Divine Marilyn Monroe

18 juin 2022

Premières images du biopic "Blonde" de Netflix

Cela fait maintenant deux ans qu'on en parle (voir les photos de tournage en 2020) et la diffusion qui a sans cesse été repoussée, mais désormais cela se précise concrètement: le biopic "Blonde" de Netflix sera disponible sur la plateforme de streaming le 23 septembre 2022.

We've been talking about it for two years now (see the filming in 2020) and the broadcast has been constantly postponed, but now it's becoming more concrete: Netflix's "Blonde" biopic will be available on the streaming platform on the 23rd September 2022.


Netflix a dévoilé la bande-annonce le 16 juin dernier:

De même que l'actrice qui interprète Marilyn Monroe, Ana De Armas, qui publie sur son compte instagram ana_d_armas quelques photographies officielles:

As well as the actress who interprets Marilyn Monroe, Ana De Armas, who publishes on her instagram account ana_d_armas some official photographs:

Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-6 
Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-1 
Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-2 
Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-3 
Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-4 
Ana_De_Armas-2002-06-Instagram-5 

La page instagram de FANDOM  allant même jusqu'à faire une comparaison en images de Ana VS Marilyn:
The FANDOM instagram page even makes an image comparison of Ana VS Marilyn:

Ana_De_Armas-2002-06-BLONDE-comparaison-1  


Inspiré du roman éponyme de Joyce Carol Oates, le biopic relate la partie plus intime de la vie de l'actrice. Telle est la description du synopsis: «Blonde est une relecture audacieuse de la trajectoire de Marilyn Monroe, l'une des icônes hollywoodiennes les plus atemporelles. De son enfance tumultueuse à son ascension fulgurante et à ses histoires d'amour complexes, de Norma Jeane à Marilyn, Blonde brouille la frontière entre réalité et fiction pour explorer l'écart de plus en plus important entre sa personnalité publique et la personne qu'elle était dans l'intimité.»
A noter que:
- Le livre Blonde de Oates est un roman (2000), et non une biographie réelle de Marilyn Monroe et qu'il a déjà été adapté à l'écran (pour la télévision) en 2001 avec Poppy Montgomery dans le rôle de Marilyn (> le Film Biopic Blonde );
- Ce biopic mouture 2022 a reçu aux États-Unis la classification NC-17, soit une interdiction aux moins de 17 ans, un classement qui a donné au film une réputation sulfureuse.

Inspired by the eponymous novel by Joyce Carol Oates, the biopic chronicles the most intimate part of the actress's life. This is the description of the synopsis: “Blonde is a bold reinterpretation of the trajectory of Marilyn Monroe, one of Hollywood's most timeless icons. From her tumultuous childhood to her meteoric rise and complex love stories, from Norma Jeane to Marilyn, Blonde blurs the line between fact and fiction to explore the ever-widening gap between her public persona and the person she is. she was intimate.”
To note that:
- The book Blonde by Oates is a novel (2000), not an actual biography of Marilyn Monroe and that it was already adapted for the screen (for television) in 2001 with Poppy Montgomery in the role of Marilyn (> the Film Biopic Blonde hair );
- This 2022 biopic has received the NC-17 classification in the United States, i.e. a ban on those under 17, a classification which has given the film a sulphurous reputation.

2000-blonde   2001-blonde  


Dans un communiqué de Netflix, Ana De Armas a déclaré que « L’ambition d’Andrew Dominik était très claire dès le départ : mettre en scène le parcours de Marilyn Monroe en adoptant son point de vue à elle. Andrew souhaitait que les spectateurs comprennent non seulement ce que Marilyn pouvait ressentir en tant que star, mais aussi en tant que Norma Jeane. »
« J’ai trouvé que c’était l’approche la plus courageuse, la plus décomplexée et la plus féministe sur la trajectoire de cette femme que j’aie jamais vue.»

In a statement from Netflix, Ana De Armas said that “Andrew Dominik's ambition was very clear from the start: to portray Marilyn Monroe's journey from her point of view. Andrew wanted viewers to understand not only how Marilyn felt as a star, but also as Norma Jeane."
"I found it to be the bravest, most uninhibited and feminist take on this woman's journey that I have ever seen."


