30 septembre 2013

Publicité Lupo de Volkswagen

Année: 1998
Marque / Produit: voiture Lupo / Volkswagen

> Pays:  France
ad_lupo_1998_a 
ad_lupo_1998_b   

> Pays:  USA  
ad_lupo_1998_c 
ad_lupo_1998_b1

Posté par ginieland à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2013

Love Happy en DVD et VHS

Les DVD de Love Happy


> Toutes Régions


 


 >  Région 1 (USA & Canada)


 


  >  Région 2 (Europe)


* * * * * * * * * *

* * * * * * * * * *

 


 La K7 Vidéo VHS de Love Happy

Posté par ginieland à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10/12/1949 Tournage d'Asphalt Jungle

Le 10 décembre 1949, Marilyn Monroe tourne une scène du film "Quand la ville dort".
On December, 10, 1949, Marilyn Monroe shooting a scene of the film "The Asphalt Jungle".

film_ap_tournage_10decembre1949  MONROE__MARILYN_-_1949_ASPHALT_JUNGLE156 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

art - par Antonio De Felipe

Pop Art by Antonio De Felipe

art_antonio_de_felipe_marilyn_4 
art_antonio_de_felipe_marilyn_1 art_antonio_de_felipe_marilyn_1a art_antonio_de_felipe_marilyn_1a1
art_antonio_de_felipe_marilyn_1d art_antonio_de_felipe_marilyn_1e art_antonio_de_felipe_marilyn_1f
art_antonio_de_felipe_marilyn_1c art_antonio_de_felipe_marilyn_1b art_antonio_de_felipe_marilyn_1g
art_antonio_de_felipe_marilyn_1h art_antonio_de_felipe_marilyn_1i art_antonio_de_felipe_marilyn_1j
art_antonio_de_felipe_marilyn_2 art_antonio_de_felipe_marilyn_3 art_antonio_de_felipe_marilyn_7
art_antonio_de_felipe_marilyn_5 art_antonio_de_felipe_marilyn_5b art_antonio_de_felipe_marilyn_6

Antonio de Felipe revisite les icônes hollywoodiennes par le recours au langage pop et à l'image publicitaire. Il s'en prend aussi aux grands mythes de la peinture et de la bande dessinée.

art_antonio_de_felipe 
>
site officiel: antoniodefelipe.es

Posté par ginieland à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Paris Match 11/04/1959

mag_paris_match_1959_04_11_num522_coverLe magazine Paris Match n°522, du 11 avril 1959, consacrait un article de quatre pages sur Marilyn qui fait la promotion de "Some Like it Hot" titré: "Marilyn redevient la n°1".

mag_paris_match_1959_04_11_num522_p1 mag_paris_match_1959_04_11_num522_p2 
mag_paris_match_1959_04_11_num522_p3 mag_paris_match_1959_04_11_num522_p4

Posté par ginieland à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 septembre 2013

Marilyn Monroe, baby sitter

salon_logo_1Marilyn Monroe, baby sitter
published on 09/27/2013
By Dale Corvino
online salon.comr

Our family photos feature the tragic Hollywood legend. But until recently, I never understood the reason why.

salon_marilyn_monroe_photo1“Marilyn Monroe was my mother’s baby sitter,” I used to tell the neighborhood kids, whenever our rambunctious play took us inside the house. The girls went open-mouthed with wonder and admiration. The boys were skeptical, even scornful: “Movie stars don’t baby-sit!”

But then I’d point to the photo-booth image hanging in the vestibule of my childhood home. The picture was displayed in a prominent spot, where religious icons hang in Catholic homes. As little kids, we’d crane way up to see it, or scale the adjacent staircase and stretch our necks awkwardly.

In the photo, my mother holds a pursed smile while looking right into the camera. A mass of dark curls surrounds her face as she upstages Marilyn in a way no studio executive would allow. Cousin Laraine is caught unawares by the flash; she looks out of frame with a half-smile. Marilyn is grinning candidly — not the practiced smile she’ll use for thousands of subsequent photos.

The Marilyn story has been told and retold (and mis-told) for decades in my family. Marilyn Monroe wasn’t exactly my mother’s baby sitter, but that’s how I understood it as a child. Now, as an adult, I wanted to discover the truth behind it.

