Photos liées au tag 'MM et l'art'

Voir toutes les photos
21 octobre 2016

Marilyn Monroe Auction - 11/2016 - art


 Art par Marilyn
Marilyn's Art


Lot 183: MARILYN MONROE DRAWING
 A single sheet of stationery from Parkside House, the English manor where Monroe and Arthur Miller stayed in Surrey while she filmed The Prince and the Showgirl in London in 1956. The page contains a profile drawing of a man's head in black ink, possibly that of Sir Laurence Olivier.
LITERATURE Monroe, Marilyn, and Bernard Comment. Fragments: Poems, Intimate Notes, Letters. Pages 120-121. New York: Farrar, Straus and Giroux, 2010. 1-237. Print.
7 by 5 1/4 inches
 Estimate: $7,000 - $9,000

245393_0 


Lot 520: MARILYN MONROE CRAYON DRAWING
 Titled “A glass of champagn [sic] the morning after,” the Conté crayon on paper is a monochromatic line drawing of a full Champagne coupe, one of Monroe’s favorite drinks. The drawing is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245953_0  


Lot 521: MARILYN MONROE CRAYON FIGURAL STUDY
 Titled “Lover watching his love sleep,” the Conté crayon on paper is a monochromatic red sketch of a reclining nude woman filling the frame with a view of a nude male figure drawn from behind. The drawing is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000
245954_0  


Lot 522: MARILYN MONROE WATERCOLOR NUDE STUDY
 Titled “Making love sometime,” the watercolor on paper is a monochromatic abstract representation of two naked figures in bed, executed with a great economy of line. The painting is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000
245955_0  


Lot 523: MARILYN MONROE WATERCOLOR STILL LIFE
 Titled “Viewed from a night table,” the watercolor on paper sheet is a monochromatic sketch showing a bed post and assortment of objects on a bed side table, including a glass of water and book of poems. The painting is unsigned and unframed with rough spiral tab, top edge.
12 by 9 inches
Estimate: $10,000 - $15,000
245956_0  


Lot 524: MARILYN MONROE WATERCOLOR FIGURAL STUDY
 Titled “Jumping into the frying pan from the fire,” the watercolor on paper is a monochromatic red figure of a woman wearing patterned stockings and with arm stretched out behind her as if she is preparing to dive. The painting is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $15,000 - $20,000
245957_0  


Lot 525: MARILYN MONROE CRAYON FIGURAL STUDY
 Titled “Nude tucking her knees under,” the Conté crayon on paper is a monochromatic red female figure abstractly drawn with an economy of line depicting a woman holding her knees to her body. The drawing is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $8,000 - $10,000
245958_0  


Lot 526: MARILYN MONROE CRAYON PORTRAIT
 Titled “I must concentrate,” the Conté crayon on paper is a monochromatic abstract portrait of a woman’s head. The title is written over a previous inscription that has been smudged and crossed out. The drawing is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245959_0 


Lot 527: MARILYN MONROE CRAYON DRAWING
 Titled “Old Man sitting on a bench listening,” the Conté crayon on paper is a monochromatic abstract portrait of a man leaning forward. The title is written along lower edge of sheet. The drawing is unsigned and framed in a gilt wood frame.
Sight, 11 1/2 by 8 3/4 inches
 Estimate: $10,000 - $15,000
245960_0  


Lot 528: MARILYN MONROE WATERCOLOR SKETCHES
 Untitled, the watercolor on paper is a monochromatic sketch of a reclining female nude on one side of the paper and an abstract animal figure on the other. The painting is unsigned and unframed with rough spiral tab, side edge.
13 3/4 by 10 inches
 Estimate: $3,000 - $5,000
245961_0 245962_0  


Lot 529: MARILYN MONROE WATERCOLOR SKETCH
 A single sheet of paper from a spiral-bound pad of watercolor paper with a loosely done sketch of a woman's head resting on her hand in monochromatic tones. A horizontal line has been drawn through the eyes. The reverse side of the paper has a loose sketch of a bull in black charcoal and another faint sketch in Conté crayon.
12 1/4 by 9 inches
 Estimate: $1,500 - $2,500
245963_0  245964_0 


Lot 530: MARILYN MONROE WATERCOLOR PORTRAIT
 Titled “Girl Writing,” the watercolor on paper is a monochromatic sketch of a seated woman in a dress with intricate shoe strap against a minimal background suggesting a bench. The painting is unsigned and unframed with rough spiral tab, top edge.
12 by 9 inches
 Estimate: $8,000 - $12,000
245965_0 


 Marilyn dans l'Art
Marilyn in Art


Lot 69: MARILYN MONROE ANDY WARHOL POSTER
 An original offset lithograph poster for the 1972 Tate Gallery exhibition of Andy Warhol, featuring Warhol’s iconic portrait of Marilyn Monroe.
Framed, 36½ by 26½ inches
PROVENANCE: Lot 101, "Interiors-20th Century Edition including Modern Design, Art, Fashion & Prints," Christie's, South Kensington, Sale number 5340, September 16, 2008
 Estimate: $200 - $400
245178_0 


Lot 80: BOB MACKIE MARILYN MONROE JFK GOWN SKETCH
 A Bob Mackie signed mixed media on paper contemporary sketch of Marilyn Monroe in her 1962 Jean Louis designed gown. Mackie has drawn Monroe in the nude illusion gown using his 1960s era style of rendering. Mackie’s first job in Hollywood was with Jean Louis. At the time he drew the original sketch, he did not know who it the gown was for. The 22 year-old Mackie, under Jean Louis’ direction, spent his days drawing sketches of Marilyn Monroe for her role as Ellen Arden in the unfinished film Something’s Got To Give (20th Century). Mackie recalled that Louis’ French accent was so thick it was difficult to understand his directions.
17 by 11 inches
 Estimate: $4,000 - $6,000
245231_0  


Lot 81: BOB MACKIE MARILYN MONROE JFK GOWN SKETCH
 A Bob Mackie signed mixed media on paper contemporary sketch of Marilyn Monroe in her 1962 Jean Louis designed gown. Mackie has drawn Monroe in the nude illusion gown using his current style of sketching. Mackie’s first job in Hollywood was with Jean Louis. At the time he drew the original sketch, he did not know who the gown was for. The 22 year-old Mackie, under Jean Louis’ direction, spent his days drawing sketches of Marilyn Monroe for her role as Ellen Arden in the unfinished film Something’s Got To Give (20th Century). Mackie recalled that Louis’ French accent was so thick it was difficult to understand his directions.
17 by 11 inches
Estimate: $4,000 - $6,000
245232_0 


Lot 82: MARILYN MONROE LEROY NEIMAN (AMERICAN, 1921-2012)
 "Happy Birthday Mr. President," serigraph on paper, signed in pencil lower right and numbered 500/600 lower left.
38 by 34 inches, sight; 56 by 52 inches, overall
 Estimate: $8,000 - $10,000
245233_0  


Lot 536: MARILYN MONROE FAN ITEMS
 A vintage pencil on paper fan portrait of Monroe signed and dated Myrna Phaire, 1954. Together with Volume one, Number one of the Marilyn Monroe Memorial Fan Club Yearbook Summer 1964 - Summer 1965 edited by James Spada.
8 1/2 by 11 inches
 Estimate: $300 - $500
245971_0 