Casting:
- Andrew Dominik: scénariste et réalisateur

2022-BLONDE-casting 

- Ana De Armas : Marilyn Monroe
- Adrien Brody : Arthur Miller
- Bobby Cannavale : Joe DiMaggio
- Julianne Nicholson : Gladys Pearl Baker


>Sur le web: article "Through her eyes" le netflixqueue 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 20:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14/01/1945 - Lettre de Norma Jeane à Grace Goddard

Lettre de 4 pages du 14 janvier 1945 (datée par erreur en 1944) écrite par Norma Jeane Dougherty (Marilyn Monroe) à Grace McKee Goddard, qui était partie vivre avec son mari Ervin 'Doc' Goddard et la fille de celui-ci Bebe Goddard à Huntington, dans l'Etat de Virginie.
Norma Jeane n'a que 18 ans, mariée depuis deux ans et demie avec Jim Dougherty souvent absent (il est engagé dans la Marine marchande), et elle se sent seule: sans doute est-ce pour cette raison qu'elle s'est payée un manteau, alors qu'elle ne gagne pas beaucoup d'argent. Elle fait aussi des cadeaux à Grace puisqu'elle lui demande si le peignoir est à sa taille.
Elle raconte aussi à Grace que l'usine où elle travaille, Radioplane, a congédié (temporairement, pour deux semaines), l'ensemble des ouvriers et ouvrières (sans leur verser de salaire), certains étant même licensié définitivement.
Elle parle de son retour de l'Est, faisant ainsi référence à sa visite aux Goddard (Doc et Bebe) en Virginie et sa demie-soeur Berniece à Détroit à l'automne 1944.
Il semble que Norma Jeane porte beaucoup d'affection envers Doc Goddard, elle l'appelle "Papa" dans sa lettre.
On ressent surtout l'isolement de la jeune Norma Jeane, terminant sa lettre par son espoir de revoir les Goddard revenir en Californie.

Letter of 4 pages in January 14, 1945 (mistakenly dated 1944) written by Norma Jeane Dougherty (Marilyn Monroe) to Grace McKee Goddard, who had gone to live with her husband Ervin 'Doc' Goddard and his daughter Bebe Goddard in Huntington, Virginia.
Norma Jeane is only 18 years old, married for two and a half years to Jim Dougherty, who is often absent (he is engaged in the Merchant Marine), and she feels alone: ​​no doubt this is why she paid for a coat, although she doesn't earn much money. She also gives Grace gifts because she asks her if the robe is at the good size.
She also tells to Grace that the factory where she works, Radioplane, has dismissed (temporarily, for two weeks), all the workers (without paying them a salary), some of them being even definitively dismissed.
She talks about her return from the East, thus referring to her visit to the Goddards (Doc and Bebe) in Virginia and her half-sister Berniece in Detroit in the fall of 1944.
It seems that Norma Jeane has a lot of affection for Doc Goddard, she calls him "Dad" in her letter.
We especially feel the isolation of young Norma Jeane, ending her letter with her hope of seeing the Goddards back in California.

1944-01-14-Letter_from_NJ_to_Grace-1 
1944-01-14-Letter_from_NJ_to_Grace-2 

 Traduction de la lettre:

Ma très chère Grace,
Je suis désolée de ne pas avoir écrit plus tôt, mais honnêtement, j'ai été très occupée. En ce moment, j'ai deux semaines de vacances. (sans être payée).
Jimmie n'est pas encore rentré mais s'attend à être à la maison à tout moment. Il m'a envoyé 100 $ pour Noël alors j'en ai mis un peu plus et je suis maintenant l'heureuse propriétaire d'un manteau de singe Gold Coast. Oh c'est tout simplement magnifique ! J'ai obtenu la meilleure qualité possible parce que je pensais que je pourrais aussi bien obtenir quelque chose qui durerait. (Je ne veux pas que tout le monde sache que ça a coûté autant que ça le devait au départ, c'est mon affaire, tu ne crois pas ?
Tout le monde dit qu'ils ne peuvent pas comprendre à quel point j'ai changé depuis que je suis revenue de l'Est. Au travail, ils disent tous que je suis pleine de vie, de peps et de vitalité. Je n'ai pas travaillé très dur, je me suis juste laissé aller, mais j'ai quand même terminé tout mon travail. Radioplane Company a licencié près de la moitié de ses travailleurs. Mais je suis toujours là bien que je sois en vacances maintenant, comme tout le monde dans mon département, ce n'est que pour deux semaines.
S'il te plaît envoie-moi le livre d'anglais et de grammaire, tu avais dit que tu le ferais.
J'espère que tu as aimé ton peignoir. Était-ce la bonne taille ? As-tu mis des chaussons pour aller avec ?
Je suis contente que tu ne travailles pas chez Wildings parce que tu travaillais juste trop dur. J'espère que tu te reposes beaucoup. S'il te plaît, donne mon affection à Papa et Bebe. Vous me manquez certainement tous.
Dan Hill est vraiment génial, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour le voir. Mais je l'aime beaucoup.
J'ai hâte de voir Papa en février. Chaque fois que je vois Dan, il n'arrête pas de demander "Quand est-ce que "Doc" revient ?"
Aujourd'hui, je suis allée à l'église et Mme Dougherty m'a accompagnée. Mon Dieu, je peux à peine attendre que vous reveniez tous ici, j'espère que ce sera bientôt.
Tout mon amour,
Norma Jeane,
PS j'écrirai plus tard

