01 décembre 2018

01/06/1960, Sur le plateau de "Let's Make Love" - Anniversaire de Marilyn

Le 1er juin 1960, une fête d'anniversaire est organisée pour les 34 ans de Marilyn Monroe. George Cukor découpe les parts du gâteau apporté et sur lequel est disposé deux figurines représentant Yves Montand et Marilyn Monroe. La petite réception est décoré à l'image du film: plusieurs petites figurines sont disposées sur la table, représentant un pianiste jouant au piano, une chanteuse, une danseuse et Elvis Presley.
On June, 1st, 1960, a birthday's party is held to celebrate the 34 years of Marilyn Monroe. George Cukor cuts out the cake on which there are two figurines representing Yves Montand and Marilyn Monroe. on the honor of the 57 years of the actor Wilfrid Hyde-White on the set of "Let's Make Love". The small reception is decorated in the image of the film: several small figures are placed on the table, representing a pianist playing piano, a singer, a dancer and Elvis Presley.


Yves Montand, Marilyn Monroe, Frankie Vaughan, George Cukor

1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-010-1  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-010-2 
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-010-3  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-010-3a  
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-011-1  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-012-1 

Un collier de perles de rocaille est offert à Marilyn
de la part de toute l'équipe du film
A seed-pearl necklace is offered to Marilyn
from all the cast and crew of the film
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-013-1 1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-013-2
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-014-1a 


1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-various-1  
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-020-1 1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-021-1  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-022-1 
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-030-1  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-031-1 
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-031-2  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-031-2a 
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-040-1   

Marilyn Monroe et Gil, l'homme à tout faire de l'équipe
Marilyn and Gil, the handyman of the crew

1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-032-1a  

Marilyn Monroe, Sidney Skolsky
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-033-with_skolsky-1 


- Des petites figurines à l'effigie de Marilyn sont distribuées
Small figurines representing are offered
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-doll-1 

- carte d'anniversaire signée par toute l'équipe
- Birthday card signed by the crew
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-card-juliens_2009-1 
1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-card-juliens_2009-1a  


 1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-mm-010-1-frieda_hull  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-mm-020-1  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-mm-030-1 

- de la collection de James Haspiel et Frieda Hull, des fans
-from the personal collection of James Haspiel and Frieda Hull, fans

1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-mm-010-1-haspiel  1960-06-01-on_set_LML-birthday_of_MM-mm-020-1-frieda_hull 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

24 novembre 2018

Sur le tournage de Let's Make Love 9

Le Milliardaire
Sur le tournage


 Pendant la scène
During the shooting scene

Marilyn Monroe

lml-sc09-on_set-010-1  lml-sc09-on_set-011-1 
lml-sc09-on_set-012-1a lml-sc09-on_set-012-2 lml-sc09-on_set-020-1a  

Marilyn Monroe & George Cukor
lml-sc09-on_set-with_cukor-010-1  lml-sc09-on_set-with_cukor-020-1 
lml-sc09-on_set-with_cukor-021-1 lml-sc09-on_set-with_cukor-021-1a lml-sc09-on_set-with_cukor-030-1
lml-sc09-on_set-with_cukor-040-1 lml-sc09-on_set-with_cukor-041-1a lml-sc09-on_set-with_cukor-041-1 

Marilyn Monroe & Agnes Flanagan
lml-sc09-on_set-with_flanagan-1 

Marilyn Monroe & Hazel Washington
lml-sc09-on_set-with_hazel_washington-010-1 lml-sc09-on_set-with_hazel_washington-011-1a lml-sc09-on_set-with_hazel_washington-011-1  

Marilyn Monroe & Jack Cole
lml-sc09-on_set-with_jack_cole-010-1 

George Cukor, Marilyn Monroe & Yves Montand
lml-sc09-on_set-with_montand_cukor-010-1  lml-sc09-on_set-with_montand_cukor-010-2 
lml-sc09-on_set-with_montand_cukor-010-3  lml-sc09-on_set-with_montand_cukor-020-1 

Marilyn Monroe & Yves Montand
lml-sc09-on_set-with_montand-021-2 

Marilyn Monroe & Tony Randall
lml-sc09-on_set-with_tony_randall-010-1 
lml-sc09-on_set-with_tony_randall-011-1a 


- photographies: Richard C Miller -

lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-010-1  lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-020-1 
lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-021-1 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-022-1 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-030-1 
lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-1 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-2 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-031-3 
lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-with_cukor-1 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-with_cukor-2 lml-sc09-on_set-by_Richard_C_Miller-with_cukor-3  


Sur le plateau
On the set

Marilyn Monroe et Gil, l'homme à tout faire de l'équipe:
il apporte tasse de café et encas ; il dirige le service artisanal
et devient ami avec Marilyn.
Elle lui signe une dédicace:
"A Gil, il n'y a rien comme ton café, Marilyn Monroe"
Marilyn and Gil, the handyman of the crew:
he brings cup of  coffee and snacks; he is head of craft services
and becomes a friend of Marilyn.
She writes to him on a photo:
"To Gil, there is nothing like your coffee, Marilyn Monroe". 

lml-sc09-set-MM_with_Gil-010-1 lml-sc09-set-MM_with_Gil-011-1 lml-sc09-set-MM_with_Gil-011-1-autograph  

17/04/1960 - fête de Pâques avec George Cukor
1960, April, 17 - Easter celebration with George Cukor
1960-04-17-happy_easter-with_cukor-010-1  1960-04-17-happy_easter-with_cukor-020-1 


LML-sc09-set-MM-040-1  LML-sc09-set-MM-041-1 


- photographies: Laszlo J Willinger -

LML-sc09-set-MM-010-1  LML-sc09-set-MM-011-1  LML-sc09-set-MM-012-1 
LML-sc09-set-MM-010-1a LML-sc09-set-MM-011-1a LML-sc09-set-MM-020-1 
LML-sc09-set-MM-020-1a 
 LML-sc09-set-MM-030-1 LML-sc09-set-MM-031-1-by_LJ_Willinger-1 
LML-sc09-set-MM-030-1a  LML-sc09-set-MM-031-1-by_LJ_Willinger-1a 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

17/04/1960, Sur le plateau de "Let's Make Love" - Fête de Pâques

Le 17 avril 1960, l'équipe du film fêtent Pâques: un grand gâteau est apporté, où on peut y lire "Joyeuses Pâques, Cukor Company".
On April, 17, 1960, the cast of the movie celebrate Easter: a big cake is brought, where it is inscribed: "Happy Easter, Cukor Company".

