Divine Marilyn Monroe

21 décembre 2014

art - Marilyn par Massimo Carnevale

Some Like it Hot

art-by_massimo_carnevale_some like it hot 

Posté par ginieland à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


3/05/1952 Révélation de l'existence de Gladys

Alors que Marilyn Monroe a toujours déclaré être orpheline, l'existence de sa mère Gladys Baker est révélée dans la presse. Les studios demandent à Marilyn de clarifier la situation: elle donne donc une interview au chroniquer Erksine Johnson. Mais l'entretien a été répété et travaillé auparavant avec son ami Sidney Sklosky. L'article sera publié le 3 mai 1952:

MARILYN MONROE AVOUE:
MA MERE EST EN VIE ET VIT A HOLLYWOOD
par Erskine Johnson

Marilyn Monroe -la poupée glamour de Hollywood qui a récemment fait la une des journaux en reconnaissant qu'elle avait posé nue pour un calendrier - nous livre aujourd'hui une nouvelle confession.
Rendue célèbre par les agences publicitaires hollywoodiennes comme étant une pauvre orpheline n'ayant jamais connu ses parents, Marilyn reconnaît qu'elle est la fille d'une ancienne monteuse de la RKO, Gladys Baker et déclare: "Je l'aide et veux continuer à l'aider tant qu'elle aura besoin de moi."
En convalescence après une opération de l'appendicite au Los Angeles Hospital, Marilyn m'a donné des informations exclusives par l'intermédiaire de la Twentieth Century Fox, après l'apparition dans les studios de cinq femmes revendiquant Marilyn comme étant "leur fille perdue de longue date".

La reine du glamour hollywoodien a dit:
     "Mes amis proches savent que ma mère est en vie. A mon insu, alors que j'étais enfant, ma mère passa de nombreuses années dans un hôpital public. Par l'intermédiaire du comté de Los Angeles, ma tutrice m'a placée dans plusieurs familles d'accueil, et j'ai passé plus d'un an à l'orphelinat de Los Angeles. Je n'ai jamais connu ma mère intimement et, depuis que je suis adulte et à même de lui venir en aide, je suis entrée en contact avec elle. Je l'aide à présent, et veux continuer à l'aider tant qu'elle aura besoin de moi."

Les amis de sa mère fournirent les informations complémentaires:
     "Lorsque Marilyn était enfant, son père mourut dans un accident de voiture, à la suite de quoi sa mère souffrit de dépression nerveuse. Une amie de sa mère était sa tutrice légale. La mère de Marilyn recouvra la santé en 1945 et vécut peu de temps avec sa fille, en 1946. La même année, elle se remaria et redevint veuve pour la seconde fois, la semaine dernière, quand son mari mourut après une courte maladie."

La nouvelle que la mère de Marilyn était vivante fut une grande suprise, car les studios avaient largement tablé leur publicité sur le fait que Marilyn ne connaissait ni sa mère ni son père. Mais la nouvelle confession de la star, reconnaissant que sa mère, deux fois veuve, vit à Hollywood et qu' "elle lui vient en aide" est un grand soulagement pour le service judiciaire de la Twentieth Century Fox, très ennuyée par les revendications violentes de femmes prétendant que Marilyn était leur "fille".


While Marilyn Monroe has always declared to be an orphan, the existence of her mother Gladys Baker is revealed in the press. The studios ask Marilyn to clarify the situation: she thus gives an interview to reviewer Erksine Johnson. But the interview was repeated and previously worked with her friend Sidney Sklosky. The article will be published in May 3, 1952:

MARILYN MONROE CONFESSES
MOTHER ALIVE, LIVING HERE

By Erskine Johnson

Marilyn Monroe - Hollywood's confessing glamour doll who made recent headlines with the admission thatshe was a nude calendar cutie - confessed again today. Highly publicized by Hollywood press agents as an orphan waif who never knew her parents, Marilyn admitted that she's the daughter of a one-time RKO studio film cutter, Gladys Baker, and that "I am helping her and want to continue helping her when she needs me."
Recovering from an appendectomy in a Los Angeles hospital, Marilyn gave me an exclusive statement through the Twentieth Century-Fox studio following the appearance at the studio of five women claiming Marilyn as their "long-lost daughter."

Said Hollywood's new glamour queen:
"My close friends know that my mother is alive. Unbeknown to me as a child, my mother spent many years as an invalid in a state hospital. I was raised in a series of foster homes arranged by a guardian through the County of Los Angeles and I spent more than a year in the Los Angeles Orphans Home. I haven't known my mother intimately, but since I have become grown and able to help her I have contacted her. I am helping her and want to continue helping her when she needs me."

Hollywood friends of her mother supplied the rest of the story: "When Marilyn was a small child her father was killed in an automobile accident and her mother subsequently suffered a nervous breakdown. A friend of her mother was appointed her legal guardian. Marilyn's mother recovered from her illness in 1945 and lived with her daughter for a short time in 1946. In the same year her mother remarried and became a widow for the second time last week when her husband died following a short illness."

The news that Marilyn's mother is alive in Hollywood came as an eyebrow-lifting suprise because of the extensive studio publicity that Marilyn had never known her mother or her father. But the new star's confession that her twice-widowed mother is in Hollywood and that "I am helping her" came as a relief to the Twentieth Century-Fox legal department, which has been confronted with wild claims by women insisting that Marilyn is their "daughter."


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.  

Posté par ginieland à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 décembre 2014

M comme Monroe, Gladys

Gladys Pearl Monroe
( 1902 - 1984 )
Mère de Marilyn Monroe

banner_gladys

Gladys Pearl Monroe (appelée aussi Gladys Baker, Gladys Mortensen, Gladys Eley) naît le 27 mai 1902 à Porfirio Diaz (aujourd'hui nommé Piedra Negra) au Mexique et est la première des deux enfants de Della Mae Hogan et Otis Elmer Monroe (les grands-parents de Marilyn). Son existence est déclarée civilement cinq jours après sa naissance (le 1er juin) à un juge civil mexicain. Son père, Otis, travaille dans les chemins de fer mexicains depuis 1901. Après la naissance de leur fille Gladys, la petite famille retourne aux Etats-Unis, menant une vie itinérante le long de la Côte Ouest, jusque dans le Nord des Etats-Unis pendant un an, puis s'installent à Los Angeles au printemps 1903 où son père décroche un emploi à la Pacific Electric Raimway. Ils vivent dans un petit bungalow d'une seule pièce dans la 37ème Rue Ouest (secteur sud du centre-ville). C'est là que naît le frère de Gladys, Marion Otis Elmer (l'oncle de Marilyn), en 1905. La famille vit dans une certaine précarité et n'a pas de foyer stable (ils vivent dans près de onze foyers différents -maisons ou appartements- entre 1903 et 1909). Gladys et Marion vivent ainsi leur enfance dans la pauvreté et l'insécurité, sans pouvoir se lier d'amitié avec des amis de leurs âges.

>> Certificats de naissance de Gladys
1900s-gladys-certificat_birth-1 1900s-gladys-certificat_birth-2 1900s-gladys-certificat_birth-3

 >> 1906 - Gladys, 4 ans
1906-gladys-4ans 

En 1907, la santé de son père Otis Elmer se dégrade. Porté sur la boisson et souffrant de troubles de la mémoire, son état s'empire rapidement: maux de tête, tremblements, instabilité émotionnelle avec des accès de rage, des crises de larmes et même des attaques cardiaques. L'été 1908, suite à une crise, Otis se retrouve à moitié paralysé. Admis à l'hôpital 'Southern California State Hospital' à Patton, en Californie, en novembre 1908, où sa mère Della espace de plus en plus ses visites car Otis ne reconnaît même plus son épouse, il y meurt, le 22 juillet 1909, à l'âge de 43 ans. Il était atteint de parésie, le stade ultime de la syphilis qu'il avait contracté au Mexique, à cause des piètres conditions d'hygiène. C'est ainsi que seulement âgée de 7 ans, Gladys se retrouve orpheline de père. Gladys souffrira beaucoup de l'absence de son père. Sans doute terrifiée par le fulgurent déclin mental de son mari, Della Mae racontera à ses enfants que leur père était devenu fou, à cause de l'alcool et de sa vie désordonnée. Pourtant, le dossier médical qu'on lui avait remis après la mort d'Otis, explique qu'il était décédé d'une maladie organique et non d'une maladie mentale.
Se retrouvant veuve à seulement 33 ans, sa mère
Della Mae vit une deuxième jeunesse en fréquentant de nombreux hommes qu'elle reçoit chez elle entre 1910 et 1911, avant de se marier le 7 mars 1912 avec Lyle Arthur Graves, un aiguilleur en chef à la Pacific Electric, où il avait travaillé avec Otis. Ils vont vivre dans la maison de Graves, au 324 bis South Hill Street dans la partie nouvelle du quartier d'affaires de Los Angeles. Lyle semble être un bon beau-père, offrant des cadeaux aux enfants de Della. Mais le couple ne tient pas, Otis étant aussi porté sur la boisson que son précédent mari, et ils divorcent le 17 janvier 1914.