Letter transcription:

My dearest Grace,
I'm sorry I havn't written sooner but honestly I've been so busy. At the present time I'm having a two weeks vacation. (without pay).
Jimmie hasn't come home yet but expects to be home most any time. He sent me $100.00 for Christmas so I put some more with it and I am now the happy owner of a Gold Coast monkey coat. Oh its simply beautiful! I got the finest quality obtainable because I thought I might as well get something that would last. (I don't want everyone to know that it cost as much as it did in the first place its my own business, don't you think ?
Everyone says they can't get over how much I've changed since I've come back from the East. At work they all say I'm full of life, pep and vitality. I havn't been working very hard, just sort of taking it easy but I still get all of my work finished. Radioplane Company laxed almost half of its workers off. But I'm still there although I'm Having a vacation now so is everyone in my dept, its only for two weeks.
Please send me the English and Grammar book, you said you would.
I hope you liked your robe. Was it the right size? Did you get slippers to go with it ?
I'm glad you are not working at wildings because you were just working too hard. I hope you are getting a lot of rest.
Please give Daddy and Bebe my love. I certainly do miss all of you.
Dan Hill is really swell, I havn't had much time to see him. But I do like him very much.
I can hardly wait to see Daddy in February. Every time I see Dan he keeps asking "When is "Doc" coming back ?"
Today I went to church and Mrs. Dougherty went with me.
Golly I can hardly wait until all of you move back here, I hope it will be soon.
All my love,
Norma Jeane,
P.S. I shall write later


source Lettre vendue aux enchères en 2017 par Freeman's


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 juin 2022

Tag Marilyn 28

tag-mm-love_happy-1 

Posté par ginieland à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/05/1942, LA, University High School - Livret de dédicace de Joan Loye

Dédicace de Norma Jeane Baker (Marilyn Monroe) datée du 13 mai 1942 à une camarade de classe, Joan Loye, pour son livret de dédicaces souvenirs à l'époque où Norma Jeane fréquente la University High School: elle intègre le lycée en février 1942 pour suivre le 10th Grade (équivalent de la Seconde suivie au lycée en France), pour quitter l'école début juin (elle se marrie le 19 juin avec Jim Dougherty).
Joan Loye a été sa camarade à l'école Emerson Middle School et à l'University High School.

Dedication by Norma Jeane Baker (Marilyn Monroe) dated May 13, 1942 to a classmate, Joan Loye, for her souvenir dedication booklet when Norma Jeane attended University High School: she entered high school in February 1942 to follow the 10th Grade, to leave school at the beginning of June (she married on June 19 with Jim Dougherty).
Joan Loye was her classmate at Emerson Middle School and University High School.

1942-05-13-LA-University_High_School-autographs_from_joan_loye-1a 
1942-05-13-LA-University_High_School-autographs_from_joan_loye-1b  

 Traduction:
13/05/42
Chère Joan,
Par la présente je te souhaite toute
la chance et le succès dans
le
monde à une fille très douce.
Norma Jean Baker
  

transcription:
5/13/42
Dear Joan,
Heres wishing all
the luck and success in the
world to a very sweet girl.
Norma Jeane Baker


source Livret vendu en 2012 par Heritage Auction


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 juin 2022

10/10/1944 - Lettre d'Ana Lower à Norma Jeane

Lettre du 10 octobre 1944 écrite par "Tante Ana" - Ana Lower - à Norma Jeane, qui va rendre visite à sa demie-soeur Berniece à Détroit en passant par l'Etat de la Virginie pour voir les Goddard (Bebe Goddard qu'Ana salue) et termine son périple à Chicago (fin octobre) pour voir Grace McKee Goddard. Ana termine sa lettre par un verset biblique, montrant ainsi sa dévotion totale envers la chrétienneté (elle appartenait à la Science chrétienne).

Letter dated in October 10, 1944 written by "Aunt Ana" - Ana Lower - to Norma Jeane, who is going to visit her half-sister Berniece in Detroit, passing through the State of Virginia to see the Goddards (Bebe Goddard that Ana greets) and ends her journey in Chicago (end of October) to see Grace McKee Goddard. Ana ends her letter with a Bible verse, showing her total devotion to Christianity (she belonged to Christian Science).