Lot 613: MARILYN MONROE PORTRAITS
 A pair of chalk on paper portraits of Marilyn Monroe signed "Charles Presto," one dated 1958.
20 by 15 1/2 inches
PROVENANCE From the Estate of Frieda Hull
 Estimate: $400 - $600
246095_0  246096_0 


Lot 914: MARILYN MONROE THE PRINCE AND THE SHOWGIRL PAINTING BY FLINT
 A Francis Russell Flint (British, 1915-1977) painting of Marilyn Monroe and Laurence Olivier in their roles as The Regent and Elsie in The Prince and the Showgirl (Warner Bros., 1957). The painting, on canvas, is reported to have been made on set during the filming of what was then called "The Sleeping Prince." Signed by Flint at lower right. A wood stretcher on the back of the painting is marked “Marilyn Monroe and Laurence Olivier ‘The Sleeping Prince.’”
20 by 30 inches
 Estimate: $400 - $600
246541_0 246542_0 


Lot 978: MARILYN MONROE NUDE PORTRAIT BY JON HUL
 A graphite on paper study of Marilyn Monroe posing nude next to a swimming pool. Based on images taken during the making of Monroe's last film, Something's Got To Give (20th Century, 1962). Signed and dated to the center right by artist Jon Hul.
30 by 24 inches, framed
 Estimate: $800 - $1,200
246630_0  246631_0 


Lot 980: BOB MACKIE ORIGINAL MARILYN MONROE COSTUME SKETCH AND BOOK
An original Bob Mackie costume design sketch for Marilyn Monroe in her role as Ellen Arden in the unfinished film Something’s Got To Give. The mixed media on board sketch shows Monroe wearing the complete costume suit consisting of a fur-trimmed coat and shift dress. At right, a smaller sketch shows the costume without the jacket, and at left is a small sketch of the back neckline. A fabric swatch is affixed to the upper right corner. The sketch is initialed “T.S.M.” in the upper right corner and dated “5/14/62” on verso. Mackie created this sketch as a 22-year-old in his first Hollywood job working as a sketch artist for Jean Louis. Monroe liked the Jean Louis designed costume so much she wore the ensemble to her last public appearance, a charity event for muscular dystrophy held at Dodger Stadium on June 1, 1962. Accompanied by the book Marilyn in Fashion: The Enduring Influence of Marilyn Monroe by Christopher Nickens and George Zeno (Philadelphia: Running Press, 2012) featuring an image of Monroe on set wearing this costume.
20 by 15 inches
PROVENANCE From the Collection of Bob Mackie
 Estimate: $2,000 - $4,000

246633_0 246635_0 246634_0 


Lot 981: BOB MACKIE ORIGINAL MARILYN MONROE COSTUME SKETCH
 An original Bob Mackie costume design sketch for Marilyn Monroe in her role as Ellen Arden in the unfinished film Something’s Got To Give (20th Century, 1962). The mixed media on board sketch shows Monroe in a red skirt suit with a swing jacket trimmed in leopard print and a leopard hat. Two fabric swatches are affixed to the board at upper right corner. A small piece of paper is affixed to the upper left corner with typed information that reads “Outfit Worn On Day Off/ Also In Courtroom Sequence” with handwritten notations in an unknown hand. Additional sketches appear to the right of the primary image, and three sketches of different aspects of the costume are drawn on verso. Notations on verso in upper left corner and dated “2-23-62.” The sketch was created by Mackie as a 22-year-old in his first Hollywood position as a sketch artist for costume designer Jean Louis.
20 by 15 inches
PROVENANCE From the Collection of Bob Mackie
 Estimate: $2,000 - $4,000

246636_0  


Lot 1007: MARILYN MONROE BERT STERN AVANT GARDE IMAGE
 A silkscreen image of Marilyn Monroe created by Bert Stern from a photograph he took of Monroe during “The Last Sitting” in 1962. This image, and others, were published in a 1968 issue of Avant Garde magazine. The image, applied to canvas, is signed at lower right “Bert Stern/ 1962 Avant Garde/ Collector’s Proof.” The image was previously part of an Edward Weston Estate Auction held in 1997.
10 by 10 inches
Estimate: $2,000 - $3,000 
246672_0 


Lot 1008: MARILYN MONROE AFTER ANDY WARHOL SUNDAY B. MORNING "MARILYN" PORTFOLIO
 A portfolio of 10 Marilyn Monroe Sunday B. Morning silkscreen prints on museum board circa 2012, from an open edition. Stamped in blue on verso "published by Sunday B. Morning" and "fill in your own signature."
Each, 36 by 36 inches
Estimate: $2,000 - $4,000
246673_0 246674_0 
246675_0 246676_0  


Lot 1013: MARILYN MONROE PORTRAIT BY GENNADIY KOUFAY
 An acrylic on canvas portrait of Marilyn Monroe created by Gennadiy Koufay, hand-embellished with simulated diamonds and rubies and signed to the lower right. Includes a certificate of authenticity from the artist.
31 3/4 by 25 1/2 inches, framed
Estimate: $2,000 - $4,000
246693_0 246694_0 


Lot 1014: MARILYN MONROE GICLÉE BY SIDNEY MAURER
 An enhanced giclée portrait of Marilyn Monroe by Sidney Maurer.
The giclée on canvas image is hand numbered “3” and signed by the artist on verso. Accompanied by a certificate of authenticity stating the artwork was made in an edition of 200.
20 by 30 inches, framed
Estimate: $1,000 - $2,000
246695_0  


Lot 1015: BOB MACKIE SERIGRAPH OF MARILYN MONROE
 A limited edition Bob Mackie serigraph of Marilyn Monroe circa 1977.
Titled simply “Marilyn,” numbered 65/275, and signed by Mackie in the lower right corner.
43 1/2 by 30 inches
PROVENANCE From the Collection of Bob Mackie
Estimate: $1,000 - $2,000
246696_0  246697_0 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

03 septembre 2012

Mars 1956 Chez William Goetz

Photographies prises par le réalisateur Joshua Logan à la fin du tournage de Bus Stop, soit fin mars 1956. Invités à dîner chez William Goetz (l’un des fondateurs de la 20th Century Fox), le réalisateur et les acteurs du film se retrouvent dans la superbe demeure hollywoodienne -à Beverly Hills- de cet homme richissime qui possédait de nombreuses et prestigieuses œuvres d’art. Logan décida de photographier Marilyn Monroe aux côtés de certaines de ces œuvres.


  1956_03_by_logan_010_1 
1956_03_by_logan_010_2 


1956_03_by_logan_020_1 1956_03_by_logan_030_1 1956_03_by_logan_040_1
1956_03_by_logan_050_1 1956_03_by_logan_060_1
1956_03_by_logan_070_1

> Marilyn Monroe et une « Petite Danseuse de quatorze ans » en cire d'Edgar Degas.
1956_03_by_logan_080_1 1956_03_by_logan_080_1a 

Posté par ginieland à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 juillet 2012

Le Nouvel Observateur 26/07/2012

lenouvelobs_26juilletLe magazine français Le Nouvel Observateur n°2490, paru le 26 juillet 2012 consacre un article à Marilyn Monroe (chapitre 3, par François Forestier).
 prix: 3,50 


 Chapitre 3: Et Marilyn créa l'émeute
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com  

lenouvelobs_27juillet  

Avec « Sept Ans de réflexion » (1955), de Billy Wilder, Marilyn Monroe, dont on célèbre le 50e anniversaire de la mort, devient un mythe universel.