Marilyn Monroe, George Cukor

1960-04-17-happy_easter-with_cukor-010-1  1960-04-17-happy_easter-with_cukor-020-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

Posté par ginieland à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 novembre 2018

Sur le tournage de Let's Make Love 11

Le Milliardaire
Sur le tournage


 Pendant la scène
During the shooting scene

Yves Montand, Marilyn Monroe, George Cukor
LML-sc11-on_set-010-with_cukor-1a  LML-sc11-on_set-011-with_cukor-1 

Yves Montand, Marilyn Monroe, Jack Cole
LML-sc11-on_set-020-with_jack_cole-1-1 LML-sc11-on_set-020-with_jack_cole-1-1a LML-sc11-on_set-020-with_jack_cole-2-1 


Sur le plateau
On the set

Marilyn Monroe & May Mann, chroniqueuse mondaine
May Mann, Hollywood columnist
  LML-sc11-set-010-with_who-1 

Marilyn Monroe & George Cukor
LML-sc11-set-010-with_cukor-1  LML-sc11-set-010-with_cukor-2 


- photographies: Dennis Stock -

 Marilyn Monroe & Yves Montand
lml-sc11-set-by_dennis_stock-1  lml-sc11-set-by_dennis_stock-2  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

24 octobre 2018

Sur le tournage de Let's Make Love 16

Le Milliardaire
Sur le tournage


 Pendant la scène
During the shooting scene

 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-010-1 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-010-2 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-010-3 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-011-1 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-012-1 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-012-2 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-012-3 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-012-4 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-013-1 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-013-2 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-013-3 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-013-4 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-014-1 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-014-2 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-015-1 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-015-2 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-015-3 
lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-015-4 lml-sc16-on_set-010-contact_negatif-016-1  lml-sc16-on_set-010-contact_sheet-1  

Yves Montand, Marilyn Monroe
 lml-sc16-on_set-020-elevator-011-1  lml-sc16-on_set-020-elevator-011-2 
lml-sc16-on_set-020-elevator-012-1 lml-sc16-on_set-020-elevator-013-1 lml-sc16-on_set-020-elevator-013-2 
lml-sc16-on_set-020-elevator-014-1  lml-sc16-on_set-020-elevator-010-1 

lml-sc16-on_set-020-elevator-050-1  lml-sc16-on_set-020-elevator-041-1 


- photographies: John Bryson -

 Yves Montand, Marilyn Monroe, George Cukor

lml-sc16-on_set-020-elevator-020-1-by_Bryson-1  lml-sc16-on_set-020-elevator-021-with_cukor-1  lml-sc16-on_set-020-elevator-030-with_cukor-by_bryson-1 
 lml-sc16-on_set-020-elevator-040-1-by_Bryson-1a  lml-sc16-on_set-020-elevator-040-1-by_Bryson-1 
lml-sc16-on_set-030-by_Bryson-1  lml-sc16-on_set-030-by_Bryson-1-a 
lml-sc16-on_set-031-by_Bryson-1  lml-sc16-on_set-032-by_Bryson-1 


Sur le plateau
On the set

Marilyn Monroe & George Cukor
LML-sc16-set-cup_red-MM_Cukor-010-1 

 Marilyn Monroe & Yves Montand
LML-sc16-set-cup_red-MM_Montand-012-1 

LML-sc16-set-cup_red-MM_Montand-010-1 LML-sc16-set-cup_red-MM_Montand-010-1a LML-sc16-set-cup_red-MM_Montand-011-1 

 Marilyn Monroe & Arthur Miller
lml-sc16-set-MM_Miller-010-1  lml-sc16-set-MM_Miller-010-1-signed lml-sc16-set-MM_Miller-011-1 
lml-sc16-set-MM_Miller-011-1a  lml-sc16-set-MM_Miller-012-1


12/05/1960 - anniversaire de Wilfrid Hyde-White
1960, May, 12 - Birthday of Wilfrid Hyde-White

  1960-05-12-on_set_LML-birthday_of_Wilfrid_Hyde_White-010-1b    

> 15/05/1960 - jour de tournage de Gene Kelly 
1960, May, 15 - Day of shooting of Gene Kelly
LML-sc16-studio-MM_Kelly_Montand-010-1  LML-sc16-studio-set-MM_Kelly_Montand-010-1  LML-sc16-studio-set-MM_Kelly_Montand-022-1a 
LML-sc16-studio-MM_Kelly_Montand-011-1a  LML-sc16-studio-MM_Kelly_Montand-022-2  LML-sc16-studio-MM_Kelly_Montand-014-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
 

30 septembre 2018

Pendant "Let's Make Love", enregistrements

Le Milliardaire
Sur le tournage

Marilyn Monroe en enregistrement studios des chansons du film "Let's Make Love" ("Le Milliardaire") en 1960.
Marilyn Monroe recording songs for the movie "Let's Make Love" in 1960.

1960-LA-studio_recording-030-1  


- photographies: John Bryson -
Studios MGM

Marilyn Monroe & Jack Cole
1960-LA-studio_recording-011-1-by_bryson-1  1960-LA-studio_recording-011-1-by_bryson-1a  1960-LA-studio_recording-010-1-by_john_bryson-1 
1960-LA-studio_recording-012-1-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-012-2-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-012-3-by_john_bryson-1 
1960-LA-studio_recording-012-4-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-012-5-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-012-6-by_john_bryson-1 
1960-LA-studio_recording-013-1-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-014-1-by_john_bryson-1 1960-LA-studio_recording-014-2-by_john_bryson-1 
1960-LA-studio_recording-014-3-by_john_bryson-1 
1960-LA-studio_recording-014-4 1960-LA-studio_recording-014-5-by_john_bryson-1 

Marilyn Monroe & Paula Strasberg
1960-LA-studio_recording-015-with_Paula_Strasberg-1 


- photographies: Bruce Davidson -

Marilyn Monroe, George Cukor & Jack Cole

1960-LA-studio_recording-023-1-by_bruce_davidson-1 1960-LA-studio_recording-020-1-by_bruce_davidson-1 1960-LA-studio_recording-021-1-with_jack_cole-1 
1960-LA-studio_recording-022-1-by_bruce_davidson-1 
1960-LA-studio_recording-024-1-by_bruce_davidson-1  1960-LA-studio_recording-021-1-with_jack_cole-1a 
1960-LA-studio_recording-023-1-by_bruce_davidson-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
   

27 septembre 2018

Pendant "Let's Make Love"

Le Milliardaire
Sur le tournage

Marilyn Monroe sur le tournage du film "Let's Make Love" ("Le Milliardaire") fin 1959  / début 1960.
Marilyn Monroe on the set of "Let's Make Love" end 1959 / beginning 1960.


