Divine Marilyn Monroe

28 octobre 2017

Destins Brisés 11/10/2017

2017-L5225_cache_s422017 Destins Brisés
n°5
pays: France
paru le 11 octobre 2017
prix: 2,99 Euros
article: 1 page: "Marilyn Monroe, victime d'un complot !"

Posté par ginieland à 00:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 octobre 2017

France Dimanche HS 13/10/2017

FD-2017-10 France Dimanche
Hors Série n°21: "Passions d'Amour" Volume 1
pays: France
paru le 13 octobre 2017
prix: 3,90 Euros
article: 5 pages sur Marilyn Monroe / Yves Montand: "Ils se sont aimés le temps d'un tournage"

Posté par ginieland à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 octobre 2017

Fashion & Cinéma

Fashion & Cinéma
Author: Véronique Le Bris

fashion_et_cinema-cover1 Date de sortie: 30 octobre 2016
Relié 368 pages
Dimensions: 32 x 3,1 x 25 cm
Illustrations: 350 photos couleur et noir et blanc

Langue: français

Éditeur: Cahiers du Cinéma
ISBN-10: 2866429559
ISBN-13:
978-2866429553
Prix éditeur: 29,95 Euros
Ou le commander ? sur l'éditeur Cahiers du Cinéma  et sur amazon 

Description: Les costumes androgynes de Marlene Dietrich, la robe de crêpe ivoire de Marilyn, les parures d’Elizabeth Taylor, les fourreaux noirs d’Audrey Hepburn, les tenues chics de Catherine Deneuve, l’allure ultramoderne de Tilda Swinton… Depuis la naissance du septième art, les actrices ont été sublimées à l’écran par les plus grands costumiers et couturiers du monde entier.
Fashion & Cinéma retrace l’histoire de ces collaborations mythiques en offrant plus de quarante portraits d’actrices qui ont bousculé les styles, lancé des modes et qui demeurent, aujourd’hui encore, des modèles d’élégance.

 fashion_et_cinema-cover2 

Richement illustré par des photographies de films et de tournage, ainsi que par des croquis de couturiers, Fashion & Cinéma propose un voyage fascinant à travers l’histoire de la mode et du cinéma : des Années folles au succès du prêt-à-porter en passant par l’euphorie des sixties, cet ouvrage, véritable hymne à la création, séduira aussi bien les cinéphiles que les férus de mode !

 fashion_et_cinema-p1  fashion_et_cinema-p2 


Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)

Do you have the book ?
Gives your opinion, review or note (/10)

Enregistrer

Posté par ginieland à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Cinéma & Mode

Cinéma & Mode
Author: Joëlle Moulin

cinema_et_mode-cover-1 Date de sortie: 19 octobre 2016
Relié 208 pages
Dimensions: 24,5 x 2,5 x 32,7 cm
Couverture satinée
Illustrations: 200 photos couleur

Langue: français

Éditeur: Citadelles & Mazenod
ISBN-10: 2850886866
ISBN-13:
978-2850886867
Prix éditeur: 69 Euros
Ou le commander ? sur l'éditeur Citadelles & Mazenod  et sur amazon 

Description: Regard croisé entre le septième art et la mode, cette étude passionnante retrace les rapports féconds entre ces deux champs de création. Tandis que les costumes portés à l'écran ont fait entrer des pans entiers de l'histoire du cinéma dans les ateliers des créateurs de mode, réalisateurs ou vedettes ont très tôt sollicité le talent et l'originalité de griffes haute couture, puis prêt-à-porter.
Ce livre se propose de mettre en regard leurs motivations stylistiques, psychologiques ou politiques avec les choix des couturiers dans les moments de grâce qui ont illuminé les salles obscures et les défilés de mode. 
De la mode Hollywood aux looks nouveaux du cinéma de genre, le volume invite également dans l'intimité de collaborations emblématiques : Gabrielle Chanel, Samuel Goldwyn et Gloria Swanson, Edith Head et Bette Davis, Jean-Louis et William Travilla avec Marilyn Monroe, Hubert de Givenchy et Audrey Hepburn, Ralph Lauren et Robert Redford...

