10 décembre 2010

Daily News 6/08/1962

mag_daily_news_1962_08_06_coverLe journal américain de New-York Daily News du lundi 6 août 1962, titre en Une "Marilyn Dead" dont une photo pleine page de Marilyn Monroe, au lendemain de son décès. Avec un reportage constitué d'un article de sept pages revenant sur la carrière et la vie de l'actrice et de sa mort prématurée, avec des témoignages de ceux et celles qui lui ont parlé les jours précédents sa mort, avec publication de photographies prises sur les lieux où Marilyn trouva la mort, dans sa maison de Brentwood à Los Angeles: sa chambre dans laquelle elle a été retrouvée inerte, de la police emmenant son corps et de son chien Maf; puis les réactions hommages d'artistes qui l'ont connu.

mag_daily_news_1962_08_06_p1 mag_daily_news_1962_08_06_p2  mag_daily_news_1962_08_06_p3
mag_daily_news_1962_08_06_p4 mag_daily_news_1962_08_06_p5  New_York_Daily_News__Monday__Augist_6__1962
mag_daily_news_1962_08_06_p6

>> Source scans sur emulsioncompulsion.com  

Posté par ginieland à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Daily News 8/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_coverLe journal américain de New-York Daily News du mercredi 8 août 1962, titre en Une "Did he make mystery call?'" en publiant une photographie de Marilyn Monroe en compagnie de José Bolanos, prise trois mois auparavant (en avril) à la soirée des Golden Globes. Alors que les préparatifs des funérailles se préparent, on apprend que Bolanos pourrait bien être la dernière personne à avoir parlé au téléphone à Marilyn.

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p2
mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p3 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p4
mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p5 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_08_wednesday_p6

C'est Joe DiMaggio, le second mari de Marilyn, qui s'occupa des funérailles. Seulement 15 personnes triées sur le volet, des "amis très proches" de Marilyn, participeront à la mise en place des services à 13h dans la Chapelle du cimetière de Westwood, parmi lesquelles son agent Pat Newcomb, Paula et Lee Strasberg de l'Actors Studio. Le journal publie des photographies des proches de Marilyn arrivant à Los Angeles pour se rendre aux funérailles de l'actrice: l'avocat new-yorkais Aaron R Frosch accompagné de la coach d'art dramatique Paula Strasberg, l'avocate Inez Melson, la demie-soeur de Marilyn Berniece Miracle. Mais ni son premier mari, James Dougherty, ni son dernier mari, Arthur Miller, ne seront présents, ni même sa mère, Gladys Baker, internée en institut psychiatrique, mais néanmoins reprénsentée par sa tutrice, Inez Melson. Son second époux, Joe DiMaggio  et le fils de celui-ci, Joe Jr, suivront le cortège funéraire. Le poète Carl Sandburg a rédigé une éloge envoyée par télégraphe. La famille demanda ne pas apporter de fleurs mais de faire plutôt un don à une institution. La présentation du corps de la défunte a été préparée par son maquilleur et sa coiffeuse habituelle, envoyés, d'après l'article, par la 20th Century Fox. Des centaines de fans se regroupèrent autour du cimetière, dans lequel Marilyn sera inhumé et où reposent sa grand-mère et sa tante Grace Goddard. On ne sait pas encore si sa mort, par l'absorption de barbituriques, est un accident ou un suicide.