Dans la loge de la Fox
In the dressing-room of the Fox Studios


- photographies: John Bryson -

Marilyn Monroe & Yves Montand
1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-1-1-by_john_bryson-1 1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-1-2-by_john_bryson-1 1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-1-3-by_john_bryson-1  

Les couples Marilyn Monroe / Arthur Miller
Yves Montand / Simone Signoret

1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-3-1-by_john_bryson-1 
1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-3-1-by_john_bryson-1a  1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-3-1-by_john_bryson-1b 


- photographie: Robert Vose -

 1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-2-by_robert_vose-1a 


1959-11_1960-06-LML-jacket_white-dressing_room-2-1 


- photographies: Lawrence Schiller -

Marilyn Monroe , Yves Montand
et la coiffeuse Agnes Flanagan

1959-11_1960-06-LML-jacket_black-by_lawrence_schiller-010-1-HQ  1959-11_1960-06-LML-jacket_black-by_schiller-contact-1 


Sur le plateau
In the set


- photographies: John Bryson -

Marilyn Monroe, George Cukor & Yves Montand
1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_john_bryson-010-1 1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_john_bryson-011-1 1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_john_bryson-012-1 
1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_john_bryson-011-1  


- photographies: Robert Vose -

Marilyn Monroe & Arthur Miller

1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_robert_vose-1  1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_robert_vose-1b 
1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_robert_vose-rehearsal-010-1  1959-11_1960-06-LML-jacket_white-on_set-by_robert_vose-rehearsal-020-1  


en janvier 1960 : Marilyn Monroe, Paula Strasberg et
le journaliste Stephane Groueff, envoyé par Paris Match.
1960, January: Marilyn Monroe, Paula Strasberg and the journalist
Stephane Groueff, send by French magazine Paris Match.

1960-01-LA-stephane_groueff_mm_paula_strasberg-1 


Marilyn Monroe et des membres de l'équipe technique
Marilyn Monroe with members of the technical crew

1959-11_1960-06-LML-on_set-jacket-010-1 1959-11_1960-06-LML-on_set-jacket-010-1a 1959-11_1960-06-LML-on_set-jacket-011-1  

Marilyn Monroe avec Yves Montand et le chorégraphe Jack Cole
Marilyn Monroe with Yves Montand and choreographer Jack Cole

1959-11_1960-06-LML-on_set-white_robe-010-1  1959-11_1960-06-LML-on_set-white_robe-020-1 


Yves Montand, Jack Cole, Arthur Miller
1959-11_1960-06-LML-on_set-montand_cole_miller-1 

Arthur Miller photographié par John Bryson
1959-11_1960-06-LML-on_set-miller-by_bryson-1 


- photographie: John Bryson -

1959-11_1960-06-LML-on_set-white_robe-by_john_bryson-1 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.
   

24 mars 2014

2/07/1956 Visite de Lee Strasberg à Greene - Vente de la propriété de Miller

paula_lee-1957Le 2 juillet 1956, le lendemain de la cérémonie juive du mariage de Marilyn d'avec Arthur Miller, Lee Strasberg arrive à l'improviste au bureau de Milton Greene, pour lui demander de verser à sa femme Paula Strasberg un salaire de 2 500 Dollars par semaine, hors les frais de dépenses, pour son travail de coach pour le tournage du "Prince et la Danseuse" qui doit se dérouler en Angleterre. Il propose aussi en alternative, que la société des 'Marilyn Monroe Productions' serve un pourcentage des bénéfices engendrés par le film en échange des services rendus par Paula.
Lee Strasberg était à la tête, avec sa femme Paula, de l'Actor's Studio de New York et ils avaient parfois du mal à gagner de l'argent. A travers Marilyn Monroe, ils ont pu entrevoir une solution à leurs ennuis financiers. Et il semble probable que ce soit Paula qui poussa son mari à aller faire cette requête auprès de Greene. Il lui stipule que si sa demande n'est pas prise en compte, il refuse de laisser Paula partir en Angleterre, en sachant pertinemment que Marilyn étant émotionellement fragile, elle serait incapable de faire le film sans Paula.
Il informe aussi Greene que Laurence Olivier est un mauvais choix pour travailler avec Marilyn et qu'il serait préférable d'engager à la place George Cukor: Lee règle ses propres comptes car Olivier a ouvertement méprisé la "méthode" enseignée à l'Actors Studio et a déjà critiqué la façon d'enseigner de Lee Strasberg. Et comme Marilyn était une élève de l'Actors Studio depuis un an, si elle offre une bonne préstation de comédienne dans "Le Prince et la Danseuse", Strasberg pense que le mérite serait revenu à Olivier. Il cherche donc à ébranler la relation entre Marilyn et Olivier.
Milton Greene considère désormais Lee Strasberg comme une sorte de maître-chanteur et Marilyn ne voulant pas s'impliquer dans les négociations de sa production et refusant toute discussion, elle insiste d'accorder à Strasberg ce qu'il veut. Mais cette requête dépasse le budget des Marilyn Monroe Productions, alors Marilyn propose de donner une partie de son cachet, et c’est ainsi que Paula devient la troisième personne la mieux payée du film, après Laurence Olivier et Marilyn.

On July 2, 1956, the day after of the Jewish wedding ceremony of Marilyn with Arthur Miller, Lee Strasberg arrives unexpectedly at the Milton Greene's office, asking him to pay his wife Paula Strasberg a salary of 2 500 Dollars per week, excluding costs of expenses, for her work as a coach for the filming of "The Prince and the Showgirl" to be held in England. He also offers the alternative that society 'Marilyn Monroe Productions' serves a percentage of the profits generated by the film in exchange for the services rendered by Paula.
Lee Strasberg was the head, with wife Paula, of the Actors Studio in New York and they sometimes had trouble making money. Through Marilyn Monroe, they were able to point to a solution to their financial troubles. And it seems likely that this is Paula who pushed her husband to make this request to Greene. He says to him that if his request is not taken into account, he refuses to let Paula going in England, and knowing that Marilyn is emotionally fragile, she would be unable to make the film without Paula.
He also informs Greene that Laurence Olivier is a bad choice to work with Marilyn and it would be best to hire George Cukor instead: Lee settles its own accounts because Olivier has openly despised the "method" taught at the Actors Studio and has criticized how Lee Strasberg works. And as Marilyn was a student of the Actors Studio for a year, if she provides a good performance as an actress in "The Prince and the Showgirl", Strasberg thinks that merit would income to Olivier. So, he wants to undermine the relationship between Olivier and Marilyn.
Milton Greene now considers Lee Strasberg as a kind of blackmailer and Marilyn doesn't want to get involved in the negotiations of its production and refusing any discussion, she insists to give Strasberg what he wants. But this query exceeds the budget of the 'Marilyn Monroe Productions', Marilyn then proposes to give a part of her salary, and this is why Paula becomes the third person with the highest pay on the film after Laurence Olivier and Marilyn.


