Lettres à... Marilyn
Auteur: Jean-Marc Loubier
Préface de Brigitte Lahaie

book_loubierDate de sortie: octobre 2011
Broché 186 pages
Langue: français

Éditeur: Editions Autres Temps
ISBN-10: 2845214294
ISBN-13:
978-2845214293
Prix éditeur: 18 Euros
Ou le commander ? sur amazon.fr

Présentation de l'éditeur:  La nuit du 4 août 1962, seule dans sa chambre, Marilyn Monroe tirait sa révérence. Légende de son vivant, morte elle devenait un mythe. Marilyn avait 36 ans. Près d’un demi-siècle après cette nuit funeste, Marilyn n’en finit pas de fasciner et d’intriguer. Aurait-elle supporté que son image soit écornée à coup de rumeurs fantaisistes et de convoitises financières ? Aurait-elle imaginé qu’aujourd’hui, elle continue d’être l’objet de tous les fantasmes ? Sans vraiment le vouloir Marilyn devint un sex-symbol faisant oublier à beaucoup qu’elle était avant tout une femme. Et, c’est à cette femme que Jean-Marc Loubier écrit pendant trente six jours. Il lui parle d’elle, de ce qu’on pense d’elle, de ce que sont devenus ses amis, ses partenaires, ses amants, ses rivales… Il ne lui cache rien des turbulences du monde et tente aussi de l’amuser, de la distraire. Il lui parle comme à une grande soeur, comme à une amie qu’il n’a pas connue en lui rendant l’hommage qu’elle méritait. Ces Lettres à… Marilyn sont autant de cris du coeur que de coups de gueule. Brigitte Lahaie ne s’y est pas trompée dans sa préface en soulignant que « ces lettres ne ressemblent en rien à une biographie même si de temps en temps, Jean-Marc rétablit la vérité. Elles sont plutôt une satire de notre époque. Teintées de nostalgie mais aussi remplies de ce bon sens qui fait tant défaut à notre époque ».


* Mon Avis en Bref...  0/10
J'ai beaucoup hésité à évoquer ce livre sur le blog, mais j'ai décidé tout de même de le publier afin de vous mettre en garde: n'achetez surtout pas ce livre, rempli d'inepties, où l'auteur ne fait que des "blabla" inutiles -qui plus est, très mal écrit, sans aucune poésie ou un style littéraire plaisant- à travers une correspondance épistolaire avec Marilyn (par 36 lettres car Marilyn est morte à 36 ans). On n'apprend absolument rien du tout sur Marilyn, et quand elle est évoquée, ce sont des bêtises qui sont retranscrites. Bref, on se demande encore pourquoi les éditeurs français publient ce genre de choses alors que tant d'autres livres étrangers, comme de merveilleuses biographies exhaustives, ne sont pas édités en France. Encore du gâchis !!