Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Divine Marilyn Monroe
NAVIGUATION
DIVINE MARILYN

Marilyn Monroe
1926 - 1962

BLOG-GIF-MM-BS-1 

Identités

Norma Jeane Mortenson
Norma Jeane Baker
Norma Jeane Dougherty
Marilyn Monroe
Marilyn DiMaggio
Marilyn Miller
Jean Norman
Mona Monroe
Joan Newman

Zelda Zonk

Archives
natasha lytess
23 mai 2010

1951, Los Angeles - Marilyn en répétition avec Natasha Lytess

1951, Los Angeles chez Natasha Lytess - Marilyn Monroe et sa professeure d'art dramatique Natasha Lytess.
L'une des photographies est publiée dans le magazine Look du 23 octobre 1951, sous le crédit du photographe Earl Theisen.

1951, Los Angeles at Natasha Lytess home - Marilyn Monroe and her drama teacher Natasha Lytess.
One of the photographs is published in Look magazine of October 23, 1951, with the credit of photographer Earl Theisen.

1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-010-1 
1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-010-1a  1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-011-1 
1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-011-1a  1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-012-1 
1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-020-1 


- Dans la presse -

1- photographie de Look, 23/10/1951 - USA
magazine Look 23/10/1951  -
2- photographie de Tempo, 27/10/1951 - ITALIE
3- photographie de Filmland, 04/1952 - USA
- magazine Filmland 04/1952 -

1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-mag-1951-10-23-LOOK  1951-10-LOOK_sitting-LA-Natasha_Lytess-mag-1952-04-US_Filmland 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