It begins with my Grandma Helen, a local pageant contestant. “A real beauty,” my great uncles used to say. I keep a snapshot of her wearing a stylish one-piece swimsuit and wedge heels, posing and smiling brightly, with milky skin, wavy black hair, ample curves, and a birthmark just in the right spot above her mouth. It’s punctuation on her pleasing face, like the dimples bracketing her smile. Her family crossed over from Amalfi, the storied town along the picturesque coast the town lends its name to.

Helen was in the middle of a brood of nine. To the dismay of her parents, she fell in love with Tony Rizzo, an intense Sicilian. Grandpa Rizzo had swarthy good looks and a stunning pompadour, but Grandma Helen’s family looked down on dark-skinned Sicilians. “You’re not marrying that African!” her father sputtered when she sought his blessing. The headstrong Helen defied him, and the young couple settled in San Francisco.

There she was befriended by a neighbor, Marie DiMaggio. The DiMaggios were also Sicilian; Guiseppe, the patriarch, had fished Mediterranean waters, and relocated to the Pacific coast in pursuit of a bigger catch. His haul out of San Francisco bay was bountiful, and he went on to raise nine children. To his initial disappointment, three of his sons turned their backs on the family trade to become baseball players. Joe was the real power slugger, having gone on to a record-breaking hitting streak with the Yankees. Around the time the DiMaggios befriended my grandparents, Joe began courting Marilyn Monroe.

Joe brought Marilyn around on visits to get to know his family. During one visit in late 1953, two pictures were taken: In one of them, Marilyn and my grandmother Helen are seated on the couch. Helen gives Marilyn an affectionate hug, and Marilyn is smiling warmly. In the second shot, Helen stands behind Marilyn with a protective hand poised lightly on her shoulder, while my Great Aunt Rose, Helen’s older sister, looms and fawns over Marilyn like a hungry vulture; Marilyn has notably shifted her body away. When Great Aunt Rose heard that Marilyn was spending the weekend, she bought a ticket from New York to San Francisco, and tagged along uninvited.  On the back of the photo, Helen wrote: “Marilyn had a rash on her face at the time and didn’t want to be photographed, but Rose insisted. Marilyn agreed as long as it was black & white.”

salon_marilyn_embed1  My mother isn’t in either of those photos, but she was around that day with her cousin and playmate Laraine, and the presence of these two playful little girls warmed Marilyn’s heart; she longed for children of her own. She took to the girls instantly and showed them great affection.

One day, Marilyn offered to take them to Playland. Laraine’s mother, consumed with a newborn, thought it would be good to get the girls out of the house. The trio took off to the amusement park, with Marilyn driving the short distance in her Pontiac convertible. The drive took them from Sunnyside, the working-class district of turn-of-the-century bungalows, to the coast just north of Golden Gate Park. Playland occupied 10 acres along the shore, with its Big Dipper roller coaster, its Shoot-the-Chutes ride, and a chicken coop-themed restaurant called “Topsy’s Roost.” The girls both liked the pretty blond lady who was taking them to Playland, but the main attraction was the Ferris wheel. It would be their first visit to the park.

Marilyn first stepped into the spotlight in the early ’50s, with featured roles in several films. She also appeared on the cover of the inaugural issue of Playboy magazine in 1952. By the time of the Playland expedition, she’d starred in two hit films: the moody melodrama “Niagara” andGentlemen Prefer Blondes,” singing, vamping and dancing through her indelible performance as Lorelei Lee. Her fame was just beginning to surge; she took the precaution of wearing a headscarf and dark sunglasses.

The trio first found a photo booth, and posed for the picture that hung in the vestibule. Grandma Helen wrote on the back: “This is a 25¢ picture taken at Playland. She wanted to go on the rides with your mother & cousin Laraine. A sailor recognized her & she took a picture with him and it got around & the police were called. It was frightening.” A brisk wind blew Marilyn’s headscarf off her signature platinum bob, giving that sailor a jolt of recognition. My mother vividly recalls the only ride they got that day — rushed through the throng out of the park on the shoulders of San Francisco policemen.

In January 1954, shortly after this ill-fated excursion, Marilyn and Joe married at San Francisco’s City Hall. By most accounts, Marilyn was retreating from the celebrity that engulfed her, making simple things like a trip to Playland impossible. She wanted to settle down and live like Grandma Helen: cooking, keeping house, raising children. In my grandmother’s own words: “Marilyn just wanted to be a good Italian housewife for Joe.” That’s probably what Joe wanted, too.