C'est un chaos indescriptible. Les voitures sont pare-chocs contre pare-chocs, la foule est compacte, les policiers à cheval tentent de se faufiler, des photographes se bousculent et des projecteurs sont installés sur les toits, comme pour un bombardement. Un petit homme, le chapeau noir de travers, court : il vérifie que tout est bien en place, que la vitrine du Trans-Lux Theatre, cinéma coincé entre une boutique de fleuriste et un coiffeur, est nettoyée et que la caméra est bien située. Billy Wilder est un perfectionniste qui travaille avec un chronomètre en main. Les gags et les répliques de son film, « Sept Ans de réflexion », vont être millimétrés, alésés. Survolté, il finit par s'asseoir, le coeur au bord des lèvres. L'acteur principal, Tom Ewell, est là, les mains dans les poches. La foule grossit.

Marilyn, elle, se prépare dans la chambre de son hôtel. Elle a mis une robe blanche, s'est fait coiffer méticuleusement et, l'angoisse vissée à l'estomac, attend en buvant du champagne et en gobant des calmants. Son mariage avec Joe DiMaggio, surnommé le Yankee Slugger (le « frappeur yankee »), est une déception : le joueur de base-ball est de plus en plus renfrogné, de plus en plus jaloux, de plus en plus terne. Le soir où Marilyn est arrivée au restaurant de Toots Shor en robe moulante, tous les copains ont immédiatement remarqué qu'elle ne portait pas de culotte. DiMaggio, rageur, a envoyé son épouse s'acheter un slip, manu militari. Toots Shor, le pote de toujours de Joe, a secrètement ouvert une petite caisse pour faire des paris : combien de temps le mariage va-t-il durer ? Moins d'un an, dit-il. Marilyn est une allumeuse.
La planète entière la désire. C'est l'idéal féminin, le top de l'érotisme, le rêve américain par excellence. Partout où Marilyn passe, c'est l'émeute. Quand elle a été au Japon pour son voyage de noces, en janvier, elle a été accueillie comme une vamp. Avec un peu d'étonnement, elle a constaté que son mari était une sorte de divinité, là-bas. Quand elle a chanté en Corée pour les soldats, elle a failli déclencher une autre guerre. Il n'y a pas, il n'y aura jamais, de star comme Marilyn Monroe. Elle adore ces milliers de regards qui la désirent, elle n'est heureuse qu'à ces moments-là. Puis elle éteint sa lampe intérieure et sort dans la rue, méconnaissable, les cheveux gras, le visage démaquillé, et personne ne la remarque. Elle s'est inventé un nom : Zelda Zonk. Et cette Zelda, personne n'en veut. Seule à la maison, elle ne se lave même pas. Sa femme de ménage ramasse les crottes du chien, le linge sale, les draps bouchonnés.

Billy Wilder attend. Marilyn a l'habitude d'arriver en retard, un peu par caprice, un peu pour se faire désirer, un peu par trac. Même à son mariage, en janvier dernier, elle était en retard. Wilder lui suggère d'aller prendre des cours « chez Patek Philippe, en Suisse, pour arriver à l'heure ». Son peu d'assiduité a valu à Marilyn d'être mise à pied sans solde par le studio. Elle s'est consolée en rendant visite à Joe Mankiewicz, le réalisateur d'« Eve », qui prépare « Blanches Colombes et vilains messieurs » avec Marlon Brando et Frank Sinatra. Pour le rendez-vous, elle s'est vêtue comme une showgirl, décolleté plongeant, robe moulante, rouge à lèvres flashy et moue de petite fille. Mankiewicz, qui n'a que mépris pour cette gisquette manipulatrice, la regarde et dit : « Allez vous rhabiller, Marilyn. » Elle est congédiée comme une soubrette.

« Sept Ans de réflexion » est une pièce de théâtre de George Axelrod, un scénariste de radio qui a travaillé avec Jerry Lewis et Dean Martin. Montée en 1952 au Fulton Theatre, la pièce a été un triomphe : elle raconte l'aventure estivale d'un type marié, dont l'épouse et les enfants sont en vacances, avec sa délicieuse voisine. Titre original : « The Seven Year Itch », traduisez : « la Démangeaison de sept ans ». Dès qu'elle a été montée, Charlie Feldman, l'imprésario de Marilyn, en a acheté les droits. Mais, immédiatement, la censure est intervenue. Il a fallu couper des répliques, changer la fin : pas question que le quidam couche avec la créature. Tout se passera dans sa tête et restera un rêve masturbatoire. Marilyn en rajoute. Quand un reporter lui a demandé si, pour ses photos déshabillées, en 1949, elle n'avait rien mis, elle a répondu : « Si. La radio. »

Il est 1 heure du matin. La foule s'est épaissie. Une voiture arrive. Marilyn en sort. C'est comme un ouragan. Elle porte une robe plissée qui frétille au moindre coup de hanche, le dos est nu, et le décolleté est maintenu par deux bretelles fragiles, qui peuvent glisser à tout moment. Pas de soutien-gorge. En 1954, c'est une incitation à l'émeute des frustrés, à la jacquerie des voyeurs. Les projecteurs s'allument, les flashs crépitent, les cordons de police menacent de se rompre. Billy Wilder, qui a été gigolo à Vienne et qui connaît la valeur d'une mise en jambes érotique, demande à Marilyn de prendre quelques poses sur une grille de métro. Elle s'échauffe. Wilder se réfugie derrière la caméra et donne le top moteur. Un grondement se fait entendre, un puissant souffle d'air surgit du sol, et les trois ventilateurs - ce sont en fait des pales d'avion - se mettent en route. La robe de Marilyn se gonfle, ondule, retombe. Les spectateurs en redemandent. Les flics aussi. Chacun envie les trois machinos qui actionnent les ventilos, ils ont le meilleur job du monde. Marilyn est belle à mourir.

Joe DiMaggio est cocu, et comment ! Il est jaloux, mais, malgré sa surveillance, Marilyn s'échappe. Elle passe ses journées avec Hal Schaefer, un petit musicien sympathique, elle a eu une aventure avec Frank Sinatra, elle n'hésite pas à faire entrer le livreur du pressing ou le visiteur de passage. A chaque fois, elle constate la même réaction incrédule : « Je vais coucher avec… Marilyn ? » Du coup, deux fois sur trois, les élus ont une réaction molle et sont privés de leurs moyens. Marilyn Monroe intimide, Zelda Zonk pas du tout. Elle vient de tourner « La Rivière sans retour », et Robert Mitchum l'a prise en affection tout en se moquant gentiment d'elle, après avoir passé quelques nuits avec elle. En revanche, le metteur en scène, Otto Preminger, a piqué des colères phénoménales à cause des retards de l'actrice et de la présence envahissante de la coach autoritaire, Natasha Lytess. Puis Marilyn a incarné une chanteuse de cabaret dans « La Joyeuse Parade ». Elle est fatiguée de ces rôles de bimbo. Elle veut devenir tragédienne, comme Duse ou Sarah. Déclamer du Shakespeare, scander du Yeats, la main vers le ciel. Faire des rôles « sérieux », bon sang de bonsoir.