cinema_et_mode-cover 

 Sommaire
1. La mode Hollywood
2. La star et le couturier
3. Nouvelles vagues, prêt-à-porter et mode rétro
4. Cinéma de genre et look


Vous avez le livre ?
Apportez votre critique, votre avis ou votre note (/10)

Do you have the book ?
Gives your opinion, review or note (/10)

Posté par ginieland à 11:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 octobre 2017

Gala 04/10/2017

GALA-M1800_cache_s402017  Gala
n°1269
pays: France
paru le 4 octobre 2017
prix: 2,80 Euros
article: 4 pages sur Marilyn Monroe: "Marilyn Monroe devant l'objectif de Milton Greene. Il l'a sublimée, elle l'a brisé"
-merci à Baumgarten pour l'info-

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Décès de Hugh Hefner

Hugh Hefner, fondateur de Playboy est décédé

Hugh Hefner, fondateur du magazine Playboy, pionnier de la presse érotique grand public, est décédé mercredi 27 septembre 2017 à l'âge de 91 ans, annoncé par Playboy via son compte Twitter, via cette citation d'Hefner: "La vie est trop courte pour vivre le rêve de quelqu'un d'autre". Il est mort chez lui, à Beverly Hills, dans son manoir -la "Playboy Mansion"- devenu célèbre par ses folles soirées avec ses playmates "bunnies". Sa mort est dûe à un arrêt respiratoire survenu après un arrêt cardiaque: Hugh Hefner souffrait depuis plusieurs semaines d'une septicémie, soit un empoisonnement bactérien du sang, qui l'ont considérablement affaibli.

hefner   Hefner a lancé le magazine Playboy en 1953: le premier numéro (de décembre 1953) figurait Marilyn Monroe en couverture. Le magazine va devenir célèbre et apporter sa pierre à la révolution sexuelle aux Etats-Unis. Il sera édité dans de nombreux pays.

Célèbre pour son magazine mais aussi sa vie d'excès et fêtes, entouré de ses nombreuses petites amies, le fondateur de Playboy continuait à sortir dans les discothèques et entretenait sa vie intime à coup de Viagra, dont il n'hésitait pas à faire la promotion.
Retraité depuis longtemps, Hugh Hefner a continué pendant des années à participer aux décisions au sein du magazine, choisissant par exemple les couvertures et les Playmates du mois. Sa playmate préférée était Pamela Anderson, qui détient le record du nombre de couertures du magazine (14 fois; elle fera d'ailleurs la couverture du dernier numéro de janvier/février 2016 incluant des photos de femmes nues dans ses pages).

Hugh Hefner repose au cimetière de Westwood Village Memorial Park de Los Angeles, placé à la droite de Marilyn Monroe: il avait en effet planifié sa place en achetant son caveau pour 75.000 dollars, en déclarant à l'époque: «L'idée d'être toute l'éternité à côté de Marilyn est trop doux pour passer à côté».

Enregistrer

Posté par ginieland à 16:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 septembre 2017

Marilyn Monroe... comme vous ne l'avez jamais vue

Marilyn Monroe... comme vous ne l'avez jamais vue
27/09/2017
- par Bertrand Guyard
en ligne
sur le figaro

1953-mhg-bed-1 
 
Marilyn Monroe en 1953.
Cette photo sert de couverture au livre
«Marilyn Inédite Milton H. Greene 50 séances» - 2017.
Photograph by Milton H. Greene ©2017 Joshua Greene

EN IMAGES - Les éditions Flammarion publient dans un superbe ouvrage trois cents photographies, dont la moitié inédite, de l'icône américaine prises par Milton H. Greene, entre 1953 et 1957, à l'apogée de son incroyable sex-appeal.

Elle était entièrement faite pour attirer l'œil du photographe. En 1953, Marilyn rencontre l'homme qui saura sublimer sa pulpeuse beauté lors d'une séance pour le magazine de mode Look. Milton H. Greene va devenir le Pygmalion sculpteur d'images de la star. On assiste entre les deux êtres à un véritable coup de foudre professionnel. Un an plus tard, ils fondent ensemble les productions Marilyn Monroe.

