimate: $200 - $400
Lot 788: Winning bid:$896 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot788 


Lot 789: MARILYN MONROE VINTAGE PHOTOGRAPHS
 A pair of Marilyn Monroe vintage black and white photographs. One shows Monroe at a party. The other was taken on set and has a Milton Greene photography stamp on verso.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
Largest, 8 by 10 inches
 Winning bid:$896 - Estimate: $600 - $800
juliens-mmauction2014-lot789 


Lot 797: ARTHUR MILLER PHOTOGRAPH BY DAN WEINER
 An original vintage black and white photograph of Arthur Miller taken by Dan Weiner circa 1952. Stamped by the photographer on verso with handwritten notions that have been crossed out.
9 1/2 by 13 1/2 inches
Winning bid:$128 - Estimate: $200 - $400
juliens-mmauction2014-lot797a  juliens-mmauction2014-lot797b 


Lot 805: ARTHUR MILLER VINTAGE PHOTOGRAPHS
 A pair of vintage original black and white photographs of Arthur Miller. In one, Miller stands smiling next to a bicycle. Image marked on verso “Apr. 1955.” The second is a professional photograph of Miller. Stamped with photographer Daniel Bernstein’s stamp on verso.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
7 by 5 inches
Winning bid:$128 - Estimate: $200 - $400
 juliens-mmauction2014-lot805 


Lot 812: MARILYN MONROE AND ARTHUR MILLER VINTAGE PHOTOGRAPH
 A Marilyn Monroe and Arthur Miller black and white vintage original photograph. Taken by Paul Schumach at the premiere of Some Like It Hot (UA, 1959). Photographer stamp on verso.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
10 by 8 inches
 Winning bid:$3,125 - Estimate: $400 - $600
juliens-mmauction2014-lot812 


Lot 814: MARILYN MONROE MILTON GREENE CONTACT SHEETS
 A collection of approximately five vintage contact prints of photographs taken by Milton Greene featuring Marilyn Monroe and Laurence Olivier at a press conference for the film The Prince and The Showgirl (Warner Bros., 1957) and Monroe with Marlon Brando at the premiere of the film The Rose Tattoo (Paramount, 1955). Also includes a contact sheet with images of an event where Sammy Davis Jr. was performing live.
Largest, 10 by 8 inches
Winning bid:$1,125 - Estimate: $1,000 - $2,000
juliens-mmauction2014-lot814  


Lot 815: MARILYN MONROE MILTON GREENE PHOTOGRAPHS
 A vintage 8-by-10-inch gelatin silver photograph taken by Milton Greene, depicting Marilyn Monroe with Laurence Olivier at a press conference for the film The Prince and The Showgirl (Warner Bros., 1957) in which they played the starring roles. The photograph has been encapsulated and includes a letter of authenticity from PSA grading it a "Type I" original photograph. The verso of the photograph is marked with Greene's identification stamp. Accompanied by a vintage medium-format print of the same image as well as an additional vintage print of Monroe laughing.
10 by 8 inches
Winning bid:$ 5,760 - Estimate: $2,000 - $4,000
juliens-mmauction2014-lot815a  juliens-mmauction2014-lot815b juliens-mmauction2014-lot815c


Lot 816 C: MARILYN MONROE PERSONAL PHOTOGRAPHS
 A collection of Marilyn Monroe's personal photographs, including a photograph of Isador Miller (Monroe's father-in-law); two photographs of a television screen showing images of Monroe on The Jack Benny Program in 1953; a black and white image of an unknown woman, stamped by Milton Greene on verso; a color photograph of a manenquin holding up a champagne glass behind a sign that reads "Marilyn Monroe" dated "Mar 58"; a pair of images of two men in Scottish kilts; two photographs of children, one with an inscription on the back from "Ilah" (one of the children may be Joshua Greene); and a photograph taken behind the scenes of a film. Accompanied by a newspaper clipping of an image of Monroe.
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
Largest, 7 by 5 inches
Winning bid: $896 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot816C 


Lot 821: MARILYN MONROE CECIL BEATON TRIPTYCH
A three-panel sterling silver custom-made Cartier frame, gifted to Marilyn Monroe by Nedda and Joshua Logan. The center frame houses a black and white silver gelatin print of the portrait Cecil Beaton took of Monroe in 1956. This image is purported to be Monroe’s favorite image of herself. The portrait is mounted to board and signed on matte by Beaton. The center frame is engraved at the top “For Marilyn Monroe Miller” and at the bottom “Love Nedda and Joshua Logan.” Joshua Logan directed Monroe in her 1956 film Bus Stop . The left and right frames house a handwritten letter from Beaton describing Monroe. It reads in part, “But the real marvel is the paradox – somehow we know that this extraordinary performance is pure charade, a little girl’s caricature of Mae West. The puzzling truth is that Miss Monroe is a make-believe siren, unsophisticated as a Rhine maiden, innocent as a sleepwalker. She is an urchin pretending to be grown-up, having the time of her life in mother’s moth-eaten finery, tottering about in high-heeled shoes and sipping gingerale as though it were a champagne cocktail. There is an otherworldly, a winsome naiveté about the child’s eyes… .” The portrait can be seen in images of Monroe’s living room, where it was housed from 1956 until the actress’ death in 1962.
Please note: This item will not be available for shipment or pick-up until January 1, 2015.
PROVENANCE Lot 22 "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
16 by 46 1/2 inches, framed
Winning bid: $38,400 - Estimate: $30,000 - $40,000
juliens-mmauction2014-lot821a  juliens-mmauction2014-lot821b
juliens-mmauction2014-lot821c juliens-mmauction2014-lot821d juliens-mmauction2014-lot821e
juliens-mmauction2014-lot821f  juliens-mmauction2014-lot821g


Lot 822: MARILYN MONROE AFHU DINNER VINTAGE PHOTOGRAPH
 A vintage candid photograph of Marilyn Monroe at the September 27, 1959, American Friends of the Hebrew University (AFHU) awards ceremony in Philadelphia. Monroe's then husband, Arthur Miller, was honored at the event. Label affixed to the bottom center of the photograph reads "Hebrew University Dinner/ Sheraton Hotel Sunday Sept. 27."
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
8 by 10 inches
 Winning bid:$448 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot822 