Marilyn may have seen my grandmother as the archetypal Italian housewife, but Grandma Helen went on to other roles, too. She was an early working mom, and had a second career as the co-owner of a nightclub called the Keyboard Lounge. The Grandma Helen I knew smoked Parliaments and wore leopard-print housecoats with big earrings. She ruled the home I grew up in with a big wooden spoon. It was an ordinary tract house on a large, irregular waterfront plot on the South Shore of Long Island. She prepared entire meals from the dual bounties of the creek and her garden; I can still taste her garlicky mussels, topped with a generous handful of flat parsley.

Sunday dinner was the main stage of my childhood. Everyone came to eat Grandma Helen’s cooking and drink Grandpa Rizzo’s red wine, and there was much singing, more yelling, and even the occasional portent of violence, like in any good opera. Epic, filthy insults, obscene hand gestures, and ancient curses were common, but Grandma Helen alone accentuated her threats with kitchen implements.

I used to trail her in the kitchen; she taught me the basics of Italian cooking. She’d share her storied past, too, and show me her gowns. I’d run my hand over the sequins. I’d ask her to tell me the Marilyn story again. When she told it to a crowd, she assumed the tenor of a warmly sentimental raconteur, but with me, her tone carried unresolved grief. “Poor doll!” she’d say, her eyes distant. It’s sad to lose a friend twice — once to fame, and again to a tragic and very public death. But I couldn’t help wondering if the loss of her friend, the glamorous movie star, stood in for the loss of her own glamour; she’d long ago hung up those gowns for those housecoats.

This central family icon, the 25¢ photo booth picture, marks a confluence of currents in mid-century American life: the rise of automation; the golden age of the Hollywood studio system; and the advent of a postwar middle class, availing of leisure and distraction at a theme park. To my impressionable mind, it was central to the accumulated mythos of my maternal clan. Their operatic melodrama, Grandma Helen’s sequined gowns, her dimpled beauty queen past, her late-life shift to nightclub hostess, the Sicilian passion, the call of the sea — all presided over by the spectral smile of the tragic platinum starlet. A deep, dark shadow of ’50s noir cut across the bole and limbs of our family tree, like a secret locked in Grandpa Rizzo’s study, like the unknown expanse beyond the still waters of the creek, like the mysterious alchemy Grandma Helen’s rage and drive brought to her kitchen.

The life Marilyn sought in San Francisco was to elude her. Her marriage to DiMaggio was over before the year ended. As the demands of her career pulled her from his side, Joe’s Sicilian temper flared. The family-bound life my grandmother lived may have seemed like a trap of its own to many women, but for Marilyn, it was unattainable. That Marilyn was photographed with two smiling little girls is a portent of her future suffering; during her second marriage, to playwright Arthur Miller, she lost two children to miscarriage. Perhaps it’s more accurate to say that my earthy, passionate, headstrong, bawdy Italian grandmother lived a life Marilyn dreamed about, instead of my boyhood boast.

salon_marilyn_embed2Then again, perhaps that boast does well enough to honor her longings. Marilyn Monroe was my mother’s baby sitter, even if for an afternoon, and kept her safe from the throngs she could never control. The relaxed intimacy of that photo-booth moment would be soon swallowed in mania; that carefree joy fleeting, like a chiffon headscarf in the wind. In our house, Marilyn belongs to the current of maternal warmth that brought my mother up in the world and equipped her to raise her two boys. Her spirit bolstered another woman with longings beyond the limitations imposed by others.

Part of me is still that star-struck little boy who wants to boast to the world of my association with glamorous Marilyn, the archetypal American movie star. Today the photo from Playland, which sits on my desk, has another meaning. Having prompted conversations and reminiscences with my mom and Cousin Laraine in preparation for this story, we’ve strengthened our family bonds, and put to rest some unresolved emotions. Whatever she is to you, she’s the smiling blond lady who beams at me from behind my mom’s curls, and binds me to the women of my family, across divides of generations, loss and modern displacement.

Thank you Marilyn, from little Marie Rizzo’s first-born son.


Marilyn Monroe, Baby Sitter
par Dale Corvino

Sur nos photos de famille figure la légende tragique d'Hollywood. Mais jusqu'à récemment, je n'avais jamais compris pourquoi.