 roxbury_millerLe même jour, le journal Herald Tribune publie une annonce: « Nid d’amour du dramaturge et de la vedette de l’écran. Sept pièces, trois salles de bains, piscine, court de tennis, terrasse, garage pour deux voitures, petit studio. Deux hectares. 29 500$ (38 500 avec plus de douze hectares)». Il s'agit de la propriété d'Arthur Miller à Roxbury dans le Connecticut, celle où avec Marilyn, ils ont donné ensemble une conférence de presse le 29 juin recevant photographes et journalistes du monde entier. La maison sera rapidement vendue à 27 500$ ; après qu’une petite hypothèque et les frais seront réglés, la somme restante sera déposée en main tierce en vue de l’achat d’une propriété voisine.

The same day, the Herald Tribune publishes an announcement: "Love Nest of a playwright and a screen star. Seven rooms, three bathrooms, swimming pool, tennis court, terrace, garage for two cars, small studio. Two hectares. $ 29,500 (38,500 with more than twelve hectares)." This is the Arthur Miller's house in Roxbury, Connecticut, the one where with Marilyn, they gave together a press conference on June 29, receiving worldwide photographers and journalists. The house will soon be sold at $ 27,500, after that a small mortgage and expenses will be paid, the remaining amount will be deposited in escrow for the purchase of a neighboring property.


.sources:
Marilyn Monroe, biographie de Barbara Leaming


 © All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

10 janvier 2013

16/01/1960 Conference de Presse pour Let's Make Love

Le 16 janvier 1960, une conférence de presse est organisée par la Fox pour présenter le film Let's make love, avec les acteurs (Frankie Vaughan; Marilyn Monroe et Yves Montand accompagnés par leurs conjoints respectifs Arthur Miller et Simone Signoret), le réalisateur George Cukor, le producteur Buddy Adler; ainsi que les journaliste Bob Thomas, Dorothy Kilgallen , Army Arched (de MSTV) et Sidney Skolsky, puis l’animateur Milton Berle.

> Arrivée de Marilyn et Arthur Miller
1960_01_16_LML_press_010_01_1 1960_01_16_LML_press_010_01_1a 1960_01_16_LML_press_010_01_2
1960_01_16_LML_press_010_02_1 1960_01_16_LML_press_010_03_1a 1960_01_16_LML_press_010_04_1
1960_01_16_LML_press_010_03_1  

> Les couples Marilyn / Arthur Miller, Yves Montand / Simone Signoret
1960_01_16_LML_press_020_02_2 1960_01_16_LML_press_020_02_2a 1960_01_16_LML_press_020_02_by_john_bryson_1
1960_01_16_LML_press_020_01_1 1960_01_16_LML_press_020_03_1
1960_01_16_LML_press_020_04 
1960-lml_party-arthur-simone  1960_01_16_LML_press_020_03_1a 
1960_01_16_LML_press_020_05_1 1960_01_16_LML_press_020_06_1c 
1960_01_16_LML_press_020_05_1a 1960_01_16_LML_press_020_05_1b 1960_01_16_LML_press_020_06_1
1960_01_16_LML_press_020_07_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_083_02_1 film_lml_ 1960_01_16_LML_press_020_08 

1960-lml_party-1  1960-lml_party-3 

 > Avec le producteur Buddy Adler
1960_01_16_LML_press_021_01_1 1960_01_16_LML_press_021_01_2 1960_01_16_LML_press_021_02_1
1960_01_16_LML_press_021_02_2 1960_01_16_LML_press_021_03_1  

 > Avec le présentateur Milton Berle
1960_01_16_LML_press_022_01 1960_01_16_LML_press_022_02 1960_01_16_LML_press_022_03

  > Marilyn avec Yves Montand et Arthur Miller
1960_01_16_LML_press_023_01 1960_01_16_LML_press_023_2 
1960_01_16_LML_press_023_3 
1960-moviemirror6602 
1960_01_16_LML_press_024_01_2 1960_01_16_LML_press_024_01_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_024_02_1
1960_01_16_LML_press_024_02_2 1960_01_16_LML_press_024_01_1 1960_01_16_LML_press_024_03_2
1960_01_16_LML_press_024_03_1 1960_01_16_LML_press_024_03_1a 1960_01_16_LML_press_024_04a 
1960_01_16_LML_press_024_04 1960_01_16_LML_press_024_05_1 1960_01_16_LML_press_024_05_2
1960_01_16_LML_press_024_06_1 1960_01_16_LML_press_024_06_2 1960-lml_party-MM's Deadly Triangle a
1960_01_16_LML_press_025_02_1 1960_01_16_LML_press_025_02_2 1960-lml_party-arthur-1
1960_01_16_LML_press_025_03_1 1960_01_16_LML_press_025_03_2

> photographie de Nate Cutler
1960_01_16_LML_press_025_02_2

  > Avec les journalistes (avec Army Arched)
 1960_01_16_LML_press_030_01_2  1960_01_16_LML_press_030_01_3 
 
1960_01_16_LML_press_030_01_1 1960_H4129_L42731073 
1960_01_16_LML_press_030_01_4 1960_313  
Dorothy Kilgallen
>
1960_01_16_LML_press_026_1 1960_01_16_LML_press_026_2 
Sidney Skolsky > 
1960_01_16_LML_press_030_03_with_skolsky_1 
 Bob Thomas >
1960_01_16_LML_press_030_02_with_bob_thomas_1 