Walter Winchell, le journaliste vedette de la radio, cherche Joe DiMaggio. Il le trouve au bar du Saint Regis, en train de siroter une bière. Il l'invite à venir sur le plateau. Le Yankee Slugger fait des ronds avec son verre. Il se fait tirer l'oreille. Il n'a pas envie. Winchell insiste. Finalement, DiMaggio le suit. Quand les deux hommes parviennent sur Lexington Avenue, c'est le souk. Il y a même des types suspendus aux toits. Les projecteurs balaient la foule. Impossible de s'approcher. DiMaggio veut s'en aller, quand un flic le repère. Il lui fraie un chemin. Miraculeusement, les gens s'écartent devant le seigneur des stades. DiMaggio entend des cris : « Plus haut ! Plus haut ! Encore ! » Et il voit une scène de rêve et de cauchemar. Le désir et la rage se télescopent en une déflagration atomique. Marilyn, la robe levée, montre ses cuisses. Ses jambes. Ses fesses. Elle a beau avoir mis deux culottes superposées, on voit bien qu'elle n'est pas une blonde naturelle. Les épaules nues, le visage levé vers le ciel obscur, elle danse, elle bouge, elle glisse, elle rabat cette satanée robe qui s'envole à nouveau, elle est offerte aux hommes, à tous les hommes. Elle fait un strip pour la planète entière. Joe DiMaggio s'étouffe de rage. Il est le cornard magnifique.

Il regarde les hommes, autour de lui, qui gueulent « Encore ! Encore ! », les yeux fixés sur l'entrejambe de sa femme. Il a envie de cogner. Il s'en va. Marilyn, inquiète, demande à Billy Wilder s'il pense que ça va durer, cette soirée. Non, répond Wilder, on a presque fini. Menteur, va ! Ils ne lèveront le camp qu'à 5 heures du matin, avec le petit jour. DiMaggio, effondré, s'est réfugié chez Toots Shor. Celui-ci regarde son copain de toujours et lui dit  : « Tu croyais quoi ? C'est une pute ! Une pute ! » Joe s'en va. Il ne reverra plus jamais le malappris. La procédure de divorce est engagée quelques jours plus tard.

A Los Angeles, DiMaggio, désespéré, demande au journaliste Sidney Skolsky  : « Toi qui sais tout, dis-moi, Il y a un autre homme ? » Il y en a dix, vingt, mais Skolsky ne dit rien. Une semaine plus tard, il revoit Marilyn lors d'une fête donnée en l'honneur de « Sept Ans de réflexion » : il y a là Claudette Colbert, Humphrey Bogart, Gary Cooper, James Stewart, Loretta Young et Clark Gable, cet homme que Marilyn a tant admiré dans son enfance. L'hôte, Charlie Feldman, est accoudé à la silhouette de Marilyn, robe soulevée, découpée dans du carton. « J'ai l'impression d'être Cendrillon », dit-elle. Dehors, un détective privé surveille la nouba. Il a été engagé par Joe DiMaggio pour espionner la belle infidèle.
Puis elle s'envole pour New York, où elle rejoint son nouvel amant, le photographe Milton Greene, avec qui elle va créer une société de production. Elle disparaît du radar de Hollywood. Zanuck, enragé, essaie de la retrouver, la convoque, lui envoie du papier bleu, la traque. Rien à faire. Zelda Zonk, anonyme, s'est fondue dans la foule. « Sept Ans de réflexion » est un triomphe, certes, mais Marilyn a trouvé une famille d'adoption : celle de Greene. Comme un coucou, elle niche dans le refuge d'autrui. Elle devient amie avec l'épouse de Greene. Elle lit des livres, écrit des bouts-rimés, patauge dans la piscine, rêve de jouer Grouchenka dans « Les Frères Karamazov ». Elle ne veut plus de « sex rôles ». Elle rompt avec la 20th Century Fox, malgré son contrat. C'est une décision maladroite, qui va lui coûter sa carrière, et, probablement, sa vie.

Les avocats entrent dans la danse. Zanuck est impitoyable. L'un de ses affidés déclare : « Marilyn est stupide. Elle est mal conseillée. » Convoquée par le studio pour faire des tests pour son nouveau film, curieusement intitulé « Comment devenir très, très populaire », elle ne daigne même pas se présenter. Elle préfère s'inscrire à l'Actor's Studio, et prendre des cours avec Lee Strasberg à New York. Celui-ci, soutenu par sa femme, Paula, va devenir le confident, le gourou, l'analyste, le professeur et, finalement, l'héritier de la Monroe. Avec lui, elle va se réinventer. Assise dans la salle du Studio, intimidée, les ongles sales, le regard perdu, elle passera des heures à absorber les théories philosophiques, les considérations sur le métier d'acteur, les conseils psychanalytiques. A l'autre bout de la ville, un homme se rend au théâtre pour les répétitions de sa pièce, « Vu du pont ». Arthur Miller passe tous les jours devant la silhouette en carton de Marilyn, robe envolée.

Les plans tournés à New York, la nuit du 15 septembre 1954, ne seront jamais utilisés. Ils seront refaits en studio. En fait, il ne s'agissait que d'un coup de publicité.


Marilyn dessine
le 28/07/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

lenouvelobsdessin 

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star - mandaté par la famille Strasberg - nous ofre un document rare. Aujourd'hui, le dessin d'une femme allongée après l'amour.

Lors de mes premières visites à Anna Strasberg, j'avais remarqué, suspendu au mur, un dessin à la sanguine et un jour mon hôte me révéla qu'il y en avait plusieurs autres. C'était à la fin de la conception du livre « Fragments », on aurait pu les ajouter à l'ensemble, mais j'eus tout de suite l'idée qu'il fallait faire un livre à part, et ne pas mélanger ce petit trésor plein de fraîcheur avec des textes qui relevaient d'une autre intention, d'un autre besoin. On peut écrire dans l'urgence, pour retrouver un semblant d'équilibre dans les « sables mouvants » de la vie. Pour le dessin, même quand il s'agit d'une esquisse, on a plus de distance, on regarde, on observe, on se souvient, et on dépose cela sur la feuille, en quelques traits plus ou moins appuyés.

Tout comme elle n'était pas poète, Marilyn n'était pas dessinatrice ni artiste. Mais elle avait, à l'évidence, un regard et un coup de crayon. Une sorte de grâce. Et des images de référence dans la tête. En voyant ce dessin, on pense à des poses classiques, comme autant de Vénus dans les tableaux de la Renaissance, ou encore à la très érotique série du « Peintre et son modèle » de Pablo Picasso. L'amante dort allongée sur le dos, les seins fermes et pointés en l'air, sans doute repus de l'amour à peine consommé (ou, variante possible : en attente de l'étreinte à venir). C'est un corps offert, littéralement ouvert, aux alléchantes courbes qui inspirent la vigueur de l'homme au premier plan, qu'un élan semble pousser vers l'avant. On ne sait pas très bien comment interpréter la position du bras gauche : en appui sur le bord du lit, ou amorçant une caresse ? Ce qui est très beau, c'est l'énergie qu'on sent sur le visage de ce personnage sans même le voir, une tension portée vers l'objet de son désir - assouvi ou non.