"Marilyn Monroe était la nounou de ma mère" avais-je l'habitude de dire aux enfants du quartier, chaque fois que notre jeu exubérant nous amenait à l'intérieur de la maison. Les filles étaient bouche bée, mélange d'étonnement et d'admiration. Les garçons étaient sceptiques, voire méprisant: "Les stars de cinéma ne font pas du baby-sitting!"

Mais c'est alors que je montrais la photographie du photomaton accrochée dans le vestibule de la maison de mon enfance. La photo était affichée dans un lieu de premier plan, où les icônes religieuses traînent dans les foyers catholiques. Comme les petits enfants, nous serions suspendue à la voir, ou à l'échelle de l'escalier adjacent et étirions notre cou maladroitement.

Sur la photo, ma mère arbore un sourire pincé tout en regardant droit dans l'objectif. Une masse de boucles brunes entoure son visage alors qu'elle se tient devant Marilyn, ce qu'aucun directeur de studio permettrait. Cousine Laraine est prise au dépourvu par le flash, elle regarde hors du cadre avec un demi-sourire. Marilyn est franchement souriante - et non le sourire étudié qu'elle va utiliser pour des milliers de photos suivantes.

L'histoire de Marilyn a été dite et redite (et mal dite) pendant des décennies dans ma famille. Marilyn Monroe n'était pas exactement la nounou de ma mère, mais c'est comme ça que je l'ai compris quand j'étais enfant. Maintenant, en tant qu'adulte, je voulais en  découvrir la vérité.

Cela commence avec ma grand-mère Helen, une concurrente de concours local. "Une vraie beauté," mes grands-oncles avaient coutûme de dire. Je garde une photo d'elle, portant un élégant maillot une pièce avec talons compensés, posant et souriant brillamment, à la peau laiteuse, les cheveux noirs ondulés, des courbes amples et un grain de beauté juste au bon endroit au-dessus de sa bouche. C'est la ponctuation sur son visage agréable, comme les fossettes qui soutiennent son sourire. Sa famille a traversé d'Amalfi, la ville à étages le long de la côte pittoresque, qui donna son nom à la ville.

Helen était au milieu d'une fratie de neuf enfants. Au grand dam de ses parents, elle est tombée amoureuse de Tony Rizzo, un Sicilien intense. Papy Rizzo avait une bonne mine basanée et un superbe pompadour, mais la famille de grand-mère Helen regardait ces Siciliens à la peau foncée: "Tu ne vas pas épouser cet africain!" a bredouillé son père quand elle a demandé sa bénédiction. L'entêté Helen le défia, et le jeune couple s'installa à San Francisco.

Là, elle s'est liée d'amitié avec un voisin, Marie DiMaggio. Les DiMaggios étaient également siciliens; Guiseppe, le patriarche, avait pêché dans les eaux de la Méditerranée, et fut transféré sur la côte du Pacifique à la poursuite d'une plus grande prise. Ses prises de la baie de San Francisco était copieuses, et il se mit à élever neuf enfants. A sa grande déception au départ, trois de ses fils ont tourné le dos au commerce familial pour devenir des joueurs de baseball. Joe était vraiment un cogneur de puissance, étant allé à une série de frappe record avec les Yankees. À l'époque où les DiMaggios ont sympathisé avec mes grands-parents, Joe a commencé à courtiser Marilyn Monroe.

Joe amena Marilyn rendre visite à sa famille pour qu'elle apprenne à les connaître. Lors d'une visite à la fin de l'année 1953, deux photos ont été prises: sur l'une d'elles, Marilyn et ma grand-mère Helen sont assises sur le canapé. Helen donne une accolade affectueuse à Marilyn et Marilyn sourit chaleureusement. Sur la seconde, Helen se tient derrière Marilyn avec une main protectrice qui passe légèrement sur son épaule, tandis que ma grand-tante Rose, la sœur aînée de Helen, tisse et flatte Marilyn comme un vautour affamé, Marilyn a aussi changé de position, semblant plus lointaine. Lorsque la Grande-tante Rose a entendu que Marilyn passait le week-end, elle a acheté un billet de New York à San Francisco, et marqua sans y être invitée. Sur le dos de la photo, Helen a écrit: "Marilyn avait une éruption cutanée sur le visage à l'époque et ne voulait pas être photographiée, mais Rose a insisté. Marilyn accepta tant que cela restait en noir et blanc ".