La police recherche le scénariste mexicain Jose Bolanos qui pourrait bien être la dernière personne à avoir discuté avec Marilyn par téléphone. Cet appel aurait fait suite à celui de Joe Dimaggio Jr., le fils de Joe DiMaggio âgé de 21 ans et incorporé dans la Marine, et qui raconta à Marilyn sa rupture sentimentale d'avec sa petite amie Pamela Ries. Selon sa gouvernante,
Eunice Murray, Marilyn était alors toute enjouée.
José Bolanos était le dernier ami connu en date de Marilyn, qu'elle rencontra lors de son séjour à Mexico en février de la même année, et qu'elle fréquenta les dernières semaines précedent sa mort, à Hollywood. Mais Pat Newcomb, l'agent de Marilyn, ajouta qu' "ils s'amusaient et aimaient passer juste du temps ensemble." 
Eunice Murray rapporta à la police que Marilyn s'agita après avoir reçu ce deuxième appel tard dans la soirée de samedi, mais qu'elle n'avait aucune idée de l'identité de cet interlocuteur, ni de l'heure précise. Mrs Murray raconta que vers 3h30 du matin, elle pressentie que quelque chose n'allait pas, remarquant que la lumière de la chambre de Marilyn, fermée à clé, était toujours allumée. Elle appela le docteur qui força la porte et trouva Marilyn morte. "Connaissant Marilyn comme je la connais, je pense que si cet appel l'a réveillé, elle a dû reprendre des pillules pour dormir", déclara Mrs Murray. ce qui montre que sa mort serait bien accidentelle, thèse que réfute Ben Hecht, qui interviewa Marilyn en 1954, informant qu'elle tenta de se suicider deux fois quand elle était jeune, affirmant que c'est "Hollywood qui la sauva". 

On apprend aussi l'attirance de Marilyn pour la ville de Mexico: elle y rencontra Jose Bolanos avec qui elle aurait prévu de coproduire un film. il l'accompagna dans la ville faire du shopping pour la décoration de sa maison de Los Angeles. Elle resta à Mexico jusqu'au 2 mars et Bolanos la rejoignit ensuite à Los Angeles. Marilyn retourna ensuite à Mexico, notamment le 15 septembre, journée de l'indépendance du pays. Elle fit aussi un don de 1 000 Dollars à un orphelinat du Mexique, ce qui porte à croire qu'elle aurait éventuellement prévu d'adopter un enfant mexicain, bien qu'aucun ami proche de Marilyn n'ait entendu parlé de tel projet.

Le journal rapporte aussi les déclarations d'amour pour Marilyn, de trois actrices : Rosalind Rusell, Lisa Kirk et Carroll Baker, toutes trois choquées par l'annonce de la mort de la star, elles donnent leur avis sur sa tragique disparition.


>>
Source scans sur
 emulsioncompulsion.com  

20 novembre 2010

Daily News 9/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_09_thursay_coverLe journal américain de New-York Daily News du jeudi 9 août 1962, titre en Une "Joe Whispers 'I Love You'" en publiant une photographie de Joe DiMaggio et son fils Joe Jr. prises , aux funérailles de Marilyn Monroe et rapporte, dans un article d'une page et demie, le compte rendu de la cérémonie funéraire de la star et des invités triés sur le volet: son psychanalyste Ralph Greenson, venu en famille, son avocate Inez Melson, sa demie-soeur Berniece Miracle. On apprend dans l'article que Peter Lawford fut l'une des dernières personnes à avoir discuter avec Marilyn par téléphone.
>>
Source scans sur
 emulsioncompulsion.com 

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_09_thursay_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_09_thursay_p2 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_09_thursay_p3

22 septembre 2010

Daily News 11/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_11_saturday_coverLe journal américain de New-York Daily News du samedi 11 août 1962, titre en Une "Eight to share in MM's Estate" et révèle, dans un article de deux pages, intitulé "8 who helped Marilyn most share in will", les huit personnes apparaissant dans le testament de Marilyn, rédigé un an auparavant, révélé par son avocate Inez Melson:
> Cinq d'entre eux sont new-yorkais: certains l'ont aidé dans sa vie professionnelle comme privée:
Lee Strasberg qui dirige l'Actors Studio;
ses amis -le poète- Norman et -sa femme- Hedda Rosten, qu'elle avait rencontré à l'époque de son mariage avec Arthur Miller;

> Six d'entre eux sont des femmes:
dont sa mère, Mrs Gladys Baker Eley qui, placée dans un hôpital psychiatrique, ne sait pas encore que sa fille de 36 ans est décèdée;
sa demie-soeur, Berniece Miracle;
sa secrétaire de New York May Reis;
sa professeur d'art dramatique Mrs Michael Chekhov;
sa psychanaliste Dr Marianne Kris ...
> Joe DiMaggio, qui s'occupa des funérailles, n'apparaît pas dans le testament.
> On estime alors son héritage s'élevant à plus de 100 000 $.