> Cocktail
1960_01_16_LML_press_031_01_1 1960_01_16_LML_press_031_01_2
1960_01_16_LML_press_031_01_3  1960-lml_party-89 Pix with 04b 
1960_01_16_LML_press_031_01_4 1960-lml_party-77 What Her Neighbors Won't Tell a 1960_01_16_LML_press_031_01_4a 
1960_01_16_LML_press_031_01_5 1960_01_16_LML_press_031_02_1 1960_01_16_LML_press_031_02_2   
avec Frankie Vaughan et Buddy Adler > 
1960_01_16_LML_press_032_01  
avec Milton Berle > 
1960_01_16_LML_press_050_01_2 1960_01_16_LML_press_050_01_1 1960_01_16_LML_press_050_01_3 
1960-lml_party-51 Page no date etc 08  
1960_01_16_LML_press_051_01_1 1960_01_16_LML_press_051_04_1 
1960_01_16_LML_press_051_02_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_051_03_1 1960_01_16_LML_press_051_04_by_john_bryson_1

> Marilyn et Yves Montand 
1960_01_16_LML_press_040_01_1 1960_01_16_LML_press_040_01_2
avec Georges Cukor >
1960_01_16_LML_press_040_02_1  1960_01_16_LML_press_040_03_1 
1960_01_16_LML_press_041_01_1 1960_01_16_LML_press_041_04_1 1960_01_16_LML_press_041_05_1
1960_01_16_LML_press_041_01_2 1960_01_16_LML_press_041_02_1 1960_01_16_LML_press_041_03_1
1960_01_16_LML_press_042_01_1 1960_01_16_LML_press_042_01_1a 1960_01_16_LML_press_042_02_1
1960_01_16_LML_press_042_03_1 1960_01_16_LML_press_043_01_2 1960_01_16_LML_press_043_01_2a 1960_01_16_LML_press_043_01_by_john_bryson_1 
1960-lml_party-Page 1960 11 60  
1960_01_16_LML_press_043_02_1 1960_01_16_LML_press_070_02_4 1960_01_16_LML_press_043_02_2 1960_01_16_LML_press_043_04_1
1960_01_16_LML_press_043_03_1 1960_01_16_LML_press_043_03_1a 1960_01_16_LML_press_043_03_2
1960_01_16_LML_press_043_03_3  
1960_01_16_LML_press_043_04_2 1960_01_16_LML_press_044_01_1
1960_01_16_LML_press_044_02_1 1960_01_16_LML_press_044_03_1 1960_01_16_LML_press_044_04_1
1960_01_16_LML_press_045_01_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_045_02_1 1960_01_16_LML_press_045_02_2  

> Cocktail avec les couples Montand / Miller 
1960_01_16_LML_press_070_01_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_070_02_1 1960_01_16_LML_press_070_02_2
1960_01_16_LML_press_070_02_3 1960_01_16_LML_press_070_02_6 1960_01_16_LML_press_070_03_2
1960_01_16_LML_press_070_04_by_bruce_davidson_1
1960-lml-1 1960_01_16_LML_press_070_04_by_bruce_davidson_2 
1960_01_16_LML_press_070_03_1 1960_01_16_LML_press_070_05_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_070_06_3
1960_01_16_LML_press_070_06_1 1960_01_16_LML_press_070_06_2 

 Devant un tableau, avec Frankie Vaughan >
1960_01_16_LML_press_071_02_1  1960_01_16_LML_press_072_01_1 
1960-lml_party
1960_01_16_LML_press_071_01_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_072_02_1 
1960_01_16_LML_press_072_02_2 1960_01_16_LML_press_072_02_2a 1960_01_16_LML_press_072_02_3
1960_01_16_LML_press_072_03_1 1960_01_16_LML_press_072_04_1 1960_01_16_LML_press_070_02_5
1960_01_16_LML_press_073_01_1 1960_01_16_LML_press_073_02_1

1960_01_16_LML_press_074_01_1 1960_01_16_LML_press_074_01_2 1960_01_16_LML_press_074_02_1 
1960-lml_party-2  1960-lml_party-2b  
1960_01_16_LML_press_075_01_2 1960_01_16_LML_press_075_01_1  
1960_01_16_LML_press_077_01_1
  1960-lml_party-Gossip page 
1960-lml_party-51 Page no date etc 07  1960-lml_party-MM's Deadly Triangle d
1960_01_16_LML_press_075_02_1 1960_01_16_LML_press_075_02_2 1960_01_16_LML_press_075_02_3
1960_01_16_LML_press_075_03_2 1960_01_16_LML_press_075_03_1 
1960_01_16_LML_press_075_03_3 
1960-lml_party-Page no date etc 06  
1960_01_16_LML_press_075_04_1 1960_01_16_LML_press_075_04_1a 1960_01_16_LML_press_075_04_2

avec Dorothy Kilgallen >
1960_01_16_LML_press_076_01_1 1960_01_16_LML_press_076_02_with_Dorothy_Kilgallen_1 1960_01_16_LML_press_076_01_2

avec la journalistes Brésilienne Dulce Damasceno > 
1960_01_16_LML_press_076_03_with_brazilian_journalist_DulceDamasceno

 > photographies de Nat Dillinger
mm_1  mm_2  mm_3 
mm_4  mm_5  mm_6 
mm_7  mm_8  mm_9 
mm_10  mm_11  mm_12 
mm_13  mm_14 

> Devant des fleurs, Marilyn, Montand, Frankie Vaughan et Cukor
 1960_01_16_LML_press_080_01_1 1960_01_16_LML_press_080_01_1a 1960_01_16_LML_press_080_01_3 
1960_01_16_LML_press_080_01_1b 1960_01_16_LML_press_080_01_2 
1960_01_16_LML_press_080_02_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_083_01_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_080_03_2 
1960_01_16_LML_press_080_03_1 1960_01_16_LML_press_080_03_3 1960_01_16_LML_press_080_03_4
1960_01_16_LML_press_080_04_2 1960_01_16_LML_press_082_01_1
1960_01_16_LML_press_080_04_1 1960_01_16_LML_press_082_02_1 1960_01_16_LML_press_082_02_1b
1960_01_16_LML_press_082_02_2  1960_01_16_LML_press_082_02_3 
1960_01_16_LML_press_082_02_2a
1960-lml-2a 
1960_01_16_LML_press_082_03_1
1960-lml_party-5 1960_01_16_LML_press_082_03_2 
1960_01_16_LML_press_082_03_3 1960_01_16_LML_press_082_03_4 1960_01_16_LML_press_082_03_by_john_bryson_1


 > photographies de John Bryson
  1960_01_16_LML_press_020_02_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_051_04_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_060_01_by_john_bryson_1 
 1960_01_16_LML_press_020_07_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_024_01_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_043_01_by_john_bryson_1 1960_01_16_LML_press_080_02_by_john_bryson_1
1960_01_16_LML_press_070_01_by_john_bryson_1      

> photographies de Bruce Davidson 
1960_01_16_LML_press_051_02_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_071_01_by_bruce_davidson_1
1960_01_16_LML_press_070_04_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_070_04_by_bruce_davidson_2
1960_01_16_LML_press_045_01_by_bruce_davidson_1 1960_01_16_LML_press_083_01_by_bruce_davidson_1 


Les couples Montand et Miller quittent ensuite la réception pour aller dîner.