1944-10-10-Letter_from_Ana_to_NJ-1a  1944-10-10-Letter_from_Ana_to_NJ-1b 

Traduction de la lettre:

10 octobre 1944

Ma précieuse fille,

Tu es en route vers un joyeux voyage. Que chaque instant de ses joyeuses attentes soit comblé à ras bord.
De nouveaux lieux, visages et expériences t'attendent.
Tu rencontrera tout cela avec ta douceur habituelle et ton aimable courtoisie.
Lorsque tu verras ta sœur, vous recevrez vraiment toutes les deux une bénédiction. Donnes-lui mon amour et un baiser, aussi à la chère petite fille.
Mon amour aussi au père et au mari chanceux.
Mon bonheur est grand que vous ayez un repos nécessaire. Et belle visite avec mes proches.
Embrasse Bebe pour moi aussi.
Une des joies du départ est le retour, où tous ceux qui vous aiment (et qui ne ne t'aime pas ?) nous attendent à bras ouverts pour nous recevoir.
Ma prière sera - Cher Père, tu es mon enfant, en ascension, ce soir et toujours.
Les lignes suivantes t'aideront à connaître une protection à tout moment.
"Je sais
Là où je suis
C'est Dieu. Puisque c'est ainsi
Aucun endroit ne peut être plus sûr que là où je vais"
Bonne nuit ma chérie
Avec amour et baisers
Tante Anne

Letter transcription:

Oct 10, 1944

My precious girl,

You are outward bound on a Happy Journey. May each moment of its joyous expectations be filled to the brim.
New places, faces, and experiences await you. You will meet these all with your usual sweetness and loving courtesy.
When you see your Sister, you will truly both receive a blessing. Give her my love and a kiss, also the dear little daughter,
My love also to the fortunate father and husband.
My happiness is much that you are to have a needed rest. And lovely visit with dear ones
Gives Bebe a kiss for me too
One joy of going away is the coming back, where all who love you (and who does not ?) will be waiting with open arms to receive you.
My prayer will be - Dear Father thou my child , on upward swing , tonight, and always.
The following lines will help you, know your protection at all times.
"I know
That where I am
Is God. Since this is so
No place can safer be than where I go"
Good night dearest
With Love and Kisses
Aunt Ana


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25/09/1938 - Lettre de Oncle Art à Norma Jeane

Lettre dactylographiée datée du 25 septembre 1938, sur du papier à lettres à en-tête "International Correspondence Schools", écrite par  "Oncle Art" à Norma Jeane, âgée alors de 12 ans et vivait chez "Tante" Ana Lower (sur Nebraska Avenue, à Los Angeles).
Oncle Art et Tante Allis vivent à San José, en Californie. Ils semblent appartenir à la famille de Grace Goddard et de sa tante, Ana Lower; ils se surnomment eux-mêmes "Oncle" et "Tante" pour Norma Jeane, et semblent bien la connaître par les mots d'affection employés dans la lettre. Ils font référence à leur chien Trinket, dont on peut supposer qu'il est adoré par Norma Jeane.

Typed letter dated September 25, 1938, on "International Correspondence Schools" letterhead, written by "Uncle Art" to Norma Jeane, then 12 years old and living with "Aunt" Ana Lower (on Nebraska Avenue , in Los Angeles).
Uncle Art and Aunt Allis live in San Jose, California. They appear to be relatives of Grace Goddard and her aunt, Ana Lower; they call themselves "Uncle" and "Aunt" for Norma Jeane, and seem to know her well by the words of affection employed in the letter. They refer to their dog Trinket, whom one may assume was adored by Norma Jeane.

1938-09-25-Letter_from_uncle_art_aunt_allis_to_NJ-1 

Traduction de la lettre:

Notre douce Norma Jean :

Je t'ai promis une lettre, et j'essaie toujours de tenir mes promesses. Etre très attentif à tenir sa promesse est nécessaire à la construction d'un bon caractère, ne penses-tu pas ? Cependant, dans ce cas, tenir ma promesse procure un réel plaisir plutôt que l'accomplissement d'un devoir. V

Tu as appris par nos lettres à tante Ana notre voyage ici et notre nouvelle maison. Nous sommes tous les deux en bonne santé et de bonne humeur, et très heureux de tout. Dieu a été très bon avec nous, et Il en sera ainsi. Trinket a plus de peps que je ne l'ai jamais vue démontrer et est très satisfaite de tout. Il y a un beau parc en diagonale au coin de chez nous où elle peut se défouler sur l'herbe fraîche et verte à sa guise. Elle fait de nombreuses promenades, et il y a des gâteaux pour chiens spéciaux pour elle.