Lot 823: MARILYN MONROE AFHU DINNER VINTAGE PHOTOGRAPH
 A vintage candid photograph of Marilyn Monroe at the September 27, 1959, American Friends of the Hebrew University (AFHU) awards ceremony in Philadelphia. Monroe's then husband, Arthur Miller, was honored at the event. Label affixed to the bottom center of the photograph reads "Hebrew University Dinner/ Sheraton Hotel Sunday Sept. 27."
PROVENANCE From the lost archive of Marilyn Monroe
8 by 10 inches
 Winning bid:$576 - Estimate: $300 - $500
juliens-mmauction2014-lot823  


Lot 824: MARILYN MONROE PHOTOGRAPH BY JOHN BRYSON
 An original vintage black and white photograph of Marilyn Monroe and Arthur Miller taken by photojournalist John Bryson in Los Angeles in 1960. Matted and framed. Christie's lot sticker affixed to frame back.
PROVENANCE Lot 340, "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999
Sight, 13 by 9 1/2 inches
Winning bid:$1,920 - Estimate: $2,000 - $4,000
juliens-mmauction2014-lot824 


Lot 943: MARILYN MONROE CANDID COLOR PHOTOGRAPH
 A single Kodachrome wallet-sized candid photo print of Marilyn Monroe in her often seen disguise. The photo was taken in New York by a young fan who became acquainted with the star.
PROVENANCE From the Collection of Lois Banner
and Lot 788, "Julien's Summer Sale," Julien's Auctions, Las Vegas, June 26, 2009
3 1/2 by 2 1/2 inches
 Winning bid: $640 - Estimate: $200 - $400
juliens-mmauction2014-lot943 


Lot 985 : MARILYN MONROE PHOTOGRAPH BY GEORGE BARRIS
 A photographic print of Marilyn Monroe, limited edition numbered 21/50, taken in 1962 by George Barris. Silver gelatin print, printed on double-weight fiber paper under the guidance and approval of George Barris by OneWest Publishing. Signed by the photographer and stamped by OneWest Publishing.
20 by 16 inches 
unsold - Estimate: $1,000 - $2,000

juliens-mmauction2014-lot985 


Lot 994: MARILYN MONROE PHOTOGRAPH SIGNED BY ALLAN GRANT
An original vintage photograph signed by Allan Grant. This photograph was taken on July 7, 1962, in Marilyn Monroe’s Brentwood home for an article in LIFE magazine that went to newsstands on August 3, 1962. Monroe died two days later, on August 5.
29 by 26 inches, framed
Winning bid:$3,750  - Estimate: $3,000 - $5,000

juliens-mmauction2014-lot991  juliens-mmauction2014-lot991b

30 octobre 2011

06/10/1954 Conférence de presse: Annonce du Divorce

Pendant le tournage de The Seven Year Itch (Sept ans de réflexion), des bruits commencent à courir à propos d'une crise conjugale au sein du couple Marilyn Monroe - Joe DiMaggio. Après un voyage d'une petite semaine à New York et Cleveland où il commentait des matchs de base-ball, Joe est de retour le 2 octobre 1954: Marilyn lui fait savoir son intention de divorcer. Elle engage l'avocat Jerry Giesler. Les médias sont vite avertis par le service publicité de la Fox et le 5 octobre, des hordes de journalistes se pressent devant la maison que Marilyn et Joe partagent au 508 North Palm Drive, à Beverly Hills.
Le 6 octobre 1954, une conférence de presse est organisée.

Le matin du 6 octobre, Joe DiMaggio quitte la maison, emportant ses affaires avec l'aide de son ami Reno Barsocchini, ancien partenaire de base-ball. Il dit aux journalistes qu'il quittait Los Angeles pour San Francisco et ne remettrait pas les pieds dans la maison que Marilyn et lui avaient loué. Mais il refuse de parler du divorce car il ne prend pas trop cette demande de divorce au sérieux et gardait sérieusement l'espoir que Marilyn change d'avis. 

1954_10_06_divorce_joe_joe_01_1 
1954_10_06_divorce_joe_joe_01_2 1954_10_06_divorce_joe_joe_02_1 1954_10_06_divorce_joe_joe_by_georges_silk_4
1954_10_06_divorce_joe_joe_car_1 1954_10_06_divorce_joe_joe_by_georges_silk_1 1954_10_06_divorce_joe_joe_by_georges_silk_2
1954_10_06_divorce_joe_joe_by_georges_silk_3

Les nombreux journalistes attendent ensuite la sortie de Marilyn. Presse écrite, radio, caméramen, et nombreux photographes -dont Georges Silk et Allan Grant pour Life et Bruno Bernard- se sont regroupés dans le jardin de la maison.

1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_crowd_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_crowd_2
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_06_2 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_08
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_09_2 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_10_1 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_10_2
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_07 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_08_2 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_09
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_11_1 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_11_2 

L'avocat de Marilyn, Jerry Giesler, sort sur le péron pour faire patienter les journalistes.

1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_01_1 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_01_2 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_01_3
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_01_4 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_02_1 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_02_2
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_03 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_04 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_05
1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_02_3 1954_10_06_divorce_joe_by_allan_grant_06 

Marilyn Monroe sort enfin, accompagnée discrètement de Sidney Skolsky et cherchant le soutien de son avocat Jerry Gielser, qui livre à la presse l'annonce officielle de la demande de divorce de Marilyn contre Joe DiMaggio. Devant les photographes, Marilyn est au bord des larmes et ne prononcera pas un mot.
Jerry Giesler: "Elle n'a rien à dire si ce n'est que la demande de divorce est due à des divergences professionnelles."