23 juillet 2008

Autour de Don't Bother to Knock

* * * * * * TROUBLEZ-MOI CE SOIR * * * * *
~~~
A propos de Marilyn Monroe & du film ~~~

DontBotherToKnock_Scene_00200_Title

  • Son rôle
    Troublez-moi ce soir est le 16ème film de Marilyn Monroe, mais c'est surtout son premier vrai premier rôle puisqu'elle y occupe l'affiche, juste derrière Richard Widmark, ainsi que l'écran pendant une grande partie de l'intrigue, interprétant un personnage très dramatique et bouleversé.
    La bande-annonce clame d'ailleurs: "Join Richard Widmark - as he opens the door on - America's most exciting personality - Marilyn Monroe - every inch a woman - every inch an actress..." (= Joignez-vous à Richard Widmark - lorsqu'il ouvre la porte sur - la plus excitante personnalité d'Amérique - Marilyn Monroe - entièrement femme et entièrement actrice). E
    t "Suspense fires the screen... as the most talked about actress of 1952... rockets to stardom" (= Le suspense enflamme l'écran... alors que l'actrice dont on a le plus parlé en 1952... est en train de devenir une star).
    Quand à la campagne de presse qui vendait le film en juillet 1952, on pouvait lire: "Vous n'avez encore jamais rencontré ce genre de fille", en référence au personnage inquiétant tenu par Marilyn, Nell Forbes, une baby-sitter occasionnelle affligée de graves troubles mentaux, qui s'avère être aux antipodes du registre glamour qui sera par la suite celui de Marilyn.

  • Les scènes de Marilyn dans le film
    1-
    À la 4ème minute du film, Marilyn entre dans l'hôtel, habillée de manière très sage, et monte à l'étage pour aller se présenter aux parents de la fillette qu'elle doit garder.
    2- Elle fait la lecture à la petite fille avant que celle-ci aille dormir.
    3- Marilyn fouille dans les affaires de la maman absente.
    4- Observée par la fenêtre par Richard Widmark, Marilyn le toise. Puis, par un subtil jeu de store, elle l'invite à prendre contact.
    5- Elle est sermonnée par son oncle car elle a emprunté des habits et des bijoux qui ne sont pas à elle.
    6- La scène de la rencontre avec Widmark est l'une des plus longues: ils discutent, s'approchent, s'éloignent l'un de l'autre, s'embrassent même, s'occupent de la petite fille...
    7- À l'arrivée de son oncle dans la chambre, Marilyn devient de plus en plus troublée et dérangée. De même quand elle parlemente avec d'autres clients de l'hôtel.
    8- Elle se bat avec la maman.
    9- Elle quitte la chambre, l'esprit totalement ailleurs: elle divague. Elle descend dans le hall de l'immeuble et la police intervient.

  • Un rôle bien préparé
    1952_DontBotherToKnock_Publicity_031_040aDans l'industrie hollywoodienne des années 1950, il est courant qu'un studio prête à un concurrent l'un de ses acteurs. C'est ce qui se produisit avec Marilyn qui, sous contrat avec la 20th Century Fox, est autorisée à tourner en 1951 Clash By Night (Le Démon s'éveille la nuit) pour le compte de la Columbia. Au vu du succés et des critiques élogieuses envers la jeune actrice, que les journalistes avaient déjà appréciée et remarquée dans Asphalt Jungle (Quand la ville dort) et Eve, les dirigeants de la Fox prennent conscience du talent de leur recrue. C'est ainsi que Marilyn est pressentie pour le projet de Don't Bother to Knock mais Darryl Zanuck, le patron de la Fox, qui ne décèle aucun talent en Marilyn, hésite longuement et exige finalement des essais. Marilyn est alors dans tout ses états car il s'agit là d'une opportunité de prouver son talent. C'est donc une Marilyn "mort de peur" qui se rend chez sa répétitrice Natasha Lytess, pour se préparer au casting. Pendant plusieurs jours, les deux femmes vont travailler durement, Marilyn s'installant même pour l'occasion chez Natasha, qui déclara par la suite: "sincérement, je ne pensais pas que Marilyn était prête pour un rôle aussi exigeant, mais elle fit un bout d'essai si merveilleux, que même Zanuck rédigea une petite note élogieuse sur elle."

  • Entre film noir et thriller pour dames
    DontBotherToKnock_Scene_0032_040_aContrairement à son titre français (Troublez-moi ce soir), l'intrigue de Don't Bother to Knock n'est absolument pas une romance sirupeuse; et le double sens du titre original ("N'ayez pas peur de frapper" en français) évoque l'atmosphère trouble de ce film noir. Ecrit par Daniel Taradash, qui signera aussi le script de L'Ange des Maudits de Fritz Lang et de Tant qu'il y aura des hommes, le scénario de Don't Bother to Knock est en fait l'adaptation d'une nouvelle de Charlotte Armstrong, d'abord parue dans le magazine féminin "Good Housekeeping". Pour cette transposition à l'écran, l'accent est mis sur le côté inquiétant de l'histoire et le réalisateur Roy Baker, un londonien fraîchement débarqué à Hollywood, doit faire preuve d'ingéniosité pour compenser par sa mise en scène le budget modeste du film.

  • Une Marilyn angoissée
    DontBotherToKnock_Scene_0031_024_3Bien que Marilyn ne soit pas encore une star, elle s'est déjà attribuée le droit d'arriver en retard sur le tournage, comme ce sera le cas tout au long de sa carrière. Mais plus qu'un caprice, il s'agit de retarder et de fuir l'angoisse qui la submerge à l'idée de jouer. D'autant que, suite aux démêlées entre Fritz Lang et Natasha Lytess sur Clash By Night, Darryl Zanuck refuse que l'encombrante professeur dramatique mette un pied sur le plateau. Livrée à elle-même, les angoisses de Marilyn ne cessent de s'accentuer. Elle passera les premiers jours de tournage à s'absenter à la fin de chaque prise, pour téléphoner à Natasha, puis elle finit par obtenir de Zanuck que sa coach termine le tournage à ses côtés. Au grand désespoir du réalisateur Roy Baker qui entre en conflit avec son actrice principale; Marilyn n'écoutant que les indications de sa coach.
    Modeste, Natasha Lytess déclarera: "A vrai dire, je n'avais pas grand chose à faire. Le projet entier terrifiait Marilyn, mais elle savait exactement ce que le rôle nécessitait et comment l'interpréter. Je me suis simplement contentée de lui donner confiance en elle."