Hier matin, nous sommes allés à San Francisco et, après une conférence avec mes associés, nous avons traversé le pont de la baie de San Francisco. Chérie, c'est la plus grosse chose que j'ai jamais vue à côté de ton oncle Doc Goddard. C'était une belle journée claire et depuis le pont, nous pouvions voir le Golden Gate, la prison fédérale sur l'île d'Alcastraz où sont détenus les prisonniers gouvernementaux les plus difficiles, l'université d'État de Berkeley et toutes les villes autour de la baie de San Francisco. Nous pourrions contempler le parc des expositions du monde - ils l'appellent l'île au trésor - et certains des bâtiments sont déjà terminés. La foire aura lieu l'année prochaine, tu sais. Et c'est l'un des voyages où nous voulons t'emmener avec tante Ana si vous venez nous rendre visite l'année prochaine. Vous apprécierez tout cela, j'en suis sûr.

C'est une belle ville de 85 000 habitants. Ce matin, dimanche, nous sommes allés en voiture dans le quartier où résident les riches - le district de Hester, je pense que c'est ainsi que ta tante Allis l'appelait. Mais même les pauvres ici gardent leurs jardins propres, remplis de pelouse verte et de fleurs. Le pays environnant est le plus beau, les collines sont parsemées de chênes, et dans les vallées, il y a des miles ou des vergers et des fermes maraîchères. Nous sommes ravis de tout.

Maintenant, ma chère, écris-nous et dis-nous comment tu te débrouilles à l'école, et comment tout se passe là-bas. Je suis sûr que tu es heureuse parce que tout le monde là-bas t'aime et veut que tu sois heureux.

Tante Allis se joint à moi dans l'amour et les meilleurs vœux.

Affectueusement vôtre,
Oncle Art

Letter transcription:

Our Sweet Norma Jean:

I promised you a letter, and I always try to keep my promises. To be very careful to keep one's promise is necessary to the building of a good character, don't you think so ? However, in this case, keeping my promise provides real pleasure rather than the performance of a duty.

You have learned from our letters to Aunt Ana of our trip up here, and of our new home. We are both in fine health and spirits, and very happy over everything. God has been very good to us, and He will let Him. Trinket has more pep than I ever saw her demonstrate, and is highly pleased over everything. There is a beautiful park diagonally across the corner from where we live where she can romp over the cool, green grass to her heart's content. She is having many rides, and that is special dog cakes to her.

Yesterday morning we went to San Francisco, and after a conference with my business associates we drove over the San Francisco Bay bridge. Honey, that's the dangdest, biggest thing I ever saw next to your Uncle Doc Goddard. It was a beautiful, clear day, and from the bridge we could see the Golden Gate, The federal prison on Alcastras Island where they keep the thoughest government prisoners, the State University at Berkeley, and all the cities around San Francisco Bay. We could look right down upon the world's Fair grounds - they call it Treasure Island - and some of the buildings are already finished. The fair will be held next year, you know. And this is one of the trips we want to take you and Aunt Ana on if you come to visit us next year. You will enjoy it all, I am sure.

This is a beautiful city of 85,000 population. This morning, Sunday, we drove out into the section where the wealthy reside - the Hester District, I think your Aunt Allis called it. But even the poor up here keep their yards neat and filled with green lawn and flowers. The surrounding country is most beautiful, the rolling hills are dotted with oak trees, and in the valleys are miles or orchards and truck farms. We are delighted with everything.

Now, Dear, write and tell us how you are getting along in school, and how everything is going down there. I am sure you are happy bevause everyone there loves you, and wants you to be happy.

Aunt Allis joins me in love and best wishes.

Fondly Yours,
Uncle Art


Oncle Art écrira d'autres lettres à Norma Jeane pendant l'année 1939 dans lesquelles il l'appelle "Petite chérie" et "Nous envoyons tous de l'amour à notre petite fille." Ces correspondances pleines de tendresse montre que malgré les difficultés liées à son enfance sans parents, Norma Jeane était tout de même entourée de personnes attentionnés, soucieux de son bien être.

Uncle Art will write other letters to Norma Jeane during the year 1939 in which he calls her "Little Sweetheart" and "We all send love to our little girl"These correspondences full of tenderness show that despite the difficulties related to her childhood without parents, Norma Jeane was still surrounded by caring people, concerned about her well-being.


source Lettre vendue aux enchères en 2018 par Bonhams


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28/10/1944, Chicago - Carte de Norma Jeane à Berniece Miracle

Carte postale écrite par Norma Jeane (Marilyn Monroe) à sa demie-soeur Berniece Miracle, postée le 28 octobre 1944 de Chicago, où s'est rendu Norma Jeane pour rendre visite à Grace Mc Kee. Norma Jeane et Berniece se sont rencontrées pour la première fois au début de ce mois d'octobre: Norma Jeane s'était rendue à Détroit (dans le Michigan) où vivait Berniece avec son mari Paris Miracle et leur fille Mona Rae.