1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_01_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_01_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_01_3
1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_01_3a 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_04_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_04_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_02_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_03_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_03_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_05_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_06_1

1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_2 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_3
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_4 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_5 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_6
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_7 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_8 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_9
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_10 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_01_11

1954_10_06_divorce_joe_MM_01_home_06_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_01_1 1954_divorce  
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_02_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_02_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_02_2a
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_03_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_03_3 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_03_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_04_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_04_2a 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_04_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_07_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_06_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_07_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_05_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_1b 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_3
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_1
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_3a 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_4 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_08_5

1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_02_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_02_2 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_02_3 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_03_4
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_03_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_03_2 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_03_3
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_2 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_3
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_4 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_5
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_05_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_05_2 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_05_3
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_05_4 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_05_5

1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_09_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_10_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_11_1
1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_10_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_02_conf_10_3 1954-divorce-movieshow11552

1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_04_5aUn témoin décrit la scène et l'apparition de Marilyn comme digne d'un Oscar de la meilleure comédie. Il semble que Marilyn ait orchestré son attitude d'épouse déplorée, afin de gagner la sympathie du public. Bien qu'elle était sans doute affectée par le naufrage de son mariage, elle joue un peu la comédie, feintant de pleurer en se cachant derrière un mouchoir, pour montrer au public qu'elle n'était pas l'instigatrice du différend au sein du couple (Joe aurait voulu qu'elle stoppe sa carrière et Marilyn n'était pas prête à jouer les femmes au foyer). L'attitude violente de Joe et sa jalousie excessive ne seront bien évidemment pas mentionnées aux médias.

Après la conférence de presse, Marilyn quitte la maison dans la voiture de son avocat et se rend aux studios de la Fox où elle devait terminer des scènes de The Seven Year Itch. Elle rentrera chez elle quelques heures plus tard. On raconte qu'elle téléphonait à Joe tous les soirs.

1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_01_1 
1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_01_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_01_3 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_02_2
1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_02_1a 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_02_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_02_3
1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_02_3a 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_03_1_by_bruno_bernard_1 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_05_1
1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_03_2 1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_04_1

1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_10 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_1 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_2
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_3 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_4 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_5 
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_6 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_7
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_8 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_9 
1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_11 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_13 1954_10_06_divorce_joe_by_georges_silk_06_12 

> Bruno Bernard immortalise le point culminant de cette scène dramatique
par ces photographies d'une Marilyn tenant un mouchoir dans sa main.
1954_10_06_divorce_joe_MM_03_car_03_1_by_bruno_bernard_1a  mm_by_bb_1954_divorce_1 

Beaucoup s'interrogèrent sur les raisons de la faillite du mariage, après seulement neuf mois d'union, de ce couple si bien assorti. Marilyn dira plus tard: "C'était une sorte d'amitié, cinglée et difficile, avec quelques avantages sexuels. Plus tard, j'ai appris que c'était souvent le lot de tout mariage".

> planche contact
1954_divorce 


 >>  captures
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_01  1954_10_06_divorce_joe_video_cap_02  1954_10_06_divorce_joe_video_cap_03
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_04 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_05 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_06
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_07 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_08 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_09
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_10 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_11 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_12
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_13 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_14 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_15
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_16 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_17 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_18
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_19 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_20 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_21
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_22 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_23 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_24
1954_10_06_divorce_joe_video_cap_25 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_26 1954_10_06_divorce_joe_video_cap_27


 >> Video
  


> dans la presse
1954_10_06_divorce_joe_mag_hola_cover 

1954-10-06-divorce 


Le lendemain, le 7 octobre 1954, Marilyn tourne les scènes en pyjama rose dans The Seven Year Itch, une des scènes comiques du film. Quand à Joe DiMaggio, il tient une conférence de presse à San Francisco, où il est parti s'installer, dans sa maison près de la plage; il refuse de commenter la séparation d'avec Marilyn et déclare simplement vouloir prendre un long repos. 

1954_10_07_joe_conf_1 1954_10_07_joe_conf_2


>> sources:
Livre Marilyn Monroe Les inédits de Marie Clayton
Livre Marilyn Monroe et les caméras
Captures à partir de cette video youtube 

20 août 2010

LIFE 3/08/1962

mag_LIFE_1962_08_03_coverLe magazine américain Life du 3 août 1962 (donc publié la veille de la mort de Marilyn) titrait en couverture "Pours Her - Heart out" et publiait ce qui reste aujourd'hui la dernière interview de Marilyn Monroe, réalisée par Richard Meryman, avec des photographies d'Allan Grant, dans un article intérieur de 6 pages. Marilyn se livre ici comme jamais, racontant sa vie quotidienne, son rapport avec le public, la médiatisation et la célébrité, de sa timidité, de son enfance, de sa présence à l'anniversaire de Kennedy... L'interview, réalisée un mois avant, le 4 juillet, fut enregistré sur bandes audios par Meryman et constitue aujourd'hui une des rares interviews sonores complètes de Marilyn.

mag_LIFE_1962_08_03_p31 mag_LIFE_1962_08_03_p32 mag_LIFE_1962_08_03_p33
mag_LIFE_1962_08_03_p34 mag_LIFE_1962_08_03_p36 mag_LIFE_1962_08_03_p38

>> Sur le blog: lire l'interview 
>> Sur le blog: écoutez l'interview 
>> Sur le blog: les photos d'Allan Grant

27 janvier 2010

04/07/1962 Marilyn par Allan Grant

Marilyn Monroe photographiée par Allan Grant. Ce sont ses dernières photographies officielles prises le 4 juillet 1962, dans sa maison d'Helena Drive pendant -ce qui restera- sa dernière interview pour le magazine Life; l'intervieweur étant Richard Meryman.
Marilyn Monroe photographed by Allan Grant. These are her last official photographs taken in July 4, 1962, at her Helena Drive home for -what remains- her last interview for Life magazine; the interviewer was Richard Meryman.
>> Sur le blog: Lire l'interview

1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00200 1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00300
ph_grant_24288497 1962_July6th_AllanGrant_00200_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00310_1 ph_grant_24288499 
1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00400_1 1962_by_grant 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00110
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00200_010_1 1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00300_a
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00310  1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00100a1 
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00320_1 maril68yn-20091012120316-088-original 
1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00330 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00510_a1 ph_grant_24290791
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00200 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00340_010 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00350
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00400_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00410 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00500_1
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00510_a 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00520_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00530_1

1962 1962 1962_July6th_AllanGrant_00700_ContactSheet010 ph_grant_24288470
ph_grant_2 ph_grant_1 ph_grant_24288464
1962_allan_grant 1962_allan_grant2  