    DontBotherToKnock_Nuisette_Scene_00731_020a_GFQuand aux partenaires de Marilyn, ils oscillent entre l'agacement et l'admiration, comme le résumera  Richard Widmark: "J'aimais beaucoup Marilyn, même si c'était l'enfer de travailler avec elle. On avait un mal fou à la faire sortir de sa loge et quand elle finissait par arriver sur le plateau, c'était une vraie boule de nerfs! Au début, tout le monde pensait qu'elle n'y arriverait jamais, et on se disait tout bas: 'C'est impossible, on ne peut pas filmer ça.' Mais ensuite, il se passait quelquechose entre l'objectif et la bobine, et quand on allait voir les rushes, elle crevait tellement l'écran qu'on n'existait plus à côté d'elle."
    Marilyn déclarera bien des années plus tard, que le personnage de Nell Forbes fut l'une de ses meilleures prestations.

  • Retrouvailles passées
    - Avec les acteurs, Marilyn Monroe aura partagé l'affiche de Troublez-moi ce soir:
    Richard Widmark: O Henry's Full House (La Sarabande des pantins) en 1952, mais pas dans le même sketch.

6 juillet 2008

05/1951, Movieland

movieland_1951may_janetleighLe magazine américain Movieland de mai 1951 consacrait un long article de 4 pages et demie à Marilyn Monroe
Intitulé "Lessons i've learned in Hollywood" (en français: "Les leçons que j'ai tiré d'Hollywood"), l'article montre comment Marilyn réussit par elle-même à se faire une place dans le monde déjà impitoyable du cinéma hollywoodien, malgré sa timidité, ses peurs et doutes. Après l'évocation brève de son enfance "d'orpheline ballotée de familles d'acceuil", l'article décrit ses débuts de galères et de manque d'argent (l'empêchant même de s'habiller) en s'appuyant sur la persévérance de la jeune actrice.

The American magazine Movieland in May 1951 devoted a long article of 4 and a half pages to Marilyn Monroe.
Entitled "Lessons i've learned in Hollywood", the article shows how Marilyn managed to find a place for herself in the already ruthless world of Hollywood cinema, despite her shyness, her fears and doubts. After the brief mention of her childhood "as an orphan thrown around by foster families", the article describes her early struggles and lack of money (preventing her even from dressing herself) based on the the perseverance of the young actress.

mag_movieland_1952_04_p66 mag_movieland_1952_04_p67
mag_movieland_1952_04_p68 mag_movieland_1952_04_p69 mag_movieland_1952_04_p83 
1951-05-Movieland-p04 


Article: LESSONS I'VE LEARNED IN HOLLYWOOD
MARILYN MONROE LIVED IN FEAR - UNTIL THE DAY SHE GRADUATED FROM THE SCHOOL OF HARD KNOCKS
By Tex Parks DAY WITH MARILYN MONROE

People who assume that Marilyn Monroe has had life easy are in for a jolt when they learn that her present mode of living is not in the least indicative of the years that have gone before. Today she has wisdom that extends far beyond her twenty-two years, but not long ago Marilyn was making one near-tragic mistake after the other.
As an orphan who lived with various families around Los Angeles, she lacked both security and maturity, and these factors - rather than conscious acts of wrong-doing - led her to make impulsive decisions. At sixteen, for instance, she eloped. A year later she regretted her hasty decision, and the marriage was dissolved. After gratuating from high school, Marilyn went to work in a defense plant. There, an army photographer asked her to pose for a poster. That picture brought out her charms so enchantingly that is led directly to a modeling career and, later, to a movie contract at eighteen. Promising as it may have seemed, however, her contract was dropped and by the time she was nineteen Marilyn's future still seemed uncertain.
"I had vague notions about the motion picture business, of course," says Marilyn, "but I wasted my first Hollywood break because I was too shy to ask necessary questions. Now I realize you can't find out too much about any business."
It took her two difficult years to win her second chance at Twentieth Century-Fox and in the interim, Marilyn struggled to overcome the shyness that was hindering progress toward her goal. After her film career hit its first snag, she went back to modeling. Every spare dime went for dramatic coaching from Natasha Lytess and in time she lost her nervousness. She learned how to control her gestures. She was taught how to project her voice. A year of constant practice, including readings from modern plays and Shakespeare, gave Marilyn the acting technique she display in her 20th film, "Will You Love Me In December"*.
The next big mistake Marilyn made was getting into debt. As a youngster, she had always been poor and had to go through most of high school wearing one of two identical cotton blouses and one of two identical nave-blue skirts. So by the time she got her first movie break, she needed clothes desperatly. At that time her pay-check was so small it wouldn't cover the expense of a new wardrobe.
"Then a Hollywood dress shop persuaded me to open a charge account," says Marilyn. "When I lost my first contract I got behind in payments and they hounded me so that I'll never do that again ! Today I won't buy anything I can't pay for with money I've already have guaranteed coming in.
"My most foolish splurge was on an elaborate records player," she goes on to say. "I had to give that up, too, when I couldn't keep up the payments. My first car was retrieved by a finance company for the same reason. They snatched it off the street after dark so I thought it was stolen and complained to the police about my theft. There's nothing like humiliation to make you stop and think. Today I have a little record-player, nowhere near as nice as the one I once ordered at first sight, but at least it's paid for. I have my own car now, too. It isn't a Cadillac, but it has a gay vizor above its windshield and it's all mine."
"I don't live in fear anymore," Marilyn says proudly. "That's the essence of how I have changed as the result of my mistakes. I was afraid to talk about what I wanted because I'd been laughed at and scorned when I'd seemed ambitious. You can't develop necessary self-confidence unless you express yourself, and even after I got to Hollywood, I was afraid that if I did so, I'd be conspicuous."
"Then I was terribly lucky in meeting a man who became not only my agent, but my dearest friend. When I first mentionned my acting hopes to Johnny Hyde, he didn't smile. He listened raptly and said 'of course you can become an actress!'. He was the first person who ever took my ambitions seriously and my gratitude for this alone is endless. Most men I'd known thought all I cared about was clothes and parties. The truth is I've never been much of a party-goer because I was so shy in a group I'd barely open my mouth. 'Say what you believe' Johnny told me. 'You are an individual, just like anyone else. You have a right to your opinion. If you don't know something, say so!'"