Postcard written by Norma Jeane (Marilyn Monroe) to her half-sister Berniece Miracle, posted on October 28, 1944 from Chicago, where Norma Jeane traveled to visit Grace McKee. Norma Jeane and Berniece first met at the early October: Norma Jeane had traveled to Detroit (Michigan) where Berniece lived with her husband Paris Miracle and their daughter Mona Rae.

1944-10-28-chicago-NJ_card_to_berniece_miracle-1a 
1944-10-28-chicago-NJ_card_to_berniece_miracle-1b  

Traduction de la lettre:
Très chère Berniece,
Je suis incapable de te dire à quel point je suis contente de t'avoir rencontrée. Je veux te remercier pour tout, pour les merveilleux moments que j'ai passé.
Avec Amour,
Norma Jeane
Embrasse Mona Rae
P.S: Berniece, Je t'écrirai bientôt.

Letter transcription:
Dearest Berniece,
I just can’t tell you both how I enjoyed meeting you. I want to thank you for everything, for I had a wonderful time.
Love,
Norma Jeane
Give Mona Rae my love.
P.S. Berniece, I will write to you soon.


source Lettre vendue en 2001 aux enchères Berniece & Mona Rae Collection et en 2014 aux enchères Hollywood Auction


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 juin 2022

01/06/2022 - Happy Birthday Norma Jeane / Marilyn

* * * * *

 Ce 1er juin 2022,
Marilyn Monroe fêterait
ses 96 ans

* * * * *

2022-06-01-MM-Happy_Birthday 

Happy Birthday
to Miss Monroe

2022-06-01-MM-Happy_Birthday-cake-1 

* * * * *

This June 1st, 2022,
Marilyn Monroe would celebrate
her 96 years old

* * * * *


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 01:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mai 2022

Elle - 19/05/2022

2022-05-19-ELLE-france  Elle
n°3987

pays: France
semaine du 19 mai 2022
En couverture: Isabelle Adjani se met dans la peau de Marilyn Monroe façon "Last Sitting" de Bert Stern

- pages intérieures -

2022-05-19-ELLE-france-p15  2022-05-19-ELLE-france-p18  
2022-05-19-ELLE-france-p126-127  
2022-05-19-ELLE-france-p128-129   
2022-05-19-ELLE-france-p130-131 
2022-05-19-ELLE-france-p132-133 
2022-05-19-ELLE-france-p134-135 
2022-05-19-ELLE-france-p136-137 

> sur le blog l'article Isabelle Adjani dans Elle - 19/05/2022


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

Posté par ginieland à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Isabelle Adjani dans Elle - 19/05/2022

2022-05-19-ELLE-france Elle
n°3987

pays: France
semaine du 19 mai 2022
En couverture: Isabelle Adjani se met dans la peau de Marilyn Monroe façon "Last Sitting" de Bert Stern

> sur le blog le magazine Elle - 19/05/2022


Isabelle Adjani : « À Cannes, on vous place entre blondasses et bombasses »
> en ligne sur  elle.fr

Sur scène, elle dialogue avec Marilyn, à Cannes, elle défendra les films de François Ozon et de Nicolas Bedos. Et, comme à chaque fois, Isabelle Adjani se réinvente jusqu’au vertige. Pour nous, elle rejoue la mythique séance photo signée Bert Stern, en 1962, et se confie le temps d’une rencontre, forcément intense. 

Il y a des rencontres qui tiennent de la magie, des correspondances secrètes… Quand Isabelle Adjani rend hommage à Marilyn Monroe en une de ELLE, l’alchimie est si forte, si évidente, si naturelle qu’aucune retouche n’est nécessaire. Comme si deux copines se retrouvaient en cachette. Isabelle et Norma Jeane, c’est une longue histoire de mots croisés que la première évoque dans un extraordinaire seule en scène, en tournée cet été : « Le Vertige Marilyn ». Mais avant cela, il y a Cannes, le Festival, un autre vertige. Et deux films très différents : celui de François Ozon, « Peter von Kant », hommage à Fassbinder. Et celui de Nicolas Bedos, « Mascarade », « un collier de petits cauchemars de jeunesse », comme il aime à le définir. Dans chacun, Isabelle se joue du cliché de la diva divine et dévorante… et gagne ! Car Isabelle déjoue, aussi. Avec le même sérieux, ce désir de bien faire, ce côté « bon petit soldat » que l’on prêtait à Marilyn, elle répond d’abord à une première salve de questions par mail. Puis, une fois ce travail méticuleux accompli, tard dans la nuit, elle propose de nous retrouver pour un café. Casquette de gavroche, lunettes fumées, « crème » et croissant matinal à portée de main, elle est craquante (et insomniaque ?). 
Mélange d’impertinence nonchalante et de profondeur. Chaque phrase est une piste sur le chemin de la liberté. Et quand elle convoque Cocteau pour parler de femme « interrompue », la formule nous reste longtemps en tête. Adjani est une cérébrale, on ne se refait pas, aimantée par une bonne étoile.