>> 1912 - Gladys, 10 ans, et son frère Marion, 7 ans
1912-gladys_marion-1  

>> 1916 - Gladys, 13 ans
 
1915-gladys-13ans 1915-gladys-13ans-2

A la fin de l'année 1916, Della Mae loue une chambre dans une pension de famille au 26 Westminster Avenue sur la toute nouvelle plage du district de Venice, en Californie, au sud de Santa Monica. Le propriétaire de la pension de famille s'appele John Baker et l'engage pour diriger sa propriété pendant qu'il s'occupe d'une salle de jeux sur la plage. Della envoie son fils Marion, âgé de 11 ans, vivre chez des cousins à San Diego car elle pense qu'un garçon doit être élevé par un homme, et seule Gladys reste vivre auprès de sa mère. Gladys est une jeune fille coquette, brillante, expansive, aux cheveux châtains clairs, parlant d'une voix limpide et haut perchée, au rire facile, et à la recherche d'attention des hommes mûrs (sans doute en lien avec son enfance, était-elle à la recherche d'une figure paternelle). Sa mère, Della, ne tarde pas à rester bien longtemps seule et elle fréquente un veuf, Charles GraingerCette nouvelle liaison rend Gladys malheureuse, qui se braque contre le nouveau compagnon de sa mère, en lui opposant un silence absolu, et se montrant de très mauvaise humeur. Gladys devient alors un boulet pour Della, qui avait peur de perdre Charles Grainger. C'est alors qu'elle décide de la marier.

1917-05-17-baker_wedding_certificat1Gladys, qui n'a alors que 14 ans, commence à avoir un certain succès auprès des hommes. Et c'est Jasper Newton "Jap" Baker (le fils de John Baker, qui est pompiste ou releveur de comptes à gaz selon les biographes) âgé de 26 ans, qui, aidé de Della Mae, certifie que Gladys était en âge de se marier, 18 ans (alors qu'elle n'en avait que 15) sous prétexte que les preuves de sa date de naissance ont disparu suite aux nombreux déménagements, et l'épouse le 17 mai 1917 (certificat de mariage ci-contre). En fait, Gladys était enceinte de deux mois au moment du mariage. Della assiste gaiement au mariage et donne sa chambre de Westminster Street aux jeunes mariés, pour, de son côté, emménager dans le bungalow de Charles Grainger. Gladys et Jasper Baker ont deux enfants: un fils Robert 'Jack' 'Kermit' Baker (le demi-frère de Marilyn) qui naît le 10 novembre 1917, et une fille Berniece Inez Gladys (la demie-soeur de Marilyn) qui naît le 30 juillet 1919.
A la naissance de Berniece, le couple donne l'adresse de Della Monroe (1410 Coral Canal Court) sur le certificat de naissance. C'est ainsi qu'à 17 ans, Gladys se retrouve épouse et mère de deux enfants. Cependant, suite à son enfance chaotique, l'exemple d'une vie mouvementée de sa mère, ayant connue de nombreux beaux-pères, et par son jeune âge (elle est encore adolescente), Gladys se montre peu maternelle avec ses enfants, dont l'envie serait plutôt de sortir pour aller s'amuser. Il lui arrive d'ailleurs de confier s
es enfants à des voisins pour sortir dans les bals et fêtes organisés sur les plages, pendant que son mari travaille de longues heures comme représentant de commerce.

>> vers 1917/1918 - Gladys, Robert Baker et une amie
1916-gladys_john_baker-2  

>> 1918 - Gladys, 16 ans
1918-gladys-1-1 1918-gladys-16ans

>> 30/07/1919 - Certificat de naissance de Berniece
1919-07-30-berniece

>> 1919 - Gladys avec ses enfants et sa mère Della Mae
1919-della_and_gladys-with_jackiehermitt_berniece-1 
1919-della_and_gladys-with_jackiehermitt_berniece-2

>> 1919 - Gladys avec Robert Baker et leurs enfants
1919-gladys_berniece_marion_jackie-1  1919-gladys_berniece_marion_jackie-1a 1919-gladys_berniece_marion_jackie-1b

  >> vers 1920 - Gladys et Robert Baker
1916-gladys_john_baker-1 

Au cours de l'année 1921, le couple part en voyage à Flat Lick, dans le Kentucky, ville d'où est originaire Jasper, pour rendre visite à la famille de celui-ci. Durant le trajet, pendant que Gladys et Robert se disputent, leur fils Jackie tombe de la voiture dans un virage et se blesse à la hanche. Robert, furieux, reproche à Gladys son manque d'attention. Pendant leur séjour à Flat Lick, Gladys part un jour en randonnée dans les bois avec Audrey, le frère cadet de Jasper. Bien que Jasper est bel homme, il est jaloux de son frère. Quand Gladys revient de la promenade, Jasper la frappe avec une bride dans le dos. Gladys s'enfuit et part en ville, où elle y montre son dos aux passants, en hurlant et pleurant qu'elle a peur de son mari. Finalement, elle revient et ils repartent ensemble avec les enfants pour retourner en Californie. Un jour, elle surprend son mari avec une autre femme dans la rue (d'après ce que rapportera plus tard Gladys à Berniece). C'en est trop pour Gladys qui finit par demander le divorce en 1921 selon les motifs suivants: "Cruauté extrême sous forme de mauvais traitements, d'insultes et de langages orduriers à son égard et en sa présence, de coups et blessures." John rétorque que sa femme a une conduite impudique et lascive.

Après avoir quitté le domicile conjugual, Gladys loue un bungalow au 46 Rose Avenue, à Venice, qu'elle partage avec sa mère Della Mae. Gladys avait signé le bail sous le nom de sa mère Della Monroe, et sous-loue deux des chambres, afin d'être payée comme gérante, ce qui lui permet de verser 100$ par mois aux propriétaires absents, Adele Weinhoff et Susie Noel.
Fin juin 1922, le dernier chèque du loyer n'avait pas été posté. Une dispute éclate entre Gladys et Della, chacune accusant l'autre de dilapider l'argent. N'ayant d'emploi ni l'une ni l'autre, l'essentiel de leurs revenus leur était versé par Charles Grainger, le compagnon de sa mère, et le reste consistant en une modeste somme qu'envoyait Jasper Baker. La courte expérience de colocataires entre mère et fille prend fin en juillet 1922, sous une menace d'expulsion. Della, avec la permission de Charles Grainger, part alors vivre dans un bungalow vide qu'il posséde à Hawthorn.

>> Gladys et sa mère Della Mae
1920s-della_mae_gladys_baby-1 1920s-della_mae_gladys_baby-2 1920s-gladys-1

1923-05-11-divorceLe divorce de Gladys et John est prononcé le 11 mai 1923 et Gladys obtient la garde des enfants (jugement de divorce ci-contre). Mais lors d'un week-end de garde, déjà bien avant que le divorce ne soit prononcé, Jasper ne ramène pas les enfants -Robert et Berniece- et les emmène dans sa ville d'origine Flat Lick dans le Kentucky, pour s'installer chez sa mère, pensant que les enfants recevront une meilleure éducation et de son côté, il espère recommencer sa vie.
Leur fils Robert, qui garde des séquelles de sa blessure à la hanche, boite. Il est hospitalisé dans un hôpital de Louisville et porte un plâtre à la jambe.
Quand à Gladys, qui souhaite récupérer ses enfants mais qui reste sans nouvelles, elle se rend à San Diego car elle pense que Jasper y a trouvé un emploi et s'y est installé. Puis elle reçoit un courrier de son ex beau-frère l'avertissant que Jasper et les enfants se trouvent à Flat Lick. Elle s'y rend donc en demandant de l'aide à sa belle-soeur Myrtle (la soeur de Jasper) qui non seulement refuse, mais va avertir Jasper. C'est alors que Jasper et sa mère cachent Berniece et avertissent les médecins de l'hôpital pour empêcher Gladys d'emmener son fils. Mais Gladys n'abandonne pas: elle s'installe à Louisville et y trouve un emploi de femme de ménage, en attendant que l'état de Robert s'améliore. Gladys va rester presqu'une année, vivant chez la famille Cohen (Margaret et John 'Jack' Cohen), où elle officie en tant que nounou de leur fille de trois ans, prénommée Norma Jeane (d'où l'origine du prénom de Marilyn Monroe et non pas Norma pour Norma Talmadge et Jean pour Jean Harlow comme bon nombre de biographes pensent). Il semblerait que Gladys aurait reporté tout son amour maternel sur la petite fille, allant jusqu'à projeter de la kidnapper pour l'emmener avec elle à Los Angeles.
De son côté, Jasper se remarie. S'avouant vaincue, ne pouvant voir ses enfants que de façon irrégulière, et réalisant qu'elle ne pourra jamais les récupérer définitivement, Gladys décide de repartir à Los Angeles et va finir par perdre de vue ses enfants.
Marilyn écrira plus tard: "Ma mère dépensa toutes ses économies pour récupérer les enfants. Finalement, elle les retrouvera dans le Kentucky où ils vivaient dans une belle maison. Leur père s'était remarié et vivait dans l'aisance. Elle le rencontra mais ne lui demanda rien, pas même d'embrasser les enfants qu'elle avait recherché pendant si longtemps."

mmfather1A Los Angeles, Gladys parvient à trouver un emploi dans la florissante industrie du cinéma: elle travaille six jours sur sept comme monteuse pour la Consolidated Film Industries, puis pour la Columbia et enfin pour la RKO. A la Consolidated Film Industries, elle se lie d'amitié avec une collègue, la surveillante Grace McKee. A la fin de l'été 1923, elles dédicent alors de partager un appartement au 1211 Hyperion Avenue (aujourd'hui le Silver Lake) à Los Angeles, à quelques kilomètres à l'Est de Hollywood. Gladys change d'apparence et teint ses cheveux en rouge cerise. Les deux femmes -Gladys et Grace- mènent une vie joyeuse de femmes célibataires, se promenant en ville et faisant beaucoup la fête. Un collègue de Gladys, Vernon S. Harbin dira que Gladys "avait la réputation d'être un pilier de bar". Mrs Leila Fields, qui travaillera avec Gladys à la RKO, dira d'elle: "C'était une belle femme, une des plus belles femmes que j'ai eu le privilège de rencontrer. Elle avait bon coeur, était une bonne copine et était toujours de bonne humeur avant sa maladie."
C'est aussi dans cette usine -la Consolidated Film Ind.- que Gladys rencontre un bel homme, Charles Stanley Gifford (le père "présumé" de Marilyn, portrait photographique ci-dessus), un véritable coureur de jupons, éléguant et distingué.

  >> Gladys au Noël de la Consolidated Film Industries
1920s-christmas_consolidated_film_industry-1 1920s-christmas_consolidated_film_industry-1b 1920s-christmas_consolidated_film_industry-1a

Pendant l'été 1924, Gladys fréquente assidûment un homme, Edward Mortensen, immigrant norvégien, bel homme qui est un bon parti, avec un travail stable. Ils se marient le 11 octobre 1924. Mais Gladys, sans doute trop frivole et incapable de partager une vie maritale, se lasse très vite de sa nouvelle vie; elle confie à Grace que la vie avec son mari est certes convenable, mais ennuyeuse à mourir et à peine quatre mois après son mariage, elle quitte le domicile conjugual le 26 mai 1925 pour aller revivre avec Grace. Le couple finit donc par divorcer. Et Gladys de reprendre sa vie légère faites d'aventures et d'amusement entre amis. Elle renoue quelques temps une liaison avec Charles Stanley Gifford.
En 1924, elle retourne tout de même dans le Kentucky afin de revoir ses enfants mais ces derniers sont restés trop longtemps éloignés de leur mère, et aussi probablement manipulés; pour eux, leur mère n'est qu'une étrangère. Gladys se résoud à laisser la garde définitive à leur père.

>> Certificat de mariage avec Mortensen
1924-10-11-mortensen_wedding_certificate-1  1924-10-11-mortensen_wedding_certificate-2 

>> Gladys (2ème en partant de la droite) et des amies
avec annotation de Marilyn

1920s-gladys_friends-1a 
1920s-gladys_friends-1b 

>> vers 1924 - Portraits de Gladys
 1924-gladys-1-2 1924-gladys-1-1 1924-gladys-1-3
1924-gladys-1-4 1924-gladys-1-5 1924-gladys-1-various

A la fin de l'année 1925, Gladys se retrouve enceinte. Elle donne naissance à une petite fille qu'elle prénomme Norma Jeane Mortenson (future Marilyn Monroe) le 1er juin 1926. A l'hôpital, dont le séjour est payé grâce à une collecte de ses collègues, elle affirme que ses deux premiers enfants sont décédés. Elle déclare que le "père" de l'enfant est Martin Edward Mortensen, son précédent mari, mais il semblerait que le père soit Charles Stanley Gifford, son collègue qu'elle fréquente épisodiquement depuis 1923 et qui l'aurait abandonné dès qu'il aurait su qu'elle était enceinte. Cependant, des biographes citent d'autres pères potentiels, tous des collègues de Gladys: Harold Rooney, Clayton MacNamara, ou encore Raymond Guthrie qui avait fait une cour enflammée à Gladys au cours de l'année 1925.
Plusieurs années après, Gladys sympathisera avec une jeune infirmière Rose Anne Cooper qui rapportera les propos de Gladys: "Elle disait qu'elle avait été intime avec un certain nombre d'hommes et elle parlait de son passé, disant ouvertement que lorsqu'elle était jeune, elle était 'très sauvage' comme elle disait. Cependant, pour elle, le seul genre d'intimité pouvant mener à une grossesse était celle qu'elle avait partagé avec 'Stan Gifford'. Elle avait toujours été ennuyée par le fait que personne ne semblait vouloir la croire, mais que c'était la vérité. Elle disait que même sa propre mère ne la croyait pas. 'Tout le monde pensait que je mentais ou que je ne le savais pas. Je savais. J'ai toujours su', racontait-elle".
Elle ne réclamera jamais de soutien ni moral ni financier à Charles Stanley Gifford.
Marilyn Monroe racontera plus tard: "Elle ne parlait presque jamais sauf pour dire "Ne fais pas tant de bruit, Norma." Elle me disait ça même quand j'étais au lit le soir avec un livre. Même le bruit d'une page de livre qu'on tournait l'agaçait. Il y avait un objet dans l'appartement de ma mère qui me fascinait. C'était une photographie accrochée au mur. Il n'y avait rien d'autre sur les murs que cette photographie encadrée. Chaque fois que je rendais visite à mère, je restais plantée devant en retenant mon souffle tellement j'avais peur qu'elle m'ordonne d'arrêter de la regarder. Un jour, elle m'a surprise ainsi, mais elle ne m'a pas grondée, bien au contraire. Elle m'a fait monter sur une chaise pour que je la vois mieux. Elle m'a dit :"C'est ton père." J'étais tellement bouleversée que j'ai failli tomber de la chaise. C'était si bon d'avoir un père, de pouvoir regarder sa photo et de savoir que j'étais de lui. Et quelle merveilleuse photo, en plus ! Il était coiffé d'un grand chapeu mou qu'il portait incliné sur le côté. Il avait des yeux rieurs et pleins de vie et une petite moustache à la Clark Gable. Cette photo me réconfortait... J'ai demandé à ma mère comment il s'appelait. Elle ne m'a pas répondu. Elle est allée s'enfermer dans sa chambre." 

>> 01/06/1926 - Certificats et Acte de naissance de Norma Jeane
1926-06-01-birth_certificate-1    1926-06-01-birth_certificate-3  
1926-06-01-birth_certificate-2

Après la naissance de l'enfant, Gladys rentre chez elle avec son bébé, au 5454 Wilshire Boulevard. Mais le 13 juin 1926, soit douze jours après la naissance de Norma Jeane, Gladys place le bébé dans une famille d'accueil -les Bolender- qui vivent à Hawthorn, à environ 25 km de chez elle, et non loin d'où vit Della Mae. Gladys avait echoué dans son rôle de mère avec ses deux premiers enfants, et avec son travail à plein temps et son goût pour les plaisirs et sorties, elle est incapable d'élever une enfant. C'est d'ailleurs sa mère Della Mae qui lui a conseillé de placer le bébé chez une famille d'accueil, les Bolender, un couple sérieux et dévot qu'elle connait bien, puisqu'ils sont voisins. Cependant, cette situation semble n'être que temporaire pour Gladys: elle s'installe quelques temps chez les Bolender, avant de retourner vivre chez elle et de verser 25 Dollars par mois à la famille d'accueil. Elle rend aussi visite à sa fille le week-end, comme le racontera Wayne: "Gladys venait presque tous les samedis vers midi. Il lui arrivait de passer la nuit ici, mais généralement, elle avait un rendez vous le samedi soir ou bien elle était invitée à une soirée, auquel cas elle repartait pour Hollywood au bout de quelques heures." Marilyn racontera plus tard que quand sa mère venait la voir, jamais elle ne lui montrait une marque d'affection; elle lui parlait à peine, ne l'embrassait pas et ne lui souriait pas: "C'était la belle dame qui souriait jamais. Je l'avais vue souvent auparavant mais je ne savais pas exactement qui elle était. Quand je lui ai dit :"Bonjour Maman", elle m'a regardée avec stupeur. Elle ne m'avait embrassée ni prise dans ses bras, elle ne m'avait jamais tellement parlé."
Sans doute les Bolender aurait peut être voulu adopter Norma Jeane, comme ils l'ont fait avec d'autres enfants dont ils s'occupaient, mais Gladys s'y est opposée, espérant reprendre un jour sa fille.
Le 18 août 1926, le divorce d'avec Mortenson est prononcé.

>> 1926 - Gladys et Norma Jeane
1926-gladys_with_nj-1-2 21604_0717_9_lg  1926-gladys_with_nj-1-3

Au début de l’année 1927, Gladys s'installe chez sa mère Della Mae qui rencontre de sérieux problèmes de santé; elle est notamment atteinte de fréquentes infections respiratoires. Malgré le surcroît de transport en trolley pour aller à son travail, Gladys s'occupe de sa mère et se retrouve ainsi aussi dans la même rue des Bolender, ce qui lui permet alors de voir plus fréquemment sa fille.
La maladie du coeur de sa mère s'aggrave rapidement, suivie d'une profonde dépression: elle souffre de délires, d'euphorie, de sautes d'humeur, de colères et d' hallucinations. Elle est hospitalisée au Norwalk State Hospital  le 4 août 1927 où on lui diagnostique une myocardite aiguë (inflammation du coeur et des tissus environnants ) et elle y décède le 23 août 1927, à l'âge de 51 ans, d'un arrêt cardiaque pendant une crise de folie. Gladys s'occupe des funérailles, faisant enterrer sa mère auprès du premier mari de celle-ci et père de Gladys, Otis Elmer Monroe, au Rose Hill Cemetery, à Whittier. Gladys sombre dans la déprime, mais parvient à faire face au deuil et reprend son activité de monteuse pour les studios de cinéma (à la Columbia et à la RKO).

>> 1928, Santa Monica - Gladys et sa fille Norma Jeane,
son frère Marion avec sa femme Olive et leur fille Ida May
 21604_0717_6_lg  1900s_NJFamily_Gladys00100  21604_0717_8_lg
1928-santa_monica-2-olive_gladys-2  1928_nj_beach_01_1 
1928_nj_beach_02_7 1928_onbeach2 
1928_nj_beach_02_2 1928_onbeach 1928_nj_beach_02_3a
1928_nj_beach_03_1 
1928-santa_monica-3-gladys_olive-1  

Pendant sept ans, Norma Jeane va rester chez les Bolender, recevant la visite de sa mère qui de temps en temps, la prenait pour un week-end. En 1933, lorsque Norma Jeane est atteinte de la coqueluche, Gladys va rester quelques jours chez les Bolender, puis quelques temps après, elle retire sa fille de chez les Bolender car la petite restait inconsolable après la mort de son chien Tippy, tué par un voisin. Marilyn se souviendra: "Un jour, ma mère est venue me voir. J'étais en train de faire la vaisselle. Elle me regardait sans dire un mot. Quand je me suis retournée, j'ai été surprise de voir ses yeux pleins de larmes. Elle m'a dit: "Je vais faire construire une maison et nous y vivrons toutes les deux. Elle sera peinte en blanc et il y aura un petit jardin derrière."
Elles vivent ensemble dans l'appartement de Gladys au 6021 Afton Place, situé près des studios de Hollywood où elle travaille comme monteuse en free-lance avec son amie Grace. Gladys et Grace emmènent parfois Norma Jeane visiter les studios d'Hollywood, mais aussi au cinéma pour aller voir les derniers films sortis. La même année, en 1933, Gladys obtient un prêt de 5000 Dollars de la Mortgage Guarantee Company de Californie pour acheter une maison meublée de six pièces, dont trois chambres, au 6812 Arbol Street, près de Hollywood Bowl. Dans la maison, il y a aussi un piano demie-queue blanc de la marque Franklin (ayant appartenu à l'acteur Fredric March) qui a séduit Gladys. Pour faire face aux charges, Gladys loue une chambre de la maison à un couple d'anglais, George Atkinson, sa femme et leur fille. Pour Norma Jeane, c'est un nouveau mode de vie, elle expliquera plus tard: "La vie devint désinvolte et tumultueuse, c'était un changement radical après ma première famille. Quand ils travaillaient, ils travaillaient dur, et le reste du temps, ils s'amusaient. Ils aimaient danser et chanter, ils buvaient et jouaient aux cartes et avaient un tas d'amis. A cause de mon éducation religieuse, j'étais affreusement choquée -j'étais persuadée qu'ils finiraient tous en enfer. Je passais des heures à prier pour eux."
A cette époque, Norma Jeane ressent les premiers attraits vers le cinéma. Pendant les vacances scolaires, elle reste des heures dans les salles de cinéma, comme elle le racontera plus tard: "J'étais assise, toute la journée, quelques fois une partie de la nuit -face à l'écran tellement grand pour une petite fille comme moi, toute seule, et j'adorais ça. Rien ne m'échappait de ce qui se passait - et il n'y avait pas de pop-corn à l'époque."
Le 17 août 1933, le fils de Gladys, Robert 'Jackie Kermit' Baker qui vit dans le Kentucky avec son père, décède à l'âge de 16 ans des suites d'une infection rénale. Le garçon était atteint d'une tuberculose osseuse déclarée après son accident à la hanche quand il était petit. Gladys n'avait plus aucun contact avec ses enfants de son premier mariage. Robert 'Jackie' n'a donc jamais revu sa mère et n'a jamais su l'existence de sa demie-soeur Norma Jeane.

>> 1933, Californie - Gladys
1933-california-gladys-1 
1933 - Gladys et sa fille Norma Jeane
1933_NJ_01_1_with_gladys 

Le 29 mai 1933, le grand-père de Gladys qu'elle n'a jamais connu, Tilford Hogan, s'est pendu. Gladys prend peur: son père et sa mère sont morts dans des hôpitaux psychiatriques, après des phases de démence; elle reste donc persuadée que ces problèmes sont héréditaires et que sa santé mentale est en jeu. Peu à peu, elle entre en dépression et est soignée par médicaments. En janvier 1934, Gladys fait une crise d'hystérie, tremblante et recroquevillée sous l'escalier. Les Atkinson se voient obligés d'appeler une ambulance qui emmène de force Gladys à l'hôpital Los Angeles General Hospital. Cet événement va marquer Norma Jeane à jamais; Marilyn se souviendra plus tard: "Soudain, il y eu un bruit épouvantable dans l'escalier, à côté de la cuisine. Je n'avais jamais rien entendu d'aussi effrayant. Des coups et des bruits sourds qui semblaient ne jamais devoir s'arrêter. J'ai dit :"Il y a quelque chose qui tombe dans l'escalier." L'anglaise m'a empêcher d'aller voir. Son mari est sorti et il est revenu dans la cuisine au bout d'un certain temps en disant: "J'ai fait appeler la police et une ambulance." J'ai demandé si c'était ma mère et il m'a répondu :"Oui, mais tu ne peux pas la voir." Je suis restée dans la cuisine et j'ai entendu des gens arriver et essayer d'emmener ma mère. Personne ne voulait que je la voie. Tout le monde me disait: "Sois mignonne, petite, reste dans la cuisine. Elle va bien. Ce n'est rien de grave!" Mais je suis sortie quand même et j'ai jeté un coup d'oeil dans l'entrée. Ma mère était là, debout. Elle hurlait et elle riait en même temps. Ils l'ont emmenée à l'hopital spychiatrique de Norwalk. Celui où on avait emmené le père de ma mère et ma grand mère quand ils avaient commencé à hurler et à rire ( ..) J'ai longtemps continué à entendre le bruit épouvantable dans les escaliers, avec ma mère qui hurlait et riait pendant qu'ils l'entrainaient hors du havre familial qu'elle avait tenté de construire pour moi". En février 1934, Gladys est autorisée à rentrer chez elle, mais elle est à nouveau hospitalisée pendant plusieurs mois dans un asile de Santa Monica, puis transférée au Los Angeles General Hospital et en décembre, elle rejoint le Norwalk State Hospital. Gladys va passer les quarante années suivantes entre diverses institutions. Il semble qu'elle souffrait de troubles mentaux et ne pouvait mener une vie normale hors d'un encadrement spécialisé. Cependant, les soins apportés à cette époque étaient quelques peu rudimentaires et il est possible qu'un traitement non adapté n'ait fait qu'empirer son état.
Durant cette période difficile, les Atkinson et Grace McKee s'occupent alternativement de Norma Jeane, qui parvient à voir sa mère lors de rares week-end où Gladys est autorisée à sortir; lorsque c'est le cas, Gladys, Grace et Norma Jeane vont déjeuner à l'Ambassador Hotel. Marilyn confiera: "Je veux tout simplement oublier tout le malheur, toute la misère qu'elle a eus dans sa vie, et tous ceux que j'ai eus dans la mienne. Je ne peux pas oublier, mais j'aimerais essayer. Quand je suis Marilyn Monroe et que je ne pense pas à Norma Jeane, cela marche quelquefois."
Le 15 janvier 1935, Gladys est déclarée aliénée, souffrant de schizophrénie paranoïde, par les médecins du Norwalk State Hospital. Le rapport du médecin chef déclare : "Sa maladie se caractérise par des préoccupations religieuses et par une dépression profonde et une certaine agitation. Cet état semble chronique".

Le 25 mars 1935, Grace McKee devient la représentante légale de Gladys, par décision de la Cour Supérieure de Justice de Californie. Le bilan de la situation financière de Gladys est dressé: elle dispose de 60$ sur son compte en banque, de 90$ en chèques non endossés sur une assurance, d'un meuble de radio (d'une valeur de 25$ dont 15 n'ont pas été payés et sont dus au magasin); ses dettes s'élèvent à 350$ sur une Plymouth et de 200$ d'arriérés sur le piano blanc.
Pour combler les dettes, Grace revend la voiture à son précédent propriétaire, vend le piano pour 235$, et revend le crédit de la maison.

>> 25/03/1935 - Décision de la Cour: Grace tutrice des biens de Gladys
et situation financière de Gladys:
1935-03-25-grace_guardian-1 1935-03-25-grace_guardian-2 1935-03-25-grace_guardian-bilan 

>> Etat des finances de Gladys - 28/09/1936
1936-09-28-report_account-1 1936-09-28-report_account-2 1936-09-28-report_account-3
1936-09-28-report_account-4 1936-09-28-report_account-5 1936-09-28-report_account-6
1936-09-28-report_account-7 1936-09-28-report_account-8 

En 1938, Gladys tente de s'enfuir du Norwalk State Hospital. Elle racontera avoir reçu des appels téléphoniques de Martin Edward Mortensen, son précédent époux, ce qui est impossible car celui-ci est décédé dans un accident de moto neuf ans auparavant. Cependant, il existe un homonyme, un homme se nommant aussi Martin Edward Mortensen, vivant à Riverside Country en Californie, qui revendiquera bien longtemps après la paternité de Marilyn et pour lequel on retrouvera dans ses affaires après sa mort, le 10 février 1981, des documents le liant à Gladys (les papiers de mariage et divorce, mais aussi le certificat de naissance de Norma Jeane).
Après cette tentative d'évasion qui a échouée, Gladys est transférée au Agnew State Asylum, un établissement adapté pour les personnes souffrant d'hallucinations schizophrénique, situé à San José, près de San Francisco. C'est à partir de ce moment que Norma Jeane verra que très peu sa mère. Un jour, Grace emmène Norma Jeane à la pension de la clinique où vit Gladys: cette dernière ne lui adresse pas la parole jusqu'au moment de partir, où elle dit à sa fille: "Tu avais de si jolis petits pieds".

Durant l'Hiver 1938, Gladys écrit une lettre à sa fille Berniece, l'envoyant à Flat Lick chez les parents de Jasper. Mais ces derniers étant décédés, le facteur a transmis la lettre au frère de Jasper qui vit aussi à Flat Lick, qui la renvoie à son tour à Jasper qui vit désormais à Pineville, en Louisianne. Dans cette lettre, Gladys explique à Berniece qu'elle a une demi-soeur, Norma Jeane, âgée de douze ans, qui vit chez les Goddard (Grace McKee s'est mariée à Ervin Goddard en 1935). Gladys supplie aussi Berniece de la sortir de l'Agnew State Hospital, et lui donne l'adresse de sa tante (la soeur de Della Monroe), Dora Hogan Graham, qui vit à Portland, dans l'Oregon. Berniece répond à sa mère en lui informant qu'elle a contacté diverses personnes (dont Dora) et qu'elle va tout tenter pour la faire sortir.

>> Etat des finances de Gladys - 07/02/1940
1940-02-07-report_account-1 1940-02-07-report_account-2 1940-02-07-report_account-3
1940-02-07-report_account-4 1940-02-07-report_account-5 

>> 1940s - Gladys et Grace (McKee) Goddard
1940s-gladys_grace-1 

>> 1940s, Reno - Gladys
1940s-gladys-reno-1

En 1945, Dora Hogan Graham, qui vit à Portland, intervient auprès des autorités pour qu'on laisse sortir Gladys, qui en retour, accepte de vivre avec sa tante pendant un an. L'été 1945, l'hôpital 'Agnew State Hospital' la laisse alors sortir avec 200$ et deux robes, déclarant que Gladys ne représente plus un danger ni pour elle, ni pour les autres. Gladys part vivre chez sa tante Dora et trouve du travail en faisant le ménage et effectuant des soins non-médicaux à des patients en convalescence et invalides. Elle s'habille de blanc, comme une infirmière. Dora écrit une lettre à Berniece en lui racontant que Gladys s'intéresse beaucoup à la Science Chrétienne, et qu'elle souhaite soigner des gens malades sans l'apport de la médecine.
En novembre et décembre 1945, Norma Jeane voyage dans l'Ouest des Etats-Unis avec le photographe André DeDienes pour un reportage photographique: ils vont jusque dans le désert de Mojave et dans le Nevada. Lors de leur passage dans l'Oregon, ils font une halte à Portland pour rendre visite à Gladys où ils arrivent les bras chargés de cadeaux. Mais après des années passées dans des institutions, Gladys est devenue totalement asociale, fermée sur elle-même et très amaigrie. Ces retrouvailles vont marquer profondément Norma Jeane: e
lle embrasse sa mère et lui montre les photos prises par Dedienes. Gladys reste murée dans son silence, vissée dans son fauteuil. DeDienes racontera plus tard: "La rencontre entre la mère et la fille manquait de chaleur. Elles n'avaient rien à se dire. Mrs Baker était une femme d'un âge incertain, émaciée et apatique, ne faisant aucun effort pour nous mettre à l'aise. Norma Jeane faisait bonne figure. Elle avait déballé nos cadeaux: une écharpe, du parfum, des chocolats. Ils restèrent où nous les avions posés, sur la table. Il y eut un silence. Puis Mrs Baker cacha son visage dans ses mains et sembla nous oublier complètement. C'était très pénible. Apparement, ils l'avaient laissée sortir trop tôt de l'hopital." Déboussollée, Norma Jeane s'agenouille auprès de sa mère qui finit par lui murmurer: "J’aimerais tellement vivre avec toi Norma Jeane." Retenant ses larmes, Norma Jeane embrasse sa mère et lui laisse son adresse et son numéro de téléphone avant de partir. En reprenant la route avec Dedienes, elle restera inconsolable, ne cessant de pleurer. En effet, Gladys reste plus ou moins une étrangère pour Norma Jeane qui ne l'a, finalement, que très peu connue. De plus, Norma Jeane vient de signer un contrat de modèle et aspire à faire carrière. Elle se sent donc incapable de prendre soin de Gladys qui souffre de problèmes mentaux.

Gladys insiste et ne cesse d'implorer sa fille Norma Jeane lui réclamant de l'aide. En avril 1946, Norma Jeane cède et envoie de l'argent à sa mère pour qu'elle la rejoigne à Los Angeles. Elles partagent deux petites chambres louées par Norma Jeane, en dessous de chez "tante" Ana Lower, sur Nebraska Avenue. Gladys n'est pas en forme; elle est obsédée par la Science Chrétienne et découvre, par le biais des pouvoirs guérisseurs d'Ana Lower, les possibilités de l'esprit sur la maladie et étudie ainsi dévotement de nombreux livres sur ce thème. Elle assiste aussi aux services de l'Eglise tous les dimanches. Eleanor 'Bebe' Goddard (la fille de Doc Goddard, le mari de Grace McKee) racontera: "Elle errait et était imprévisible. Elle était docile mais absente."
Un jour, Gladys, toute de blanc vêtue, se rend à l'agence de modèle de sa fille (BlueBook) et déclare à la directrice Emmeline Snively, en lui saisissant la main: "Je suis simplement venue vous remercier personnellement pour tout ce que vous avez fait pour Norma Jeane. Vous lui avez offert une nouvelle vie."
En août 1946, Berniece se rend à Los Angeles avec sa fille Mona Rae pour rendre visite à sa famille. A leur arrivée à l'aéroport de Burbank, Norma Jeane, Grace McKee, Ana Lower et Gladys sont venues les accueillir.

>> Août 1946, Santa Monica - Gladys et ses filles
(Berniece et Norma Jeane) et sa petite fille Mona Rae
 1946_NJ_with_family_santamonicabeach_020_1 1946_NJ_with_family_santamonicabeach_030_1  

1946-08-berniece_gladys_nj-1  1946-08-berniece_gladys-1

>> Août 1946, Los Angeles, dans un restaurant chinois:
Berniece, Mona Rae, Grace, Norma Jean, Ana Lower et Gladys.
1946-08-LA-berniece_monarae_grace_friend_nj_ana_gladys

Après plusieurs semaines, Gladys rechute et doit à nouveau rejoindre l'hôpital Norwalk State Asylum. Grâce à ses salaires gagnés en tant que modèle, Norma Jeane envoie de l'argent pour améliorer la prise en charge de sa mère.
Gladys entretient une correspondance épistolaire avec Margaret Cohen (la mère de la petite Norma Jeane qu'elle gardait à Louisville en 1923); elle lui confie, dans une de ses lettres envoyée l'été 1946: "Mes propres filles ne me comprennent pas, elles n'essayent même pas". Gladys lui demande aussi des nouvelles de Norma Jeane Cohen, âgée désormais de 26 ans, souhaitant reprendre contact avec elle.
En février 1948, Gladys sort de l'hôpital et emmènage chez Ana Lower; elle trouve un emploi de femme de ménage.
Le 30 mai 1948, Gladys écrit une lettre à Berniece, lui reprochant notamment le fait qu'elle ne lui ait pas annoncée la mort de Tante Ana Lower, décédée le 14 mars, mais aussi car Berniece n'a pas répondu à sa dernière lettre:

>> Juin 1948 - Lettre de Gladys à Grace
1948-06-gladys_letter_to_grace  

Le 20 avril 1949, Gladys épouse John Stewart Eley, un électricien originaire de Boise, dans l'Idaho. Norma Jeane apprend la nouvelle par une lettre que lui a envoyée Grace. Mais John est déjà marié et son épouse vit à Boise.
En 1951, Marilyn demande à Inez Melson, l'administratrice de ses affaires, de faire des visites régulières à Gladys, pour s'assurer de son bien être tandis qu'elle continue à fréquenter diverses institutions. En 1952, Inez Melson persuade Marilyn qu'elle la désigne comme tutrice légale de Gladys. Gladys travaille dans une clinique privée à Homestead Lodge, près de Pasadena.
Le 23 avril 1952, John Stewart Eley meurt d'une affection cardiaque à l'âge de 62 ans et Gladys se retrouve veuve. La semaine suivante, l'existence de la mère de Marilyn est révélée par le journaliste Erskine Johnson: Marilyn a toujours dit qu'elle était orpheline; mais avec le scandale du calendrier où elle a posé nue en 1949 et qui fait surface cette année là, des journalistes curieux enquêtent et découvrent que sa mère n'est pas morte, contrairement à ce qu'a encore déclaré Marilyn la semaine précédente dans une interview pour Redbook, et que celle-ci a fréquenté des institutions psychiatriques. Marilyn accorde alors une interview, publiée le 3 mai 1952, qu'elle a préparée avec Sidney Skolsky, et y déclare notamment: "Je n'ai jamais connu ma mère intimement et, depuis que je suis adulte, je suis entrée en contact avec elle. A présent, je l'aide et veux continuer à l'aider tant qu'elle aura besoin de moi." Puis Marilyn reçoit alors une lettre implorante de sa mère: "Chère Marilyn, Je t'en prie, ma chère fille, j'aimerais avoir de tes nouvelles. Je n'ai que des soucis ici, et j'aimerais bien partir le plus vite possible. Je préfèrerais avoir l'amour de mon enfant que sa haine. Tendrement, ta mère." Gladys continue à entretenir aussi des relations avec sa fille Berniece: elle lui rend visite en Floride au cours de l'année 1952.

>> 1952, Floride - Berniece, Gladys et Mona Rae
1952-florida-berniece_gladys_monarae-1 

Le 9 février 1953, d'après les conseils de Grace McKee, Marilyn fait transférer Gladys dans un établissement plus confortable, l'institution privée Rockhaven Sanatorium, à Verduga City, afin de protéger sa mère contre les journalistes trop curieux; Marilyn paie alors 300$ par mois pour les frais d'hospitalisation.
Marilyn racontera: "Longtemps, j'ai eu peur de m'apercevoir que je ressemblais à ma mère et que je finirais comme elle dans un asile de fous. Quand je déprime, je me demande si je vais craquer, comme elle. Mais j'éspère devenir plus forte."
En 1959, Marilyn assure définitivement l'avenir financier de sa mère par un fonds de fidéicommis (qui désigne une disposition juridique -souvent testamentaire- par laquelle un bien est versé à une personne via un tiers). Pour Noël 1959, Gladys envoie ses souhaits à Marilyn, signant toujours du nom de son dernier époux décédé: "Loving Good Wishes, Gladys Pearl Eley":

>> Noël 1959 - Carte de voeux de Gladys pour Marilyn:
1959-12-gladys_letter_to_mm

Au cours du premier trimestre 1960, pendant que Marilyn tourne le film "Le Milliardaire" ("Let's Make Love"), elle donne une interview au journaliste George Belmont, à qui elle évoque notamment son enfance et sa mère. Elle déclare alors que sa mère est "morte".
Le 5 août 1962, le monde entier apprend le décès de Marilyn Monroe. Gladys en est très affectée; elle ne se rend pas à l'enterrement et fera plusieurs tentatives de suicide. Le 22 août 1962, elle écrit une lettre à Inez Melson, la remerciant de son soutien et rappelant qu'elle avait enseigné la science chrétienne à Norma Jeane: "I am very greatefull for your kind and gracious help toward Berniece and myself and to dear Norma Jeane. She is at peace and at rest now and may our God bless her and help her always. I wish you to know that I gave her (Norma) Christian Science treatment for approximately a year."

>> 22/08/1962 - Lettre de Gladys à Inez Melson:
1962-08-22-gladys_letter_to_inez

Un jour, en 1963, elle s'enfuit de Rockhaven Sanatorium; elle est retrouvée le lendemain, dans une église de San Fernando Valley, serrant dans ses mains une bible et un livre de prières de la Science chrétienne.
Inez Melson déclarera: "La mère de Marilyn se consacrait toute entière à sa religion, la Science chrétienne, et était principalement préoccupée par le mal. C'est là que se situait ses dysfonctionnements. Elle pensait avoir fait quelque chose de mal dans sa vie, et qu'elle serait punie pour cela."

>> 1963 - Gladys
1963-gladys-1-1 1963-gladys-1-2  

Le 27 avril 1966, elle est transférée au Camarillo State Hospital où elle y reste un an. Elle reçoit régulièrement la visite de Inez Melson:

>> 1966 - Gladys et Inez Melson
-photographies-

1966-gladys_with_berniece-1 1966-gladys_with_berniece-3 1966-gladys_with_berniece-2
-captures-
1966-gladys_inez_melson-cap01 1966-gladys_inez_melson-cap02 1966-gladys_inez_melson-cap03

1966-gladys_inez_melson-cap04 1966-gladys_inez_melson-cap05 1966-gladys_inez_melson-cap06
1966-gladys_inez_melson-cap07 1966-gladys_inez_melson-cap08 1966-gladys_inez_melson-cap09
1966-gladys_inez_melson-cap10 1966-gladys_inez_melson-cap11 1966-gladys_inez_melson-cap12
-video-

En 1967, elle part vivre chez sa fille Berniece en Floride.
En 1970, c'est sous le nom de Gladys Eley qu'elle intègre la maison de retraite Collins Court Home, à Gainesville en Floride. Aux journalistes curieux qui tentent de l'approcher pour qu'elle leur évoque sa célèbre fille Marilyn, elle leur répond: "Ne me parlez pas de cette femme !". En 1972, elle déclare à James Haspiel, un fan de Marilyn qui l'a connu et suivi pendant de nombreuses années: "Je n'ai jamais voulu qu'elle fasse ce métier !"
En 1980, c'est Lawrence Cusak qui devient son tuteur légal.
Le 11 mars 1984, c'est à l'âge de 81 ans que Gladys meurt d'une crise cardiaque; elle est incinérée.

>> Années 1980s - Gladys
1980s-gladys-1-1  1980s-gladys-1-2
1980s-gladys-1-1a  1983-gladys-1-1


> sources pour l'article:
Livres:
Marilyn Monroe, L'encyclopédie, de Adam Victor The secret life of Marilyn Monroe, de J. Randy Taraborelli / Marilyn Monroe de Roger Baker
Sur le blog:
enfance de Marilyn évoquée dans l' Interview de Georges Belmont
Sur le web: biographie d'Yria sur le forum mmonline /
article "family" sur marilynmonroesplace / fiche Gladys sur findagrave , sur geni , sur imdb


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

29/11/1953 Marilyn sympathisante communiste

Le 29 novembre 1953, la presse américaine rapporte que des photographies de Marilyn Monroe ont été publiées dans un magazine communiste en Allemagne de l'Est. Le Red Editors insinue que Marilyn a aidé le sénateur McCarthy (dans le Wisconsin) dans ses actes, sans apporter le moindre détail. Ils disent que "l'intoxication Monroe" était supposé à faire oublier aux américains pourquoi Tom et Joe devaient mourir en Corée. On donne aussi crédit à Marilyn "d'engourdir les électeurs américains dans la stupeur" avant les élections présidentielles de 1952. Les images de pinups de Marilyn ont été placées sur un champ de bataille pour montrer qu'elle est simplement "l'opium du peuple américain".
In November, 29, 1953, American press tells that pictures of Marilyn Monroe were publiched in a Communist magazine in East Germany. The Red Editors implied Marilyn aided Sen. McCarthy (Wisconsin) in his actions, but failed to go into detail. They said "the Monroe intoxication" was supposed to make Americans forget why Tom and Joe had to die in Korea. Marilyn was given credit, too, for "numbing Americans voters into a stupor" before the presidential election in 1952. The pinups of Marilyn were placed over a battle scene to she she merely is the "opium of the American people".

article de la presse allemande intitulé "Die Monroe Invasion".
1953-11-poster_mm-allemagne-1 1953-11-poster_mm-allemagne-1a


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

Posté par ginieland à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bannière Hiver 2014/2015

Marilyn Monroe en 1957, portrait pour "Le Prince et la Danseuse"
Photographie de Richard Avedon.

banner_mm-winter-2014-2015

Posté par ginieland à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,



Kelli Garner films Marilyn Monroe Lifetime mini series

logo_mol

 That's one lucky bird! Bombshell Kelli Garner saves pigeon from captivity as she films Marilyn Monroe Lifetime mini series
By Mailonline Reporter
Published: 18 December 2014
online on 
dailymail.co.uk/

Her new Lifetime TV mini series shows a more personal side of the icon and legend that is Marilyn Monroe.
And on Wednesday Kelli Garner showcased Marilyn's soft spot for little creatures as she filmed a touching scene in Toronto, Canada.

Kelli, 30, was spotted reenacting a real life anecdote from the biography The Secret Life Of Marilyn Monroe, where the Hollywood actress saved some pigeons from captivity in New York's Central Park. Kelli appeared demure during the outdoorsy scene, bundled up in a thick tan trench coat and blue head scarf.
She donned an all-black ensemble beneath her coat consisting of a blouse, loose-fitted trousers, and pumps.
Finishing off her look, The Aviator star sported dark brown leather gloves and black sunglasses, and of course wasn't without Marilyn's signature platinum locks and beauty mark.

kelli_garner_as_mm-1 kelli_garner_as_mm-3 kelli_garner_as_mm-2 

The four-hour project is based on J. Randy Taraborrelli's bestseller, The Secret Life Of Marilyn Monroe, and explores the late star's family life and how she succeeded in hiding from an all-too-invasive world.
And Wednesday's scene appeared to be based off a snippet of the book in which the author retells an anecdote by James Haspiel - taking place on a night Marilyn went for an evening walk while living on East 57th street in New York City. The buxom blonde stopped to watch a couple teenage boys use long netted poles to catch pigeons and put them in a cage. The young lads had said they planned on bringing the birds to the market, where they were worth 25 cents a piece.
'Well, if I sit on this bench and wait until you're done, and I pay you for the pigeons, will you then free them ?' Marilyn offered.
The boys obliged and the iconic star did indeed pay them, as promised, for each freed pigeon.

kelli_garner_as_mm-4  kelli_garner_as_mm-5 

Kelli joins Susan Sarandon, who has been cast as Marilyn's mentally ill mother, Gladys.
The Hollywood icon was just 36 when she was found dead in the bedroom of her home in the upscale Los Angeles neighbourhood of Brentwood on August 5, 1962. The Some Like It Hot star's death was ruled as suicide due to barbiturate poisoning at the time.
But it has become one of the most hotly debated conspiracy theories with many believing Marilyn was murdered because of her links to President John F. Kennedy and his brother Robert. 

kelli_garner_as_mm-6  kelli_garner_as_mm-7 

In October, Lifetime said of the series: 'Marilyn is both the personification of sex, whose first marriage ironically collapses because of her frigidity, and a fragile artist who seeks the approval and protection of men. 'But after tumultuous marriages with (baseball star) Joe DiMaggio and (playwright) Arthur Miller, she realizes she has the strength to stand on her own. She becomes the face and voice of an era, yet wants most of all to be someone's mother and someone's little girl. She's the Marilyn you haven't seen before, the artist who, by masking the truth with an image, gives her greatest performance.'

Kelli, who broke up with her Big Bang Theory boyfriend Johnny Galecki in August (they had been together for two years) joins a long list of actresses who have played the tragic film star on TV. These include Megan Hilty, Uma Thurman, Katharine McPhee, Charlotte Sullivan, Suzie Kennedy and Constance Forslund.

14 décembre 2014

Décès de Phil Stern

Décès du photographe Phil Stern, 95 ans, ce samedi 13 décembre 2014.

>> Voir les photos de Marilyn par Phil Stern

1955_mm_by_phil_stern   1956-03-03-BeverlyGlenBoulevard-press_party-012-by_phil_stern-1a
1953_02_24_martin_lewis_show_mm_011_1  1953_03_09_Photoplay040_Gala00600_byFlorea_010 1953_06_26_graumans_chinese_theatre_by_phil_stern  
MONROE__MARILYN___PHIL_STERN_1953373_1_   1953_09_13_jack_benny_show_by_phil_stern   


logo_mol

 Famed Hollywood photographer Phil Stern who captured some of the most iconic portraits of stars including Marilyn Monroe, James Dean and Frank Sinatra dies at 95
By Sophie Jane Evans for MailOnline
Published: 20:41 GMT, 14 December 2014 | Updated: 22:23 GMT, 14 December 2014
online on 
dailymail.co.uk/

Phil Stern, 95, passed away in California on Saturday, agent confirmed
He was responsible for some of the most iconic portraits of celebrities
These included stars Marilyn Monroe, James Dean and Marlon Brando
He also captured President Kennedy's inauguration and Lauren Bacall
Stern become renowned for his photography during Second World War
Director Brett Ratner has paid tribute to the 'legendary photographer'

Photographer Phil Stern, who was responsible for some of the most iconic portraits of Hollywood stars including Marilyn Monroe, James Dean and Frank Sinatra, has died at the age of 95.
Stern, who also photographed John Wayne, Marlon Brando, Lauren Bacall, Humphrey Bogart and President Kennedy’s inauguration, passed away in California on Saturday, his agent confirmed.

phil_stern-1

On Sunday morning, director Brett Ratner took to Instagram to express his sadness at his longtime friend's death, writing: 'My good friend pictured here passed today! #PhilStern 95 year old.'

 phil_stern-3
phil_stern-3-2  

Posting a photo of himself walking with Stern on a film set, he added: 'Legendary photographer with an amazing life! Grateful that I was there for his 95th birthday!'
On Sunday afternoon, he uploaded another photo of himself posing with the photographer on his 90th birthday. Despite looking frail and being hooked to tubes, Stern was seen beaming widely. 

phil_stern-2  phil_stern-2-2 

During his career, 'Snapdragon' Stern worked as a special still cameraman on an array of films, including 'Guys and Dolls'  and 'Close Encounters of the Third Kind', Variety reported.
He also become renowned for his photography while serving as a U.S. Army Ranger in the 'Darby's Rangers' unit in the North African and Italian campaigns during World War II.

phil_stern-4 phil_stern-6 

'There were a lot of very ugly things during the war - and a lot of very beautiful things,' Stern told the magazine earlier this year. 'I photographed everything.”
He was later decorated with a Purple Heart for his services. Ater the war, Stern settled in Los Angeles, where he became a staff photographer for LOOK magazine.
Over the past few decades, his photos of Marilyn Monroe and James Dean have gained iconic status, while he has also photographed Louis Armstrong, Orson Welles and Joan Crawford.
He even contributed photos for albums by artists Liza Minnelli, Ella Fitzgerald and Count Basie.

phil_stern-5
Celebrated: Stern is pictured at Photo LA's
22nd Annual Photographic Art Exposition in January last year

For the final years of his life, Stern resided at the Veterans Home of California, where he continued to wear a camera around his neck and take photographs of those around him.
In a touching tribute, Stern's worldwide agent, Geoff Katz, of Creative Photographers Inc, described the photographer as a 'one-of-a-kind' talent who lived a 'full and exciting life'.
He told MailOnline: 'I am honored and privileged to have worked with Phil over the last 20 years. It has been an amazing journey, he was one of a kind. I will treasure the time I spent with Phil and his family, His legacy will live on through his iconic images.'

Stern's sons, Peter and Tom, have donated 95 prints from their father's work (WW2, Jazz and Hollywood) to the the West Los Angeles VA Hospital as a permanent exhibition.
The photographer's autobiography, 'Phil Stern: A Life’s Work', was published in October 2003.

Posté par ginieland à 23:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

TV - Marlon Brando, un acteur nommé désir

gif_tvmarilynDimanche 14 décembre 2014 - 22h55 - Arte
Diffusions: à revoir en replay pendant 7 jours
Rediffusions: dimanche 21/12/2014 à 15h55
Lundi 29/12/2014 à 15h45
Jeudi 01/01/2015 à 22h20

Documentaire:  Marlon Brando, un acteur nommé désir

Durée: 90 min
Année: 2013
Réalisateurs: Philippe Kohly

marlon-1967
Marlon Brando avec une danseuse tahitienne en 1967. 

Avec sa présence irradiante et son phrasé unique, Marlon Brando  a marqué le cinéma d'une empreinte indélébile. Philippe Kohly explore les multiples facettes de ce génie torturé, disparu il y a dix ans, dans un passionnant portrait intime, éclairé par les commentaires de Robert Duvall et Elia Kazan.

"Je trouve le métier d’acteur détestable, désagréable." L’affirmation peut sembler incongrue dans la bouche d’un monstre sacré du septième art. Marlon Brando a pourtant poussé la porte d’une école d’art dramatique presque par hasard. Débarqué à New York à l’âge de 19 ans, le petit paysan du Nebraska, dyslexique et solitaire, se forme à la méthode Stanislavski, basée sur la vérité des émotions, sous la houlette de Stella Adler. Sa présence chargée d’électricité, sa beauté animale teintée de fragilité, alliées à sa capacité innée à vivre une scène plutôt qu’à l’incarner, suscitent immédiatement l’engouement. En quatre ans, d’Un tramway nommé désir (1951) à la comédie musicale Blanches colombes et vilains messieurs (1955), en passant par L’équipée sauvage, Sur les quais (qui lui vaut l’Oscar du meilleur acteur) ou Jules César, Marlon Brando précipite la fin de règne des grands acteurs britanniques shakespeariens et bouscule les codes de l’Amérique puritaine, en se forgeant une image de sex-symbol au tempérament rebelle. Une gloire absolue qu’il s’emploiera à saboter dans les décennies suivantes, jusqu’à devenir une caricature de lui-même : plus concerné par ses engagements pour les droits civiques ou la cause des Indiens que par les feux d’Hollywood, il enchaîne les échecs commerciaux au cours d’un lent suicide artistique, néanmoins ponctué de sublimes résurrections (Le parrain, Le dernier tango à Paris, Apocalypse now).
Insaisissable
De son enfance dévastée – entre un père violent et une mère alcoolique mais vénérée – à sa vieillesse recluse, Philippe Kohly (Gary/Ajar – Le roman du double) plonge dans les méandres d’une existence chaotique. Convoquant ses proches (amis, amantes) et égrenant sa filmographie légendaire, éclairée par les commentaires de Robert Duvall et Elia Kazan, ce film aux riches archives tisse un portrait intime de l’insaisissable Marlon Brando, séducteur compulsif et génie d’un art qu’il n’a cessé de dénigrer.

Posté par ginieland à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Publicité Cetelem 2014

Année: 2014
Marque / Produit: Cetelem (crédit à la consommation)
Pays: France
A savoir: Cetelem met régulièrement en scène des sosies
(de Marilyn Monroe, Michael Jackson, Michel Polnareff)
dans leur publicité télévisée.

Posté par ginieland à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11/02/1952 Photoplay Award

Le 11 février 1952, Marilyn Monroe participe à la soirée de remise de prix organisée par le magazine Photoplay à l'Ambassador Hotel de Los Angeles; Marilyn y aurait reçu un prix spécial "Special Award".
In February 11, 1952, Marilyn Monroe participates to the Awards Party organized by Photoplay magazine at the Ambassador Hotel in Los Angeles; Marilyn would have received a "Special Award".

 1952_Premiere_DontBotherToKnock_020_010_11952-photoplay_award-2 1952_Premiere_DontBotherToKnock_020_020
1952_Premiere_DontBotherToKnock_013_010_1    1952_Premiere_DontBotherToKnock_013_010_2

> Marilyn avec Richard Widmark
(son partenaire de 'Don't Bother to Knock')

1952_Premiere_DontBotherToKnock_030_010_withRichardWidmark_1 1952-photoplay_award-3-1a 1952_Premiere_DontBotherToKnock_030_010_withRichardWidmark_1_a

 > Marilyn avec David Wayne
(son partenaire de 'We're not married')

1952_Premiere_DontBotherToKnock_030_020_withFrankSinatra_1   


> Photographie de Nate Cutler
Marilyn avec David Wayne

1952_Premiere_DontBotherToKnock_avec_david_wayne_1
  1952-by_nate_cutler-with_david_wayne

> Photographie de Earl Leaf
 1952-photoplay_award-1-1 1952-photoplay_award-1-1c

 1952_Premiere_DontBotherToKnock_020_030_byEarlLeaf_1 1952_Premiere_DontBotherToKnock_020_030_byEarlLeaf_2


Sheilah Graham racontera que Marilyn passera une bonne partie de la soirée à poser dans une salle de l'Ambassador pour les photographes.
Sheilah Graham wrote that Marilyn spent a part of the evening posing on the far side of the Ambassador room for the press.

1952_Premiere_DontBotherToKnock_050_010  1952_dbtk 1952_Premiere_DontBotherToKnock_050_020
1952_Premiere_DontBotherToKnock_051_010 1952_Premiere_DontBotherToKnock_051_020 

1952-02-11-photoplay_award-ambassador-1 1952-02-11-20thCF 1952-02-11-photoplay_award-ambassador-2

  > photographie de Phil Burchman
1952-dbtk-by_phil_burchman-1 

> photographie de Bob Landry
1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_010_2 1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_010_GF 1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_050
1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_021 1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_020
1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_030_2 1952-photoplay_award-st-4  1952_Premiere_DontBotherToKnock_052_040

> couvertures de magazines:
1952-photoplay_award-st-6 1952-07-see-us


(> source: Photoplay Awards sur imdb ) -
(
> ne pas confondre avec la
Première de Don't Bother to Knock ) -

© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 



Fin »