La plupart des dessins de Marilyn sont titrés par elle-même, et la légende apporte son poids d'informations, d'ironie décalée ou de contre pied - comme dans le verre de champagne qu'elle esquisse (« A Glass of Champagn the Morning After ») pour le reverser aussitôt dans le désenchantement du lendemain.

Pour compléter ces dessins inédits et souvent touchants et en faire un livre, il m'a semblé évident de faire apparaître une très belle série totalement inconnue de photos faites par le réalisateur Joshua Logan au soir du dernier jour de tournage de « Bus Stop », en marge d'un dîner donné dans sa propriété de Hollywood par un des fondateurs de la Fox, William Goetz, par ailleurs grand collectionneur d'art. L'actrice, mi-enjouée, mi-lunaire, y prend la pose devant des tableaux de Manet, Cézanne, Van Gogh, Bonnard, Picasso, et face à une sculpture de Degas.

Encore fallait-il une couverture. Pour « Fragments », j'avais opté pour un cliché sombre, nocturne, d'une Marilyn entre peur, stupeur et tristesse, qui correspondait à la tonalité du livre. Pour ce petit volume intitulé « Girl Waiting » (c'est la légende d'un des dessins), je voulais quelque chose de plus joyeux et lumineux, et j'ai enfin pu exploiter une photo que j'avais depuis longtemps en tête, découverte sur le site cursumperfcio.net (une mine de renseignements et de découvertes), qui montre une Marilyn rieuse, solaire, irradiante sous son chapeau de paille. Par recoupements successifs, j'ai acquis la certitude que la photo a été prise par Arthur Miller avec un Leica, en amateur, dans la torpeur légèrement venteuse de l'été à Amagansett au bout de Long Island. La femme de tous les rêves est saisie dans sa simple vérité, sans apprêt aucun, la bouche ouverte par le rire, les yeux mi-clos, plus belle que jamais, comme un pied de nez naturel, vibrant, vivant, à l'icône figée dans laquelle Hollywood avait cru pouvoir l'enfermer. On a l'impression de l'entendre rire dans la lumière du soleil.

Né en Suisse en 1960, Bernard Comment est écrivain, scénariste (pour Alain Tanner) et traducteur d'Antonio Tabucchi. Directeur de la collection « Fiction & Cie » au Seuil, il est l'éditeur de « Fragments », qui regroupe les écrits intimes, poèmes et lettres de Marilyn Monroe. Il est l'auteur, entre autres, de « l'Ombre de mémoire » (1990), « Roland Barthes, vers le Neutre » (1991), « Même les oiseaux » (1998) et « Tout passe », Bourse Goncourt de la nouvelle 2011.

22 juillet 2012

Septembre 1954 Art Gallery

En septembre 1954, Marilyn Monroe visite une gallerie d'art à New York; ici avec Gladys Lloyd. Gladys et son mari Edward G. Robinson étaient de grands collectionneurs d'art.

1954_09_exposition_peinture_avec_gladys_lloyd_femme_de_edward_g_robinson


On September, 1954, Marilyn Monroe visit an Art Gallery in New York; here with Gladys Lloyd, wife of Edward G. Robinson. Gladys and husband Edward G. Robinson collected together the most extensive art collections in the world. 

Posté par ginieland à 19:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2012

Le Nouvel Observateur 19/07/2012

lenouvelobs_19juillet_num2489Le magazine français Le Nouvel Observateur n°2489, paru le 19 juillet 2012 consacre un article à Marilyn Monroe (chapitre 2, par François Forestier).
 prix: 3,50  


 Chapitre 2: Si sexy, si drôle
Par François Forestier
en ligne
sur nouvelobs.com 

lenouvelobs_19juillet_pic 

Avec « Les hommes préfèrent les blondes » de Howard Hawks (1953), Marilyn Monroe fixe à jamais son image de blonde évaporée et craquante.

Marilyn est en retard. Maquillée, vêtue d'une robe fuchsia, gantée de magenta, décorée de bracelets en diamants et d'un impressionnant collier truffé de pierres précieuses, elle reste dans sa loge, le souffle court. Le metteur en scène, Howard Hawks, l'attend. La co-vedette, Jane Russell, l'attend. Le chorégraphe, Jack Cole, l'attend. L'équipe entière attend, dans un décor de bonbonnière géante. Tout est rose, même les joues des boys en jaquette. La production est paralysée. Marilyn aussi. La vérité est simple : toutes les nuits, elle répète les répliques avec son coach, l'omniprésente Natasha Lytess, puis prend des pilules pour dormir. Le matin, elle avale des cachets pour se réveiller puis elle répète les chorégraphies minimales qu'elle doit exécuter plus tard.

Marilyn est fatiguée, et terrifiée par la caméra. Dans « Les hommes préfèrent les blondes », elle sait qu'elle n'a pas droit à un seul faux pas, à une seule note tremblée. C'est le film qui fixera à jamais son image, celle de la blonde évaporée, naïve et roublarde, chasseuse de diamants, spirituelle et vive. Une version live de Betty Boop, donc. Finalement, elle prend une gélule jaune, sort de sa loge, évite de trébucher sur les câbles qui jonchent le studio, et arrive sur le plateau, à peine une demi-heure après l'heure requise. Agacé, mais retenu, Hawks crie : « En place ! » Dix minutes passent. On tourne.

C'est un livre drôle et nerveux. « Les hommes préfèrent les blondes » est né dans les années 1920 dans le Santa Fe Chief, le train qui mène les stars de Hollywood à New York. Anita Loos, scénariste en vogue et personnalité spirituelle, remarque que Douglas Fairbanks, son valet, son secrétaire et leurs amis se précipitent pour descendre la valise d'une bimbo qui n'a rien demandé. Or Anita Loos est petite, et personne ne lui donne un coup de main. « De toute évidence, il y avait une différence entre elle et moi. Mais qu'était-elle, cette différence ? Elle était blonde platinée et moi, j'étais une brunette. » Le roman, savoureux, sera adapté au théâtre en 1926, au cinéma en 1928 (ce film est perdu aujourd'hui), et exhumé un quart de siècle plus tard par Hawks, le réalisateur aristocratique de « Scarface ».

Alors que Darryl Zanuck, le patron électrique de la 20th Century Fox, s'interroge sur la popularité de Marilyn - qui est adorée du public, mais peu rentable au cinéma - et note que ses films n'attirent pas les foules, Hawks lui dit : « Darryl, tu te trompes. Tu essaies de lui faire jouer des rôles réalistes. Or elle n'est pas réaliste. C'est un personnage de dessin animé. » La suite est simple : « Faisons une nouvelle version des « Hommes préfèrent les blondes » ! » Marilyn accepte. Le titre lui plaît. Elle ne sait pas qu'Anita Loos a écrit une suite, intitulée « … Mais ils épousent les brunettes ».

Justement, il est question de mariage. Depuis quelques mois, Marilyn sort avec une mégastar, le plus grand joueur de base-ball des Etats-Unis, Joe DiMaggio. Grand, gracieux, divin sur un stade, DiMaggio est un homme silencieux, bougon, avec de grandes dents de lapin, peu amène dans le civil. Sa carrière est terminée, mais son aura persiste. Partout, il est reçu comme un empereur. Même Kopa ou Zidane ne connaîtront jamais pareille adulation. Au Japon, il est révéré. A New York, personne n'a le droit de s'approcher de sa table quand il est au restaurant. Il ne paie rien - il est avare - et traîne une sorte de mélancolie distante avec ses potes, avec lesquels il ne parle que de sport.