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00600_1 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00610 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00800_a
1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00700 1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00800 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00200_1
1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00200_01 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00100_1 1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00120 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00121 1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00130
1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00200_1 1962_July6th_AllanGrant_00702_Interview00105_01 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00100
1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00101 1962_July6th_AllanGrant_00701_Interview00102 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00103_a1
1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00102 1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00104 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00100 1962_July6th_AllanGrant_00800_Interview00210 


> dans la presse:
ph_grant_MAG_YOU_1987_COVER_GRANT_010


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Posté par ginieland à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

4/07/1962 Dernière interview

Le 4 juillet 1962, Marilyn Monroe est interviewée par Richard Meryman, pour le magazine Life (qui paraîtra la veille de sa mort, le 3 août). La rencontre eut lieu chez Marilyn, dans sa maison du Fifth Helena Drive à Los Angeles et dura plus de 6 heures. Pendant l'entrevue, le photographe Allan Grant prit quelques clichés d'une Marilyn enjoueuse. Cinq jours après, Richard Meryman apporta à Marilyn une transcription de leurs entretiens.
In July 4, 1962, Marilyn Monroe is interviewed by Richard Meryman for Life magazine (which will published the day before her death, in August 3). The meeting took place at Marilyn's home in Fifth Helena Drive, Los Angeles and lasted more than six hours. During the interview, the photographer Allan Grant took some shots of a happy Marilyn. Five days later, Richard Meryman brought to Marilyn a transcript of their conversation.
>> The interview in english on guardian.co.uk

1962_July6th_AllanGrant_00100_Interview00400_2Quelquefois je sors, pour faire des courses ou simplement pour voir comment sont les gens, avec juste un foulard, un polo, pas maquillée, et je surveille ma démarche. Eh bien, malgré cela, il y a toujours un garçon, un peu plus dégourdi que les autres, qui dit à son copain: " Hé! minute! tu sais qui c'est, celle-là? ". Et aussitôt ils se mettent à me suivre. Dans le fond, ça m'est égal. Je comprends très bien que les gens veuillent se rendre compte que vous existez réellement. Il faut les voir, les garçons - même les petits gosses -, leur visage s'éclaire, ils disent : " Ben ça, alors ! " et ils filent raconter l'histoire à leurs copains. Les messieurs, eux, m'abordent en me disant : " Attendez une seconde. Je vais prévenir ma femme. " Vous leur avez changé toute leur journée. Le matin, lorsque je mets le nez dehors très tôt, et que je croise les éboueurs de la 57e Rue, ils me disent toujours : " Salut, Marilyn! Comment ça va, ce matin ? ".

C'est un honneur pour moi et je les aime pour ça. Lorsque je passe, les ouvriers se mettent à siffler. D'abord, parce qu'ils se disent: " Tiens, tiens, c'est une fille, elle est blonde et pas mal fichue ", et puis, brusquement, ils réalisent et ils se mettent à crier: " Bon sang, mais c'est Marilyn Monroe! ".  Eh bien, voyez-vous, ce sont des moments où je suis heureuse de me dire que tous ces gens-là savent qui je suis. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je suis sûre qu'ils comprennent que je me donne entièrement à ce que je fais - aussi bien à l'écran que dans la rue - et que, lorsque je leur dis " Bonjour ", ou " Comment ça va ", je le pense vraiment. Dans leur tête, ils se disent : "Formidable, j'ai rencontré Marilyn! Et elle m'a dit bonjour."

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00520_b1Seulement, voilà, lorsqu'on est célèbre, on se heurte à la nature humaine à l'état brut. La célébrité traîne toujours la jalousie derrière elle. Il y a des gens qu'on rencontre, comme ça, et qui ont toujours l'air de se dire: " Mais qui est-ce, cette bonne femme ? Pour qui se prend-elle ? " Ils ont l'impression que ma célébrité leur donne tous les droits. Même le privilège de m'aborder et de me dire tout ce qui leur passe par la tête, toutes sortes de choses. Mais ça ne me blesse pas. C'est un peu comme s'ils s'adressaient à mes vêtements, pas à moi. Un jour, je me souviens, je cherchais une maison à acheter. Je vis un écriteau. Je sonnai. Un homme est sorti, très gentil, très aimable. Il m'a dit : " Oh! attendez, ne bougez pas ! Je voudrais que ma femme vous rencontre. " Alors, la femme est sortie, et elle m'a dit froidement : " Voulez-vous, s'il vous plaît, débarrasser le plancher. "

Prenez, par exemple, certains acteurs, ou certains metteurs en scène. S'ils ont quelque chose à me reprocher, ils ne me le disent jamais à moi, ils le racontent aux journalistes, parce que, comme cela, ça fait beaucoup plus de bruit. S'ils viennent m'insulter entre quatre-z-yeux, ça ne tire pas à conséquence, parce qu'il me suffit de les envoyer au bain, et c'est fini. Mais s'ils le disent aux journalistes, alors là, ça fait le tour du pays, puis le tour du monde, et là ils sont contents. Moi, je ne comprends pas que les gens ne soient pas un peu plus généreux entre eux. Ca m'ennuie de dire cela, mais je crois qu'il y a beaucoup de jalousie dans ce métier. Tout ce que je peux faire, c'est réfléchir et me dire : " Moi, ça va. Je sais que je ne suis pas jalouse. Mais eux... " Je ne sais pas si vous avez lu une fois ce qu'un acteur disait de moi. Il prétendait que, lorsqu'il m'embrassait, il avait l'impression d'embrasser Hitler. Après tout, c'est son affaire. Mais si je devais jouer une scène d'amour avec un type qui penserait ça de moi, eh bien! il ne compterait pas plus pour moi qu'un manche à balai.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00104aPlus les gens sont importants, ou plus ils sont simples, moins ils se laissent impressionner par la célébrité. Ils ne se sentent pas obligés d'être agressifs, ou insultants. Ils veulent savo
ir qui vous êtes vraiment. Alors, j'essaie de le leur expliquer. Je n'aime pas leur faire de la peine et leur dire : " Vous ne pouvez pas me comprendre ". J'ai l'impression qu'ils comptent sur moi pour leur apporter quelque chose qui n'existe pas dans leur vie de tous les jours. Je suppose que c'est leur plaisir, leur évasion, leur fantaisie. Parfois je suis un peu triste, parce que j'aimerai rencontrer quelqu'un qui me jugerait sur ce que je sens, et pas sur ce que je suis. C'est agréable de faire rêver les gens, mais j'aimerai bien qu'on m'accepte également pour moi-même.
   