Jusqu'en 1957, les deux associés produiront deux films et laisseront à la postérité un trésor de quelque cinq mille clichés. Aujourd'hui, c'est une partie de ces archives - 280 photos dont 150 inédites - que le fils de Milton, Joshua Greene publie chez Flammarion dans un superbe ouvrage intitulé Marilyn Inédite - Milton H.Greene -50 Séances.

Le new-yorkais Milton Greene ( 1922- 1985) s'est pris de passion pour la photographie dès l'âge de 14 ans. Ce surdoué va très vite se faire un nom et un surnom: «L'enfant prodige de la photo couleur». De 1950 à 1960, il publiera dans les plus grands magazines américains de l'époque dont Life, Look, Harper's Bazaar, Town & Country et Vogue.

Dans le livre Marilyn Inédite, Joshua Greene a choisi de rassembler les photos de façon thématique en suivant l'odyssée du duo Marylin-Milton. Il faut rappeler que le photographe de mode accompagnera la superstar un peu partout durant cinq ans. Sur le tournage notamment de Sept ans de réflexion, du Prince et la Danseuse ou lors de sa cérémonie de mariage avec Arthur Miller... mais aussi à de nombreuses mondanités et rendez-vous professionnels aux quatre coins de Beverly Hills.

Les inconditionnels de Norma Jeane Baker retrouveront des images qui leur sont déjà familières. Cependant les photos prises avec Marlon Brando en novembre 1955 auront pour eux une saveur particulière. Elles montrent le monstre sacré un peu plus démonstratif qu'à l'habitude... La légende dit aujourd'hui qu'ils eurent alors une brève liaison.

1954-10-ballerina-1 
Marilyn Monroe en octobre 1954, cliché de la série «la Ballerine assise».
Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

1955-cape-1  
Marilyn Monroe en 1955: «la Cape noire».
Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

1955-orientale-1
Marilyn Monroe en février 1955 pour une série «orientale»
commandée par le magazine «Look».

Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

 1956-gypsy-1 
Marilyn Monroe en avril 1956, déguisée en «Gitane»
avec les costumes retrouvés dans les collections de la 20th Century Fox.
Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

1953-09-nude 
Marilyn Monroe en septembre 1953.
Cette série «Nu» sera considérée comme trop osée à l'époque.

Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

1956-tpats 
Marilyn Monroe durant l'été 1956,
l'actrice et Laurence Olivier dans «Le prince et la Danseuse».

Photograph by Milton H. Greene © Joshua Greene

Posté par ginieland à 19:02 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2017

TV - Lauren Bacall, ombre et lumière

gif_tvmarilyn

 Dimanche 24 septembre 2017 - 22h30 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Lauren Bacall,
ombre et lumière