Marilyn et DiMaggio ? Un couple détonant. Partout où ils passent, les foules s'amassent. La célébrité de l'un démultiplie la notoriété de l'autre. Ils sont stars au carré. L'ennui, c'est que DiMaggio est jaloux comme un tigre. Il sait que Marilyn a eu des amants à la pelle, qu'elle est capable de faire une faveur au livreur de pizza, de coucher avec le plombier, de visiter Zanuck dans son bureau ou, simplement, de faire plaisir au premier venu, par gentillesse. Ce mélange de naïveté et de sensualité l'agace : il décèle chez cette fille une forme de manipulation, ce que Mankiewicz a nommé « un masque d'innocence », mais il est décidé. Ils vont se marier, elle fera la cuisine, ils auront des petits DiMaggio, elle abandonnera le cinéma et toute cette pourriture, et ils vivront heureux en regardant les matchs à la télé. « Le show-biz, c'est pas fait pour une fille comme toi », répète-t-il à sa fiancée. Il se trompe lourdement, le niais. Elle n'est pas faite pour lui, voilà tout.

Le tournage a lieu fin 1952. Ni Marilyn ni Jane Russell ne savent chanter ni danser. De mai à novembre, elles ont travaillé dur, apprenant les pas, s'accordant au rythme, cherchant l'accord. La brune aux seins comme des obus a essayé de convertir sa nouvelle amie à la religion des Christian Scientists. La blonde atomique a répondu en donnant un ouvrage de Freud à Jane. Elles en sont restées là. La vraie différence est évidente sur le plateau : Jane Russell bouge comme un veau marin ; Marilyn possède la grâce. A peine a-t-elle commencé à jouer les premières scènes que l'évidence s'est imposée : autant Jane Russell est facile, autant Marilyn est pénible, car sa répétitrice, Natasha Lytess, surveille chaque seconde. Quand l'actrice entend : « Coupez ! », elle se tourne d'abord vers Natasha, pour voir si elle a son assentiment. L'autorité du metteur en scène est minée. Howard Hawks n'est pas homme à se laisser déposséder. Il vire la fâcheuse. Marilyn perd sa béquille, elle redouble d'anxiété. Joe DiMaggio vient rendre visite à sa fiancée sur le plateau, reste quelques minutes, observe les regards - libidineux, selon lui - des hommes présents, et s'en va, fâché.

Une semaine plus tard, Marilyn reçoit une très mauvaise nouvelle : Gladys, sa mère, qui habite en Floride, a disparu. Puis elle réapparaît à Los Angeles, folle à lier. Le pire cauchemar de Marilyn revient à la surface. Elle a peur de finir dingue. Après tout, son arrière-grand-mère s'est pendue, sa grand-mère est morte dans une camisole de force, son grand-père a été rongé par une syphilis stade tertiaire, sa mère a essayé de tuer Marilyn bébé plusieurs fois. Et Gladys a tenté de se suicider en avalant ses draps. Marilyn se souvient d'une femme qu'elle n'a jamais vu sourire, qui n'a pas eu un geste de tendresse, et qui l'a abandonnée chez des inconnus. Pendant le tournage des « Hommes préfèrent les blondes », Marilyn cherche de l'argent pour faire interner sa mère. Howard Hawks lui en prête. Mais la folie rôde. Les pilules, voilà la solution.

Un nouvel imprésario vient visiter Marilyn : Charlie Feldman. Il ressemble au loup de Tex Avery Suave, petite moustache, sympathique, bronzé, il aime les filles, les invite dans sa maison transformée en musée (il a des Manet, des Renoir, des Picasso, même deux Van Gogh), et préfère les beautés un peu cassées. Sa dernière fiancée, Capucine, se jettera par la fenêtre, persuadée d'être la réincarnation d'un chevalier des croisades. Marilyn est faite pour lui. D'ailleurs, elle fréquente beaucoup les fêtes, chez Feldman. C'est là qu'elle a couché avec Elia Kazan, dans l'une des chambres du fond, il y a quelques années. Feldman fait la cour à Marilyn, qui n'a signé avec lui aucun contrat. Elle promet, mais doit faire des essais pour une robe. Feldman s'en va. Marilyn n'honorera jamais sa promesse, c'est dans sa nature, cette esquive perpétuelle. La robe est en lamé or fin, très fin. C'est comme si on avait coulé de la peinture sur le corps.

D'ailleurs, Marilyn précise aux journalistes présents qu'elle ne porte pas de dessous, ni soutien-gorge ni culotte. Simplement pour cette robe ? « Non. Je n'en porte jamais. » La température monte d'un cran. Puis, la journée de travail terminée, Marilyn se rend à un cocktail organisé par le magazine « Photo-play ». Les invités (hommes) ont les yeux comme des projecteurs de défense antiaérienne. Les femmes ont la haine. Joan Crawford, 48 ans, regarde cette rivale de 24 ans, et déclare : « Les actrices, en général, sont des ladies. Celle-ci ne mérite qu'un haussement d'épaules. » Crawford appelle à un boycott des femmes dans tout le pays. Elle a simplement oublié : vingt ans plus tôt, elle a joué dans des films pornos. Maintenant, elle est devenue bégueule ? Un journaliste, ravi, note que l'arrière-train de Marilyn fait penser à « des chiots qui se battent sous un drap de soie ».

Le tournage s'achève. Le film précédent de Marilyn, « Niagara », est un succès. Mais, chacun le sent, « Les hommes préfèrent les blondes » va être un triomphe, et la chanson « Diamonds are a Girl's Best Friends » va casser la baraque. Charlie Feldman n'en croit pas ses yeux, Zanuck non plus. Sur l'écran, Marilyn est drôle, elle a un timing comique inné, elle est sexy, elle est vulnérable, elle est parfaite. Feldman téléphone à Marilyn, en pleine nuit. Celle-ci se réveille, titubante. Elle est sous barbituriques, épuisée. Feldman sait qu'elle vacille. Il s'inquiète. Une autre de ses clientes, Vivien Leigh, l'épouse sublime de Laurence Olivier, vient d'être internée après avoir arraché ses vêtements dans un avion, récité en boucle les répliques d'« Un tramway nommé désir », et tenté de se jeter dans le vide.

Feldman annonce qu'il va faire une grande fiesta pour la sortie du film, qui est une réussite totale, dit-il. Marilyn se recouche. Elle se prépare à tourner une nouvelle comédie, tirée d'un roman de Doris Lilly, une journaliste à la plume vive et drôle (injustement oubliée aujourd'hui) : « Comment épouser un millionnaire ». Elle y reprendra son rôle de blonde évaporée, de Betty Boop allumeuse mâtinée de Bécassine. Le personnage, désormais, est parfaitement au point. Mais Marilyn se sent prisonnière d'une image dégradante : elle voudrait jouer des rôles tragiques, la reine Christine ou Anna Karénine. Bref, être prise au sérieux. De plus, avec Joe DiMaggio, elle s'ennuie. Il a beau avoir la réputation d'avoir un outil de la taille de sa batte de base-ball, il est aussi gai qu'un bras de fauteuil sous la pluie. Il se lève de son lit, puis parcourt les bandes dessinées du journal, boit une bière, et reste silencieux pendant des heures en mangeant des cacahuètes.