Je ne me suis jamais considérée comme une marchandise qu'on vend ou qu'on achète. Par contre, il y a une quantité de gens qui ne m'ont jamais considérée autrement, y compri
s une certaine firme que je ne nommerai pas. Si, parfois, je donne l'impression d'être un peu persécutée ou quelque chose comme ça. eh bien, c'est sans doute parce que je le suis. C'est toujours la même histoire. Je m'imagine que j'ai quelques merveilleux amis, et puis crac! Ça y est! Ils se mettent à faire des tas de choses - ils parlent de moi à la presse, leurs amis, ils racontent des histoires, c'est vraiment décevant. Ceux-là sont les " amis " que l'on n'a pas envie de voir tous les jours. Bien sûr, ça dépend des gens, mais parfois je suis invitée quelque part un peu pour rehausser un dîner - comme un musicien que l'on invite pour qu'il joue du piano après le repas. Je me rends toujours compte que je ne suis pas invitée pour moi-même, que je ne suis rien de plus qu'un ornement.

1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00500_2Lorsque j'avais cinq ans - Je crois d'ailleurs que c'est à cet âge-là que j 'ai commencé à vouloir être actrice - j'adorais jouer. Je n'aimais pas beaucoup le monde qui m'entourait parce que je le trouvais triste, mais j'adorais jouer à la maman, j'avais l'impression que je me créais un monde à moi. J'allais plus loin d'ailleurs. Je créais mes propres personnages, et si les autres gosses étaient un peu lents du côté imagination, je leur disais : " Dis donc, Si on jouait a être ceci ou cela? Moi je serai Untel et toi tu seras Untel. Ce serait drôle, non " Et les autres disaient : " Oh oui! " Et alors moi, je disais : " Ça, ce sera un cheval et ça ce sera, je ne sais pas, moi, n'importe quoi ", et on s'amusait, c'était drôle. Lorsque j'ai appris que c'était ça, jouer la comédie, je me suis dit que c'était cela que je voulais faire plus tard - m'amuser, autrement dit. Mais après j'ai grandi, et je me suis rendu compte que ce n'était pas aussi facile. Il y a toujours quelqu'un pour vous rendre la chose très difficile. C'est très dur de vouloir s'amuser. Lorsque j'étais petite, certaines familles qui m'avaient adoptée m'envoyaient au cinéma pour que je débarrasse le plancher. Je m'asseyais au premier rang, et je passais là toute la journée et une bonne partie de la soirée. Une petite fille toute seule devant cet immense écran, et j'adorais ça. J'aimais tous ces hommes et ces femmes qui bougeaient devant moi, rien ne m'échappait, et je n'avais même pas de chewing-gum.   

J'avais l'impression que je vivais en dehors du monde que tout était fermé pour moi, et puis brusquement, lorsque j'atteignis mes onze ans, le monde entier s'ouvrit devant moi. Même les filles commencèrent à me remarquer. Elles pensaient : " Hmmmm, attention! Voilà de la concurrence. " J'avais quatre kilomètres à faire pour aller à l'école. Quatre kilomètres aller, quatre kilomètres retour; et c'était chaque fois une promenade merveilleuse. Tous les hommes klaxonnaient sur mon passage, vous savez, des ouvriers qui allaient au travail ou qui en revenaient. Ils me faisaient des signes, et je leur répondais.
Le monde m'était ouvert, et il était plein d'amitié.


1962_July6th_AllanGrant_00410_Interview00600_3Tous les gosses qui livraient les journaux venaient me voir dans la maison où j'habitais. Moi, j'étais toujours perchée sur une branche d'arbre, et je portais une sorte de sweater - à cette époque-là, je n'avais pas encore réalisé la valeur que peut avoir un sweater pour une fille - mais je commençais tout de même à comprendre. Alors, les gosses venaient me voir sur leur bicyclette et ils me donnaient les journaux gratuitement et cela faisait bien plaisir à la famille. Pendant ce temps, moi, j'étais sur ma branche d'arbre, et je devais sûrement avoir l'air d'un singe. Je n'osais pas descendre, mais quand je le faisais, j'allais me promener avec les garçons sur le trottoir, les mains dans le dos, le nez baissé, donnant des coups de pied dans les feuilles mortes, parlant parfois, mais écoutant surtout.   

Et, parfois, les gens chez qui je vivais se faisaient du mauvais sang parce que je riais trop fort. Ils s'imaginaient sans doute que j'étais hystérique. Ils ne comprenaient pas que j'avais une merveilleuse impression de liberté parce que j'osais demander aux garçons : " Prête moi ta bicyclette " et qu'ils me répondaient : " Oui, bien sûr ". Je partais dans la rue à toute vitesse en riant comme une folle ; avec le vent dans la figure, tandis que les garçons restaient sur le trottoir en attendant que je revienne. J'aimais le vent sur ma figure. Ça me caressait. Mais c'était comme un instrument à double tranchant. Lorsque j'ai commencé à voir plus clair, je me suis rendu compte que je jouais un jeu dangereux et que les hommes se figurent des tas de choses. Ils ne se contentaient pas d'être gentils. Bien vite, ils deviennent trop gentils. Ils s'attendent toujours à obtenir beaucoup pour pas grand-chose.

1962_July6th_AllanGrant_00400_Interview00300_a2Quand je fus plus grande, j'allais souvent au théâtre chinois de Grauman - un théâtre de Los Angeles où les grandes vedettes, lorsqu'elles sont consacrées viennent imprimer leurs pieds nus dans le ciment frais. Je plaçais mon pied dans les empreintes et je me disais : " Oh oh ! il est trop grand. Pauvre fille, jamais ton tour ne viendra. " Ça m'a fait une drôle d'impression le jour où je l'ai mis pour de bon. C'est ce jour-là que j'ai compris que rien n'était impossible. C'est dur de devenir une actrice, et c'est la part de création qu'il y a dans ce métier qui m'exaltait, qui m'empêchait de me décourager. J'aime jouer la comédie, surtout lorsque je sens que je joue juste. Je crois que j'ai toujours été un peu trop fantaisiste pour être une femme d'intérieur. Et puis, il fallait aussi que je mange. Parlons franchement, je n'ai jamais été entretenue, je me suis toujours entretenue toute seule. Et Los Angeles était ma ville natale, alors lorsqu'on me disait : " Retourne chez toi ", je pouvais répondre: " Je suis chez moi ".