    > Départ de Marilyn et Yves Montand
1960_01_16_LML_press_010_05_1 1960_01_16_LML_press_010_05_2 1960_montand  

> Dîner
1960_01_16_LML_press_060_01_by_john_bryson_1


> captures
cap_video1_01 cap_video1_02 cap_video1_03
cap_video1_04 cap_video1_05 cap_video1_06
cap_video2_01 cap_video2_02 cap_video2_03
cap_video1_07 cap_video1_08 cap_video1_09
cap_video1_10 cap_video1_11 cap_video1_12
cap_video1_13 cap_video1_14 cap_video1_15
cap_video2_04 cap_video2_05 cap_video2_06
cap_60l108 cap_60l110 cap_video1_17
cap_video1_19 cap_video1_20 cap_video1_21
cap_video1_22 cap_video1_23 cap_video1_24


> video 1 - US TV News

> video 2
 


> photos de presse
press_1960_LML_party_dfpx04439  press_1960_lml_conf1 

> dans la presse
mag_epoca mag_tvmovie mag_filmskisvet_1960_cover
mag_newyorkmirror_1960_11_12  mag_elle_29janvier1960_article 
mag_noiretblanc mag_pm_M0007490 


 On January 16, 1960, a press conference is organized by the Fox to present the movie "Let's Make Love", with the main actors (Frankie Vaughan; Marilyn Monroe and husband Arthur Miller and Yves Montand with wife Simone Signoret), the director George Cukor, the producer Buddy Adler; and journalists Bob Thomas, Dorothy Kilgallen, Sidney Skolsky, and TV presenter Milton Berle. 
After the party, the couples Montand and Miller have dinner.

16 août 2012

Le Nouvel Observateur 16/08/2012

lenouvelobs_16aout_coverLe magazine français Le Nouvel Observateur n°2493, paru le 16 août 2012 consacre un article de 5 pages à Marilyn Monroe (chapitre 6, par François Forestier).
 prix: 3,50 

lenouvelobs_16aout_p1 lenouvelobs_16aout_p2
lenouvelobs_16aout_p3


Chapitre 6 et fin : Marilyn dans la nuit
Par François Forestier
en ligne
sur CinéObs 

lenouvelobstop_home_image 
 Elle convoque un photographe, se déshabille sur le plateau et, nue, se baigne, sourit, prend la pose. Elle sait fort bien que les clichés vont faire le tour du monde.© DR  

C'est avec « Something's Got to Give », film inachevé de George Cukor (1962), que s'achève la vie de Marilyn Monroe.

Dans sa cellule capitonnée, Marilyn est nue. Elle a beau hurler, cogner, rien n'y fait. Les infirmiers passent devant le hublot de sécurité, se poussent du coude, « T'as vu, c'est Marilyn ! », et vont avoir quelque chose à raconter, le soir, au bistrot. Elle est revenue du Mexique en compagnie d'un bellâtre latino, Jose Bolanos, devenu son amant. En fait, c'est un indic du FBI, qui renseigne J. Edgar Hoover directement. Sur les instructions de sa psy le docteur Kris, Marilyn a été vêtue d'une camisole de force, transportée par quatre forts des Halles, face au sol, et jetée dans son cachot. Elle va y rester trois nuits, avant que Joe DiMaggio ne vienne la délivrer, manu militari. A partir de ce moment, elle flotte sur un océan de Dom Pérignon.

Le 16 octobre, enfin, la 20th Century Fox lui fait parvenir un scénario : celui de « Something's Got to Give », remake d'une pétillante comédie de 1939, « Mon épouse favorite », de Garson Kanin. C'est l'histoire d'un veuf charmant (joué par Cary Grant dans la première version, par Dean Martin dans la seconde) dont l'épouse a disparu en mer, sept ans auparavant. Quand elle revient, le mari est en train de se remarier avec une belle emmerderesse…

Le truc, c'est que le réalisateur de cette resucée est George Cukor. Cinéaste exigeant, entouré d'une cour de mignons, celui-ci vient de diriger Marilyn dans « le Milliardaire ». Il a frôlé la dépression nerveuse. A chacun de ses retards, soumis à un régime alimentaire draconien, il se mettait à manger les pages du scénario. Quand la star arrivait, elle était étonnée de rencontrer un homme aux gencives crayeuses de papier mâché. Marilyn, trois ans plus tard, est persuadée que Cukor la déteste. C'est le cas. La Fox est consciente du « problème Marilyn », et commet le bon docteur Greenson à sa surveillance - et à sa remise en état. Or la méthode thérapeutique de ce dernier, c'est d'abord d'enregistrer ses clients (à la grande satisfaction de Hoover), puis de boire du champagne avec Marilyn, chez lui. Bref, il fait tout ce qu'un psy ne doit pas faire.

De plus, Marilyn est en pleine love story avec JFK. Le 19 novembre 1961, elle le rejoint chez Peter Lawford dans sa maison de Santa Monica, sur la plage, juste avant que le président ne rencontre le chancelier Adenauer. Un autre rendez-vous est fixé pour le 5 décembre, à New York. En ce qui concerne le film, en revanche, elle traîne les pieds. Elle ne se présente pas aux essayages. Ni aux tests de maquillage. Elle refuse le scénario tel quel. Elle bloque la campagne de publicité. Elle préfère filer à Palm Springs, où JFK l'attend au bord de la piscine de Bing Crosby. Puis elle se bourre de Librium, de Demerol, de pilules magiques. Elle apprend que Cukor parle d'elle en termes qui feraient rougir un charretier. Finalement, menacée par les juristes du studio, elle se soumet.

Le 30 avril 1962, elle arrive à 6h30 du matin, prête. Miracle ! Elle tourne. Le lendemain, elle est absente. Trois semaines passent. Elle a travaillé un seul jour. Chez elle, Marilyn se concentre sur l'événement majeur : la fête d'anniversaire de JFK, au Madison Square Garden. La Fox lui interdit de s'absenter ? So what ? Elle saute dans un hélicoptère prêté par Howard Hughes et, dès son arrivée, essaie la robe, la fameuse robe couleur chair créée par le couturier Jean-Louis. Vingt couches de soie sur les seins et l'entrejambe, six mille pierres du Rhin, et l'impression d'une totale nudité… La robe est cousue à même le corps.