"It was Johnny too, who started me reading. Now I have to restrain myself from buying out Pickwick's Book Store on Hollywood Boulevard! There's a beautiful set of Michel-Angelo's paintings reproduced in book form I'd like to own as soon as I can. I'd also like to own all the Beethoven recordings. Johnny not only gave me self-confidence but he showed me how to make the most of my time. I'd been used to dilly-dallying around when I had no work call. Maybe I'd sleep a little longer. Maybe I'd have a long breakfast. Or I'd make lengthy phone calls to kill time. Johnny kept advising me to use every available moment to better myself. 'Think each situation through. Study!' he said. Suddenly, it no longer seemed an effort to wake up and plunge headlong into work. I found I was less misunderstood when I spoke up and explained myself, instead of avoiding a meeting of minds. 'There is nothing to be afraid of!' Johnny repeated. He also told me ponctuality. I was unconscious of timeless. Circumstances always used to come up to make me late, now I arrange things so they don't and it's fun to be dependable and known as a person who always keeps her word."
Several months ago Marilyn had to face a deep personal sorrow. Johnny Hyde, vice-president of the famous William Morris Agency, died. But what he did for so many who needed his help is going to be remembered by all his friends, including Marilyn.
According to Marilyn herself, she's come a long way - but she still has a lot to learn. She could have more self-assurance. She could become a better conversationalist. But she has resolved to earn the future she has foreseen ever since she was a child. She is now mentally aware of herself as a person capable of fulfilling personal ambitions.
On signing with 20th Century-Fox recently, Marilyn moved from her inexpensive Studio Club abode to a furnished apartment. Some months afterwards, she progressed to her first unfurnished apartment. Marilyn budgeted carefully and furnished it with a kidney-shaped couch, two English club chairs, leather-topped end tables and a huge antique bed. She planned to give a housewarming party as soon as the decorations had been completed. Then she went to work so steadily that she didn't have time to finish the decorating. Marilyn's heavy picture-making schelude was exhausting, but she soon discovered that there was no rest for the weary in her apartment building. Her apartement was close to traffic.
She decided to move to the quiet side. Her bedroom there was so small that she had to forfeit her prized antique bed and sleep right on the floor, atop her box springs. Marilyn wasn't living there for long when Natasha Lytess and her five year old daughter came to stay with her. The three got along so spendidly that they recently all moved to the new house Marilyn bought.
"I can't believe it," she raptures, as she shows you through the place. "Is it real ?" That's what you ask when you look at Marilyn's breath-taking beauty. The jolt comes when you realize that this lovely actress is as much of a reality as the home she lives in.


Traduction LES LEÇONS QUE J'AI APPRISES À HOLLYWOOD
MARILYN MONROE A VÉCU DANS LA PEUR - JUSQU'AU JOUR OU ELLE A OBTENU SON DIPLÔME DE L'ÉCOLE DES COUPS DURS
Par Tex Parks

Ceux qui pensent que Marilyn Monroe a eu la vie facile vont être secoués lorsqu'ils apprennent que son mode de vie actuel n'est en rien représentatif des années précédentes. Aujourd'hui, elle possède une sagesse qui s'étend bien au-delà de ses vingt-deux ans, mais il n'y a pas si longtemps, Marilyn commettait des erreurs presque tragique l'une après l'autre. 
En tant qu'orpheline vivant dans diverses familles autour de Los Angeles, elle manquait à la fois de sécurité et de maturité, et ces facteurs - plutôt que des actes répréhensibles conscients - l'ont amenés à prendre des décisions impulsives. À seize ans, par exemple, elle s’est enfuie. Un an plus tard, elle regretta sa décision précipitée et le mariage fut dissous. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, Marilyn est allée travailler dans une usine de défense. Là, un photographe militaire lui a demandé de poser pour une affiche. Cette photo a fait ressortir ses charmes de manière si enchanteresse qu'elle l'a directement conduite à une carrière de mannequin et, plus tard, à un contrat de cinéma à dix-huit ans. Aussi prometteur que cela puisse paraître, son contrat fut abandonné et, à l'âge de dix-neuf ans, l'avenir de Marilyn semblait encore incertain.

"Bien sûr que j'avais de vagues notions sur les activités de films de cinéma", dit Marilyn, "mais j'ai gâché ma première chance à Hollywood parce que j'étais trop timide pour poser les questions essentielles. Maitenant je me rend compte que vous ne pouvez jamais en savoir de trop sur aucune activité."
Il lui a fallu deux années difficiles pour obtenir sa deuxième chance à la Twentieth Century-Fox et, entre-temps, Marilyn a eu du mal à surmonter sa timidité qui entravait sa progression vers son objectif. Après que sa carrière cinématographique ait connu un premier accroc, elle est retournée au mannequinat. Chaque centime disponible a été consacré au coaching dramatique de Natasha Lytess et, avec le temps, elle a perdu sa nervosité. Elle a appris à contrôler ses gestes. On lui a appris à projeter sa voix. Une année de pratique constante, y compris des lectures de pièces de théâtre modernes et de Shakespeare, a donné à Marilyn la technique d'acteur qu'elle a démontrée dans son 20ème film, "Will You Love Me In December".
La prochaine grande erreur que Marilyn a commise a été de s'endetter. Lorsqu'elle était jeune, elle avait toujours été pauvre et devait parcourir la majeure partie de ses études secondaires en portant l'un des deux chemisiers en coton identiques et l'une des deux jupes bleu marine identiques. Ainsi, au moment où elle a eu sa première pause au cinéma, elle avait désespérément besoin de vêtements. À cette époque, son salaire était si petit qu’il ne couvrait pas les frais d’une nouvelle garde-robe.