Je crois que je me suis rendu compte de ma célébrité le jour où, en revenant de l'aéroport, j'ai vu mon nom en lettres énormes sur le fronton d'un cinéma. Je me souviens, j'ai arrêté ma voiture, et je me suis dit : " Grands dieux ! Ce n'est pas possible ! C'est une erreur ! " C'était pourtant là, en grandes lettres de néon. Alors, je suis restée là à me dire : " C'est donc ça !" C'était une impression vraiment curieuse. Pourtant, je me souvenais qu'au studio ils me répétaient tout le temps: " Attention, ne te prends pas pour une vedette, tu n'es pas une vedette. " Moi, je voulais bien, mais il n'empêchait que mon nom était là en grandes lettres de néon. Je n'ai vraiment réalisé que j'étais une star, ou quelque chose de ce genre, que grâce aux journalistes. Ils étaient toujours gentils avec moi, aimables. Les hommes, pas les femmes. Ils me disaient : " Vous savez que vous êtes me grande star, la seule star ", et moi je disais : " Star ? " et eux me regardaient comme si j'étais brusquement devenue folle. Je crois vraiment que c'est eux, à leur manière, qui m'ont fait comprendre que j'étais célèbre.

1962_July6th_AllanGrant_00600_Interview00100_2Lorsque j'ai eu le rôle dans " Les hommes préfèrent les blondes", Jane Russel jouait la brune et moi j'étais la blonde. Elle touchait 200 000 dollars (100 millions d'AF) pour le film et moi j'en touchais 500 (250 000 AF) par semaine, mais je ne me plaignais pas. Pour moi c'était énorme. Je dois dire en passant que Jane Russel avait été merveilleusement gentille avec moi durant le tournage. La seule chose que je ne pouvais pas obtenir, c'était une loge. Et je voulais une loge. Je leur disais à tous : " Écoutez quand même! Ce n'est pas logique ! Je suis la blonde et le film s'appelle " Les hommes préfèrent les blondes ". Mais eux, ils ne faisaient que me répéter " Souviens-toi que tu n'es pas une star ", et moi je répondais : " Je ne sais pas ce que je suis, mais en tout cas, je suis la blonde! ". Et je dois dire que si je suis une star, c'est au public que je le dois. Pas au studio qui m'employait , mais au public. Je recevais un courrier énorme, et lorsque j'allais à une première de film, les propriétaires du cinéma voulaient toujours faire ma connaissance. Je ne savais pas pourquoi. Ils se précipitaient et je regardais derrière moi pour voir qui les intéressait tellement, et j'étais morte de peur. J'avais parfois l'impression de me payer la tête de quelqu'un, je ne sais pas de qui, peut-être de moi-même...

J'ai toujours voulu en donner aux gens pour leur argent. C'est valable pour toutes les scènes que je joue. Même si mon rôle consiste uniquement à entrer dans une pièce, à dire " Salut ! " et à m'en aller, je m'efforce toujours de donner le meilleur de moi-même. Bien sûr, il y a des jours terribles. Ceux où j'ai la responsabilité d'une scène très importante, sur laquelle repose le film tout entier. Ces jours-là, en allant au studio, je voyais la femme de ménage en train de nettoyer, et je me disais : " Voilà ce que j'aimerais faire. Mes ambitions dans la vie s'arrêtent là. " Je suppose que tous les acteurs traversent ce genre de crise. Il ne suffit pas de vouloir être bon, il faut l'être. On parle toujours du trac chez les acteurs. Mais lorsque je dis à mon professeur, Lee Strasberg : " Je ne sais pas ce que j'ai, je me sens un peu nerveuse ", il me répond: " Le jour où tu ne le seras plus il faudra quitter le métier. C'est cette nervosité qui prouve que tu es sensible."
   
1962_July6th_AllanGrant_00610_Interview00100_bIl y a une chose que peu de gens réalisent. C'est la lutte perpétuelle que chaque acteur doit livrer contre sa propre timidité. Il y a une voix en nous qui nous dit jusqu'où nous pouvons nous laisser aller, tout comme un enfant en train de jouer et qui s'arrête de lui-même lorsqu'il va trop loin. On s 'imagine qu'il suffit d'arriver sur le plateau et de faire ce qu'il y a à faire. Mais c'est une véritable lutte qu'il faut soutenir avec nous-mêmes. Moi j'ai toujours été d'une timidité maladive. Il faut vraiment que je lutte. Un acteur n'est pas une machine et un créateur est avant tout un être humain. Et un être humain, ça sent, ça souffre, c'est gai ou bien c'est malade. Comme tous les êtres qui créent, je voudrais avoir un peu plus de contrôle sur moi-même. Je voudrais qu'il me soit facile d'obéir à un metteur en scène. Lorsqu'il me dit : " Une larme tout de suite ", je voudrais que cette larme jaillisse et que ce soit fini. "
   
Une fois pourtant, deux autres larmes ont suivi la première parce que je me demandais : " Comment ose-t-il me demander une chose pareille ? " Savez-vous ce que disait Goethe ? Il disait : " Le talent se développe dans l'intimité. " Et c'est tellement vrai. Les gens ne réalisent pas à quel point il est nécessaire pour un acteur de pouvoir parfois être seul. Lorsqu'on joue, c'est un peu comme si on autorisait les gens pendant un bref moment à partager quelques-uns de nos secrets intimes. Et c'est pour cela qu'il faut pouvoir être seul lorsque nous ne sommes pas en scène. Mais les gens sont toujours après vous. On dirait vraiment qu'ils veulent posséder un petit morceau de vous-même. Je ne sais pas s'ils s'en rendent compte, mais c'est un peu comme s'ils me disaient " Grr, fais ceci, Grr, fais cela. " Mais moi je veux rester moi-même et sur mes deux pieds. Lorsqu'on est célèbre, chacune de vos faiblesses est amplifiée au maximum. Le cinéma devrait se conduire à notre égard comme une mère dont l'enfant vient tout juste d'échapper à un accident de voiture. Mais au lieu de nous prendre contre lui et de nous consoler, le cinéma nous punit. C'est pour cela que l'on n'ose même pas attraper un rhume. Tout de suite, ce sont les grands cris " Comment osez-vous attraper un rhume ? " Les directeurs eux, peuvent prendre tous les rhumes du monde, passer le restant de leurs jours chez eux à téléphoner.