Ma mère n'est pas sur l'une de ces photos, mais elle était là, ce jour-là, avec son cousin et compagnon de jeu Laraine; et la présence de ces deux petites filles espiègles réchauffait le cœur de Marilyn, elle aspirait à avoir ses propres enfants. Elle a 'adopté' les filles instantanément et leur a prouvé une grande affection.

Un jour, Marilyn les a emmenée à Playland. La mère de Laraine, occupée avec un nouveau-né, a pensé qu'il serait bon que els filles sortent de la maison. Le trio parta pour le parc d'attraction, avec Marilyn qui donsuisait la courte distance dans sa décapotable Pontiac. Elles partirent de Sunnyside, le quartier ouvrier avec ses bungalows centenaires, jusqu'à la côte juste au nord du Golden Gate Park. Playland occupait 10 hectares le long de la côte, avec ses grandes montagnes russes Dipper, sa Shoot-the-Chutes tour, et un restaurant de poulet appelé "Topsy Roost". Les filles aimaient bien aussi la jolie dame blonde qui les emmenait à Playland, mais l'attraction principale était la grande roue. C'était leur première visite au parc.

Le trio a d'abord trouvé un stand photo, et ont posé pour cette photo qui est accrochée dans le vestibule. Grand-mère Helen a écrit au dos: "C'est une image de 25 ¢ prise à Playland. Elle voulait aller sur les manèges avec votre mère et cousine Laraine. Un marin l'a reconnue et elle a pris une photo avec lui et un attroupement s'est fait autour d'elle et la police a été appelée. C'était effrayant." Un vent frais soufflait le foulard de Marilyn, dévoilant sa signature de blonde platine, permettant alors à ce marin de la reconnaître. Ma mère se souvient très bien le seul tour qu'elles ont ont obtenu ce jour-là - se précipitant à travers la foule du parc, sur les épaules des policiers de San Francisco.

En janvier 1954, peu après cette excursion malheureuse, Marilyn et Joe se sont mariés à l'hôtel de ville de San Francisco. Pour la plupart, Marilyn se retirait de la célébrité qui l'emprisonnait, simplifiant les choses comme un voyage impossible à Playland. Elle voulait s'installer et vivre comme grand-mère Helen: la cuisine, s'occuper de la maison, élever des enfants. Selon les propres mots de ma grand-mère: "Marilyn voulait juste être une bonne ménagère italienne pour Joe." C'est probablement ce que Joe voulait aussi.

Marilyn a peut-être vu ma grand-mère comme la ménagère italienne par excellence, mais grand-mère Helen s'est attelée aussi à d'autres rôles. Elle a été l'une des premières mère à travaillere, et a eu une seconde carrière en tant que co-propriétaire d'une boîte de nuit appelée "The Keyboard Lounge". Grand-mère Helen, je le savais, fumait et portait des robes de chambre léopard avec de grandes boucles d'oreilles. Elle a gouverné la maison, j'ai grandi avec une grande cuillère en bois. C'était une maison dans un lotissement ordinaire, sur un grand terrain en bord de mer irrégulière sur la rive sud de Long Island. Elle a préparé des repas entiers de la double bienfaisance de la crique et de son jardin; je peux encore déguster ses moules à l'ail, surmontée d'une généreuse poignée de persil plat.

Les dîners du dimanche soir étaient la scène principale de mon enfance. Tout le monde venaient pour manger la cuisine de grand-mère Helen et boire du vin rouge de grand-père Rizzo, et il y avait beaucoup de chants, encore plus de cris, et même le prodige occasionnel de violence, comme dans tout bon opéra. Epique, avec des insultes immondes, des gestes de la main obscènes, et les malédictions antiques étaient monnaie courante, mais seule grand-mère Helen accentuait ses menaces avec des ustensiles de cuisine.