"Et là une boutique de vêtements de Hollywood me persuada d'ouvrir un compte chez eux", dit Marilyn. "Lorsque je perdis mon premier contrat, je ne pouvais plus régler ma facture et ils m'ont poursuivi si bien que je ne ferais plus jamais ça! Aujourd'hui, je n'achèterai plus jamais rien si je ne peux pas le payer avec de l'argent que je possède déjà.
"Ma folie la plus idiote, fut pour un tourne-disque rare" poursuit-elle. "J'ai dû y renoncer aussi, quand je ne pouvais plus continuer le remboursement. Ma première voiture fut récupérée par une société de finance pour la même raison. Ils l'ont fait enlever de la rue à la tombée de la nuit, j'ai donc pensé qu'elle avait été volée et alla me plaindre à la police pour ce vol. Il n'y a rien de plus humiliant que de vous forcer à vous arrêter et de réfléchir. Aujourd'hui, j'ai un petit tourne-disque, qui à première vue est loin d'être aussi bien que celui que j'avais commandé, mais au moins je l'ai payé. J'ai aussi ma propre voiture aussi maintenant. Ce n'est pas une cadillac, mais elle a un rétroviseur de couleur vive au dessus du pare-brise et tout m'appartient."
"Je ne vis plus du tout dans la peur", dit fièrement Marilyn. "C'est l'essentiel du comment j'ai changé qui résulte de mes erreurs. J'avais peur de dire ce que je voulais parce que j'avais été moquée et dédaignée quand je me montrais ambitieuse. Vous ne pouvez pas développer une confiance en soi à moins que vous vous exprimez, et même après que je sois arrivée à Hollywood, j'avais peur que si je le ferais, je serais remarquée."
"Puis j'ai été terriblement chanceuse en rencontrant un homme qui devint non seulement mon agent, mais mon plus cher ami. Lorsque la première fois, je fis mention de mes espérances d'actrices à Johnny Hyde, il n'a pas souri. Il écouta attentivement et dit 'bien sûr tu peux devenir une actrice!'. Il fut la première personne qui prit mes ambitions au sérieux et rien que pour ça, ma gratitude est infinie. Bon nombre d'hommes que j'ai connu pensaient que tout ce qui me préoccupait était les vêtements et les fêtes. La vérité, c'est que j'ai n'ai jamais vraiment été une adepte des fêtes parce que j'étais trop timide au milieu d'un groupe, j'ouvrais à peine la bouche. 'Dis ce que tu penses' me disait Johnny. 'Tu es un individu à part entière, comme n'importe qui d'autre. Tu as le droit d'avoir ton opinion. Si tu ne sais pas quelquechose, dis-le donc!'"
"Ce fut Johnny aussi qui commenca à me faire lire. Désormais je dois me restreindre d'aller acheter à la boutique de livres Pickwick sur Hollywood Boulevard! Il y a un superbe livre qui regroupe les oeuvres complètes des peintures de Michel-Ange que j'aimerai avoir dès qu'il m'en sera possible. J'aimerai aussi avoir tous les enregistrements de Beethoven. Johnny me donna non seulement confiance en moi, mais il me montra comment occuper mon temps libre. J'aurais eu l'habitude de traînasser quand je n'avais pas de travail. Peut être j'aurais pu dormir un peu plus. Peut être je pourrais prendre un long déjeuner. Ou j'aurais pu téléphoner longuement pour tuer le temps. Johnny me donna le conseil d'utiliser chacun de mes moments disponibles pour m'améliorer. 'Réfléchis bien à chaque situation. Etudies!' disait-il. Soudainement, ça ne semblait plus être un effort de se lever et de plonger la tête dans le travail. Je trouvais que j'étais moins incomprise quand je prenais la parole et m'expliquais, plutôt que de fuir une communion de pensées. 'Il n'y a rien d'effrayant!' répétait Johnny. Il m'enseigna aussi la ponctualité. J'étais inconsciente de la temporalité. Les circonstances sont toujours apparues habituellement à me faire mettre en retard, maintenant, j'arrange les choses avant et c'est sympa d'être digne de confiance et connue pour être une personne qui tient parole."
Il y a quelques mois, Marilyn a dû faire face à un profond chagrin personnel. Johnny Hyde, vice-président de la célèbre agence William Morris, est décédé. Mais ce qu'il a fait pour tant de personnes qui avaient besoin de son aide restera dans les mémoires de tous ses amis, y compris Marilyn.
Selon Marilyn elle-même, elle a parcouru un long chemin, mais elle a encore beaucoup à apprendre. Elle pourrait avoir plus de confiance en elle. Elle pourrait avoir une meilleure conversation. Mais elle est résolue à gagner l’avenir qu’elle envisage depuis qu’elle est enfant. Elle se considère désormais mentalement comme une personne capable de réaliser ses ambitions personnelles.
En signant récemment avec la 20th Century-Fox, Marilyn a quitté sa demeure bon marché du Studio Club pour s'installer dans un appartement meublé. Quelques mois plus tard, elle a progressé vers son premier appartement non meublé. Marilyn a soigneusement budgétisé et l'a meublé avec un canapé, deux fauteuils club anglais, des tables de bout en cuir et un immense lit antique. Elle prévoyait d'organiser une pendaison de crémaillère dès que les décorations seraient terminées. Puis elle s'est mise au travail si régulièrement qu'elle n'a pas eu le temps de terminer la décoration. Le lourd programme de tournage de Marilyn était épuisant, mais elle a vite découvert qu'il n'y avait pas de repos pour ceux qui étaient fatigués dans son immeuble. Son appartement était proche de la circulation.
Elle a décidé de passer du côté calme de l'appartement. Sa chambre était si petite qu'elle a dû renoncer à son précieux lit antique et dormir à même le sol, au sommet de son sommier. Marilyn vivait là depuis peu de temps lorsque Natasha Lytess et sa fille de cinq ans sont venues vivre avec elle. Les trois s'entendaient si bien qu'elles ont récemment emménagées ensemble dans la nouvelle maison achetée par Marilyn.
"Je n'arrive pas à y croire", s'enthousiasme-t-elle en vous faisant visiter les lieux. "Est-ce que c'est réel ?" C'est ce qu'on se demande quand on regarde la beauté à couper le souffle de Marilyn. Le choc survient lorsque l’on réalise que cette charmante actrice est autant une réalité que la maison dans laquelle elle vit.


* "Will You Love Me In December?" est le titre du script du film "As Young As You Feel"
source scans : Ceux qu'emma aime
© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.

3 juin 2008

Autour de Clash By Night

Le démon s'éveille la nuit
~~~ A propos de Marilyn Monroe et du film ~~~

