Pauline Lafont
(1963 - 1988)

actrice française

  pauline_scan_01_1

Pauline Lafont naît le 6 avril 1963 sous le nom de Pauline Aïda Simone Medveczky. Elle est la fille cadette de la comédienne Bernadette Lafont et du sculpteur hongrois Diourka Medveczky qui ont eu ensemble trois enfants: David, musicien, Elisabeth, actrice et Pauline. Leur père quitte rapidement le foyer familial sans de réelle explication: il a décidé de vivre retiré de la société. Pauline est élevée par ses grands parents jusqu'à l'âge de 12 ans, puis elle est ensuite inscrite en pension, qu'elle n'a jamais regretté: "J'en avais envie. J'étais très contente d'être en pension".

> Pauline avec sa mère Bernadette et sa soeur Elisabeth
pauline_famille_1976 pauline_famille_2 pauline_famille_1988 pauline_1987 

A l'âge de 13 ans, elle apparaît dans le film Vincent mit l'âne dans un pré (et s'en vint dans l'autre), de Pierre Zucca avec Michel Bouquet et Fabrice Luchini. Pauline veut devenir chanteuse et pour vaincre sa timidité, elle suit des cours d'art dramatique et y prend goût. Remarquée par Claude Confortès, elle connaît un vif succès dans la pièce Vive les femmes en 1980 (adapté au cinéma par le réalisateur plus tard, en 1983).

 > Pauline et sa mère Bernadette
pauline_famille_1 pauline_lafont_et_bernadette_1 

pauline_lafont_mag_lui_coverElle pose nue dès l'âge de 16 ans dans le numéro 191 du magazine Lui (décembre 1980) en compagnie de sa mère et de sa sœur en Une du magazine. Pauline Lafont est connue pour sa plastique généreuse et ses formes voluptueuses: ses mensurations (95-55-93) sont mentionnées dans le périodique Lui en 1983. Et elle entame donc en parallèle une carrière de mannequin.

Elle se fait remarquer dans le très populaire Papy fait de la résistance en 1983. Mais elle n'obtient que des petits rôles, que ce soit dans Le Thé à la Menthe en 1984 et L'Amour braque en 1985. Et c'est justement en 1985, soit vingt ans après sa mère, que Pauline rencontre Claude Chabrol qui l'engage à la dernière minute dans Poulet au vinaigre (voir l'interview de Pauline par Pierre Tchernia pour la promo du film sur l'ina.fr). La même année, elle s'affirme dans Le Pactole de Jean-Pierre Mocky. Propulsée trop rapidement au rang de "star", Pauline a du mal à assumer son statut. Mais elle poursuit sa carrière et tourne Je hais les acteurs, de Gérard Krawzyck, qui fait un flop.

   > Poulet au vinaigre / Le pactole / Je hais les acteurs  
pauline_lafont_film_poulet_1 pauline_lafont_film_le_pactole_2 pauline_lafont_film_je_hais_1

pauline_lafont_moublie_pas_1Elle joue au côté de Jean Rochefort dans La Galette du Roi en 1986, et l'année suivante, elle illumine L'été en pente douce, toujours sous la direction de Krawzyck, et reste ainsi inoubliable dans le personnage de l'impudique Lilas. Elle apparaît alors comme le nouveau sex-symbol du cinéma français et la presse la compare à Marilyn. Elle s'essaye à la chanson et enregistre M'oublie pas en 1986, composé par Etienne Daho et par son compagnon, le musicien Jacno avec qui elle vit une belle passion. Les films qu'elle tourne ensuite ne rencontrent pas de succès: Sale destin en 1987 et Deux minutes de soleil en plus en 1988 ne remplissent pas les salles. Gourmande et curieuse de tout, Pauline a joué, pendant l'été 1987 dans une production chinoise intitulée Une histoire extraordinaire de football. Elle y rencontre un jeune technicien chinois, mais leur relation est mal tolérée par les autorités et le couple finit par se séparer. Mais la Chine l'a fasciné: elle veut apprendre la langue, veut acheter une maison à Pékin et elle doit y retourner pour tourner un film avec sa mère. 

> Pauline entourée de Jacno et Daho
pauline_avec_jacno_et_daho 

> La galette du roi / Sale Destin / Deux minutes de soleil en plus
pauline_lafont_film_la_galette_1 pauline_lafont_film_sale_destin_1 pauline_lafont_film_deux_minutes_2

pauline_scan_02_1En août 1988, Pauline passe des vacances chez son frère David dans la commune de Saint-André-de-Valborgne. Le matin du jeudi 11 août 1988, après le petit-déjeuner, elle part se promener en disant à son frère: "Je vais faire un tour, j'ai besoin d'oxygène...", mais elle n'est jamais revenue. Sa disparition est jugée inquiétante et suscite l'angoisse non seulement de ses proches, mais aussi du public (l'information est relayée dans la presse): Pauline est partie seule, portant une simple petite robe d'été, sans ses affaires personnelles et sans argent. De folles rumeurs commencent à courir: les uns pensent que Pauline a décidé de fuir sa famille, d'autres la croient réfugiée dans une secte, partie vivre en communauté avec des punks, ou encore internée en psychiatrie! Sa famille pense qu'elle a été kidnappée. On raconte alors que l'actrice était peut être déprimée depuis sa séparation d'avec son compagnon Jacno, avec qui elle est restée trois ans ("Que c'est dur de vivre une rupture! Je n'y arriverai pas! Je me retrouve seule aujourd'hui et je ne le supporte pas", avait-elle confié à Paris Match). Ses proches lancent des appels dans les médias: sa mère, Bernadette Lafont, écume les plateaux de télévision et les stations de radios et donne même rendez-vous à Pauline dans une boîte de Lausanne. Son compagnon Jacno crie son désespoir à la presse et à la télévision en suppliant Pauline de revenir. Même certains journalistes (comme Guillaume Durand) déclarent publiquement à la télé que "Pauline est vivante quelque part au vert". Et pendant ce temps, on organise des battues, des vols en hélicoptère, l'armée et la police sont mobilisés, et on consulte des voyants.