  • On apprend aussi qu'Inez Melson a dû prendre les dispositions nécessaires pour évacuer les fourrures et bijoux de valeurs de la maison de Marilyn à Brentwood, afin qu'ils ne puissent pas être volés.
  • Puis l'article revient sur les circonstances de sa mort: les investigations menées sont lentes, la confirmation de son décès dû à l'absorption de barbituriques n'ayant pas encore été confirmé. La version officielle livrée alors était la présence d'un flacon pouvant contenir 25 comprimés de nembutal sur la table de chevet, mais aussi d'autres flacons contenant d'autres tranquilisants et d'hydrate de chloral.

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_11_saturday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_11_saturday_p2

04 septembre 2010

Daily News 14/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_14_tuesday_coverLe journal américain de New-York Daily News du mardi 14 août 1962, titre en Une "Marilyn speaks - Star own words in last week" en publiant les dernières photos prises par George Barris et les confidences de la star au photographe, dans un article de deux pages intitulé "Here's MM, Barefoot and Bubbly", où apparaît une Marilyn pleine d'espoir avec des projets professionnels:  "The happiest time of my life is now (...) there's a future and i can't wait to get to it (...) I want to do comedy, tragedy, interspersed, I'd like to be a fine actress".

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_14_tuesday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_14_tuesday_p2

21 août 2010

Daily News 15/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_15_wednesday_coverLe journal américain de New-York Daily News du mercredi 15 août 1962, titre en Une "Private World of Marilyn - She relieves tragic childhood" et dans un article de deux pages intitulé "Marilyn: The tragic childhood Days", rapporte quelques confidences qu'elle fit au photographe Georges Barris, qui la photographia en juin, sur son enfance malheureuse.
> Elle explique que, contrairement à la majorité d'entre nous qui oublions les mauvais souvenirs, elle se souvient des moments malheureux de son enfance. Elle raconte qu'à l'âge de 8 ans, chez l'une de ses familles d'adoption, l'homme l'incita à venir dans sa chambre pour abuser d'elle, en lui précisant que "ce n'est qu'un jeu"! La petite Norma Jeane courut le rapporter à la mère qui la giflea et la traita pratiquement de menteuse. Elle déprima et pleura toute la nuit. C'est précisèment à ce moment qu'elle commença à bégayer.
> Lorsqu'elle était à l'école Van Nuys, elle a été élue secrétaire de toutes les classes d'anglais et lorsqu'elle devait prendre la parole, elle bégayait; ce qui renforça sa timidité. Son bégaiement se produisait lorsqu'elle était énervée ou excitée.
> Elle raconte d'autres événements durs de cette époque où elle vivait dans des familles d'acceuil: certains l'enfermaient dans les toilettes, d'autres lui mettaient la tête sous l'eau...
> Mais elle n'oublie pas non plus les moments plus heureux, surtout deux événements qui l'ont marqué, promettant à Barris de lui raconter plus tard, mais elle ne le fit jamais. Barris pense que c'est durant la période où elle vivait chez un couple d'Anglais quand elle avait 8 ans: d'abord, parce qu'ils lui portaient beaucoup d'attention et lui ont communiqué l'amour de la comédie; puis l'autre moment heureux de sa vie pourrait être lorsque sa mère la reprit pour vivre avec elle dans une grande maison qu'elle acheta avec le couple d'Anglais.
> Barris rapporte aussi l'amour qu'elle portait à son chien Maf; elle s'inquiétait si elle ne le voyait pas revenir et quand elle le laissait sortir de la maison, elle lui disait "Go and Have Fun!" (Va et Amuses-toi!)