Secrets de tournage ...
1952_ClashByNight_bikini_020_020_2
...
et anecdotes

  • Son rôle
    film_clash222Marilyn joue le rôle de Peggy, travaillant dans une usine de poissons et fiancée au personnage interprété par Keith Andes. Ce personnage de fille de la "working-class" menant une vie modeste et simple, au caractère bien trempé de garçon manqué, se trouvait bien loin des autres rôles plutôt glamour de blondes séductrices interprétés jusqu'alors par Marilyn. Pour appréhender ce rôle, Marilyn répéta longuement avec sa coach personnelle Natasha Lytess, qui accompagnait la jeune actrice tout au long du tournage, ce qui agaçait profondément toute l'équipe du film, acteurs et réalisateur compris. Pour renforcer son jeu d'actrice, Marilyn suivait aussi les cours de Michael Chekhov, un acteur russe qui travailla avec Stanislavsky.

  • D'après l'oeuvre de Clifford Odets
    Les oeuvres du dramaturge américain Clifford Odets ont été maintes fois adaptées sur grand écran. Parmi celles-ci, figurent L'Esclave aux mains d'or (1939) avec Barbara Stanwyck, Une fille de province (1954), Le Grand couteau (1955). Tou
    tes ces pièces ont été par la suite réadaptées pour la télévision américaine. Egalement scénariste et réalisateur, il a mis en scène le drame social Rien qu'un coeur solitaire (1944) avec Cary Grant et le drame judiciaire Du sang en première page (1960).

  • Joué à Broadway
    Tallulah_BankheadAvant d'être adaptée au cinéma, la pièce de Clifford Odets avait été jouée à Broadway en 1941.
    Tallulah Bankhead interpréta le rôle reprit par Barbara Stanwyck dans le film.
    L'action initiale se déroulant à Staten Island, sur la Côte Est; elle a été remplacée, selon la volonté de Fritz Lang, par le petit village californien de pêcheurs de Monterey, donc sur la Côte Ouest des Etats-Unis.

  • Nature VS Civilisation
    Le Démon s'éveille la nuit s'ouvre sur des plans d'animaux, des mouettes se déplaçant par groupes survolant le port. Les bat
    eaux, alignés de façon symétrique, sont ici assimilés aux oiseaux. Puis la caméra se tourne vers les pêcheurs et leur travail quotidien. Cette séquence a des allures de documentaire et ancre le film dans une réalité naturaliste. Le cinéaste ne cesse, tout le long du film, de montrer l'opposition entre la nature et la vie humaine.

  • Barbara Stanwyck
    stanwyck_clash_by_nightC'est l'unique film que Barbara Stanwyck a tourné avec Fritz Lang. Habituée des films de Capra, qui l'a fait débuter à l'âge de 23 ans dans Ladies of leisure (1930), elle tournera, durant la suite de sa carrière, pas moins de quatre films avec le
    réalisateur d'origine sicilienne. Citons également d'autres noms de réalisateurs avec lesquels elle a collaboré : John Ford, Billy Wilder, Cecil B. DeMille, Preston Sturges ou bien encore Samuel Fuller. 

  • Marilyn Monroe sous tension
    film_cbn_clash201Marilyn Monroe apparaît ici dans l'un de ses premiers grands rôles au cinéma. Fritz Lang se souvient : "Elle avait une espèce de timidité et d'insécurité, mais elle savait très bien l'impact qu'elle produisait sur les hommes. Juste au moment du tournage, l'affaire du calendrier éclata dans la presse, et elle devint littéralement épouvantée à l'idée de venir au studio. Elle était toujours en retard, et oubliait systématiquement ses répliques."
    Fritz Lang tenta par ailleurs de virer l'encombrante coach, mais Marilyn alla se plaindre aux studios, et un compromis fut adopté, bien que les rapports entre Marilyn, Lytess et Lang s'en trouvèrent désormais dans une mauvaise ambiance.
    L'acteur partenaire de Marilyn, Paul Douglas ressenta aussi l'insistance de Marilyn pour garder auprès d'elle sa coach. Cet acteur ancien vétéran était aussi très irrité par les retards constants de Marilyn. Quand à
    Barbara Stanwyck, cette dernière se montrait tolérante face au comportement de Marilyn, en l'excusant par son insécurité parmi un casting d'acteurs vétérans virils et machos.

  • Lieu de tournage
    Le film a été intégralement tourné à Monterey, en Californie, péninsule s'avançant dans l'Océan Pacifique et située à 160 kilomètres de San Francisco.

  • I Hear a Rhapsody...
    La chanson du film, I Hear a Rhapsody, a été interprétée par le comédien Tony Martin, vu dans Les Marx au grand magasin (1941) ou Au fond de mon coeur (1954) de Stanley Donen.

  • Une publicité en or
    Le film rencontra un véritable succés dès sa sortie: tant populaire (le public fut au rendez vous), que par les critiques élogieuses concernant la performance de Marilyn. Mais si le film rencontra un succés aussi rapide, c'est grâce à Marilyn Monroe, car pendant le tournage du film, l'affaire du calendrier où Marilyn posa nue par le passé sous un pseudonyme, éclata au grand jour. Au lieu de nier sous les conseils des studios, Marilyn avoua qu'il s'agissait bien d'elle sur ses fameuses photos, prétextant son besoin urgent d'argent car ne mangeant pas à sa faim et devant payer les loyers, ce qui eut comme effet d'émouvoir le public qui se prit de tendresse pour Marilyn et en fit une star sex-symbol. Le mythe était né !

>> Source web allocine et howstuffworks 

5 décembre 2007

13/09/1953 coulisses du Jack Benny Show

Le 13 septembre 1953: Marilyn Monroe et Jack Benny pendant l'enregistrement de l'émission The Jack Benny Show.
In September 13, 1953: Marilyn Monroe and Jack Benny during the recording of the TV show The Jack Benny Show. 