laurenbacall 

Durée : 53 min
Année et origine : 2015, France
Réalisation: Pierre-Henry Salfati

Son histoire d’amour mythique avec Humphrey Bogart a imprimé à jamais la pellicule de chefs-d’œuvre du film noir. À son image, un classieux portrait intime de Lauren Bacall, surnommée "The Look".
Son regard, magnétique, qui lui vaudra son surnom, "The Look", sa classe et son timbre de voix éraillé l’ont propulsé, dès son premier film, "Le port de l’angoisse", dans la mythologie hollywoodienne. Lauren Bacall, née Joan Betty Perske, a 19 ans, et la passion naissante entre la débutante et son partenaire adulé, Humphrey Bogart, 44 ans, irradie l’écran. La petite fille du Bronx, élevée par sa mère après l’abandon paternel, courait jusque-là les cachets à Broadway entre deux séances de mannequinat, quand Nancy Hawks, l’épouse du cinéaste, la repère à la une de "Harper’s Bazaar". Avec son sens de l’autodérision, celle qui se décrit comme "une grande perche plate avec de grands pieds" s’étonne de cette gloire précoce. Mais plus encore que son talent, c’est son histoire d’amour fou avec "Bogie" qui fonde sa légende, la condamnant du même coup au rôle d’épouse de l’icône. Le couple le plus glamour de l’histoire du cinéma tourne trois joyaux noirs encore, "Le grand sommeil", "Les passagers du vent" et "Key Largo". Après la mort de Bogart, douze ans plus tard, Lauren Bacall change de registre, basculant dans la comédie, avant d’être délaissée par les studios. Mais son triomphe tardif sur les planches de Broadway sonnera comme une revanche.
Betty
"J'ai passé une grande partie de ma vie à essayer de trouver ma propre identité. Et ça n'a pas été facile." Au travers d’extraits cultes de sa filmographie, d’archives et d’entretiens délicieux, entre insolence et humilité, ce film part en quête de Betty derrière Bacall. Laquelle, timide et vulnérable, ne se reconnaissait pas dans cette image de femme fatale aux nerfs d’acier composée par les studios. Celle qui disait avoir vécu sa vie à l’envers – star à 19 ans, presque oubliée à 32 – regrettait aussi de ne pas avoir davantage affiché ses origines juives. Le portrait intime d’une "lady" new-yorkaise disparue en 2014, qui avait prédit avec un humour lucide : "Ma nécrologie sera pleine de Bogart."

Posté par ginieland à 00:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 septembre 2017

Doc - Billy Wilder ou le grand art de distraire

Billy Wilder ou le grand art de distraire

2016-billy_wilder_art_distraire-cap01 

Année: 2016
Réalisation: André Schäfer,
Jascha Hannover
Pays: Allemagne, ZDF
Durée: 91 min

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.


Retranscription du passage lié à Marilyn Monroe:

2016-billy_wilder_art_distraire-cap02 2016-billy_wilder_art_distraire-cap03 2016-billy_wilder_art_distraire-cap04 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap05 2016-billy_wilder_art_distraire-cap06 2016-billy_wilder_art_distraire-cap07 
2016-billy_wilder_art_distraire-cap08 2016-billy_wilder_art_distraire-cap09 2016-billy_wilder_art_distraire-cap10 

(à 47min) - extrait interview Jack Lemmon: "Il me dit "J'ai un scénario sur le massacre de la Saint Valentin. Tu es musicien, le gars qui est avec toi, aussi. Vous êtes témoins du massacre. Vous devez vous travestir et intégrer un orchestre de femmes. Sinon, les gangsters, qui savent que vous les avez vus, vont vous tuer. Pendant les trois quarts du film, tu seras sapé en femme. T'es partant ?" Je sais pas pourquoi, j'ai accepté !"
interview de Dick Guttman, écrivain et attaché de presse:"C'est la scène dans laquelle Jack Lemmon et Tony Curtis sont déguisés en femmes essaient d'intégrer l'orchestre féminin. Ils sont tous les deux sur le quai, et soudain, Marilyn arrive en se trémoussant comme elle seule savait le faire. Elle les dépasse et ils sont subjugués. Mais ce n'était pas encore assez pour Billy. Il a glissé un mot à Marilyn puis il a crié: "On la refait !" Je n'ai pas entendu ce qu'il lui disait exactement. Ensuite, il est allé voir l'accessoiriste, puis ils ont refait la scène. Quand Marilyn les a dépassé, cette fois, le train a craché de la vapeur pile sur son popotin et elle s'est retournée d'un coup en sursautant. Quand Billy est revenu, il a dit "Elle est tellement sexy que même le train veut lui mettre la main aux fesses." C'était Billy !"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap11 2016-billy_wilder_art_distraire-cap12 2016-billy_wilder_art_distraire-cap13 