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_15_wednesday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_15_wednesday_p2

20 août 2010

Daily News 16/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_16_thurdsay_coverLe journal américain de New-York Daily News du jeudi 16 août 1962, titre en Une "Marilyn Orphanage to Altar'" et dans un article de deux pages intitulé "MM's Early Grief: A Deserted Mom", rapporte quelques confidences qu'elle fit au photographe Georges Barris, qui la photographia un mois en juin. Cette article rapporte essentiellement l'enfance de Marilyn et les personnes importantes durant cette période.

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_16_thurdsay_p3 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_16_thurdsay_p4

> Elle parle de sa mère, qui l'abandonna: elle raconte notamment que "sa mère était une très belle femme quand elle était jeune", tout comme "sa grand mère, Mrs Hogan, qui venait de Dublin, en Ireland, là où toutes les filles sont jolies". Son grand père, né en Norvège, vient d'Ecosse, c'est pourquoi elle se souvient de l'accent, à la sonorité "musicale" de sa mère. La famille de sa mère s'installa à Los Angeles après la 1ère Guerre Mondiale.
> Puis elle parle de sa tutrice, Grace McKee, qui était la meilleure amie de sa mère, qui la recueillit chez elle, avant de l'emmener "une après midi en voiture, sans dire un mot",
en emportant ses vêtements, pour la conduire à l'orphelinat: Marilyn précise qu'elle n'oubliera jamais cette journée où elle découvrit l'enseigne "Los Angeles Orphans Home" et qu'elle se mit à crier et à pleurer! Une fois à l'orphelinat, elle recevait souvent la visite de Grace, qui la reprit chez elle quand Marilyn avait onze ans.
> Ensuite, elle parle d'Ana Lower (la tante de Grace) qui pour Marilyn, reste "la femme plus influente" de toute sa vie et la première personne qu'elle aima vraiment; elle la surnommait "Tante Ana"; Marilyn affirme que son amour pour les choses simples et belles proviennent de l'éducation d'Ana.
Elle évoque aussi la période où elle fréquentait l'école Emerson Junior High: une fille de sa classe se moquait d'elle à cause des vêtements qu'elle portait, et donc Marilyn rentrait chez elle en pleurs; là, Tante Ana la prenait dans ses bras et la consolait. Lorsque Marilyn s'est mariée à l'âge de 16 ans, c'est Tante Ana qui confectionna sa robe de mariée.
> Enfin, Marilyn raconta
ses premiers flirts et premiers coups de coeur, dès l'âge de 13 ans. Quand elle semaria à 16 ans avec Jim Dougherty, 21 ans, c'est Tante Grace qui organisa et arrangea le mariage, et Tante Ana lui offra un livre sur "comment doit être une bonne épouse" mais Marilyn confia à Grace qu'elle n'était pas prête à se marier, car elle était trop jeune. Plus tard, mariée à Jim, il confia à Marilyn qu'elle était une épouse parfaite sauf pour la cuisine, précise Marilyn!

Posté par ginieland à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 août 2010

Daily News 17/08/1962

Le journal américain de New-York Daily News du vendredi 17 août 1962, publiait un articles de deux pages intitulé "Above all else, MM wanted to act" et revient sur son véritable désir d'être une vraie comédienne, à travers les conversations qu'elle a eu avec Georges Barris, qui la photographia un mois avant sa mort. Barris et Marilyn prévoyait de sortir une biographie, illustrée des photos qu'il prit d'elle: c'est ainsi que Barris prit de nombreuse notes dans un carnet quand il discutait avec Marilyn et il est reporté dans l'article, tout un tas d'anecdotes.

