Norma Jeane
pièce de théâtre

normajeane_theatre-affiche-1D’après 'Blonde' de  Joyce Carol Oates
Adaptation
Mise en scène par John Arnold
Scénographie et costumes Aurélie Thomas
Assistant à la mise en scène Grégory Fernandes
Création lumière et direction technique Olivier Oudiou
Création sonore Marc Bretonnière
Régisseur général et lumière Thomas Cottereau
Vidéaste Michel Ferry
Administration Laurent Pousseur.
Avec Aurélia Arto, Philippe Bérodot, Bruno Boulzaguet, Jean-Claude Bourbault, Samuel Churin, Evelyne Fagnen, Antoine Formica, Jocelyn Lagarrigue, Marion Malenfant, Olivier Peigné, Fabienne Périneau, Maryse Poulhe et John Arnold.

normajeane_theatre-photo1 normajeane_theatre-photo2

Une comédie carnivore, un conte moderne, l’histoire de Cendrillon revue et visitée par Martin Scorsese et qui se situe dans un pays étrange, un pays où si les citrouilles se transforment en carrosses, elles carburent au whisky et à la vodka et laissent dans leur sillage des trainées de cocaïne. C’est l’histoire de la rencontre entre une névrose et la société de consommation.

Au-delà de l’évocation de la trajectoire météoritique qu’aura été la vie de Marilyn Monroe, «Norma Jeane» est surtout un questionnement sur le regard. Nous cherchons tous un sens à cette expérience fugace, «pleine de bruits et de fureurs, écrite par un fou et qui ne veut rien dire», que l’on appelle la vie.
Nous la cherchons essentiellement à travers l’amour, et donc, nous nous cherchons à travers le regard des autres, nous espérons peut-être trouver chez l’autre, les autres, une partie de l’énigme qui nous constitue et avec laquelle nous sommes condamnés à vivre.
Ceci nous concerne tous, on n’a pas besoin d’être un sexe symbole pour éprouver cela.

normajeane_theatre-affiche-2Au-delà de la vie de Norma Jeane Baker – alias Marilyn Monroe, c’est surtout la convocation d’un rêve, celui d’une vie et des promesses qu’elle recèle.
De la question du bonheur, de l’idée que l’on peut avoir de la réussite, du fait de « s’accomplir » dans quelque domaine que ce soit, de tout cela, une nation, dès sa naissance, en a fait ses soubassements, sa raison d’être, sa nécessité, sa fierté, son dogme national.
C’est en partie, ce que l’on appelle « le rêve américain ».
Aujourd’hui, le rêve s’est propagé dans le monde entier et la question du bonheur reste entière.

Dates et Horaires:
du 4 mars au 13 avril 2014
mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi et vendredi à 20h30, dimanche à 15h30
Durée: 2h30 sans entracte
Tarif : 24 €
Lieu: au Théâtre 13 / Seine, 30 rue du Chevaleret – 75013 Paris (métro Bibliothèque F. Mitterrandau > site web Théâtre 13).

Sur le web: site perso de Fabienne Perineau