Quand sort le film, c'est immédiatement un triomphe. La critique adore. Le public aussi. Marilyn, en quelques jours, devient une superstar. Zanuck est ravi. Il aligne immédiatement deux nouveaux scénarios pour sa vedette : « Rivière sans retour », « La Diablesse en collant rose ». Mais Marilyn veut qu'on augmente ses cachets. Elle exige un droit de regard sur ses scénarios. Et sur le choix des metteurs en scène. Notamment, elle aimerait tourner avec George Cukor, homosexuel raffiné et réalisateur stylé. Pas question, répond Zanuck, qui envoie un homme de main discuter. Celui-ci est reçu par Joe DiMaggio, qui fronce les sourcils et évoque la possibilité d'un sérieux coup de pied au cul. L'envoyé de Zanuck revient, penaud. Les ennuis commencent. On ne défie pas impunément le plus grand studio de Hollywood.

Marilyn va bientôt imprimer ses mains dans le ciment devant le Chinese Theatre, et épouser son joueur de base-ball. Jane Russell se souviendra de leur collaboration avec un peu d'étonnement : « Marilyn avait tellement, tellement envie de devenir une star que c'en était douloureux. » Dévorée par l'ambition, l'esprit mangé par la folie, l'âme corrodée par la peur, Marilyn va se rendre à la party de Charlie Feldman, où elle arrivera très, très en retard. Là, un homme bronzé va lui glisser son numéro de téléphone. Il est marié, mais peu importe : sa femme est l'épouse la plus trompée des Etats-Unis. Il est beau, il est sénateur, il est riche. Il se nomme John Fitzgerald Kennedy. L'orchestre joue une chanson de Sinatra, « I Only Have Eyes for You ».


Les sanglots de Marilyn
le 22/07/2012
Par Bernard Comment
en ligne
sur cinema.nouvelobs.com

lenouvelobscomment 

Chaque semaine, l'éditeur des écrits et dessins de la star mandaté par la famille Strasberg - nous ofre un document rare. Aujourd'hui, un long texte-poème rimbaldien…

Les textes écrits par Marilyn Monroe sur des rectos et des versos de feuilles de papier (ici le papier à en-tête d'un palace new-yorkais) posent la question de l'enchaînement des fragments qui les composent, et du sens qu'il faut attribuer aux fèches qui les jalonnent. Le travail de transcription et d'agencement des documents qui forment le livre « Fragments » (Seuil, 2010) a souvent été ardu, il supposait beaucoup de patience, de longues recherches, un peu d'intuition, ou de la chance, et parfois une illumination (comme quand j'ai fnalement compris que ce que je lisais comme « stairs of stairs », littéralement « escaliers d'escaliers », était en fait une faute d'orthographe et signifiait « stares&stares », « regarde et regarde »).

Lorsque nous avons organisé une soirée de lecture par Anna Mouglalis pour le lancement du livre, au Théâtre de la Madeleine, à Paris, la comédienne m'a livré une interprétation différente de la consécution logique du présent texte, et après mûre réfexion, je lui donne tout à fait raison. Contrairement à ce qui est imprimé dans l'édition grand format, je pense en effet avec elle que les premières lignes en haut à gauche, « Sad sweet trees-/ Iwishforyou-rest /but you must be wakeful », suivent la direction de la flèche placée au-dessus, et se rattachent en fait au bas du verso, ce qui entraîne une modifcation de la traduction (la correction a été faite pour l'édition de poche, qui vient de paraître en Points).

C'est ainsi aux « arbres tristes et doux » que s'adressent les dernières lignes, pour évoquer leur soufrance et leur solitude quand ils ont perdu la couverture de leurs feuilles. Mais cette vision mélancolique des arbres nus est aussitôt contrebalancée par l'idée du nouveau qui s'agite déjà dans leurs membres, et qui s'épanouira au printemps. La mort, la vie. La déréliction, la joie. Les bruits et Klaxon de la ville, le feuve silencieux. Le calme revenu dans les rues, mais un grondement au loin, celui de choses inconnues qui inspirent la peur et pire, la terreur. Dans la plupart des textes de Marilyn, on retrouve ce mouvement de balancier. Il a souvent été dit d'elle qu'elle était bipolaire. Le rythme de son écriture procède de cette bipolarité, mais il serait hâtif et abusif d'y voir simplement un symptôme : c'est aussi et avant tout un des grands moteurs de la poésie.

Lorsqu'elle s'installe à New York, en 1955, la star loge d'abord au Gladstone Hotel (52e Rue et Lexington Avenue), de janvier à avril, puis au prestigieux Waldorf-Astoria jusqu'à la fin de la même année. Elle y occupait un appartement de trois pièces au 27e étage, du côté de Lexington Avenue, et y avait probablement une vue sur East River, pas très loin. Ensuite, elle se rapprochera sensiblement du fleuve en allant s'établir à Sutton Place, dans un appartement de son associé de l'époque, le photographe Milton Greene, avec qui elle avait fondé une société de production cinématographique et qu'elle congédiera deux ans plus tard, pour soupçons d'incorrections et sans doute sur la pression d'Arthur Miller, devenu son mari en juin 1956.

C'est sur le papier à en-tête du Waldorf-Astoria que Marilyn a écrit, et griffonné parfois, certains de ses plus beaux textes, comme celui-ci, qui saute du présent à un passé très récent (la veille), des rues au fleuve, du chaud au froid, et qui ressemble parfois à une « Illumination » de Rimbaud, dans ses effets de juxtaposition et de contraste. Marilyn Monroe n'a jamais prétendu être écrivain, ou poète, mais elle avait une intense relation au monde, au temps, qui l'ouvrait à la fulgurance poétique.

« C'était quoi maintenant »

[Hôtel Waldorf-Astoria, New York]

C'était quoi maintenant - il y a un instant - qui était important et maintenant a fui - comme le mouvement rapide d'un instant passé - peut-être que je m'en souviendrai parce que ça faisait comme si ça allait devenir mien. Tant et tant de lumières dans les ténèbres transformant les immeubles en squelettes et la vie dans les rues.

A quoi pensais-je hier dans les rues ? ça semble si loin, si ancien et la lune si pleine et sombre. C'est mieux qu'on m'ait dit quand j'étais enfant ce qu'elle était sinon je ne pourrais pas la comprendre maintenant.

Bruits d'impatience des chauffeurs de taxi toujours conduisant qui ils doivent conduire - rues chaudes, poussiéreuses, verglacées pour pouvoir manger et peut-être épargner pour les vacances, pendant lesquelles ils conduisent leurs femmes à travers tout le pays pour visiter leurs familles à elles. Ensuite le feuve - la partie faite de pepsi cola - le parc - dieu soit loué pour le parc. Mais je ne cherche pas à voir ces choses je cherche mon amant. C'est bien qu'on m'ait dit ce qu'était la lune quand j'étais enfant. Le feuve silencieux s'agite et remue dès que quelque chose passe dessus, le vent, la pluie, les gros bateaux. J'adore le feuve - jamais affecté par quoi que ce soit.