 > Paris Match, 2 septembre 1988
pauline_pm_1988_09_02_p1 pauline_pm_1988_09_02_p2 pauline_pm_1988_09_02_p3 pauline_pm_1988_09_02_p4

pauline_lafont_portrait_nb_1Il faut attendre le 21 novembre 1988, soit plus de trois mois après sa disparition, pour connaître enfin la vérité. Un berger qui se promène retrouve le corps à moitié décomposé de Pauline, au pied d'une falaise très éloignée de chez elle. Pauline est simplement morte accidentellement au cours d'une randonnée solitaire, après avoir chuté d'un à-pic d'une dizaine de mètres au lieu-dit L'Adrech sur la commune de Gabriac dans les Cévennes. Elle serait morte sur le coup. Mais le doute subsiste: est-ce vraiment un accident ? ou s'est-elle jetée ? Sa mère Bernadette confiera que "Pauline traversait une période de déception. Elle s'était beaucoup investie dans le film de Gérard Vergés 'Deux minutes de soleil en plus', dans lequel elle avait un rôle difficile et merveilleux. Elle était très déçue que le film n'ait aucun succès. Et puis, elle se sentait seule. Sans chagrin violent, mais sans amour."

> Pauline dans la presse
pauline_mag_cinerevue_1985 pauline_mag_pm_1988_num2050 pauline_mag_pm_1988_num2053 pauline_t7j_3dec1988 
pauline_mag_detective_1988_08_25 pauline_mag_detective_1988_12_01 pauline_mag_detective_1989_08_17
pauline_mag_iciparis_num2250 pauline_mag_telecinevideo_1985_juin pauline_mag_teleobs_1088_07_26


 >> Pauline et Marilyn <<
pauline_scan_05_1  mm

l_ete_en_pente_douceDans le film L'été en pente douce, réalisé par Gérard Krawczyk en 1987, Pauline joue aux côtés de Jacques Villeret, Jean-Pierre Bacri et Guy Marchand. Pauline interprète le rôle de Lilas, une jeune femme très sexy, blonde à la peau blanche, qui est fan de Marilyn Monroe. Elle adopte pour ce rôle quelques attitudes et comportements qui font allusion à Marilyn: dans sa démarche, dans son côté d'une sexualité affirmée, dans sa voix enfantine et son côté femme-enfant.

l_ete_cap_05 l_ete_cap_06
l_ete_cap_07 l_ete_cap_08 l_ete_cap_09
ete_en_pente_douce_1987_01_g ete_en_pente_douce_1987_04_g
ete_en_pente_douce_1987_05_g ete_en_pente_douce_1987_08_g
pauline_ete_pente_douce_2 pauline_ete_pente_douce_1 

Il existe deux scènes dans le film qui font directement références à Marilyn:
Dans l'une, Lilas montre à Mo -alias Maurice interprété par Jacques Villeret-, une pile de magazines Ciné Revue avec Marilyn en couverture. Et Lilas demande à Mo "Regardez, à qui elle ressemble, vous la connaissez ?". Mo, qui est handicapé mental, répond fermement "non" et Lilas de lui répondre "Ben, c'est Marilyn Monroe! Une grande actrice américaine! Elle a fait des tas et des tas de films!". Mais Mo d'expliquer qu'il n'y a pas la télé dans la maison. Et Lilas continue d'insister, en lui montrant un autre magazine: "Bon, et là, à qui elle ressemble?" et Mo de répondre, comme un enfant puni "Je ne sais pas...". Déçue, Lilas rétorque "Forcément, je ne suis pas maquillée, ni coiffée". (voir l'extrait video sur vodkaster.com)

l_ete_cap_01 l_ete_cap_02
l_ete_cap_03 l_ete_cap_04

Dans une autre scène, Lilas se refait une beauté devant le miroir, en s'appuyant sur une photo de Marilyn, épinglée devant le miroir. Lilas observe la photo et se remet du rouge à lèvre.

l_ete_cap_10 l_ete_cap_11
l_ete_cap_12 l_ete_cap_13 l_ete_cap_14
ete_en_pente_douce_1987_02_g

D'ailleurs, Pauline adorait aussi Marilyn, à qui elle s'identifiait, car elle avait peur de ne pas être aimée. Elle était d'ailleurs considérée, comme Marilyn, comme le sex-symbol du cinéma (français) des années 1980.


> quelques photos de Pauline
pauline_scan_04_1 pauline_scan_04_2 pauline_scan_04_3
pauline_scan_03_1 pauline_scan_08_1 pauline_6 
pauline_scan_06_1 pauline_scan_06_2 pauline_5 pauline_scan_07_1
pauline_1 
pauline_scan_pub_1 pauline_lafont_portrait_nb_2 pauline_1985_festival_cannes_avec_chabrol 
pauline_4
pauline_scan_09_1 pauline_2 
pauline_lafont_portrait_1 pauline_3  


> Sources: 
>> articles et photos (scans) personnels
>> merci à Emma pour les captures de L'Eté en pente Douce
>> article Pauline Lafont sur wikipedia
>> quelques photos de Pauline sur hellskitchen.fr
>> filmographie sur php88.free.fr 
>> photos de Pauline sur toutlecine