Elle – Vous posez pour nous en Marilyn Monroe: pourquoi ce choix et qu'est-ce qui vous rassemble, toutes les deux ?
Isabelle Adjani – Oh là, là ! Je ne pose pas en Marilyn Monroe, c'est Madonna ou Kim Kardashian qui prennent la pose, non ? [Rires] Moi, je me pose là, en tendre admiratrice, à la veille de l'anniversaire des 60 ans de sa mort. Sur le tournage de "Tout feu tout flamme", de Jean-Paul Rappeneau, avant chaque scène, Yves Montand me serinait que je lui faisais penser à Marilyn ! J'étais très pudique et tout sauf peroxudée, alors je ne comprenais rien à ce qu'il voulait me dire. Je voyais qu'il était ému, mais à l'époque j'ai dû me raconter qu'il se servait de son "aura Marilyn" comme piège à filles ! [Rires] Plus tard, lors d'un shooting pour le magazine "Egoïste", le grand Richard Avedon m'avait mis à même le corps, sur les épaules, la veste en mouton retourné qui avait appartenu à Marilyn et dans laquelle il l'avait photographiée. Mon premier contact physique et mystique avec elle, c'était ça, presque peau à peau... Aujourd'hui, c'est cette longue robe Dior photographiée en 1962 par un autre grand, Bert Stern, et dont je porte la copie conforme à mon tour sur la scène du "Vertige Marilyn", texte d'Olivier Steiner, qui tient du dialogue rêvé entre elle et moi et du poème théâtral. Il imagine qu'il y a eu entre nous, au cours des années, des points de contact, comme des frôlements, des synchronicités, des chuchotements qui auraient fini par tracer un chemin invisible, un lien de sororité, dans mon existence. Et puis, Marilyn n'est jamais allée à Cannes, la Croisette n'a pas eu la chance d'avoir miss Monroe, alors quand ELLE m'a proposé cette série avec Jan Welters pour un spécial Cannes, on a tout de suite eu envie de ce clin d'oeil à l'inoubliable shooting culte de Bert Stern, et ainsi de l'emmener faire un tour au Festival, histoire aussi de me sentir moins seule.
 
Autre hommage à Marilyn sur ces photos, vous portez des bijoux en mode "Diamonds are a Girl's best friend"...
Oui, il s'agit de la marque Courbet, qui s'est donné pour mission de réinventer la joaillerie en respectant l'environnement. J'ai été touchée au coeur par leur procédé de création de diamants, en laboratoire de haute technologie, parce que ce sont de véritables diamants aux mêmes qualités précieuses de pureté et de transparence que ceux extraits des entraielles de la terre, de ces monstrueux cratères qui bousillent l'environnement. Marilyn aurait adoré les avoir comme amis, elle qui aimait la nature. C'est mon instinct.

Quand on pense à Marilyn Monroe, on pense star, sex-symbol, mais aussi solitude, failles de l'enfance, viol de l'intimité... Est-ce que cela vous parle ? Avez-vous parfois l'impression d'être une survivante, d'avoir survécu à ce métier ?
Chez toutes les actrices dont je me sens proche, les failes de l'enfance ont creusé un désir profond, un besoin vital d'être autre. Passer de survivante à "revivante", je crois que c'est ce qu'elles font, c'est ce que j'ai fait, c'est ce qu'a fait Norma Jeane en créant Marilyn Monroe. Les épreuves ne sont pas évitées, mais je crois, moi, en une étoile qui veille et qui permet d'avancer dans la nuit noire. Une étoile faite d'amour, d'esprit, de sang, du big bang de notre naissance. Et même morte, sa lumière continue de voyager et de nous parvenir.

Qu'est-ce qui l'a tuée, selon vous ?
Arthur Miller ? Les lavements aux barbituriques ? Robert Kennedy ? La mort ! Ce qui a tué Marilyn ? La mort. Pour vivre de tout son être, Marilyn elle-même a construit la légende qu'elle est devenue, puis, comme le disait Pasolini, elle s'est "abandonnée à son destin de mort".

le reste de l'article réservé aux abonnés de elle.fr


Traduction de l'article et de l'interview - in english:

Isabelle Adjani: “In Cannes, you are placed between blondes and hotties”

On stage, she dialogues with Marilyn, in Cannes, she will defend the films of François Ozon and Nicolas Bedos. And, as always, Isabelle Adjani reinvents herself to the point of vertigo. For us, she replays the mythical photo shoot signed Bert Stern, in 1962, and confides in the time of a meeting, necessarily intense.