C'est calme maintenant et le silence est seul exceptés le grondement de tonnerre des choses inconnues et au loin des coups de tambour très présents, et sauf des cris perçants et le murmure des choses, et les bruits aigus et soudain étouffés en gémissements au-delà de la tristesse- terreur au-delà de la peur. Le cri des choses, vague et trop jeune pour être encore connu.

Les sanglots de la vie même. Arbres tristes et doux - je vous souhaite - le repos mais vous devez rester sur vos gardes.

Vous devez souffrir - de la perte de votre or sombre quand votre couverture de feuilles déjà mortes vous quitte Forts et nus vous devez être - vivants quand vous regardez la mort droit devant penchés sous le vent Et portez la souffrance et la joie du nouveau dans vos membres. Solitude - soyez calmes.

(Traduit par Tiphaine Samoyault)

04 septembre 2011

Julien's Auction 10/2011 - lots 188 à 191

lot n°188: MARILYN MONROE NECKLACE
A string of single-row faux pearls owned by Marilyn Monroe. PROVENANCE Partial Lot 252, "The Personal Property of Marilyn Monroe," Christie's, New York, Sale number 9216, October 27 & 28, 1999.
  Estimate: $4 000 - $6 000
lot55827 lot55828 


 lot n°188: MARILYN MONROE ROY SCHATT PHOTOGRAPH
A black and white photograph of Marilyn Monroe taken by photographer Roy Schatt. Photographers stamp on verso with "2000" handwritten in purple ink. The image was taken in the early 1960s at The Actors Studio. 14 by 11 inches.
  Estimate: $400 - $600
lot55829 


 lot n°190: MARILYN MONROE ORIGINAL SKETCH
A mixed media sketch created by Marilyn Monroe depicting a cat. Below the image are the handwritten words "a cat watching its own tail move." The image is from the personal files of Lotte Goslar, Monroe's friend and teacher, and is accompanied by a letter from the Goslar estate. Goslar was the director of the Pantomime Circus Dance Troupe and taught Monroe in the mid-1950s. They remained friends, and Goslar was one of the few people invited to Monroe's funeral. 9 by 11 1/2 inches.  
  Estimate: $5 000 - $10 000
lot55830 lot55831 lot55832  


lot n°191: MARILYN MONROE PHOTOGRAPH BY MILTON GREENE
A black and white portrait of Marilyn Monroe by Milton Greene. This sitting, which came to be known as "The Ballerina Sitting," was shot in Greene's New York studio. Signed by Greene in the lower right corner and numbered 4/40. 24 by 20 inches, framed.  
  Estimate: $1 000 - $2 000
lot55833

Posté par ginieland à 19:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 décembre 2010

Octobre 1953, Los Angeles - Schenck House par Milton Greene - serie 1

Séance "Chez Schenck"
Schenck House Sitting


A peine un mois après leur première séance photos pour le magazine Look, le photographe Milton Greene et Marilyn Monroe passent un week-end chez Joseph M Schenck, le producteur et co-patron de la Fox, en octobre 1953. Ils séjournent dans le pavillon des invités de sa propriété de Beverly Hills "Owlwood".


Barely one month after their first photo shoot for Look magazine, photographer Milton Greene and Marilyn Monroe spend a weekend at Joseph M Schenck's, Fox producer and co-owner of Fox studios, in October 1953. They stay at the guest villa on his Beverly Hills estate "Owlwood".


- "SH": "Schenck House" - Serie 1 -

1953-10-07-LA-Schenck_House-010-1  1953-10-07-LA-Schenck_House-010-2 
1953-10-07-LA-Schenck_House-010-3  1953-10-07-LA-Schenck_House-010-4a 
1953-10-07-LA-Schenck_House-012-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-012-20a 1953-10-07-LA-Schenck_House-012-20 
1953-10-07-LA-Schenck_House-012-30 1953-10-07-LA-Schenck_House-012-40 1953-10-07-LA-Schenck_House-012-50 
1953-10-07-LA-Schenck_House-013-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-013-20 1953-10-07-LA-Schenck_House-013-30 
1953-10-07-LA-Schenck_House-013-31 
 1953-10-07-LA-Schenck_House-011-1 1953-10-07-LA-Schenck_House-011-2 1953-10-07-LA-Schenck_House-014-1 
1953-10-07-LA-Schenck_House-014-2 1953-10-07-LA-Schenck_House-014-3 1953-10-07-LA-Schenck_House-014-4 
1953-10-07-LA-Schenck_House-014-5 
1953-10-07-LA-Schenck_House-015-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-015-30a 1953-10-07-LA-Schenck_House-015-20 
ph-gr-statue-1 
1953-10-07-LA-Schenck_House-015-40 1953-10-07-LA-Schenck_House-015-41 1953-10-07-LA-Schenck_House-015-50 
1953_10_SH_SchenckHouse_statue_03a 1953-10-07-LA-Schenck_House-015-60 

1953-10-07-LA-Schenck_House-020-1  1953-10-07-LA-Schenck_House-020-2 
1953-10-07-LA-Schenck_House-020-1b  1953-10-07-LA-Schenck_House-020-2a 

1953-10-07-LA-Schenck_House-030-1 1953-10-07-LA-Schenck_House-030-2 1953-10-07-LA-Schenck_House-030-3 
1953-10-07-LA-Schenck_House-031-1  1953-10-07-LA-Schenck_House-031-2 
1953-10-07-LA-Schenck_House-031-3  1953-10-07-LA-Schenck_House-031-4 
1953-10-07-LA-Schenck_House-032-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-034-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-034-20 
1953-10-07-LA-Schenck_House-033-10 1953-10-07-LA-Schenck_House-033-20 1953-10-07-LA-Schenck_House-033-30
1953-10-07-LA-Schenck_House-034-20a 
1953-10-07-LA-Schenck_House-035-10a 1953-10-07-LA-Schenck_House-035-20 1953-10-07-LA-Schenck_House-035-30b 


- couverture de magazine -
1953_10_SH_SchenckHouse_magazine_1 


All photos are copyright and protected by their respective owners. 
copyright text by GinieLand.

Posté par ginieland à 13:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 novembre 2010

Juin 1956 The Statue Sitting - Marilyn par Milton

Le prince et la danseuse


Tests Coiffures et Maquillag


Marilyn Monroe photographiée par Milton H Greene en juin 1956 - Los Angeles - chez le coiffeur Sydney Guilaroff  pour les essais coiffures du film "Le Prince et la danseuse".
Marilyn Monroe photographed by Milton H Greene in June 1956 - Los Angeles - at Sydney Guilaroff's home for test hairstyles of the movie "The Prince and the Showgirl".


Photos de la session "ST": "Statue" 
 
les images vignettes sur le site ArchivesMHG
 source photos restaurées sur Statue

1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_01 1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_02
1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_04 1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_05
1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_03 1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_07 1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_08 1956_06_26_LA_ST_sydney_guilaroff_marilyn_monroe_ST_09 


 Photos de la session "Statue"
1956_06_26_LA_ST_statue_04 ph_gr_13821182_1_x1956_06_26_LA_ST_stuatue_05a
1956_06_26_LA_ST_stuatue_05 
1956_06_26_LA_ST_statue_02 ph_gr_13821184_1_x 1956_06_26_LA_ST_statue_03


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.