1953_09_13_JackBennyShow_0020_0271 1953_09_13_JackBennyShow_0040_022_020 1953_09_13_JackBennyShow_0040_027_020
1953_jackbenny 1953_09_13_JackBennyShow_0040_022_020_1 1953_09_16_jackbennyshow_onset_00411_020
1953_Jack_Benny_21 1953_09_13_JackBennyShow_0040_026_020 1953_09 1953_jackbenny_MBEN
1953_09_13_jackbenny04 1953_09_13_JackBennyShow_00411_010 1953_09_13_JackBennyShow_0040_OnSet_00100
1953_09_13_JackBennyShow_00412_010 1953_09_13_JackBennyShow_0040_OnSet_0020_byFrankWorth_1 1953_09_13_JackBennyShow_00412_020
1953_09_13_jackbenny14 1953_09_13_jackbenny12 1953_09_13_jackbenny13
1953_09_13_JackBennyShow_00412_030 1953_09_13_JackBennyShow_00413_010 1953_09_13_JackBennyShow_00413_030_1
1953_09_13_JackBennyShow_00413_030 1953_jbs_2 1953_09_13_jack_benny_marilyn_pic_1
1953_09 1953_09_13_JackBennyShow_004_OnSet_0010_010 1953_jbs_108425
1953_09_13_JackBennyShow_00420_010 1953_09_13_jackbenny11 1953_09_13_jbs_sketch_010_1 
 1953_marilynmonroejackbenny 1953_09_13_JackBennyShow_0051_OnSet_00110 1953_09_13_JackBennyShow_0051_OnSet_00120
1953_jackbenny_c2ac_1 1953_09_13_JackBennyShow_0051_OnSet_00200 1953_jbs_for_my42
1953_jackbenny_mm 1953_09_13_JackBennyShow_00413_0200 
1953_09_13_JackBennyShow_0052_OnSet_00100 1953_09_13_JackBennyShow_0052_OnSet_00110 1953_09_13_JackBennyShow_0052_OnSet_00120
1953_09_16_jackbennyshow_onset_00413_030 1953-jbs 1953_09_13_JackBennyShow_00413_021
1953 1953 1953
1953_09_16_jackbennyshow_onset_00100_010_1 1953_09_13_JackBennyShow_OnSet_00100_010
1953_09_13_JackBennyShow_OnSet_0020_010 1953_09_13_JackBennyShow_OnSet_00300_010 1953_jbs_2637596_10 
  1953_09_13_jackbenny29 1953_jbs_128490743_o 1953_htm 

> Marilyn avec sa coach Natasha Lytess;
se faisant coiffer par Gladys Rasmussen,
et maquiller par Whitey Snyder.
   1953_09_13_jackbennyshow_onset_with_natasha_lytess_1 1953_09_16_jackbennyshow_set_with_lytess_makeup_1  1953_jack_benny_1
1953_4767431201_c78babf67f_b 1953_09_13_jbs_set_make_up_010_1 rare_jbs_Benny 


>> Photos de Phil Stern>>
1953_09_13_jack_benny_show_by_phil_stern

MONROE__MARILYN___PHIL_STERN_1953_SEPT_13_JACK_BENNY_SHOW2_1_


>> Photo de Frank Worth>>
1953_09_13_JackBennyShow_0040_OnSet_0020_byFrankWorth_1a 
1953-by_worth-jackbenny 


>> Photo publicitaire>> 
1953-with_jack_benny-57  1953-with_jack_benny-57b 


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

9 novembre 2007

Novembre 1948 Marilyn et Natasha Lytess

Marilyn Monroe et sa coach professeur Natasha Lytess en novembre 1948
en plein cours d'art dramatique - P
hotos de JR Eyerman
Reportage pour Life magazine

Marilyn Monroe and his coach Professor Natasha Lytess in November of 1948
in a drama class - Photos taken by JR Eyerman

1948-Untitled17 1948-Untitled31 1948-Untitled35 
1948-lytess-01-Untitled01 1948-lytess-01-Untitled-1-25 1948-lytess-01-Untitled-2-9 
1948-lytess-01-Untitled-3-4 mm_by_eyerman_4 ph_eyerman_reh_148369479 
ph_eyerman_reh_148370529
1948-lytess-01-Untitled12 1948-lytess-01-Untitled13 
1948-lytess-01-Untitled19 1948-lytess-01-Untitled21 1948-lytess-01-Untitled34 
1948-lytess-02-Untitled3 mm_by_eyerman_3 1948-lytess-03-Untitled37 
1948-lytess-03-Untitled5 ph_eyerman_reh_08_116652503 1948-lytess-03-Untitled22 
1948-lytess-03-Untitled36 ph_eyerman_reh_148369424 
mm_by_eyerman_4_5 ph_eyerman_reh_148369340 ph_eyerman_reah_23_116652512 

1948-lytess-05-Untitled111 1948-lytess-05-Untitled124 1948-lytess-05-Untitled23 
1948-lytess-05-Untitled7 1948-lytess-05-Untitled29 1948-lytess-05-Untitled33 
1948_NormaJean_NatashaLytess_080_byDaveCircero_1 jr_eyerman_3244397_10 1948_NormaJean_NatashaLytess_020_byDaveCircero_01
1948_NormaJean_NatashaLytess_040_byDaveCircero_1_a 1948_NormaJean_NatashaLytess_050_byDaveCircero_1 1948_NormaJean_NatashaLytess_060_byDaveCircero_1 
1948-lytess-06-Untitled10 1948-lytess-06-Untitled14 1948-lytess-06-Untitled15 
 1948-lytess-06-Untitled16 1948-lytess-06-Untitled26 1948-lytess-07-Untitled2 
ph_eyerman_1949_natasha_1 ph_eyerman_reh_148370594 mm_by_eyerman_4_6 
 