extrait interview Jack Lemmon: "Je ne l'ai jamais vu sans voix, sauf avec Marilyn. On tournait une scène, et tout ce qu'elle... -la caméra était dirigée sur Tony et moi- Là, elle frappe à la porte, on enfile vite nos perruques, parce qu'on était censés être des femmes. Tony dit "Entrez !" Elle entre, la caméra se dirige sur elle. Et elle doit juste dire: "Où est le bourbon ?"
interview de Armgard Seegers-Karasek, journaliste et traductrice: "Ils ont du la tourner 56 fois parce qu'elle n'arrivait pas à dire cette phrase. Elle disait toujours: "Où est le whisky ?" ou "Où est-ce que je dois regarder ?" Ils ont fini par coller cette phrase partout, dans tous les tiroirs qu'elle ouvrait, c'était écrit: Où est le bourbon ? Mais elle continuait de se tromper. Au bout de la 64ème prise, Billy lui dit: "Marilyn, ne sois pas inquiète."
extrait interview Billy Wilder: "Et elle répond: "Inquiète de quoi ?"

2016-billy_wilder_art_distraire-cap14 2016-billy_wilder_art_distraire-cap15 2016-billy_wilder_art_distraire-cap16 

extrait interview Billy Wilder: "Je n'avais aucun problème avec Monroe. C'est Monroe qui avait un problème avec elle-même. Elle était toujours un peu confuse et avait un mal fou à se concentrer. Il y avait toujours quelque chose qui la rongeait. C'était laborieux. Mais, mon Dieu, une fois que c'était passé, que vous aviez subi les 30, 40, 50 premières prises ou son retard, vous teniez quelque chose d'absolument unique."
interview de Volker Schlöndorff, régisseur: "Billy Wilder n'était pas arrogant. Simplement, il se tenait à distance des choses. Et d'une manière très drôle, aimable et amicale. Par exemple, il n'a jamais laissé les comédiens pleurer un bon coup devant lui, pour se soulager, ou de lui exposer une demande personnelle, ou existentielle. Un jour, je lui ai demandé comment il faisait, et il m'a répondu: "Je n'encourage pas ce genre d'attitude." Il ne se serait jamais embarqué là-dedans."


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ginieland à 22:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2017

TV - Billy Wilder ou le grand art de distraire

gif_tvmarilyn

Dimanche 10 septembre 2017 - 22h55 - Arte
à revoir en replay pendant 7 jours

Documentaire:  Billy Wilder
ou le grand art de distraire

billy_wilder 

Durée : 91 min
Année et origine : 2016, Allemagne
Réalisation: André Schäfer, Jascha Hannover

Le Viennois d'Hollywood a écrit et tourné les comédies les plus enlevées de sa génération, de "La garçonnière" à "Certains l'aiment chaud", et défié l'Amérique puritaine. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.
Né dans une petite ville de l'empire austro-hongrois, dans l'actuelle Pologne, en 1906, Samuel Wilder passe son enfance à Vienne, dans une famille juive aisée. Très vite, il délaisse la carrière d'avocat ou de médecin à laquelle le destine son père pour partir à Berlin où, de 1927 à 1933, il travaille comme journaliste et auteur de feuilletons, puis pour le cinéma. Fuyant le nazisme, il débarque en Amérique sans parler anglais. Il commence par faire traduire ses scénarios, et parvient à vendre un premier film à la Paramount.
La touche Wilder
Une fois arrivé à Hollywood, Billy Wilder se confronte à tous les genres. Du film noir ("Assurance sur la mort, Boulevard du crépuscule") à la comédie scandaleuse ("La garçonnière, Certains l'aiment chaud"), plus sage ("Sabrina"), ou satirique ("Un, deux, trois", "Stalag 17"), son éclectisme et son brio ont imposé la "Wilder touch" au fil d'une cinquantaine de films. L'enfant de Vienne (dont il a, témoignent ici ses amis et acteurs, conservé l'humour particulier) s'est surtout illustré par sa destruction jubilatoire du discours puritain de l'Amérique des années 1950. Chez Wilder, on aime à trois, on se travestit, on trompe et on est trompé. Disparu en 2002, ce maître cinéaste, qui avait placardé dans son bureau la question "Qu'aurait fait Lubitsch ?", a influencé les frères Coen et Wes Anderson. Ce documentaire ressuscite le mythe Wilder en mêlant à de savoureux extraits de ses grands classiques des interviews de ses proches et de ses collaborateurs.

Posté par ginieland à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,