Le grand soir, enfin, Marilyn, très en retard, monte sur scène - après Ella Fitzgerald, Maria Callas, Harry Belafonte. Elle marche à petits pas. Elle titube. En coulisse, Peter Lawford, maître de cérémonie, voit la robe se déchirer dans le dos. Tout le monde, derrière, peut apercevoir le cul de Marilyn. Elle est emportée par des machinos, comme une statue, pour qu'on recouse la robe. Un comique, Jack Benny, fait la soudure sur scène. Marilyn revient. JFK, les pieds posés sur la rambarde, un mégot de cigare aux lèvres, s'extasie. Et quarante millions de téléspectateurs écoutent Marilyn chanter « Happy Birthday » d'une voix… d'une voix…

« C'est comme si elle lui faisait l'amour », s'écrie une chroniqueuse. Exactement. Le moment est kitsch, magique, invraisemblable. L'image s'inscrit instantanément dans la saga de l'époque. Jackie Kennedy, elle, est restée à la campagne. Plus tard, la soirée continue chez le trésorier du Parti démocrate, Arthur Krim. Au petit matin, Marilyn rejoint JFK dans son hôtel. C'est leur dernière nuit ensemble. Lui le sait. Elle, non. Ils ne se reverront jamais.

De retour à Hollywood, elle est licenciée par le studio. Elle contre-attaque avec sa seule arme : l'érotisme. Elle convoque un photographe, se déshabille sur le plateau et, nue, se baigne, sourit, prend la pose. Elle sait fort bien que les clichés vont faire le tour du monde. Marilyn est une manipulatrice chevronnée. Et, en effet, alors que les patrons de la Fox sont en danger à cause des coûts hallucinants du tournage de « Cléopâtre », ils ne peuvent se permettre de passer « Something's Got to Give » par pertes et profits.

Cukor reprend le tournage, avec Dean Martin, Cyd Charisse et Lee Remick. Marilyn arrive, ne connaît pas son texte, hésite, réussit quelques prises, mais n'arrive pas à être longtemps concentrée. Chaque jour de retard coûte une fortune. Cukor est outré. Il ne supporte pas la présence de Paula Strasberg, la répétitrice de Marilyn, et il décrit aux journalistes une star capricieuse, pénible, mesquine. Il est vrai que Marilyn se comporte étrangement : tous les jours, elle appelle la Maison-Blanche, et, régulièrement, on lui répond que le président est occupé. Finalement, Peter Lawford, le beau-frère de JFK, met les choses au point : « Marilyn, pour lui, tu n'as été qu'un coup ! » Elle s'imaginait déjà en première dame… La chute est terrible. Elle s'abandonne.

Sa carrière est terminée. La Fox lui promet qu'elle ne tournera plus : elle vient de coûter deux millions de dollars au studio, inutilement. Mais elle n'en a cure. Elle se sent rejetée, sale, indésirable. Sale, elle l'est : chez elle, Marilyn ne se lave plus, traîne en vieux peignoir, sent mauvais. Sa gouvernante, Eunice Murray, qui est une espionne placée là par Greenson, observe ce naufrage. De temps en temps, Marilyn menace de faire une conférence de presse pour révéler sa liaison avec « The Prez » - le président. Peter Lawford, dépêché par les Kennedy Brothers, décide de lui offrir un week-end.

Le 27 juillet, il l'emmène au Cal-Neva, l'hôtel au bord du Lake Tahoe. On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'Amato, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam Giancana. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que Coppola nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). Giancana, qui a financé secrètement la campagne de Kennedy, a la haine : Bobby Kennedy, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia.

Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, Giancana décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des Kennedy. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny Rosselli, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill Roemer enregistre la conversation pour le FBI. Rosselli : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des Kennedy ? » Giancana : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank Sinatra. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par Giancana pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, Sinatra brûle les photos.

En trois mois, Marilyn a fait quoi ? Cinq, sept, dix overdoses ? A chaque fois, un lavage d'estomac l'a sauvée. A chaque fois, un homme l'a reprise en main : Joe DiMaggio, désespérément amoureux de son ex-femme. D'ailleurs, il décide, en cette fin juillet 1962, de demander sa main à nouveau. Par ailleurs, les photos nues de Marilyn ont eu l'effet escompté. La Fox revient sur ses menaces, ravale ses injonctions, et propose un nouveau contrat plus avantageux à la star.

Mais Marilyn est déjà ailleurs, dans un demi-coma provoqué par les barbituriques. Ses dernières scènes filmées avec Wally Cox, un acteur qui est l'ami intime de Marlon Brando et qui mourra drogué, ont été excellentes. La Marilyn Monroe d'autrefois revient, par bribes, à la surface. Il faudrait continuer, sauver ce satané film. Elle réapparaît sur le plateau pour fêter son anniversaire, elle a 36 ans. Mais c'est un vendredi soir, les techniciens sont pressés de rentrer, le coeur n'y est pas. Le gâteau coule lentement sur la table, le champagne est servi dans des gobelets en papier, et l'ambiance est plombée. Vingt minutes après le pot, Marilyn reste seule, sur un plateau désert, avec Wally Cox, petit bonhomme à lunettes, drôle et terriblement dépressif.

Rentrée chez elle, Marilyn se sent écartelée entre ses deux gourous : Paula Strasberg, la coach parasite, et Ralph Greenson, que certains soupçonnent d'avoir des relations sexuelles avec sa cliente. Or la première est à New York, le second est en Suisse. Marilyn accorde une interview à un journaliste, pose de nouveau nue pour Bert Stern, discute avec Pat Newcomb, son attachée de presse, qui a été placée là par Bobby Kennedy, pour contrôler la situation.

Le 1er août 1962, un nouveau metteur en scène, Jean Negulesco, est choisi en remplacement de George Cukor. Negulesco est drôle, et il a déjà dirigé Marilyn dans « Comment épouser un millionnaire ». On reprendra donc le tournage en octobre, c'est décidé. Marilyn est-elle satisfaite ? Elle va s'acheter une table de nuit chez un antiquaire, rentre chez elle, décroche le téléphone, avale une poignée de pilules sans compter, bavarde, dodeline, s'endort. Nous sommes le 3 août.

L'interview paraît dans « Life », ce jour-là. Elle dit : « Vous ne savez pas ce que c'est, d'avoir tout ce que j'ai et de vivre sans amour, sans bonheur. » Le 4 août 1962, au petit matin, Marilyn est morte.


Marilyn et la France
le 19/08/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

top_home_image  

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star - mandaté par la famille Strasberg - nous offre un document rare. Aujourd'hui, une lettre à Georges Auric, président de l'Académie du Cinéma.

Marilyn Monroe n'est jamais venue en France, du moins n'existe-t-il aucune trace d'un voyage. Mais elle avait une vraie tendance francophile, un goût pour la littérature (Camus, Proust), la peinture (Bonnard, Van Gogh) et les produits fins (champagne, foie gras) de l'Hexagone. Surtout, l'occasion s'en présenta très concrètement en 1958, quand l'Académie du Cinéma présidée par Georges Auric décida, lors de sa séance du 2 avril, de lui décerner son Grand Prix de la meilleure interprétation étrangère pour son rôle dans « Le Prince et la Danseuse », sorti quelques mois auparavant sur les écrans européens (et l'on peut imaginer le goût savoureux d'une telle récompense, par l'Académie d'une cinématographie prestigieuse, quand on sait le mépris avec lequel l'avait parfois traitée Laurence Olivier sur le tournage du film à Londres pendant l'été 1956). Si les oscars n'ont jamais couronné Marilyn (quelque chose en elle dérangeait l'establishment hollywoodien, peut-être le culot d'avoir fondé sa propre société de production, ou sa volonté d'échapper à l'icône de la blonde sexy), elle reçut de nombreux prix à l'étranger ou par la presse étrangère. Une invitation est donc lancée à Marilyn, qui semble ne pas recevoir la lettre. Quelques semaines plus tard, le 12 mai, l'Académie du Cinéma, croyant savoir que la star a prévu un voyage prochainement en Europe, tente une relance par l'intermédiaire de Paula Strasberg, et, le 22 mai, Marilyn accuse réception de ce courrier, se dit très honorée et déclare envisager sa venue avec son mari, mais pas avant l'automne. Le 5 septembre, elle précise que cela ne pourra pas être avant le 1er novembre, une fois que le tournage de « Certains l'aiment chaud » aura pris fin. En fait, le film de Billy Wilder, démarré le 4 août 1958, ne se terminera que le 6 novembre, avec vingt-neuf jours de retard imputables pour l'essentiel à Marilyn, qui accumulait les absences et les retards, tétanisée par une incertitude ontologique et craintive à l'idée des scènes parfois comiques de son rôle.

Vers la mi-septembre, Marilyn est rejointe sur le tournage par Arthur Miller et, quelques jours après, elle apprend qu'elle est enceinte. C'est le bonheur tant attendu. Mais le 7 novembre, elle est hospitalisée au Cedars of Lebanon Hospital de Los Angeles pour des difficultés liées à sa grossesse. Fausse alerte. Elle regagne New York, avec injonction des médecins de se reposer et de renoncer aux barbituriques et à l'alcool. De son côté, l'Académie du Cinéma relance, on propose de déplacer la cérémonie au mardi 25 novembre, puis au samedi 13 décembre. Chacun a ses urgences. Marilyn finit par envoyer un long télégramme le 26 novembre, dans lequel elle annonce qu'elle ne pourra malheureusement pas venir, pour la belle raison qu'elle est enceinte. On est déçu à Paris, mais on la félicite pour la bonne nouvelle. Marilyn propose de coopérer, sous la forme d'un message personnel, ou d'un télégramme, ou d'une conversation téléphonique. Cette dernière hypothèse sera finalement abandonnée en raison des complications techniques. On se contentera d'un message, envoyé l'avant-veille au directeur par télégramme : « Mes cordiales salutations à vous et à tous les membres de l'Académie. Je regrette sincèrement l'impossibilité d'être parmi vous à cette occasion et j'espère vous remercier tous prochainement pour le précieux prix que vous me remettez. J'espère avoir le plaisir de vous rencontrer dans un futur pas trop éloigné. Avec mes meilleurs voeux, Marilyn Monroe-Miller. »

Mais le 16 décembre, c'est le drame. Une fausse couche, l'hospitalisation dans une clinique de Manhattan, la déprime, des semaines noires que les fêtes de fin d'année ne parviennent pas à égayer. L'enfant tant désiré ne viendra jamais. L'étoile de cristal sera remise à Marilyn le 26 février 1959, à New York, par Georges Auric, en voyage aux Etats-Unis. On ne sait si la cérémonie eut lieu à l'Institut du Film français ou dans les luxueux locaux des services culturels de l'ambassade de France, en haut de la V Avenue près du Metropolitan Museum. Il se dit qu'une robe de soirée de Marilyn serait conservée dans cette représentation française, bien cachée, et dévoilée en de rares et précieuses occasions, comme l'incantation d'un fantôme… dont le rayonnement continue de nous parvenir et de nous toucher, tout particulièrement ici où l'on a su, depuis longtemps, voir en elle autre chose qu'une blonde écervelée, à savoir une femme curieuse, exigeante, désireuse de se perfectionner et de se cultiver. Une enfant radieuse, pour reprendre la belle expression de Truman Capote.

La lettre de Marilyn à Georges Auric :

Tout d'abord laissez-moi vous adresser mes plus plates excuses pour le long retard pris à répondre à votre lettre et à votre télégramme.

Comme vous le savez sans doute, j'ai travaillé sur un film à Hollywood durant les quatre derniers mois et demi. J'avais vraiment espéré venir à Paris pour y recevoir la récompense dont vous m'avez si gentiment gratifiée. Cependant, la nature est intervenue et j'attends un enfant. En raison de récentes complications concernant la grossesse, mon médecin m'a interdit toute espèce de voyage.

Je ne peux pas vous dire assez fort combien j'ai attendu cet événement et j'espère que vous comprendrez que seule une circonstance aussi importante à mes yeux pouvait m'empêcher de venir.

S'il y a une façon pour moi de coopérer à cet événement, à travers un message personnel ou un télégramme ou une conversation téléphonique transatlantique ou tout autre moyen dont vous auriez l'idée, je serai très heureuse de le faire. Faites-moi s'il vous plaît savoir quand la date exacte sera fixée. Avec mes voeux les plus sincères pour tous les membres de l'Académie et à nouveau mes plus chaleureux remerciements pour ce grand honneur qui m'est fait, Marilyn Monroe Miller