1948_NormaJean_NatashaLytess_010_byDaveCircero_1 mm_by_eyerman_4_3 1948_NormaJean_NatashaLytess_010_byDaveCircero_1b  
ph_eyerman_reh_148370651 1948-lytess-07-Untitled1 
1948-lytess-04-Untitled32 mm_by_eyerman_3_2 
ph_eyerman_reh_148369481 ph_eyerman_reh_148370530 mm_by_eyerman_4_4

1948-lytess-07-Untitled6 1948-lytess-07-Untitled7 
1948-lytess-07-Untitled8 1948-lytess-07-Untitled9 1948-lytess-07-Untitled19 
 ph_eyerman_reh_148369422 1948-lytess-07-Untitled20 1948-lytess-07-Untitled27 
1948_NormaJean_NatashaLytess_070_byDaveCircero_1  ph_eyerman_1949_natasha_2


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

<< < 1 2 3 4
Visiteurs
Depuis la création 5 693 421
Derniers commentaires
Marilyn sur le web

BLOG-GIF-MM-GPB-1 
Une sélection de sites web

Blog - The Marilyn Report 
Blog - The Marilyn Archive 
Blog - Tara Hanks

  Mesmerizing Marilyn Monroe
Marilyn From the 22nd Row

Marilyn Monroe Italian Site
Legend Marilyn Monroe

Blog - MM Books
Blog - Marilyn Monroe Animated Gifs 
Instagram Official Marilyn Monroe

Instagram - Silver Technicolor 
Instagram - Marilynraresig

Tumblr - The Marilyn Monroe Visual Vault 
Tumblr - Infinite Marilyn 
Tumblr - Always Marilyn Monroe 
Tumblr - Marilyn in High Quality 
Tumblr - Marilyn Monroe Archive 
Tumblr - Our Girl Marilyn 
Tumblr - Miss Norma Jeane's

Tumblr Miss Monroe
Perfectly Marilyn Monroe

VK My Marilyn
VK My Marilyn Photographes
VK Marilyn Monroe

Crazy For Marilyn 
Crazy For You
Crazy For You 2

La presse

Blog - Marilyn Cover Girl 
Blog - La MM que j'aime 
Magazines - Famous Fix 

Magazines - Pinterest Lorraine Funke

Archives presse USA - Newspapers 
Archives presse Australia - Trove
Archives presse - Internet Archive 
Archives presse - Lantern

Archives presse - Media History Digital Library 
Archives - Gallica BNF 

Archives magazines - Magazine Art 
LIFE photo archive 
LIFE magazines 

LIFE articles 
Collier's - Unz Review 
Esquire Classic 
Bravo Posters 
Paris Match

 Agence Photos 
Magnum  
Getty images 
mptv images 
Keystone
 profimedia
ullstein bild
Redux Pictures
Roger Viollet
Shutterstock 
topfoto
picryl
iStock by Getty 
Bridgeman images 
AP Images 

Album 

 Photographes 
All About Photo  
Listing Photographes du XXeme 
Allan Grant 
Bernard of Hollywood - instagram 
Bert Stern 
Bill Ray 
Bob Willoughby 
Carl Perutz 
Douglas Kirkland - website 
 Douglas Kirkland - instagram 
Elliott Erwitt - website 
Elliott Erwitt - instagram 
Ernst Haas 
Eve Arnold - website 
Eve Arnold - instagram 
George Barris - website 
George Barris - instagram 
Harold Lloyd  
Henri Dauman 
Jock Carroll 
Lawrence Schiller 
Leigh Wiener 
Nickolas Muray 
Phil Stern 
Philippe Halsman - website 
Philippe Halsman - instagram  
Richard Avedon - website 
Richard Avedon - instagram 
Sam Shaw - website 
Sam Shaw - instagram  
Weegee Arthur Fellig 

Milton H Greene
Milton H Greene - website 
Milton H Greene - instagram 
MHG The Archives Licensing  
The archives LLC - tumblr

 Video Archives 
INA 
British Pathé  
ITN Archive

Paramount & Pathé Newsreel
Tumblr Marilyn Monroe Video Archives

Culture 
aenigma 
The Blonde at the Film 
Tumblr - Weirland TV
Dr Macro's HQ scans 
Pulp International 
Stirred Straight Up 

BLOG-GIF-MM-KOREA-1 

Sites communautés
Irish Marilyn Monroe Fan Club
listal
The Place 
Who's Dated Who 
Films - imdb 
Films - Classic Movie Hub 
Bio - Wikipedia fr  
Dossiers - FBI Records

Fans Collectionneurs
Collection Greg Schreiner
Collection Scott Fortner
Collection Peter Schnug

Marilyn Geek
Fan Club The Marilyn Remembered

 Marilyn Friends
Mona Rae Miracle
Joe DIMaggio
Arthur Miller
Yves Montand 
Montgomery Clift 
Clark Gable 
Marlon Brando 
Jane Russell 
Rock Hudson 
Dean Martin 
Frank Sinatra 
Ava Gardner 
Ralph Roberts 
George Fisher
Joan Crawford
Jeanne Carmen 
Travilla Style - blog 
The Actors Studio