There are encounters that take on magic, secret correspondence… When Isabelle Adjani pays homage to Marilyn Monroe on cover of ELLE, the alchemy is so strong, so obvious, so natural that no photo editing is necessary. As if two girlfriends were meeting in secret. Isabelle and Norma Jeane, it's a long story of crosswords that the first evokes in an extraordinary single on stage, on tour this summer: "Le Vertige Marilyn". But before that, there is Cannes, the Festival, another vertigo. And two very different films: that of François Ozon, “Peter von Kant”, a tribute to Fassbinder. And that of Nicolas Bedos, "Mascarade", "a necklace of little nightmares of youth", as he likes to define it. In each, Isabelle plays with the cliché of the divine and devouring diva... and wins! Because Isabelle thwarts, too. With the same seriousness, this desire to do well, this "good little soldier" side that we attributed to Marilyn, she first answers a first round of questions by email. Then, once this meticulous work is done, late at night, she offers to meet us for a coffee. Newsboy cap, sunglasses, "cream" and a morning croissant at hand, she is adorable (and insomniac?).
Mixture of nonchalant impertinence and depth. Each sentence is a track on the way to freedom. And when she summons Cocteau to speak of an “interrupted” woman, the formula remains in our minds for a long time. Adjani is cerebral, you can't get over it, magnetized by a lucky star.

Elle – You pose for us as Marilyn Monroe: why this choice and what unites you two?
Isabelle Adjani – Oh dear! I'm not posing as Marilyn Monroe, it's Madonna or Kim Kardashian posing, right? [Laughs] I sit there, as a tender admirer, on the eve of the 60th anniversary of his death. On the set of Jean-Paul Rappeneau's "Tout feu tout flamme", before each scene, Yves Montand told me that I reminded him of Marilyn! I was very modest and anything but peroxide, so I didn't understand what he wanted to tell me. I could see that he was moved, but at the time I had to tell myself that he was using his "Marilyn aura" as a girl trap! [Laughs] Later, during a shoot for the magazine "Egoïste", the great Richard Avedon had put on my body, on my shoulders, the shearling jacket that had belonged to Marilyn and in which he had photographed her. My first physical and mystical contact with her was that, almost skin to skin... Today, it's this long Dior dress photographed in 1962 by another great, Bert Stern, and of which I'm wearing an exact copy my turn on the stage of "Vertige Marilyn", a text by Olivier Steiner, which is a dream dialogue between her and me and a theatrical poem. He imagines that there have been points of contact between us over the years, such as brushings, synchronicities, whispers that would have ended up tracing an invisible path, a bond of sisterhood, in my existence. And then, Marilyn never went to Cannes, the Croisette didn't have the chance to have Miss Monroe, so when ELLE offered me this series with Jan Welters for a Cannes special, we immediately had want this nod to Bert Stern's unforgettable cult shoot, and thus take him for a ride to the Festival, also to make me feel less alone.

Another tribute to Marilyn in these photos, you are wearing jewels in "Diamonds are a Girl's best friend" style...
Yes, it's the Courbet brand, which has made it its mission to reinvent jewelry while respecting the environment. I was touched to the heart by their process of creating diamonds, in a high-tech laboratory, because they are real diamonds with the same precious qualities of purity and transparency as those extracted from the entraielles of the earth, from these monstrous craters that mess up the environment. Marilyn would have loved to have them as friends, she who loved nature. It's my instinct.

When we think of Marilyn Monroe, we think of star, sex symbol, but also loneliness, childhood flaws, violation of intimacy... Does that speak to you? Do you sometimes feel like a survivor, of having survived to this job?
In all the actresses I feel close to, the faults of childhood have dug a deep desire, a vital need to be different. Going from survivor to "reviving", I think that's what they do, that's what I did, that's what Norma Jeane did by creating Marilyn Monroe. Trials are not avoided, but I believe in a star that keeps watch and allows us to move forward in the dark night. A star made of love, of spirit, of blood, of the big bang of our birth. And even dead, her light continues to travel and reach us.

What do you think killed her?
Arthur Miller? Barbiturate enemas? Robert Kennedy? The death ! What killed Marilyn? The death. To live with all her being, Marilyn herself built the legend she became, then, as Pasolini said, she "surrendered to her destiny of death".

the rest of the article reserved for subscribers of elle.fr


Séance photos

Photographe ©Jan Welters
Mise en beauté Dior par Maria Olsson.
Coupe et coiffure Cédric Chami avec les produits Davines.
Stylisme déco Samantha Marchesani.

isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-2  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-1-3  
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-5  
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-3  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-4  isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-3-1 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-2 
isabelle_adjani-2022-05-19-ELLE_sitting-by_jan_welters-2-6 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text Elle