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_17_friday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_17_friday_p2

> Elle aurait confié à Barris que sa meilleure performance était dans "The Asphalt Jungle"; elle était fasciné par les frères Karamazov, qu'elle rêvait d'interpréter; et son pire rôle fut dans "Let's Make Love" car le script était totalement vide et plat; tout en revenant sur son dernier film "The Misfits" en expliquant sa déception que le réalisateur -John Huston- fit changer le scénario original d'Arthur Miller qui est, selon les mots de Marilyn, un grand écrivain.
> Quand elle parle de DiMaggio, elle l'appelle "Joe", mais quand elle parle de Miller, elle appose un "Mister" devant son nom.
> Concernant les acteurs avec qui elle aurait souhaité tourner, on apprend qu'elle aurait aimé travailler avec l'acteur français Gerard Philippe, décédé en 1959; mais son acteur préféré parmi tous les autres reste Marlon Brando. Pour elle, la plus grande actrice est Greta Garbo, qui fut son idôle et qu'elle ne rencontra jamais; lorsque Barris lui propose d'organiser une rencontre avec Garbo à New York, elle s'émerveille comme une enfant.
> Elle parle aussi de sa popularité en Europe en précisant qu'elle a reçu des prix italiens et français.
> On apprend aussi qu'elle regarde très peu la télévision, elle ne regarde que "les infos ou les vieux films".
> Sur la religion, elle dit: "Tout le monde devrait faire ce qu'il veut. Je ne discute pas de religion".
> Sa santé: "Je ne me sens jamais bien".
> Ses centres d'interêts: "J'aime tous les arts; j'aime lire; je m'intéresse aux gens. Je peins aussi: une fois, j'ai peint tout un appartement; j'ai écrit quelques poèmes et je les garde pour moi même, ils sont personnels".
> Ses finances: "J'aime travailler. J'aime la simplicité et pas l'extravagance. Je ne pense pas posséder un seul diamant. Et c'est ici ma première maison à moi toute seule".
> Ses voyages: "J'aime rester ici en Californie, mais de temps en temps, je prend du plaisir à me rendre à New York où j'ai un appartement avec une cuisinière qui me garde les lieux. Mais ici, je ne veux pas vivre d'hôtels en hôtels. Je ne suis jamais allée en Italie, j'aime les italiens; et j'ai entendu que Paris était aussi une ville merveilleuse. Dès que j'en aurais la possibilité, j'aimerais faire un voyage en Europe".

>> Source scans sur emulsioncompulsion.com 

Posté par ginieland à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Daily News 18/08/1962

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_coverLe journal américain de New-York Daily News du samedi 18 août 1962, titre en Une "MMs Estate May Hit Million - Death held 'probable suicide'" en s'interrogeant sur l'héritage de Marilyn, et publie deux photographies: une de José Bolanos se receuillant devant la tombe de Marilyn, et une photo de Patrica Rosten avec sa mère, amies de Marilyn (respectivement fille et femme de Norman Rosten), Marilyn ayant légué à Patricia, alors âgée de 16 ans, 5000 $ pour son éducation. A l'intérieur du journal, un reportage constitué de plusieurs articles:

  • Tout d'abord, le journal analyse l'héritage de Marilyn "s'élevant à près de 800 000 $, voir 1 million" après que les procureurs de New York Aaron Frosch et Arnold Weissberger aient confirmé aux journalistes le contenu de l'héritage de Marilyn, selon ses voeux: "Son argent provenait essentiellement des films qu'elle a tourné, et de ses investissements productifs, elle n'avait que peu de dettes". Ils ont lu son testament devant la presse, rédigé le 14 janvier 1961, avec pour témoins Frosch et sa secrétaire, Mdme Louise H. White: "Je lègue tous mes effets personnels et vêtements à Lee Strasberg", sa soeur Berniece Miracle reçut 10 000 $ auquel s'ajoute 40 000 $ correspondant à 25 % du solde. Puis 10 000 $ à son amie et secrétaire May Reis. A ses ami Norman Rosten et sa femme Hedda: 5000 $ pour l'éducation de leur fille Patricia. Pour sa mère Gladys, Marilyn laissa 100 000 $, versés en 5000 $ par an; mais aussi 2500 $ par an pour son coach qui l'a formé, Mdme Michael Chekhov. Après la mort de Gladys et de Chekhov, l'argent serait versé au Dr Marianne Kris, psychiatre de New York, pour l'organisation des institutions psychiatriques; et Le Dr Kris reçoit par ailleurs 25% du solde. Tous les biens de son appartement new yorkais (444 E. 57th Street) furent envoyés au département de police pour être en sûreté et devra être réclamé par Frosch.
  • Par ailleurs, il est rapporté la venue de José Bolanos, 35 ans, lundi 13 août; il apporta des fleurs sur la tombe de Marilyn pour s'y receuillir. Il refusa d'accorder une interview à propos d'un éventuel mariage avec Marilyn, mais il confia avoir été très proche d'elle, beaucoup plus que n'importe quel autre homme. Les autorités voulaient interroger Bolanos sur le mystérieux dernier appel téléphonique qu'elle a eut avant sa mort, mais il refusa d'en parler. Marilyn et Bolanos se fréquentaient beaucoup en février au Mexique, puis les derniers mois de Marilyn à Hollywood.
  • Ensuite, le journal revient sur la conclusion du coroner de Los Angeles Theodore J. Curphey, concernant la mort de Marilyn:  "un suicide probable", dû à son comportement et à ses dépressions. 
  • Enfin, des bribes de conversations qu'elle a eut avec George Barris, l'un des derniers photographes à avoir travaillé avec elle, sont ici rapportées.

mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_p1 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_p4 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_p5
mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_p3 mag_Daily_News_NewYork_1962_08_18_saturday_p2

 >> Source scans sur emulsioncompulsion.com   

14 décembre 2007

14/09/1954, New York - Coulisses photoshoot Avedon par Shaw

Marilyn Monroe et Billy Wilder (le réalisateur de Sept Ans de reflexion)
le 14 septembre 1954, en séance photos promo pour le film;
avec le photographe
Richard Avedon et son assistant, Earl Steinbicker
- Photographies de
Sam Shaw qui se trouve dans les coulisses -
Reportage photographique pour le Daily News

Marilyn Monroe and Billy Wilder (the director of The Seven Year Itch)
in September, 14, 1954, in promo photoshoot for the film;
with photographer Richard Avedon and his assistant, Earl Steinbicker
- Photographs by Sam Shaw who is in backstage -
Photographic report for the Daily News

1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-020-1 1954_09_14_MMwithRichardAvedon_030_010_bySamShaw_2 1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-021-1 
1954_09_14_MMwithRichardAvedon_020_010_bySamShaw_1  1954_09_14_MMwithRichardAvedon_010_010_bySamShaw_2  ph_avedon_syi_u69 
1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-010-1a 1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-010-2 1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-011-Earl_Steinbicker-1 
  ph_avedon_syi_1  1954-by_avedon-83B 1956 02 56 Movie World eb  1954_09_14_MMwithRichardAvedon_040_010_bySamShaw_1 
1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-020-1 
  1954_09_14_MMwithBillyWilder_010_010_bySamShaw_1 1954_09_14_MMwithBillyWilder_010_030_bySamShaw_1 1954_09_14_MMwithBillyWilder_020_010_bySamShaw_1 


- photographies de Richard Avedon -
- photographs by Richard Avedon -

1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-021-1  1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-022-1  1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-024-1 
1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-023-1 1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-023-3 1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-with_wilder-023-2 


- photographies de Sam Shaw -
- photographs by Sam Shaw -

ph_shaw_1954  1955_car_1 
ph_shaw_car_1 ph_shaw_car_Marilyn_Monroe_photo_by_Sam_Shaw_126 


 planches contact
contact sheet

1954-09-14-NY-by_sam_shaw-richard_avedon_photoshoot-CS-3 
marilyn_monroe_by_sam_shaw_contact_sheet_1955_1_1 marilyn_monroe_by_sam_shaw_contact_sheet_1955_1_3  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.