1962_July6th_AllanGrant_00704_Interview00100aMais que nous les acteurs nous ayons le toupet d'attraper un rhume, ça, ça les dépasse. Vous savez, lorsqu'on est malade, on n'est pas très fier. Mais moi je voudrais qu'eux, les directeurs, soient obligés un jour de jouer une scène avec une grippe ou une forte fièvre, peut-être qu'ils comprendraient. Je ne suis pas le genre d'actrice qui ne vient au studio que pour respecter la discipline. Cela n'a aucun rapport avec l'art. Bien sûr je souhaiterais être un peu plus obéissante. Mais lorsque je viens au studio, c'est pour jouer, pas pour être enrégimentée ! Après tout, ce n'est pas une école militaire, c'est un studio de cinéma. Le cinéma, c'est un art, le studio est l'endroit où l'on exerce cet art, ce n'est pas une usine. Vous voyez, cette sensibilité qui m'aide à jouer la comédie, c'est elle également qui me fait réagir. Un acteur est un instrument sensible. Isaac Stern prend un soin jaloux de son violon. Que se passerait-il Si tout le monde s'amusait à marcher dessus ? Avez-vous remarqué qu'à Hollywood où des millions et des milliards de dollars ont été gagnés, il n'existe pas de monuments, de musées ? Personne n a laissé quelque chose derrière soi. Tous ceux qui sont venus là n'ont su faire qu'une chose, prendre, prendre. Tout le monde a ses problèmes. Il y a même des gens qui ont des problèmes vraiment angoissants, et pour rien au monde ils ne voudraient que ça se sache. Or, l'un de mes problèmes à moi est un peu voyant. Je suis toujours en retard.

Les gens s'imaginent que c'est par arrogance, mais moi je prétends que c'est exactement le contraire. Je sens que je ne fais pas partie, et que je ne ferai jamais partie de cette grande cavalcade américaine, où les gens passent leur vie à se précipiter d'un endroit à l'autre, très, très vite; et sans raison vraiment valable. Ce qui est important pour moi, c'est d'être prête lorsque je dois jouer la comédie. Il faut que je me sente sûre de mes moyens. Je connais des tas de gens qui sont parfaitement capables d'être à l'heure, mais c'est pour ne rien faire sinon rester assis à se raconter leur vie ou toutes sortes d'autres âneries. Clark Gable disait de moi " Lorsqu'elle est là, elle est là. Elle est là tout entière, elle est là pour travailler. "
   
1962_July6th_AllanGrant_00702_Interview00105_02Lorsqu'on m'a demandé de paraître au Madison Square Garden pour la soirée d'anniversaire du président Kennedy, je me suis vraiment sentie fière. Lorsque je suis arrivée sur la scène pour chanter " Bon anniversaire " il y eut un silence énorme dans le stade, un peu comme si j'étais arrivée en combinaison. A ce moment, je me suis dit " Mon Dieu, que va-t-il se passer si je n'arrive pas à chanter ? " Un silence pareil de la part d'un tel public, cela me réchauffe. C'est comme une sorte de baiser. A ce moment-là, on se dit " Bon sang ! je chanterai cette chanson, même si c'est la dernière chose que je puisse faire au monde. Et je la chanterai pour tout le monde." Et quand je me suis tournée vers les micros, je me souviens que j'ai regardé le stade dans tous les sens en me disant " Voilà où j'aurais pu être, quelque part en haut, derrière les poutres, près du plafond après avoir payé mes deux dollars. "

Après le spectacle, il y eut une sorte de réception. J'étais avec mon ex-beau-père, Isadore Miller, et je crois que j'ai fait une gaffe lorsqu'on m'a présentée au président Kennedy. Au lieu de dire " Bonjour, M. le président ", je lui ai dit " Je vous présente mon ex-beau-père, Isadore Miller. " Moi, je pensais que je lui ferais plaisir en le présentant directement. Il est venu en Amérique comme immigrant, et il a maintenant quelque chose comme soixante-quinze ou quatre-vingt ans. Je pensais que c'était le genre de chose qu'il raconterait à ses petits-enfants. Bien sûr, j'aurais dû dire " Bonjour, M. le président ", mais j'avais déjà chanté. Alors, vous comprenez... Non?... De toute manière, je crois que personne ne s'en est rendu compte. La célébrité ce n'est pas toujours rose, et je veux insister là dessus. Ça ne me gêne pas d'être célèbre à cause de mon charme ou bien parce que je suis " sexy ". Ce qui me gêne, c'est ce qui entoure ce genre de célébrité. Je n'oublierai jamais, par exemple, cette femme qui, sur le seuil de sa maison, me disait " Allez, débarrassez le plancher! " Moi, je pense que la beauté et la féminité sont des choses qui n'ont pas d'âge, et que le sex-appeal ne se fabrique pas. Le véritable sex-appeal est basé sur la féminité, et il n'est attrayant que lorsqu'il est naturel et spontané. C'est sur ce point précis que beaucoup de femmes se trompent, et c'est pour cela qu'elles manquent le coche. Quand je pense à toutes ces filles qui essaient de me ressembler, c'est extraordinaire. Elles n'ont pas, comme dirais-je... Oh ! je sais qu'on peut dire des tas d'âneries à ce sujet en disant qu'elles n'ont pas ce qu'il faut devant, ou ce qu'il faut derrière, mais ce n'est pas cela qui compte. Elles n'ont pas ce qu'il faut en elles-mêmes. Les enfants de mon ex-mari partageaient avec moi le fardeau de ma célébrité. Parfois, ils lisaient des choses épouvantables sur mon compte et je me faisais un mauvais sang terrible car je craignais que cela leur fasse de la peine. Je leur demandais de tout me dire, de tout me demander. J'aimais mieux qu'ils me posent à moi ces questions plutôt que d'aller chercher les réponses dans les journaux à scandale.