J'avais l'habitude de traîner dans la cuisine, elle m'a appris les bases de la cuisine italienne. Elle avait partagé son passé glorieux, aussi, et me montrait ses robes. Je courrais ma main sur les paillettes. Je lui demandais de me raconter à nouveau l'histoire de Marilyn. Quand elle l'a raconté aux gens, elle a assumé la teneur chaleureuse et sentimentale d'un raconteur d'histoires, mais avec moi, son ton était d'un deuil non résolu. "Pauvre poupée!" disait-elle, ses yeux lointains. C'est triste de perdre une ami deux fois - une fois par la gloire, et encore par une mort tragique et très publique. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de me demander si la perte de son amie, la star de cinéma glamour, tenait pour la perte de son propre glamour, elle avait depuis longtemps raccroché les belles robes pour les robes de chambre.

Cette icône de la famille centrale, la photo de photomaton à 25¢, marque une confluence de courants dans la vie américaine du milieu du siècle: la montée de l'automatisation, l'âge d'or du système des studios d'Hollywood, et l'avènement d'une classe moyenne d'après-guerre, profitant des loisirs et distractions d'un parc à thèmes. Dans mon esprit impressionnant, il était au cœur d'yn myhte accumulé à mon clan maternel. Leur mélodrame lyrique, les robes à paillettes de grand-mère Helen, sa fossette d'une reine de beauté passée, son quart de travail de fin de vie comme hôtesse de boîte de nuit, la passion de la Sicile, à l'appel de la mer - le tout présidé par le sourire spectrale de la starlette blonde platine tragique. Une ombre profond et noire, des films noirs des années 1950r coupé à travers le tronc et les branches de notre arbre généalogique, comme un secret enfermé dans le bureau du grand-père Rizzo, comme l'étendue inconnue au-delà des eaux paisibles du ruisseau, comme la rage et le dynamisme de la mystérieuse alchimie de grand-mère Helen apportée à sa cuisine.

La vie que Marilyn cherchait à San Francisco était de lui échapper. Son mariage avec DiMaggio était terminé avant la fin de l'année. Comme les exigences de sa carrière l'avaient tirées de son côté, le tempérament sicilien de Joe éclata. La vie de d'une famille liée qu'a vécu ma grand-mère peut sembler comme un piège qui se referme sur elle à beaucoup de femmes, mais pour Marilyn, c'était inaccessible. Que Marilyn ait été photographié avec deux petites filles souriantes est un présage de sa future souffrance, au cours de son second mariage, au dramaturge Arthur Miller, elle a perdu deux enfants avec des fausses couches. C'est peut-être plus juste de dire que ma terreuse, passionnée, entêtée, grand-mère italienne a vécu une vie de débauche dont Marilyn rêvait, au lieu de la vantardise de mon enfance.

Puis à nouveau, peut-être que la vantardise est assez bien pour honorer ses désirs. Marilyn Monroe était la baby-sitter de ma mère, même si ce ne fut qu'un après-midi, et l'a gardé à l'abri de la foule, qu'elle ne pourrait jamais contrôler. L'intimité décontractée de ce moment du photomaton sera bientôt engloutie dans l'obsession; cette joie insouciante éphémère, comme un foulard en mousseline de soie dans le vent. Dans notre maison, Marilyn appartient au courant de la chaleur maternelle qui a amené ma mère dans le monde et l'équipée pour élever ses deux garçons. Son esprit a renforcé une autre femme de désirs au-delà des limites imposées par d'autres.

Une partie de moi est toujours ce petit garçon d'étoile frappée, qui veut se vanter au monde de mon association avec la glamour Marilyn, l'archétype de la star de cinéma américaine. Aujourd'hui, la photo de Playland, qui se trouve sur mon bureau, a un autre sens. Ayant partagé des conversations et des souvenirs avec ma mère et cousine Laraine pour la préparation de rédaction de cette histoire, nous avons renforcé nos liens familiaux, et mis au repos quelques émotions non résolues. Quelle que soit elle est à vous, elle est la dame blonde souriante qui rayonne sur moi par derrière les boucles de ma mère, et me lie aux femmes de ma famille, par delà les divisions des générations, la perte et les déplacements modernes.

Merci Marilyn, du premier fils né de la petite Marie Rizzo.

Posté par ginieland à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bande Annonce de The Seven Year Itch

 Sept ans de réflexion
Bande Annonce américaine

>> Video

>> Captures
syi_trailer_cap01 syi_trailer_cap02 syi_trailer_cap03
syi_trailer_cap04 syi_trailer_cap05 syi_trailer_cap06
syi_trailer_cap07 syi_trailer_cap08 syi_trailer_cap09
syi_trailer_cap10 syi_trailer_cap11 syi_trailer_cap12 
syi_trailer_cap13 syi_trailer_cap14 syi_trailer_cap15
syi_trailer_cap16 syi_trailer_cap17 syi_trailer_cap18
syi_trailer_cap19 syi_trailer_cap20 syi_trailer_cap21
syi_trailer_cap22 syi_trailer_cap23 syi_trailer_cap24
syi_trailer_cap25 syi_trailer_cap26 syi_trailer_cap27
syi_trailer_cap28 syi_trailer_cap29 syi_trailer_cap30
syi_trailer_cap31 syi_trailer_cap32 syi_trailer_cap33
syi_trailer_cap34 syi_trailer_cap35 syi_trailer_cap36
syi_trailer_cap37 syi_trailer_cap38 syi_trailer_cap39

27 septembre 2013

Janvier 1955 Connecticut Chez Cowles - par Greene

Début Janvier 1955, Connecticut, chez Fleur Cowles (une écrivaine, auteure et artiste) où Marilyn Monroe et Bertha Stafford-Vester étaient invitées le temps d'un week-end. Photographies de Milton Greene.

Early January 1995, Connecticut, at Fleur Cowles' home (an American writern editor and artist) where Marilyn Monroe and Bertha Stafford-Vester were the guests for a weekend. Photographs taken by Milton Greene.

marilyn_monroe_CC_01 marilyn_monroe_CC_02 
marilyn_monroe_CC_13 marilyn_monroe_CC_14

mm_with_fleur_cowles  

/!/ Le site web de Milton Greene avait répertorié cette série de clichés dans la catégorie "Constance Collier", une actrice, auteur et metteur en scène de théâtre. Or, c'est une erreur de nomination car ce n'est pas Miss Collier qui figure sur cette série photographique.


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 
  

Posté par ginieland à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 septembre 2013

Ladies of the Chorus en DVD et VHS

Les DVD de Ladies of the Chorus
/!/ pas de version française du film,
disponible uniquement en version originale en anglais


 >  Région 2 (Europe)


 * * * * * * * * * *  


La K7 Vidéo VHS de Ladies of the Chorus

Posté par ginieland à 13:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Les Affiches de There's no Business

La joyeuse parade
Les Affiches 

 Les Affiches Ciné dans le monde

> Allemagne / Autriche
tnb_aff_from_autriche_1  
tnb_aff_from_autriche_2 

> Argentine
tnb_aff_from_argentina_1  tnb_aff_from_argentina_3 
tnb_aff_from_argentina_2  

> Belgique
tnb_aff_from_belgique_1 

> Brésil
tnb_aff_from_bresil_1

> Espagne
tnb_aff_from_espagne_1 tnb_aff_from_espagne_2 

> Italie
tnb_aff_from_italie_1 tnb_aff_from_italie_2 
tnb_aff_from_italie_3  
tnb_aff_from_italie_4 tnb_aff_from_italie_5

> USA / Angleterre
tnb_aff_from_usa_1a tnb_aff_from_usa_1b tnb_aff_from_usa_1c tnb_aff_from_usa_1d
tnb_aff_from_usa_2 tnb_aff_from_usa_vid tnb_aff_from_usa_5
tnb_aff_from_usa_3  tnb_aff_from_usa_4

ADV-MOVIENOBUSINESS 


> La Bande Originale (Italie)
tnb_musique_italie_1a


> Videos / Dvds
  tnb_video_dvd_argentine tnb_video_dvd_argentine3 tnb_video_dvd_bresil_2 
tnb_video_dvd_argentine2  tnb_video_dvd_asia_1 
tnb_video_dvd_autriche1 tnb_video_dvd_autriche4 tnb_video_dvd_autriche3 tnb_video_dvd_autriche2
tnb_video_dvd_france_1 tnb_video_dvd_france_2 tnb_video_dvd_france_3
tnb_video_dvd_italie_1a tnb_video_dvd_italie_1b  tnb_video_dvd_italie_2a tnb_video_dvd_italie_2b
tnb_video_dvd_portugal_1  tnb_video_dvd_turquie_1  tnb_video_dvd_usa_1
tnb_video_dvd_suede_1 tnb_video_dvd_suede_2