1962_July6th_AllanGrant_00500_Interview00200_02Je voulais aussi qu'ils sachent comment vivent les autres. Je leur racontais, par exemple, comment je travaillais pour cinq sous par mois en lavant cent assiettes, et les gamins demandaient : " Cent assiettes ? " Et je leur répondais: " Non seulement cela, mais il fallait en plus que je les gratte et que je les nettoie avant de les laver. Puis, il fallait que je les rince et que je les mette à égoutter. Dieu merci, je n'ai jamais eu à les essuyer. " Les enfants sont très différents des grandes personnes. Lorsqu'on grandit, on devient parfois amer. Pas toujours, mais ça arrive souvent. Les enfants eux vous acceptent comme vous êtes. Je leur disais toujours : " N'admirez pas quelqu'un parce que c'est une grande personne ou bien parce qu'il vous dit ci ou ça. Observez-le d'abord. " C'est sans doute le meilleur conseil que je leur ai jamais donné. Observez d'abord les gens, et après faites-vous une opinion. Je leur disais même d'en faire autant pour moi: " Essayez de voir si ça vaut le coup de me prendre comme amie. Après vous verrez bien. "
   
La célébrité, pour moi, ce n'est pas tout le bonheur. C'est très fugitif, même pour une orpheline. Et j'ai été élevée comme une orpheline. La célébrité, ce n est pas un repos quotidien. Ça ne vous rassasie pas. C'est un peu comme le caviar, vous savez. C'est agréable d'en manger, mais pas à tous les repas. Je n'ai jamais eu l'habitude du bonheur. J'ai pensé un moment que le mariage le donnait. Voyez-vous, je n'ai pas été élevée comme les autres enfants américains. A eux, dès leur naissance, le bonheur est dû. Ils y ont droit et c'est normal. Malgré tout, c'est grâce à ma célébrité que j'ai pu rencontrer et épouser deux des hommes les plus merveilleux que j'aie jamais rencontrés. Je ne pense pas que les gens vont se mettre à me détester. En tout cas, ils ne le feront pas d'eux-mêmes. J'aime les gens. Le " public " me fait un peu peur, mais les gens, j'ai confiance en eux. Bien sûr, ils peuvent être influencés par la presse ou par les histoires que le studio fait circuler sur mon compte. Mais je pense que quand les gens vont au cinéma, ils jugent par eux-mêmes. Nous autres, êtres humains, nous sommes de drôles de créatures. Et nous avons toujours le droit de nous faire nos opinions nous-mêmes. Un jour, on a dit de moi que j'étais liquidée, que c'était la fin de Marilyn : lorsque M. Miller fut jugé pour outrage au Congrès. Il refusait de donner les noms de ses amis qui pouvaient avoir des rapports avec les communistes. Un directeur de société vint me trouver et me dit : " Si vous n'arrivez pas à convaincre votre mari, vous êtes finie. " Je lui ai répondu : " Je suis fière de la position prise par mon mari. Je le suivrai jusqu'au bout. " Au fond, être finie, ce doit être un soulagement. On doit se sent comme un coureur de 100 mètres qui a coupé le fil et qui se dit avec grand soupir : " Ça y est, c'est terminé. " En fait, rien n'est jamais terminé. Il faut toujours recommencer, toujours. Mais moi, je crois qu'on obtient toujours le succès que l'on mérite. Maintenant, je ne vis que pour mon travail, et pour les quelques amis sur lesquels je puisse vraiment compter. La célébrité passera ? Eh bien, qu'elle passe. Adieu célébrité ; je t'ai eue, et j'ai toujours su que tu ne valais pas grand-chose. Pour moi, tu auras été au moins une expérience. Mais tu n'es pas ma vie.


Richard Meryman enregistra l'interview sur un support audio (d'une durée de 8 heures d'enregsitrement). Voici un documentaire qui reprend des extraits de l'interview:
Richard Meryman recorded the interview on an audio support (over eight hours of recording). Here a documentary with extracts of the interview:

>> Marilyn Monroe The Last Interview


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Enregistrer

10 février 2008

Décès d'Allan Grant

allan_grant_photo_1Allan Grant, le photographe du célèbre magazine Life des années 1940 à 1960, est décédé le 1er février à l'âge de 88 ans, de la maladie de Parkinson, dans sa maison de Brentwood en Californie.
Pour Life, il couvra des reportages photographiques très diversifiées: sur la nature, la politique, la médecine, l'art et le divertissement. Ses photos ont fait l'objet de 28 couvertures du magazine Life.

Il s'attacha à photographier des thèmes aussi très sérieux, tels que l'autisme et réalisa un documentaire en 1968 ("What Color is the Wind?") sur les relations entre un enfant aveugle et ses frères jumaux.
Il fut aussi le premier, avec le reporter de Life Tommy Thompson, à interviewer et photographier la famille de Lee Harvey Oswald, après l'assassinat de Kennedy à Dallas.
Parmi ses autres clichés historiques, figurent ceux des tests de la bombe atomique au début des années 1950, le premier vol d'Howard Hugues en 1947.

Allan Grant est né le 23 octobre 1919 à New York. il apprit la photographie en travaillant d'abord dans les chambres noires. Puis il commenca à travailler en free-lance pour Life dès 1945, avant d'être intégrer professionnellement au sein de la rédaction l'année suivante. Après les années 1960, il devint producteur de documentaire sur l'education. Il était marié avec Karin, avec qui il eut une fille Kristina et deux fils Richard et Ronald.

Ses photos de personnalités les plus célèbres: de gauche à droite: Shirley MacLaine et sa fille Sachy Parker en 1959 (qui fit la couverture de Life), Grace Kelly et Audrey Hepburn dans les coulisses des Oscars en 1955 et Marilyn Monroe, lors de sa dernière interview le 3 août 1962.

shirley_mac_laine_with_daughter_by_grant_1 grace_kelly_et_audrey_hepburn_by_grant_1 marilyn_by_grant_1

>> Source article & images:
news en anglais sur pdnonline
article en anglais sur Los Angeles Times
le site officiel allan grant

Posté par ginieland à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :